Carnet de voyage

FRANCE - ITALIE : EN PASSANT PAR LES LACS

12 étapes
11 commentaires
11 abonnés
Dernière étape postée il y a 10 heures
Un nouvel itinéraire post confinement va m' emmener des Alpes françaises et Italiennes à la Ligurie , la Toscane et l'Ombrie puis retour le long de la French Riviera jusqu'au Pays Basque.
Du 16 juillet au 26 août 2021
6 semaines
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 16 juillet 2021

Me voici à la veille de mon séjour franco-italien. Franck viendra me récupérer demain matin direction les Alpes et la Haute-Savoie. Nous rencontrerons Pamela, William et Anthony au lac Majeur en Italie dans une semaine.

2
2
Publié le 17 juillet 2021

Nous sommes partis un peu plus tard que prévu vers midi sous un ciel nuageux. Notre première étape sera Annecy. A part quelques embouteillages à la sortie de Paris , la route fut bonne et la circulation fluide . Même l’aire d’autoroute où nous nous sommes arrêtés à Beaune semblait presque vide . Nous sommes arrivés à Annecy en début de soirée et après installation à l’hôtel Ibis , nous partons vers la vieille ville . C’est très joli , des ruelles pavées , des maisons aux couleurs pastels , des canaux sinueux et surtout le lac qui se déverse dans le Thiou.

Nous en profitons pour dîner et goûter à la première tartiflette de notre séjour . Puis ce sera une petite promenade digestive le long du lac .

3
3
Publié le 18 juillet 2021

Après le petit-déjeuner, nous partons à pied vers le vieil Annecy. Nous passons par la zone piétonne puis allons nous promener le long du Thiou , balade agréable.

Nous montons ensuite la colline où domine le château, ancienne forteresse dont l’élément le plus ancien est la tour de la Reine qui date du XIVe siècle . Ce fut la résidence des comtes de Genève et des ducs de Savoie. Il est devenu aujourd’hui un musée et sert de lieu d’exposition. Nous en profitons pour visiter une exposition sur Michel Ocelot, réalisateur des « Kirikou », « Azur et Asmar », « Dilili à Paris »…C’était très intéressant.

D’autres expositions permanentes sont présentes comme celles sur l’art contemporain (moins réceptif) , les tableaux sur la montagne ou la vie sur le lac.

Nous redescendons dans la vieille ville envahie par une horde d’antivax puis nous allons manger une petite crêpe avant de nous rendre sur le lac où se tient la marche des fiertés, manifestation beaucoup plus sympathique.

Nous décidons ensuite de faire une croisière d’une heure et demie sur le lac ,promenade très agréable sur des eaux cristallines.

Le soir, nous dînons à Annecy le Vieux au restaurant « La Trinquette » au bord du lac : salade savoyarde et fricassée de poissons pour moi , salade César et spaghetti au poulet sauce forestière, un vrai délice.

4
4
Publié le 19 juillet 2021

Nous partons ce matin autour du lac d’Annecy et allons visiter le château de Menthon- Saint Bernard qui a inspiré Walt Disney pour dessiner celui de La Belle au Bois Dormant. La famille de Menthon y vit depuis le XIe siècle. De jeunes guides en costume d’époque nous font visiter chaque pièce et nous content l’histoire de Bernard de Menthon, futur Saint et fondateur de l’hospice du Grand Saint Bernard. C’est un très beau château doté d’une belle bibliothèque de 12 621 ouvrages installée dans le donjon . De la terrasse, nous avons une belle vue sur le lac et nous pouvons également admirer le jardin potager cultivé.

Nous partons ensuite pour le village de Talloires-Montmin situé sur les bords du lac . C’est un charmant village aux toits qui dégringolent vers un petit port . L’atmosphère est un peu guindé mais l’eau du lac y est vraiment cristalline et nous aurions pu nous y baigner . Nous en profitons pour prendre une petite collation.

Nous nous dirigeons ensuite vers le col de la Forclaz, situé à 1150 mètres d’altitude, pour bénéficier d’air frais et avoir l’une des plus belles vues sur le lac d’Annecy.

C’est aussi un endroit où de nombreux parapentistes s’élèvent. Cela me rappelle Morzine où Pamela suivait ses cours de parapente après s’être lancée d’un téléphérique en saut à l’élastique. Pour profiter de cette belle vue , nous prenons une petite boisson avant de faire une petite promenade et admirer les belles vaches savoyardes. ( Franck est ravi ! )

Nous retournons ensuite sur Annecy et allons dîner le soir au restaurant « O savoyard » et déguster une très bonne fondue des montagnards . Je pense que ce sera la seule que nous mangerons pendant notre séjour.

5
5
Publié le 20 juillet 2021

Ce célèbre vers de Lamartine issu de son poème « Le lac » nous mène directement vers le lac du Bourget et d’Aix les Bains. Nous partons d’Annecy pour la Savoie et avant d’arriver à Aix, nous montons au col de la Chambotte pour avoir un superbe panoramique sur le lac et l’abbaye de Hautecombe.

Puis nous partons vers le lac au niveau d’ Aix les Bains . Le grand port est distant du centre-ville de 3km . Nous décidons de réserver une promenade en bateau qui va nous emmener jusqu’à l’abbaye de Hautecombe . Cette traversée était très agréable, temps magnifique et eau calme ( le chat monstre qui se trouve au fond du lac ne s’est pas réveillé). L’abbaye de Hautecombe, aujourd’hui occupée par la communauté du chemin neuf, était autrefois une communauté de moines cisterciens et ce dès le XIIe siècle puis de moines bénédictins. Mais c’est aussi la nécropole des comtes et ducs de Savoie . Le dernier roi d’Italie, Umberto II , y figure depuis 1983 ainsi que sa femme Marie-José depuis 2001. L’église , reconstruite au XIXe siècle, est exubérante et très chargée mais elle mérite la visite et est riche d’histoire.

Après cette visite , nous reprenons le bateau et revenons vers Aix les Bains tout en écoutant les explications de la voix suave d’Anne Hidalgo ( du moins la voix du capitaine qui ressemble tant au maire de Paris) .

Après notre installation a l’hôtel et un petit repos , nous repartons dîner le soir au bord du lac plus animé que la ville thermale. Nous irons au restaurant « Les quais » pour déguster un burrito aux crevettes pimentées et des moules au gorgonzola.

6
6
Publié le 21 juillet 2021

Nous quittons notre hôtel pour effectuer une petite visite d’Aix les Bains. Cette ville thermale était déjà connue des Romains au Ier siècle après JC en y créant des thermes. D’ailleurs l’arc de Campanus témoigne de cette époque. Mais la renommée de cette ville se fera surtout pendant la Belle Époque où de riches aristocrates de toute l’Europe venaient goûter à de nouvelles distractions. Même la reine Victoria, sous le pseudo de comtesse de Balmora, venait en villégiature en Savoie. L’atmosphère est complètement différente d’Annecy , beaucoup plus tranquille avec des personnes plus âgées. L’architecture y est également différente. Mais c’est très agréable de s’y promener.

Après cette première étape, nous partons pour Chambéry, préfecture du département. Au premier abord, la ville ne semble pas attirante mais le quartier de la vieille ville a retrouvé ses couleurs et l’ancienne capitale des ducs de Savoie est riche en surprises : la cathédrale Saint François de Sales, la place Saint Léger, le château des ducs de Savoie.

Nous poursuivons notre séjour en Savoie en passant par Albertville qui vaut le coup d’œil pour le bourg médiéval de Conflans.

En fin d’après-midi, nous nous rendons à Moûtiers passer la nuit . Après s’être installés à l’hôtel, nous allons dîner dans un très bon restaurant « Le coq rouge » .

7
7
Publié le 22 juillet 2021

Nous quittons la Savoie et nous nous dirigeons vers les hautes montagnes et la vallée de Chamonix. Après une heure de route, nous arrivons à Saint Gervais les Bains. Nous allons à la gare du Fayet réserver des places pour le tramway du Mont-Blanc. Nous avons rendez-vous pour 13h30 . En attendant, nous allons prendre une petite boisson avec pour Franck un génépi.

Nous prenons ensuite le tramway qui est l’un des derniers trains à crémaillère de France , créé en 1913 . Au bout d’une heure quinze et à 15 km/h , nous arrivons jusqu’au Nid d’Aigle situé à 2372 mètres face à l’aiguille du Goûter et à l’aiguille du Bionnassay. Le parcours en train est magnifique : du village , nous montons à travers les forêts de conifères puis les hauts pâturages et les stations de ski avant de découvrir les hauts sommets.

Nous grimpons ensuite les chemins rocailleux jusqu’au glacier du Bonnassay et admirer le serac. Nous avons même aperçu un petit bouquetin qui se dorait au soleil. Puis nous redescendons au refuge du Nid d’Aigle goûter un excellent cookie fait maison et un café (ou thé noir pour Franck). Le retour se fera forcément par le train à crémaillère.

Nous partons ensuite à Chamonix nous installer à l’hôtel Excelsior puis dîner chez Joséphine une salade fruitée de chèvre ou des escargots de Bourgogne pour Franck, une tartiflette ou une souris d’agneau pour Franck .

8

Chamonix est une ville très charmante et dynamique et c’est un plaisir de se promener à travers ses petites rues . Les montagnes environnantes, très hautes, peuvent nous donner une sensation d’oppression mais je retiens surtout la beauté des couleurs bleues, blanches et vertes du paysage mêlées aux couleurs des chalets.

Nous nous promenons dans la ville, très fréquentée par les touristes étrangers , avant de prendre le téléphérique qui nous mène à l’aiguille du Midi.

Le téléphérique de Chamonix a été construit en 1955 pour relier tout d’abord la ville située à 1000 mètres d’altitude au plan de l’Aiguille. Nous avions réservé notre place par internet (c’est même conseillé en période estivale) et nous partons pour une montée de 8 minutes à la vitesse assez impressionnante de 45 km/h . Arrivés au plan de l’Aiguille à 2 317 mètres , nous prenons un deuxième téléphérique pour le l’Aiguille du Midi située à 3842 mètres d’altitude. La température baisse automatiquement et nous passons de 25 degrés aux environs de zéro . Mais avec le soleil qui chauffe, nous n’avons pas froid si ce n’est le vent qui par moments nous rappelle que nous sommes en haute altitude. Et là , c’est un spectacle sublime qui s’offre à nous : le Mont Blanc face à nous , les Grandes Jorasses, la dent du Géant…et d’autres aiguilles enneigées. Nous voyons aussi la pointe Heilbronner en Italie.

Après une visite de 2 heures , nous redescendons vers Chamonix et partons pour la gare de Montenvers . Là, nous prenons un train pour la mer de Glace. A l’arrivée à 1 913 mètres d’altitude, le paysage est saisissant! On tombe nez à nez avec les Drus et les Grandes Jorasses et la vue est superbe. Même si la mer de Glace a fondu de manière inquiétante depuis quelques années malgré ses 31 km2 , ce glacier reste le plus grand en France . Nous prenons une télécabine pour descendre au niveau du glacier de 1985 et surtout pour atteindre l’entrée de la grotte de glace. Il faut pour cela descendre près de 400 marches (il faudra les remonter aussi !). Ce tunnel est très beau avec une explication sur le glacier et des objets sculptés.

En fin d’après-midi, nous repartons sur Chamonix et allons dîner le soir au restaurant « La calèche » : gravlax de truite rose et rémoulade de céleri , diot de Savoie fumé avec crozets façon risotto, tarte abricot façon tatin.

9
9
Publié le 24 juillet 2021

Nous allons quitter la France pour l’Italie et entrer dans le Val d’Aoste . Nous prenons la route en fin de matinée pour traverser le tunnel du Mont Blanc. Le temps d’attente est assez long puisqu’il faut attendre 45 minutes pour arriver au péage (46€ la traversée) et pénétrer le tunnel long de 11km. A la sortie , et à ma grande surprise , nous n’avons aucun contrôle pour vérifier notre pass sanitaire.

Notre première étape sera Courmayeur, une ravissante ville au pied de l’Aiguille du Midi avec son centre piéton et ses jolies ruelles.

Nous continuons de descendre ensuite la vallée arrosée par le fleuve Doire Baltee et égrenée par de nombreux villages et de châteaux. Il faut souligner également qu’il s’agit d’une province italienne bilingue (on y parle italien et français) puisque le Val d'Aoste appartenait au duché de Savoie autrefois. A Introd, petit village caché à 880 m et village préféré des papes Jean Paul II et Benoît XVI, nous prenons une route pour nous rendre sur Valsavarenche au cœur du parc national du Grand-Paradis. Ce val est de toute beauté et est traversé par de petits villages authentiques dont Nex et Tignet. Ces deux villages médiévaux comportent d’anciennes fermes en bois aux toits de lauzes. Puis nous continuons notre route jusqu’à Pont , petit hameau , pour effectuer une balade .

Après notre promenade, nous partons sur Aoste nous installer à l’hôtel HB puis le soir , nous dînons au restaurant « Moderno » dans une rue très animée au son d’un DJ qui officiait avec ses platines des airs disco.

10
10
Publié le 26 juillet 2021

Disséminés le long de la vallée creusée par la Doire Baltée, ces châteaux dont certains remontent à des temps très anciens ont tous été construits à des endroits stratégiques. Sur la trentaine de châteaux encore en pied, seulement la moitié d’entre eux sont ouverts au public.

Nous ne pouvons tous les visiter car la plupart sont avec des visites guidées avec des horaires bien précis et les créneaux sont vite remplis. Nous partons déjà vers Saint Pierre dont l’un des châteaux de style gothique est en restauration. Nous allons visiter le château Sarriod de la Tour construit en 1420 dans la plaine au bord de la Doire.

Nous voulions également visiter le château royal de Sarre situé à Lalex mais nous devons attendre une heure avant la visite . Nous partons alors vers le château de Fénis mais avant nous faisons une petite halte à Châtillon, dont le nom évoque pour Franck une certaine nostalgie. Bien que la ville soit vide en début d’après-midi, nous avons pu dénicher un café tout près de l’église pour une collation.

Nous nous dirigeons ensuite vers le château de Fénis mais avant nous faisons une halte au château de Gamba que le baron Carlo Maurizio Gamba fit construire au début du XXe siècle dans une version moderne des châteaux médiévaux. C’est aujourd’hui un musée d’art moderne et contemporain. Nous en faisons le tour en se promenant dans les jardins avant de reprendre la voiture.

Le château de Fénis , très esthétique, date de 1242 mais a été remanié plusieurs fois et c’est au XIVe siècle qu’il commence à prendre son aspect actuel. Il se compose d’une double enceinte avec un chemin de ronde. A l’intérieur, une ravissante cour est décorée par des fresques du début du XVe siècle.

Après cette visite, nous rentrons sur Aoste et allons dîner au restaurant « Les Gourmets » : cocktail de crevettes (lasagnes au four pour Franck), fricassée de poissons (escalope avec jambon et fromage pur Franck), tiramisu.

11
11
Publié le 27 juillet 2021

Avant de quitter le Val d’Aoste ,nous allons visiter la capitale de cette province. Aoste mérite qu’on y consacre un peu de temps ne serait-ce que pour les monuments issus de la période romaine. En effet, en 25 avant JC, Augusta Praetoria est construite sur la route des Gaules et sera surnommée « la Rome des Alpes ». Nous pouvons voir le teatro romain avec sa façade méridionale haute de 22m, l’Arc d’Auguste presque entièrement intact, le crypto portique du forum ou bien la porte Praetoria. Il ne faut pas oublier le Duomo dédié à Notre Dame de l’Assomption et édifié au XIe siècle ou bien la collégiale Saint Ours avec son imposant campanile.

Nous quittons ensuite Aoste et prenons la route pour Stresa au bord du lac Majeur. Après deux heures de voiture, nous arrivons au grand hôtel Bristol où nous logeons. La météo n’est pas très clémente avec nous car les orages commencent à arriver. Nous allons également retrouver Pamela, William et Anthony qui sont arrivés de Lucerne.

Le soir, nous allons fêter l’anniversaire de Pam sur Isola Bella au restaurant Elvezia, le repas est très bon et le site est superbe.

12
12
Publié le 28 juillet 2021

Le temps est plus clément ce matin à Stresa et quelques rayons de soleil font leur apparition. Après un petit café, nous allons prendre un bateau qui va nous emmener aux îles Borromées.Pendant des siècles, cette famille lombarde a imprimé sa marque sur les îles et sur le lac. Le palais de Isola Bella en est le plus bel exemple.

Nous partons en premier lieu pour Isola Madre, la plus grande des îles . A l’arrivée, nous nous promenons dans un superbe jardin remplis de glycines, magnolias, bambous géants , cyprès …et de nombreux paons en liberté. Puis nous visitons la villa des Borromées construite au XVIe siècle .

Notre deuxième étape est Isola dei Pescatori. Cette île pittoresque fut aussi la première peuplée. C’est maintenant un village de pêcheurs avec plein de touristes .

Après notre visite , nous partons pour la troisième et dernière île , Isola Bella, la plus prestigieuse. Elle fut aménagée au cours du XVIIe siècle par la famille Borromées à l’image d’un bateau. La visite commence par le Palazzo Borromeo avec une série de salles richement ornées (même un peu trop!). La curiosité vient avec les salles du sous-sol : six grottes entièrement recouvertes de rocailles aux motifs marins qui servaient de refuge durant les grosses chaleurs. Après avoir traversés une grande galerie ornée de tapisseries flamandes, nous pénétrons dans le jardin où là aussi des Paons blancs veillent sur ces lieux. Nous pouvons également déambuler sur dix terrasses plantées de végétation exotique.

Nous rentrons ensuite sur Stresa et dînons à Feriolo au bord du lac au restaurant « Vistaqua » : jambon de Parme avec figues , gnocchis à la betterave.