Carnet de voyage

L’Europe du Nord

11 étapes
24 commentaires
Je pars avec une énorme marge d’improvisation, premier arrêt Copenhague, la suite du voyage n’est pas encore décidé.
Janvier 2020
4 semaines
Partager ce carnet de voyage
1

Premier arrêt dans cette ville charmante, ici tout est calme , le mauvais temps y joue peut-être. Néanmoins, énormément de joggeurs et de cyclistes, mais les trottoirs étant très large et les pistes cyclables bien organisées, on est jamais dérangé dans sa promenade.

L’auberge est très confortable et les gens ont tous l’air bien intentionnés , les gens laissent leurs affaires personnelles dans leurs chambres en évidence, comme dans toute la ville , il règne une énorme confiance. Qui nous fait nous sentir chez nous.

2

Après avoir tapé « Copenhague by night » sur Google , me voilà partie pour une grande balade vers le port de Copenhague. On me vend le plus bel endroit de Copenhague après 20h.

Je prends mon appareil photo , m’arrête à chaque détail des rues qui m’interpelle pour en garder un souvenir, après une petite heure de promenade me voilà arrivé à « bon port » , le lieu était en effet superbe , peut être un peu trop touristique, mais je repars satisfait d’avoir photographié ces bateaux. En revenant je m’arrête à un fast food pas trop cher , avec une carte alléchante. A peine la première bouchée avalée je comprends que ce burger va ce placer en haut du classement des meilleurs choses que j’ai jamais mangé... Je rentre finalement avec un sentiment d’accomplissement en regardant mes photos et mon parcours de 17km.

3

9h30 , me voilà parti de mon auberge si douillette direction Hambourg, mon train est à 11h26 , juste le temps qu’il me faut pour aller à la gare et tester un smoothie « avocat- betteraves-pomme-citron »

(Comme vous pouvez l’imaginer , c’est pas très bon).

Après avoir quémandé des informations sur l’utilisation de mon pass , je monte dans mon train sans aucun billet.

11h26 ,Le train démarre et je vois par la fenêtre tout les paysages danois que je n’ai pas vu , grandes plaines et forêts verdoyantes à l’horizon.


Une montée d’adrénaline et 4h plus tard (le contrôle des billets s’est étonnamment très bien passé, il semblerait que le pass permette de monter dans n’importe quel train sans préavis) , me voilà à Hambourg, il y fait gris , comme depuis le début de mon trajet , et je m’empresses de trouver ma nouvelle auberge , je visiterais la ville le lendemain. Mon auberge est bien plus grande que la première(elle compte 5 étages) et même si elle est bien moins chaleureuse , le fait que les personnes de la chambre se partage la salle de bain et les toilettes permets une plus grande convivialité, comme une grande collocation.

Après avoir avalé mon déjeuner qui fera aussi office de dîner aujourd’hui, je vais lire un peu dans la salle dite « conviviale » avant d’aller me couché pour préparer ma visite de la ville du lendemain.

4

9h46 , je suis réveillé par le bruit des gens quittants la chambre. Il est temps pour moi de découvrir Hambourg. J’enfile des affaires propres et pars direction les quais espérant trouver de quoi petit-déjeuner là bas.

Après une bonne heure de marche , je trouve enfin ce que je cherche. J’avale mon repas et je me remets en marche.

Finalement j’erre quelques heures dans la ville visitant quelques églises et observant les rues , déjeunant dans un restaurant simulant « une haute altitude ». La pluie bâtante me décide à ne pas trop m’attarder et a prendre le métro pour rentrer . J’ai cependant tiré 3 conclusions de cette balade, la première est qu’Hambourg ressemble bien plus à Paris et aux autres métropoles européennes que Copenhague, j’y retrouve les grandes disparités sociales que j’avais perdu au Danemark , des mendiants font la manche dans les rues et les métros , on aperçoit beaucoup d’HLM et de quartiers à l’écart.

De plus , on croise bien plus de monde dans les rues d’Hambourg que dans celle de Copenhague, malgré un temps pas des plus excitant , on ne peux pas traversé une rue entière sans croiser quelqu’un (ce qui n’était pas le cas à Copenhague), cela donne l’aspect d’une ville bien plus vivante que la capitale danoises endormie.


Ma deuxième conclusion n’a pas grand chose à voir , mais je me suis interrogé sur l’uniformisation des grandes franchises internationales que nous connaissons tous (MacDonald, Starbucks, H&M..) toute ces franchises, qui peu importe le pays , ont toujours le même mobilier, la même disposition des caisses , des cuisines , des cabines d’essayages... Toute cette uniformisation contrairement à ce que j’imaginais ne date pas d’hier et de la mondialisation, puisque c’est le paterne que nous retrouvons aussi dans les églises catholiques par exemple :narthex-nef-chœur... Voilà voilà... c’était ma réflexion après en avoir visité 4 aujourd’hui... Tout ça pour dire qu’il est temps que je rencontre des gens !


Finalement, j’ai aussi remarqué que la spécialité montagnarde allemande : « allgau cheese spaetzle » décris des pâtes aux fromage.

5

Ce matin je me réveille sans avoir la moindre idée pour remplir ma journée , je n’arrive pas à sortir de mon lit tant que je ne me trouve pas de « Day goal » , heureusement Lilou ne tarde pas à me conseiller d’aller me promener dans une forêt qui a la réputation d’être particulièrement belle. Ni une ni deux , me voilà parti avec mon sac à la recherche de cette fameuse forêt. Après une petite heure , je me retrouve à sa lisière.

Lilou ne c’était pas trompé, la forêt était magnifique , et je n’y étais pas à la meilleure saison !

Je m’éloigne du sentier , et me perd dans cette forêt épaisse. Après avoir suivi quelques écureuils, je me retrouve face à un enclos , à l’intérieur, un troupeau de cerfs , faon , daim et chevreuil. C’était la première fois que j’en voyais de si près, je suis resté une bonne vingtaine de minutes devant ce spectacle, avant de repartir en quête d’un déjeuné.


Je trouve un restaurant au milieu de la forêt , je commande sans trop regarder la « Kochsalat » , une salade contenant à peut près tout ce qu’on peut imaginer , jambon , oeuf , salade , tomate , fromage , maïs, carottes, betteraves....

Autant vous dire que c’est impossible de tout finir.


Je repars , l’orage gronde , et il faut que je retrouve mon chemin pour rentrer à l’auberge... mon téléphone vient de s’éteindre et je découvre que j’ai perdu ma batterie externe a l’auberge de Copenhague... Après m’être trompé de chemin 3 ou 4 fois , je me dis que j’ai sûrement hérité du sens de l’orientation de Papa et de ses fameuse « boucles ».

Finalement je me retrouve grave à un arbre déraciné que j’avais photographié. Je rentre en bus , une classe de maternelle en classe verte aussi , une petite fille pleine de boue s’endort sur moi , malgré la boue je trouve la scène mignonne et fait de mon mieux pour ne pas la réveillée en descendant à mon arrêt.

Me voilà à l’auberge , ce soir je me couche tôt , demain je pars vers Amsterdam !

6

8h40 AM : mon réveil sonne , j’ai du mal à me réveiller, mais la nuit a été plus reposante que les autres , nous n’étions plus que 3 dans une chambre pour 8 , le plaisir de voyager hors période scolaire.


Le train part à 10h30 et mon auberge se trouve à 5min à pied de la gare , je ne me presse donc pas , et arrive sur mon quais avec 10min d’avance , ce qui est bien, mais pas top.


Le trajet est somme toute assez calme , quelques heures après, me voilà à Amsterdam, il fait beau , mon auberge et pas loin , je n’est plus qu’à poser mes affaires et à visiter !

