Vers Santiago de Compostella...

Dernière étape postée il y a 40 jours
67 étapes
278 commentaires
60 abonnés
En 2008, je suis arrivé à Vézelay en suivant le Chemin de Compostelle. Depuis, l'envie de rejoindre Santiago de Compostella d'une traite s'est faite de plus en plus forte...
Du 2 septembre 2018 au 31 mai 2019
272 jours
Partager ce carnet de voyage
Publié le 30 août 2018

Le départ est dans trois jours. Mon sac est presque prêt, mes chaussures sont graissées, les bâtons m'attendent et les batteries pour mon appareil photo sont en train de charger.

Je commence à avoir hâte d'être sur le chemin...

2
sept


Tout est dans le sac ! Version étalée de ce que j'emporte et version "organisée". 

Je suis en route... Vincent est passé me prendre à 13 heures. On arrivera à Vézelay avec Olivier en début de soirée.

Demain matin, ils me font le plaisir de marcher avec moi les 10 premiers kilomètres du chemin.

A notre arrivée à Vézelay, la basilique était illuminée par le soleil couchant... 
3
sept
3
sept
Publié le 3 septembre 2018

Belle première étape... Débutée avec Vincent et Olivier ainsi que quelques détours qui nous ont permis d'avoir de très belles vues de Vézelay dans la lumière du matin...

Moment d'émotion vers 11 heures, quand nous nous sommes séparés. (merci,Vincent, pour ta photo...)

Le reste de la journée s'est passée entre bois et champs, entre soleil et nuages, entre routes et chemins...

Bien content de me poser dans une chambre d'hôte à Varzy. Trente-cinq kilomètres pour un premier jour, c'est un peu beaucoup et un bon lit ne fera pas de tort...

4
sept
4
sept
Publié le 4 septembre 2018

C'était une journée toute en lignes droites. J'ai sans doute marché la moitié du trajet sur des routes ou des chemins tout droits... La plupart du temps en forêt avec, par moments, de grands paysages agricoles.

La journée a été courte : je suis arrivé à Arbourse vers 14 heures. J'ai hésité à faire 13 km de plus, mais ce n'aurait pas été raisonnable, surtout pour un deuxième jour. Il est toujours difficile, ce deuxième jour, quand je pars en rando. Le corps rouspète un petit coup, et puis ça passe. Et bien, pas aujourd'hui. Les 24 km d'aujourd'hui sont passés sans douleur ou fatigue. J'en profite !

5
sept
5
sept
Publié le 5 septembre 2018

Ce matin, démarrage au soleil avec un peu de brume. Un régal pour les yeux...

Encore quelques lignes droites ensuite, dont une de 5 km. Interminable ! Heureusement qu'elle était un peu vallonnée pour briser la monotonie. Une heure plus tard, arrivée à La Charité sur Loire. Pause de midi et traversée de la Loire.

L'après-midi s'est passée dans des champs doucement vallonnés. Il y faisait parfois un peu chaud. Je passe la nuit à Charentonnay dans une chambre d'hôtes.

Pour conclure, quelques panneaux qui ont, disons, attiré mon attention, aujourd'hui...

6
sept
6
sept
Publié le 6 septembre 2018

... entre le gris plombé du ciel et le gris foncé du macadam sur lequel j'ai marché la plupart du temps, aujourd'hui. Le bon côté des choses est que le temps est resté sec jusqu'après mon arrivée, la température était idéale pour marcher et j'ai progressé rapidement sur la route. Je suis arrivé à Brécy vers 14 heures...

Une belle rencontre... Au milieu d'une longue ligne droite, j'ai croisé un rando cycliste qui s'est arrêté juste pour m'offrir quelques abricots secs et faire 2 minutes de papote. Magique...

Tout le trajet s'est passé au milieu des cultures en fin de saison: terrains labourés, blés et colza récoltés, tournesols comme brûlés,... Je pense que cela va encore durer quelques temps.

Ce soir, je loge au refuge pèlerin municipal et je mange (4 plats / tarif pèlerin à 13 €) "Chez Claudette". Elle a 68 ans, est fatiguée de faire de très longues journées 7/7 et n'arrive pas à remettre son commerce, le bar-restaurant-dépôt de pain-dépôt de gaz-relais poste-française des jeux-station service-tabac du village.

7
sept
7
sept
Publié le 7 septembre 2018

Démarrage avec le lever du soleil, ce matin. La belle lumière sur les champs et les paysages compense largement la marche sur macadam.

Je m'étais fixé de manger ce midi à Bourges et d'y prendre un peu de temps pour visiter la ville. La cathédrale est visible, comme si elle sortait des champs, plus de 10 kilomètres avant d'y arriver.

Une fois en ville, je fais un détour par les marais. Ils ont été aménagés en potagers, entre les canaux, et lieu de promenade. Très paisible endroit...

De là, j'ai rejoint la cathédrale pour une visite et y manger dans la parc attenant.

Il me restait alors à rejoindre Villeneuve sur Cher. Pas par le plus beau des trajets. Sur route la plupart du temps, dans un zoning industriel, un moment. A Villeneuve, surprise: aucun hébergement contrairement aux infos reçues. Le plus proche est à Chârost, 10 km plus loin, d'après le cafetier-tabac-etc du village! Et j'en avais déjà marché un peu plus de 40... Decision pas facile mais la seule réaliste : un peu de stop. On me dépose à deux km du but. Je n'ai rien perdu : rien qu'une route toute droite et dangereuse entre les deux villages et c'est le "chemin" que j'aurais dû suivre...

Je passe la nuit dans un super gîte municipal installé dans l'école du village...

8
sept
8
sept
Publié le 8 septembre 2018

Soleil toute la journée. Et à part la traversée d'Issoudun, champs toute la journée...

Le trajet empruntait moins de routes et était donc plus agréable qu'hier. J'ai vu 6 chevreuils, pas difficiles à repérer dans ces champs récoltés.

J'ai traversé Issoudun à mon aise avec visite de l'église, balade au marché et quelques achats. Assez joli centre ville. Je l'ai quittée par une route/chemin presque tout droit sur 11 kilomètres.

Ce soir, je loge dans un mobilhome qui a servi de maison à Emmanuel et Sylvie il y a quelques années, le temps de rendre leur ferme habitable. Parfait hébergement pour les pèlerins. Emmanuel est agriculteur passionné par la mise au point et l'utilisation de techniques de conservation des sols en agriculture. Et par plein d'autres choses. Nous avons passé un long et bien agréable moment à discuter de l'avenir de l'agriculture... et du monde.

9
sept
9
sept
Publié le 9 septembre 2018

Quelle vue, ce matin, au sortir du mobilhome !

Journée variée, aujourd'hui. C'est en fini des champs sans discontinuer, pour l'instant en tout cas. Le trajet a été un mélange de champs, de bois, de villages. Plus agréable que les derniers jours...

J'ai évité le centre de Châteauroux sous les conseils d'Emmanuel qui me l'a décrit comme inintéressant

Une semaine déjà que je suis parti. Plus de 220 km derrière moi. Mon corps rouspète un peu aujourd'hui. On dirait qu'il a compris ce qui l'attendait... J'ai eu un peu de mal pour finir la journée. Mais le pire, c'est que le seul bar de Velles est fermé, aujourd'hui. Une petite bière m'aurait bien plu...

L'entrée du gîte de l'Hirondelle 
10
sept
10
sept
Publié le 10 septembre 2018

Plein de choses ont changé aujourd'hui. D'abord, le coup de pompe d'hier est loin et j'ai marché 34 km sans difficulté.

Ensuite, la région traversée est complètement différente, pour mon plus grand plaisir. On est passé des champs tout plats avec quelques bois, à des prairies entourées de haies vives alternant avec des parties boisées. Ça tournait, montait et descendait en permanence. Pendant quelques kilomètres après Argenton, le chemin a suivi la Creuse.

En route, j'ai rencontré une cabine téléphonique, une église incroyablement décorée et une maison où il ne se passe pas grand chose...

Je passe la nuit à Gargilesse, un des plus beaux villages de France, paraît-il. C'est ici que se rejoignent les voies nord (celle que j'ai prise) et sud du chemin de Saint Jacques à partir de Vézelay. Je devrais voir un peu plus de monde maintenant... Je n'ai rencontré que deux pèlerins, depuis Vézelay : Laurence au gîte d'Arbourse et un hollandais que j'ai dépassé aujourd'hui.

L'église romane de Gargilesse, très jolie, a une superbe crypte couverte de fresques.

Autre particularité du village : Georges Sand y a séjourné plusieurs années. Difficile de le rater...

11
sept
11
sept

Pour éviter de devoir attendre jusque 18h15-30 pour avoir les clés du gîte, je devais arriver à l'étape avant 15 heures. Comme elle n'était pas courte, j'ai démarré avec les premières lueurs du jour. Et j'en ai bien profité....

Le chemin m'a fait traverser la vallée de la Creuse par deux fois. Puis, après avoir remonté une jolie rivière, la Sédeille, il a ondulé sur le plateau jusqu'à l'étape. Ciel bleu, chaleur et le manque d'ombre sur les 10 derniers km m'ont fait particulièrement apprécier mon arrivée à Saint Germain. À temps pour recevoir les clés tôt et faire une petite sieste.

Sur les quelques kilomètres qui ont suivi la Sédeille, j'ai vu trois croix de forme un peu particulière, très jolies, posées directement sur le sol. Sur deux d'entre elles, un caillou était posé et je ne vois pas comment il aurait pu y arriver par hasard. Elles m'ont intrigué...

Aujourd'hui, j'ai rencontré des chaussures qui indiquaient le chemin dans la pénombre du matin, un château en ruines et une limousine qui prenait la pose.

12
sept
12
sept
Publié le 12 septembre 2018

J'ai décidé de faire une courte étape, aujourd'hui. Une après-midi de repos après une matinée de 18 km devrait faire le plus grand bien aux muscles et articulations bien sollicités depuis 10 jours.

Étape un peu similaire à celle d'hier, sans les dénivellations. Je suis arrivé à Saint Priest avant 13 heures.

Quelques panneaux et affiches qui ont attiré mon attention, aujourd'hui...

La propriétaire du gîte/chambre d'hôte m'avait dit qu'elle attendait deux autres marcheurs. Ils viennent d'arriver, monsieur à pied, madame en voiture. Avec une plaque belge. Ils sont de Grez-Doiceau !

Mon hébergement du jour... 
13
sept
13
sept
Publié le 13 septembre 2018

Très belle étape... Le trajet a suivi la plupart du temps des chemins entre les prés ou dans les bois. Avec de temps en temps des ouvertures vers de beaux grands paysages qui donnent une idée des dénivellations à venir. La marche était facile avec des températures plus raisonnables et des ciels en partie nuageux.

C'est la bonne saison pour les fruits des bords des routes. Il y en a plein qui sont prêts à être mangés. J'en profite tous les jours en marchant: pommes, poires, prunes, pêches et mûres. Et, toujours au rayon gustatif, ils ne font pas que de la viande, dans le Limousin. L'affiche vient d'un café déco style pub anglais, tenu par un anglais et proposant plus de 150 whiskies. Presque au milieu de nulle part...

14
sept
14
sept

Journée assez semblable à celle d'hier, un peu plus courte et avec plus de macadam.

Le chemin est passé de ferme en ferme, plus que de village en village. Quelques unes sont en activité, pour d'autres c'est difficile à dire, et un bon nombre sont à l'abandon...

Saint-Léonard de Noblat est une agréable petite ville. J'ai eu l'occasion de m'y promener un peu cet après-midi. Sa basilique en partie romane m'a beaucoup touché. Elle fait partie du patrimoine de l'Unesco.

Aujourd'hui, j'ai croisé des informations contradictoires, un veau caché dans les fougères et un pont à la mode Gênes.

15
sept
15
sept
Publié le 15 septembre 2018

Je comptais ne faire que traverser Limoges, sans même passer par le centre, mais finalement, je m'y suis arrêté...

Le départ de Saint-Léonard était splendide, de la ville sur un sommet vers la vallée de la Vienne envahie par la brume. La basilique est restée visible un bon moment en silhouette...

Une fois remonté de l'autre côté de la vallée, les 10 kilomètres suivants ont été très similaires aux jours précédents, avec routes et chemins sinueux et belles vues sur la région.

Puis le chemin s'est urbanisé petit à petit en s'approchant de Limoges, avec un assez long passage dans une zone commerciale/artisanale. La dernière descente vers la Vienne à été plus calme. Le chemin passe la rivière sur un vieux pont piétonnier qui fait partie du chemin de Saint Jacques traditionnel du Limousin. Quelques coquilles se proposent pour le repos du pèlerin de l'autre côté...

Je comptais faire une douzaine de kilomètres de plus, mais...

La dernière nuit a été très mauvaise et, pour je ne sais quelle raison, je n'ai que très peu dormi. Et cela se faisait bien sentir.

Mon pied droit, qui m'embête tous les jours depuis le départ pendant 5-10 minutes sans plus, à décidé de se rappeler à mon intention pendant tout le trajet, aujourd'hui. J'en boitais légèrement en arrivant à Limoges.

Et puis, de toute façon, je n'ai pas pu entrer en contact avec le gîte suivant. Je ne voulais pas me retrouver dans 12 km à devoir en faire 12 de plus.

Donc, je me pose et repose à Limoges. Demain est un autre jour...

J'ai atteint 400 km aujourd'hui...

16
sept
16
sept
Publié le 16 septembre 2018
Gare de Limoges 

Impossible de marcher sans boiter, en me levant ce matin. Pas possible de faire même une petite étape de 12 km. Quelque chose doit être abîmé dans mon pied...

Je pourrais essayer de trouver un médecin et me poser quelques jours pour me soigner. Mais cela rendrait difficile d'arriver à Santiago sans devoir forcer, avec le temps qu'il me reste. Et sans être certain de terminer...

Plutôt que d'essayer de continuer et m'arrêter plus loin, je préfère interrompre maintenant et reprendre plus tard à partir de Limoges pour un encore long trajet jusqu'au bout du chemin.

Pas facile, mais pas de regret... J'ai passé deux superbes semaines. Avec moi-même, en passant par de beaux endroits, et en ayant fait de belles rencontres. À continuer, dans quelques mois j'espère...

Merci à tous de m'avoir fait le plaisir de me suivre. Et merci pour vos commentaires qui m'ont fait chaud au cœur. À bientôt,

Yves

Publié le 5 novembre 2018

Vous pouvez découvrir quelques images en plus du Chemin jusque Limoges en suivant ce lien: http://www.lobet.eu/Yves/Voyages/Vers%20Santiago/2018/index.html.

31
mars
31
mars
Publié le 31 mars 2019
La gare de Limoges (de l'intérieur, cette fois...)

Et voilà, je suis de retour à Limoges. Je vais dormir au même endroit que ma dernière nuit en septembre. Et je marche sans boiter, cette fois... 😀.

Il fait superbe et doux. La ville n'est pas très animée, sauf dans les parcs...


Impatient de me mettre en route, demain...

1
avr
1
avr
Publié le 1er avril 2019

Première journée bien agréable, sous le soleil.

Après 2 km, j'ai retrouvé la première balise Compostelle, et il a fallu en marcher 6 autres pour sortir de l'environnement urbain. La suite de la journée s'est passée surtout dans les champs et les prairies.

Doucement vallonné, le chemin est sorti de la vallée de la Vienne, pour y redescendre un peu plus loin, puis remonter un de ses affluents.

Aujourd'hui, j'ai croisé une pelouse fleurie bien printanière, une sculpture d'assiettes en porcelaine et un château...

Ce soir, je loge chez monsieur et madame Guindre qui ont 4 chambres d'hôtes. Elles sont superbement aménagées à l'endroit où ils gardaient leurs chèvres et entreposaient le foin. Les chèvres sont à la retraite depuis quelques années et le fromage que j'ai mangé ce soir n'était plus fabrication maison. Mais la vaisselle était de Limoges...

Devant l'entrée de la pièce commune des chambres d'hôtes...  
2
avr

... pour entrer dans le Périgord vert.

Il a fait gris, avec quelques rayons de soleil, toute la journée. Mais pas une goutte de pluie...

Le chemin était un peu comme hier, doucement vallonné pour passer d'une rivière à l'autre. Beaucoup de routes sur les 15 premiers km. Pas très fréquentées heureusement, mais les pieds et les genoux n'aiment pas trop le sol dur. Par la suite, les chemins de terre ont pris le dessus...

Aujourd'hui, j'ai vu un pont que je suis content de ne pas avoir du franchir et des terrains à vendre, et j'ai croisé la route de Richard Cœur de Lion (il a été tué à Chalus où j'ai fait ma pause de midi)...

3
avr
3
avr
Publié le 3 avril 2019

Le trajet ressemblait un peu à celui d'hier, doucement vallonné avec de belles vues. Mais sur chemins de terre, la plupart du temps. La météo annonçait des risques d'averses toute la journée. Je n'ai eu que deux fois cinq minutes de pluie, mais il faisait froid et ma capeline était bien nécessaire pour me protéger du vent. Le ciel est continuellement passé de bouché et menaçant, à ensoleillé, mais toujours très beau et plein de belles lumières.

Aujourd'hui, j'ai vu une biche et un daguet (pas de photo, ils étaient trop loin), un petit pont de bois (sur lequel je suis passé, cette fois. D'accord, pas très aventureux...), un panneau de parking en bordure de sentier et des ballots de paille emballés en rose...

Je loge en ville, à Thiviers, dans une jolie petite maison aménagée en accueil pour pèlerins.

4
avr
4
avr
Publié le 4 avril 2019

Courte, calme et bien agréable étape. Courte, 19 km, pour étaler les distances jusqu'au Chintre, la chambre et table d'hôtes tenues par des amis où je compte m'arrêter après Bergerac. Mes jambes ne s'en plaignent pas...

C'est beau le Périgord, aussi en cette saison. Déjà très vert, alors que beaucoup d'arbres ne portent pas encore de feuilles. Le chemin m'a mené de fermes en hameaux toute la journée. L'agriculture est bien différente de celles rencontrées jusqu'ici : des cultures variées, plusieurs types d'élevages (bovin, cochon de plein air et, bien sûr, canards...) et des vergers.


Mais je préférerais quelques degrés de plus: 1 ° ce matin... Bien content d'avoir finalement décidé de prendre avec moi ce t-shirt à longues manches en merino.

Et bien content d'arriver à mon étape du jour pour passer le reste de la journée au chaud... M et Mme Krotoff m'accueillent dans leur cochonière aménagée en gîte pour pèlerins...

Demain, une autre étape pas trop longue, jusque Périgueux.

5
avr
5
avr
Publié le 5 avril 2019
Avant le petit déjeuner... 

Un peu moins froid pour démarrer, 3-4°C. Le ciel était plombé, s'est éclairci tout au long de la matinée et j'ai pu manger au soleil sur un banc, à Périgueux.

Paysages entre prairies et bois en début de journée, puis presque entièrement dans les bois. Sauf les quatre derniers km, pour entrer en ville.

Les jambes vont bien. Depuis aujourd'hui... Les premiers jours, mon genou gauche m'a beaucoup embêté. Mais les douleurs ont disparu, sauf pour de brefs instants. Et mon pied droit, je l'ai senti un peu le premier jour, et il me fiche la paix depuis. Tutti va bene...

Aujourd'hui, j'ai vu un message d'encouragement, un premier vignoble, tout petit et au milieu des bois, et un panneau qui parle de pigeons volants...

6
avr
6
avr
Publié le 6 avril 2019

J'ai partagé ma chambre, au gîte de l'association Compostelle, avec Stéphane qui démarre une nouvelle vie en partant sur le Chemin. Je lui souhaite beaucoup de bonheur et de découvertes... En espérant qu'il ait pu alléger un peu son sac de 17 kg en passant chez Décathlon...

Journée grise et pluvieuse. J'ai quitté Périgueux au sec, mais rapidement, une fine pluie m'a fait sortir la capeline. Le trajet était le plus accidenté jusqu'ici, de vallée en vallée avec pas mal de montées et des descentes un peu raides.

Les derniers kilomètres se sont passés sous une pluie battante. Bien content de me sécher et me réchauffer au mobilhome 19 du camping Orfeo Negro...

7
avr
7
avr
Publié le 7 avril 2019

Il faisait sec ce matin. Et toute la journée... Un peu frais jusque midi, et agréable quand le soleil a gagné la partie un peu avant mon arrivée à Bergerac.

Les vignes se font de plus en plus présentes en approchant de Bergerac... L'entrée dans la ville se fait en passant par un long parc. Bien agréable et étonnamment peu fréquenté malgré le soleil.

Aujourd'hui, j'ai vu un drôle de panneau indicateur, des chenilles processionnaires qui traversaient la route, et, sans surprise, Cyrano, bien qu'il n'était pas d'ici...

8
avr
8
avr
Publié le 8 avril 2019

Beau début de journée, avec la traversée du vieux Bergerac, avant de traverser la Dordogne...

... Puis dès la sortie de la ville, le chemin entre dans les vignes pour monter vers Monbazillac. Un peu tôt pour une dégustation...

Le soleil a passé la journée à aller et venir. Il fait assez doux en fin de matinée. Mais j'ai du me protéger de la pluie qui menaçait sur les quelques derniers kilomètres...

Les vignes ont disparu assez vite après que le chemin ait quitté la vallée, au delà de Monbazillac. J'ai pas mal marché sur les plateaux ce qui m'a permis de profiter de quelques belles vues...

Aujourd'hui, j'ai vu plein de colza, un vieux frigo (malheureusement...) et un poteau indicateur sympa.

Ma journée se termine au Chintre, chez Jacqueline et Thierry. Je me régale par avance du repas qu'ils sont en train de concocter à partir de leur production, ainsi que de la soirée que nous allons passer ensemble...

9
avr
9
avr
Publié le 9 avril 2019

Comme d'habitude, Jacqueline et Thierry m'ont réservé un super accueil au Chintre, leur chambre et table d'hôtes. Fin d'après-midi relax à papoter. La piscine était un peu (beaucoup) trop froide pour en profiter. Souper gastro. J'ai particulièrement apprécié l'omelette aux asperges en entrée: je profite un peu de la saison des asperges...

Comme l'étape d'aujourd'hui est courte, lever un peu plus tard, long petit déjeuner en discutant, et démarrage vers 10h30.

Il a fait doux et rapidement ensoleillé. J'ai sorti la crème solaire... À nouveau, le chemin est passé par les plateaux et les crêtes, dégageant de belles vues.

Aujourd'hui, j'ai vu un arbre qui ne respectait pas l'alignement, Manneken pis et un des multiples panneaux Chasse Gardée...

10
avr
10
avr
Publié le 10 avril 2019

Pas mal, la vue depuis l'ancien château de Cancon...

Qu'est ce qu'on trouve à Agen ? Des pruneaux, bien sûr ! Et donc il y a beaucoup de pruniers dans la région... Mais pas seulement. Il y a aussi beaucoup de noisetiers. Hier, j'ai acheté quelques noisettes locales grillées. Elles sont succulentes !

Depuis Périgueux, je ne suis plus la voie principale de Vézelay vers Saint-Jacques. Il y a moins de logements pour les étapes, et pas beaucoup de refuges pour pèlerin. Aujourd'hui, j'ai dû adapter mon trajet pour éviter de marcher beaucoup plus de 30 km pour arriver à l'hôtel suivant. Et ce soir je loge chic, surtout si on compare à la nuit précédente...

Quelques images de ma traversée de l'Agenais pour rejoindre Castelmoron, sur le Lot...

11
avr
11
avr
Publié le 11 avril 2019

Journée grise, pas très chaude et avec quelques gouttes... J'ai été bien content d'arriver pour me mettre au chaud.

Ce matin, je n'ai pas suivi le GR. Je suis resté dans la vallée du Lot jusque Clairac. Très agricole. Certains passages m'ont fait penser à la vallée du Pô, sur le chemin d'assises.

L'après-midi s'est passée sur les collines de la rive droite du Lot. De belles vues, quoique un peu bouchées par le plafond bas. Je me suis arrêté à Aiguillon, au confluent du Lot et de la Garonne. Les derniers kilomètres avant d'arriver en ville se sont passés dans des vergers, presque tous couverts, sous serre. Un très long verger de kiwis, pour terminer...

Aujourd'hui, j'ai vu quelques murs et panneaux intéressants, ainsi qu'une aire de repos pour randonneur solitaire...

12
avr
12
avr
Publié le 12 avril 2019

Belle lumière ce matin et ciel bleu toute la journée, mais un peu frais.

Hier, j'ai descendu le Lot jusqu'à son confluent. Aujourd'hui, j'ai passé la journée à remonter la Garonne, suivre un canal puis remonter un affluent de la Garonne sur un chemin de halage.

Aujourd'hui, j'ai vu un pont sans issue, un figuier de barbarie et une bimbeloterie...

13
avr
13
avr
Publié le 13 avril 2019

La nuit dernière, je me suis arrêté chez Patrice. Il a aménagé un gîte pour deux personnes dans une aile de sa maison du 17ème siècle. Les murs sont tellement épais qu'il a pu y intégrer un placard. Il n'y a malheureusement pas beaucoup de marcheurs qui passent sur ce GR...

Départ tôt, au frais ! Il y avait de la gelée blanche par endroit... Heureusement, le soleil est rapidement passé au dessus des collines pour réchauffer le paysage.

J'ai pas mal marché sur des routes pour vélo, dont la route E3 scandibérique.

Les arbres m'ont bien inspiré tout au long du chemin du jour...

En fin de trajet, j'ai quitté le Lot-et-Garonne pour entrer dans le Gers. Toute cette région est pleine de beaux petits villages dont la structure et les maisons anciennes ont été bien conservées...

À Montréal, j'ai rejoint la voie du Puy que je vais suivre jusque Saint Jean Pied de Port.

14
avr
14
avr
Publié le 14 avril 2019

J'ai passé la nuit au gîte Compostella à Montréal. Anita, une pèlerine allemande qui a marché plusieurs fois jusque Santiago, a décidé d'ouvrir ce gîte il y a 7 ans. L'arrière de la maison a une superbe vue vers la vallée. En octobre, Anita repart marcher...

Un peu de tout, aujourd'hui, tant pour la météo que pour le chemin. Froid, gris et sec le matin, de la pluie autour de midi, et du soleil en fin de journée... Le trajet est passé entre vignes et cultures en début et fin de journée, avec un passage par une ancienne voie de chemin de fer sur 7-8 km au milieu. Comme presque tous les arbres portent des feuilles, maintenant, c'était comme si je marchais dans un long tunnel vert...

Depuis hier, il y a beaucoup plus de monde sur le chemin. J'ai mangé hier soir avec autant de marcheurs que j'en avais vus depuis Vézelay ! C'est sans compter tous ceux que j'ai vu passer sur la place du village. Et les gîtes se sont multipliés : tout le long du chemin, il y a partout des panneaux pour indiquer aux pèlerins où ils pourraient s'arrêter... ou pas !

15
avr
15
avr
Publié le 15 avril 2019

Beau lever de soleil, ce matin avant le petit-déjeuner...

La surprise du jour est survenue 2-3 kilomètres après le départ. À la sortie d'un bois, après une petite côte, les Pyrénées !

Je ne m'attendais pas à ce que cela me touche à ce point...

Autre chose importante, aujourd'hui : je suis toujours sur le Chemin... En septembre, le quinzième jour, j'étais en route pour la Belgique. Je me sens vraiment bien. Il y a toujours de petites gènes à gérer à droite ou à gauche, mais rien de critique, ni même d'embêtant. J'en suis à 813 km depuis Vézelay, dont 413 cette année.

La journée à été facile entre champs, prés et vignes. Deux choses ont bien changé depuis Montréal. Le balisage est maintenant impeccable et facile à suivre, plutôt qu'insuffisant auparavant. Et puis, il y a du monde qui marche. J'ai passé une partie de la journée accompagné d'une pélerine, et on était 7 à manger au même endroit, ce midi...

Aujourd'hui, j'ai vu une deuxième arène sur une place de village, un panneau "livraisons" au milieu des champs et visité la belle église, essentiellement romane, de Nogaro...

16
avr
16
avr
Publié le 16 avril 2019

J'ai passé la nuit au gîte pèlerin la Bélardine. Véronique, une pélerine belge, s'est établie dans une vieille ferme à Arbades-le-bas il y a 20 ans. Après avoir aménagé la grange en logement et gîte, elle y a accueilli des pèlerins.

Journée variée, avec des champs, quelques bois , le passage de l'Adour, un tour de lac et quelques belles lignes droites, une fois sur le plateau...


Aujourd'hui, j'ai vu un potager médiéval, une appellation de rue qui m'est inconnue, et un nouveau mur intéressant.

Je me suis arrêté un peu plus tôt que prévu. J'étais un peu fatigué après avoir mal dormi cette nuit, et je sentais un peu de tension dans le pied droit. J'ai quand même marché 26 km...

Je loge au gîte pèlerin de Miramont-Sensacq. Il est tenu par des hospitaliers bénévoles qui se relaient de semaine en semaine. Jean-Paul et Christine réservent aux pèlerins un super accueil, chaleureux et attentif. J'ai même eu droit à un massage pour détendre mon pied droit !

17
avr
17
avr
Publié le 17 avril 2019

Belle étape... On se rapprochant des Pyrénées, le chemin traverse des paysages vallonnés en empruntant quelques routes, mais aussi pas mal de chemins et sentiers qui montent, tournent et descentent en permanence. Les lignes droites d'hier sont bien loin ! Et les passages par les sommets des collines dégagent de bien belles vues...

En me retournant, avant d'arriver au sommet d'une côte, l'horizon au nord s'étendait comme à l'infini.

En passant de l'autre côté, c'était la chaîne des Pyrénées qui remplissait l'horizon...

Le long du Chemin, on trouve de temps en temps des indications de la distance restante jusque Santiago. Mais difficile de savoir ce qu'il en est exactement. Hier, à Aire sur Adour, un monsieur m'annonce d'initiative qu'il me reste 840 km à parcourir. Deux kilomètres plus loin un panneau en annonçait 915 et encore 10 km plus loin, 935... Et même les topoguides ne disent pas tous là même chose ! On verra bien...

Aujourd'hui, j'ai vu un de ces gigantesques arroseurs qui me faisait penser à un squelette de dinosaure, un vieux lavoir et le porche d'une vieille église, un peu abîmé mais bien joli...

18
avr
18
avr
Publié le 18 avril 2019

J'ai passé la dernière nuit à L'Escale, la ferme de Patricia et Alain avec vue sur les Pyrénées... A côté d'un élevage de plus de 70 vaches laitières, ils ont aménagé eux-mêmes un bâtiment qui était étable/grange/rangement en un grand gîte pèlerin et 3 chambres d'hôtes. Et ce que Patricia prépare pour le repas du soir vient de leur jardin et leurs bêtes...

