Carnet de voyage

L’Ouest irlandais et ses belles couleurs

5 étapes
1 commentaire
1 abonné
Dernière étape postée il y a 125 jours
Il y a 2ans nous partions en Irlande à la découverte de la côte Est, cette année Ju a voté : on part à la découverte du Connemara et la côte Ouest sauvage
Octobre 2019
8 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 16 octobre 2019

Nous débutons la journée avec un réveil très matinal à 3h30 du matin, le Décollage depuis Genève est prévu à 7:00.

Arrivée à dublin, sous la magnifique pluie Irlandaise, nous prenons le temps de savourer un café XXL à l’aéroport puis prenons la navette pour récupérer notre voiture de location chez carehire. Nous voilà partis pour attendre 2h supplémentaires car le vendeur nous demande 210€ d’assurance en plus de notre location. Pour l’histoire, j’ai pris la réservation avec la carte qui porte la mention «débit » et non « crédit », l’empreinte de la caution ne pouvait être prise. On a annulé la première réservation et effectué une deuxième, d’où l’attente..

Une fois en route, l’idée de rejoindre la belle ville de Galway nous met du baume au cœur, les esprits se détendent mais la route fut longue.

Nous effectuons la découverte de ses belles ruelles sous le vent et la pluie brumeuse, n’oublions pas que nous sommes en Octobre sur la côte Ouest où le climat océanique se fait bien sentir.

Il paraît que les sportifs aiment les défis, on chausse les baskets et allons fouler la terre irlandaise, les rues qui nous mènent le long de l’océan et les ports qui se succèdent.

Nous dînons dans un authentique restaurant, avant de retrouver notre B&B qui fut une belle déception !

Bonne nuit 💤

2
2
Publié le 16 octobre 2019

On se réveille avec un temps humide mais ensoleillé, les rayons traversent le store de la chambre. Nous prenons la route des célèbres Cliffs of Moher, mais en empruntant la route le long de la côte, la R477, pour le plus grand plaisir de nos yeux : Ballyvaughan, Murroogh, Fanore, Doolin, Cliffs of Moher. Joli spectacle que nous offre mère nature tant sur l’histoire du pays que sur le patrimoine naturel irlandais. Ce qui m’a particulièrement marqué c’est le vendeur de la petite boutique où on s’est arrêté acheter de l’eau. Bienveillant, il m’a dit de profiter du soleil car la veille c’était l’enfer. L’homme d’une soixante d’années, Propriétaire d’une petite boutique Spar, sur une route déserte, face à l’immensité de la nature et de l’océan qui s’abat sur l’île ☘️

Ju est en pleine préparation physique pour la saison, nous faisons une halte dans une salle de sport près de Galway ; pendant ce temps je me détend avec une tasse de thé et mon livre du moment « images et dressage » de Pierre Beaupère au Red Eye Coffee. Notre destination se trouve à 2h de route au nord. Nous arrivons au charmant Mulranny’ House, particulièrement marqué par l’accueil chaleureux Et en français de notre hôte. Nous découvrons une maison cocoon et décorée avec goût. L’ambiance incite à la paresse, pour notre plus grand besoin, la nuit s’annonce belle et douillette !

Mon envie d’aller jusque Mulranny me vient d’un livre qui m’a marqué « Les Gens heureux lisent et boivent du café » • je vous le recommande sans hésiter (facile et rapide à lire) !

Ps : chaque étape sera modifiée une fois un ordinateur à ma disposition pour rajouter les photos du reflex que je ne peux pas consulter pour le moment, mais elles sont M.A.G.N.I.F.I.Q.U.E.S !

Photos de l’appareil bientôt publiées  
3
3
Publié le 16 octobre 2019

On se réveille tout en douceur face à la magnifique baie qui se tient devant nous. Le soleil, encore, traverse l’épais rideau de ses rayons rougis du matin. Après le copieux petit-déjeuner irlandais (pomme de terre, œuf brouillé, saucisse, bacon et boudin), nous quittons cette merveilleuse adresse pour Achill Island. Gâtés par le temps, aucun mot ne peut exprimer de manière assez correcte ce qui se joue devant nous, les photos peuvent en témoigner mais seul les souvenirs sont vrais.

Mulranny, petite route sans nom qui longe la côte, Corraun, Curane, Glassillaun, R319, Achill Island, Bunacurry, Doogort East Bog, Doogort, Slievemore Road, Keel, le sommet de l’île.

Ce soir nous dormirons à Wesport, que nous découvrons en courant, entrainement pendant les vacances oblige. Le petit + : succomber au fish & chips et savourer une glace 99’ en remontant les rues jusqu’au B&B.

« Stars make no noise » 
4
4
Publié le 17 octobre 2019

Doux réveil, on s’apprête à déguster un full irish breakfast au B&B Clooneen House. La veille Ju a insisté pour que j’aille monter à cheval sur la côte, j’ai rendez-vous au Carrowholly Stables à 11:45 pour une balade d’une heure. J’avoue que ça aurait été dommage de ne pas galoper dans les lagons et de ne pas subir une bonne averse ventée à cheval. L’échange avec mon accompagnatrice, Hélena, est très sympathique. Elle me conseille de goûter la Guinness avec du sirop de cassis, ça l’adoucie. Elle me présente Croagh Patrick Mountain, très connue en Irlande pour les pèlerinages (probablement un rapport historique avec le "Saint Patrick"). On passe le reste de la balade à parler équitation et à exposer notre philosophie de vie. Je lui explique un petit peu mon parcours et ce que je fais dans la vie jusqu’à venir à lui dire que j’aimais mes patrons. Étonnée, elle me demande « pourquoi tu peux dire que tu les aime? », je lui explique mes raisons et elle me dit que c’était super mais difficile d’être proche de ses salariés tout en gardant une forme d’autorité. Le centre équestre est une histoire familiale, sa mère et son père en sont les actuels propriétaires et elle y travaille dans l’objectif de prendre la suite ; elle le gère en collaboration avec ses parents et s’expose à la relation patron / employé, d’où sa question et notre discussion. Les chevaux travaillent le mercredi, jeudi, vendredi et samedi et sont au pré les 3 autres jours de la semaine.

On s’est arrêté au salon de coiffure Gabb’s de Wesport, admettons que ça ne payait pas de mine de l’extérieur mais le résultat est bien : Juju est toujours aussi beau 😍

On prends la direction de Renvyle, Tully Cross par la R335 et ses multiples lacs sans nom, Coast road, N59, Connemara Loop où Julien s’arrête à 10 km de l’arrivée pour finir en courant, lassé de conduire. Agréable mais difficile de débrayer. J’ai adoré longer la côte le long de la R335, les paysages sont à couper le souffle, émerveillent les yeux et tous les sens ; on se sent minuscule entre les montagnes, face à la puissance du climat, entouré de ces affluantes rivières. Le rêve à l’état pur pour les amoureux de la photo.

Nos dormons au BayWatch B&B ce soir, notre hôte nous a recommandé un pub à 2 min à pied et la plage à 10 minutes, attention à toi Ju il parait que l’endroit est vraiment romantique ...

J’ai testé la Guinness black currant, délicieuse. Allons donc succomber au charme local. Je suis heureuse de ne croiser pas grand monde, ci ce n’est des locaux. J’aime vivre local loin du tumulte touristique, mais peu de risque à cette époque.

Très belle soirée !

5
5
Publié le 19 octobre 2019

Je me réveille dans mon lit de princesse de 2m de large, je pense avoir perdu Ju tellement il est grand ... ouf c’est bon, il est toujours là 😉😘❤️On descend au petit hôtel du propriétaire 200 mètres plus bas où les petits déjeuners irlandais sont servis. Molly la chienne nous accueille avec joie, comme notre hôte. J’ai été touché par la gentillesse et la simplicité de cet homme, le cœur sur la main. On s’arrête prendre des photos sur la plage de Tully Cross, puis direction le Connemara National Park. Rien à dire, mis à part que les paysages sont spectaculaires, balade de 9,5 km environ ; puis une halte à Kylemore Abbey pour déguster des scones, beurre, confiture et crème (craquage et régale). On empreinte une route de campagne sinueuse et étroite, pour le plus grand plaisir de « Juju le pilote au volant de sa Mazda » ; heureusement qu’on a pas loué une Ferrari, pas sûre qu’on l’aurait rendu en un morceau. Ce soir on dort au Clifden Bay Lodge, Lower Sky road, à Clifden. La personne qui nous accueille est une française expatriée en Irlande depuis 9 ans maintenant ... Probablement touchée par le même sentiment qui m’a envahit la première fois où je suis arrivée ici, qui reste à jamais et ressurgit à chaque fois que j’y repense. Le coucher de soleil est magique, comme tous les paysages océaniques depuis le début de notre road trip.