Après avoir passé 2 mois en Scandinavie en 2018, nous sommes rentrés émerveillés et avec une grande envie d'y retourner.
Du 24 avril au 5 mai 2019
12 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Après un premier voyage de deux mois à la découverte de la Scandinavie en juin et juillet 2018, nous avons eu envie d'y retourner très vite avec deux objectifs principaux:

  • S'attarder en Finlande que nous avions traversée en seulement 2 jours
  • Prendre notre temps, notamment dans les sites riches en faune et en particulier dans la Varanger

Nos voyages sont toujours axés sur la nature et particulièrement la faune, ce qui ne nous empêche pas d'apprécier aussi les beaux paysages et la flore, par contre, nous évitons les grandes villes, c'est un choix que nous assumons...

Nous revenons donc de trois mois de vagabondage à travers la Scandinavie avec la tête et les cartes mémoires pleines de beaux souvenirs que nous allons tenter de partager avec vous.

Ce récit est découpé en plusieurs parties afin d'en faciliter la lecture, vos commentaires et questions sont les bienvenus, nous nous efforcerons d'y répondre rapidement dans la mesure où nous sommes présents. Lorsque nous repartons en vadrouille, nous sommes moins vigilants et vous devrez parfois attendre notre retour à la maison pour avoir une réponse. Merci de votre patience.

2

Nous avons quitté hier matin notre petit coin de Bretagne sous un ciel bien gris et 15° au thermomètre et avons passé une agréable soirée chez des amis à Marquise dans le Pas de Calais (540 kms au compteur).

Réveil tardif (9h), nous reprenons la route vers 10h30 après quelques courses.

Nous traversons la Belgique par l'autoroute et sans nous arrêter.

Nous visons les Pays-bas… Il fait beau et la route est agréable. Nous faisons étape à Kinderdijk que je connais déjà mais que je souhaite faire découvrir à Hervé… Le site est connu, nous avons du mal à trouver où stationner. Après un premier essai près des terrains de tennis, nous repartons et trouvons finalement un endroit sympa, en bord de route, à environ 800m de l’entrée du site des moulins.

De nombreux oiseaux dans les environs, des oies avec leurs poussins, des huîtriers-pies, hérons, grèbes huppés…

Nous commençons la visite du site sous un ciel de plus en plus gris, arrivés au bout de la ligne droite, nous faisons quelques photos, une bourrasque se lève et quelques instants après, un orage avec des trombes d’eau nous arrose copieusement… Nous avons juste le temps d’enfiler nos coupe-vents qui ne nous empêcheront pas d’arriver trempés au camping-car…

Nous cherchons ensuite un emplacement pour la nuit, sachant que le camping sauvage est interdit aux Pays-Bas… Il nous faut donc être discret. Nous décidons de continuer un peu notre route et faisons étape pour la nuit près d’un canal à Delft. La pluie nous a suivi depuis Kinderdijk et durera toute la nuit…

Nous avons parcouru 359 kms aujourd'hui.

3

Nouveau réveil à 9h … Après le petit-déjeuner, nous reprenons la route en direction de l’île de Texel, un choix dicté par notre intérêt pour la faune et particulièrement les oiseaux… Cette île est célèbre pour sa richesse ornithologique particulièrement au moment des migrations et même si ce n'est pas la meilleure période, nous voulons en avoir un aperçu.

De nombreux champs de tulipes encore fleuris égaient le trajet et nous en profitons pour faire quelques photos.

Champs de tulipes 

La route longe des canaux et nous remarquons les belles maisons couvertes de chaume typiques de cette région.

Nous arrivons au port de Den Helder vers 12 h, réglons les 25€ de la traversée, 20 mn plus tard, le ferry nous dépose sur l'île de Texel.

Nous trouvons un coin tranquille pour déjeuner puis nous dirigeons vers la réserve de « De Muy », où équipés de nos appareils photos, nous partons pour une belle balade à pieds.

Les belles et placides vaches noires et frisées de race Galloway entretiennent le site.

 Vache de race Galloway

Nous voyons des oies avec leurs petits et en vol, beaucoup d’huîtriers, des ouettes d’Egypte, des barges à queue noire, des courlis, des chevaliers gambettes, quelques linottes mélodieuses et des faisans de Colchide particulièrement émoustillés (c'est de saison)…


Barge à queue noire                                                                                               Ouette d'Egypte 
Faisan de Colchide                                                                                                    Oie cendrée 

A nouveau, le ciel s’assombrit et nous rentrons au camping-car sous les premières gouttes d’une sérieuse averse…

Nous décidons de passer la nuit dans un camping (le camping sauvage est encore plus difficile sur Texel) et nous pourrons prendre une bonne douche et faire les pleins et les vidanges…

Nous avons parcouru 158 kms en camping-car, 8 kms en Ferry et 9 kms à pied. Journée bien remplie.

4

Nuit bien calme dans le petit camping. Après les pleins d’usage, nous reprenons la route vers le nord de l’île. Un joli phare et quelques maisons autour, le parking étant payant autour du site, nous optons pour le parking (gratuit) d’un restaurant quelques centaines de mètres avant le phare et entreprenons une balade photographique à travers les dunes.

Présence de nombreux oiseaux marins (goélands, mouettes, huîtriers…), des passereaux chantent dans les buissons, nous voyons des pipits, des linottes mélodieuses et des pouillots… Des choucas complètent le tableau.

Mouettes rieuses                                               Linotte mélodieuse                                Choucas des tours...

De nombreux faisans poussent leurs cris caractéristiques, nous en approchons un à quelques mètres.

Faisan de colchide 

La pause déjeuner est arrivée et nous décidons de tenter le restaurant de Robbenjager où nous sommes garés.

Le restaurant de Robbenjager 

Nous déjeunons d’un « Fish and ships » maison plutôt bon et nous apprécions, outre la délicate attention du petit saladier de crudités qui l’accompagne, le sourire de la dame qui assure le service .

L’après-midi, nous descendons la côte est de l’île en suivant la digue au plus près et en marquant de nombreux arrêts devant des plans d’eau très fréquentés : oies cendrées et bernaches cravant, mouettes rieuses, sternes caugek, plusieurs limicoles, avocettes…

Avocette élégante                                                                                                Bernache cravant 
Mouettes rieuses                                                                                               Tadorne de Belon 

Nous arrivons au sud de l’île vers 15h45 et reprenons le ferry à 16h (les 25€ payés à l’aller étaient valables pour aller/retour).

Nous traversons la ville de Den Helder, où nous pouvons admirer de beaux bateaux en bois.

Les canaux de Den Helder 

Nous empruntons la grande digue du nord longue de 32 kms qui ferme le Zuiderzee, un ancien golfe de la Mer du Nord; c'est amusant de voir que nous roulons effectivement au milieu de la mer sur l'écran du GPS.

La grande digue du nord 

Nous prenons la direction du parc national du Lauwersmeer où nous avions fait escale au retour de notre précédent voyage.

Nous retrouvons le parking de l’observatoire où nous avions dormi et y passons la fin de l’après-midi sous un soleil et une lumière magnifiques.

Nous sommes accueillis par des nuées de bernaches nonnettes qui arrivent pour passer la nuit sur le marais.

Bernaches nonnettes 

Le plan d’eau est couvert d’oiseaux et nous nous régalons …

Tadornes de Belon                                           Chevalier sylvain                                      Petit gravelot 

Un groupe de combattants variés est présent et quelques mâles commencent à arborer leur beau costume de parade.

Combattants variés                                                                                                 Canard chipeau 

Nous passons une nuit tranquille sur le parking de l’observatoire après une petite promenade du soir dans les environs.

L'observatoire au soleil couchant 

Nous avons parcouru 184 kms aujourd'hui.

5

Réveil sous la pluie, le ciel est « bouché » et la météo ne prévoit pas d’amélioration avant le milieu d’après-midi, nous en profitons pour faire quelques courses au Coop d’Anjum ; au moment de payer, ils n’acceptent ni carte Visa, ni Mastercard… Heureusement nous avions du liquide …

Nous revenons déjeuner sur notre parking préféré, toujours sous le ciel gris et une petite pluie fine. Le ciel semble se découvrir un peu en début d’après-midi, nous allons faire un tour à l’observatoire, mais, les oiseaux sont beaucoup moins nombreux et les observateurs beaucoup plus nombreux (ils arrivent en groupe, nous sommes samedi…).

Quelques beaux oiseaux sont malgré tout visibles : chevalier sylvain, tadorne de Belon, chevalier gambette et une foulque macroule qui transporte de longues branches sans doute destinées à son nid.

Chevalier sylvain                                                                                              Chevalier Gambette 
Tadorne de Belon                                                                                                 Foulque macroule ...

Nous décidons d’aller explorer l’autre côté du parc national et retrouvons un observatoire où nous étions passés l’an dernier, mais le résultat est assez décevant, tous les oiseaux sont loin… Nous réussissons malgré tout à photographier un couple de canards chipeau, une barge à queue noire et un chevalier sylvain.

Monsieur et madame canard chipeau 
Chevalier sylvain                                                                                             Barge à queue noire 

Nous retournons passer la soirée et la nuit sur le parking d’hier, en chemin, nous immortalisons une belle averse sur la réserve; nous voyons aussi des panneaux de signalisation bien sympathiques et porteurs d'espoir.

Nous croisons la route d'un beau busard des roseaux en quête d'une proie:

Busard des roseaux en chasse 

Le temps s’éclaircit et à notre arrivée, nous tentons une nouvelle fois l’observatoire où une parade de chevaliers gambettes nous accapare un bon moment

Parade de chevaliers gambette 

Nous ne resterons pas longtemps à l'observatoire, une dizaine d’adolescents ayant décidé de s’y réunir pour la soirée… Les samedis soirs sont parfois compliqués... Nous serons malgré tout accaparés par quelques phragmites des joncs.

Phragmite des joncs 

Nous passerons la nuit tranquillement au bout de la voie sans issue en compagnie d’un van.

Nous avons parcouru 54 kms aujourd'hui.

6

Réveil sous le soleil ce matin, les phragmites des joncs s’égosillent à quelques mètres nous offrant quelques beaux clics…

Phragmite des joncs 

Un bruant des roseaux joue à cache-cache avec nous...

Bruant des roseaux 

Après le petit déjeuner, nous reprenons notre périple en visant la région d’Odense au Danemark.

Nous roulons bien, il n’y a pas de camions (avantage du dimanche) et notre trajet s'effectue entièrement sur autoroutes via Brême, Hambourg, où nous retrouvons la pluie...

Nous passons la frontière danoise sous la pluie mais, quelques kilomètres plus loin, le ciel se dégage.

Nous nous posons pour la nuit sur un petit parking calme au bord de la mer et sous les arbres près de Nyborg. Sympa, mais théoriquement interdit au camping (comme partout au Danemark), on verra bien…

Bivouac près de Nyborg 

Heureuse surprise, il fait beau et nous passons la soirée, le nez du camion sur la plage face à une mer d’huile, et dînons porte ouverte à 21h ! Totalement inespéré …

Pendant le repas, nous voyons un homme venir se baigner dans la mer Baltique face à nous … Il n’y reste pas longtemps, mais nous admirons le geste dans une eau qui doit avoisiner les 10°…

Nous avons parcouru 650 kms aujourd’hui.

7

Réveil à nouveau sous le soleil, la nuit a été très calme…

Bivouac près de Nyborg (Danemark) 

Après les obligations matinales, nous reprenons la route en direction de la Suède, nous franchissons un premier pont payant (245 Dkk) entre les îles de Fionie (capitale : Odense) et de Sjaelland où se trouve Copenhague.

Le pont entre les îles de Fionie 

L’autoroute est chargée et il y a des travaux, donc des ralentissements…

L'autoroute près de Copenhague 

Nous ne verrons de Copenhague que les immeubles en bordure d’autoroute et continuons via le tunnel puis le pont de l’Oresund en direction de Malmö.

Depuis le pont, on aperçoit des éoliennes en mer.

Eoliennes en mer 

La frontière suédoise se trouve au milieu du pont ; nous franchissons le péage par les portiques automatiques et en payant demi-tarif grâce au contrat souscrit avant de partir… Merci à Nomade Jack pour ses fiches pratiques qui nous ont permis de préparer ce voyage.

Le pont sur l'Oresund 

La police contrôle nos papiers d’identité au péage avec un grand sourire puis nous continuons notre route.

Nous faisons un arrêt repas en bord de mer près du port de Ljungushen et avons la surprise de voir arriver sur le même parking un camping-car français immatriculé dans la Manche…

Après le déjeuner, nous saluons nos voisins normands (Jacqueline et Gégé), ils viennent en Scandinavie pour la troisième fois, et comme nous, ont prévu un grand périple … Ils tiennent un blog de voyage : passionvoyages2.jimdo.com . Nos routes vont certainement se recroiser dans les prochaines semaines, nous avons beaucoup de destinations communes…

Nous faisons une promenade digestive en bord de mer et admirons des statues de Gudmar Olovson aux noms français …

Prélude                                                  Les deux soeurs                                          Les deux arbres 

Pour cette première étape en Suède, nous avons décidé de visiter la Scanie sur les traces de Kurt Wallander, le héros de la série de romans policiers de Henning Mankell que nous avons « dévorés » avant ce voyage. Notre premier objectif est Falsterbo et sa presqu’île.

Falsterbo, théâtre de l’une des enquêtes de Kurt Wallander (les chiens de Riga…) se trouve à l'extrème sud ouest de la Suède. Nous stationnons à l’entrée du terrain de golf pour une petite visite de la réserve naturelle qui longe la mer.

Après avoir traversé le terrain de golf, on trouve un sentier qui longe la mer à travers des roselières, un petit phare sert de point de repère et un observatoire est installé au bout de la presqu'île.

Le phare de Falsterbo 

Nous y voyons quelques passereaux : linottes, pipits, pouillots ...

Tarier des prés                                                                                                    Pipit farlouse 

Et surtout un couple de grèbes jougris que je suis seule à pouvoir photographier (de loin, hélas), Hervé a laissé son appareil dans le camping-car. Les photos sont de mauvaise qualité, mais, c'est une "coche" !

Grèbes jougris 

Après cette belle surprise nous repartons vers Trelleborg (encore un nom qui nous évoque les romans de Mankell).

Nous explorons les petites routes de la Scanie à travers un paysage rural un peu vallonné, un beau champ de colza jaune attire mon attention, c'est exactement le décor où une jeune fille trouve la mort dans le roman "Le guerrier solitaire"...

Nous arrivons finalement près de Smygehamn où un petit parking tranquille face à la mer nous attend pour une nuit reposante et tranquille. Dîner porte ouverte sous le soleil !

Bivouac en Scanie 

En soirée, nous faisons quelques pas dans les environs et photographions des anémones pulsatiles.

Anémones pulsatiles 

Nous avons parcouru 235 kms aujourd’hui.

8

Réveil sous le soleil et le ciel bleu… Nous partons pour Ystad, centre des aventures de Wallander.

En chemin, nous croisons des panneaux indicateurs portant des noms de localités qui nous évoquent les aventures du commissaire Wallander : Skurup, Svarte, Kaseberga, Tomelilla ...

L'univers des romans d'Henning Mankell 

Nous arrivons à Ystad en cours de matinée et en profitons pour faire des courses au supermarché, puis nous prenons la direction du commissariat de police, où exerce Wallander, un bâtiment immense, tout en longueur. Comme dans les romans, des policiers font leur pose café et cigarettes à l’entrée …

Le commissariat de police d'Ystad 

Nous trouvons ensuite la rue « Mariagatan » où logeait Wallander et faisons quelques photos de cette rue aux immeubles un peu tristes qui correspond bien aux descriptions de l’auteur…

Mariagatan 

Nous continuons ensuite par la route côtière en direction de Kasberga et Löderup où nous ferons la pose déjeuner près de la plage, ravis de pouvoir situer et visualiser tous ces lieux qui nous évoquent de belles heures de lecture.

Paysages de Scanie 

Nous faisons ensuite un arrêt près du haras de Bollerup, un endroit haut en couleurs ainsi que le château médiéval qui est intégré aux bâtiments d'un lycée spécialisé dans l'enseignement de l'utilisation des ressources naturelles ...

Bollerup le haras et le château

Puis nous traverserons Tomelilla avant de reprendre l’autoroute qui nous conduira à Kalmar puis à l'île de Öland où nous retrouvons avec plaisir les moulins et les petits villages.

Paysages de l'île de Oland 

Nous nous posons près de Grönhogen sur le petit coin en bord de mer près du golf que nous avions déjà utilisé l’an passé, un coucher de soleil nous offre des couleurs flamboyantes.

La nuit du 30 avril au 1er mai (La nuit des Walpurgis ou Nuit des Sorcières) est occasion de fêtes diverses en Scandinavie (en Allemagne, également).

Observée principalement en Europe du Nord et en Scandinavie du 30 avril au 1er mai, lors du passage de l'hiver au printemps, la nuit de Walpurgis est une fête qui tire son origine de rites païens de fécondité et de la célébration de l'arrivée du printemps. Elle est appelée aussi « nuit des sorcières », par assimilation aux innombrables histoires colportées sur le sabbat des sorcières.

Après la christianisation des peuples nordiques, les célébrations païennes du printemps se mêlèrent à la légende de sainte Walburge (ou Valpurge, Vauburg, en allemand Walpurga), une religieuse anglaise du VIIIe siècle partie évangéliser la Germanie et devenue abbesse du monastère d'Heidenheim, en Franconie (Land de Bavière). Durant sa mission, elle aurait obtenu de nombreuses guérisons miraculeuses. Après sa mort, elle fut canonisée un 1er mai. Cette date coïncidant avec les vieilles fêtes païennes de printemps, sa commémoration aurait permis de reproduire ces rites à l'insu des autorités ecclésiales, selon un procédé syncrétiste classique.

En Suède, la fête s'accompagne traditionnellement de feux de joie et de chansons populaires en l'honneur de la nouvelle saison. Les Finlandais organisent un carnaval et partagent à cette occasion une boisson fermentée à base de miel, appelée sima. En Allemagne, les gens se déguisent également, se jouent des farces et organisent tapages et vacarmes afin d'effrayer le diable. Ils suspendent aussi souvent des rameaux bénis aux maisons et aux bâtiments de ferme pour éloigner les mauvais esprits. Ils laissent également des tartines de pain beurré recouvert de miel, appelées ankenschnitt, en offrande à de mystérieux chiens fantômes ou chiens-loups, gardiens et messagers des forces surnaturelles. (source Universalis.fr)

La nuit des sorcières sur l'île d'Öland 

Une journée au programme inhabituel pour nous s’achève, mais nous sommes très heureux de ce « pèlerinage littéraire » dans les décors de Kurt Wallander qui se termine dans des lumières magnifiques…

Nous avons parcouru 382 kms aujourd'hui.

9

Réveil sous la grisaille ce matin… Nous nous dirigeons vers la réserve ornithologique de Ottenby sous un ciel bas et quelques gouttes de pluie. De très nombreux rougegorges attirent notre attention ainsi que quelques traquets motteux, vanneaux huppés et autres...

Réserve naturelle d'Ottenby 

Arrivés au phare, nous allons faire un tour à l’observatoire : oies cendrées et bernaches nonnettes, quelques limicoles dont quelques combattants variés en plumage nuptial …

Combattant varié                                                                                              Bernaches nonnettes 

Et plus loin, un couple de sarcelles d’été observé aux jumelles (trop loin pour la photo) ; des hirondelles tournent ainsi que des étourneaux et un troglodyte mignon. Les phoques gris sont bien présents sur les rochers...

Etourneau sansonnet                                                                                             Troglodyte mignon 

De nombreux ornithologues sont présents et observent à la lunette, l’un deux nous signale une huppe fasciée ! Hervé réussit à la voir aux jumelles, moi pas… Et elle disparaît avant qu’on puisse tenter une photo…

Nous observons un accouplement d’huîtriers-pies et quelques vanneaux peu farouches:

Huîtriers-pies                                                                                                      Vanneau huppé 

Il fait froid et les averses se succèdent… Nous ne nous attardons pas et reprenons notre véhicule pour nous diriger vers la réserve de Gammalsby à l’ouest de l’ïle. Nous y faisons la pause déjeuner, puis, le soleil nous honorant de sa présence, nous sortons photographier la flore aux alentours, des orchis bouffon et des primevères coucous.

Orchis bouffon                                                                                   Primevère officinale (coucou) 

Nous partons ensuite à pieds dans la réserve,

Réserve naturelle de Gammalsby 

Peu d’oiseaux visibles, vanneaux, bernaches, gravelots, chevaliers gambettes...

Grand gravelot                                                                                                Alouette des champs 

Quelques alouettes dans la prairie. De nombreux passages d’oies…

Oies cendrées 

Quelques fleurs également :

Primevère farineuse                                                                                             Pensée des champs 

Un banc de brume ne tarde pas à nous envelopper, nous nous asseyons un moment sur les rochers dans cette ambiance cotonneuse, le temps d'immortaliser un passage de nonnettes puis revenons au camping-car.

La messe est dite 

En fin d’après-midi, le temps s'améliore un peu, nous décidons de retourner à la réserve d’Ottenby, nous n’y voyons rien de nouveau, à part le troupeau de daims aperçu l’an dernier ;

Daims 

Mais, nous croisons le camping-car des normands Jacqueline et Gégé… Nous discutons un moment, ils cherchent où se poser ce soir, nous leur proposons de nous accompagner à notre bivouac d’hier soir.

Nous terminons cette journée de façon bien sympathique étant invités à prendre l’apéritif dans leur camping-car (beaucoup plus spacieux que le nôtre)

Nous avons parcouru 60 kms aujourd’hui.

10

Aujourd’hui, nous quittons l’île de Öland et nous dirigeons vers Kapellskär au nord de Stockholm où nous prendrons le ferry pour la Finlande. Nous quittons nos amis normands et discutons un moment avec un couple de promeneurs suédois contents de voir des français, ils nous expliquent qu’ils ont traversé la France l’été dernier pour se rendre au Portugal…

Nous faisons un dernier périple touristique sur Öland afin d’y photographier les paysages fleuris où de petits murets délimitent les parcelles, ils sont souvent équipés de petits escaliers permettant de les franchir sans abîmer le mur...

De nombreux moulins sont visibles et ils sont parfois accompagnés d'alignement de mégalithes qui nous interpellent...

Les villages sont composés de jolies maisons entourées de jardins fleuris et bien entretenus, on y trouve généralement une église et son cimetière attenant.

Quelques touches d'originalité, comme cette maison au décor insolite ou ce panneau "fait main"... :

On peut y voir de vieilles granges en pierres semi-enterrées et couvertes de tourbe.

Grange traditionnelle 

Beaucoup de fleurs au bord des routes, des orchis mâles et aussi une fleur nouvelle pour moi, l'ornithogale à fleurs penchées …

Ornithogale à fleurs penchées                                                                                          Orchis mâle

Nous quittons l'île par le pont long de 3,2 kms qui nous ramène à Kalmar.

Pont entre l'île de Öland et Kalmar 

Nous faisons les pleins d’eau et de GPL à Kalmar (tout sur la même aire) et on déjeune à proximité ; puis prenons l’autoroute vers le nord sous un temps changeant … Nous en profitons pour faire quelques photos de la campagne suédoise.

Sur les routes de Suède 

On retrouve les glissières de sécurité en câbles d'acier et les pancartes nous promettant (nous mettant en garde) des rencontres avec des élans (que nous cherchons assidûment)... Impossible de ne pas en voir cette année !

Sur les routes de Suède 

Nous voyons quelques grues cendrées dans les champs et des daims. Peu avant d’arriver à notre bivouac, nous découvrons une grue qui couve au bord d’un étang !

Grue cendrée 

Nous faisons halte pour la nuit sur le parking d’une réserve à Öster Malma en bordure de forêt et de lac... Le temps s’assombrit et nous avons une averse de neige !

Nous achetons sur internet le billet pour la traversée en Ferry de Kapellskär à Naantali en Finlande : 72,00€ pour nous deux et le camping-car ! (un prix défiant toute concurrence ! ) - Durée de la traversée : 10h !

Nous avons parcouru 415 kms aujourd’hui et 3000 depuis notre départ ...

11

Nuit très calme mais très fraîche, 2° au réveil… Avant de quitter ce joli petit coin, nous visitons l’observatoire tout proche surplombant le lac, de nombreux oiseaux sont présents, mais tout est loin : des oies, des cygnes chanteurs, des garrots à œil d’or…

Cygne chanteur                                       Garrots à œil d'or                                              Oies cendrées

Les alentours sont fleuris de jonquilles, violettes et petites pervenches, mais il fait un froid « de canard » et le vent glacé accentue la sensation…

Jonquille                                                                                                        Petite pervenche 

Nous reprenons le camping-car et décidons de retourner voir le couple de grues couveuses aperçu hier à quelques kilomètres, nous réussissons à nous garer pour les observer depuis le véhicule, elles sont présentes, mais ne sont pas posées sur le nid, ce qui nous permet de voir les 2 œufs qu’il contient, l’une des deux ne tarde pas à se réinstaller sur le nid après avoir tourné délicatement les œufs avec son bec… Une scène magnifique et très émouvante …

Grue cendrée 

Après quelques photos nous repartons pour ne pas les perturber.

Quelques centaines de mètres plus loin, un troupeau de chevreuils s’enfuit vers la forêt à notre approche …

Chevreuils 

Nous passons devant un bâtiment magnifique dont une partie est un hôtel à Öster Malma, la forme arrondie du bâtiment nous interpelle …

öster Malma 

Nous reprenons le route vers Kapellskär d’abord par des petites routes, nous rencontrons d’autres grues dans les champs ; puis nous rejoignons l’autoroute qui nous conduit d’abord à Stockholm dont nous ne verrons pas grand-chose, une grande partie de la traversée (payante) se fait dans des tunnels… (précision : C'est volontaire, nous fuyons les grandes agglomérations).

Les abords sont hérissés de grues (métalliques, celles-ci) et nous croisons une enseigne locale bien connue en France...

Nous rejoignons Kapellskär en début d’après-midi et sous la neige afin de repérer les lieux pour demain, nous trouvons un bureau d'accueil de la société Finnlines et tentons de nous renseigner, la personne nous dit que cet accueil ne concerne que les poids-lourds et que l’accueil des petits véhicules est fermé …

Heureusement que nous avons acheté les billets par internet, il n’y a aucun guichet … On nous dit de nous présenter à la porte n° 12 demain matin …

Autre surprise, il n’y a pas d’agglomération à Kapellskär, juste le terminal ferry …

Nous pensions faire quelques courses avant d’embarquer, mais pour cela, il nous faut retourner 20 kms en arrière à Norrtälje où nous trouvons un grand centre commercial qui nous permet de faire nos emplettes, dont des bottes suédoises (encore un clin d’oeil à Mankell), nous avons oublié les nôtres en Bretagne.

Nous rejoignons ensuite le coin bivouac que nous avons repéré sur Park4night et qui se trouve à 3 kms du port, encore un petit parking au milieu de nulle part à l’entrée d’une réserve et de sentiers de randonnées.

Le soleil est de retour, nous partons découvrir les environs armés de nos appareils photos, quelques oiseaux : tarier des prés, traquet motteux, pinsons, buse variable, nous empruntons un sentier de forêt qui débouche sur une clairière marécageuse, des cris de grues se font entendre … Nous sommes repérés… Cachés derrière des arbres, nous voyons un couple de grues et soudain sur notre gauche d’autres cris et un couple de chevreuils sort de la forêt en criant… Les appareils photo crépitent …

Chevreuil                                                                                                         Traquet motteux 

Le long du chemin, nous remarquons du muguet sauvage (pas encore fleuri) et des fleurs mauves qui après recherches semblent être des lathrées écailleuses.

Muguet sauvage                                                                                                 Lathrée écailleuse 

Soirée tranquille, seuls dans notre petit coin …

Nous avons parcouru 230 kms aujourd’hui.

12

Réveil frisquet, il a neigé et le paysage alentour est couvert d'une fine couche de neige ...

Bivouac près de Kapellskär sous la neige 

Journée entière sur le ferry entre la Suède et la Finlande, nous embarquons à l’heure prévue, sur présentation de notre numéro de réservation et de nos papiers d’identité au guichet n°12, on nous a demandé de fermer la bouteille de gaz du camping-car pendant tout le trajet et proposé un branchement électrique en contrepartie de 5€ pour garder le contenu de notre frigo en bon état, ce que nous avons accepté.

Il y a très peu de touristes sur le ferry, essentiellement des routiers… Deux repas nous sont proposés gratuitement pendant la traversée, avant 11h30 et peu avant de débarquer, soit vers 17h30 et nous avons accès à des prises électriques pour recharger tous nos appareils.

Le voyage est très agréable, il fait beau et il n’y a pas de vagues. Nous avons la sensation de ne jamais être au large, notre trajet traverse l’archipel des îles Äland où nous ferons une escale pour embarquer quelques passagers.

Nous arrivons à Naantali en Finlande à 19h (heure locale, soit 18h en France) et repérons une halte nocturne sur Park4night sur un parking sans prétention mais très calme à une quinzaine de kilomètres du port.

13

Notre voyage continue, pour en faciliter la lecture, nous l'avons découpé en plusieurs parties, la suivante concerne la remontée de la Finlande du sud au nord, en grande partie le long de la frontière russe puis, nous reviendrons à l'ouest dans la région de Oulu avant de remettre le cap au nord est en ligne ici :

Ce récit de ce voyage est découpé en cinq parties, les suivantes sont accessibles sur : :

Vous pouvez aussi consulter librement nos galeries de photographies: