Le Kerala & Goa

Par
Février 2013
12 jours
2
1

En rentrant du Sikkim, j'ai retrouvé Thomas, après presque 3 mois de séparation. Je le trouvais tellement beau quand je l'ai vu tout perdu dans l'aéroport de Delhi, où nous avons eu nos retrouvailles de comédie romantique.

J'étais tellement fière de lui montrer mon quartier, ses habitants, ses marchés. Mais je savais que pour une entrée en matière de l'Inde, Delhi était peut-être un peu violente. Aussi, le lendemain, nous avons pris un vol pour Kochi. Au programme : le Kerala et Goa. (nous avons fait une escale à Mumbai, et de la voir de haut m'a vraiment donné envie de revenir pour la visiter).

• • •

Fort Kochi

J'ai adoré la douceur de cette ville, entre modernité et traditions.

Nous avons déposé nos valises au Princess Inn où nous dormions le soir, avant d'aller se choisir une belle dorade au niveau des filets chinois du bord de mer. Nous pouvions apparemment vérifier la fraîcheur de celle-ci par la rougeur de ses branchies. Bon, en temps normal, jamais je n'aurais mangé de poisson en Inde (la chaîne du froid n'étant pas leur fort), mais là, on était au bord de la mer, et on ne pouvait pas douter de la fraîcheur de l'animal !

Nous avons trouvé une petite échoppe pour se les faire cuisiner. J'ai demandé l'autorisation au tenancier de venir le voir et le photographier en cuisine.

Il nous a fait une préparation à base de riz coco, et des crevettes au massala. C'était un délice absolu.

Il faisait chaud et moite, et les pannes de courant étaient fréquentes. Nous sortions de la douche pour mieux en ressortir dégoulinants de sueur, mais il faisait tout de même un peu moins chaud qu'à Delhi (où nous atteignons les 45 degrés).

• • •

Les deux jours suivants, Thomas est tombé malade. Nous avons donc ralenti notre rythme et passé un peu plus de temps que prévu à Fort Kochi, dans une chambre climatisée. La ville a des petits airs de Cuba, et de comptoir colonial.

Et pour finir cette journée de flegme et de slow life, nous sommes allés voir un show de danses keralaises.

• • •

Le lendemain, nous sommes allés par ferry puis bus à Cherrai Beach. Le soleil brulant nous a vite fait quitter l'endroit, et je ne pouvais pas me baigner dans cette mer d'Arabie en raison des vagues violentes.

Les gens n'arrêtaient pas de nous regarder, et même les femmes me prenaient en photo. Alors j'ai fini par me couvrir d'avantage pour pouvoir profiter de l'eau rafraîchissante, et jouer avec des familles.

• • •

Le lendemain, nous avons décidé d'aller passer la journée dans les Backwaters. La douceur de vivre et la lenteur des eaux nous a totalement détendus. Sans parler de la beauté de la végétation.

Nous avons fait escale dans une ferme de noix de cocos, très instructif !

Nous avons également eu des révélations sur la façon dont les ananas et les noix de cajou poussent, dans une autre petite ferme où nous avons déjeuné un sublime repas kéralais le midi.

• • •

Nous avons quitté Kochi, avec un chauffeur privé, qui s'appelait Anu. Il était vraiment gentil, et a été bien plus qu'un chauffeur. Nous aurions pris un bus, mais avec la tourista, il était plus simple de pouvoir aller à notre rythme.

Nous avons donc commencé la journée au petit matin, en allant observer les jeunes éléphants se faire laver à la Periyar River, à Kodanad.

Même quelques années après, je suis toujours très partagée de cette expérience. Le Kodanad Training Center est un orphelinat pour éléphants. Les soigneurs, bien que fort antipathiques, récupèrent des éléphanteaux orphelins dans les forêts alentours et se jurent de les soigner pour le reste de leur vie.

J'ai aimé le fait qu'on ne puisse pas approcher plus que ça les éléphants, ni même les monter. Qu'on vienne assister à leur bain donne tout de même une vision idyllique de ce centre, car l'autre aspect de tout ceci est que les éléphants ont des chaînes qui leur entravent les pattes, et la marche, et qu'on leur donne des coups de bâtons pour qu'ils avancent. Les soigneurs expliquent qu'ils sont obligés de "dresser" les éléphants pour que tout le monde puisse cohabiter et (sur)vivre ensemble, et que la charge d'un éléphant peut être très dangereuse, d'où les chaines aux pattes.

Puis, Anu nous a emmenés vers un autre endroit, sur la route de Munnar, où nous pourrions nous approcher des éléphants, découvrir des plantations de thé, et acheter de bons épices.

Aujourd'hui, je regrette ce que nous avons fait : monter sur un éléphant pour une balade dans les champs de thé. C'était chouette, sur le moment, mais, c'était de la pure exploitation animale, je ne recommencerai plus. Désolée les copains éléphants.

