Carnet de voyage

Haute Savoie - Suisse

3 étapes
10 commentaires
Le voyage a débuter nous voilà direction les Alpes et la Suisse.
Avril 2017
7 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Nous sommes parti samedi 1er avril comme convenu, nous ne sommes pas du tout parti à l'heure prévu car malgré tout nos préparatifs nous n'étions pas vraiment prêt. Une fois le camion chargé de nos affaires, les bouteilles de gaz, batteries et la réserve d'eau pleine,voici le moment des derniers au revoir aux parents.

Vu l'heure tardive à laquelle nous sommes parti en vérité nous n'avons pas réellement fait beaucoup de route, nous nous sommes arrêté sur une aire de pique-nique à Châteauroux à 21h30 pour notre toute première nuit dans le camion.

2

Après une nuit fraîche nous revoilà parti sur la route vers Annecy pour rendre visite à ma cousine. Voulant utiliser le GPS au minimum et ne pas emprunter d'autoroute nous nous sommes quelque peu perdu ou tout du moins nous n'avons pas pris les routes les plus directes mais après une journée de conduite nous voilà arrivé dans les Alpes. Le camion a bien réussi à grimper les cols même si nous n'étions parfois qu'a 50km/h, nous sommes fière de notre VW ! Petit repas en famille et dodo dans un vrai lit.

Annecy 

Le lendemain nous partons à la découverte d'Annecy, sous le soleil et un climat très doux nous découvrons le superbe Lac d'Annecy surplombé au loin par les montagnes. Nous flânons dans la vieille ville avec ses petits canaux et ses bâtisses anciennes. Superbe. Profitant du beau temps nous nous sommes assoupi dans l'herbe près du Lac. Dans l'après midi nous reprenons la route direction Cluses pour se rendre cette fois-ci chez ma tante. Mais avant tout nous devons régler un soucis électrique que nous avons découvert la veille, nous voici en route chez un artisan garagiste perché dans les hauteurs. Il nous a réglé notre problème qui finalement n'était en réalité rien de bien méchant juste une histoire de fils mal connecté. Nous papotons avec lui et découvrons qu'il est originaire de NOGENT LE ROTROU ! Comme le monde est petit ! Entre Percherons il ne nous a pas fait payer ses services. Nous repartons soulagé que tout fonctionne et arrivons en fin d'après midi à Cluses ou nous avons dormi pour la deuxième nuit consécutive dans un vrai lit.

Cluses 
3

Après avoir dit au revoir à la famille nous partons en Suisse, ça nous fait un peu bizarre de se dire que cette fois ci nous ne reverrons pas de visage connu tout de suite. Comme toujours nous ne partons pas à l'heure souhaité, on est assez mauvais en timming. Après discussion avec nos cousins nous décidons de modifier notre itinéraire initial de la Suisse pour finalement passer au dessus du Lac Léman et non par en dessous.

Première frontière traversé nous voici à Genève ou il y a une foule de voiture, nous ne nous éternisons pas et continuons notre route en longeant le Lac jusqu'à la ville de Lausanne. Ici nous décidons de nous arrêter sur un parking en face du Lac pour passer la nuit. Le coucher de soleil est superbe au milieu des montagnes, sur le lac les cygnes nagent paisiblement tandis que les oiseaux migrateurs se retrouvent sur les bancs de sable. Tout est très calme et paisible. Après une ballade le long du lac nous retournons au camion pour manger et dormir. A la fin du repas une camionnette se gare près de nous, c'est la Police Suisse, contrôle des papiers d'identité et du véhicule, le policier nous dit que nous faisons du camping sauvage et que c'est formellement interdit en Suisse. Nous discutons avec les policiers de notre voyage et ils nous expliquent en rigolant qu'avec un camion et une plaque française nous nous ferons forcément contrôler ou arrêter. Pour finir ils nous laissent passer la nuit sur le parking, nous sommes soulagé.

Le lac Léman 

Lendemain matin, la nuit a encore été fraîche, nous rangeons nos affaires et partons du parking, pas envie que les policiers reviennent pour nous verbaliser cette fois-ci. Nous longeons la route du lac c'est très jolie et le soleil est au rendez-vous. Nous décidons de nous arrêter sur le port de Pully, Marin ayant passé une mauvaise nuit préfère rester tranquille au port tandis que de mon côté je décide de me balader le long du "Sentiers des rives du Lac" qui longe le lac Léman. On y trouve de belles petites plages et le sentier est bien entretenu de nombreux Suisse y font leur jogging, promènent leur chien ou viennent faire un pause déjeuner entre amis. La vue est superbe, on y devine dans les nuages la silhouette des montagnes. Une fois retourné au camion nous faisons cap vers la ville de Montreux pour y visiter le Château de Chillon.

le sentier des rives du lac

Le Château de Chillon est situé sur un îlot rocheux surplombant le Lac Léman, il a été édifié aux environs de 1150. Il constituait une protection naturelle et un emplacement stratégique pour commander le passage entre le nord et le sud de l'Europe. L'histoire du Château est marqué par 3 grandes périodes : la période savoyarde (12ème siècle - 1536) où le Château servait à contrôler le passage le long du Lac Léman ; la période bernoise ( 1536 à 1798) les Suisses ont conquis le Château en 1536 et s'en servait comme forteresse, arsenal et prison ; la période vaudoise ( 1798 à nos jours) durant la Révolution les Suisses quittèrent la forteresse et l'Etat de Vaud en redevint le propriétaire, la prison fût vidé et le château ne se présenta plus comme une forteresse.

Le château de Chillon
Pour vous situer =)

Au retour de la visite nous devons faire le plein d'eau pour le camion nous nous arrêtons sur un air de camping-car, ne trouvant pas de place à coté des autres (gros) camping car nous nous garons sur le parking a proximité pour remplir le camion en eau. Une fois la besogne effectué nous nous attablons à un petit snack juste à côté pour grignoter et de retour au camion PAF ! Contravention pour stationnement, 40€, ça rigole pas en Suisse. Dépité nous repartons pour trouver un coin tranquille pour la nuit. Nous repérons dans un premier temps sur la carte un coin proche de la forêt dans les montagnes. La route est très pentu et étroite, à un tiers du trajet le camion est en surchauffe, nous devons nous arrêtez. Il faut se rendre à l'évidence POPO ne supportera pas les montées très raide. Nous nous rabattons un peu plus bas dans un coin très charmant en pleine nature à coté d'une tour en pierre. Super ! Nous profitons d'être seul et au calme pour faire notre première lessive !

Le jour suivant nous restons au même emplacement et profitons de la nature pour faire une ballade en forêt.

première lessive

Après avoir passé une journée à flâner dans notre petit coin tranquille de la Suisse nous reprenons la route direction Lugano en Italie ou nous devons récupérer à la Poste un papier de l'assurance. Dans un premier temps nous nous arrêtons à Saint Léonard pour visiter le plus grand Lac naturel souterrain d'Europe long de 260m et d'une profondeur de 4m. La visite se fait sur des barques, heureusement pour nous il n'y a pas d'affluence nous sommes au total 14 à faire la visite. L'eau du lac est limpide et l'endroit est très beau, on a du mal à croire que ce lac est naturel. La visite terminé nous nous occupons de la purge du liquide de refroidissement, enfin je dis nous mais moi je n'ai pas fait grand chose dans cette histoire. L'affaire terminé, reprise du volant direction les montagnes pour s'approcher au maximum de Lugano avant la nuit. Nous montons, montons, montons, encore et encore dans la montagne, POPO surchauffe et n'est pas du tout content qu'on l'oblige ainsi à grimper. Obligé de s'arrêter sur le bord de la route, Marin demande à des habitants si la route monte encore longtemps comme ça, le gars lui répond dans mélange de français-allemand (ce côté de la Suisse parle visiblement allemand ou quelque chose qui y ressemble en tout cas) qu'une fois atteint la route au dessus ça ira mieux. On lève les yeux et voyons la route en question, elle est haute et on voit très clairement qu'elle monte toujours autant, de plus ça ressemble à une autoroute. Décision prise nous faisons demi-tour pour suivre un autre itinéraire. L'itinéraire initial nous permettait de couper par l'Italie et de gagner ainsi plus de 2h de route, nous décidons de contourner l'Italie et par la même occasion de mettre un total de 4h30 au lieu de 2h. Tant pis il en va du bien-être de POPO et aussi de notre sécurité, enfin c'est ce que nous avons cru à ce moment là.

Nous filons à la vitesse d'un VW qui n'a que 4 vitesses, au travers la montagne mais plus de surchauffe et des routes nettement moins pentu, de toute façon nous sommes tranquille il n'y a absolument personne sur la route. Les montagnes enneigés sont devant nous et plus ça va plus elles sont proche, tant et si bien que nous arrivons même dessus, la neige est à coté de nous au bord de route. Il fait nuit mais ne voulons pas nous arrêtez en pleine montagne pour dormir par peur du froid, nous souhaitons redescendre au maximum. Surprise pour nous, le col est fermé. Nous ne comprenons pas du tout ce qu'il faut faire, le GPS nous indiquant formellement de nous rendre à la gare. Finissant pas l'écouter et voyant que toutes les routes sont fermés, nous y allons, je descends demander au guichet ce qu'il faut faire, on m'explique qu'il faut prendre un ticket (payant ahah) et que le fourgon va être mis sur un train pour traverser le col, ça c'est pas le monsieur du guichet qui me l'explique mais une voiture de français juste derrière nous car le monsieur du guichet je n'ai pas tout compris ce qu'il me disait à part de payer. Par chance le train par dans 1/4 d'heure. Le train arrive nous sommes les premiers à monter et ça démarre… Marin est mort de rire tout foufou dans son camion, pour ma part j'ai vraiment la trouille que le camion tombe, le train roule à fond un peu comme un train fantôme et nous sommes dans le noir. Après un peu plus de 30 minutes de crispation pour moi et d'euphorie pour mon chéri nous revoilà sur le sol ferme.

gare du raolyway
les barrières abaissé goo..

Avec tout ça il est déjà 21h45, on a faim. Suivant toujours les indications du GPS, nous continuons encore de monter dans la montagne et trouvons un petit kebab (les kebabs sont toujours ouvert) pour assouvir notre faim et nous redonner des forces après toutes ses émotions. Nous sommes tout les deux d'accord qu'il faut que nous redescendions de la montagne hors de question de passer la nuit à côté de la neige. Nous redémarrons et 200m plus loin route barré, le GPS nous indique une nouvelle fois de nous rendre à la gare cette fois ci nous ne réfléchissons pas aussi longtemps que la première fois et nous nous y rendons. Personne. Après recherche il s'avère que le prochain train pour traverser le col part à 9h50, il est 22h30 passé. Misère pas de route mis à part l'autoroute et voyant la résistance de notre POPO dans le montées nous ne préférons pas tenter de le prendre par peur de n'avancer qu'à 40km/h. Nous voilà contraint de passer la nuit ici. Dans un ultime élan nous recherchons un petit hôtel pour ne pas avoir trop froid. Malheureusement pour nous nous sommes en Suisse, en montagne et les prix sont exorbitant ! Il faut se rendre à l'évidence nous allons devoir dormir dans le camion, nous nous garons dans un coin d'un parking désert et nous apprêtons à passer une nuit très fraîche dans la station de Andermatt, qui est si on oubli nos circonstances une très jolie ville.

La nuit passé a été froide mais pas si terrible que nous le pensions, vient le moment de décider ce que nous devons faire. Prendre le train nous conduirait ensuite à passer un col à 2000m ou bien se décider à tenter l'autoroute. Il fait froid le combi à du givre sur le toit, tenter de traverser le col nous parait quelques peu risqué alors nous achetons une vignette pour prendre l'autoroute qui n'est pas très pentu nous certifie la dame de la gare même si désormais nous sommes un peu méfiant car visiblement ils n'ont pas la même perception que nous des pentes ici. A notre grande surprise et joie l'autoroute se passe très bien le van avance à bonne allure. Youhou fini la neige !

Nous filons vers Lugano récupérer notre papier à la poste et direction Milan toujours via l'autoroute car nous ne voulons pas risquer d'être coincé dans les montagnes, une fois nous a suffit. Alors oui oui nous avions dit que nous ne prendrions aucun autoroute mais il s'agissait ici d'un cas de force majeur. En début d'après midi nous voilà en Italie.