Carnet de voyage

Serbie

8 étapes
1 commentaire
2
Pas sur d'y aller au début de notre voyage nous avons décidé d'y faire un tour au départ du sud de la Hongrie
Août 2017
7 jours
Partager ce carnet de voyage
1

C'est sous la pluie que nous faisons nos premiers pas en Serbie, nous n'allons pas très loin derrière la frontière et nous arrêtons à Subotica. Comme nous sommes dimanche nous voyons très vite que la ville est déserte, nous décidons de nous arrêter au lac de Palic juste à coté de Subotica pour y faire une promenade. Même si le temps n'est pas optimale nous nous lançons dans une ballade en rosalie pour être un peu à l'abri des gouttes, finalement vu la grandeur du lac nous n'en faisons qu'un quart. Le lac et le parc qui l'entoure sont agréable, il y a des bâtiments joliment peint et des fontaines. Le soir nous dormons sur un parking juste à coté du lac, non loin de nous il y a tout un groupe de "punk à chien" avec leur camion, ils ont l'air d'être installé depuis un moment on se dit que personne viendra nous déloger.

Aujourd'hui nous visitons Subotica, il y a déjà bien plus d'activité que la veille. Nous nous rendons à l'office de tourisme pour avoir une carte de la ville et connaitre les points d’intérêts, la dame nous dit que le tour de la ville est rapidement fait en 30 minutes nous aurons tout vu. Nous commençons la découverte de la ville par le théâtre national qui se situe sur la place centrale ou des petites cabanes en bois sont entrain d'être monté, du coup le théâtre n'est pas accessible. Nous poursuivons avec le Raichle Palace qui est un jolie bâtiment peint, le reste de la ville n'est pas très colorée et il dénote un peu dans l'ambiance global mais ce n'est rien de plus qu'un hôtel. Nous coupons au travers de ruelle et de bâtiment un peu glauque pour aller vers la Sinagogue qui figure sur la liste des monuments culturels d'importance exceptionelle en Serbie mais malheureusement elle est en totale rénovation, il y a des échafaudages tout autour et il est impossible d'entrer à l'intérieur. J'admets que nous sommes assez déçue car elle est vraiment magnifique, nous poursuivons vers l'église Sainte Thérèse qui elle aussi est en rénovation, décidément mais nous comprenons bien pourquoi, elle a une immense fisure sur toute sa façade. Nous tentons notre chance vers l'église orthodoxe de Subotica et cette fois-ci pas de travaux à l'horizon, elle n'est pas extraordinaire mais fait partie du patrimoine de la ville. Nous finissons notre visite par l'hôtel de ville qui est composé d'une grande tour et est le point central de la ville, nous allons à l'office de tourisme juste à coté pour demander si nous pouvons monter jusqu'en haut pour avoir une vue d'ensemble de Subotica, et devinez quoi? On nous répond que ce n'est pas possible car il y a des travaux qui sont entrain d'être fait en haut de la tour. Subotica est une jolie ville de Serbie, il faudra y revenir quand les travaux seront terminé, nous sommes au nord du pays du coup c'est encore assez riche et ressemble un peu à la Hongrie. Comme la visite de la ville ne nous a pas pris trop de temps nous reprenons le camion pour nous rendre à Novi Sad.

Raichle Palace
Raichle Palace
église orthodoxe
église orthodoxe
église franciscan
église franciscan
église Sainte Thérèse
église Sainte Thérèse
synagogue
synagogue
jardin punlic avec la tour de l'hotal de ville en arrière plan
jardin punlic avec la tour de l'hotal de ville en arrière plan
thétre national
thétre national

Créez votre road trip sur mesure, sans le coût d'une agence !

Plus de 50 circuits personnalisables inspirés des blogs MyAtlas
Itinéraire détaillé jour par jour, facile à organiser soi-même
Réservation en direct des hébergements, vols et locations de voiture
2

C'est en début d'après midi que nous arrivons dans la grande ville de Novi Sad, c'est apparemment l'une des plus belles villes de Serbie. C'est un vrai méli-mélo pour entrer dans la ville, il y a des voitures de toute part qui font plus ou moins attention aux autres, c'est chacun pour soi et pareil pour trouver une place de parking. Après de nombreuses minutes de recherche nous arrivons à nous stationner et partons en direction du centre ville. En l'espace de peu de temps nous nous faisons accoster par deux jeunes enfants, une maman et son bébé qui nous demandent avec insistance de l'argent, dans cette grande ville il y a beaucoup de personne qui mendient, nous n'avons pas revécu cela depuis l'Albanie. Nous arrivons à la place centrale ou se dresse la grande église catholique et en face l'hôtel de ville, la place est grande et met bien en valeur ses deux beaux bâtiments. Nous continuons d'avancer dans une rue piétonne ou nous nous installons en terrasse et ou deux petits garçons viennent aussi nous demander des pièces. Nous sommes en face du palais épiscopal qui est aussi un beau bâtiment. La ville de Novi Sad ne nous enchante pas plus que ça, trop de monde, trop de bruit, trop de voiture et nous ne trouvons pas ça si beau que ça. Nous décidons tout de même de marcher jusqu'au Danube et d'admirer de loin la forteresse de la ville.

église catholique
hotel de ville
la forteresse
palais épiscopal

N'aimant pas plus la ville que ça nous reprenons le camion et nous découvrons les villages serbes que nous n'avions pas encore traversé jusqu'ici. Les villages sont un peu vieillot mais dans l'ensemble les trottoirs et les routes sont entretenus. Comme en Bosnie nous avons du mal à trouver un supermarché et devons donc faire nos courses dans de petite supérette où il n'y a pas beaucoup de chose. Une fois les courses faite payé en dinar serbe (100 dinars est égal à 80cts d'€) nous poursuivons notre chemin vers le camping que nous avons dégoté dans la forêt non loin de Novi Sad mais une fois arrivé un panneau nous indique qu'il est fermé et qu'il faut téléphoner si besoin, le hic c'est qu'en Serbie nos portables ne fonctionnent pas. Une dame qui passait par là nous dit dans un mélange de serbe et d'allemand qu'il faut continuer la route et que là nous pourrons dormir. Nous l'écoutons mais au bout de la route il n'y a rien juste un restaurant et la route s'arrête ici, peut-être que nous nous étions mal compris finalement. Du coup demi-tour, sur la route nous voyons des panneaux indiquant des campings, le premier camping nous emmène chez quelqu'un et ici aussi il faut téléphoner car il n'y a personne. Nous suivons donc le deuxième panneau qui lui ne mène nul part. A force d'avancer nous ne sommes plus qu'à 45minutes de Belgrade du coup nous y allons nous nous installons dans le seul camping de la capitale qui est très rudimentaire, les sanitaires sont vieux comme le monde et surtout infesté d'araignées. Misère. Le camping est en plus de ça a 45min de la ville en bus, du coup nous réservons sans plus attendre un airBnB au cœur de la ville pour le même prix que le camping pour nous y rendre dès le lendemain.

2330 RSD soit 20€
villages serbes

Finalement en une journée nous avons déjà bien avancé dans le pays.

3

Ce matin nous arrivons chez Nikoleta qui nous accueille dans son studio qui est dans la cour intérieur de sa maison. Le logement est biscornu et atypique, c'est très sympa. Nous partons directement à pied vers le centre ville de Belgrade. Nous nous attendions à une ville un peu vieille oú semblable à Sarajevo, et bien pas du tout, Belgrade est une ville dynamique dans l'air du temps, il y a toutes les grandes chaînes de magasins, elle est bien plus européenne et moderne que Sarajevo. Un peu surpris afin d'avoir un aperçu global de Belgrade nous prenons le bus touristique qui fait le tour de la ville en 1h15 avec des commentaires en français. Le bus part devant l'assemblée nationale de Serbie, nous passons devant tout les monuments importants de la capitale, voyons les parcs de la ville, passons sur le Danube, allons jusqu'à la forteresse de Belgrade, ce que l'on peut en conclure après cette ballade c'est que la ville est en construction il y a des travaux un peu partout, les bâtiments sont assez gris et triste mais il y a beaucoup d'effort de fait pour rendre la ville plus attractive. Par contre les parcs ce n'est trop ça ils sont laissé pour la plupart en friche et ne donne pas très envie de s'y promener. De retour devant l'assemblée nous nous baladons dans les rues piétonne de la ville, nous nous arrêtons près du théâtre national pour manger.

le Parlement
l'assemblée nationale
le centre ville
théâtre national

Nous allons jusqu'à la forteresse de Belgrade d’où il ne reste que les remparts qui entourent le parc Kalemegdan. a l'entrée de la forteresse il y a des chars de guerre en exposition et une exposition temporaire sur les instruments de torture du moyen âge, par curiosité nous y allons et découvrons des instruments vraiment bizarres et étranges. Une fois dans la forteresse nous traversons le parc pour aller admirer la vue sur le Danube et la célèbre statue Podenik ou statue de la victoire, elle symbolise la victoire sur les turcs en 1913 durant la grande guerre balkanique (1912-1913). Nous passons aussi devant la statue en hommage à la France.

les remparts de la forteresse
le parc Kalemegdan
les remparts de la forteresse
statue Podenik
statue en hommage à la France

A coté du parc il y a le zoo de Belgrade, qui est un vieux zoo datant de 1936, nous allons y faire un tour, nous sommes très proche des animaux même des tigres et des loups. Nous assistons à l'heure "de l'apéro" des singes qui font leur show pendant que leur soigneur leur donne à boire à la bouteille. Le zoo est aussi en rénovation pour le coin ours et lion notamment. Le zoo de Belgrade n'est pas le plus beau ni le plus spectaculaire des zoos mais ça nous a fait du bien de changer un peu de type de visite.

Comme nous avons beaucoup marché pour nous rendre à la forteresse nous sommes loin de l'appartement nous tentons de prendre le tramway (à Belgrade il n'y a pas de métro), ayant repéré un peu le fonctionnement des lignes nous montons dans un qui va dans notre direction, c'est un peu le bazar car nous prenons les lignes sans connaitre leur destination du coup on espère que le tramway ne bifurque pas à un moment ou un autre, finalement il s'avère que ce n'était pas le bon, du coup nous en prenons un autre. Nous nous faisons contrôler et n'avons pas de ticket car nous n'avons pas cherché ou ils se vendaient, du coup un peu penaud nous payons un amende de 4000 dinars.

Lors de notre deuxième jour à Belgrade nous nous rendons de nouveau dans le centre ville et cette fois-ci nous achetons des tickets de tramway. Dans quelques semaines nous allons retourner en France pour le mariage de nos amis Aude et Stephen du coup nous profitons d'être dans un pays ou les prix sont moins élevés pour acheter nos tenues de mariage. Après une bonne heure passé dans le magasin avec une charmante vendeuse que l'on a beaucoup fait rire, Marin a sa tenue.

Nous flânons dans la ville quelques temps et partons vers l'église Saint Sava. Nous voulons prendre le tramway mais comme on a toujours rien compris au ligne nous arrivons à en attraper aucun. Nous nous y rendons donc a pied, ce qui fait une bonne marche de 30 minutes avec de sacré montée et les bras chargé de nos sacs de shopping. Nous prenons des raccourcis qui nous mène vers des lieux vraiment sinistre, nous traversons une sorte de cour des miracles avec des pauvres gens entassés les uns sur les autres. Vraiment nous ne sommes pas trop trouillard mais on ne s’attarde pas même si personne ne nous a embêté.

Une fois arrivé à l'église Saint Sava nous comprenons pourquoi elle est si connue dans Belgrade, sa blancheur immaculée et ses jets d'eau sur la place ou elle trône donne une dimension magistral à l'église. C'est la deuxième plus grande église chrétienne orthodoxe au monde, elle et dédiée à Saint Sava qui est le fondateur de l'église orthodoxe serbe. Nous entrons et découvrons que l'église est en complète rénovation, il n'y a plus rien d'apparent à l'intérieur, l'église est entièrement nue et construite en béton, sinon il y a de grand drap qui recouvre ce qui est encore en état. Nous pouvons descendre dans la crypte qui est finie d'être rénovée, c'est grandiose, c'est gigantesque, c'est tout neuf. Le sol est en marbre et les courbes du plafond sont recouvertes de peintures et de dorures.

les travaux

Belgrade a le potentiel pour être une belle ville attractive et touristique, je pense qu'il faut y retourner dans quelques années lorsque les travaux seront terminés. Bien sur elle ne possède pas énormément de monument mais il y a de beaux bâtiments qui mis en valeur donne du cachet à la ville.

4

Nous partons vers Smederevo, nous avons lu qu'il y avait une belle forteresse. Notre enthousiasme a quelques peu été entamé quand nous avons découvert la dite forteresse, car il y a bien une forteresse mais rien de plus, elle n'est pas vraiment entretenue et le grand parc qui l'entoure n'a pas grand intérêt. Comme nous sommes là nous entrons quand même à l'intérieur, on peut faire le tour des remparts mais l'endroit est un peu sale (bouteilles, papiers) pourtant l'entrée est payante, quelques dinars et la forteresse est en restauration. Alors oui c'est une forteresse en bon état car elle date du XVème siècle tout de même mais rien à voir avec ce que nous avons imaginé.

La forteresse 

Nous en profitons pour aller dans le centre de la ville à pied, il est assez mignon, c'est très calme. Nous faisons des courses et qu'elle n'est pas notre surprise lorsque nous trouvons sur le pare brise une amende. Nous sommes pourtant sur le parking du supermarché mais en Serbie nous n'avons pas bien compris comment ça fonctionne, il y a zone 1 2 et 3, tout les stationnements sont payants avec les différentes zones mais il n'y a jamais de borne pour payer et comme les panneaux sont écrit en serbe, on ne comprend pas. Là nous n'avions pas vu le panneau indiquant la zone, l'amende est de 790 dinars soit 6,60€ et est intégralement rédigé en cyrillique. Nous cherchons un policier pour lui demander oú nous devons payer mais personne dans le coin et nous ne trouvons pas le commissariat. Tant pis nous verrons plus tard.

Comme Smederevo ne nous a pas conquis nous reprenons la route vers l'est du pays.

centre ville
5

Comme nous sommes un peu plus à l'est du pays les paysages changent on voit des montagnes et de la forêt car pour le moment le pays était assez plat. Nous roulons sur les rives du Danube en direction de Golubac et de l'autre côté c'est la Roumanie, sûrement pour ça que les paysages nous parlent plus. Nous passons devant le château de Golubac que nous avons l'intention de visiter le lendemain, il est posé sur un rocher sur la rive serbe du Danube, ça en impose.

Nous avons trouvé non sans difficulté un camping charmant ou nous sommes tout seul, il est tenu par Milena qui est adorable, elle nous offre une limonade faite maison. Elle parle parfaitement anglais et nous faisons la conversation autour d'un café serbe (qui est la même chose qu'un café bosnien), elle nous parle du développement de son pays mais ne mentionne jamais le Kosovo et nous n'osons pas l'interroger sur ce point car le sujet a l'air sensible en Serbie. Le long de la route nous avons vu des drapeaux du Kosovo et à Belgrade des images de la guerre et des banderoles que nous n'avons pas réussi à traduire complètement mais qui laissé comprendre que justice devait être rendu pour le Kosovo et les victimes de guerre. Le camping est au fin fond d'un chemin, dans la forêt, il est ouvert depuis seulement une saison et est très propre, nous nous demandons qui peut bien venir ici et là réponse est : nous !

Après une nuit passée dans le silence le plus total nous remercions chaleureusement nôtre hôte et partons vers le château. Nous arrivons assez tôt, il est tout aussi majestueux qu'hier mais... il est en travaux, il est impossible d'entrer à l'intérieur, nous pouvons seulement l'admirer du chemin qui le longe. Là nous sommes vraiment déçu car il avait l'air spectaculaire et monter en haut d'une tour pour admirer la vue sur la Danube et les rives de la Roumanie en face nous aurait bien plu. A l'extérieur aussi il y a des travaux, des échafaudages entourent les tours. Du coup nous ne restons pas longtemps et reprenons directement la route

6

De Golubac nous parcourons de superbes routes, nous passons dans des montagnes ça monte, ça descend, les routes sont sinueuses, les paysages valent le coup. Nous passons dans des villages assez reculés de la Serbie qui sont quelques peu archaïque, parfois la route n'existe plus oú est très abîmée. Nous croisons deux vaches au milieu de la route qui rentraient bien sagement chez elles et ne se sont pas du tout inquiété de la présente du camion. Nous voyons beaucoup camions qui transportent du bois et une multitude d'arbres coupés le long des routes. De nombreuses fois nous remarquons des petits "fours" avec une cheminée ou du bois est brûlé, nous n'avons pas réussi à percer le mystère et ne savons donc pas à quoi ça sert.

"les fours" le long de la route
les routes serbes

Nous arrivons au monastère de Manasija, eh là surprise au lieu des 2 3 visiteurs que nous avons pris l'habitude de croiser il y a une foule de gens, des bus et des voitures. Nous nous garons sur le côté et rencontrons des gens en vêtement médiéval. Nous visitons le monastère qui est assez petit mais en parfait état, il date de 1406 mais a plusieurs fois été saccagé et rebâtit de nombreuses fois, beaucoup fresques ont été perdu, ce qui fait que son église n'est pas énormément peinte à l'intérieur. Pour une fois le bâtiment n'est pas en travaux. Nous croisons deux dames vêtue de robe médiéval, je les entends parler français et en profite pour leur demander ce qui se passe. Nous sommes tombé le jour de l'ouverture du festival Just Out, un festival médiéval qui dure 3 jours, elles nous disent que nous allons entendre parler français car les Templiers de Paris viennent tout les ans et sont environ une trentaine.

Par curiosité nous allons voir, au pied du monastère se tient une scène et à quelques mètres en contrebas de la route il y a le cœur du festival, ici sont montés des stands qui vendent des objets divers du moyen âge, plein de stand de nourriture et de boisson et de l'autre côté de la petite rivière se tient le village médiéval. C'est un autre monde, nous croisons des chevaliers en armure, des reines, des serviteurs, des archers, des cracheurs de feu, des cavaliers, des vikings, ils vivent dans leur tente en toile de jute et l'intérieur est fait de peau de bête. C'est très réaliste et ils sont à fond dans leur personnage. Nous pouvons apprendre à tirer à l'arc et à manier l'épée sur certain stand et dans des arènes se tiennent des combats de chevalier et des jongleurs et cracheur de feu font le spectacle. Plus loin se tient le campement des festivaliers qui eux dorment dans des tentes classiques, nous voyons rapidement que nous ne pourrons pas venir ici avec le camion car il n'y a pas de passage. Nous nous installons pour boire une bière et croisons un Belge qui nous dit que nous pouvons nous installer sur les parkings dans le village de Despotovac qui n'est pas très loin et qui sont mis à la disposition des festivaliers. Il nous explique le déroulement de la soirée et nous informe que le Président serbe va venir, c'est vrai que nous trouvions qu'il y avait un large système de sécurité. Nous décidons de rester pour passer la soirée avec de presque vrai chevalier.

Une fois le camion déposé nous retournons au village médiéval pour manger, une femme nous accoste en français et nous demande ce que nous pensons de son pays, elle nous dit être très contente qu'il y ai des touristes qui viennent en Serbie. Nous retournons au monastère nous installer sur la colline au dessus de la scène pour assister au spectacle d'ouverture du festival et pour voir le Président, il y a beaucoup de monde. Après une heure d'attente l'hymne national est chanté et Aleksandar Vućic le Président serbe fait son entrée et se lance dans un discours, heureusement pour nous pas trop long car bien sûr on ne comprend rien. S'ensuit la parade des différents pays présent lors du festival, nous sommes étonné qu'il y ai autant de nationalité qui font le déplacement. Ensuite nous avons droit a un chant médiéval un peu triste et vient le moment tant attendu du combat des chevaliers, chaque pays se bat contre un autre pays, la France se fait souvent laminer il faut le dire et la Serbie sort grand vainqueur de tout ses tournois. Il y a une ambiance folle le public est à fond, nous rigolons bien.

les chanteurs de l'hymne national

Petite anecdote à la fin du spectacle Marin s'est précipité sur l'escalier pour descendre plus vite la colline, mais il s'est fait intercepté un peu violemment par un homme qui n'était rien d'autre qu'un garde du corps du Président, en effet Monsieur le Président était en cet instant entrain de descendre les marches mais comme nous ne l'avons vu que de très loin nous ne l'avons pas reconnu. Beaucoup de rire de mon coté et un petite douleur à la poitrine pour Marin.

7

Nous nous réveillons sur notre parking après une bonne soirée et repartons vers le monastère de Studenica. Comme la veille nous traversons la montagne et les petits villages. Le monastère date du XIIème siècle mais il y a des ornements et des monuments de différentes époques. Le monastère est très beau et en parfait état, nous découvrons l'église de la Vierge et l'église du Roi construit de marbre blanc. L'intérieur de l'église est en rénovation et nous observons les femmes qui font un travail minutieux sur les peintures des murs. L'endroit est paisible et reposant.

Après une petite ballade dans la campagne au alentour nous repartons pour les gorges de Ovcar Banja.

Nous arrivons dans les Gorges qui offrent un paysage enchanteur, nous voulons nous installer le long de la rive mais aucun accès possible et quand c'est le cas les lieux sont déjà investit par des habitants. D'ailleurs les routes, les chemins et les fossés sont souillés de détritus, c'est inimaginable comment l'endroit est sale, il y a des poubelles mais les éboueurs ne doivent pas passer souvent. Pas de parking, rien, nous galérons pendant un temps et décidons de chercher un camping. Le GPS nous emmène dans des endroits reculés notamment un dont l'accès est très pentu, Popo s’arrête en pleine ascension et impossible de repartir, nous devons redescendre toute la côte en marche arrière, grosse suée pour le conducteur. Après avoir essuyé trois échecs (aucun endroit indiqué n'était un camping), passablement énervé nous en trouvons enfin un. Mais la seule personne présente est le jardinier qui ne parle que serbe et nous fait comprendre que nous ne pouvons pas rester, pourtant l'endroit ressemble en tout point à un petit camping. Il commence à faire nuit et nous avons fait plus de 6h de route dans la journée, désormais dans le noir pour trouver un endroit c'est compliqué et les parkings de ville sont loin d'être calme, nous décidons de nous rabattre sur un hôtel/motel/room/sobe bref ce que nous trouverons sur la route. La aussi la recherche s'avère difficile, les premiers hôtels sont trop cher, les autres n'ont pas de parking, finalement nous nous arrêtons dans un sobe un peu sinistre au premier abord, les gérants ne parlent que serbe la communication est laborieuse. On nous laisse une chambre que je m'attendais un peu miteuse mais ce n'est pas le cas c'est très propre. La journée est enfin finie, nous décidons de quitter la Serbie dès le lendemain.

8

Suite à la journée de dingue que nous avons passé la veille nous décidons de quitter la Serbie pour retourner en Hongrie. Mais nous sommes a plus de 700km et nous ne voulons pas les avaler en une journée. Nous statuons de passer par l'est de la Croatie. Mais avant de quitter la Serbie nous voulons nous acquitter de notre amende, nous nous arrêtons au commissariat juste avant la frontière, le policier ne parle pas un mot d'anglais et encore moins de français. Finalement nous comprenons que nous ne devons pas payer, il nous dit de passer en Croatie et que pas de problème. Enfin c'est ce que nous avons compris, du coup on ne paie pas. J'ai vérifié depuis sur internet et visiblement nous ne sommes pas obligés de régler les amendes de stationnement dans certain pays.

À la frontière croate le policier fait un peu de zèle, il ne reconnaît pas Marin sur sa carte d'identité. Marin enlève sa casquette, lui montre que sa barbe et ses cheveux ont poussé, mais le problème du douanier est que Marin a l'air brun sur sa photo. Nous lui montrons le permis de conduire oú Marin a 18 ans donc pas de barbe et pas de cheveux, le policier regarde les deux photos, regarde Marin, repart avec les documents, ça dure un petit moment et finalement nous laisse passer. On aura bien rit car tout s'est fait par geste le policier ne parlant aucune langue que nous connaissons.

avant / après

Nous retrouvons la Croatie et pouvons écouler les quelques kunas qu'il nous restait. Les paysages et les villages ressemblent beaucoup à la Hongrie, nous ne sommes pas loin de la frontière. Nous nous arrêtons à Vukovar pour admirer le célèbre château d'eau criblé d'impact de balle lors de la guerre de Croatie contre les Serbes (de 1990 à 1995 suite à l'éclatement de la Yougoslavie), il a été touché plus de 600 fois. Il a été décidé que le Château d'eau ne serait pas rénové et serait ainsi un lieu de mémoire. Nous nous installons pour dormir non loin de là près d'un étang oú se trouve des pêcheurs. Durant la nuit un orage éclate, il est vraiment impressionnant, les éclairs zèbrent le ciel et illuminent tout les environs.

Le lendemain le beau temps est revenu et nous filons vers la Hongrie pour nous rendre dans la ville de Sopron. (http://myatlas.com/vweurope/hongrie)