Carnet de voyage

Entre Chili et Argentine

Dernière étape postée il y a 2292 jours
Voyage en Amérique du Sud en camping car Début en septembre 2017 : Uruguay Petite incursion au Brésil ( les chutes d Iguacu ) Descente de toute l' Argentine Remontée entre Chili et Argentine
Novembre 2017
8 semaines
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 11 décembre 2017

Samedi 25 novembre 2017

Après une journée de route sur du mauvais ripio , deux passages frontières , un vent furieux , la récompense est là . Dans la baie Inutil , sur les bords du canal de Magellan , une petite colonie de manchots royaux ont élu domicile il y a quelques années . Nous les observons derrière des pallissades , pour ne pas les déranger. ..

Les petits sont énormes dans leur duvet brun , certains sont en train de le perdre et jeûnent pendant tout le temps de cette mutation.

Parc Pinguinos Reys
2
2
Publié le 12 décembre 2017

Nous passons une nuit tranquille à Cerro Sombrero sur la place du village .

Nous attendrons 7 heures pour passer par le bac le détroit de Magellan car le vent est violent et les bateaux ne peuvent résister au fort courants.

Nous arrivons aux portes de Punta Arenas dans le parc Mangosta , le vent faiblit enfin !

Nous mangeons du poisson avec nos nouveaux amis Fabienne et Bernard dans un marché couvert puis visitons la ville et le musée régional Braun Menendez...faste demeure témoignant de la puissance des éleveurs de moutons au siècle dernier .

Un espace musée d 'histoire y est associé avec quelques vestiges des peuples indigènes .

3
3
Publié le 13 décembre 2017

La vue du camping guino est superbe sur Puerto Natales , ses toits colorés et le lac Seno Ultimo Esperanza .

Les glaciers ne sont pas loin ( Serrano , Balmacedo, Grey )

Le Pacifique est si près. ..

Les parcs nationaux ont des noms qui font rêver les randonneurs et grimpeurs du monde entier .

De nombreux jeunes , sacs aux dos déambulent dans la ville , à la recherche d'une auberge de jeunesse ou d'un bus qui pourra les emmener dans les parcs .

L'ambiance est détendue ...

Nous réservons le bateau ( transbordado austral) pour la traversée de Puerto Natales à Hungay , 600km plus au nord .

Ce sera le point de départ de la carretera australe. .. encore une route mythique. ..

Mais pour le moment nous avons une semaine pour randonner à Torres de Paine .

4

Jeudi 30 novembre 2017

Les lacs y ont cette couleur blanchâtre bleue ou verte , lumineuse , du fait des minéraux issus de la fonte des glaces. Les paysages sont sublimes. Nous y rencontrons les camions de Panamtour qui parcourent l' Amérique du sud en 6 mois.

Le lendemain nous sommes tôt à l'embarcadaire du lac Pehoé...Une courte traversée nous amène au départ d'une randonnée vers le glacier Grey . Nous voyons défiler des growlers sur le lac .

Nous sommes à l'embarcadère après 7 heures de marche, mais il y a déjà près de 40 personnes en attente et pas de bateau depuis plus de 3 heures ...

Nous échangeons des informations avec de jeunes voyageurs qui arrivent de Bolivie.

Le vent est violent et glacé et nous ne pourrons finalement rejoindre le camion qu'à plus de 20h .

Nuit réparatrice sur le parking Pudeto .

Petite randonnée le lendemain Mirador Sandero Cuernos avec les chutes Salto Grande.

Puis nous randonnons sur la branche Est du W jusqu'au lac de base au pied des tours .

Les derniers kilomètres sont très raides et chaotiques mais la récompense est au bout...

5
5
Publié le 13 décembre 2017

Mercredi 6 décembre 2017

Nous embarquons le soir de Puerto Natales dans le beau transbordadora austral bleu ciel .

Nous retrouvons Marie Véronique et Daniel et leur bel Unimog avec une cellule qu'ils ont superbement aménagé. Nous pourrons dormir dans nos véhicules Le bateau se remplit peu à peu de routards à pieds ou à vélo , de jeunes écoliers, de famille Chiliennes , de marchandises diverses.

Le lendemain matin nous sommes déjà tôt sur le pont supérieur, malgré le vent froid et la brume...Fjords, chenaux étroits, îles désertes, forêts primaires, montagnes erodées parfois enneigées , torrents se succèdent...immensité encore vierge...

La mer est plus formée dans les passages étroits. J'aperçois des phoques mais de loin....des sternes , des mouettes et quelques oiseaux migrateurs.

L'équipage est très amical , les repas pris par groupes d'une quinzaine de personnes.

Le jour suivant le temps est à la pluie et les vagues courtes percutent l'avant de la barge. Les camions tirent sur leurs sangles d'amarrage.

Une courte halte nous permet de visiter Puerto Eden, seul petit village de 150 habitants sur les 600 km parcourus. Nous arpentons les passerelles de bois qui servent de chemins et admirons les petites maisons à bardeaux. Quelques habitants vendent des paniers tressés finement , de petites pirogues. Ce sont les descendants des Alakalufs qui vivaient de la pêche ( lions de mer , baleines, mollusques ) et se déplaçaient en canoë. Les habitants sont heureux de voir arriver le meuble ou l'outil tant attendu...les jeunes rentrent chez eux pour les fêtes .

Aujourd'hui, c'est la fête de la vierge et un zodiac est dépêché sur un îlot pour fleurir une immense statue.

Arrivée à 4 heures du matin à Yungay , nous débarquons et continuons notre nuit sur le parking à la lisière de la forêt .

Nous sommes au plus Sud de la carretera australe, la N 7...encore une route mythique....


6
6
Publié le 14 décembre 2017

De Yungay à Coihaique


Samedi 9 décembre 2017

Dixit lonely planet, "la route australe ( N7) est l'une des plus extrême du monde .Elle longe sur 1240 km , rarement goudronnée, forêts primaires, glaciers , fermes de pionniers, rivières turquoises et fracas du Pacifique. Projet initié par Pinochet, achevée en 1996 , il s' agit souvent d'une enfilade d'ornières et de nids de poule..."

Mais quel spectacle !

Nous sommes dès les premiers mètres plongés dans la forêt primaire et ses enchevêtrement de bois , ses arbres géants, ses fougères, ses feuilles de rhubarbe? gigantesques.

Lacs ,cascades, torrents attirent les pécheurs à la mouche chevronnés du monde entier .

Arrivée à Cochrane , les villageois sont à la fête alors nous les rejoignons...

Les éleveurs présentent leurs plus belles bêtes. .. certaines rotissent sur les braseros.

Soirée parilla au camping San Lorenzo avec nos amis Fabienne et Bernard

Le lendemain nous partons pour Rio Tranquilo. Nous longeons Rio Baker , incroyable de beauté. Des lupins et des sortes de genêts forment des tapis de couleurs le long de cette riviere sinueuse...

Picnic au bord de l'eau à Puerto Bertrand , on s'y baignerait presque ( quelques degrés seulement ! ).

Le village de Rio Tranquilo borde l'immense "Lago Général Carrera". Nous l'avons déjà admiré côté argentin où il se nomme "Lago Buenos Aires". C'est le deuxième plus grand lac d'Amérique du Sud après le lac Titicaca.

Le jour suivant nous partons visiter "Capilla de Marmol" en barque...

Il s'agit de grottes marines de marbre , érodées par les éléments. Une immense falaise surplombe le site et les capillas ( deux petites îles coniques ) complètent le tableau.

La route continue vers Villa Serro Castillo, toujours exigeante. ...Alain ne relâche pas son attention car d' innombrables cyclistes courageux et quelques camions l'empruntent et les croisements sont périlleux ...

Nous commençons à prendre de l'altitude pour arriver dans une immense plaine alluviales entourée de "forêts pluviales".

Soirée au camping La Araucaria qui fait aussi centre équestre. Les véhicules ... et nous sommes couverts de poussière .



7
7
Publié le 19 décembre 2017

De Coihaique à la Junta


Mercredi 13 décembre 2017

Nous nous trouvons un bel emplacement à la lisière de la forêt au camping "El camping " à Coihaique . La wifi promise est enfin "fast" et nous allons enfin pouvoir communiquer avec nos proches et mettre à jour le blog overblog , très gourmand en matière de connections...Quelques campeurs , un petit combi et toujours pas d'autre camping car.


Coihaique

Le lendemain est essentiellement consacré à la mise à jour du blog ...

Le temps est pluvieux et nous nous promenons un peu dans la ville moderne et un peu animée du fait de l'approche de Noël. ..

Nous parvenons enfin à activer nos cartes téléphoniques chiliennes.

Nous réservons notre passage pour Chiloe le 23 décembre au départ de Chaitén .

Il n'y a que deux bateaux par semaine et la semaine de Noël risque d'être beaucoup demandée.

Vendredi 15 décembre 2017

Nous longeons Rio Simpson puis Rio Mañiguales malheureusement sous la pluie...

Les vallées sont somptueuses et des champs de lupins les parsèment. ..

Arrêt à Villa Mañiguales petit village où le temps semble s'être arrêté. ..une petite église de style chilote y est remarquable .

Nuit dans les gorges de Rio Cisnes , entourés de montagnes enneigées aux flancs

abruptes . Les fortes bourrasques de vent et la pluie rendent la rivière impétueuse.



Samedi 16 décembre 2017

Nous arrivons "Parque Nacional Queulat"

Randonnée vers le glacier Colgante , dans la forêt pluiviale ( 4 mètres de pluie par an).

Une averse de grêle nous surprend et nous rentrons transis de froid après une marche cahotique et boueuse mais cette forêt luxuriante et qui s'égoutte est magnifique ...orchidées, fougères géantes ou minuscules , arbres immenses ( alercés et lengas ) ...

La piste , un peu plus loin est interrompue du fait d'un pont en réparation.

Les travaux de voirie ( si on peut le dire ainsi) sont titanesques , du fait des intempéries des dénivelés et des torrents ravageurs , des blocs de pierres qui tombent des falaises..

Les hommes luttent d'arrache pieds pour maintenir les pasos ...

Des barges assurent la liaison pour tous les véhicules ( petits et grands )...heureusement pour nous!

Nuit à Puyuguapi sur les bords d'un fjord du Pacifique...vue imprenable ...il manque juste un peu de chaleur ...


Dimanche 17 décembre 2017

Nous longeons lago Riopatron, surplombé de cimes enneigées ...il fait 14 degrés.

A "la Junta" nous sommes arrêtés par des militaires qui nous informent que la carretera australe est coupée avant Chaitén par une énorme coulée alluviales aux abords du lac Yelcho...il y a plus de 13 morts et autant de disparus...un énorme bloc de glace se serait détaché. ..le réchauffement climatique se fait sentir ici plus qu'ailleurs.

Il y a plus d'un mois de travaux pour désenclaver Chaitén...

Nous redescendons vers Cisnes pour voir s'il y a possibilité de transiter de là vers Chiloe. ..

Nous voyons de condors voler haut dans le ciel....impossible de les photographier .

C'est jour d'élections au Chili et une cellule de crise se tiendra le lendemain.

Le lendemain, et après bien des hésitations nous prenons la décision d'attendre le 24 décembre pour passer sur Chiloe. 12 heures de traversée nous fera arriver le soir de Noël . Les possibilités de retourner en Argentine par des pasos isolés et difficiles, ont été finalement écartées faute d'informations suffisantes ....

Retour à Coihaique pour quelques jours, le temps de faire quelques courses et un peu de remise à niveau...

Nous y retrouvons un couple d' alsaciens et leur fille rencontrés dans le parc de Queulat . Ils descendent depuis New York . Ils sont passés à Chaitén juste avant le drame ...


Photos condors Bernard

Nous profitons de l'animation des marchés de Noël entre deux averses car il pleut beaucoup. ..Des danseurs font une démonstration de danses traditionnelles dans la rue...

Nous repartons vendredi 22 décembre le long des rios Simpson et Mañiguales que nous ne nous passons pas de parcourir .

Après une courte halte à Puerto Aysen , nous passons le reste de la journee à Villa Mañiguales ...petit village enchanteur, avec ses jardins fleuris et ses potagers...

Le paradis des pêcheurs à la mouche....


8
8
Publié le 27 décembre 2017

Vendredi 12 décembre, nous reprenons la route ....petite visite de Puerto Aisen er son marché artisanal . Soirée à Villa Mañiguales...décors champêtre au bord de sa rivière. ..les potagers et jardins sont magnifiques et les cerises presque mûres.

Samedi 23 , promenade le long de la baie de Cisnes . Un cimetière de bateaux au bout de la plage y est insolite ...les pompiers font les pères Noël à grands coups de sirènes.

DIMANCHE 24 , traversée pluvieuse et brumeuse de presque 13 heures ...une courte halte devant l'île de Melinka. Arrivée à Chiloe à 19 heures...

Nous trouvons un joli camping avec son parc arboré et fleuri (millaguen camping).

Tables ,chaises, barbecue, dans un endroit couvert...le paradis...

2 jeunes autostoppeurs français nous rejoignent pour cette belle soirée de réveillon.

9
9
Publié le 28 décembre 2017

Lundi 25 décembre, il bruine et crachine comme il se doit à Chiloe et nous prenons la route de Castro . Nous y visitons l'église de San Francisco de Castro à deux clochers .

Soirée sur le port de cette " grande ville" faite de maisons colorées en bois.

Le lendemain nous trainons un peu près du marché au poisson . J'y rencontre un beau moustachu en train de quémander du poisson près des bateaux de pêche. ..

Le travail de la laine est une spécialité ici et les artisans sont fiers de montrer leur savoir faire. ..

Nous faisons une petite virée en bateau pour admirer les palafitos (maisons en bois d'alerce construites sur pilotis) .

Nous mangeons des fruits de mer crus et cuits au comptoir du marché au poisson .. .délicieux !

A Dalcahue nous passons sur l'île de Quinchao en quelques minutes...l'une des 7 principales de l'archipel .

Dans le petit village de Curaco de Velez , nous flanons sur la place de l'église et admirons les maisons de bois aux architectures complexes.

A Achao, nous trouvons un bel emplacement en bord de plage tout près de l'église Santa Maria de Loreta, la plus ancienne de Chiloe. Les habitants des îles voisines viennent vendre et acheter ici ( en bateau ) et l ' endroit est animé.




Collines ondoyantes, vergers, champs de pommes de terre, forêts denses , petits hameaux se succèdent avec toujours les fjords en toile de fond...

Les églises et chapelles sont nombreuses et toutes différentes. ..elles sont la fierté des habitants. Quatorze sont classées au patrimoine de l'humanité .

Nous parcourons l'île jusqu'à l'extrême sud pour voir Nuestro Señora de Garcia. ..

Un homme accoure pour nous en ouvrir les portes.

Nous repartons sur l'île principale et faisons une courte halte à Dalahue pour admirer Nuestro Señora de Colorés, entièrement rénovée. Ici la vierge occupe une place majeure dans le choeur..

Nous remontons vers le nord et atteignons Ancud . La circulation y est difficile et le parking espéré n 'existe plus...nous y faisons une courte halte et décidons de quitter l'île en direction de Puerto Varas. Le temps va rester à la pluie dans les prochains jours et les randonnées en terrain très humide compromises...

Nous trouvons un bel emplacement dans une villa sur les hauteurs ( chez Fredy).

Nous nous promenons dans cette ville moderne à l'architecture allemande ...le dépaysement est total . Sur le bord du lac Llanquihue , les volcans Osorno et Calbuco apparaissent au loin dans la brume avec leur forme conique et leurs sommets enneigés.


10
10
Publié le 2 janvier 2018

Jeudi 28 décembre, nous longeons le lac Llanquihue vers le Petrohué et son parc national Vicente Pérez Rosales . Les volcans sont malheureusement peu visible car le temps est couvert . Nous roulons sur un ripio de sable volcanique noir et d'énormes coulées de lave sont bien visibles le long du torrent . Elles en ont détourné les cours . Petit picnic sur plage de scories. ..

La pluie nous talonne...nous poursuivons vers Las Cascadas dans une forêt luxuriante d alerces immenses .. . Nous y voyons un petit renard sur un mirador...Petite randonnée à la cascade .... Les falaises sont couvertes de fougères géantes. . L 'eau s'écoule de partout ...

Nous passons à Osorno pour faire remplir notre bouteille de gaz et dormons près de la rivière dans un quartier résidentiel.

Vendredi 29 décembre, nous partons pour le parc national de Puyehue.

Nous nous arrêtons au camping Anticura dans le parc , nous sommes seuls dans une forêt luxuriante mais une bonne douche chaude fait du bien...la pluie est incessante. ..

L'accueil dans ce camping est chaleureux et les lieux enchanteurs.

Nous bloggons un peu et donnons des nouvelles à nos proches auprès d'un bon feu de bois.

Samedi 30 décembre, après une nuit pluvieuse, il fait enfin soleil!

Nous profitons de ce magnifique environnement pour aller voir les Salto del India et de la Princesa dans une luxuriance exubérante ...

Nous passons la frontière Chilienne puis Argentine sans difficultés. ..on ne nous a pas pris de denrées alimentaires mais on avait presque tout pu manger ...nous resterons une petite semaine en Argentine puis retournerons au Chili...