Après ce début de journée au plus près des pachydermes, nous sommes arrivés dans la ville du thé : Munnar. Les paysages semblaient extraterrestres, c'était magnifique. Anu nous a emmenés dans les quelques guesthouses repérées dans notre guide, mais au final, nous avons décidé de rester avec lui. Son père tenait une guesthouse en campagne, à 9km de là, au milieu de nulle part, le Nakshatra Inn, à Chithirapuram. C'était simple, mais très reposant.

Puis il nous a emmenés voir un spectacle d'arts martiaux du Kerala "Kalaripayat", et franchement, c'était super intéressant, et trop impressionnant ! Les types frappaient vraiment avec des épées, des boucliers, des lances, des couteaux, des bâtons, des double fouets en métal, des cercles de feu...etc.

C'était un peu kitsch, vu de l'extérieur, mais vraiment très très impressionnant, de vrais athlètes.

Nous avons diné, un superbe repas kéralais préparé par son papa, avant de nous coucher en entendant la faune luxuriante des magnifiques collines de Munnar.

Le lendemain matin, j'ai mangé le meilleur petit déjeuner de ma vie jusqu'à présent :

Oeufs durs aux feuilles de curry, tartines de confiture, nouilles de riz à la coco, bananes & mangues fraîches...un régal.

Puis on est allés se promener dans les champs de thé.

Nous avons repris la route avec Anu, après un chaï, pour le musée Tata du thé.

Le soir, nous avons voulu prendre notre train pour Goa, depuis Kochi. Honnêtement, je me mettais un peu la pression car je voulais que Thomas n'endure pas trop l'Inde pour qu'il l'aime comme moi je l'aime. Mais le seul train qu'on nous proposait était un train de nuit de 15h, sans place assurée.

Alors Anu nous a aidés à acheter les bons tickets pour le lendemain, et nous a proposé une chambre chez lui et sa femme. Nous avons passé un bon moment avec eux, et leur famille, c'était bien.

Nous avons abandonné l'idée de visiter Hampi, tant pis, j'y reviendrai. Nous avons passé la journée à flâner dans les rues de Kochi, en attendant notre train du soir.

Bon, la vérité, c'est que le soir nous n'avons encore pas pu monter dans le train, qui était en retard (nous avons pu l'avoir le lendemain à 8h30...ce qui nous a valu une nuit dans un hôtel miteux de la gare). Avec le recul, on a perdu pas mal de temps à Kochi, avec toutes les déconvenues auxquelles nous avons du faire face.

Quoi qu'il en fut, quel bonheur de monter dans le Mumbai CST Express, nous allions enfin pouvoir rejoindre Goa !

Thomas a pu découvrir les joies du train couchette avec un ventilateur qui ne fonctionne pas.

Après une nuit dans un hôtel moyen à Margao, nous avons rejoint Agonda Beach à temps pour mon anniversaire. Nous ne devions y passer qu'une nuit. Arrivés dans le village, toutes les huttes étaient démontées. Nous avons tout de même trouvé la perle rare, le Tina Resort. Des cabanes en bois, avec des salles de bains (important), les pieds au bord de l'eau pour 800rs la nuit (contre 4000rs en pleine saison). Nous devions être les derniers touristes avant la mousson. Nous avons finalement décidé de rester là bas 3 nuits, et de ne pas visiter Goa d'avantage, à part les alentours.

Quel bonheur de pouvoir retrouver mon bikini et d'abandonner la pudeur pour quelques temps. Nous avons passé des heures à nous faire chahuter par les vagues.

Avant de profiter de ma soirée d'anniversaire et du coucher de soleil sur la plage, où nous étions vraiment seuls au monde ou presque, nous avons diné et dégusté le champagne que ma soeur avait commandé depuis les USA.

Nous n'avons absolument rien fait pendant 4 jours. Mon loup, les cocotiers, ma bougie d'anniversaire, la mer, la cabane, le champagne, le petit resto d'ouvert et 3 copains chiens.

Y'a vraiment pas grand chose à raconter, à part du love, parce qu'à part louer un scoot pour aller se balader aux alentours, et notamment à Palolem (ville pleine de touristes mais avec des échoppes d'artisanat sympas), on a vraiment rien fait. D'ailleurs, bien que dangereux, c'était super fun de slalomer entre les vaches.

Après ce break loins de tout, nous avons repris un avion avec Spice Jet, les corps reposés.

• • •

Découvrez les lieux que j'ai visité en cliquant ICI !

99 India

Amritsar & le Punjab

Agra & le Taj Mahal

Week-end en Himalaya

Le Rajasthan

Darjeeling & le Sikkim

Bonne découverte !

Voyagez en circuit individuel, personnalisé et abordable

Plus de 50 circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation facile en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires