Carnet de voyage

Val Viaje in the World

11 étapes
7 commentaires
12 abonnés
Dernière étape postée il y a 25 jours
Quelques réflexions à faire
Du 4 décembre 2018 au 3 avril 2019
120 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 4 décembre 2018

Nous y sommes, c'est enfin l'heure du départ. Mais avant de prendre la route il faut faire le sac pas une mince affaire... Entre le confort et le pratique il faut faire des choix, et surtout penser au poids a transporter sur le dos. Dans tous les cas l'avion limite a 22kg.

C'est d'ailleurs de vous proposer un premier petit jeu! Je vous laisse faire des propositions sur le poids de mon sac en soute, poids au centième. J'offre un petit cadeau au gagnant! A vos propositions (une seule par personne 😉).

Une idée du contenu de mon sac

Départ de Vendée, lundi 3 décembre en matinée, direction Paris. 24h a la capitale pour voir quelques copains qu'on a pas l'occasion de voir souvent! Je retrouve ma covoyageuse (oui je vous la présenterais, soyez un peu patient 😉) le mardi suivant a son arrivée gare de Lyon. Ensuite direction Orly pour prendre l'avion a 20h10, une escale a Madrid et quelques 15h de vol plus tard nous arriverons à Lima capitale du Pérou 🇵🇪

Une fois là-bas nous aurons 6h de décalage horaire. Pour vous il suffit de retirer 6h à l'heure qu'il sera vous pour avoir l'heure de mon côté. Simple non 😁

Let's Go!
2
2
Publié le 9 décembre 2018

Vous êtes nombreux à m'avoir posé la question, il est donc temps de vous là présenter. Une chose est sûre vous ne la connaissez pas. Comment se connait-on? Via le site du routard.com qui propose une interface pour que les voyageurs se rencontrent.

Pour la voyageuse qui m'accompagne il s'agit d'Émeline. Montpelliéraine de 26 ans en master de droit. Jusque-là rien d'inquiétant. 😉

Quelques caractéristiques notables :

- Une capacité narcoleptique

- Une photographe compulsive

- Un estomac sur pattes

Émeline

Sinon comme lors de toutes mes escapades je suis également accompagné de ma fidèle mouette Moumou. Pour ceux qui ne connaissent pas c'est une vieille histoire de colo. 😀

Moumou
3
3
Publié le 9 décembre 2018

Lors de notre réservation d'avion nous avons fait le choix de ne pas passer par les États-Unis afin d'éviter tout potentiel problème avec les douanes. Résultat après plusieurs recherchent pour des vols multi-destinations, nous nous arrêtons sur AirEuropa. Petit problème avant l'heure, alors qu'il est annoncé que la valise est comprise ce ne fût pas le cas. Donc petit surplus surprise à ajouter... Nous voilà donc parti pour un peu moins de 16h de trajet, avec une escale à Madrid.

Autre surprise que nous n'attendions pas, et dont nous n'avions pas entendu parler lors de nos recherches, avec des billets d'avion de plus de 3 mois a notre arrivée au Pérou, le pays peut demander un justificatif comme quoi nous quittons le territoire dans les 3 mois après notre atterrissage. Nous voilà donc a devoir prendre des billets de car comme justificatif. Justificatif qui ne nous seras finalement pas réclamé...

Sinon concernant le vol en lui même, une petite heure de retard au décollage de Madrid mais deux avions très confort. De plus lors de l'enregistrement, nous avons réussi à négocier pour avoir des places l'un à côté de l'autre avec Émeline. Une fois les douanes passées et le petit tampon du Pérou sur notre passeport, nous étions attendu par la navette de notre auberge, royal. 😎

Pour le résultat de la valise, réponse avec photo a l'appui, d'ici quelques jours! 😁

4
4
Publié le 11 décembre 2018

Cosy Wasi

Nous voici arrivés à notre première auberge de jeunesse du séjour. Située dans le quartier de Barranco, elle est dans une rue passante, proche d'une superette, du réseau principale de transport en commun et de nombreux restaurants en tout genre.

Dès notre arrivée on nous offre le petit-déjeuner, ce qui nous fait le plus grand bien! L'auberge est petite mais accueillante et avec l'ensemble des commodités.

L'auberge de Cosy Wasi

Barranco

C'est parti pour l'exploration de Lima. Nous débutons par notre quartier situé au sud. Cet ancien village de pêcheurs est aujourd'hui un quartier bohème avec de nombreuses demeures d'époques. Nous y découvrons El puente de los suspiros, petit pont en bois qui passe au-dessus d'une magnifique allée qui nous mène à la plage. L'occasion de mettre pour la première fois les pieds dans l'océan Pacifique. Cela nous donne également un point de vue sur Lima. Une ville côtière construite à flan de falaises dans une zone plutôt arride. Nous y découvrirons également une géocache pour les connaisseurs ainsi qu'un bar branché le Ayahuasca. Nous voudrons leur spécialité le Ayahuasca sour, cocktail à base de tambo (fruits de la jungle) et de feuilles de coca (à ne pas confondre avec la cocaïne).

L'entrée du bar et leur spécialité

MIRAFLORES

L'exploration se poursuit à Miraflores, quartier dit moderne. Nous longeons la falaise pour arriver au mirador de la ville sur l'océan. Puis nous nous enfonçons dans la ville pour découvrir de grande avenue commerçante allant, des produits modernes qu'on trouve par chez nous, aux produits locaux.

SAN ISIDRO

En continuant de remonter vers le nord nous arrivons au quartier de San Isidro pour un changement de décor. Nous y trouvons des résidences huppés entourant entre autre un parc El Bosque El Olivar (un parc d'Olivier sorti de nulle part) et le site de Huaca Huallamarca (une pyramide construite entre 200 et 500).

Huaca Huallamarca

CENTRE VILLE DE LIMA

La visite se poursuit par le centre de Lima. Nous partons de la Plaza San Martin, d'où nous pouvons observer le Gran Hôtel avant de nous engouffrer sur le Jirón de la Unión (jolie rue piétonne). Nous y trouverons l'Iglesia de la Merced avant d'arriver la Plaza de Armas. D'ici nous observerons la Cathédrale de Lima, le Palacio Arzobispal, et le Palacio d'El Gobierno. A ce dernier nous admirons la relève de la garde au son d'El Condor Pasa. Nous continuons avec la Casa de la Gastronomia Peruana, la Iglesias de Santo Domingo et la Casa Aliaga qui nous amène sur un point de vu arrière de la ville. Une vue sur des collines habitaient par des demeures précaires. Notre bouquin nous déconseille de nous y rendre, alors nous rebroussons chemin. Il nous reste à voir le Parque de la Muralla, le Monasterio San Francisco, la Plaza Bolívar, avant d'arriver au Mercado Central. Un joyeux bazar où se mêlent tous types de vendeurs allant de la vente de poissons au stand de vente de gobelet en plastique. Puis nous terminons au quartier chinois qui n'a rien a envier a un véritable souk!

Plaza San Martin
Gran Hotel Bolivar
Iglesia de la Merced
Palacio del Gobierno
Palacio Arzobispal
Plaza de armas
Cathédrale de Lima
Monasterio de San Francisco
Barrio Chino
Centre ville de Lima

LA VICTORIA

Nous terminons ce tour de Lima par le quartier de La Victoria. Nous nous arrêtons un petit moment pour une sieste dans El Parque de la Cultura, qui lisse entrevoir quelques beaux bâtiments et plusieurs zones ombragées. Et nous terminerons notre seconde journée à Lima par El Circuito Mágico del Agua. Un parc avec une douzaine de fontaines toutes différentes qui sont même illuminées en soirée mais nous ne resterons pas pour admirer ce spectacle.

El parque de la Cultura
La Victoria
5
5
Publié le 12 décembre 2018

Après ce début de séjour a l'autre bout du monde, il y a une chose évidente à laquelle nous nous sommes retrouvés confronté la différence de culture. Même si au Pérou celle-ci qu'une forte influence hispanique dû à la colonisation, il n'en reste pas moins que certaines choses ne nous sont pas habituelles.

1. Les klaxons des taxis : maintenant je sais ce que c'est qu'être une femme et me faire siffler dans la rue. Et oui chaque taxis (vide ou non) que nous croisons nous klaxonnent. A noter que la moitié des véhicules sont des taxis et que la circulation est digne d'une capitale.

2. Le début de la richesse :

3. Le passage aux toilettes : dans la capitale on trouve des toilettes partout. Par contre l'État de propreté est très variable, pouvant aller jusqu'à l'indécence même dans un restaurant du centre ville, je vous épargne la photo. Sinon les canalisations n'étant pas de première qualité, il est demandé de mettre le papier toilette dans la poubelle a côté.

4. Noël en été : Et oui ici aussi Noël se fête en décembre, sauf qu'en Amérique du Sud c'est l'été.

5. Voir le monde d'en haut : nous n'avons pas cherché la taille moyenne du Pérou, mais nous sommes dans la moyenne haute! 😎

...

6
6
Publié le 18 décembre 2018

Lima, c'est terminé. Nous faisons le choix de remonter vers le nord du Pérou pour ensuite je faire que migrer vers le sud et l'Argentine. Ce sont donc pas moins de 24h de car qui nous attendent pour gagner notre destination.

Notre départ a lieu le 7 décembre à 16h. Il y a peu de choix pour un trajet direct, nous nous retrouvons ainsi avec la compagnie CIVA. Un car de nuit grand confort avec repas inclus. Nous découvrirons ainsi un dessert de gelé à la consistance et au goût peu ordinaire pour nous. Mais que l'ensemble des péruviens mangerons a vitesse grand V. Au vu des tarifs plutôt bas s nous prenons l'option wifi, qui finalement ne fonctionnera jamais, nous ne renouvellerons pas l'expérience.

Si le trajet qui remonte la côté jusqu'à Trujillo est une grand ligne droite sans encombres. De Trujillo à Chacha potes pantoute est toute autre puisque nous allons traversé la cordillère des Andes. C'est une longue série de virages qui traverses des points de vue tous aussi magnifiques les uns que les autres.

Nous arriverons finalement à Chachapoyas de nuit avec 3h de retard sur l'heure initiale, ce qui semble être ordinaire ici.

Notre car
Pause de midi.
Sur la route
7

Nous arrivons à Chachapoyas, cité qui porte le nom de l'ancien peuple qui occupait cette région. Les Chachapoyas sont aussi appelés le peuple des nuages. Ce nom provient de la particularité de la région a être plongé dans les nuages. Nous sommes effectivement à quelques 2600m d'altitude. C'est une civilisation qui vécu à la même période que les Incas, mais qui avait une culture différente.

C'est le 8 décembre que nous débarquons dans ce secteur. Nous commençons par découvrir notre auberge, Chachapoyas BackPackers, et notre chambre où nous sommes très bien accueilli. Celle-ci est plutôt grande car plusieurs chambres sur plusieurs étages. Une bonne douche, froide et qui le restera lors de notre sejour, après ce long trajet, et nous allons manger au restaurant qui nous est conseillé. Un endroit très charmant dont la devanture ne paye pas de mine. Ce sera l'occasion pour moi de goûter à une spécialité péruvienne le Cuy! Ou autrement dit le cochon d'Inde. Un goût proche du poulet, et à manger a la main un peu comme des cuisses de grenouille. C'est le ventre repu que nous allons nous coucher.

Un Cuy

Chacha et Huancas

Après une bonne nuit, nous prenons la matinée pour aller faire des courses au marché locale. Un grand nombre d'étalages vendent fruits, légumes, poissons, viandes, fromage et tout autre type de choses. Ensuite nous choisissons d'aller voir nos mirador de Huancas au-dessus de Chachapoyas. Comme conseiller nous nous rendons a la gare centrale, qui est un joyeux bazar organisé, mais seulement une fois qu'on a compris. En effet cette première expérience dans une gare centrale fût pleines de surprises et d'enseignement pour la suite du voyage. A la gare on trouve des tours opérateurs, des. compagnies de car, des taxis, des moto-taxis (ou touk-touk) et des combis. Les combis ou sorte de "service de bus" locaux, pas d'horaires ou de tickets, mais un départ en fonction du nombre de passagers et un paiement de main à main avec des tarifs pouvant être a la tête du client. Et même si le point de départ et d'arrivée sont définis, les autres arrêts sont en fonction des demandes des passagers ou en prendre personnes qui les interpellent le long de la route. Ainsi nous interpellons un premier combi qui nous partir a partir de 5 personnes et nous les deux seuls. N'ayant pas mangé, nous lui disons allons manger dans la gare, à 10m, et lui demandons de nous prévenir quand il part. Nous nous asseyons pour manger et commandons, une soupe copieuse et un plat qui l'est tout autant pour l'équivalent d'1€30!! Nous retournons à notre combi qui a disparu... Que cela ne tienne c'est un autre chauffeur qui nous interpelle et nous voilà partis pour Huancas. Un arrêt dans un garage douteux pour récupérer d'autres passagers et nous voilà sur la route. La route? Quelle route? Nous découvrons ainsi leurs "routes" non asphaltées qui seront nombreuses dans le secteur.

La Catarata de Gocta

Cette chute d'eau haute de 771m est restée ignoréé du gouvernement peuvent jusqu'en 2005. Aujourd'hui ce site est l'un des plus connu autour de Chachapoyas. Après quelques longues minutes de combi nous arrivons à Cocachimba avec notre guide. Dès notre arrivée au village nous pouvons appercevoir la chute d'eau. De là nous avons quelques 2h et 6km de marche au cours desquels nous verrons de mieux en mieux la cascade!! Avec l'altitude les efforts se payent nous rentrerons bien essoufflé...

La Catarata de Gocta

Kuelap

Après un départ pour Karajia avorté, sacré organisation péruvienne, nous partons pour Kuelap. Autre surprise, le téléphérique qui mène au site n'est pas accessible. Notre petit groupe prend ainsi un autre chemin, 40min selon notre guide. Mais cela sera sans compter sur la pluie très fréquenté dans être région en cette saison. Notre randonnée se transforme ainsi en combat contre la boue et la pente. Aussi bien a l'aller qu'au retour les chutes seront légions, et nos vêtements couverts de boue et humide.

Sinon dans notre aventure nous avons eu une part de chance car le soleil pointe son nez le temp de la visite du site. Nous découvrons une cité construite entre 500 t 1493, puis oublié avant d'être redécouvert en 1843. C'est une forteresse ovale longue de 700m, entouré de rempart de 20m de haut. Ce peuple qui domina sa région a laissé peu de trace sur leur fonctionnement. C'est les Infos qui mirent fin a leur isolement dans les hauteurs des montagnes. Dans la cité il est dénombré quelques 400 habitations pour environ 3500 habitants a son apogée. Ce qui différencie ce peuple, entre autre des Incas, c'est l'architecture des bâtiments sphérique.

Balade à Kuélap

La grotte de Quiocta et Karajia

Après notre départ avorté de la veille nous voilà enfin parti pour Karajia. Maison avant nous ferons une escale a la grotte de Quiocta. Muni de bottes et de lampes, nous pénétrons a l'intérieur de la grotte. C'est alors que notre guide fit une prière a la pachamama pour nous permettre d'entrer. S'ensuit la découverte de 2 premières grandes salles qui servirent jadis à de nombreuses cérémonies. Puis plus loin nous observons de magnifiques stalactites et stalagmites datant de milliers d'années.

Après mangé, nous faisons routes vers le site de Karajia. Nous y découvrons six sarcophages perchés à flan de falaise. Ils renfermaient des momies qui sont maintenant exposés dans un musée. La construction de ces sarcophages étaient en l'honneur des personnes importantes pour les Chachapoyas. Cependant le moyen de le déposer ici c'est encore hypothétique.

De Quiocta à Karajia

Revash et le musée de Leyemebamba

Notre dernière nuit a Chachapoyas fût courte car nous partons vers 6h30 pour le site de Revash. Encore une fois les routes non asphaltées et la pluie sont de la partie. Après quelques minutes de marche nous atteignons un site similaire à Karajia, mais les sarcophages sont remplacés par des mausolées en forme de petites habitations. Le but de ces mausolées sont également similaire à Karajia.

Puis nous prenons la route du musée de Leyemebamba. Il y est retracé l'histoire récente de la création de ce musée à destination de retracer l'histoire de la région de Chachapoyas. On y trouve des objets divers et variés, retrouvés sur les différents sites connus à ce jour.

Nous resterons ensuite à Leyemebamba pour prendre le bus en direction de Cajamarca notre prochain destination. Nous avions l'obligation de prendre les billets sur places car pas possible ailleurs. Seulement ils ne prennent que des Soles Péruvien, mais nous n'en avions pas assez et les Dollars n'étaient pas acceptés. Pas de distributeurs ou de bureau de change sur place... Après plusieurs négociation, un responsable d'auberge accepté de nous arranger et nous obtenons nos Soles. Et donc direction direction Cajamarca en bus de nuit! Nous sommes le 13 décembre.

Les Mausolées de Revash
8
8
Publié le 28 décembre 2018

C'est au petit matin du 14 décembre que nous arrivons à Cajamarca. Ce qui marque pour nous un retour à la civilisation avec une ville de presque 250 000 habitants. Une cité coloniale entouré de montagne. On y croise tout aussi bien des paysans qui viennent vendre leur production, que des citadins. C'est une ville il a connu un fort essor grâce a l'exploitation de mine d'or, exploitation aujourd'hui fortement controversée a cause de la pollution qu'elle engendre.

Nous posons nous valise dans l'auberge de Chakra Runa, a la fois petite, charmante et familiale. Nous y croiserons entre autre de nombreux français. Nous y rencontrerons notamment Marie et Gabriel avec qui nous ferons un morceau de route.

Las Ventanillas de Otuzco y los Banos del Incas

Malgré notre arrivée matinale, nous décidons de bouger rapidement. Nous prenons ainsi la direction, en combi, de las Ventanillas (petites fenêtres) de Otuzco. Ce sont des nécropoles composés de niches funéraires creusés dans une colline. De là nous décidons de nous rendre à pied a Los Banos del Incas qu'on nous indique à 20min. Et c'est 1h30 plu tard que nous arriverons a destination.

Là-bas nous nous défendrons d'abord dans des eaux thermales gant de profiter d'un massage. Puis fatigué de tout cela nous rentrerons en moto-taxis à l'auberge.

Cumbemayo et visite de Cajamarca

Nouvelle journée a Cajamarca, nous irons aujourd'hui à Cumbemayo à une vingtaine de km de la ville. Cumbemayo se traduit par "Canal bien fait". Outre de magnifiques roches taillées de manière peu ordinaire, on peut surtout observer un aqueduc creusé a la période pre-Inca soit il y a plus de 2000 ans. Ce canal s'étend sur 9km en zigzaguant a travers les montagnes, mais les raisons de sa construction reste encore aujourd'hui mysterieuse.

Nous terminerons la journée en explorant le centre de Cajamarca et en gagnant un mirador qui donne une vue à 360 degrés sur la ville.

Le soir, Marie qui venait d'arriver le matin même propose un apéro. Nous serons rejoint par Gabriel qui arrivera en cour de soirée. Puis nous accompagnerons Tony, un Français de l'auberge, et César le volontaire de l'auberge, pour une soirée dans un bar. Mais avant cela César tiendra a nous faire visiter l'intérieur de certains bâtiments coloniaux bien conservé.

La Iglesia de Pollock

Après une bonne grâce matinée nous nous dirigeons vers l'église de Polloc. Une église exceptionnelle par sa décoration faite exclusivement en mosaique. Ce fut aussi l'occasion de découvrir le remplissage possible des combis, aucune place ne se perd, on se sert voire on reste debout même si on doit se pencher.

Direction Trujillo

Après une dernière soirée avec Marie, Gabriel et César autour d'un bon repas maison, le lendemain, le 17 décembre nous prendrons le direction de Trujillo où nous serons rejoint par Marie et Gabriel.

9
9
Publié le 16 janvier 2019

Cette fois-ci c'est à Trujillo que nous posons nos valises le 17 décembre. Nous serons hébergé a El Mochilero a quelques pas du centre ville. Une ville de plus de 700 000 habitants et aux airs coloniales.

Notre auberge a une véritable ambiance chaleureuse. Nous y ferons la connaissance de Hermées une tortue plutôt têtu qui nous aura fait rire!

La tourista est de sortie

Il est difficile d'échapper a la tourista, et nous n'y échapperons pas... C'est donc une journée a l'auberge qui nous attend, avec quelques tentatives de sorti pour acheter à manger et explorer un peu la ville.

La cathédrale de Trujillo

Huaca de la luna et mésaventure

Après une journée off a se reposer, et après avoir été rejoint par Marie et Gabriel, nous prenons la direction du temple de la lune. Site encore enfouis il y a à peine 30 ans au milieu du désert. Ce temple est un édifice réalisé par la civilisation des Moches, qui vécu entre 0 et 600 après JC. La cité fût composé du temple du soleil, sorte de centre administratif de la cité, mais le site ne se visite pas car est encore en cours de fouille en fonction du temps bénévole d'étudiants motivés, l'État ne finançant plus les fouilles. A 500m se trouve de le temple de la lune et entre les deux le cœur de ville. Le temple de la lune quant à lui était un lieu de culte dans lequel seules les prêtres avaient accès. Cette édifice fût en perpétuelle mouvement car a chaque nouvelle génération le bâtiment grandissait. C'est dans celui-ci qu'était effectué les sacrifices aux dieux, le sang de valeureux guerriers était offert devant la foule. Aujourd'hui, il reste encore de somptueuses fresques représentant le dieux et les rituels qui avaient lieux. Nous visitons également le musée qui expose les objets retrouvés lors des fouilles.

Après cette visite nous retournons manger dans le centre ville, et malheureusement Marie fut victime du vol de son sac... Après avoir effectué les démarches auprès de la police, nous décidons de faire une petite soirée pour remonter le morale de Marie.


Huaca de la Luna
10

C'est un 20 décembre que nous débarquons à Huanchaco, petite station balnéaire de la côte nord du Pérou. Nous y trouvons l'air marin de la côte pacifique ainsi que de la chaleur qui nous fait un grand bien. Notre petite troupe s'installe au Mandala Hôtel, petite auberge tenue par une Irlandaise qui parle aussi français. Le bar restaurant de l'hôtel invité au partage et fénéanté, alors que le toit équipé de hamacs invite a la sieste face a la mer. Un petit coin de paradis en somme.

Après s'être installé nos estomacs crient famine. Nous nous mettons alors en quête d'un restaurant, et notre curiosité nous amène a vouloir tester la spécialité locale le Céviche (sorte de tartare de poissons). Cependant notre quête ne sera pas sans embûches, à peine sortie de l'auberge a la recherche d'un restaurant nous sommes assaillis par un grand nombre de rabatteur qui n'hésitent pas à traverser la rue pour nous proposer leur menu. Nous finissons sur une terrasse a l'étage dans un petit restaurant avec vue sur la mer. N'étant pas fan de poisson, le Céviche ne restera pas un grand souvenir.

L'après-midi, les filles rentrent à l'auberge, pendant que Gabriel et moi partons explorer la côte. Nous y découvrons une belle plage de sable gris où se mêle baigneurs, surfeurs et pêcheurs. Ces derniers munis de leur embarcation faite en roseaux séchés, surfent et pêchent au gré des vagues. Ces pirogues sont surnommées les "caballitos de totora" (petits chevaux en roseaux). Ils ne sont plus très nombreux à pêcher de cette manière traditionnelle qui risque de disparaitre, plusieurs facteurs environnementaux affectent la culture de roseaux. Une culture de roseaux que nous découvrirons un peu plus loin en-dehors de la ville dans une zone aride.

Après notre balade nous retrouvons le filles à l'hôtel puis nous partons pour un cours de salsa gratuit dans un hôtel voisin. Une fois n'est pas coutume, l'heure de début indiqué sera décalée de presque une heure, mais ce sera l'occasion pour nous de déguster une bière bien fraîche. Et puis accompagné d'une bonne quinzaine de personnes c'est parti pour l'apprentissage de la salsa au rythme des "One! Two! Three!... Five! Six! Seven!..."! Pas rassasié de notre cour nous fêterons pour une prolongation avec notre professeur ! Et c'est épuisé que nous reprenons le chemin de l'auberge, en nous arrêtant dans un petit stand de rue pour nous nourrir de sandwich et papa Reina!

Le lendemain matin, nous décidons de nous motiver pour aller visiter Chanchan. Nous serons accompagnés pour l'occasion de deux autres français, Antoine un surfeur normand et Céline une étudiante en Colombie qui profite des vacances scolaires pour voyager.

Notre combi nous dépose au bord de la route principale, au croisement d'une route en terre qui semble ne mener nul part. Pourtant c'est bien cette route que nous devons emprunter. Et après quelques secondes nous appercevons effectivement les premières murailles de cette immense cité qui s'étend sur 20km² et qui est a ce jour là plus grande cité pré-hispanique connue. Celle-ci fût construite par les Chimú, peuple qui vécu après les Moches soit entre 850 et 1470. Leur savoir-faire est différent des Moches, et leurs Cultes sont orientés vers la lune et la mer. Nous ne visiterons qu'une infime partie de la cité qui comptait jadis 60 000 habitants. Le cite a été fortement abîmés par l'érosion et particulièrement le phénomène "El Nino" qui est symbolisé par de très forte pluie. Autrefois certains murs faisaient presque 10m de hauteur pour 4m d'épaisseur. Nous découvrons plusieurs cours qui servaient aux cérémonies, et dont l'acoustique a parfaitement été pensée, car toute personne présente pouvait entendre ce qui était dit. Nous découvrons également un labyrinthe de plusieurs espaces qui servaient aux offrandes, mais aussi un bassin entouré de verdure au milieu du désert qui servait de lieu de cérémonies.