Je prends le premier Ferry (c’est un peu leurs métros à eux) qui m’emmène à deux pas de mon hôtel. Le temps que je récupère la clé , que je dépose mes affaires, je ressors près à profiter de cette ville dont on m’a tant vendu sa beauté !


Et la , une bonne grosse pluie.

Je décide de ne pas en rester là et me fait un petit tour rapide du centre ville , et de ce que j’en ai vu , ça a l’air superbe !

Les rues sont elle par contre remplies de coffee-shop , de casino et de streap-club , c’est un peu déroutant au début , mais on se fait assez vite à l’odeur de cannabis ambiante dans la ville.

Je rentre à l’auberge trempé, je me change et visite les parties communes de l’auberge , et il y en a beaucoup ! C’est très sympa , il y a même un jardin couvert où sont projetés des films !

J’y reste jusqu’au soir , et observe les résidents, j’en profite pour tirer des généralités , ils semblerait qu’une bière sur une table attire bien plus de monde autour de son propriétaire , qu’un livre ou un puzzle ( de 200 à 1860 pièces) , de même être une fille semble fonctionner bien mieux pour attirer des gens vers soit qu’être un homme, après de nombreuses recherches sur les points commun qu’on une bière et une fille , je conclue que les gens préfèrent juste les blondes , les brunes et les rousses , aux livres , aux puzzles et aux hommes.


Croyez le ou non , être un homme ne buvant pas d’alcool et ne prenant pas de drogues , ne facilite pas la tâche pour rencontrer des gens , mais les gens ont l’air d’avoir bon fond , je ne perds pas espoir , je suis sûr que je suis capable de me faire des amies sans boire ou fumer.

7
Valentina , Temilie et moi 

7h00 , j’ai sans doute passé la pire nuit depuis le début de mon voyage, il faisait trop chaud , de la lumière en permanence dans la chambre , et un mec qui débarque à 4h du matin.

Je décide donc de me lever tôt , et de profiter de la journée , je prends mon petit-déjeuner dans la salle commune, je bois mon thé, les jambes croisées et mon livre entre les mains , persuadé que ça me donne un côté un peu cool et mystérieux...


A 8h je quitte l’auberge pour visiter la capitale, les habitants ne sont pas encore réveillés et les touristes non plus , j’en profite pour faire des photos de la ville le soleil se levant (malheureusement vous allez devoir attendre pour voir ces photos) .

Peu après , Maman m’appel pour me prévenir que je ne devais pas passé à côté du musée sur Van Gogh , je m’empresse donc de m’y rendre et prends tout le teeeeeeeemps qu’il me faut pour faire la visite après avoir payer un ticket coûtant le même prix qu’une nuit dans mon auberge...


Après avoir vu cette très belle exposition, je décide de rentrer à l’auberge à pied , pour continuer ma visite de la ville , en arrivant , je croise cette fille , Valentina, avec qui j’avais vaguement parlé la veille , qui me parle d’un rendez vous , dans un centre d’acupuncture, et me demande si je peux l’accompagner.

Difficilement refusable , j’accepte et l’accompagne, elle me présente son ami Temilie , qui apparemment l’accompagne avec moi.


Je commence à regretter d’avoir accepté mais nous voilà parti vers le centre d’acupuncture et il n’y a plus moyen de faire marche arrière.


Finalement au bout de 5min , on s’amuse , on rit , on parle de tout et de rien , et le trajet devient de plus en plus convivial.

Nous arrivons finalement au lieu de rendez vous , une clinique asiatique très moderne et silencieuse, je pensais que c’était le moment où on allait se séparer, mais Valentina insiste pour qu’on l’accompagne à l’intérieur, 10min plus tard , me voilà assis dans une tout petite pièce , avec Temilie à côté de moi , et Valentina pleine d’aiguilles à quelques centimètres devant nous , elle avait expliqué au médecin qu’elle avait besoin qu’on soit présent car on était des amis très proche d’elle , Temilie la connaissais depuis 3 semaines et moi depuis 35min , mais pour elle ça ne changeait rien , et finalement, c’était un super moment.

Après son rendez vous , on est tous rentré à l’auberge , on a dîné ensemble , joué à un Blind Test , et écouté Temilie nous raconter toutes ses aventures à travers le monde. Peu après on a joué au Monopoly avec une péruvienne, au bout de 5min on a arrêté la partie parce qu’on voulait juste discuter, ça a duré deux heures sans qu’aucun de nous ne voit le temps passé .

Enfin , nous sommes tous partis nous coucher de notre côté après s’être dit à quel point on était content de s’être rencontré.

Après 6 jours sans avoir aucune réel discussion avec quelqu’un, je m’endors avec la certitude que cette journée aura marquée un tournant dans ce voyage. (Family ps : Oui Temilie ressemble étrangement énormément à Rémi)

8

14/01 , aujourd’hui c’est le départ pour Londres , après avoir profité d’une dernière soirée avec mes nouveaux amies des 4 coins du monde , je m’en vais prendre le train direction Bruxelles.

C’est la première fois depuis le début du voyage que je suis vraiment ému de quitter une ville. C’est ici que j’ai compris que mon voyage n’était pas que villes , paysages et musées , mais aussi et surtout , des gens , et que c’était sûrement ce qu’il y avait de plus beau et de plus interessant a voir durant ce voyage , toutes ces personnes et leurs histoires, touts les souvenirs qu’on forgent ensemble.

Maintenant Amsterdam évoquera toujours pour moi , des soirées à discuter autour d’une table jusqu’à 5h du matin , avec une douzaine de personnes avec tout autant d’origine différentes, à chanter sur un bateau, à danser , à jouer tous ensemble.

C’était drôle de nous voir si proche alors qu’on ne se connaissait que depuis quelques heures pour la plus part.

Mais l’heure n’est pas aux lamentations, j’arrive à Londres et je n’ai qu’une hâte , redécouvrir cette ville que j’aime tant.

9

Londres... Que dire sur Londres , je pourrais écrire des pages et des pages sur les quelques jours que j’ai passé dans cette ville..

J’ai passé de super moments avec mon cousin Thomas , toujours drôles et enrichissants. J’ai marché, beaucoup , c’est la ville où j’ai le plus marché , avec une moyenne de 17km par jours et une pointe à 30km pour ma dernière journée.

J’ai visité le musée des sciences naturelles que je recommande grandement et le musée de Londres que je recommande un petit peu moins.

J’ai rencontré des gens géniaux avec des personnalités folles , ces gens m’ont donnés beaucoup de leurs temps et je les remercierais toujours pour ça , j’ai partagés des moments extraordinaires avec eux , des concerts géniaux , des vues sur ton Londres et en plus grandes parties , des ballades interminables à se perdre dans les rues de la capitales. Il y avait toujours quelques choses à faire et toujours quelqu’un de partant pour le faire. Avec toutes ces énergies ont peut aller n’importe où, n’importe quand.

Aujourd’hui je pars à Edinburgh, je suis dans le train depuis 9h du matin pour raté les adieux déchirants , je reçois des messages d’encouragement et de touts ces gens me souhaitant un bon voyage

Mais pour l’instant j’ai surtout la boule au ventre , et la tristesse de devoir les quitter est plus grande que l’excitation d’arriver en Écosse , ce n’est qu’une question de temps.

10

Edinburgh me voilà ! Je remonte les rues pavés de la ville de J K Rowling , tout est calme et beau , mon auberge est une ancienne prison en face de la cathédrale.

La chambre est donc sur le thème de la prison , mais une prison plutôt très confortable, on y dort dans des petites bulles personnelles , des leds colorés entourent la tête du lit ce qui rend la petite pièce plus chaleureuse.

J’y passe une très bonne nuit , je profite d’un bon petit déjeuner où j’y rentabilise le buffet à volonté , de quoi me faire économiser du temps et de l’argent pour le déjeuner...

Je m’en vais donc direction le château de la ville qui se trouve tout près.

Le château est sublime et surplombe la ville , on peut donc observé toute la ville et ses environs.

En voyant les montagnes qui m’entourent je sors mon téléphone et cherche comment y aller faire une randonnée , victoire un bus peut m’y emmené en seulement 1h !

Je prépare mes affaires et me dirige vers l’arrêt de bus.

14h23 me voilà en bas de la montagne , je me rends compte que le vent va me mettre des bâtons dans les roues, mais peu importe, je ne vais pas reculer et je commence mon ascension.

Têtus comme je suis , je ne regarde pas la carte et décide de monter d’une traite par le chemin que les gens empruntent pour descendre.

C’était pas la meilleure idée , la pente plutôt raide , la boue de la pluie de la veille et le vent plus violent à chaque pas me font chuter plusieurs fois...

Je ne renonce pas pour autant , le sommet n’est maintenant plus bien loin , et j’ai sûrement gagné 1h en empruntant ce chemin , 1h sans la quelle je serais arrivé après le coucher du soleil en haut de cette montagne....

Je me retrouves enfin au sommet , la vue est magnifique sur toute la vallée, je ne m’attarde cependant pas trop longtemps le vent me fouettant le visage, je m’écarte du chemin pour aller me poser derrière une butte à l’abris du vent.

Je m’allonge dans l’herbe et profite de ma vue sur le lac...

Une trentaine de minutes plus tard j’entame ma descente pour éviter le retour dans la pénombre.

Je redescends créant ma propre route , trébuchant sur toutes les mottes de terre que je croise, j’arrive enfin en bas , je me récompense par un chocolat chaud/crème/chamallow dans le premier café que je croise.

18h34 , mon bus arrive, je retourne à mon auberge pour dîner et profiter de la chaleur de la chambre pour lire avant d’aller me coucher.

11

Edinburgh est sûrement la ville la plus jolie que j’ai visité jusqu’ici , les montagnes qui l’entourent ont un effet apaisant..

Je profite une dernière fois des gaufres du petit déjeuner de l’auberge , et je m’en vais prendre mon bus pour Dublin.

Pendant les 4heures de bus qui me séparent de la côte ouest , je m’interroge sur la façon dont le bus va traverser l’étendu d’eau qui sépare l’Ecosse de l’Irlande , est ce que le bus va monter sur le bateau ? Un tunnel ? Un pont ? Rien de tout cela , le bus nous abandonne au port , je ne suis pas le seul étonné apparemment , je me retrouve entouré de regards perplexes..

On rentre finalement dans la gare maritime à pied , on nous y explique que notre billet de bus comprends le bateau et le bus du port de Belfast à la gare.

10 min après , nous voilà à bord d’un énorme férie de 6 étages , spa , casino , cinéma , bowling... tout ça pour une traversée d’a peine deux heures.

La virée est donc passé très vite , j’ai à peine eu le temps de tout visiter après avoir perdu un peu de temps au cinéma.

Me voilà arrivé à Belfast , j’enchaîne sur 3h de bus pour arriver à mon RbnB à Dublin.

Je profite du ciel dégagé pour regarder la ville s’illuminer sur la Liffey . Et mon cerveau endormi se fait la réflexion que toute les villes dans les quelles j’ai voyagé jusqu’à présent , qui sont les villes historiquement les plus importantes de chaque pays, sont traversées par un grands fleuves où sont collés à L’océan.

Une belle démonstration de l’importance du commerce et de la puissance maritime pour devenir une ville mondialement reconnue comme importante.

Parce qu’au final la seule chose qui différencie Dublin d’une autre grande ville d’Irlande, c’est ça proximité a l’eau , qui a permit par la suite un développement du tourisme important qui fait qu’elle n’est plus comparable à une autre grande ville d’Irlande.

Bref , il est grand temps que Lilou arrive pour me tenir compagnie, je me couche tôt car demain je vais la chercher à l’aéroport.