Le trajet d'aujourd'hui était assez semblable à celui d'hier, avec plus de routes et un ciel gris...

Il y a de plus en plus d'endroits aménagés en halte pour pèlerins, du plus basique au plus sophistiqué...

Aujourd'hui, j'ai vu un joli petit chœur d'église plein d'atmosphère, et des fleurs du bord de route qui ne demandaient qu'à se faire prendre en photo...

19
avr
19
avr
Publié le 19 avril 2019

C'est chez Linda que je me suis arrêté, hier soir. Il y a 14 ans, elle a quitté les Cornouailles pour acheter et retaper une grande maison dans la campagne autour d'Argagnon. Elle y accueille pèlerins et touristes avec son fils. Dans une partie du jardin, elle élève toutes sortes de volailles. Et dans la maison, elle a 3 animaux de compagnie: deux chiens et une truie !

Trajet plat pour les 2 premiers et les 2 derniers kilomètres, bien vallonné pour le reste. J'ai quitté le Béarn pour entrer au pays Basque...

Mon pied droit continue à m'embêter. Demain, je remettrai du tape pour le soutenir...

Aujourd'hui, j'ai vu beaucoup d'ancolies (j'aime !), un autre mur intéressant et un nouveau message de l'alchimiste...

20
avr
20
avr
Publié le 20 avril 2019

Hier soir, petite balade dans Navarrenx avant de manger à la taverne de Saint-Jacques.

Journée un peu comme celle d'hier, avec plus de passages dans les bois. Démarrage avec la brume, que le soleil a percé 2 heures plus tard.

Courte étape, juste moins de 20 km. Mon pied ne m'a pas embêté, aujourd'hui. Je suis arrivé tôt au gîte communal de Aroue. J'ai eu bien le temps de faire (et surtout sécher) une lessive un peu plus importante, y compris le chapeau. Et de faire le tour du village...

Et une petite dernière...

21
avr
21
avr
Publié le 21 avril 2019

C'était au tour de Philippe de s'occuper du gîte communal de Aroue. Il habite en face et connaît bien le Chemin. Comme il n'y a pas de ravitaillement dans les environs, il y a une armoire épicerie dans le gîte, qui s'ouvre tous les jours à 17h30.

Départ en beauté, ce matin...

Belle journée, malgré le ciel gris. Beau trajet vallonné avec de belles vues. Les paysages sont souvent parsemés de maisons blanches.

Le Chemin est monté par un sommet où il y avait une jolie petite chapelle et une table d'orientation. Elle indiquait les pics des Pyrénées, invisibles aujourd'hui. Cela fait 3 jours que je ne fais que les deviner. Il paraît que c'est normal, et que les belles vues d'il y a quelques jours étaient exceptionnelles.

Je me suis arrêté dans une ferme juste après Ostabat, joli petit village. Lucie et Benat ont transformé le ferme Gainegoetxea en gîte et chambres d'hôtes. C'est un des points d'arrêt historique de la version moderne des Chemins de Compostelle. Et il est réputé pour les chants basques que Benat entonne le soir au repas !

Aujourd'hui, j'ai vu la stèle de Gibraltar, qui marque le point de rencontre des voies du Puy, de Vézelay et de Tours, un panneau indicateur artisanal du Chemin et un escargot qui a du mal pour trouver sa route...

22
avr

Ce paysage, juste avant le petit déjeuner, ne donne qu'une envie, c'est de démarrer...

Étape pas très longue sous un doux soleil voilé, vers Saint Jean Pied de Port. Le guide annonçait une belle journée . Je n'ai pas été déçu. Il y avait un ou deux passages sur une route plus fréquentée, mais la majorité du trajet était au calme, légèrement vallonné à travers champs, bois et villages. Et les Pyrénées qui se laissent voir de plus en plus, mais toujours voilées...

L'entree historique du Chemin à Saint Jean Pied de Port se fait par la porte de Saint Jacques, tout en haut de la raide et pavée rue de la citadelle. Elle descend jusqu'à la porte Notre Dame juste avant la traversée de la Nive. C'est par là que passent tous les pèlerins depuis toujours...

Déjà l'Espagne, demain ! Presque 1000 km depuis Vézelay, presque 600 depuis Limoges. Et j'avais l'impression de ne pas avancer...

Il faudra juste passer les Pyrénées...

23
avr
23
avr
Publié le 23 avril 2019

Peut-être ma plus belle journée depuis Vézelay !

Le chemin était splendide avec des vues superbes, malgré le temps couvert, avec de courtes percées du soleil qui dynamisaient les paysages. Quelques beaux passages en sous-bois, vers la fin. Et, dans les derniers kilomètres, la découverte du côté espagnol, avec l'abbaye de Roncevaux...

En plus, je me sentais en super forme. J'ai eu un peu peur à la sortie de Saint Jean Pied de Port de démarrer trop vite comme je rattrapais pas mal de marcheurs (il y avait du monde...). Mais je marchais à mon rythme... Et j'ai tenu le même jusqu'au bout. Je me sentais vraiment très bien. Tellement que je n'ai plus eu envie de m'arrêter après une petite pause thé au tiers du trajet. Pour la suite, je me suis dopé avec les quelques "petits cannelés" que j'avais achetés hier.

Je passe la nuit à l'abbaye de Roncevaux. Énorme gîte de près de 200 places. Remis à neuf en 2015, il est moderne et bien organisé. Il est géré par toute une brigade d'hospitaliers hollandais. J'essaierai quand même d'éviter ce genre de structure "industrielle" pour mes étapes futures...

Aujourd'hui, j'ai vu une nouvelle plaque vers Saint Jacques au sol, une croix bien entourée, et des vaches qui regardaient passer autre chose que des trains...

24
avr
24
avr
Publié le 24 avril 2019

Démarrage tôt ce matin, juste après le petit-déjeuner de 7 heures...

Pendant les deux premières heures, le soleil a joué à cache-cache avec les nuages...

Puis le gris l'a emporté et la pluie s'y est mise à partir de midi. Il ne restait heureusement qu'une heure de marche.

Quelle différence avec le chemin en France ! Ici, il est construit et entretenu, avec même des parties empierrées ou bétonnée. Et le balisage, qui n'est plus le même, est particulièrement intense. Il y a même des signaux pour annoncer les croisements avec les routes...

À côté du gîte où je loge, se trouve le bar-restaurant-épicerie Amari. Angel y fournit aux pèlerins nourriture, produits de première nécessité et de la bonne musique ! Il est Basque par son père et... Ucclois par sa mère! Après une carrière dans le marketing, il a levé le pied pour ouvrir Amari il y a une dizaine d'années...

Aujourd'hui, j'ai vu une usine de magnésie, un "pont" et une déco originale en bord de chemin...

25
avr
25
avr
Publié le 25 avril 2019

Le trajet a continué à descendre la même vallée qu'hier pendant quelques kilomètres avant de passer dans autre qui nous a fait entrer dans Pampelune...

Je n'ai fait que traverser Pampelune, mais en flânant... C'est une jolie ville, mais il y avait trop de monde et je n'ai pas eu envie d'y passer trop de temps...

À l'entrée de la ville, il y avait de grandes balises bleues au sol pour suivre le Chemin, et au centre, des plaques métalliques qu'il fallait suivre comme un jeu de piste. À la sortie, il y avait un pont spécial marcheur à côté de celui pour les voitures...

Après Pampelune, les paysages se sont ouverts vers de grandes plaines cultivées. Le Chemin en a traversé une première avant d'en rejoindre une autre en passant par dessus une crete hérissée d'éoliennes. C'est au sommet que se trouvent les statues métalliques de la première image

Aujourd'hui, j'ai suis passé sous quelques tunnels en dessous de routes importantes, et j'ai vu des maisons décorées de coquillages, et une collection de mini-cairns au bord du chemin...

26
avr
26
avr
Publié le 26 avril 2019

C'était un peu la journée des autoroutes, aujourd'hui... Le Chemin en a suivi une presque toute la journée. Pas juste à côté, mais on la voyait et l'entendait souvent, sans compter toutes les traversées par au dessus ou en dessous. Et puis, après Puente-la-Reina, il y eu pas mal de monde sur le Chemin... Mais j'imagine que ce n'est qu'un début. De toute manière, le trajet était beau, en passant de villages en petites villes. Par les campagnes où les vignes sont revenues et les oliviers sont apparus.

C'était aussi une journée à ponts: ancien, d'autoroute ou pour marcheurs...

Aux environs de Puente-la-Reina, j'ai passé la moitié du trajet depuis Limoges. Il me reste ce soir un peu plus de 650 km, et j'en ai marché près de 700 depuis début avril...

Aujourd'hui, j'ai vu un distributeur de produits pharmaceutiques (surtout pour les urgences des marcheurs...), un petit paradis en construction et pas mal de coquelicots d'un beau rouge profond...

27
avr
27
avr
Publié le 27 avril 2019

L'étape aurait presque pu s'appeler "50 nuances de green", avec tous les verts différents en forêt et dans les cultures...

Belle journée, en partie seul comme j'ai pris une variante qui est déconseillée dans certains guides. Je ne le savais pas, et le chemin valait vraiment la peine pour les vues et le calme...

Après quelques passages dans les bois en début de journée, le Chemin a traversé des cultures de toutes sortes et quelques villages. Un peu comme hier.

Je passe la nuit à Torres del Rio, un joli village dont une des deux églises est octogonale. Sa forme particulière provoque beaucoup de spéculations sur ses origines. Et l'albergue dans laquelle je loge est un ancien hôtel templier.

Aujourd'hui, j'ai vu des sculptures de toutes sortes...

28
avr
28
avr
Publié le 28 avril 2019

Démarrage tôt pour une courte étape. J'avais envie d'arriver tôt à Logroño pour visiter et me poser un peu.

Après 2 ou 3 km, d'une petite crête, Logroño est déjà en vue, de même que Viana, à mi-chemin et où j'ai pris mon petit-déjeuner.

Et là, c'est moi ! C'est Antonino, un pèlerin italien, qui m'a envoyé cette photo.

À Logroño, j'ai pris une chambre dans un hôtel. L'après-midi s'est passée en repos et balade dans la vieille ville. Et ce soir, j'ai mangé quelques tapas avec Antonino que j'ai retrouvé ici...

Aujourd'hui, j'ai vu trois nouvelles versions de la coquille...

29
avr
29
avr
Publié le 29 avril 2019

Au menu, de l'autoroute (un peu, le matin) et des vignes (beaucoup, puisqu'on est dans le Rioja).

Le démarrage à été un peu difficile. Le moteur n'avait pas trop envie de s'y mettre. Mais un fois en route, plus moyen de l'arrêter : j'ai fait 36 km pour arriver à Azofra.

De plus en plus souvent, je dépasse des gens, ou j'en rencontre le soir qui ont l'air d'avoir du mal, ou qui boitent. Et cela, alors que la plupart n'ont débuté qu'il y a quelques jours, à Saint Jean Pied de Port. Je les admire de continuer à avancer, et j'espère pour eux que leur Chemin ne s'arrêtera pas trop tôt...

Aujourd'hui, j'ai vu une statue de pèlerin qui évolue avec le passage des pèlerins, un chœur d'église incroyablement chargé et doré et une autre statue de pèlerin, toute simple, au bord du chemin...

30
avr
30
avr
Publié le 30 avril 2019

Menu du jour: les vignes ont disparu, mais pas les autoroutes...

Une bonne partie de la journée s'est passée dans les champs, ce qui a donné quelques images assez graphiques. Le Chemin a quitté la Navarre pour entrer en Castilla y Léon.

J'ai à nouveau pris une variante, pour éviter de suivre une route. J'y ai passé un bon moment tout seul comme apparemment personne ne la prenait. Il est vrai qu'elle n'est pas balisée.

Ceci étant dit, jusqu'à présent, à part quelques moments où il y a un "peloton" à dépasser, il n'y a pas énormément de monde sur le Chemin. Et les Albergues ne sont souvent remplies qu'à moitié. Je ne ressens pas d'impression de "trop de monde"...

Aujourd'hui, j'ai vu un petit rappel au cas où..., un nid de cigogne (je vois des cigognes et des nids depuis Logroño), et un resto Chino-Camino.

Je loge ce soir à l'albergue Parada Viloria. Elle est tenue par Mariaje et Toni, deux anciens pèlerins. La première chose qu'ils m'ont dite est "tu es chez toi" et ils font tout pour... À part le logement, tout est en donativo (on donne ce qu'on pense devoir donner). J'y ai mangé ma première et succulente paella...

1
mai
1
mai

Journée en deux parties.

Pendant les 20 premiers kilomètres, le chemin a suivi de plus ou moins loin une route (la N120, qui va de Logroño à Burgos, comme moi...) en passant de village en village. J'espérais qu'il n'y ait pas trop de trafic comme on était le premier mai, mais il y avait beaucoup de camions...

Les 12 kilomètres suivants sont passés par dessus une crête, dans les bois. Assez rapidement le petit chemin est devenu un large coupe feu. Je passe la nuit dans le monastère de San Juan de Ortega.

Aujourd'hui, j'ai vu un mémorial aux victimes d'un massacre qui a eu lieu en 1935 sous Franco (c'est le deuxième que je croise), un nouveau type de marque au sol et une arche de pont qui m'a inspirée...

2
mai
2
mai
Publié le 2 mai 2019

Encore une journée en deux parties...

Départ tôt, avant 7 heures de San Juan. Le dortoir a été fort bruyant très vite, ce matin, donc debout bien tôt. Petit déjeuner deux villages plus loin, puis passage d'une crête d'où on avait une belle vue sur Burgos. Encore deux villages, puis c'est l'approche et l'entrée dans la ville.

Arrivé tôt, j'ai eu l'occasion de visiter un peu la ville.

J'ai passé un peu de temps dans la cathédrale. Impressionnante, de plusieurs styles en fonction des époques de construction des différentes parties. Différences que les plafonds reflètent assez bien...

Aujourd'hui, j'ai vu un beau grand encouragement, un nouveau mur pour ma collection et un pèlerin qui m'avait l'air bien fatigué...

Il reste moins de 500 kilomètres jusqu'à Santiago...

3
mai
3
mai
Publié le 3 mai 2019

La meseta, c'est un grand plateau couvert de cultures entre Burgos et Léon. À peu près 180 kilomètres de champs avec quelques villages. Difficile en été à cause de la chaleur et le peu d'arbres pour s'abriter.

Il faut d'abord sortir de Burgos et s'extraire des nœuds routiers qui l'entourent. Puis les champs commencent, parfois sur de grandes étendues toutes plates, parfois dans les vallées dans lesquelles se cachent les villages.

Il y avait pas mal de monde sur le Chemin au sortir de Burgos. Puis à partir 11 heures, j'ai marché presque tout seul jusqu'à Hontanas. J'ai eu droit à de la pluie pendant une partie de la matinée... Et il ne fais pas très chaud, 12-13 °C max et du vent. Même au soleil, le polar est de rigueur.

Aujourd'hui, j'ai vu une fontaine à gargouilles, un nouveau tag jacquaire et un couple d'anciens hippies hollandais qui distribuaient des rafraîchissements en donativo au milieu de nulle part...

4
mai
4
mai
Publié le 4 mai 2019

Le Chemin a commencé par descendre lentement la vallée où se trouve Hontanas. Puis après avoir traversé Castrojeriz, il est passé par dessus une crête. La vue de là-haut était splendide avec le Chemin qui se faufile entre les champs de couleurs différentes...

Une fois redescendu, le chemin a continué à plat. La journée s'est terminée en suivant sur quelques kilomètres un canal qui amène l'eau pour irriguer les champs.

Je vois et entends beaucoup d'oiseaux en marchant. J'entends très souvent le coucou. Je vois pas mal de grands rapaces et, depuis quelques jours, des cigognes, qui font leur nid sur le clocher des églises. Sur les hautes herbes sèches en bordure de chemin, il y a souvent toutes sortes de passereaux qui viennent se percher. Ils sont assez colorés et relativement peu farouches. Ils restent fréquemment sur leur perchoir pendant qu'on passe à côté d'eux, ce qui permet de bien les regarder. Mais pas question de s'arrêter: ils s'envolent immédiatement !

Aujourd'hui, j'ai vu des voitures bien givrées, une orchidée au bord de la route et la fête à Fromista (et j'espère que les boum-boum ne dureront pas toute la nuit...)

5
mai

La nuit n'a pas été terrible, avec des boum-boum jusqu'au delà de 2 heures du matin...

Au menu, ce jour: soleil, fraîcheur (de 2° ce matin à 14, cet après midi), vent du nord (polar et coupe vent toute la journée), lignes droites à plat (à côté d'une grand route pas trop empruntée, sur petite route ou sur route de terre) et 37 kilomètres...

Après 20 kilomètres et trois villages, à Carrion de Los Condès, j'ai eu le choix. Soit rester là, soit continuer. Mais continuer voulait dire 17 km de plus: il n'y a aucun hébergement possible avant. Il n'y avait même rien du tout avant, sauf un bar improvisé au milieu de nulle part...

Les champs de la Meseta sont parfaits pour des images minimalistes...

Aujourd'hui, j'ai vu un panneau routier qui m'a fait penser à Stellla, une nouvelle statue de pèlerin (il y en a dans presque tous les villages...) et un nid de cigogne qui surveille une exploitation agricole...

Demain, une journée moins longue...

6
mai
6
mai
Publié le 6 mai 2019

Comme annoncé, plus courte journée. D'autant que j'étais peu attentif, un peu dans ma bulle "meseta", et que, par deux fois, j'ai loupé les balises ou les débuts de variantes, un peu plus longues, qui m'auraient permis de ne pas longer les routes (dont la N120, qu'on a retrouvé...). Total 22 kilomètres... Le Chemin traversé des villages dont certaines constructions sont toujours en terre battue. À deux endroits, il y avait des grandes buttes à l'intérieur desquelles les villageois, par famille, preparaient et stockaient vin et victuailles pour l'année...

Dans Sahagun, c'est les briques qui sont beaucoup employées, dans maisons et les églises. Certaines sont entièrement en briques, dans d'autres, elles sont mélangées à de la pierre.

Comment se passe une journée sur le Chemin ? Je me lève en général vers 6h30,en fonction des levers dans le dortoir. Départ entre 7h et 7h30, après un petit-déjeuner ou quelques biscuits et abricots secs. Après 10 à 15 km, pause pour un café et manger quelque chose de salé. Un morceau de tortilla a assez souvent ma faveur. Deuxième pause entre les km 20 et 25. Parfois, c'est l'arrêt de la journée, comme aujourd'hui. Autrement, pause de midi. Je m'arrange pour qu'il me reste moins de deux heures ensuite. Bien sûr, tout cela varie en fonction des points d'arrêt possibles, de ma forme et de la météo...

Aujourd'hui, j'ai vu une nouvelle statue de pèlerin, des arbres bien protégés pour les nuits encore fraîches et un peu de poussière sur les chemins de la Meseta...

7
mai
7
mai
Publié le 7 mai 2019

Aujourd'hui, c'était la meseta pure et simple, comme je me l'imaginais. Les lignes droites étaient vraiment longues, droites et plates, avec pas grand chose à voir, à part des perspectives à l'infini...

Et j'étais seul presque tout le temps. Beaucoup préfèrent apparemment prendre le Camino Real, par la route, plutôt que la Calzada Romana qui traverse les champs par la Via Trajana, une ancienne voie romaine.

J'ai adoré cette journée...

Tout comme le trajet, les photos sont assez simples et pas très variées...

La journée sur le Chemin, suite. Une fois arrivé, souvent entre 13 et 15 heures, je commence toujours par étirements/douche/lessive/mise en charge des batteries qui en ont besoin. Après, le reste de l'après-midi se passe en repos, découverte du village ou de la ville (s'il y a quelque chose à voir...), rencontres, écriture dans mon carnet de voyage et, bien sûr, préparation du post du jour, qui me prend un peu plus d'une heure. La soirée est courte, avec le souper vers 19 heures (les espagnols se sont adaptés à l'heure pélerine...) et coucher souvent avant 21 heures...

Aujourd'hui, j'ai vu une église joliment éclairée par le soleil levant, une piscine au milieu de nulle part et de nouvelles caves à vin et victuailles...

8
mai
8
mai
Publié le 8 mai 2019

Départ sous un ciel gris, puis la pluie et le vent s'y sont mis. Heureusement, le soleil a petit à petit chassé les nuages et il faisait presque bleu en fin de matinée.

Étape de liaison, sans grand intérêt. Après quelques kilomètres de champs, l'entrée dans la zone urbaine autour de Léon a commencé. Pour quelques heures de suivi de route, nœud autoroutier, zone commerciale, boulevard...

Comme d'habitude, je suis arrivé tôt et j'ai eu l'occasion de découvrir León. Grand centre piétonnier assez joli. Des églises partout.

Et une superbe cathédrale gothique classique renommée pour ses vitraux. J'ai beaucoup aimé...

9
mai
9
mai
Publié le 9 mai 2019

La lumière s'est allumée à 6 heures ce matin, dans le dortoir ! Un peu tôt... Mais, en partant avant 7 heures, j'ai eu l'occasion de traverser la vieille ville de León vide et avec le soleil levant.

Il a fallu un peu plus d'une heure de plus pour sortir de l'agglomération, le dernier kilomètre le long de la N120, une fois de plus. Heureusement, il y a une variante qui permet de ne pas continuer à la suivre sur les 20 bornes suivantes. J'y ai retrouvé des lignes droites sur chemins et routes, mais au calme au milieu des champs et en passant dans de petits villages.

Aujourd'hui, j'ai vu une nouvelle statue de pèlerin, un entrepôt que j'ai trouvé assez photogénique et un nouveau mur pour ma collection...

10
mai

Belle journée...

Commencée sous un ciel gris, la journée s'est terminée avec le soleil et 21°C. Les paysages plats ont disparu pendant la matinée. Le Chemin est plus vallonné, plus droit du tout, et la terre à viré vers un rouge/orange plus intense. Et moi, je me suis senti en pleine forme...

Le guide suggérait de passer par Castillo, un village un peu en dehors du Chemin construit et préservé en pierres locales, rouges et ocres. Cela valait la peine !

Les semelles de mes chaussures commencent à bien s'user, surtout à l'extérieur des talons. Comme je pense que les gênes dans les genoux de ces derniers jours pourraient venir de là, j'ai modifié les semelles interieures pour compenser. Ça semble fonctionner: je n'ai quasiment rien senti, aujourd'hui...

Aujourd'hui, j'ai vu une nouvelle statue de pèlerin, une énorme passerelle pour permettre aux piétons de passer au dessus d'une unique voie de chemin de fer et un château d'eau au milieu d'un village...

Demain, ça monte...

11
mai
11
mai
Publié le 11 mai 2019

Toute l'étape a tourné autour de la Cruz de Ferra. C'est une croix sur un sommet, au pied de laquelle on dépose un caillou que l'on a emporté avec soi et qui symbolise une peine ou un péché que l'on veut oublier là...

Il faisait frais quand je suis parti et le vent n'arrangeait pas les choses. La montée vers la croix était assez douce et est passée par trois petits villages. Une fois la descente entamée, les paysages ont changés. Les collines se sont couvertes de buissons de fleurs blanches, jaunes et violettes. Et qui en plus degageaient beaucoup de parfum quand le chemin les traversait. Bien agréable descente...

Quand je suis arrivé à Molinaseca, le soleil avait bien chauffé et il régnait un petit air de station balnéaire sur le village, avec tables et parasols sur la digue et bronzage au bord de l'eau...

Aujourd'hui, j'ai vu une nouvelle série de panneaux indicateurs longue distance, une Chouffe et une maison à vendre (pour bricoleur averti)...

12
mai
12
mai
Publié le 12 mai 2019

Quel changement par rapport à l'étape d'hier ! Autant, hier, le Chemin était en pleine nature la plupart du temps, autant la majeure partie du trajet d'aujourd'hui s'est passé dans des zones urbaines et periurbaines... À part les km de 27 à 30 qui ont traversé des vignes qui sont doucement réapparues.

La journée s'est terminée le long d'une route pas très fréquentée qui jouait à cache-cache avec une rivière et une autoroute...

Il a fait beau dès ce matin, et vraiment chaud à partir de 11 heures. Le thermomètre est monté à 26 degrés et il devrait grimper plus haut dans les 2-3 jours qui viennent.

Aujourd'hui, j'ai vu un nouveau genre de balise pour le Chemin, des roses en pleine évasion et une nouvelle statue de pèlerin...

Demain, j'entre en Galice. Il reste moins de 200 kilomètres avant Santiago de Compostella...

13
mai
13
mai
Publié le 13 mai 2019

Déjà hier soir, le set de table de mon repas me montrait une carte de la Galice. Ça a quand même demandé un peu d'effort pour y arriver...

Trois degrés et un peu de vent pour démarrer le long de la même route qu'hier, qui suivait la même autoroute, en fond de vallée. Pas trop fun, les 10 premiers kilomètres...

Puis, après que l'autoroute se soit envolée sur un viaduc, la route s'est rétrécie, puis est devenue un chemin qui est monté vers le point le plus haut de la journée. Quelques passages assez pentus. C'est sur un des points hauts de la journée que la chemin est passé en Galice. Une fois de l'autre côté de la montagne, dans cette nouvelle province, tout a de nouveau changé: les paysages, les maisons, les bornes qui balisent le Chemin...

Ciel bleu toute la journée, 32 kilomètres, 980 mètres de dénivelé positif et 26° à mon arrivée à Fonfria. J'ai failli me plaindre de la chaleur.

Aujourd'hui, j'ai vu une statue de pélerine (il était temps !), une clôture assez originale et une pub pour un autre pèlerinage...

14
mai
14
mai
Publié le 14 mai 2019

À partir de Fonfria, le Chemin est descendu assez vite de 600 mètres. En début de descente, avec le lever de soleil, cela a donné de bien belles vues sur la Galice.

Il faisait moins frais, ce matin. Et sur les deux premiers kilomètres, il y avait des alternances de coulées d'airs chaud et froid. Très surprenant...

Pour le reste de la journée, le Chemin a ondulé sur les collines, pas mal en forêt et en traversant quelques jolis villages. Il a fait chaud !

J'ai croisé quelques vieux, gros troncs d'arbres très torturés le long du Chemin.

Il y a de plus en plus de monde sur le Chemin, et leurs sacs sont de plus en plus petits... À l'approche des 100 derniers kilomètres, il y a pas mal de nouveaux marcheurs qui font juste cette distance, ou un peu plus, requise pour avoir la Compostella.

Aujourd'hui, j'ai vu une fresque murale pélerine, le bel intérieur d'une petite chapelle rustique et plein de bornes du Camino (depuis l'entrée en Galice, elles indiquent la distance restante au mètre près !? La dernière que j'ai vue indiquait 110 km)...

15
mai
15
mai
Publié le 15 mai 2019
 J'ai passé la ligne des 100 derniers kilomètres, ce matin... 

Journée en deux parties fort différentes, comme c'est déjà arrivé. Une superbe matinée sur de petites routes et chemins, à flanc de colline, souvent dans les bois, bordés de vieux chênes ou de murs en pierres sèches. Et des passages dans de tout petits villages, pas toujours en bon état. Ça a été un des plus beaux tronçons de mon Chemin jusqu'à présent !

Une fois passé Portomarin et son pont sur le Rio Minho, le Chemin a suivi une route de plus ou moins près, sans vues vraiment dégagées. Comme il ne faisait pas trop chaud grâce au petit vent et aux nombreux passages à l'ombre, j'en ai profité pour avaler pas mal de kilomètres. Ce soir, il m'en reste 67...

Un peu partout, on trouve des horreos, des silos à grain suspendus pour protéger leur contenu des rongeurs et d'une forme tout à fait caractéristique.

Aujourd'hui, j'ai vu un drôle de petit pèlerin, que les figues sont déjà bien avancées et j'ai mangé du poulpe à la plancha, qui a fait son entrée dans le "menu peregrinos" autrement assez monotone...

16
mai
16
mai
Publié le 16 mai 2019

Finies les journées ensoleillées et chaudes. Aujourd'hui, c'est ciel plombé avec pas mal de degrés en moins. J'ai terminé l'étape avec 11°C et un petit crachin. Ça me rappelle quelque chose...

Le trajet a été assez agréable. Le Chemin a passé la journée à monter et descendre mais jamais beaucoup, la plupart du temps sur des chemins de terre ou de toutes petites routes.

Il y a vraiment pas mal de monde sur le Chemin. Ce n'est pas un problème en soi. Mais certains sont vraiment bruyants, comme un groupe de vingtenaires que j'ai rapidement dépassé ce matin, ou ce couple qui écoutait de la musique (sans écouteurs) tout en marchant... Conséquence de l'afflux de pèlerins, beaucoup d'endroits où on peut s'arrêter pour boire ou manger deviennent très industriels, et le mot accueil n'y est plus vraiment de mise. Mais, au final, tout cela n'a que peu d'impact sur son Chemin à soi...

Aujourd'hui, j'ai vu, rattrapé et suivi des pèlerins de toutes sortes...

Il reste 39 km...

17
mai

J'y suis ! Beaucoup d'émotions...

Plus d'images et d'explications demain...

17
mai

Le démarrage à été un peu dur après une mauvaise nuit... Il a fallu quelques kilomètres pour que la machine se mette en route.

Le Chemin était en sous-bois pour une bonne partie du trajet, en longeant de loin et en croisant de temps en temps une grand'route. Bien agréable...

Tout le long, et c'est comme cela depuis longtemps, on trouve des graffitis liés au Chemin sur tout et n'importe quoi.

Les quelques derniers kilomètres ont paru longs, mais pas trop désagréables. Pas de zone industrielle, ni trop de grand boulevard. Émotion à la vue d'un des clochers de la cathédrale, au loin.

Des yeux bien humides en arrivant sur la place de la cathédrale...

18
mai
18
mai
Publié le 18 mai 2019

Un tout grand merci à tous, famille et amis, de m'avoir suivi. J'en suis très touché. Cela été un très grand plaisir de vous savoir là, pas très loin et de pouvoir partager avec vous les beaux moments, et les plus difficiles. Vos encouragements m'ont bien aidés à passer au travers de ceux-ci, et des moments de questionnement. Merci...

Pour avoir l'occasion de nous revoir "en vrai", je ferai "maison ouverte" samedi prochain, le 25. Vous êtes tous les bienvenus à Dion à partir de 10 heures, quand vous voulez. Cela me fera grand plaisir de vous retrouver !

Pour m'organiser, pourriez-vous m'envoyer un mot, ici ou par e-mail, pour me dire si vous comptez venir et à combien ? Et aussi, si vous avez envie de partager un repas avec moi, midi ou soir...

Et n'hésitez pas à passer même sans prévenir...