Carnet de voyage

Italie

8 étapes
23 commentaires
1
Fini les terres froides et montagneuses de la Suisse place à la chaleur de l'Italie
Avril 2017
3 semaines
Partager ce carnet de voyage
1

Nous voici arrivé à Milan samedi après midi, nous choisissons rapidement d'aller au camping municipal de la ville, c'est ce qu'il y a de plus sûr pour rester quelques jours et nous avons besoin de faire une machine à laver et prendre une vraie douche car la douche solaire ce n'est pas toujours faisable.

campement Milan 

Notre campement installé, nous prenons le bus puis le métro pour nous rendre en centre ville, total 40 minutes de trajet, pour une première fois en transport en commun pas d'encombre. Le métro nous fait arriver directement sur la piazza del Duomo ou trône l'immense Cathédrale, c'est la troisième plus grande du monde, très impressionnant. La place est très grande et toutes les rues environnantes débouchent dessus, nous sommes samedi en fin d'après midi il fait beau, la place est bondé. En son centre la statue de Vittorio Emanuele II sur son cheval domine la place, à droite de la Cathédrale il y a le porche d'accès de la Galleria Vittorio Emanuele II vers lequel nous nous dirigeons. Quel splendeur, les bâtiments de style baroque sont ornés sur la hauteur de somptueuses peintures, la galerie est recouverte d'une verrière gigantesque, au centre les 2 axes de la galerie se retrouvent et forment une immense coupole de verre, le sol est lui aussi somptueux. Dans la Galleria sont installées les boutiques de luxe et aussi MacDo. Nous en prenons plein les yeux en plus il fait presque nuit et les lumières de la Galleria sont allumées MA-GNI-FI-QUE. Traverser la Galleria nous fait déboucher sur la Piazza della Scala où s'élève le Théâtre de la Scala. Il y a beaucoup de touristes mais aussi beaucoup de Milanais, d'ailleurs les Italiennes ont mis leur vêtements de soirée, très très chic. Nous nous attablons dans un restaurant et prévoyons nos activités pour le lendemain ensuite retour au camping.

 Piazza del Duomo (Place principale de Milan)
Duomo
Galleria Vittorio Emanuel II
Galleria Vitorio Emanuele II
les vitrines Milanaise

Le lendemain nous revoilà sur la Piazza Del Duomo nous avons fait le choix de ne pas entrer à l'intérieur du Duomo car il y a un monde de dingue et nous souhaitons profitez un maximum de la ville sans faire la queue pendant des heures, tant pis on y retournera. Direction le Théâtre de la Scala pour une visite du théâtre et de son musée, après avoir cherché l'entrée pendant quelques minutes un policier nous refuse l'accès. Nous ne comprenons pas pourquoi mais le policier est formel il ne nous laissera pas entrer. Quelque peu étonné nous nous rendons à l'Office de tourisme à quelques pas pour demander une explication, la dame de l'agence parle très bien français et aussi étonné que nous nous accompagne à l'entrée du théâtre. Un peu gêné nous espérons ne pas la faire se déplacer pour rien et ne pas avoir mal compris ce que nous a dit le policier. Heureusement pour nous après un baratin en italien avec le monsieur de l’accueil elle nous explique que le théâtre ne peux pas être visité aujourd'hui car il y a une répétition mais que nous avons accès au musée. Un peu déçu nous prenons 2 places pour la visite du musée et ça vaut le coup rien que l'intérieur du bâtiment est impressionnant, le marbre, les peintures, le parquet et les tentures au mur sont absolument splendide. En haut du bel escalier en marbre revêtu d'un tapis rouge se trouve une exposition sur Arturo Toscanini célèbre chef d'orchestre italien et directeur de la Scala. L'exposition est très bien faite même si nous ne comprenons pas tout car notre anglais est très approximatif, nous pouvons écouter des extraits de morceaux de musique classique, Verdi, Beethoven, Wagner dirigé par Toscanini. Nous nous aventurons plus loin dans le musée et montons deux escaliers qui mène au théâtre avant qu'une dame nous dises que nous n'avons pas le droit d'être là, elle nous a parlé en italien mais nous avons très bien compris, tant pis nous ne verrons vraiment pas le théâtre.

Musée de la Scala 

Une fois dehors nous mangeons un glace, ici il y a plein de "Gelati" alors difficile de résister et nous nous dirigeons vers le Castello Sforzesco qui est une forteresse du XVe siècle. C'est assez étonnant de trouver une forteresse en pleine ville de plus elle se trouve tout au bout de la grande rue commerçante qui part de la Piazza Del Duomo. Nous ne visitons pas son musée et nous contentons de flâner dans la cour de la forteresse qui est gigantesque. Quand nous sortons du Castello Sforzesco nous sommes dans un grand jardin, nous nous attendons à être au calme dans un petit coin de verdure mais pas du tout, il y a une grande scène qui déverse de la musique house et un stand qui propose des bières et des boissons alcoolisé ou non. J'ai tenté de lire le panneau qui explique l’évènement mais je n'ai pas compris même avec le traducteur, nous en profitons pour prendre une bière et nous installer dans l'herbe où il y a déjà beaucoup d'italien et de touriste.

Nous quittons le flot touristique pour nous perdre un peu dans les rues de Milan à la recherche du quartier "Navigli". Sur la route nous tombons sur la Chiesa di San Maurizio, une église recouverte de fresque et de peinture intactes, nous sommes une nouvelle fois émerveillé par la beauté du lieu.

Chiesa di San Maurizio 

Nous arrivons au quartier très animé de Navigli, là-bas des passerelles et des ponts relient les quais entre eux et passent au dessus des canaux, c'est très pittoresque et sympathique même si il y a beaucoup de monde. Il est l'heure de l'Apéritivo ! Le long des quais il y a une multitude de bar et de terrasse qui sont tous pris d'assaut, les gens boivent de grand verre de couleur orange cuivré, nous aussi nous en voulons, nous trouvons place dans un petit bar à la décoration rustique et moderne. Je montre au serveur que je veux la même chose que les gens devant moi qui boivent de grand verre du liquide orange. Il me dit "Ok 2 apérol spritz", voilà maintenant nous savons ce qu'est le mystérieux cocktail, il s'agit de vin blanc pétillant, d'Apérol qui est un alcool très amer, de 2 rondelles d'orange et d'une olive verte. J'adore ! Marin un peu moins. Ce qui est génial en Italie c'est qu'a l'heure de l'apéritivo dans les bars tu peux manger pleins de petites choses, quiches, pizza, brochettes, chips, carottes, olives… et tout ça sans payer de supplément. Repu et content de notre journée nous rentrons au camping. Demain nous reprenons la route pour aller vers les Cinq Terres.

Quartier de Navigli 
2

Lundi nous voici reparti sur les routes laissant Milan derrière nous. Il fait toujours beau temps, c'est agréable. Nous traversons des paysages magnifique de la région d'Emilia Romagna qui nous font penser au Gorges du Tarn. Il y a des rivières en contrebas de la route qui elles serpentent montent et descendent et une multitudes d'arbres, nous sommes tranquille sur la route et profitons de la nature. Nous sommes parti tardivement de Milan car nous avons eu des problèmes de douche solaire qu'il a fallu remplacer, la notre étant déjà foutue, du coup l'après midi touche à sa fin et nous sommes toujours dans les montagnes que nous avons de plus en plus grimpé et sommes désormais dans la région de Ligurie. Nous sommes dans les Apennins une chaîne de montagne qui traverse l'Italie. Popo n'aime toujours pas les montagnes, depuis les Alpes rien n'a changé, nous n'avançons guère et il chauffe. Nous sommes loin d'être arrivé à notre point de chute initial mais la nuit étant là nous nous arrêtons dans le village de Borzanosca sur un parking. Auparavant nous avons voulu établir notre campement pour la nuit près d'un petit lac que nous avons repéré sur la carte mais la route était trop pentu nous n'avons jamais pu grimper, de plus nous nous sommes fait peur avec l'essence dont le voyant était dans le rouge. Alerte générale dans le camion ! Nous sommes redescendu au village le plus proche qui est Borzanosca. L'ambiance n'est pas super ce soir nous mangeons et dormons rapidement, les routes seront mieux demain.

Lendemain nous avons repris du poil de la bête les incidents de la veille sont oubliés et nous repartons. Les routes sont toujours escarpés et pentus mais Popo avance bien mieux que la veille. Nous voici arrivé au Cinq Terre. Le parc national des Cinq Terre est composé de 5 villages : Monterosso al Mare, Vernazza, Corniglia, Manarola et Riomaggiore, le parc est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. Les villages sont construits le long de la mer Méditerrané sur des falaises et des criques, des terrasses sont construites le long des collines très pentus pour permettre l'agriculture et les vignes. Nous nous rendons à Monterosso al Mare pour se faire il y a un tunnel le long de la mer qui possède une seule voie, le feu passe donc au vert toute les 20 minutes, nous attendons notre tour en admirant la mer turquoise. Monterosso Al Mare nous fait découvrir ses maisons toutes en couleur, rose, jaune, verte, bleue, on découvrira par la suite que tous les villages sont ainsi. Nous avons aussi pu comprendre qu'il était très difficile de se garer, le village se visitant exclusivement à pied, nous laissons le camion dans un parking qui nous coûté 2,50€ l'heure. Nous flânons dans les ruelles étroites du village, montant un escalier, en descendant un autre, à chaque recoin il y a quelque chose à admirer. Nous nous attablons à la table d'un restaurant et buvons le vin des Cinq Terre un excellent vin blanc sec. Rassasié nous reprenons la route en direction de Riomaggiore où nous avons prévu de passer la nuit pour visiter le lendemain les autres villages. Nous grimpons le long des routes étroites et escarpés mais la route nous menant à Riomaggiore est fermé, évidemment nous n'avons pas vu la panneau qui nous l'annonçait, pour notre défense était très petit et comme c'était écrit en italien et qu'il n'y avait pas de dessin je n'ai pas compris. Bref demi tour, rigolo à faire le demi tour sur cette petite portion de route, après un petit coup de chaud pour Marin nous voici reparti dans l'autre sens et Popo préfère car ça descend. La nouvelle route qu'il faut emprunter pour atteindre le village est encore plus pentu et est très abîmé, Popo surchauffe plusieurs fois de suite nous obligeant à nous arrêter à répétition. On ne rigole plus trop, nous sommes sur des pentes qui montent très raide mais qui descendent aussi de la même façon avec des virages en épingle, visiblement on n'en sortira jamais si on veut aller à Riomaggiore, en tout cas Popo si on continu ne tiendra jamais le choc. Après avoir vidé nos derniers litres de liquide de refroidissement et consulté nos cartes nous décidons de ne pas nous rendre à Riomaggiore mais à la Spezia, la grosse ville la plus proche dont dépendent les 5 Terres. Nous crapahutons encore quelques kilomètres et enfin nous retrouvons de vrai route sans pente. Houra ! Nous nous installons dans un parking pour camping-car tenu par les ambulanciers de la ville qui louent le terrain qu'ils ont en trop au campicariste, ce n'est pas cher du tout et il y a l'eau et une bonne ambiance conviviale.

le tunnel pour Monterosso al Mare
emplacement à La Spezia

Le lendemain ayant retenu la leçon de la veille nous décidons de nous rendre dans les villages en train et en randonnée. Nous prenons le bus de ville et le train qui nous dépose à Vernazza où nous prenons un chemin de randonnée qui va nous mener vers le prochain village : Corniglia. Mais avant de partir à notre marche nous visitons les rues de Vernazza qui je trouve est le plus beau des 5 villages même si ils sont tous très beau et assez ressemblant, à Vernazza le village est encore plus pittoresque, le petit port est mignon et l'atmosphère est très méditerranéenne avec le linge qui pend aux balcons et aux fenêtres. Cette fois ci nous voici parti pour la randonnée, nous grimpons des marches, beaucoup de marche en partance du port de Vernazza et ensuite nous trouvons le sentier, nous avons opté pour la randonnée qui longe la mer et non celle qui va vers les montagnes. Nous sommes en hauteur et la vue est imprenable sur le village tout en couleur, la mer d'un bleu clair et les arbres au alentour, c'est à couper le souffle. Sur le chemin nous croisons essentiellement des français alors que jusqu'ici ils s'étaient fait rare. N'étant pas des grands sportifs nous souffrons un peu les premiers kilomètres d'autant plus que le chemin monte plutôt pas mal. Mais une fois le rythme pris nous savourons le moment pleinement.

Vernazza 
Vernazza 

1h15 plus tard nous voici à Corniglia. Nous remplissons nos bouteilles d'eau au fontaine du village, il y en partout ici et mangeons un peu et repartons vers Manarola. Cette fois ci nous ne pouvons pas prendre le sentier qui longe la mer car il est fermé, nous empruntons donc le sentier qui passe par les montagnes qui est un peu plus long et plus dur mais nous sommes motivé. Et il en faut de la motivation car le début du chemin est très très raide, ça monte au travers les cailloux pendant une bonne quarantaine de minutes avant que celui ci ne soit plus agréable. Nous sommes plus dans la forêt mais toujours le long de la falaise, nous traversons des vignes et des potagers sur terrasses, au loin nous voyons la mer. C'est superbe et nous avons un temps idéal, un grand soleil mais sans une chaleur étouffante, ce qui rend la randonnée très agréable.

Corniglia 
Chemin de randonnée en direction de Manarola 

2h30 de marche nous voici à Manarola, comme les villages précédents il est très coloré et est entourés de roche. Comme dans les autres villages nous nous amusons à nous perdre dans ses petites ruelles ou débouche toujours un escalier ou une terrasse sur lesquels nous pouvons monter. Nous nous attablons à un bar en bord de mer pour nous reposer un peu de tant de marche. C'est la fin de l'après midi et nous décidons de nous rendre au dernier village en train cette fois ci. Comme on a déjà payé pour pouvoir pratiquer les chemins de randonnée nous ne payons pas le train, il faut que l'on fasse attention à notre budget… ouhouh les fraudeurs. Pas de contrôle pour nous.

Manarola 

Nous sommes à Riomaggiore le plus gros des 5 villages, lui aussi est superbe mais il nous semble encore plus escarpé que les autres, à moins que ce ne soit la fatigue de la marche de la journée qui nous donne cette impression. Nous nous promenons quelques temps au travers du village et reprenons le train pour La Spezia.

Les Cinq Terre est vraiment un lieu magnifique et hors du temps, les couleurs et les paysages sont tellement époustouflant que c'est difficile de les décrire.

Riomaggiore 
3

Après une journée passée sur les routes nous voici arrivé à Florence jeudi 13 avril. Nous trouvons place sur une aire de camping-car tenu par un Italien très sympathique qui nous dit parler français mais après quelque tentative d'échange nous nous rendons compte que son français se limite à "bonjour" et "merci", ce n'est pas grave avec un mélange de français-anglais-italien et de gestes nous arrivons à discuter. Il nous donne accès à un petit coin agréable et nous nous installons. Après avoir fait une lessive (manuelle) et pris une douche (solaire), nous partons vers le centre de Florence qui se situe à 40 minutes en bus ou 20 minutes en train pour le même tarif. Nous optons pour le train, la minuscule gare est déserte et il n'y a aucune info ni de quoi acheter des billets, après vérification sur le site italien des trains il s'avère qu'il n'y a pas de train directs l'après midi. Retour vers le bus qui nous dépose à la gare de Florence qui ressemble à toutes les gares, un flot de gens de toutes sortes. Comme tout bon touriste nous partons nous renseigner à l'office de Tourisme où on nous fourni un plan de la ville et on nous explique ce qu'il y a de mieux à voir en 3 jours que nous sommes là. Ceci étant fait nous partons marcher au travers des rues de Florence, il y a beaucoup de gens en cette fin de journée. Malgré les nombreux touristes je trouve que la ville est très vivante et ne fait pas que ville touristique, on sent que des gens vivent ici, comparé à Milan qui était assez lisse et très basé sur le tourisme. À force de marcher nous tombons sur la Piazza del Duomo ou se dresse l'immense Cathédrale Santa Maria del Fiore, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. Elle est tellement gigantesque qu'elle prend toute la place, sa façade en marbre de Toscane blanc vert et rose lui donne un côté atypique et la rend encore plus majestueuse. Nous sommes bouche bée. Après en avoir fait le tour extérieur nous nous dirigeons vers un petit resto pour grignoter, on nous sert 2 bagels à l'italienne absolument divin (pain au céréale, basilic, huile d'olive, mozzarella et jambon de pays) miam. Le soir tombant nous retournons à la gare pour prendre 2 billets pour le lendemain matin et pour le soir même.

Cathédrale Santa Maria del Fiore
Cathédrale Santa Maria del Fiore
Cathédrale Santa Maria del Fiore

Vendredi, nous voici parti à l'assaut de Florence, la veille de retour au campement nous avons eu du mal à choisir ce que nous voulions faire tellement il y a de chose à voir. Nous commençons cette journée par le musée et la Basilique San Lorenzo. Nous entrons par le cloître qui est composé d'un jardin à la française, au musée nous découvrons le trésor de San Lorenzo très complet et les tombeaux des Médicis sculptés par Michel Ange. S'en suit une exposition d'art sur le détournement de la religion, il y a des sculptures en bronze et en plâtre, des peintures au style surréalisme et aussi naturalisme. C'est assez particulier, il y a des œuvres qu'on a eu du mal à interpréter, notamment un tableau de Jésus sur La Croix avec le côté gauche du tableau d'où sortait des bouts de mannequin en plastique... nous cherchons encore l'explication.

cloitre de la Basilique San Lorenzo
tombeaux des Médicis
tombeaux des Médicis
trésor de San Lorenzo

Nous sortons du musée pour nous rendre à l'intérieur de la Basilique. La Basilique San Lorenzo était l'église paroissiale de la famille des Médicis et c'est l'une des plus anciennes de Florence. L'intérieur regorge d'œuvres, il y a des peintures sur les murs et les plafonds, l'Autel en son centre est incroyable, malheureusement les 2 chaires de Donatello étaient en cours de restauration. Visiter et admirer la Basilique nous prend un moment tant elle est grande et tant il y a voir.

Basilique San Lorenzo 

Une fois sorti nous choisissons de nous rendre à la Galleria dell'Acaemia, après 2h d'attente nous voici muni de notre audio-guide près à parcourir le musée. C'est un musée constitué en majorité d'œuvres religieuses. Nous écoutons et regardons attentivement chaque œuvre et au milieu de notre visite nous entrons dans la fameuse salle où se trouve le David de Michel-Ange, il trône majestueux tout au bout de la galerie des captifs consacré à des ébauches de Michel-Ange. Nous la traversons et sommes devant La Tribune de David. Du haut de ses 5,14m (il y a 80cm de socle) il est impressionnant, ce chef d'œuvre de la Renaissance tout de marbre vaut le coup d'être vu. Après plus de 2h de visite, nous revoilà sorti de notre bulle et nous marchons vers la Galleria degli Uffiizi, plus connu sous le nom de la Galerie des Offices.

David de Michel Ange
David de Michel Ange
Musée de l'Académie 

Rien que le bâtiment est splendide, la galerie se trouve au dernier étage, au plafond des peintures et des fresques. Le long du couloir se trouve des bustes et statues de marbre, le couloir desserre des immenses pièces oú sont exposé les plus belles, anciennes et célèbres œuvres au monde, la collection s'étend du XIVe siècle au XVIIIe siècle. De pièce en pièce l'étonnement et l'émerveillement est là. Les sculptures, les tapisseries, les décorations au mur et plafond et les peintures sont un vrai plaisir pour les yeux. Nous découvrons des œuvres célèbres tel que "le Printemps" et "La naissance de Venus" de Botticelli, "l'Annonciation" de Léonard de Vinci, "Bacchus" et "Tête de Méduse" de Caravage "La Vierge au Chardonneret" de Rafael et tant d'autres. Nous sommes en fin de journée et le musée n'est pas bondé une aubaine car nous pouvons admirer pleinement sans être bousculé. Par les fenêtres nous avons vu sur le Ponte Vecchio et le Palazzio Vecchio. Une fois sorti de cet univers hors du temps nous flânons encore quelques temps dans les ruelles florentine et repartons en bus au campement.

"Méduse" de Caravage
Galerie des Offices 

Dimanche, c'est Pâques nous sommes sur la Piazza del Duomo, une foule est massée autour, devant et dans la Cathédrale San Maria del Fiore, des enceintes diffuse la messe, nous tentons de nous faufiler pour voir l'intérieur de la Cathédrale mais c'est impossible. Finalement trouvons quand même une entrée sur le côté et rentrons, ce n'est pas l'entrée principale mais nous découvrons tout de même un bout de l'immense Cathédrale. Une fois la foule retraversé nous allons dans un petit musée sur Léonard de Vinci que nous avons vu la veille sur le chemin. C'est un musée qui présente des reproductions des inventions de Leonard de Vinci, on peut en lire l'utilité et les manipuler. C'est rigolo. Nous marchons dans les rues de Florence, ce qui est bien c'est qu'à chaque coin de rue il y a quelque chose à voir, une statue, un monument, un bâtiment décoré, on découvre des petites places, des fontaines, c'est très mignon et les rues sont très étroites ce qui donne un charme supplémentaire.

Comme la veille nous arrivons à la Piazza della Signoria oú est situé le Palazzio Vecchio vers lequel nous nous dirigeons. Sur la place il y a de nombreuses sculptures dont les Lions des Médicis emblème de leur Maison. Nous entrons au Palazzio Vecchio pour monter tout en haut de la Tour, d'où nous profitons d'une vue sur l'ensemble de la ville. La vue est tellement belle que nous oublions bien vite les 1h30 d'attente et les nombreuses marches grimpés.

Palazzio Vecchio

Une fois redescendu nous marchons sur le Ponte Vecchio qui permet de traverser le fleuve Arno qui sépare la ville en deux. Sur le pont il y a des maisons de construites et certaines ont des extensions qui surplombe le fleuve. C'est assez compliqué à décrire il faut le voir. Il y a énormément de monde, les touristes se bousculent pour prendre des photos, il y a des musiciens de rue, des portraitistes et des vendeurs à la sauvette, tout ceci provoque une grande effervescence. Sortie de ce capharnaüm nous avançons vers la Piazza Pitti oú se trouve le Palazzio Pitti qui abrite plusieurs musées et l'entrée du jardin de Boboli. Ici nous nous installons au JT Caffè oú nous nous faisons plaisir en dégustant de la charcuterie et du fromage italien et en buvant un vin blanc frais. Excellent. Heureux nous repartons pour visiter le jardin de Boboli, surpris nous découvrons que c'est payant et que nous devons nous mettre tout au bout d'une file d'attente de minimum 2h. On ne veut pas attendre, un peu frustré de ne pas pouvoir voir ce lieu magnifique nous partons vers le Jardin des roses et la place Michel Ange. Ca monte dur et nous profitons d'un duo guitariste saxophoniste pour nous arrêter en chemin et les écouter. Une fois la montée terminé nous découvrons une belle vue sur le fleuve et les monuments de la ville. Nous redescendons pour retourner à la gare qui est de l'autre côté de la ville, nous traversons la belle place San Croce oú nous voyons la Basilique San Croce, fermé en ce dimanche après midi, nous passons devant l'imposante Synagogue et traversons des petites places avec leurs fontaines ou statues parfois les deux avant de reprendre le train pour passer notre dernière nuit à Florence.

jardin des roses
Ponte Vecchio
sinagogue

Florence est une ville magnifique, il y a tellement de chose à voir et à découvrir que si l'on veut faire tout les musées il faudrait y rester deux semaines entières. C'est une ville joyeuse et singulière, ses rues étroites et pavés ainsi que ses maisons au crépit jaune apporte une chaleur à la ville. Chaque recoin de Florence nous renvoi à son passé et à son patrimoine si riche. Pour conclure je dirais que Florence est un musée vivant.

4

Ah l'Italie, la Dolce Vita, ses fontaines, ses musées, ses cafés, ses statues, ses monuments et aussi ses voitures ! Après presque 3 semaines passées en Italie nous constatons que la conduite des italiens vaut bien le coup de s'y attarder un court instant.

Ici c'est simple, conduire c'est sportif ! Ça klaxonne dans tout les coins pour tout et pour rien et surtout pour rien d'ailleurs, à croire qu'ils ont la main vissé en permanence sur leur klaxon, je me demande même si c'est pas la première chose qu'il regarde quand il achète une voiture. Sur la route c'est la loi de la jungle un peu, chacun pour soi, sa force le passage en permanence, même si ils voient que tu n'as pas le choix que de t'insérer dans leur file. Rien à faire si tu ne force pas tu ne passes pas, au passage du permis je ne sais pas si la note de courtoisie au volant existe. Vient ensuite le moment où ils doublent, à droite, à gauche, sur la ligne blanche, en ville, même pas peur rien ne les arrête, ils doublent partout pour parfois pilé juste devant toi car il y a un radar automatique (oui oui il y en aussi chez eux). Sur leur voiture comme je disais il y a bien l'option klaxon mais je ne sais pas si toutes les voitures sont munis de l'option clignotant car ici on clignote que très rarement, alors tu te retrouves à attendre à un rond point de pouvoir t'engager alors que tu aurais largement pu avant et évidemment les gens de derrière pas content que tu attendes eh bien qu'est ce qu'ils font ils klaxonnent ! En ville aussi il y a les scooters, vespas, moto et autres 2 roues qui eux sont carrément des cascadeurs. Quand la file de voiture n'avance pas assez vite où que la route est bouché ils n'hésitent pas à rouler sur le trottoir et parfois à passer au rouge (souvent même). En ville pas de priorité au bus, ni au passage piéton (d'ailleurs il faut mieux traverser sur les passages) et de temps en temps on grille un feu.

Je pensais que la conduite italienne était une sorte de légende eh bien détrompez-vous c'est réellement ce que les gens racontent.

5

La mythologie romaine raconte que Rome fut fondée par Romulus et Rémus, les jumeaux de la vestale Rhéa Silvia et du dieu Mars. Rhéa Silvia est la fille de Numitor roi d'Albe la Longue, légendaire ville Italienne, qui a été détrôné par son frère Amulius. De peur que les enfants réclament plus tard le trône, Amulius ordonne de les jeter dans le Tibre. Mais les jumeaux sont déposés dans un panier sur le fleuve et sont recueillies près du Mont Palatin par une louve qui les allaite

La Louve en bronze du Musée du Capitole 

Nous voici à Rome ou nous nous sommes installé à 30 minutes du centre ville. Pour visiter Rome nous avons opté pour l'achat de pass qui nous permet d'avoir des tarifs réduits, le bus touristique, le coupe file des files d'attentes, 2 entrées gratuites, les transports illimités et l'accès au musée du Vatican, à la Chapelle Sixtine et à la Basilique Saint Pierre sur réservation du coup sans acheter de ticket ni faire la queue. Le lendemain nous partons de bonne heure pour profiter pleinement de nos 3 jours à Rome. Normalement il est prévu que nous mettions 30 minutes pour atteindre le centre ville, au total nous mettons 1h3O car n'ayant pas pris le bus que l'on nous a conseillé nous nous sommes trompé d'arrêt et avons dû reprendre le bus en sens inverse puis le métro. Faux départ.

Nos pass en main nous faisons le tour du centre historique avec le bus touristique jaune, les températures ont chuté depuis Milan et Florence et du haut du bus nous avons un peu froid avec le vent. Nous descendons au Colisée pour en faire la visite. Il y a du monde et des files d'attentes dans tous les sens, après avoir cherché longuement notre entrée VIP avec nos pass, nous voici à l'intérieur. Se dire que le Colisée a commencé à être construit en 70 après J.C lui donne une dimension incroyable. Une fois le tour des étages fait nous descendons au Forum Romain et au Palatin. Le Forum Romain était dans l'Antiquité la place principale ou toute la vie politique s'articulait. Ici à Rome les vestiges sont nombreux et très bien conservés. Le restant de la journée nous marchons dans les rues de la ville. Nous traversons la Piazza Venezia ou domine le monument à Victor Emmanuel II sur lequel trône une statue équestre de lui même, diverses statues et colonnes et un immense escalier de marbre blanc. Le bâtiment est majestueux. Autour de la place des voitures, des scooters, bus de ville et touristique tournent dans un joyeux bazar car à Rome ce n'est pas comme à Milan ou Florence il n'y a pas beaucoup de zone piétonne.

Le Colisée 
Colisée et Forum Romain 
La statue de Victor Emmanuel II
Le monument à Victor Emmanuel II 

Nous marchons jusqu'à la Fontaine de Trévi qui est assaillie de touriste. Au centre de la Fontaine dans la niche principale est représenté Neptune sur un char tiré par 2 chevaux marins, sur le reste de la Fontaine il y a d'autres statues inspirés de la mythologie romaine. Comme le veut la tradition nous jetons une pièce de monnaie avec notre bras droit dos à la fontaine, la superstition dit que celui qui jette une pièce dans la fontaine est assuré de revenir dans la ville. Nous quittons cette masse de touriste, j'ai d'ailleurs un coup de gueule contre les perches à selfies qu'il y a dans tout les sens et qui gêne le décor.

La Fontaine de Trévi 

Direction le Panthéon qui date du Ier siècle avant J.C, aujourd'hui il est la Basilique Santa Maria ad Martyres. Depuis la Renaissance le Panthéon est utilisé comme tombeau ou repose entre autres Raphael, les roi Victor Emmanuel II et Umberto Ier et sa femme. L'architecture de l'édifice est remarquable, la coupole a une dimension titanesque et est intact. Nous continuons notre ballade et nous dirigeons vers la célèbre Piazza Navona, ornée de ses 3 fontaines dont "la fontaine des Quatre Fleuves" réalisé par Le Bernin, au centre de celle ci se trouve l'Obélisque de la piazza Navona. Les 2 autres fontaines sont "La Fontaine de Neptune" représentant Neptune et "La Fontaine du Maure" d'ou les personnages crachent de l'eau. On s'y sent bien sur cette longue place de forme allongée et nous restons un peu traîner pour s’imprégner du lieu. La promenade se poursuit vers le Château Saint Ange, nous passons par dessus le Tibre via le Pont Saint Ange qui est décoré tout le long de grandes statues d'Anges. Il est trop tard pour visiter le Château. Nous rentrons "à la maison" en prenant un bus qui est totalement bondé par un groupe de pèlerin qui viennent tout droit de l'Anjou ! Quand je dis que le monde est petit !

Le Panthéon 
Piazza Navona 
La Fontaine ds quatres fleuves
La Fontaine de Neptune
La Fontaine du Maure
Les Fontaines de la Piazza Navona 

Jeudi pas de péripéties avec les transport mais il faut admettre que les transports romains ne sont pas très clair, il n'y aucune horaire d'indiqué et il est difficile de connaitre la direction des bus, mis à par le métro qui est simple à comprendre le reste nous laisse un peu dans l'incertitude. Ce matin nous nous rendons au musée du Capitole qui abrite des peintures et des statues provenant de Rome et de sa région. Le musée est composé de 2 bâtiments : Le Palais des conservations et le Palais Neuf. Nous commençons par le Palais des Conservateurs, dans la cour principale ou les 2 bâtiments se font face il y a une copie de l'immense statue en bronze de Marc Aurèle sur son cheval, l'original étant à l'intérieur du musée pour ne pas que l'air de la ville ne l’abîme. Nous entrons dans la petite cour du Palais des conservateurs, le long du mur se trouve des morceaux de la colossale statue de l'Empereur Constantin dont la tête et le pied sont absolument démesuré, sur le mur en face se trouve une statue de la déesse Roma. A l'intérieur du musée il y a plusieurs salles desservit par d'imposant escaliers en marbre, nous y découvrons : la statue en bronze noir de la Louve de Rome, une statue d'Hercule en bronze dorée, le buste de Méduse en marbre blanc, des statues d'athlètes romains elles aussi en marbre, d'autres statues d'Hercule, des fresques qui décorent les salles, des statues de Vénus, Apollon Athena, Eros, Cupidon, Psychée, et tant d'autres statues. Nous entrons ensuite dans la Pinacothèque emplit de peintures datant du XIIeme jusqu'au XVIème siècle. Nous passons ensuite sous la place du capitole pour nous rendre au Palais Neuf, auparavant nous sommes monté au tabularium qui donne vu sur le forum romain. Le Palais Neuf est quant à lui tout aussi emplit de richesse que le Palais des Conservateurs avec sa statue colossale de Mars, sa salle égyptienne, ses mosaïques, ses statues de centaures en marbre gris et ses deux salles complètes de buste d'empereurs romains et de philosophes antiques. Le musée du Capitole est certainement pour le moment l'un des plus beau musée que nous ayons vu, les pièces qu'il renferme sont toutes plus belles et précieuses les unes que les autres, nous avons pris l'audio guide et ainsi pu apprendre pleins de chose sur chaque sculptures et peintures.

Marc Aurèle
Empereur Constantin
Deesse Roma
Statue en bronze de Marc Aurèle
Hercule
peinture représentant la Louve, Romulus et Rémus
vu du tabularium sur le forum romain

La visite terminé nous décidons d'aller marcher dans le quartier de Trastevere, quartier à la mode, où se trouve des petits commerces, artisans et des trattorias typiques. Ses ruelles étroites et colorés se prêtent bien à la ballade, nous nous attablons à la table d'un petit restaurant typique ou nous dégustons un plat de pâtes.

Rues de Trastevere 

La pause déjeuner finie nous nous remettons en chemin et nous tournons cette fois ci vers la visite du musée de Rome situé dans le Palazzo Braschi, c'est un musée d'art exclusivement de peintures qui représentent Rome à travers les siècles. Intéressant sans pour autant être le musée le plus captivant, comme dans tout les musées que nous avons visités les plafonds sont recouvert de fresques et de peintures et les salles sont toujours superbes.

Musée de Rome 

Notre journée déjà bien remplit n'est toujours pas terminée car nous continuons les visites avec cette fois ci la visite du Château Saint Ange. Le Château est le tombeau ou repose les cendres d'empereurs romains, c'était aussi un château fort qui devint un palais et est désormais un musée. Le Château tient son nom du IXe siècle, le Pape durant une épidémie de peste aurait eu une vision de l'Ange Michel en haut du Château remettant son épée dans son fourreau signifiant la fin de l'épidémie, tout en haut du Château se trouve donc une statue en marbre de l'Ange Michel. A l'intérieur du bâtiment nous pouvons voir une collection d'armures et découvrir les appartements de Papes pour certaines pièce encore décoré de peintures sur les murs. Sur le toit du Château nous avons une vue panoramique sur tout Rome. C'est sur ce dernier monument que nous finissons notre journée et nous reprenons de nouveau un bus bondé pour retourner au campement.

Le Pont Saint Ange
L'Ange Saint Michel en haut du château

Dernier jour à Rome pour finir ce petit séjour nous nous attaquons à la visite du Vatican, à 9h nous voici sur la Place Saint Pierre près à visiter la Basilique. Grâce à nos super pass VIP nous n'avons à attendre nulle part alors qu'il y a déjà une file d'attente de minimum 1h30, en 10 minutes nous voici à l'intérieur de la Basilique Saint Pierre. La Basilique est gigantesque et indescriptible tant elle est belle et qu'il y a d'ornement de toute part. Je vais quand même essayer de vous en faire un aperçu. Quand nous entrons par les portes sculptés en bronze, nous avons directement la vue sur la nef et sur l'autel. De chaque côté il y a des sculptures immenses des apôtres, le sol et les murs sont recouvert de marbre, il y a des médaillons au dessus des piliers qui représentent les Papes. Au centre de la nef se trouve une statue en bronze de Saint Pierre. Au dessous de la coupole en mosaïque conçu par Michel-Ange éclairée par des fenêtres, se trouve l'autel papale et le tombeau de Saint Pierre qui sont surmontés de l'impressionnant baldaquin à colonnes torsadées du Bernin. Il y a aussi de nombreux monuments funéraires qui sont ceux des Papes. Le chœur est lui aussi magnifique avec sa chaire surmontée d'anges en or et son auréole lumineuse avec en son centre une colombe. Son architecture baroque la rend remarquable en tout point. Cet endroit est incroyable c’est magnifique et encore le mot est faible.

Saint Pierre
le baldaquin du Bernin
la coupole en mosaïque de Michel-Ange
le choeur
l'obélisque de la Place Saint Pierre
la Basilique Saint Pierre

Après cette incroyable visite nous voici dans le musée du Vatican, nettement moins agréable que la Basilique, en effet il est difficile de se frayer un chemin tant il y a de monde. Nous survolons le musée et toute ses salles, le musée regorge de galeries (galerie des tapisseries, galerie des cartes géographiques, chambre de Raphael, musée chrétien, salle égyptiennes etc…) et la foule est tellement dense que c'est compliqué de réellement regarder. Dommage. Nous avançons au travers le musée jusqu'à la Chapelle Sixtine. La Chapelle est relativement petite, en tout cas c'est l'impression que nous en avons car là aussi nous sommes tous serré comme des sardines. Honnêtement tout ce monde casse un peu la magie du lieu qui est quand on lève les yeux un lieu absolument incroyable avec ses couleurs éclatantes. Sur les murs se trouvent des fresques représentant la vie de Moise et celle du Christ. Au plafond le chef d'oeuvre de Michel-Ange, qui est composé de 9 panneaux sur le thème de la création, avec sa célèbre fresque représentant Adam qui se fait expulser du Paradis. Derrière l'autel se trouve la fresque du Jugement Dernier elle aussi peinte par Michel-Ange. Les surveillants de la Chapelle passe leur temps à crier "No photo, no photo" et "silencio". Nous sortons de cette foule et reprenons le métro pour la visite du musée Borghese où nous avons réservé pour 15h.

photo volé du plafond de la Chapelle Sixtine
photos des plafonds du musée du Vatican et en première position photo "volé" du plafond de la Chapelle Sixtine 

Je ne vous ai pas encore parlé des rues de Rome, il y a des vendeurs à la sauvette tout les 10 pas, des portes clés, des perches à selfies, des bracelets, des lunettes de soleil, des reproductions de tableau, on trouve tout ce qu’on veut... il y a aussi beaucoup de vendeur touristique qui proposent des prix avantageux (ou non) pour plusieurs sites et les touristes se font accoster de tout les côtés.

Après avoir échappé à tout ses vendeurs nous sommes devant la Villa Borghese qui est un très grand parc, un peu dans le style de Central Parc, super sympa. La galerie Borghese abrite une collection de grands peintres célèbres (Raphael, Léonard De Vinci, le Bernin, Caravage…) et aussi de sculptures de l'antiquité grecque et romaine. La Galerie Borghese a été créé par le cardinal Scipion Borghese et l'architecture du bâtiment a été conçu pour mettre en valeur les tableaux et sculptures de sa collection. Je disais plus haut que le musée du Capitole avait été l'un des plus beaux que nous ayons vu mais la Galerie Borghese dépasse absolument tout le reste. Le musée regorge de splendeur, les œuvres d'art sont mise en valeur et les pièces dans lesquels elles sont exposées sont somptueuse, avec leur fresque au plafond et leur sol de marbre. Pendant 2h nous en prenons plein les yeux, de plus le fait que la réservation soit obligatoire limite le nombre de personne et nous avons donc le loisir de pouvoir admirer toutes les œuvres, par contre le temps de visite est limité à 2h et que l'on ai fini la visite où non on nous met gentiment mais surement dehors. Heureusement nous avons fini dans les temps. D'ailleurs une chance pour nous d'avoir pu visiter le musée car nous avons seulement appelé la veille pour réserver et il venait d'y avoir un désistement, sinon les délais sont de 5 à 6 jours.

La Villa Borghese 

Tout heureux de cette magnifique visite nous nous baladons dans le parc de la villa, nous voyons pleins de gens faire du vélo et de la rosalie, évidemment nous aussi on veut pédaler à 2 ! Ni une ni deux nous voici assis cote à cote sur notre rosalie, on pédale à fond aidé par le petit moteur et on pars à la découverte du parc. Une bonne partie de rigolade.

S'en suit un restaurant, ou nous dégustons des petits plats italien, pizza au jambon italien pour Marin et mozzarella et légumes grillés pour moi, suivi d'un tiramisu et d'un café, un délice. Il fait nuit et nous nous promenons dans les rues de Rome, ainsi nous avons pu découvrir le Château et le Pont Saint Ange ainsi que le Colisée et le monument Victor Emmanuel II éclairés par les lumières de la ville. Il y a des artistes de rue qui jouent de la musique et des peintres le long des rues, l'ambiance est agréable, on oublierait même que l'on se trouve dans la capitale. Voilà demain nous quitterons Rome pour nous rendre sur la côte Adriatique.

Rome est comme on me l'avait décrite, un régal pour les yeux, il suffit de lever la tête pour apercevoir un monument, une oeuvre ou une jolie rue. Pour les amoureux de l'histoire, de l'art et de l'antiquité Rome est culturellement parfait. Rome a su garder toute sa beauté et la modernité se mêle parfaitement avec les anciennes battisses qui se dressent au fil des rues. Rome restera longuement gravé dans nos mémoires par sa beauté et aussi car elle est la première capitale de notre périple.

6

Nous reprenons la route pour remonter l'Italie, nous n'irons pas plus bas que Rome car d'autres pays nous attendent. Nous nous dirigeons vers la station balnéaire de Rimini pour une courte escale avant de rejoindre Venise. Après 3h de route nous nous arrêtons sur le parking des Cascades des Marmores à Terni. C'est un petit coin très sympa pour faire des ballades, nous avons tenté d'aller voir la cascade sans payer mais la dame du guichet nous a vu et nous a rappelé à l’ordre, tant pis nous avons grimpé un petit chemin gratuit et avons pu nous approcher un peu de la cascade. Quand on sait que finalement c'est une cascade artificielle on se dit que 20€ l'entrée par personne c'est un peu abusé.

Après cette journée et une nuit à Terni, nous sommes parti pour Rimini ou nous avons établit notre campement à Igea Marina à 20 minutes de Rimini. Nous sommes à 2 minutes de la plage mais Rimini et ses alentours sont une grosse station balnéaire de la côte Adriatique, sans charme, les bords de mer sont peuplés d'hôtels et de magasins touristiques. Les plages sont pour la plupart des plages privées avec des cabines, des cabanes en bois ou tôle, des transats et des jeux divers si bien que de la route bétonné on ne voit presque pas la mer qui est au loin. Le lendemain nous nous rendons à Rimini en bus ou nous achetons le ticket le plus cher de l'histoire du ticket de bus 2,20€ LE ticket ça aussi si c'est pas abusé, nous nous disons que peut être Rimini sera plus beau que ses alentours, eh bien non rien de mieux. Nous avons traversé une longue avenue bordé de Villa luxueuse et de grosses voitures pour déboucher là aussi sur la mer bétonné. Personnellement je ne vois pas l’intérêt d'avoir une superbe Villa si c'est pour que la mer à coté soit si moche mais bon. Nous avons quand même mangé une glace qui était très bonne. De retour au campement qui est en faite un grand jardin chez un couple qui permet à plusieurs camping-car d'être sur leur terrain, le monsieur nous voit avec notre douche solaire en plein préparatif et comme il ne fait pas chaud à surement un peu pitié de nous, il nous propose gentiment de prendre notre douche chez lui. Tant qu'on peut avoir chaud nous sommes content. Nous quittons Rimini sans trop de regret pour rejoindre Venise.

7

Longeant la côte adriatique nous arrivons à Venise mercredi 26 avril. Le temps est gris et venteux. Nous avons trouvé ou nous poser dans un petit camping juste en face de Venise pour y aller il nous faudra prendre un vaporetto et faire un trajet de 30 minutes sur la mer. Le camping est désert mis à part un gros car suisse, nous sommes tranquille. Comme il pleut nous irons à Venise que demain.

Place Saint Marc 

Le lendemain il pleut toujours mais Venise nous attend, nous marchons les 1,5km qui nous sépare de l'embarcadère pour prendre notre vaporetto. Nous arrivons à Venise, la vue même part temps de pluie est magnifique, les petites maisons colorées qui accueillent les visiteurs le long des pontons sont charmantes. Nous descendons à San Marco et sommes déjà pris par un flot de touriste, même avec la pluie les visiteurs sont nombreux et il y a beaucoup de français. Nous marchons le long du Canal Grande, nous passons devant le Pont des soupirs et débouchons sur la Piazza San Marco, c'est une place très vaste bordé par le Palais des Doges, la Basilique Saint Marc, le Campanile de Saint Marc et la tour de l'horloge. C'est très beau et impressionnant.

le campanile de Saint Marc
la Basilique Saint Marc
le pont des soupirs
Tour de l'Horloge

Nous passons une bonne partie de la matinée à nous promener dans les rues de Venise, nous n'avons pas de plan et nous marchons le long des petites ruelles et des canaux. Nous tombons toujours sur une petite place, une église, un pont et l'étonnement est toujours là. Il y a de nombreux magasins de masques et de déguisements pour le carnaval. Les masques il y en a a tout les prix, les vendeurs le long du canal en vendent pour 5€ et dans certains magasins nous en avons vu à 80€, mais ils sont vraiment chouette avec leurs plumes, leurs dorures et leurs couleurs. Il y a aussi beaucoup de petites boutiques de vêtements et de livres. Je ne sais pas si c'est toujours comme ça mais l'eau est assez haute, certaines marches le long des canaux sont sous l'eau et parfois l'eau rentre sous la porte de quelques maisons, les ponts aussi paraissent très bas. Nous nous attardons à regarder le manège des gondoliers promenant des touristes (pour la plupart japonais), c'est sportif le rameur se tient debout à l'arrière gauche de la gondole et rame du côté droit, il doit s'accroupir pour passer les petits ponts et pousser avec ses bras le long des murs lorsque la gondole s'en approche trop près.

 Ruelles de venise

Le long des bâtiments si on y prête attention il y a des panneaux écrit à la peinture nous indiquant par des flèches notre direction nous suivons donc la direction du Ponte Rialto. Le Ponte Rialto est le plus ancien pont de Venise, il nous permet d'avoir une vue sur le Canal Grande où nous voyons les vaporettos, les taxis-bateau et les petites embarcations privées faire leur vas et vient sur le canal. La nous retrouvons la foule que nous avions perdu au fil des rues. Le pont est bordé de restaurant et de magasins de souvenirs. D'ici nous décidons de nous promener en vaporetto le long du Canal Grande pour avoir une autre vue de Venise. Pour prendre un vaporetto c'est comme le bus en faite il y a des plates formes sur l'eau qui correspondent à des lignes de vaporetto. Nous prenons une ligne qui longe tout le Canal Grande. Nous nous installons à l'extérieur, il a enfin cessé de pleuvoir. Nous passons devant le Palazzo Papadopoli, Palazzo Grimani, Palazzo Grassi, Palazzo Cavali et de grandes demeures vénitiennes, nous arrivons au Palais des Doges. Les devantures des Palais sont encore somptueuses et se dressent fièrement le long du Canal, j'arrive à imaginer ce que ressentait les marchands étrangers du XIIIeme siècle en découvrant cette ville si petite et à la fois si imposante avec tant de richesse et de beauté.

Palais des doges
Taxi venitien
palazzo Grassi
Bateau poubelle
palazzo Cavalli
Passage en Bateau 

Nous reprenons un vaporetto pour nous rendre sur l’île de Murano ou est fabriqué le célèbre verre. L’île ressemble à Venise avec ses canaux mais est beaucoup plus petite, ici il y a très peu de monde et les magasins sont uniquement des magasins de verre de Murano.

Murano 

De retour sur la place Saint Marc nous reprenons notre ballade au travers les ruelles, parfois il y a une masse de touriste et parfois non. Nous tombons sur un petit marché, qui vendait légumes et masse de poissons, ensuite nous nous arrêtons prendre un vrai chocolat chaud à Venchi Cioccolato non loin de place Saint Marc, le chocolat est très chocolaté et onctueux, un délice. Sur ce bon moment nous reprenons un vaporetto qui nous ramène sur notre île.

Ciao Vennezia 

Venise est une splendeur pour les yeux, elle nous fait arriver dans un autre monde. La ville parait hors du temps. Le tour en est vite fait et pourtant on pourrait y rester des jours à se promener dans ses ruelles et à admirer l'eau verte claire des canaux. Venise même part temps pluvieux et gris est une beauté mystérieuse.

8


L'Italie est un pays rempli de belles choses, c'est un pays très riche en matière d'histoire et d'art. Au niveau gastronomie les italiens n'ont rien à nous envier, leur vin est excellent, leur fromage, leur charcuterie, leur pizza, pâtes et glaces sont parfaites! Juste un petit bémol sur l'accueil des italiens, outre leur accent très charmant il faut admettre qu'ils ne sont pas toujours super super sympa et aidant avec les touristes et ça c'est un peu dommage quand on voit le nombre de touriste qui passe par jour dans certaine ville et lieu. Je ne reviens pas non plus sur leur conduite sauvage au volant. L'Italie est un pays à visiter mais pas un pays pour y être au calme car oui les italiens sont bruyant et la vie dans les villes est effrénée. Mais c'est aussi ce vacarme et le cliché italien qui en fait tout son charme.