A la sortie du site, nous avons plusieurs taxis qui nous interpellent, mais pas simple de rentrer a 6 dans un seul véhicule. Mais c'est finalement ce que nous ferons en étant 2 dans le coffre d'un break. Nous finirons notre excursion dans un petit restaurant a hamburger maison.

L'après-midi sera l'occasion de se laisser tenter par un cours de surf. Mais arrivant trop tard dans l'après-midi, nous ne pourrons que louer le matériel, ce qui ne nous décourage pas. C'est Muni d'une combinaison, d'une planche et de tout notre courage que nous nous jetons à l'eau pour ce qui fût une traversée du désert... N'étant pas de grand surfeur et les courants étant fort nous aurons beaucoup ramé... 😅

Le soir sera nos derniers moments avec Gabriel qui part le lendemain pour rejoindre sa sœur au Chili. Nous profiterons alors de la soirée d'ouverture d'un nouveau bar/discothèque sur le bord de plage pour festoyer. L'occasion d'un affrontement filles/garçons au beerpong, mais aussi de danser jusqu'au bout de la nuit tout en se délectant de boissons fraîches. Merci au Frog!

Le lendemain fut l'occasion de glandouille sur la plage a bronzer et à regarder une compétition de surf. Tout comme le jour suivant où nous profiterons du soleil. Puis c'est le 23 décembre que nous prenons la direction de Huaraz pour un changement d'environnement total mais aussi pour fêter Noël!

11
11
Publié le 25 janvier 2019

C'est le 24 décembre qu'Émeline, Marie et moi arrivons à Huaraz. Non sans difficulté puis que nous sommes tous trois plus ou moins malade. Le mal des transports avec cette montée vertigineuse pour arriver à 3100m d'altitude? Ou alors le mal d'altitude ? Nous n'en savons trop rien. Mais note arriver à 5h30 du matin ne nous aide pas, nous passerons la journée a nous reposer a notre auberge Jo's Place. Une charmante auberge sur 4 niveaux qui nous donne une vue sur une partie de la ville.

Fatigué et avec une sortie qui démarre tôt le lendemain, notre réveillon de Noël fût une bonne soupe et au lit... Cependant nous sommes réveillés a minuit par un énorme vacarme fait de pétarades. Et c'est en sortant de la chmbre que nous découvrons alors un magnifique spectacle! Toute la ville fait exploser des deux d'artifice, il y en a partout et de toutes les couleurs! Nous resterons plusieurs minutes a contempler ce magnifique spectacle qui durera bien une heure!

Le lendemain, un peu requinquer nous sommes prêt pour partir a la découverte d'une lagune. Mais nous serons encore un fois victime de l'organisation Péruvienne. Le responsable vient nous voir en nous annonçant que la sortie prévu n'est pas réalisable mais qu'il nous envoie sur une autre... Bref nous voilà partis pour la Laguna de Churup! Une randonnée dit de niveau intermédiaire. Si le début semble une randonnée ordinaire, l'altitude ne nous rend pas les choses faciles et Marie n'étant pas au top de sa forme préfère nous attendre. Mais la suite ne sera pas évidente puisque nous en arriverons même a faire de l'escalade pour accéder à cette laguna, sans compter sur le chemin qui n'est pas vraiment indiqué. Mais a voir le paysage a l’arrivée, ça en valait l'effort.

Le 26 décembre, nous nous lançons dans une nouvelle randonnée de haute altitude puisque nous partons pour le glacier de Pastururi niché à plus de 5000m d'altitude. Cette longue journée sera ponctuée de plusieurs arrêts du la route afin de prendre les billets, de voir nos premiers alpagas, une vaste étendue étant une ancienne lagune ou encore des plantes plus qu'originales dont le nom m'échappe.

L'altitude est encore une fois éprouvante et le froid fortement présent. Mais nous arrivons au glacier ensoleillé qui brille de mille feu. Le guide nous explique alors que d'ici deux ans celui-ci n'existera plus... Le réchauffement climatique faisant son effet, qui plus est celui-ci a déjà perdu une majeure partie de sa taille d'origine.

Voyagez en circuit individuel, personnalisé et abordable

Plus de 50 circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation facile en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires