Carnet de voyage

Slovénie - Croatie

6 étapes
17 commentaires
6
1 mois après notre départ nous voici en Croatie ou nous espérons trouver le soleil et pouvoir profiter de la mer Adriatique
Mai 2017
7 jours
Partager ce carnet de voyage
1

L'arrivé en Slovénie nous change complètement d'ambiance, fini le vacarme de l'Italie, à peine passé la frontière Slovène l'atmosphère change. Ici 60% du territoire est recouvert de forêt, c'est donc la première chose que nous voyons quand nous arrivons : la montagne et la forêt.

Quelques petites choses à savoir sur la Slovénie :


Sa superficie est de 20 273km2 soit à peu près celle de la Picardie.

Son nombre d'habitant est de 2 061 086 soit 33 fois moins qu'en France.

Sa capitale Ljubljana est à une altitude de 298m oú elle compte 288 307 habitants.


La Slovénie a une forme de poule.

Les slovènes parlent couramment anglais car toute les émissions TV sont en V.O ils apprennent et entendent donc l'anglais depuis tout petit.

Bonjour se dit dober dan et merci hvala (et je suis sur que vous avez eu du mal à savoir comment ça se dit)

La Slovénie est un "jeune" pays car il existe seulement depuis 1991 et est membre de l'UE depuis 2004.

La langue slovène ne se prononce pas du tout comme elle s'écrit il est donc impossible pour nous de lire et de prononcer un mot que nous voyons écrit.


En Slovénie il n'y a pas de policier à tout les coins de rue en effet ici le taux de délinquance et d'agression reste très bas.


Au centre ville Ljubljana il y a 3 navettes électrique et gratuite appelé des kavalir qui vous permettent de vous déplacer dans le centre.


Dans la capitale le recyclage des déchets se fait intégralement, impossible de jeter un sac poubelle, en ville il y a des "cubes" pour trier les déchets, à Ljubljana 60% des déchets sont triés.


La frontière traversée sous la pluie nous voici plongé dans les montagnes, connaissant la résistance du camion au montée trop longue et trop raide nous décidons de prendre l'autoroute pour nous rendre à la capitale car après étude du chemin ça va monter. Mais en Slovénie pour prendre l'autoroute il faut acheter une vignette, nous voici donc parti à la recherche d'une station service oú un bar qui vendent la précieuse vignette. Le hic c'est que la oú on est il n'y a pas grand chose. Marin tente sa change dans un genre de taverne isolé, d'ailleurs pourquoi est elle là on ne sait pas trop. Il revient bredouille mais aura au moins eu la joie de découvrir la beauté des slovènes, en effet dans la taverne 2 jeunes slovènes grandes minces et blondes l'ont gentillement renseigné en lui disant de redescendre 5km plus bas à la station service. Demi tour et vignette enfin trouvé nous nous lançons sur l'autoroute, pas super confiant mais il faut y aller. Sa grimpe par intermittence mais autant vous dire que le popo est loin d'être à 130km/h, dans sa meilleur forme nous sommes au alentour de 80 et quand rien ne va plus on se retrouve même à 50, en plus il pleut, en bref rien ne va. L'autoroute terminé et l'ambiance quelque peu tendu nous nous installons sur un parking à environ 20 minutes du centre de Ljubljana pour passer la nuit et visiter la capitale demain. Le parking est vraiment pas cher 1,60€ la journée, avec électricité et eau gratuite. Pour payer il faut acheter une carte magnétique de la ville à 2€ et ensuite la charger avec autant d'argent que l'on veut et avec on peut payer le parking et prendre le bus. Nous achetons la carte à la borne du parking et surprise il y a déjà 5€ de crédité dessus. Pourquoi, je ne sais pas mais on cherche pas plus loin.

Après une nuit tranquille l'ambiance est redevenue joyeuse et la pluie est partie. Nous prenons le bus pour nous rendre au centre ville. Quand nous arrivons quel surprise le cœur de ville de Ljubljana donne l'impression d'être dans un village. C'est super mignon! Nous adorons tout de suite. L'ambiance est calme et paisible. Les rues du centre sont totalement piétonne. Nous marchons dans le vieux centre sur les pavés, nous traversons des ponts au dessus de la rivière Ljubljanica et nous trouvons sur la place Preseren, la place principale de la ville. La place doit son nom à un poète slovène France Preseren dont la statue se dresse sur le parvis. Elle n'est pas très grande, il y a des joueurs de musique et des groupes d'étudiants. Ce n'est pas un flot de gens ni l'effervescence constante à laquelle nous avons été habitué jusque là dans les villes que nous avons visité, ici l'ambiance est calme et reposante. Nous continuons notre promenade le long de la rivière et nous installons à la terrasse d'un des nombreux cafés et bar qui la longe. Pareil nous sommes sous le charme de l'endroit et l'atmosphère qui y règne, pas de musique forte, pas de serveur désagréable, ici les gens sont agréable et patient. Nous écoutons les locaux parler entre eux tantôt en anglais tantôt en slovène. Les langues slaves sont très belles à écouter mais impossible à lire et à prononcer pour nous pauvre latin que nous sommes. Après cette pause nous nous lançons à l'assaut du château de Ljubljana qui surplombe la ville du haut de sa colline. Nous montons par les petits chemins boisés et faisons un petit tour du château. De la haut nous pouvons admirer tout Ljubljana et c'est assez flagrant que c'est une ville "verte" il y a beaucoup d'arbre et de verdure, nous voyons les petites maisons du centre ville avec leur toit rouge et plus loin l'immense Parc Tivoli, c'est d'ailleurs notre ballade de demain. Une fois redescendu du château nous nous installons de nouveau en terrasse du centre ville chez Cacao pour boire un chocolat chaud et déguster une glace au chocolat, c'est apparemment le meilleur glacier de la ville.

Le lendemain nous partons nous balader dans le Parc Tivoli, auparavant nous avons refait un petit tour dans le centre ville que nous avons vraiment apprécié. Le Parc Tivoli est un immense parc ou les slovènes se promènent en famille, font du vélo ou leur jogging. Ce parc ne ressemble pas du tout à un jardin public mais plutôt à une forêt, nous nous baladons pendant près de 2h sur les sentiers montant et descendant entouré d'arbre. Nous avons l'impression d'être à la campagne et non dans une capitale européenne. C'est très agréable et par moment nous avons une vue sur la ville. Tout en haut d'un chemin se dresse une église de couleur rose. Les églises ne ressemblent pas aux églises que nous avons pu voir en Italie, elles sont plus "dépouillé" et on beaucoup moins d'ornement (je ne suis pas assez calé en monument et en art pour savoir si lesquelles sont des églises gothique, romane ou baroque). A la fin de notre balade nous trouvons au milieu des arbres, à la sortie du parc, un restaurant serbe, bon ce n'est pas local mais sa change, nous nous attablons. Le serveur ne parle que slovène et nous avons beaucoup de mal à comprendre la carte. Finalement nous finissons avec de la très bonne viande de bœuf, des oignions cru, du pain plat, de la sauce au fromage blanc et une boisson appelé Cockta qui n'est autre qu'une copie du coca-cola du temps communiste on dirait. C'est très bon et après la marche nous avons faim. Nous retournons vers le centre ville pour rejoindre le bus, nous passons par le pont des dragons, le dragon est l'emblème de Ljubljana. Nous reprenons le bus qui nous ramène à notre parking ou d'autres camping-car on pris place à coté du notre. Nous faisons connaissance d'un couple d'allemand et d'un italien et leur expliquons comment fonctionne la carte magnétique et nous découvrons que pour le bus il fallait une carte par personne, chose que nous n'avions pas.

Nous repartons et la capitale Slovène va nous manquer. Nous regrettons un peu de ne pas pouvoir explorer ses montagnes qui l'entoure mais le camion ne nous permet pas de faire beaucoup de route sur des routes trop pentu. Nous sommes sur l'autoroute direction Zagreb et admirons les forêts et la montagne qui le longe tout le long.

Nous n'avons pas passé beaucoup de temps en Slovénie, ni explorer ses montagnes et ses autres villes mais nous avons adoré ce pays. La nature est présente partout même dans la capitale. L'ambiance du pays rend calme et serein. Une chose est sur on s'y sent bien et nous y retournerons pour faire des ballades en montagne et découvrir les grottes et les lacs qui s'y cache. La Slovénie mérite d'être plus connu, c'est très beau et leur mode de vie devrait être un exemple pour beaucoup d'autres pays.

2

La capitale croate n'est qu'a 150 km de la capitale slovène, une fois la frontière passé il ne reste plus qu'une trentaine de kilomètre pour se rendre à Zagreb. Après avoir déjà passé un mois dans le camion nous décidons de passer les deux prochaines nuit sur Zagreb en airbnb, nous avons choisi un petit studio non loin du centre ville chez Suzana. Parfait pour visiter. Nous arrivons le dimanche dans la capitale et après plusieurs jours passé en dehors d'un camping nous avons des choses "pratique" à faire tel que la lessive, nous passons donc 2h dans une laverie automatique, auparavant nous avons retiré de l'argent car ici ce n'est pas l'euro (même si dans certaine zone touristique il est accepté) mais le kuna (prononcé kouna).

10HRK = 1,34€

L'équivalent de 3,77€ 

Le lendemain nous nous rendons dans le vieux Zagreb à pied, le centre de la capitale n'est pas très grand et se visite facilement à pied, puis nous aimons bien marcher dans les rues, ça permet de mieux découvrir. Nous traversons le "nouveau Zagreb" les bâtiments sont très jolies, décorés de statues et de colonnes, se sont pour la plupart des musées, des hôtels ou des bâtiments officiels.

Nous arrivons dans la ville haute, Gorjni Grad, on a l'impression d'être dans un village, les ruelles sont pavés, les maisons colorés et les rues sont animés par les nombreuses terrasses des bars restaurants. Nous entrons dans la cathédrale de Zagreb qui est magnifique, sa devanture a l'air d'avoir été rénové récemment et permet de bien voir les saints qui y sont sculpté. Sur la place du Kaptol juste devant son entrée se dresse une imposante colonne portant une statue de la vierge. A l’intérieur de la cathédrale tout a bout trône un autel en argent qui est là depuis 1721, derrière l'autel il y a un sarcophage renfermant les reste du cardinal Alojzje Steoinac, archevêque de Zagreb, qui a aidé de nombreuses familles juives pendant la seconde guerre mondiale. Il y a des fresques sur les murs et de très beaux vitraux datant de 1830.

Cathédrale de Zagreb 

Le tour de la cathédrale terminé nous poursuivons notre visite dans les ruelles de la vieille ville et découvrons l'église Saint Marc, construite au XIIIe siècle, nous n'entrons pas à l'interieur mais son extérieur est superbe. Sur le toit de l'église les tuiles sont colorées des armoiries de Zagreb. Nous nous rendons au Museum of Broken Relationships, traduction : le musée des coeurs brisés. Ce musée atypique nous fait envie, à l'intérieur des objets venant du monde entier témoignant d'un amour qui est aujourd'hui terminé. Ainsi nous y trouvons une hache qui servit à détruire tout les meubles de son ex, une lettre d'amour, une paire de chaussure, des CD, une plaque d'immatriculation… Avec une petite histoire qui accompagne l'objet, le livre existe en français et pendant 1h30 nous avons pu lire les histoires de ses objet qui ont été un symbole d'amour un jour entre deux personnes. Il y en a des très drôles comme d'autres beaucoup moins.

Eglise Saint Marc 

Nous continuons de marcher dans les rues entrelacés et pavés du vieux Zagreb et redescendons de la coline ou il est perché par de nombreuses marches. C'est vraiment charmant, en plus le beau temps et revenu il ne fait pas très chaud mais il y a du soleil. C'est donc allongé sur le banc d'un parc, écoutant le chant des oiseaux se mêlant au bruit des voitures que nous finissons notre journée dans la capitale croate.

Zagreb est une jolie ville à taille humaine, ce qui est intéressant c'est qu'il n'y a pas de masse de touriste, la ville reste donc authentique et permet de la découvrir tel qu'elle est. Dans le centre ville et la veille ville on s'y sent bien, les espaces sont aérés, propre et il n'y pas trop de monde. Zagreb est une ville agréable ou il semble faire bon vivre.

3

Avant de nous rendre sur la côte croate nous passons par le parc national des lacs de Plitvice qui font parti du patrimoine mondial de l'UNESCO. Le parc est composé de 16 lacs qui se relient entre eux par des chutes d'eau et comprend une immense forêt composée principalement de hêtre et de pins. Dans ce parc naturel il y a aussi des animaux tel que des loups, des biches, des lynx et des ours, nous n'en avons pas vu durant notre ballade, mais comme le parc fait un total de plus de 30 hectares, je pense qu'ils se tiennent loin des touristes et des sentiers balisés, et ils ont raison.

Mais avant nous avons tenté de dormir sur le parking du parc mais impossible, les gardiens ont été intransigeant, du coup nous avons passé la nuit sur le terrain d'un particulier, ancien hippie des années 60-70 il nous a accueilli à bras ouvert car "VW it's my favorite !", nous avons dormi sur un terrain en pente mais bon le monsieur était sympa donc c'est moins gênant.

Nous partons pour le parc en fin de matinée et décidons de suivre le sentier F qui nous fait faire une ballade de 3 à 4h suivant le rythme de marche. Nous ne sommes pas en pleine saison et pourtant il y a beaucoup de touriste, notamment des chinois (les revoilà). La visite du parc se fait de plusieurs manière, il y a divers sentiers indiqué par des lettres qui prennent plus ou moins de temps de visite. Pour passer de lacs en lacs il y a des petits bateaux qui nous emmènent d'une rive à l'autre, ensuite il faut marcher dans la forêt ou le long des lacs en suivant un sentier balisé, marcher par dessus des ponts et pour remonter la totalité des lacs il y a le petit train qui traverse la forêt. Nous nous baladons ainsi dans la nature, qui finalement n'est pas si tranquille que ça car il y a beaucoup de visiteur mais ça n'enlève en rien la beauté du lieu. Nous entendons les cascades gronder au loin et nous les voyons ensuite surgir devant nous, l'eau du lac est de couleur bleu verte et il y a de gros poissons. C'est très jolie comme nous sommes au printemps les arbres ont plusieurs nuances de verts et le contraste avec l'eau limpide est superbe. Pour le côté immersion total dans la nature il y a mieux car les sentiers sont complètement balisé et ne permettent pas un écart dans la forêt, de plus le flot de gens qui prennent des photos, sont au téléphone ou parlent fort ne permet pas de se sentir en total harmonie avec la nature mais il ne faut pas oublier que c'est un site protégé et classé. En tout cas nous avons passé un très bon moment à la fraîcheur de l'eau et des arbres.

Les lacs de Plitvice sont vraiment un lieu incontournable si l'on est en Croatie, c'est l'un des plus beau parc du pays selon les guides et je pense qu'ils n'ont pas tort. On en prend plein les yeux et dans cette immensité on peut se rendre compte que l'eau c'est la vie.

4

Nous voici reparti sur les routes pour nous rendre à Zadar le long de la côte. Les paysages que nous traversons sont superbes, la route est bordé d'olivier et d'immense plaine verte. Ensuite nous voici reparti dans les montagnes et collines, la route est belle et les routes sont faites en sorte que la montée se fait progressivement ainsi notre Popo ne rencontre pas de difficulté. Nous roulons pendant plusieurs kilomètres sans rencontrer âme qui vive ni un seul village, mis à part quelques restaurant qui longe la route. La montagne est faite de roche blanche et de gros bloc de rocher ou s'accroche la végétation, au détour des virages nous pouvons voir l'étendu d'arbres et de collines en contre-bas. C'est ainsi par ses jolies routes que nous arrivons dans la ville de Zadar.

Arrivé à Zadar s'en suit toute une histoire car chez notre hippie nous avons oublié de remplir la cuve à eau, nous voici donc parti à la recherche d'un point d'eau. Toute une expédition car nous ne trouvons pas de cimetière, pas de WC sans surveillance (ceux que nous avons essayé était soit fermé, soit surveillé et on nous a pas laissé le droit de remplir nos bidons) et pas de robinet qui traîne. Finalement nous décidons d'aller au camping ou nous ferons le plein et sur le trajet devant une station de lavage nous trouvons le fameux robinet ! Hop hop on rempli et on file s'installer au spot que nous avons repéré quelques temps avant. Nous voici enfin installé dans un ancien camping le long de la mer. C'est charmant. Pendant 2 jours nous restons là à faire des petites réparations de camion, de la lecture, de l'écriture, des promenades au bord de l'eau et se reposer. Les grandes chaleurs ne sont pas là mais j'ai quand même fait tremper mes pieds dans la mer et lézardé au soleil (mais pas en maillot de bain). Nous n'avons pas visiter la ville juste fait un petit tour du port et de la plage.

5

Nous quittons notre petit coin de plage et pour nous rendre à Split, les routes sont toujours aussi belle. Du haut de la route nous voyons Split en contre bas qui est dominé par la montagne et bordé par la mer. Split est la deuxième ville de Croatie et nous sommes directement plongé dans le bain, l'accès à la ville est très long et nous mettons beaucoup de temps pour arriver au camping.