Nous rencontrons les Mamatochs et les Globetrotters déjà rencontrés à Torres de Paine et échangeons quelques informations...

La route des lacs et volcans est magnifique et les coulées de cendre de la précédente éruption encore bien visibles

Quelques courses et nous arrivons à Bariloche , au camping Selva Negra , à 20 minutes à pied de la ville...Alain est grippé et use tous les mouchoirs du bord ...

11
11
Publié le 3 janvier 2018

Nous arrivons à Bariloche et ses chalets de bois au bord du lac Nahuel Huapi étincelant.. .le vent souffle fort et des vaguelettes le parcourent.

Dans la ville aux multiples chalets de bois , beaucoup de glaciers, chocolatiers et magasins de sport. Une belle cathédrale au bord de l'eau...nous parcourons les environs de la ville pour admirer les hauts pics des Cerros des alentours...

Nous passons ce soir de réveillon au camping Pėtunias où il y a beaucoup de monde car les vacances commencent pour les Argentins . Parillas , chants , éclats de rire animent la soirée. Nous avons retrouvé nos amis Fabienne et Bernard . Alain est grippé malheureusement depuis quelques jours ...


Lundi 1 er janvier 2018 parc national Nahuel Huapi

Nous prenons la route des 7 lacs ( Espejo, Correntoso , et bien d'autres ) tous plus beaux les uns que les autres ...le soleil est furtif et le vent un peu frais ...nuit au bord de la rivière sur un free parking qui est presque désert une fois la nuit tombée.

Une vache broute autour des camions au petit matin...

Le lendemain , nous partons vers St Martin des Andes...ville de chalets de pierre et de bois de style assez européen ...on se croirait dans les Alpes. ..chocolatîers , boutiques de luxe, un beau sapin de Noël en bouteille sur la grande place de St Martin.

Nous quittons nos amis car nos routes se séparent pour le moment.

Junin des los Andes , est beaucoup plus humble... Les monts sont pelés à présent. ..

Les ravages de l'élevage intensif sont bien là. Le musée mapuche est malheureusement fermé aujourd'hui...

Soirée dans un camping ombragé entre deux bras du rio...

Demain , on repasse au Chili !

12
12
Publié le 9 janvier 2018

Mercredi 3 janvier 2018 , le vent violent soulève des nuages de poussières et le volcan Lanin tant attendu se cache derrière les nuages... la pluie se met à tomber et le ripio devient glissant. Comble de malchance , il y a plus d'un kilomètre de queue avant le paso Maluil Malal... Nous mangeons nos carotes et nos bananes en attendant...

Il nous faudra 4 heures pour passer les deux postes de douanes et saisie de deux tomates seulement . Le parc Villarrica est somptueux avec ses forêts d'araucarias ( le désespoir des singes car ils ne peuvent pas y grimper ) ... Nous sommes en territoire Mapuche , le résultat de longues luttes pour obtenir un peu des terres qu'on leur a prises . Arrêt au camping La Poza à Pucon sous des trombes d'eau...

Le lendemain nous visitons cette belle ville de chalets de bois , ses marchés artisanaux. ..beaucoup d'agences organisent des trecks au Villarrica , du rafting , du canoë ou des sorties aux thermes. Nous dégustons du poisson fumé et une truite ...

Vendredi 5 route vers Lago Caburgua ...arrêt au Salto del Cabulgua ( petite cascade).

Belle randonnée entre playa Negra et playa Blanca au milieu des coulées de lave, des pierres volcaniques...le sable change de couleur au fur et à mesure de notre avancée. ..

Nous profitons ensuite des thermes de Pozones...trois heures dans des bassins naturels à 40 degrés au bord d'une rivière vive ...sublime !

Nuit sur une aire de picnic au bord de la rivière avec pâtes aux fruits de mer...quelle belle journée. ..

Samedi 6 , nous repartons vers Cuarrehuepe. Courte visite au musée Mapuche. . Petite promenade en forêt. ..nous retrouvons nos français autostoppeurs rencontrés à Puerto Tranquilo. ..nous verrons ensuite enfin le volcan Lanin qui émerge des nuages dans sa cape de neige ...

Villarrica, belle ville le long du lac avec vue sur le volcan. ..nous sommes installés au camping tout près du lac ...


Dimanche 7 janvier , nous flanons dans Villarrica et y trouvons un très bel artisanat ( plats creusés dans la masse de bois précieux ) . Nous passons l' am à la plage de sable noir... il commence à faire très chaud et nous trouvons un rivage herbeux et plus ombragé ..ma grippe monte en intensité , Alain est encore convalescent... Nous resterons une nuit de plus.

Lundi 8 , nous passons à Temuco et trouvons assez facilement les pièces moteurs (fiat) nécessaires pour le prochain entretien de Tyva puis nous commençons à remonter vers Valparaiso...

Arrêt dans un camping confortable à Salto del Laja (don ambrosio) , dont le propriétaire est francais suisse et très gentils .Petite visite animée des chutes..

Beaucoup de vacanciers ...ambiance festive et décontractée.


13
13
Publié le 14 janvier 2018

Nous quittons l'autoroute (certes très belle) à ĺa hauteur de San Fernando pour sillonner la route des vins de la vallée de Colchagua . De magnifiques vignobles adossés à d'arides Cerros de sable ocre , de belles propriétés viticoles mais me coeur n'y est pas pour goûter le vin avec la grippe et la chaleur...

Nuit sur le parking d'une fruteria sur les bords de l'embacle Rapel , grand lac de retenue et lieu de villégiature et de vacances...

Nous achetons des fruits et légumes délicieux ( pêches, cerises, tomates , courgettes ....il y a des melons, des choux énormes, des potirons géants.

Mercredi 10 , encore des vallées fertiles cultivées de vignes, d'olivier, de maïs, de pommes de terre . A Casablanca , nous mangeons notre 1 ere chorillana ( plat local fait de petits morceaux viandes diverses , de frites, d'oignons et d'oeufs...), pas très léger tout ça!

Nous arrivons au camping Rancho Casanova , petit havre de paix à quelques 30 km de Valparaiso . La propriétaire nous donne toutes les instructions pour aller à Valpo , bus ou taxi (uber) .

Jeudi 11 janvier 2018 anniversaire d'Alain !

Après une demi heure d'embardées, d'accélérations folles, de montées et de descentes, nous sommes au port de Valparaiso...C'est magique!

Près de 2 millions d'habitants sur 42 Cerros.. . Les habitations colorées dégringolent jusqu'au Pacifique.. La rade immense abrite bateaux de guerre , grands voiliers, supertankers.

Nous commençons par cerro Conception et cerro Alegre et leurs funiculaires que nous ne trouvons qu'au sommet ...mais quel plaisir de déambuler dans ces rues pavées, ces escaliers peints...les fresques sont partout , parfois géantes ... Les zincs aux teintes vives des maisons , les façades de style colonial aux boiseries défraichies , la végétation préservée dans de petits jardins fleuris , les patios remplis d'objets insolites. ..on ne sait plus où regarder...tout nous plaît.

Nous nous régalons de poissons et légumes prés du port... un p'tit air de Mexique , ce restaurant avec son duo de jeunes musiciens...nous reprenons un funiculaire très ancien pour une belle vue sur la ville...

Nous remontons vers cerro Alegre par d'autres chemins...encore de beaux points de vue...le temps est gris mais il ne fait pas trop chaud et il n'y a pas trop de monde...

La journée est passée trop vite!

Le lendemain ce sera relâche ...mais nous y retournerons!



Samedi 13 janvier , nous partons tôt pour la visite de la Sebastiana, ( villégiature du grand poète Chilien : Pablo Neruda à Valparaiso) . Le bus arrive vite et nous dépose au port puis nous prenons un petit taxi ... en moins d'une demi heure , nous y sommes ...

C'est une maison originale sur 5 étages, à la forme arrondie d'une proue de paquebot, toute vitrée et la vue sur la baie de Valparaiso y est magnifique.

La visite est libre dans les différentes pièces, remplies d'objets hétéroclites, accumulés par l'artiste ...

Les jardins au bas de la propriété sont luxuriante.

Nous redescendons Cerros Bellavista , joli quartier bien entretenu.

Petit repas de paila mariscos (soupe de fruits de mer).

Encore des photos de fresques et de ruelles ...petit café dans un jardin zen. ..

Nous passons un moment au port où l'activité est un spectacle permanent.

Encore une belle journée !

14
14

Dimanche 14 janvier 2018 , nous prenons la route pour Mendoza...

Il bruine et fait gris... Nous évitons Santiago avec un peu de regrets mais la présence du pape Francois augmente les difficultés de circuler et de stationner dans la ville. De plus , il y a eu quelques attentats (mineures , dans les églises de la ville). Les revendications des mapuches sont en cause apparemment...

Nous traversons les Andes pour la troisième fois mais jamais auparavant à de si hautes altitudes... Les chaines montagneuses de la cordillère sont ici déjà très élevées. Le Cerro Aconcagua (6959 mètres ), le plus haut d'Amérique ,d'ailleurs surnommé " le toit des Amériques" est juste derrière la frontière argentine. Il grêle lorsque nous arrivons au poste frontière ( commun entre Chili et Argentine) . Les formalités douanières se font assez vite et nous commençons notre lente redescente de la vallée de l'Aconcagua.

Je n'ai jamais vu d'aussi hautes montagnes. .. dépourvues de tout végétal. ..les teintes sont ocres rouges ou oranges mais aussi grises , vertes , blanches en certains endroits...Rio Aconcagua semble tout petit et serpente calmement au fond de la vallée mais les flancs de cette vallée sont de véritables falaises de plusieurs centaines de mètres.

Nous nous arrêtons à Uspallata, un petit cordon de verdure dans une vallée désertique entourée de sommets . Une partie de "sept ans au Tibet" y a d'ailleurs été tourné.

Lundi 15 janvier, nous traversons encore de beaux vignobles , et arrivons fin de matinée à Mendoza. Nous stationnons dans le grand parc San Martin (470 ha). Nous partons visiter à pied le centre ville avec ses 5 places : Indépendance et autour Italie, Espagne, Chili et San Martin. Les avenues sont larges et très ombragée mais les fontaines sont à sec. Nous savourons la fraîcheur à une terrasse de café...C'est les vacances et les gens sont détendus et profitent des espaces verts .

Soirée camping sur les hauteurs de la ville et première trempette dans la piscine depuis le départ .



Mardi 16 janvier, le paysage change vite...nous longeons une chaîne montagneuse, traversons San Juan par des déviations puis sommes propulsés dans une vallées très désertique ? La route 40 est toute droite ...

Nous arrivons à San José de Jáchal, petit bourg assoupi. Nous y reviendrons faire des courses plus tard.

Nous nous installons au camping Hornos, immense oliveraie déserte avec une piscine de compétition. L'eau de la douche est chauffée au bois sur demande.

Les olives ne sont pas ramassées et les arbres pas taillés .Il y a un système d'irrigationau sol fait de petits caniveaux "le cuyo" alimentés par la rivière .

Les indiens Huarpe sont les premiers a avoir pratiqué la culture irriguée sur ces terres sablonneuses. Les maisons en abode sont nombreuses ici et nous pouvons observer la fabrication de briques à partir de boue dans la propriété où nous sommes .

Jeudi 18 janvier , nous partons pour Chilecito tout en sachant que nous allons croiser les véhicules du Paris Dakar sur l'étape de Fiambala , Chilecito , San Juan.

Nous longeons Rio Huaré dans des canyons vertigineux (La Cienaga).

On commence rapidement à croiser des véhicules de la course et faisons un arrêt à Santa Clara pour les photographier. Motos , quads, voitures et camions se succèdent .

Quelques villageois picniquent à l'ombre des arbres et nous faisons de même. ..

Nous longeons le parc national Talampaya, décors de western. Vallées verdoyantes sur la fin après le col. Nous nous arrêtons au camping municipal de Sañogasta au bord de la rivière sous les peupliers à quelques km de Chilecito.

Vendredi 19 , route vers Londres.

Traversée d'une large plaine aride entre 2 chaînes montagneuses, nous voyons nos premiers cactus géants ( certains en fleurs).

Camping municipal El Molino...encore un endroit magique, ombragé, entouré de canneaux d'irrigation, d'un ancien moulin à eau , d'une piscine, de paillotes au toit de chaume, tables, bancs et coins grillades à disposition de chacun.

Nous sympatisons avec René ,Christina et Lautaro, vacanciers de Buenos Aires qui nous préparent un asado. Nous voulons plusieurs vins apportés par chacun.

Nous passons une super soirée qu'Alain termine même avec une feuille de coca préparée avec soin par René

Samedi 20 , Visite des ruines incas d'El Shincal

Nous partons tôt pour profiter de la belle lumière du matin. Le site est à 3 km .

Vue fantastique du haut des monticules du soleil et de la lune ( à La fois belvedere et autels)...La nature préservée à perte de vue, grâce à de petits arbres Shincal qui envahissaient le site ( fondé en 1470) . Un beau petit musée nous fait terminer la visite .


Vendredi 19 janvier , nous faisons quelques courses à Chilecito puis traversons une large plaine aride entre deux chaines montagneuses. Les cardónes (cactus candélabres )font leur apparition dans le paysage. A l'approche de Londres, le paysage reverdit. ..Nous nous installons dans un camping municipal ombragé , entouré de canaux d'irrigation , d'un moulin à eau, paillottes, tables ,bancs , grillé.. .le paradis.

Nous passons une magnifique soirée en compagnie de René, Christine et Lautaro (qui traduit en Anglais) . Ils nous invitent et nous préparent une délicieuse parilla .Je prépare la ratatouille... Nous dégustons différents vins et Alain teste même à visée digestive , une feuille de coca en fin de repas .

Le lendemain , nous visitons les Ruines Incas d'el Shincal. La vue est fantastique du haut des monticules du soleil et de la lune ( belvederes et aussi autels). Nous y montons par d'immenses escaliers de pierre .La nature est préservée à perte de vue et les petits arbres Shincal qui récouvraient le site l'ont longtemps tenus caché. Un petit musée termine la visite et nous éclaire sur la civilisation Inca. Nous sommes au plus sud d'un empire allant jusqu'en Équateur.

Dimanche 21, en route pour Santa Maria . Nous y apprenons qu'il y a encore eu une tempête à la maison et que de grands arbres sont tombés.

Le camping de Sol est plein et nous attendons à l'ombre et dans les odeurs de parilla qu' une place se libère. ..les jeunes propriétaires sont charmants. La wifi n'est malheureusement une fois de plus au rdv et les données mobiles de mon telephone encore une fois bloquées. Je suspecte que cela se produise chaque fois que l'on change de région.

15
15
Publié le 28 janvier 2018

Nous roulons jusqu'à Santa Maria et nous arrêtons tôt. ..la route est désertique mais magnifique ... Nous nous rendons compte que cette vallée monte progressivement et que nous sommes à environ 1800 mètres. Les chèvres, les mules sont en liberté.

Nous y trouvons une jolie église imprégnée de culture indienne.

A Amaicha del Valle, nous visitons le musée de la Pachamama ...Oeuvre magistrale d'Héctor Cruz.

Les jardins de cactus , les murs de pierre, les placettes , les callades , les sculptures de plusieurs mètres de haut sont magnifiques . Les emblèmes indiens sont partout, au sol , sur les murs des édifices. Le travail de la pierre et du fer soudé est colossal. Dans les salles , il y a des reproductions de céramiques trouvées dans la vallée, des minerais, des toiles, des sculptures, des représentations de la vie des peuples indigènes.

Nous avons la chance de pouvoir saluer et féliciter ce grand artiste.


Petit repas sympa, nous goûtons au "locro"( ragoût de maïs), un délice partagé par le chien du resto...

Nous visitons ensuite les Ruines de Quilmes, toutes proches. Fondée au XI e siècle, cette grande cité fortifiée adossée à la montagne fait face à une grande plaine aride parsemée de cactus candélabres . Les murs de pierre sèche sont innombrables et les constructions sont très bien conservées. Nous escaladons plusieurs Cerros au pourtour pour les admirer .Les indiens Diagueta (l'une des tribus Qualchique) survécurent au contact avec les Incas mais furent finalement anéantis par les Espagnols en 1480. Leurs descendants ont obtenus un peu de restitution de terre mais continuent la lutte ici pour la reconnaissance de leurs droits .

Nous reprenons la route en direction de Cafayate dans une vallée fertile qui se couvre peu à peu de beaux vignobles. Nous nous arrêtons à l'entrée de la ville.

Mardi 23 , visite de Cafayate réputée surtout pour ses vins. ..Nous achetons quelques bouteilles de rouge ( malbec et tannat) mais c'est son vin blanc" torrontes " qui est le plus produit. Nous admirons les magnifiques panchos réalisés dans la vallée, les petits meubles en bois de cactus, toutes sortes d'objets artisanaux. Il fait très chaud et nous passons l'après midi à la terrasse d'un café à charger quelques images sur le blog. Nous allons ensuite à la rivière mais un filet d'eau y coule et l'endroit est surpeuplé .

Mercredi 25 janvier , nous partons tôt pour la parcourir la Québrada de Cafayate .

Le Rio de las Conchas, a creusé des canyons sur une trentaine de kilomètres. Les strates sédimentaires tortueuses de ces falaises allant de l'ocre rouge au beige , au vert pâle sont magnifiques. Nous faisons de multiples incursions dans ces décors changeants et surréels. Les sites d'El Amphiteatro et de la Garganta del Diablo nous font pénétrer dans des couloirs creusés dans la falaise ocre. L'écho d'un joueur de flûte résonne dans le silence . Le ciel s'assombrit , la vallée s'élargit et verdit, et un orage éclate . Nous nous rendons au bord du grand lac de retenue de Rio de la Conchas. Le soleil est revenu et une trentaine de catamarans colorés accueille des pêcheurs sur le bord de l'eau. La nuit sera agitée sur l'aire de picnic municipale...

Jeudi 26, à Salta, nous visitons le musée anthropologique. Un bel espace avec quelques belles céramiques et urnes funéraires Nous prenons le téléphérique pour monter au Cerros San Bernardo. De là nous avons une belle vue d'ensemble sur la ville , entourée de montagnes verdoyantes . La végétation est ici déjà presque tropicale. Nous redescendons le Cerro à pied et nous installons au camping municipal Carlos Xamena.

La piscine y a la taille d'un étang et heureusement , il n'y a pas trop de monde ...

Nous rencontrons un Français installé en Argentine depuis 10 ans et échangeons avec plaisir nos impressions sur le pays.

Le lendemain nous repartons vers le centre ville en bus ( avec la carte de notre ami Francais).

Nous visitons en priorité le musée MAAM, musée archéologique de la haute montagne. Nous sommes impressionnés par la présentation d'une momie d'enfant (La Doncella), parfaitement conservée. Trois enfants y sont présentés à tour de rôle , découverts au sommet du Llullaillaco à plus de 6000 mètres . Les sacrifices d'enfants de haute naissance perpétrés par les Incas y sont relatés dans de très belles salles. Des figurines votives (poupées habillées de textile précieux et de fines cordelettes) et petits camelidés (lamas et guanacos) y sont aussi très bien présentées.

Nous déambulons dans ce centre ville aux nombreux édifices à l'architecture coloniale. La cathédrale est somptueuse...La proximité de la Bolivie imprègne énormément cette ville Argentine de culture indienne ... beaucoup de fermiers boliviens s'y sont installés .

Les échoppes des marchands regorgent d'herbes aromatiques, de feuilles de coca d'épices .

Nous trouvons un dentiste dans l'après midi qui refait avec beaucoup de professionnalisme un bel amalgame à Alain... L'anesthésie restera active pendant plus de 5 heures!



16
16
Publié le 4 février 2018

Dimanche 28 janvier, nous passons malheureusement Jujuy par fortes pluies et orage et sommes obligés de nous arrêter de rouler tôt.

Lundi 29 , nous parcourons cette belle route qui mène en Bolivie. ..les villages indiens de Purmamarca, Tilcara et Humahuaca sont pittoresques avec leurs maisons en pisé ocre, leurs rues pavées, leurs marchés colorés. Dans les campagnes, on laboure la terre avec des chevaux et des socs de charrue. Les hommes sont souvent à cheval et portent de grands chapeaux. Les paysages de montagne de la Quebrada sont fascinants avec leurs strates de couleurs rouges ,ocres , gris, et blancs crème. Site inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, le tourisme y est important et nous croisons beaucoup de bus , de stoppeurs , de cyclistes . Nous sommes en haute saison ..

Le temps est nuageux et la météo ne semble pas favorable dans les jours à venir. Nous décidons donc de poursuivre notre route vers le paso de Jama dès aujourd'hui.


La route RN 52 , est d'une beauté saisissante. ..Nous prenons très rapidement de l'altitude jusqu'à 4200 mètres . Les paysages sont lunaires. Nous redescendons au Salar Grande à 3600 mètres , c'est le premier salar que nous voyons . Nous commençons à ressentir les effets de l'altitude. Nous passons la nuit à proximité , dans un isolement total. J'ai mal à la tête dans la nuit...soroche?

Mardi 30, nous reprenons de l'altitude jusqu'au Paso de Jama 4200m . Nous mangeons des bonbons verts...Les formalités douanières se font rapidement mais les douaniers prélèveront tous nos produits frais, le miel, notre salade de tomates , la viande ...heureusement j'ai cuit les oeufs et fait une compote de pommes et bananes la veille...Nous voyons des lamas et des vigognes.

Nous longeons des lagunes et lacs d'altitude et voyons nos premiers flamants des Andes.

Le temps se dégrade et la neige se met à tomber...

Nous arrivons à San Pedro de Atacama après une descente vertigineuse et toute droite de 2000 mètres d'altitude sur une quinzaine de kilomètres . Les freins chauffent!

17
17
Publié le 13 février 2018

Mardi 30 janvier 2018

Nous arrivons à San Pedro de Atacama... ville mythique au milieu du désert à 2400 m. C'est la haute saison et il y a beaucoup de touristes . Nous entendons beaucoup parler français dans les ruelles poussiéreuses de la petite ville. Il y a des manifestations d'indiens contre l'exploitation du salar et aussi des fêtes avec fanfares et danses ...

Beaucoup de tours opérateurs proposent des excursions mais nous visiterons avec notre véhicule les canyons , lagunes , salars et montagnes alentours ..

Nous sommes dans un camping dans la ville , ce qui facilite les déplacements et nous permet de profiter un peu de l'animation de la ville le soir.

Nous prenons des renseignements auprès d'un tour opérateur de français. ..ils nous parlent du grand carnaval d' Oruro.

Nous parcourons les quelques rues pitoresques en abode et visitons son église superbe avec plafond en bois de cactus. Nous trainons le long des échoppes d'artisanat

Le canyon de Jere...jolie randonnée et hyeroglyphes .

Le village de Socaire et ses maisons traditionnelles .

Jeudi 1er ,nous nous éloignons de la ville et dormons dans le désert au camping Nomade Camp...super sympa .Nous y retrouvons la famille rencontrée à la péninsule de Valdez...Eux aussi ont l'intention d'aller au carnaval...les Mammatochs seraient déjà en route.

Vendredi 2 février, visite de Laguna Tenbenquinche et ses quelques flamants. ..

Les Ojos del Salar sont deux cenotes au milieu du désert et un peu de vie ( lamas et chèvres )

La vallée de la lune est un parcours de 11 km dans un décors surréel. Il y fait une chaleur éprouvante et nous la parcourons assez vite .Le mieux est d'y venir le soir pour admirer les dunes aux coucher du soleil. Les canyons de roches salées , sculptés par le vent y sont magnifiques.

Nous partons pour Calama, ville minière au milieu du désert. Un centre ville moderne où les jeunes font du karaoké dans la rue ...mais beaucoup de pauvreté et d'insécurité. ..grilles, chiens...barbelés. ..et la poussière partout.

Samedi 3 route dans le désert et les exploitations minières à perte de vue ...

Les camions géants rognent les dunes immenses et colorées. ..

Nous arrivons devant le Pacifique avec plaisir ....ça sent l'iode, il y fait frais. ..

Nous restons de longues minutes à regarder les vagues , les mouettes ....

Ici , le désert tombe dans la mer ...

18
18
Publié le 13 février 2018

La ville de Potocama est très poussiéreuse aussi...(ancien port minier).

Nous poursuivons par le bord de mer , magnifique...Les dunes de 1500m tombent dans la mer...Des îles aux sommets blancs nous intriguent...Ils sont couverts de pélicans et de guanos. Il y a quantité de vautours noirs à têtes rouges . Nous nous arrêtons dans l'un des villages fait de bric et de broc pour faire quelques photos. Il y a quelques campements de surfeurs sur les plages . Les habitants nous interpellent joyeusement..." Hey gringos !".

Nous trouvons un bel endroit pour passer la nuit dans une crique.La mer est d'une richesse incroyable, méduses , crabes , poissons ,étoiles de mer, coquillages ,oursins.

Les cormorans se font sécher les ailes, les mouettes tournoient autour de nous dans le coucher de soleil somptueux. Il fera frais la nuit et c'est bien agréable .

Dimanche 4 février, nous décidons de passer un peu de temps en bord de mer et nous installons au camping "las lomos de les tres islas" près de Iquique .Nous sommes un peu contrariés par les grilles qui nous empêchent d'accéder au bord de mer mais goutons à ce plaisir de se baigner dans la piscine superbe, d'accéder à de la wifi, et des sanitaires propres.

Nous sympatisons avec une famille de Chiliens partis parcourir leur pays en 4x4 avec une remorque. Leur gentillesse et leur bonne humeur nous surprennent une fois de plus.

Lundi 5 nous empruntons la transamericaine ....désert et poussière à perte de vue...

Nous visitons Humberstone, ville fantôme minière de l'âge d'or du nitrate, fondée en 1872. La découverte des engrais de synthèse a occasionné sa fermeture.

Inscrite en 2005 au patrimoine mondial de l'Unesco, un véritable travail de restauration du site est en cours . C'est l'histoire des mineurs et de leur vie ....tout était bâti, fabriqué assemblé , forgé, sur place . Hangards, moteurs , locomotives , maisons de mineurs .

Cela nous fait penser à la vie et aux forges de nos grands pères respectifs.

Il fait une chaleur insoutenable et nous poursuivons notre route dans des successions de dunes immenses jusqu'à San Miguel devant le musée Azapa. Alain tient à voir les plus vieilles momies du monde ! Nous le visiterons le lendemain. Il est très bien renseigné et l'exposition de nombreux d'objets archéologiques classés par périodes nous aident à nous repérer dans la chronologie de l'histoire . Les momies sont le résultat d'une longue procédure de conservation des corps qui était semble-t-il appliquée à tous les défunts.

Le sanctuaire del Picaflor est tout près. Les jardins y sont magnifiques...une multitude de plantes florales y sont copieusement arrosées pour le grand plaisir des colibris endémiques de la vallée de Azapa. Des petits coins de détente ravissants y ont été installés par les propriétaires passionnés. Quelques photos de colibris ont été durement acquises par Alain, car le vol extrêmement rapide de l'oiseau accompagné d'un vrombissent de coléoptère nous a beaucoup surpris.

A Arica, nous visitons le beau centre ville, ses ruelles ombragées bordées de petits restaurants. On achète du poisson frais et des cerviches au marché, très bien achalandé , des pêcheurs. Promenade le soir en bord de mer au nord de la ville , malheureusement jonché d'ordures.

Mercredi 8 février nous partons vers Putre ( 3800m) à 100km de la Bolivie pour acclimatation...

Petit village de haute montagne où quelques touristes arpentent les ruelles à pas lents . Nous pensions y trouver une station service mais il ne se vend de l'essence qu'en bidons et il y aurait rupture de stocks?...

Nous quittons la place centrale du village à la nuit car c'est le terrain de foot des jeunes du village. Nous sommes essoufflés à l'effort et fatigués. Le matin le volcan Sajama tout recouvert de neige étincelle devant nous.

Jeudi , route superbe dans la réserve de la biosphère Lauca ,avec le volcan Sajama et ses petits frères qui jouent à cache cache avec les nuages , une fois de plus.

On longe le magnifique lago Chungara sur un horrible ripio , dans la poussière des camions...la route est en travaux, mais sur l'altiplano les difficultés sont immenses pour réaliser les routes, du fait de l'eau qui stagne. Les femmes et les enfants gardent les troupeaux dans leurs habits colorés et leurs chapeaux parfois surprenants.

Passage de douane assez simple. Je change tous mes pesos chiliens auprès d'une paysanne, assise au sol mais qui détient une fortune dans sa besace en tissus...