Carnet de voyage

Pologne

6 étapes
1 commentaire
4
Le charme et la gentillesse polonaise opère dès notre entrée dans le Pays. Pays moderne et ancien il regorge d'Histoire et de belle chose à découvrir.
Septembre 2017
15 jours
Partager ce carnet de voyage
1

En Pologne les deux premiers jours se passent comme en Slovaquie c'est à dire sous une pluie battante. Après une première nuit passé le long d'un lac encadré par deux châteaux, nous nous sommes réfugié dans un camping pour nous sécher et laver des vêtements. Nous avons le camping pour nous tout seul et ne mettons pas longtemps à envahir les sanitaires avec nos affaires et chaussures mouillés. Le camping nous coûte seulement quelques zloty (1€ = 4,30zloty) et la propriétaire est adorable avec nous. La pluie a cessé, nous partons pour Cracovie.

la pluie la pluie toujours la pluie

C'est sous une légère pluie que nous faisons nos premiers pas à Cracovie. Nous allons sur la Place Mariacki (place du marché) qui est la place centrale de la ville, elle est gigantesque et est entourée de grandes maisons sur plusieurs étages, sa grouille de monde. Au milieu de la place il y a le Sukiennice (la Halle), c'est un monument du XIIIème siècle qui est une sorte de marché couvert, il y a des échoppes en bois qui vendent toute sorte d'artisanat plus ou moins local. On y trouve beaucoup de statuette de Saint et de babiole a l'effigie de Jean Paul II, les Polonais l'adore il est présent dans beaucoup de lieu et sa photo est affiché un peu partout. On trouve aussi des stands qui vendent des bijoux en ambre, divers souvenirs, des peaux de bête, des sacs en cuir, nous achetons dans une échoppe des chaussettes en angora. En sortant en face se trouve la Basilique Sainte Marie, faite entièrement de brique et a deux tours de hauteur inégale. La légende raconte que la construction de la Basilique a été confié à deux frères et qu'une rivalité les opposants ils voulurent chacun créer la plus haute et la plus belle tour, le plus jeune n'ayant pas réaliser la plus haute tour poignarda son frère et rongé par le remord se tua ensuite. En vrai on ne sait pas trop pourquoi les deux tours ne sont pas identique. L'intérieur est très richement décoré et est de style gothique, il y a beaucoup de pièce en bois et de dorure sur les nombreuses statues, le plafond est peint en bleu nuit si bien qu'on croirait y voir des étoiles. Les Polonais sont très croyant et les lieux de culte sont très respecté, il y a de nombreux panneaux d'interdiction et de rappel à l'ordre.

Place Mariacki
Basilique Sainte Marie
l'intérieur de la Basilique
a l'intérieur du Sukiennice

Nous faisons le tour de la place et partons en direction du Château du Wawel bâtit au XIème siècle. Nous marchons dans les rues pavés, c'est une ville très agréable oú il fait bon se promener. Nous passons devant la grande église de Saint Pierre et Paul qui comme toutes les églises en Pologne est très bien entretenu, à côté il y a l’église Saint André qui est plus petite et est en rénovation, accolé se trouve un couvent de sœur, sur la place en face des deux églises un vieux monsieur joue de l'accordéon et accumule à lui tout seul un petit public. Le château est situé sur une colline qui surplombe le fleuve Wisla, il est très impressionnant et est composé d'une Cathédrale oú un mausolée contient des rois et des reines de Pologne, d'une très grande cour et de fortification. Nous ne découvrons que l'extérieur du château car nous sommes en dehors des horaires de visite, il vaut vraiment le détour et est un lieu phare de Cracovie. La nuit commence déjà à tomber, désormais à 18h30 il fait noir et nous devons trouver un endroit où passer la nuit, nous nous rendons sur une aire de camping car ou nous ne trouvons personne pour signaler notre présence.

église de Saint Pierre et Paul
église Saint André
Château du Wawel
Château du Wawel

Le lendemain matin au moment de partir Marin se fait copieusement rouspéter en Polonais par le gardien car nous ne nous sommes pas présenté la veille, Marin tente de lui expliquer que nous n'avons trouvé personne en arrivant mais le monsieur ne parle que Polonais et aucun mot d'anglais. Autrement dit un vrai dialogue de sourd. Après cette petite incompréhension nous retournons au centre de Cracovie pour prendre un bus qui va nous emmener jusqu'au camp d'Auschwitz-Birkenau. Nous allons faire une visite guidée avec un groupe français, les camps se visitent exclusivement en visite guidée. Les camps sont à environ 1h30 de Cracovie, dans le mini bus on nous mets directement dans l'ambiance en nous passant un documentaire sur les camps de concentration. La visite (transport inclus) dure 7h, pour entrer dans le premier camp c'est un peu comme à l'aéroport, nos sacs sont fouillés et nous passons au travers d'un portail électrique. La visite commence, je ne vais pas vous raconter l'histoire terrible du camp d'Auschwitz tout le monde la connaît. Nous passons dans les baraquements, les allées, nous allons même dans les chambres à gaz et voyons le crématorium. Honnêtement c'est très étrange de se retrouver la et de "visiter" un lieu où il y a eu tellement d'horreur, l'ambiance est assez lourde et notre guide ne respire pas la joie de vivre ce qui n'arrange en rien à l'atmosphère déjà pesante. Après 3h de visite nous allons a Birkenau qui est 3km plus loin, c'est le lieu où débarquaient les juifs en train et l'endroit où ils étaient exterminé, ici nous voyons les ruines des chambres à gaz que les allemands on dynamité avant de fuir et les plaques du mémorial inscrites dans plusieurs langues. Durant le retour ce n'est pas la joie une tel visite fait réfléchir et fait froid dans le dos, la guide nous a raconté les conditions de vie et de mort des déportés et c'est dur de ne plus y penser une fois la visite terminé. C'est sous une pluie torrentielle que nous arrivons à Cracovie, nos vêtements complètement trempés nous récupérons le camion et retournons a l'aire de camping car de la veille en n'oubliant pas de nous présenter cette fois-ci.

l'entrée du camp
crématorium
Camp de Auschwitz 
les décombres des chambres à gaz
plaque commémorative en français
l'intérieur des baraques
les toilettes
Camp de Birkenau 

La pluie de la soirée n'était que de passage et le soleil est revenu. Nous repartons pour finir de visiter Cracovie. Sur la Place Mariacki nous nous attablons en terrasse pour déguster un chocolat chaud et des pierogi, se sont des raviolis Polonais habituellement farcie de pomme de terre, oignon et fromage frais, cette fois-ci ils sont au chocolat et à la crème de cheesecake, c'est très bon. Sur la place il y a la Tour de l'hôtel de ville, nous montons jusqu'en haut, les marches sont étroites, hautes, irrégulière et les portes pour passer d'un étage à l'autre sont très basse, elles sont même pour certaines plus petite que moi. Une fois en haut nous dominons toute la place mais c'est au travers de fenêtre que nous la voyons car il est interdit de sortir.

la chocolaterie
pierogi au chocolat et chocolat chaud
La Place du marché sous le soleil
la tour de l'Hotel de ville
La Place du marché vue de la Tour de l'hôtel de ville

Nous nous dirigeons vers le quartier juif, l'ambiance y est grunge et populaire. Au milieu de la Place Nowy qui est assez grise se tient un bâtiment rond en brique avec une douzaine de fenêtre qui proposent chacune des zapiekanka, se sont des moitiés de baguettes agrémenté de divers aliments (on peut mettre ce qu'on veut dessus) saupoudré de fromage et placé au four, un trait de ketchup et c'est prêt. À côté se trouve un marché au puce temporaire, il y a un peu de tout mais surtout des anciennes reliques de guerre. Nous avançons jusqu'à la vieille synagogue, dans le quartier il y en a plusieurs mais c'est celle ci la plus ancienne elle date de 1402 et est toute en brique. C'est une des rare synagogue forteresse au monde, des larges murs et des meurtrières composent le mur de défense dans laquelle elle est encastrée. La faim se fait sentir nous nous arrêtons sur une placette oú se tient plusieurs cabanes, comme en Autriche nous retrouvons les cabanes a saucisses, cette fois ci nous ne nous faisons pas avoir et prenons une saucisse classique. Nous repartons flâner dans le quartier qui est parsemé de bâtiment endommagé, de street art, beaucoup d'artiste s'y sont installé et l'endroit est très à la mode pour sortir.

Place Nowy
intérieur d'une synagogue
une des synagogues du quartier
la vieille synagogue
Le quartier Juif 

Pour finir la journée nous repartons vers le nord de la ville pour nous rendre à la Barbacane qui est la forteresse qui protégeait autrefois l'entrée de Cracovie. Elle est dans un parc et est en parfait état de conservation malgré qu'elle date du XVème siècle. L'endroit est très charmant, il y a encore une église avec une grande photo de Jean Paul II sur la devanture. Les ruelles qui longent la Barbacane sont pavées comme dans la vieille ville et il y a des vendeurs de tableaux sur les trottoirs, c'est un endroit paisible même si il y a beaucoup de passage mais nous trouvons que les Polonais sont relativement calme et ne s'agitent pas dans tout les sens pas comme dans les pays du sud que nous avons traversé les mois précédents. Nous retrouvons notre camion et partons non loin de la vers Wieliczka pour visiter le lendemain sa mine de sel. Ici nous trouvons un camping ou nous sommes de nouveau tout seul, au moment de prendre notre douche dans des sanitaires archaïques, l'eau chaude n'est pas là. La seule raison pour laquelle nous allons dans des campings c'est pour prendre une douche chaude et profiter du chauffage pour faire sécher des affaires. C'est embêtant, Marin bidouille le chauffe eau mais rien ne se passe. Il va trouver la patronne qui possède aussi un hôtel juste à coté, lui explique la situation et la seule réponse de la dame et de son mari est "no hot shower today". Ça ne nous va pas du tout, il est tard, il fait nuit, il fait froid, nous voulons "une hot shower", du coup après négociation et de long soupir de la patronne on nous donne une clé de chambre pour que nous puissions prendre une douche.

Barbacane

Le lendemain nous partons visiter la mine de sel de Wieliczka, la aussi la visite se fait exclusivement avec un guide. Notre guide est très drôle, parle un excellent français et lance quelques piques à propos d'Emmanuel Macron, visiblement les Polonais ne l'aiment pas trop notre nouveau Président. La visite commence par une descente de 64 mètres dans le sol, tout ça par des marches en bois, ça n'avance pas très vite car il y a des moins jeune avec nous. La mine de sel n'est plus en activité de nos jours et sert pour le tourisme et comme lieu de thérapie pour les gens qui ont des maladies respiratoires. La visite est très bien conçu, il y a des reconstitutions des conditions de travail des mineurs et des animation en son et lumière dans certaines salles, nous traversons de long couloir, aujourd'hui il fait plus chaud dans la mine qui est à une température constante de 16° qu'a l'extérieur. Le travail de charpentier est considérable car il fallait consolider la mine pour empêcher les effondrements, dans la mine plusieurs chapelles ont été créées pour que les mineurs puissent s'y recueillir avant de commencer le travail, nous voyons aussi deux lacs artificiels et en descendant un peu plus bas sous terre nous découvrons une église. Une vraie église qui célèbre encore tout les dimanches la messe, elle est construite dans le sel, au plafond sont accrochés des lustres fait de cristaux de sel, les statues sont en sel et il y a même au mur une reproduction de la Cène de Léonard De Vinci également gravé dans le sel. C'est spectaculaire. Une fois ici la guide nous dit que nous avons visité seulement 1% de la mine, pourtant voilà 2h déjà que nous sommes dans la mine. Il est temps de remonter à la surface, pas de marche cette fois-ci, c'est dans un minuscule ascenseur qui à l'air de dater de l'époque ou la mine était en fonctionnement que nous remontons à la vitesse de l'éclair.

l'église de sel
la Cène en sel
lac artificiel
La mine de sel

La ville de Cracovie est un nouveau coup de cœur pour nous. C'est tranquille, paisible et tout est tout est très beau. L'ancienne capitale de la Pologne n'a rien a envier à ses consœurs européenne. Nous n'avons pas encore découvert les autres villes du pays mais je pense que si il y a une ville à visiter en Pologne c'est Cracovie.

2

Après une nuit passée en lisière de forêt nous prenons la route pour jeter un œil au petit village de Zalipie. C'est un village de moins de 800 habitants qui a pour particularité d'avoir l'intérieur et l'extérieur des maisons peintes de jolies fleurs colorées. La tradition remonte au 19ème siècle, une femme pour cacher les traces de suie laissées sur les murs a eu l'idée de peindre des fleurs dessus et comme c’était jolie à l'intérieur elle en fit aussi à l'extérieur et ne tarda pas a être imité par les autres femmes du village. Toutes ces maisons éparpillées apportent de la gaité et les peintures donnent de la luminosité aux maisons qui sont parfois assez sommaire. C'est très joyeux et poétique, nous sommes au cœur de la campagne Polonaise et nous ne croisons presque personne dans ce village, hormis quelques petites vieilles qui attendent le bus ou travaillent dans leur jardin. En bref on adore être ici mais les habitants vivent encore un peu à l'ère ancienne, nous voyons dans les champs les personnes labourer à la main ou parfois avec de très vieux tracteur.

Zalipie, même les niches des chiens sont peintes 

Après cette escapade sous le soleil dans la nature, nous partons pour Lublin qui est a 230km d'ici, nous roulons donc longuement. En Pologne le réseau routier est très bien, bien mieux que ce à quoi nous nous attendions, il y a des autoroutes mais nous n'avons pas compris le système, nous roulons pendant plusieurs kilomètres et ne rencontrons jamais aucun péage et il n'y a pas de vignette à prendre, on ne sait pas...

3

Nous arrivons à Lublin en fin de soirée et nous nous installons dans un camping abandonné à côté d'un terrain de foot. A Lublin nous allons visiter un musée en plein air qui présente une reconstitution complète d'un village rurale d'antan, on y voit des maisons de maitres, des maisons typique en bois, les maisons sont presque toutes ouvertes et à l'intérieur on peut y voir l'ameublement d'antan mais aussi les échoppes du barbier, de la couturière, la poste etc... Dans les cours il y a les outils d'agriculture d'époque, des étables avec des vaches et dans le parc il y a des chevaux, des poules, des oies et des chèvres. C'est très bien fait on s'y croirait presque même si par endroit le parc manque un peu d'entretien.

la poste
le barbier

A la suite de cette promenade dans le passé nous reprenons notre Popo pour aller a Kazimierz Dolny. C'est un beau village, très touristique visiblement on ne comprend pas trop pourquoi d'ailleurs, certes le village est très jolie et agréable mais il n'y a rien de fou à voir ou peu être que nous sommes passé à coté. Le centre du village a un petit coté médiéval avec sa grande place pavé et ses façades gravé dans la pierre. En tout cas nous ce que nous retiendrons surtout ici c'est le restaurant, nous avons mangé en quantité, en Pologne comme dans la plupart des pays de l'est il y a beaucoup de soupe, nous nous retrouvons donc avec deux gros bols de soupes chacun ou sont ajouté des pâtes, déjà rien que ça nous sommes calé mais ensuite vient le plat principal, deux assiettes de pierogi (sorte de ravioli frit) accompagné de crudité, de betterave et de frite.

pierogi
Kazimierz Dolny

Ici nous nous installons dans un camping chez un couple de vieux polonais qui nous parle en Polonais et en langage des signes, ils vivent à l'ancienne dans une grande roulotte. Ils sont charmant mais un peu timide avec nous.

4

La Pologne a un dur passée et a disparue de la carte de 1795 à 1918, elle a subie les barbaries nazie durant les 6 ans de la seconde guerre mondiale et 45 ans de totalitarisme communiste (1945-1989). Varsovie en a subit les conséquences de plein fouet, après la seconde guerre mondiale elle n'était plus qu'un champ de ruine, on peut dire que Varsovie a connue l'horreur, l'asphyxie, la souffrance, l'espoir et le renouveau.

Nous arrivons sur la place de la vieille ville de nuit, il y a beaucoup de promeneur en ce début de soirée et les terrasses des restaurants et café commencent à être envahi, nous nous installons dans un élégant restaurant. A la suite du diner nous marchons quelques temps dans la veille ville et retournons sur notre parking, la visite du lendemain promet d'être étonnante et agréable.

la vieille ville de nuit

Le centre de la vieille ville s'ouvre via des remparts et la Barbacane, directement nous arrivons sur la place du vieux marché, les maisons qui l'encadre sont hautes et colorées, il y a des terrasses et des vendeurs de toiles. C'est pleinement agréable de se trouver ici. Nous sommes très étonné que le centre historique soit si attrayant, nous pensions trouver un centre gris et marqué par le passé mais à la fin de la seconde guerre mondiale le centre a été reconstruit à l'identique avec l'aide de peinture et de photographie, elle est désormais classée au patrimoine mondiale de l'UNESCO. C'est le quartier qui a été le plus marqué par la destruction furieuse des nazis, même les ruines ont été dynamité. Au centre de cette place se trouve la statue de la sirène de Varsovie qui est l’emblème de la ville, elle défend et protège la ville (elle tient tout de même une épée à la main). La vieille ville n'est pas très grande et se balader dans ses petites ruelles pavés est plaisant tant il y a de jolies façades à regarder. Lorsque l'on quitte la place du vieux marché on se retrouve sur la grande place du Château ou se trouve le Château Royal et au milieu se tient la colonne de Zygmunt, c'est le plus ancien monument de Varsovie, érigé en l'honneur du roi Zygmunt III Vasa, évidemment elle aussi a été reconstruite après la guerre.

Barbacane
le château royal
la sirène de Varsovie
la place du Château avec la Colonne Zygmunt
La vieille ville 

Nous nous rendons au Palais de la culture et de la science, difficile de le louper quand on se ballade dans Varsovie, "cadeau" de Staline à la Pologne (pour affirmer la domination soviétique), le gratte ciel date de 1955 et comporte bien toute la grandiloquence communiste, c'est un gros bloc de béton, cerné à l'entrée par de grosses colonnes et d'une hauteur de 188m. A la chute du régime communiste on envisage de le détruire mais il est finalement conservé, il abrite plusieurs musées, des salles de spectacle, de concert, de théâtre, de cinéma et un restaurant. Quand nous entrons à l'intérieur c'est un véritable capharnaüm, il y a des gens dans tout les sens qui sortent des couloirs, montent des escaliers, font la queue tout ça dans un brouhaha incessant. On ne comprend pas bien ou nous devons nous rendre pour faire une visite du bâtiment, il n'y a rien d'indiqué nul part enfin si mais uniquement en polonais. Après avoir vadrouillé quelques minutes dans l'entrée du bâtiment qui est immense, on se croirait un peu dans les bouches de métro (bankomat, distributeur de boisson, escaliers et panneaux indiquant des directions), nous finissions par trouver un guichet qui vend des tickets pour faire une visite du Palais mais on nous dit qu'il n'y a plus de visite en français, du coup nous prenons un ticket pour prendre l'ascenseur qui nous mènent au 31ème étage. D'ici nous avons le plus beau panorama sur la ville. On se rend vite compte que Varsovie est constituée en grande parti de building et gratte-ciel, se sont les conséquences de sa destruction quasi total.

le Palais de la culture et de la science
Panorama de la ville du haut du Palais de la culture et de la science 

D'ici nous marchons tout droit jusqu'au café Bikle pour déguster un délicieux beignet à la rose, leur spécialité parait-il. A la suite de cette petite pause gustative, nous nous rendons au musée de Chopin, natif de Varsovie et y ayant vécu de nombreuses années Frédéric Chopin est à Varsovie ce que Mozart est à Salzbourg. Le musée est exclusivement en polonais et en anglais, il est moderne et très interactif mais nous n'avons pas du tout accroché. Les explications étaient très longue et c'était compliqué avec notre anglais primaire puis soyons honnête les musiques de Chopin ce n'est pas notre truc, le piano, ses sonates et nocturnes ce n'est pas la joie. Du coup nous ne restons pas longtemps à l'intérieur même si je pense que le musée est interessant pour ce qui aime ce compositeur.

musée de Chopin et Café Bikle 

Pour en savoir plus sur l’insurrection de Varsovie durant la seconde guerre mondiale quoi de mieux que de se rendre au musée de l'Insurrection. Il retrace extrêmement bien les 63 jours (1er aout au 2 octobre 1944) que dura l'insurrection des Polonais face aux occupants allemands. Face à l'avancée de l'Armée Rouge les Polonais décidèrent de se libérer seul afin de se présenter comme un peuple libre et autonome, le début de l'insurrection commence par des succès mais sous-équipé, peu ravitaillé, les Polonais abdiquent après 63 jours de combat, après cette défaite le peuple Polonais fut sous la coupe des soviétiques. Le musée est ludique, interactif, au centre et traversant les étages se trouve un mur en acier d’où l'on entend les battements du cœur de Varsovie. Dans le sous sol du musée se trouve la réplique grandeur nature du bombardier Libérator B-24J qui apporta de l'aide aux insurgés. La visite est longue mais toutes les explications sont intéressantes a écouter alors nous prenons notre temps pour nous imprégner de l'histoire des Varsoviens.

Libérator B-24
musée de l'insurrection 

La journée touche à sa fin et c'est à pied que nous retournons au centre historique, nous arrivons sur une gigantesque place vide, il n'y a rien dessus à part tout au bout la tombe du soldat inconnu gardé par deux gardes et à l'opposé une immense croix. C'est très bizarre tout cet espace perdu.

Le soir nous faisons la connaissance de jeune français installé à côté de nous, nous discutons voyage, ils arrivent de la Scandinavie, nous prenons un maximum d'info et avons encore plus envie de nous y rendre.

la tombe du soldat inconnu

Deuxième et dernier jour à Varsovie, nous prenons le camion pour aller au Palais Wilanów, datant du XVIIème siècle il a été miraculeusement épargné par la guerre et les années de communisme. Nous n'entrons pas à l'intérieur bien qu'il soit déjà absolument somptueux de l'extérieur, il est appelé aussi "le Versailles Polonais" et préférons faire un tour du parc et des jardins. Le parc est bordé par un étang sur lequel il est possible de faire une ballade en barque, il y a des parterres à la française et à l'anglaise, c'est super mignon.

Nous apréhendions Varsovie pensant n'y trouver que des blocs de l'ère soviétique, une ville terne et sans charme, nous nous sommes amplement trompé. Alors oui Varsovie est une ville résolument moderne avec ses nombreuses tours et ses barres d'immeuble mais elle a sut reconstruire son passé détruit. Varsovie vaut la peine d'y faire un détour et de prendre le temps de la découvrir.

5

De Varsovie nous arrivons à Wroclaw, nous allons au camping, l'endroit est très très très vétuste datant de l'époque communiste, je vous laisse imaginer, des gitans ont l'air de vivre à l'année ici, il y a des machines à laver dehors avec des raccordements fait maison, ça ne craint pas grand chose mais l'endroit est vraiment médiocre.

Wroclaw est la quatrième plus grande ville de Pologne, nous allons voir le célèbre Halle du centenaire qui est un bâtiment construit en 1913 entièrement en béton armée, sa construction était novatrice pour l'époque si bien que le bâtiment est classé à l'UNESCO. C'est l'un des plus grand édifice en béton armé au monde, il sert de centre de congrès, autour il y a une grande coupole recouverte par du lierre qui fait le tour d'une immense fontaine. Nous n'avons pas l'occasion de rentrer à l'intérieur pour voir le grand dôme, bon ce n'est pas dingue mais il faut reconnaitre le caractère exceptionnelle de la construction pour l'époque.

Nous allons sur l'ile Ostrow Tumski ou se dresse la Cathédrale Saint Jean-Baptiste, c'est un quartier agréable et calme, ce qui nous le verrons plus tard contraste avec l'effervescence du centre-ville. L'ile est l'un des plus vieux quartier de la ville, elle est posé sur le fleuve Oder qui traverse Wroclaw.

la Cathédrale Saint Jean-Baptiste
la Cathédrale Saint Jean-Baptiste
le quartier de l'ile Ostrow Tumski 

En passant par les ponts Tumski et Piaskowy (Pont de sable) nous nous rendons au cœur de la ville. La place centrale est très grande et il y règne une certaine agitation, il y a beaucoup de visiteur et aussi beaucoup de locaux qui envahissent les terrasses et se promènent. La Place du marché est encadré de tout les cotés par des anciennes maisons bourgeoises qui ont de très belle façade. Au centre se trouve l'Hôtel de Ville, le monument est assez atypique si l'on ne sait pas qu'il s'agit de l'Hôtel de Ville on peut facilement croire qu'il s'agit d'une église, de style gothique et Renaissance on ne voit que lui au centre de cette grande place.

l'Hotel de Ville
La Place du marché 

Comme il fait beau nous marchons au travers les rues de la ville, nous passons devant le Palais Royal et si on ne fait pas attention il peut passer totalement inaperçu car il se cache derrière de grande grille, finalement nous n'en avons vu qu'un petit bout et au fil de notre ballade nous arrivons devant l'ancien abattoir de Wroclaw qui au XIIème siècle nourrissait la ville. C'est un long bâtiment dans une rue pavé, actuellement y sont situés des ateliers d’artiste et des galeries de peinture, tout au bout de la rue il y a des statues d'animaux, cochon, chèvre, lapin et oie afin de rappeler la fonction première du lieu.

le Palais Royal
Ballade au travers Wroclaw 

Wroclaw a une particularité dans ses rues, ses parcs, ses jardins, ses places se cachent des nains. Oui oui des nains, des petites statues en bronze qui depuis 2001 ont envahi la ville, des nouveaux apparaissent chaque année, il y en aurait plus de 300 dissimulés au travers la ville. Du coup lors de notre promenade nous avons succombé à la chasse aux nains. Il y en a des très rigolo, le nain musicien, le lecteur, l'amoureux, le travailleur... Voici ceux que nous avons trouvé, nous avons déniché les plus facile mais il existe une carte qui les recense et certains sont très difficile à trouver.

Le résultat de notre chasse aux nains 

Nous avons adoré cette charmante ville et conseillons à tout les visiteurs d'y faire un saut. C'est un mélange de ville allemande et autrichienne mais en terre polonaise, dynamique et colorée elle offre un bon moment a passer.

Nous reprenons la route et nous arrêtons une journée complète à Swidnica ou il pleut des cordes, du coup nous nous occupons comme nous pouvons et faisons nos premières crêpes dans le combi.

Le beau temps revenu nous sortons découvrir Swidnica qui a un charmant petit centre-ville, je doute qu'il y ai de nombreux touriste ici. Pourtant la ville possède la plus grande église en bois d'Europe, la Friedenskirche (église de la Paix) qui est classée à l'UNESCO. C'est vrai qu'elle change de toutes les églises que nous avons vu auparavant, les peintures sur les plafonds sont directement faite sur le bois, l'orgue est gigantesque, le sol est recouvert de tapis et l'autel est énorme composé de statue recouvertent d'or. L’intérieur est actuellement en rénovation mais nous avons quand même pu voir l'essentiel.

L'église de la Paix 
6

Nous ne restons pas la journée entière à Swidnica et allons au Château de Książ non loin de la ville de Walbrzych. Le Château est l'une des plus grande construction historique en Pologne (160000m carré de surface), il a été construit au XIIème siècle, il a appartenu longtemps à la famille des Hochberg jusqu'en 1941 ou les nazis les exproprie et pillent le château. Aujourd'hui le château a été entièrement rénové et est utilisé pour des manifestations culturelles. Nous nous avons trouvé le château immense, nous nous sommes perdu dans le dédale des couloirs et des escaliers mais nous ne l'avons pas trouver magnifique, il est même assez vide. Par contre nous avons aimé certaines exposition qui s'y trouvait. Dans le ticket du château est inclus la visite de la Palmeraie, il y a des fleurs et des arbres tropicaux sous une serre ou il fait très chaud, c'est sympa.

A la suite de ça nous partons pour la République Tchèque qui n'est plus très loin d'ici.

Point sur la Pologne, nous avons adoré ce pays et avons dépassé les préjugés que nous pouvions avoir. La Pologne n'est pas un pays triste et arriéré comme on peut le penser alors en effet elle a énormément subit par le passé mais c'est une Pologne moderne et dynamique que nous avons découvert. Il y a toutes les infrastructures modernes, les routes ne sont pas du tout à l'image du reste des pays de l'Est, il y a de grande autoroute et les axes sont nickel. Le pays n'est pas bon marché mais les prix sont moins cher que chez nous et il n'y a pas plus de mendiant qu’ailleurs et je dirais même moins que chez nous. Et enfin les Polonais sont d'un naturel jovial et surtout sont extrêmement gentil et accueillant, petite aparté les Polonaises sont très belles et très féminines. Bref la Pologne pour passer un bon voyage on recommande sans hésiter.