Split vu de la route  

Notre camping a un accès direct à la mer, en plein été se doit être la folie ici. Nous partons le long de la plage pour faire une petit ballade jusqu'au port un peu plus loin, ou nous achetons 2 pâtisseries locales, je ne saurais redire les noms mais c'était une sorte de chausson aux pomme mou et l'autre un chausson à la confiture très sucré. Ça nous a laissé septique.

Le lendemain visite de la vieille ville de Split, nous prenons le bus, ici impossible de grugé l'entrée le chauffeur vérifie bien que vous avez un ticket il y a même une barrière. Nous sommes samedi et nous arrivons sur le marché qui est bondé, il y a des marchands de viande, de fromage, de légumes et quand on descend plus vers la vieille ville les marchands plus touristiques : lunettes, souvenirs, bonbons, savons… Il y a du monde dans tout les sens.

La vieille ville 

Nous arrivons au Palais de Dioclétien qui est une forteresse avec des superbes vestiges de rempart, qui contient la vieille ville, elle a été construite à la fin du IIIe siècle. Nous marchons dans les petites ruelles pavés, les monuments rappellent beaucoup l'architecture romaine et égyptienne avec ses colonnes et ses statues qui ont été pillés et importés de Grèce et d'Egypte. Nous entrons dans Cathédrale Saint Domnius de Split par des portes en noyer gravé retraçant la vie du Christ. A l'intérieur un grand autel décoré d'anges en or, à sa droite se trouve une cavité qui abrite l'autel dédié à Saint Domnius, patron de la ville de Split. Derrière l'autel se trouve le chœur ou l'on trouve un crucifix datant du XIVe siècle. La Cathédrale est relativement petite, nous montons à la salle du trésor ou se trouve des parchemins du VIIe siècle, des calices en or, des statues, des pierres précieuses et des reliques.

La Cathédrale 

Nous descendons ensuite à la crypte de Sainte Lucie qui subit le martyr lors du règne de Dioclétien et montons ensuite tout en haut du clocher de la Cathédrale. Il ne faut pas avoir le vertige, les premières marches sont très haute, s'en suit ensuite un escalier en acier qui nous permet de voir en bas ce qui se passe, pas très rassurant. Une fois en haut nous avons une vue superbe de Split. S'en suit la visite du temple de Jupiter. La vieille ville de Split est très agréable.

Temple de Jupiter
Le clocher de la Cathédrale et le temple de Jupiter 

Nous quittons la vieille ville pour rentrer au camping à pied en longeant la mer. Nous attaquons nos 9km de marche, nous traversons des petits ports ou s'entasse des bateaux plus ou moins abandonné. Nous marchons sur la plage entre une falaise et la mer, le chemin se resserre peu à peu et nous devons grimpé sur des rochers, nous ne voyons pas trop si le chemin se poursuit et nous demandons à des adolescents perché sur les cailloux si nous pouvons continuer, ils ne savent pas trop mais nous disent que non. Pas trop téméraire nous faisons demi-tour pour reprendre la route au dessus de la falaise. Nous marchons du coup en surplombant la mer mais le décor qui nous entoure n'est pas des plus beau, nous passons devant des habitations délabré, voir inhabité, des jardins non entretenu ou la végétation foisonne, les fossés et bord de route sont jonché de détritus et l'herbe et les mauvaises herbes ont repris leur droit. Nous avons déjà remarqué qu'en Croatie les habitants n'hésitent pas à laissé leurs déchets un peu partout, durant notre promenade nous trouvons donc plusieurs décharges sauvages : machine à laver, pneus, carrelage, télévision, isolation… bref dans les fossés et dans les petits coins il y a de tout. D'ailleurs nous n'avons vu aucune poubelle pour faire le tri sélectif et dans certains endroits les poubelles ont l'air d'être là depuis quelques temps. Les voitures c'est un peu pareil il n'est pas rare qu'il y ai des carcasses de voiture a l'abandon sur les parkings ou le long des routes.

Bord de route 

Après cette longue marche rallongé car nous nous sommes trompé de route nous arrivons au camping ou les environs sont plus propre, peut être que la municipalité privilégie les bords de mer ou les touristes viennent.

Split hormis sa vieille ville n'offre rien de plus, c'est une grosse ville comme beaucoup de grosse ville balnéaire. Les bords du littoral sont énormément bétonné et longé de gros bâtiment parfois non entretenu. Il existe cependant de jolies petites plages mais il faut s'aventurer plus loin que les gros pôle touristique, je pense que pour y passer quelques jours en plein été c'est sympa car il y a "le décor" mis en place par les commerçants et les bars mais sinon le reste de l'année ce n'est pas ce qui fait le plus rêver. Ce n'est certainement pas une des plus belle ville croate mais pas mal pour visiter la vieille ville et lézardé en plein été.

6

Après notre séjour en Bosnie nous voici de retour en Croatie dans la belle ville de Dubrovnik. Nous passons beaucoup de temps à la frontière entre la Bosnie et la Croatie, sous un soleil de plomb, on sent bien que nous n'avons pas l'air climatisé à l'intérieur du camion. Nous nous installons à Mlini à une dizaine de kilomètre de Dubrovnik dans un camps en majorité rempli par des français, ça nous change de la Bosnie ou les campings étaient désert et ou il n'y avait pas du tout de français. Il fait chaud, nous nous rendons le long de la mer pour une petite ballade, ça sent comme dans le sud de la France un mélange de pin et de terre chaude. La mer est transparente et est surplombée par la montagne, c'est très jolie et ça nous fait plaisir de retrouver la mer après ses quelques jours passés entre les montagnes bosniennes. Le soir un orage éclate, les éclairs zèbrent le ciel et le tonnerre gronde dans la montagne, c'est assez impressionnant, il pleut à grosses gouttes un moment et puis d'un coup plus rien.

Le lendemain nous nous rendons à la vieille ville de Dubrovnik en bus. Le bus toute une expédition car malgré les horaires qui sont indiquées les bus passent quand ils veulent, ainsi nous attendons 40minutes le bus qui doit nous emmener en ville. La vieille ville de Dubrovnik est bondées de touristes (français, chinois, allemand, italien, espagnol, anglais, ils sont tous là), c'est un peu violent comme transissions, nous qui avions pris l'habitude de ne pas être bousculé dans nos visites. La ville enfermée dans les remparts est incroyablement belle, les rues pavés, les maisons en pierre, les ruelles, les petits escaliers et la mer qui borde les remparts, tout est absolument charmant. Dommage qu'il y ai autant de monde qui se presse dans la ville, mais nous sommes samedi et il fait très beau.

Dubrovnik

Dubrovnik est l'une des villes les plus touristique que nous ayons vu en Croatie, d'ailleurs ils l'ont bien compris, tout est payant et pas à petit prix, même la monté sur les remparts qui s'élève tout de même à 20€ par personne. Dubrovnik a été le décor de nombreuses scènes de la série Game of Thrones, ils profitent bien de la série à succès en proposant des excursions sur les lieux de tournage et les magasins de souvenirs sont rempli de bibelot et t-shirt à l’effigie de la série. Honnêtement on a hésité à faire le tour Game of Thrones mais à la place on a pris un audio-guide pour visiter la vieille ville de Dubrovnik. Nous passons la journée dans la vieille ville et c'est merveilleux. Ça l'est un peu moins quand nous devons reprendre le bus pour retourner au camp, en effet le bus ne passe pas, nous attendons à l'arrêt depuis bientôt 1h, nous faisons la connaissance d'un couple de jeune français et papotons, eux aussi on des problèmes de bus et font le tour de l’Europe mais en seulement 2 mois. Finalement un couple d'anglais prenant le même bus que nous arrive à avoir l'explication par un chauffeur d'un autre bus, notre bus ne passe pas à cet arrêt mais un peu plus bas, merci monsieur madame car on n'avait pas compris ça du tout, en bref on attend encore une bonne demi heure et le bus passe enfin.

Les deux jours suivants nous les passons à la plage près du camping. On bronze, on se baigne, Marin rougis un peu. Nous faisons la connaissance de Brigitte et Christian un couple de français très sympa, qui voyage en camping car et nous donne des tuyaux de campicariste et des conseils de trajet, nous les retrouverons peut être plus tard.

Dubrovnik est à nos yeux l'une des plus belle ville de Croatie. Les remparts qui entourent la vieille ville lui donne un aspect mystérieux et une certaine majesté. Nous avons aimé ses petites ruelles et ses escaliers ou l'effervescence était moins oppressante. Dubrovnik est magique.