Partir en Espagne au printemps observer et si possible photographier les oiseaux. Ce voyage privilégie réserves naturelles et parcs nationaux. Troisième étape: L'Andalousie
Du 7 au 20 avril 2018
2 semaines
Partager ce carnet de voyage
1

Après le parc naturel des Aiguamoll's de l'Emporda et le Delta de l'Ebre, nous continuons notre vadrouille en Espagne vers l'Andalousie ...

Réveil sous la pluie au camping de l'Eucaliptus dans le delta de l'Ebre, nous quittons Annie et Régis et prenons la route en direction du sud. Notre prochaine étape est le "Cabo de Gata" situé à 650 kms dont 90% d'autoroutes gratuites.

Nous arrivons sur place vers 18h, grâce à Park4night nous avons trouvé un coin en pleine nature très original: une ancienne mine d'or près du village de Rodalquilar. Le village est très sympa, et le site de la mine d'or en surplomb du village est plutôt accueillant, de la place en terrain plat, une magnifique vue sur le village et les environs et des balades à pied tout autour.

Il fait soleil mais il y a beaucoup de vent. Nous faisons un petit tour dans les environs, et c'est prometteur : Traquets rieurs, bruant proyer, serins cini...

Nous sommes fatigués par le trajet, on se couche tôt... Et on est bercés par le vent ...

2

Nuit tranquille à la mine d'or ... Malgré les rafales de vent qui nous ont secoués...

Nous partons pour le Cabo de Gata à la recherche du roselin sur les traces de Christophe et Jessica (merci Jessica pour ton blog qui nous a vraiment inspirés pour ce voyage: https://tifaeris.wordpress.com/).

Avant d'aborder la zone protégée, nous traversons une zone couverte de serres où poussent les fraises et tomates espagnoles... La transition est très nette dès qu'on entre dans le parc naturel, et ça fait du bien !

En chemin, nous nous arrêtons dans 2 observatoires au bord de la lagune, quelques avocettes et des flamants roses au loin; on entend des fauvettes dans les buissons, mais on ne voit pas grand-chose... Le fort vent n'incite pas les oiseaux à sortir...

Arrêt sur la plage près du vieux fort ou nous trouvons des étourneaux unicolores.

Le vieux fort                                       Etourneau unicolore                                  La plage de Cabo de Gata 

Nous reprenons la route jusqu'au phare de Cabo de Gata, nous nous garons et faisons un tour dans les environs en cherchant les oiseaux... En vain... Il y a beaucoup de monde autour du phare et toujours ce vent très fort...

Le phare de Cabo de Gata 

Nous reprenons notre véhicule et poursuivons sur la petite route cabossée qui part derrière le restaurant, nous arrivons à une barrière avec un panneau indiquant que seul les véhicules autorisés peuvent emprunter la suite de la route ... Nous nous garons donc et décidons de déjeuner ...

Après le repas, nous grimpons à pied les lacets qui conduisent au sommet toujours à la recherche des roselins, sans plus de résultats, arrivés au sommet, nous empruntons une piste en terre qui longe la mer,

Vue sur le Cabo de Gata                                            La piste en terre  

nous trouvons des traquets rieurs, un bruant fou, des cochevis huppés, on aperçoit des fauvettes trop rapides pour la photo, nous sommes survolés par des martinets à ventre blanc, mais aucun roselin ne se montre ...

Cochevis huppé                                              Bruant Fou                                              Traquet rieur 

Nous revenons au camion, le podomètre indique que nous avons parcouru 11 kms... Mais est-ce le vent fort, où nos yeux qui ne savent pas voir ? Nous n'avons pas trouvé les roselins...

Un peu déçus, nous décidons de retourner à la mine d'or pour la nuit, impossible de rester sur le Cabo de Gata, c'est un parc naturel et toute forme de camping y est interdite ...

3

Hier soir, deux perdrix rouges, sont passées tranquillement sous le camping-car juste avant notre coucher, trop sombre pour la photo, mais très sympa ...

Début de nuit tempétueux puis, le vent s'est un peu calmé, quelques gouttes de pluie au réveil. Les prévisions météo sont pessimistes pour au moins 3 jours... Nous décidons de continuer notre périple...

Nous roulons lentement sur de petites routes et apercevons un couple de loriots qui s'envolent à notre approche, quelques piafs traversent la route ... Tout ceci nous incite à repasser au Cabo de Gata pour tenter à nouveau de voir des roselins. Nous faisons une balade à pied le long des salines jusqu'aux habitations et retour par le côté plage, nous voyons des verdiers mais toujours pas de roselins... Le vent repart à la hausse... Nous décidons de laisser tomber pour cette fois et prenons la route en direction de la lagune de Fuente de Piedra.

Nous parcourons 300 kms de voies rapides à travers de splendides paysages, désert de type western, de la neige sur les sommets de la Sierra nevada ...

Neige sur la Sierra Nevada (Andalousie) 

Nous faisons la pause déjeuner dans un magnifique décor de montagne à 1300m d'altitude et apercevons quelques grives draines très farouches ...

Pause déjeuner en montagne 

Nous arrivons à la lagune vers 16h30. L'accueil des visiteurs est fermé, mais un plan de la lagune est à disposition.

Le plan de la lagune de Fuente de piedra                                                           Les cheminements sur passerelle

Le site est bien aménagé, des cheminements sur passerelles en bois, des observatoires, nous voyons des flamants roses, échasses, choucas des tours, avocettes ...

Choucas des tours                                                                        Avocette élégante et hirondelle rustique 

Sur un chemin d'accès, nous trouvons un minuscule tortue d'environ 3 cms que nous pensions être une cistude d'Europe et qui après vérification est plutôt une émyde lépreuse, (les 2 espèces sont très voisines et se distinguent surtout par des rayures sur le cou pour les émydes tandis que les cistudes ont des points ...) .

Elle se hâte de ses minuscules pattes vers l'étang au risque de se faire piétiner par les visiteurs ...

Nous faisons quelques photos et la transportons au bord de l'eau où elle entre aussitôt ... Bonne chance petite !

Le site est très fleuri et la promenade agréable entre les averses... Nous trouvons refuge dans les observatoires qui, comme souvent, sont installés en hauteur et un peu loin des plans d'eau (pas facile pour faire des photos)...

Le site de Fuente de Piedra depuis le mirador                              Vue depuis un observatoire 

De nombreux rossignols chantent bien à l'abri dans le feuillage.

Nous regagnons le camping-car et décidons d'emprunter la route qui devient une piste au bout de quelques kilomètres et qui fait le tour de la lagune.

Nous stoppons pour la nuit dans le parking du mirador de Cantarranas où est déjà garé un camping-car anglais.

4

Nuit tranquille sur le parking du mirador de Cantarranas. Nous avons entendu un oiseau de nuit tout près ... Peut-être une chevêche... Je rêve tellement d'en rencontrer une, que j'en vois partout, mais ce ne sera pas encore pour ce matin...

Par contre, une pie-grièche méridionale est perchée dans un olivier au bord du chemin...

Après le petit-déjeuner, nous prenons la direction d'Antéquera où nous faisons des courses et le plein d'eau du camion... Nous prenons ensuite la route vers "El Torcal de Antequéra", un chaos rocheux où nous espérons déjeuner dans un joli coin et faire une belle balade ...

Hélas, dès que nous abordons les premiers lacets de la montée, nous trouvons un brouillard très épais, on n'y voit pas à 10m ! Nous faisons demi-tour dès que possible et nous faisons la pause déjeuner sur la parking en bas. La pluie se met de la partie, nous décidons de renoncer au "Torcal" et de continuer notre route en direction de Alora, Hervé voudrait passer par le "Défiladero de los gaitanes" , mais nous ratons la route d'accès... Il y a des jours où ça ne veut pas !!!

De guerre lasse, nous nous dirigeons vers Ronda, la campagne est vraiment belle, vallonnée, très verte avec de larges taches de jaune, nous faisons une petite pause photo à la moindre éclaircie...

Nous arrêtons pour la nuit près d'une aire de pique-nique à Cuevas de Becerro sous une pluie battante qui n'a pas cessé depuis midi ...

Il fait froid (8°), nous mettons le chauffage dans le camping-car... Difficile de se croire en Andalousie ...

5

Nuit entière sous la pluie, au réveil, il fait froid, 5° dehors, 12° dedans ... Le chauffage sera le bienvenu pour le petit-déjeuner et la toilette ...

Nous continuons notre route vers Ronda que nous souhaitons visiter, une ville où il est bien difficile de se garer avec un véhicule de type utilitaire (beaucoup de parkings souterrains...).

Nous trouvons une place dans un parking payant en surface tout proche du centre ville (Av. Poeta Rickle) qui accepte les camping-cars de petite taille... Une solution bien pratique et pas trop chère : 3.90€ pour 1h45.

Nous admirons et photographions le Puente nuevo où des craves à bec rouge se poursuivent en poussant leur cri rauque caractéristique, faisons un tour dans la vieille ville et descendons jusqu'au vieux pont arabe pour remonter par des jardins avec de beaux points de vue.

Le "Puente Nuevo" surplombant la gorge du Guadalevin 
Le vieux pont arabe                     L'église de Santa Maria la Mayor                         Escaliers du Palacio del rey moro

Le ciel bien gris en début de matinée se dégage et nous retrouvons enfin un peu de soleil et de ciel bleu même si les températures restent fraîches (14°), c'est plus agréable...

Nous reprenons notre véhicule et partons en direction de Grazalema pour faire le circuit des villages blancs.

Nous faisons la pause déjeuner sur un petit parking près de chênes lièges récemment "pelés" puis nous arrivons à Grazalema, le premier village blanc sur notre circuit, où nous faisons un arrêt photo.

Grazalema 

Puis, nous traversons le village en direction de Zahara de la Sierra par la route de montagne.

Des paysages de montagne très sauvages, d'une beauté à couper le souffle, nous faisons de nombreux arrêts pour admirer et photographier...

Route de montagne en direction de Zahara de la Sierra 

La route qui descend sur Zahara de la Sierra est particulièrement belle, de nombreux lacets en surplomb d'un lac couleur émeraude et ce beau village blanc qu'on aperçoit de très loin...

Nous faisons un arrêt à Zahara de la Sierra que nous visitons, le village est charmant, calme en cette saison, nous faisons un tour dans les rues et visitons l'église baroque.

Zahara de la sierra 

Enfin, nous admirons la vue sur le lac et les montagnes que nous pouvons apprécier sous le soleil ...

Vue sur le lac depuis Zahara de la Sierra 

Nous reprenons la route en direction de Grazalema en prenant cette fois la route de la vallée qui longe le lac, nous en profitons pour admirer le village sous un autre angle.

Le village de Zahara de la Sierra surmonté par les ruines de son château 

Le paysage de la vallée est différent mais très beau également, pâturages, bergeries, minuscules villages... Nous faisons un nouvel arrêt à Grazalema sur un parking en terre en dessous du village. Devant nous, des rochers où nous trouvons des monticoles bleus, rouge-queues noirs et traquets rieurs, nous sommes survolés par des vautours fauves et des craves à bec rouge.

Traquet rieur                                        Monticole bleu                                              Rouge-queue noir 

Après la pause thé et petits gâteaux, nous repartons vers Ubrique et faisons l'arrêt pour la nuit à Villanueva del rosario (Alt. 945m) sur un parking en surplomb du village au bout d'une piste en terre.

6

Quelques gouttes de pluie cette nuit, 5° dehors au réveil, mais nous sommes à presque 1000m d'altitude...

Notre bivouac                                                                                    Villanueva del Rosario 

Nous quittons Villanueva del rosario et reprenons la route en direction de Ubrique par de petites routes très abîmées, le temps est gris, nous traversons à nouveau de superbes paysages, mais le manque de lumière nous décourage de faire des photos...

Nous faisons la pause déjeuner en pleine nature un peu après avoir traversé Ubrique.

Vue sur Ubrique 

Une pie grièche à tête rousse nous tient compagnie...

Nous reprenons la route en direction de Gibraltar et son célèbre rocher... Colonie britannique située à la pointe sud de la péninsule ibérique, Gibraltar abrite aussi la dernière colonie de singes sauvages d'Europe, des macaques en liberté.

Nous passons rapidement la frontière, juste un contrôle des papiers et une question pour s'assurer que nous n'avons pas d'animal dans le véhicule...

Nous prenons la route de la côte est, et sommes surpris de rouler à droite en terre anglaise !

Nous nous garons au bout de la presqu'île sur le parking du phare. Nous faisons une balade à pied aux alentours le temps de faire quelques photos et décidons de continuer par la côte ouest qui traverse la ville espérant trouver un parking nous permettant d'accéder au chemin d'accès au rocher... Mais ce ne fut pas le cas, une circulation dense dans des rues étroites et aucune possibilité de se garer avant la sortie ... Tant pis, nous ne verrons pas les singes ...

Pas trop de regrets quand même, si la météo était londonienne, le flegme britannique ne s'applique pas aux conducteurs locaux... Cet endroit est beaucoup trop bruyant et urbanisé pour nous... Je dois bien avouer que les charmes de Gibraltar nous ont échappé...

Nous quittons donc Gibraltar pour rejoindre les environs de Tarifa et trouvons sur Park4night un coin pour passer la nuit. Des trombes d'eau nous y accueillent ... Cool !!!

7

Nuit orageuse mais tranquille près de Tarifa... Prévisions météo inquiétantes : grosses pluies toute la journée.

Direction Tarifa pour vidanges et pleins du camping-car ... Sous une pluie battante, en 10 mn, nous sommes trempés... Nous enfilons des vêtements secs et prenons la direction de la pointe la plus au sud de l'Espagne.

Nous trouvons un parking près de l'entrée du port et tentons une sortie à pieds dûment couverts de nos capes de pluie.

Nous avançons sur la petite presqu'île qui conduit à un un fort militaire, point de rencontre entre l'atlantique et Méditerranée et constatons un contraste saisissant entre les deux côtés : Ciel noir sur l'Atlantique et ciel bleu sur la Méditerranée ...

Contraste météorologique

Quelques minutes plus tard, l'Atlantique vaincra, orage, pluie et grêle ... et nous avons droit à une copieuse douche qui nous incite à nous replier dans le camping-car ...

Vers 13h, une accalmie nous permet de rejoindre le restaurant "El Frances", juste un bistrot avec terrasse, comme ils n'ont pas de place à l'intérieur et que la terrasse ne nous tente pas avec cette météo, on nous accompagne jusqu'à leur autre restaurant "El Frances Silos" dans la vieille ville...

Belle surprise, un décor superbe, une ambiance très agréable, un accueil chaleureux et un excellent repas, nous avons goûté leur "Pluma ibérica de Bellota", une grillage de porc ibérique moelleuse et savoureuse ... Mémorable !

El Frances Silos 

Cerise sur le gâteau : Nous retrouvons le soleil en sortant du restaurant !!! Ce qui nous permet un petit tour dans la vieille ville sans "arrosage"...

La vieille ville de Tarifa 

Nous rejoignons notre véhicule et décidons de profiter du soleil pour partir en reconnaissance des coins à explorer qui nous ont été gentiment recommandés par François (Merci à lui ...).

Nous prenons la route CA9210 très peu passante dans des paysages superbes ponctués d'éoliennes, de vaches et de cochons noirs ...

Nous faisons plusieurs observations de guêpiers... On mitraille ...

Guêpiers d'Europe 

Nous rejoignons un coin pour la nuit en bord de mer près de la plage de "los Lanses" en compagnie de Kite-surfers... Nous consultons la météo avant de dormir, bonne surprise : plus de pluie prévue, on verra ...

8

Nuit très calme parmi les surfeurs près de la plage de Los Lanses. Réveil sous un beau soleil...

Nous reprenons la boucle de la CA9210 entre Pedro-Valiente et Facinas.

Nous retrouvons des guêpiers à plusieurs endroits et perchés sur des arbres plutôt que sur des câbles...

Guêpiers d'Europe 

De nombreux bruants proyers et des troupeaux de chardonnerets.

Chardonneret élégant                                                                                 Bruant Proyer 

Nous continuons en empruntant la piste en terre cabossée qui démarre face à la route vers Zahara de las atunes et qui suit la N340: Bruants, chardonnerets, Spatules blanches, cigognes, talèves...

Cigognes blanches                                                                                           Talève sultane 

Déjeuner au bord de la piste puis nous prenons la direction de Barbate et ses marais pour tenter de trouver l'ibis chauve qui nous a été signalé par François et par Jessica ...

Barbate 

Nous en apercevons une petite troupe à la sortie de Barbate, dans un champ en bord de route, une douzaine d'individus au milieu des vaches... Demi-tour pour se stationner puis photos à distance raisonnable... Super heureux de voir cet oiseau si rare...

Ibis chauves 
Ibis chauves 

Nous prenons ensuite une piste près des marais ou nous trouvons des gravelots à collier interrompu et un cochevis huppé.

Cochevis huppé                                                                                      Gravelot à collier interrompu 

Nous faisons une nouvelle série de photos des ibis chauves.

Ibis chauves

Nous poursuivons notre route vers Zahara de los atunes, passons devant des centaines d'éoliennes pour reprendre la piste parallèle à la N340 où nous voulons passer la nuit .

Nous stationnons au bord du chemin face à des rizières, pas mal d'activité et une superbe lumière de fin d'après-midi: des spatules blanches se nourrissent et se chamaillent.

Spatules blanches 

Un couple d'étourneaux unicolore qui construit son nid dans un pylône électrique ...

Etourneau unicolore 

Une superbe journée s'achève, riche en découvertes et en émotions le tout sous un superbe soleil... L'Andalousie comme on la rêvait ...

9

Nuit bien tranquille au milieu des marais... Réveil sous le soleil, quelques passages de guêpiers trop haut pour la photo... Nous prenons la direction des ruines romaines de Baleo Claudia au dessus de la baie de Bolonia pour visiter le site (visite gratuite sur présentation d'une pièce d'identité).

De magnifiques vestiges ont été mis à jour, on y retrouve les restes d'une cité romaine qui domine la mer ...

Les ruines romaines de Baleo Claudia  

Le bâtiment d'accueil est neuf et très moderne (financement européen) et la site est très bien aménagé pour les visites :

Les ruines romaines de Baleo Claudia 

Dans le patio du bâtiment d'accueil, nous trouvons des insectes, les pattes en l'air et les retournons dans le bon sens et ils repartent, ce sont des rhinocéros volants ... Je n'en avais jamais vu ...

Rhinocéros volant                                                                            Ecaille fermière 

Un peu plus loin, des écailles fermières et de grands papillons (15 cms d'envergure) sont posés sur le sol : Des grands paons de nuit , ils sont vraiment impressionnants par leur taille, ce sont les plus grands papillons d'Europe, mais ils ne vivent que pendant une semaine, ils n'ont pas de trompe pour se nourrir et passent leur courte vie à se reproduire ...

Grand paon de nuit 

Nous poursuivons la visite et admirons les ruines, l'organisation de la cité romaine est visible, le forum, le théâtre ...

Panorama sur le théâtre romain de Baleo Claudia 

Les rues sont pavées de petits galets bien alignés et depuis le site, nous apercevons une grande dune de sable au bout de la plage qui se trouve sous les ruines, elle ressemble un peu à la dune du Pilat et semble avaler les arbres autour...

Rue pavée                                                                                             Vue sur la plage et la dune 

Quelques oiseaux sont présents dans les ruines : Tarier pâtre, Chardonneret élégant et traquet motteux:

Tarier pâtre                                        Chardonneret élégant                                          Traquet motteux 

Après cette visite, nous continuons la route vers le site d'escalade qui se trouve un peu plus loin. Nous faisons la pause déjeuner sur un petit parking en herbe en compagnie d'autres fourgons, un rossignol chante: en boite !

Nous remontons ensuite à pied le chemin qui conduit à la falaise et trouvons un joli papillon qui s’avérera être une Proserpine de la famille des Thaïs, c'est une cousine de la Diane...

Papillon Proserpine 

Plus loin, des fauvettes mélanocéphales chantent, un bruant zizi fait sa toilette,

Fauvette mélanocéphale                                                                                                Bruant zizi 

Des vautours nous survolent, ils nichent dans la falaise...

Nous voyons également des grands corbeaux qui se bagarrent avec un faucon et un magnifique monticole bleu qui chante pour appeler une partenaire ...

Cette magnifique promenade nous offre aussi des vues sur la côte et en particulier sur la plage avec la dune de sable... Nous aurons parcouru 11 kms à pieds aujourd'hui (chargés de notre matériel photos, c'est une belle performance pour nous) ...

Nous redescendons et rencontrons un troupeau de chèvres qui broutent tranquillement ...

Chèvres 

De petits groupes de guêpiers nous survolent à intervalles réguliers, ils viennent de franchir le détroit de Gibraltar et volent vers le nord...

Nous trouvons un petit parking au bord d'une petite route tranquille pour passer la nuit après cette belle journée ensoleillée.

Notre bivouac ... 
10

Nuit calme malgré quelques gouttes de pluie, nous reprenons la route vers 9h en direction de Médina Sidonia où nous comptons faire un arrêt courses au Mercadonia local... Devant l'impossibilité de garer le fourgon à proximité du magasin, nous renonçons et prenons la direction de la Lagune de Medina.

Nous nous posons sur le parking puis empruntons le sentier qui longe la lagune par la droite en direction d'un observatoire.

Le site, la-encore est bien aménagé, un plan du site est à disposition... Après vérification, le kilométrage indiqué 1,4km ne concerne que la distance entre l'entrée du site et l'observatoire, le tour de la lagune fait environ 5kms...

Plan du site 

Une passerelle en bois permet de parcourir tous les endroits éventuellement humides et d'avoir une meilleure vue sur la lagune...

La passerelle                                                                                  Perdrix rouge 

Une perdrix rouge est perchée sur la balustrade, juste le temps de quelques photos et elle s'envole...

A travers les roseaux, nous apercevons nos premiers érismatures à tête blanche, ils sont trois un peu loin pour les photos, mais tant pis, on tente ...

Erismatures à tête blanche  

Nous arrivons à l'observatoire, mais rien n'est visible de ce côté...

Nous repartons vers le camping-car et voyons un couple d'alstrids ondulés qui avance avec nous d'arbre en arbre... Incroyable, nous en avions vu à Madère, mais ne pensions pas en trouver en Espagne ...

Alstrids ondulés 

Arrivés au parking, nous voyons voler un papillon Proserpine, ce très joli papillon, cousin de la Diane que nous cherchons encore ...

Papillon Proserpine 

Nous déjeunons sur le parking puis partons en direction de l'autre observatoire à gauche de la lagune, nous voyons 2 lézards qui s'enfuient bien vite sur le sentier, l'observatoire est en réalité un mirador placé très haut et très loin de l'eau...

Panorama sur la lagune depuis le mirador 

Nous repartons ensuite vers El Puerto de Santa-Maria, près de Cadix pour faire les vidanges et le plein d'eau du camping-car dans une station service (artisanal, mais efficace), et quelques courses de nourriture.

Nous faisons également un détour par le front de mer en pensant avoir une vue sur Cadix... Mais nous ne voyons que le long pont qui y mène...

Nous rejoignons ensuite les salines de Bonanza accessibles par une piste en terre, nous nous garons au début de la piste et parcourons à pied le chemin ...

Des gravelots en parade, des bécasseaux cocorli, des avocettes élégantes, goélands railleurs, pluviers argentés en plumage nuptial, flamants et autres limicoles égayent notre parcours.

Gravelots à collier interrompu                                                                                  Bécasseau Cocorli 
Goéland railleur                                                  Avocette élégante                               Pluvier argenté 

Nous allons ensuite vers la lagune de Tarelo près du village de La Algaida où après avoir vu des érismatures à tête blanche en plus grand nombre, cette fois , et il y a de l'animation...

Erismatures à tête blanche 

Nous nous garons pour la nuit sur le parking de l'observatoire tout proche du village, sous les pins... Mais dans l'enceinte de la réserve... On verra bien...

11

Nuit tranquille sur le parking de l'observatoire de la lagune de Tarelo près du village de La Algaida à l'entrée du parc naturel de La Doñana.

Panorama sur la lagune de Tarelo 

Nous nous levons tôt pour profiter du lever de soleil sur la lagune et du réveil des oiseaux, un chat domestique est posté sur l'observatoire, lui aussi espère profiter du réveil des oiseaux ...

Le gardien de l'observatoire ... 

Nous profitons d'une belle vue sur le dortoir de hérons face à l'observatoire, et il y a beaucoup d'animation... Spatules blanches, Crabiers chevelus, Bihoreaux ...

 Spatules blanches
Crabier chevelu                                                                                    Héron garde-boeufs 

Une troupe de nettes rousses tourne autour du dortoir des hérons, un magnifique ibis passe en vol tout près de nous ...

Ibis falcinelle                                                                                       Nettes rousses 

Bonne idée de s'être levés tôt, car, dès 9h un car rempli de 50 enfants et leurs accompagnateurs débarque pour une journée "nature"... Nous les laissons à leurs jeux bruyants et contournons la lagune par la première rue à droite à l'entrée du village pour tenter de revoir le groupe d'érismatures, mais ils sont plus loin que le veille et à contre-jour...

Nous repartons pour les salines de Bonanza que nous parcourons cette fois à bord du fourgon (il y a des trous dans la piste, mais en allant doucement, ça passe...).

Vue sur les salines 

Nous sommes survolés par des sternes, sans doute des sternes naines,

Des bécasseaux minute et Cocorli (dont certains en plumage nuptial),

Bécasseaux Cocorlis                                                                    En plumage nuptial 

Toujours beaucoup de flamants roses et limicoles dans les salines...

Flamants roses 

Nous faisons la pause déjeuner sur le bord de la piste, et nous voyons une fauvette mélanocéphale qui fait des allées et venues pour apporter des chenilles à sa nichée et une bergeronnette printanière du genre "Iberiae" chante tout près ...

Fauvette mélanocéphale                                                Bergeronnette printanière Iberiae 

Des goélands railleurs nagent près du fourgon...

Goéland railleur 

En début d'après-midi, nous décidons de reprendre la route vers Le "Brazo del este", c'est à dire la rive est du Guadalquivir et la réserve naturelle de La Doñana... Environ 60 kms plus au nord.

La traversée de Sanlucar de Barrameda est épique... Le GPS nous dirige dans une succession d'impasses, nous finissons par prendre un sens interdit pour en sortir ...

Arrivés au niveau de Lebrija, nous optons pour les petites routes vers l'ouest qui bientôt se transforment en pistes (on a l'habitude maintenant...). Au début, nous ne voyons pas grand-chose ... Nous arrivons sur une piste au sud puis à l'ouest du village de Pinzon vers 15h, et là nous trouvons des hérons garde-boeufs nombreux, qui s'envolent aussitôt, plusieurs bihoreaux.

Nous faisons une pause près d'une coopérative agricole et nous remarquons des passereaux très actifs dans les roseaux, ils ont un plumage gris et jaune et des yeux très clairs, ils chantent, se déplacent en bande, ne semblent pas très farouches... Nous les photographions mais ne parvenons pas à les identifier... On verra plus tard...

Tisserins à tête noire femelles 

Nous continuons la piste en direction de Pinzon très lentement et nous voyons des cochevis huppés et d'autres oiseaux inconnus posés sur un muret... Ceux-là sont jaunes vif, poitrine rousse et tête noire...

Cochevis huppé                                                                                    Tisserin à tête noire mâle 

Une petite recherche sur Internet nous fait opter pour des tisserins gendarmes mâles... (Vérification faite au retour des vacances, il s'agit de tisserins à tête noire); les premiers oiseaux aperçus au plumage plus neutre sont des femelles... Nous cherchons donc si des nids de tisserins sont visibles aux alentours et nous finissons par en trouver dans les tamaris au dessus du canal...

Nids de tisserins  

Une merveille d'architecture et de beauté... Certains nids semblent anciens tandis que d'autres sont en cours de construction, on les repère facilement, ils sont verts (herbe fraîche).

Nous parvenons à descendre dans la prairie derrière le canal et à nous camoufler un peu dans les tamaris et nous pouvons observer les mâles bien jaunes qui arrivent avec un brin d'herbe dans le bec, le tissent savamment sur le nid tout en faisant de grands mouvements d'ailes et en chantant... Le chantier de construction le plus gai et le plus joli que j'ai jamais vu ...

La construction du nid ......... 

Nous sommes malheureusement à contre-jour... Nous décidons de passer la nuit sur place, nous trouvons un petit coin pour nous garer près de la coopérative agricole et dînons au chant d'un rossignol qui nous a offert un vrai concert toute la soirée... Le Bonheur !

12

Nuit sans souci ni bruit, réveil sous le soleil. Dès le petit déjeuner avalé, nous retournons voir les nids de tisserins, toujours en tentant de se cacher au mieux dans la végétation...

Un vrai régal, des nids à tous les stades d'avancement et très nombreux, regroupés sur quelques centaines de mètres... Ce sont les mâles qui tissent les nids tout en paradant pour attirer ces dames... De temps en temps, une femelle passe inspecter les travaux...

Le mâle tisse le nid avec son bec 
Tout en paradant ...                                                                      Madame passe surveiller les travaux.... 
Tisserins à tête noire 

Nous y passons la matinée, et j'ai bien du mal à les quitter tellement je les trouve fascinants...

En traitant les photos, je me suis aperçue que beaucoup de ces oiseaux sont bagués, je pense que cette colonie est connue des ornithologues locaux

Nous sommes régulièrement survolés par des bihoreaux :

Bihoreaux juvéniles 

Et dans une prairie voisine, nous découvrons une cigogne noire :

Cigogne noire 

Nous reprenons la route en direction de La Puebla del Rio au nord de la Doñana et déjeunons en route.

Nous faisons de nombreux arrêts photos sur la route pour immortaliser les superbes paysages fleuris et vallonnés ...

Parc de la Doñana 
Parc de la Doñana  

Des nids de cigogne partout, sur les pins, les poteaux...

Nids de cigogne

Notre premier arrêt sera pour la réserve de la Dehesa de abajo;

Le plan de la réserve de la Dehesa de Abajo 
La Dehesa de abajo  - L'accueil des visiteurs et le bar - restaurant

Une belle promenade avec quelques observatoires malheureusement à contre-jour l'après-midi.

De nombreux guêpiers sur les câbles électriques, des milans noirs, des cigognes, un érismature à tête blanche sur un étang, nettes rousses, grèbes huppés, busard cendré...

Guêpier d'Europe                                                                                    Milan noir 
Cigognes blanches                                                                                   Hérons garde-boeufs 

Nous repartons en fin d'après-midi et cherchons un coin sympa pour notre bivouac nocturne, Park4night nous propose une aire de pique-nique sous les pins près de la lagune de San Lazaro... La lagune est presque à sec, mais le paysage est fleuri ...

 lagune de San Lazaro 

Nous voyons nos premières pies bleues se poser près de la lagune, mais elles ne se laissent pas approcher...

Je réussis malgré tout à en photographier une sur un sens interdit !

Pie bleue 

L'aire de pique-nique est face à un champ d'orangers, le parfum des fleurs d'orangers est très présent, c'est agréable...

Nous passons une soirée très tranquille, il fait chaud (30° aujourd'hui) et l'ombre des pins est la bienvenue.

13

Comme d'habitude, nuit calme, réveil sous le soleil... Les pies bleues volettent autour du camping-car, séance photos après le petit-déjeuner. Elles ne sont pas faciles à approcher, aussi restons-nous dans et autour du véhicule attendant qu'elles s'approchent ...

Pies bleues 

Un couple de jeunes français voyageant en roulotte avec des chevaux arrive sur le site peu avant notre départ, nous discutons un peu, ils vivent de cette façon depuis plusieurs mois, ils ont trouvé un mode de vie qui correspond à leurs idéaux écologiques, les chevaux sont en bonne santé et ils sont visiblement heureux ...

Nous partons en direction de Matalascañas espérant voir quelques sternes en bord de mer.

Nous roulons lentement sur de petites routes, le plus souvent au travers de la forêt de pins, les abords sont grillagés, il s'agit souvent de propriétés privées et de fermes d'élevage de taureaux... Il est préférable qu'ils ne s'aventurent pas sur la route... Ces clôtures nous permettent de voir plusieurs oiseaux posés :

Bruant proyer, Guêpiers d'Europe, Traquet motteux, Pie grièche à tête rousse...

Bruant proyer                                                                                           Traquet motteux 
Guêpiers d'Europe                                                                                      Pie-grièche à tête rousse  

Nous arrivons à Matalascañas, une sculpture sur un rond-point à l'entrée de la ville attire mon attention, je la trouve belle et poétique... Et puisqu'il y est question d'oiseaux ...

Leçon de chant 

Nous nous garons à proximité de la plage et partons à pied sur le front de mer espérant trouver des sternes ou d'autres oiseaux de mer... Le ciel est bien bleu, mais vide !

Matalascañas 

Matalascañas est une station balnéaire avec une belle plage de sable fin, une promenade en front de mer avec des boutiques et des terrasses ... C'est charmant, il y fait très beau, mais, pas un piaf à l'horizon...

Nous reprenons donc la route en sens inverse afin d'aller visiter 2 autres réserves dans le parc national de la Doñana. Nous faisons notre premier arrêt à la réserve de "El Acebuche" et comme il est midi, nous faisons la pause déjeuner sur l'aire de pique-nique de la réserve, nous déjeunons toujours à l'heure française, aussi sommes-nous presque seuls, nous voyons bientôt arriver un groupe de pies bleues beaucoup moins farouches que celles de ce matin, elles se perchent carrément sur la table dès que nous tournons le dos.

Pies bleues 

Nous leur donnons un peu de pain et d'autres individus se montrent aussitôt... Nous lâchons le pique-nique au profit de l'appareil photo, et c'est un régal de pouvoir les photographier d'aussi près... Trop facile !

Après le repas, nous empruntons le sentier de 1,5 kms menant aux différents observatoires.

Plan de la réserve de "El Acebuche" 

Nous ne voyons pratiquement rien sur les étangs, juste un grèbe castagneux, quelques nettes rousses... Et quelques passereaux comme ce bel hypolaïs polyglote.

Hypolaïs polyglote                                                                                               Grèbe castagneux 

La promenade est très agréable sur passerelle de bois et les observatoires couverts de chaume ...

La réserve de "El Acebuche"  

Beaucoup de fleurs et quelques libellules aux alentours du sentier.

Retour au camping-car pour rejoindre la réserve de "La Rocina" quelques kms plus loin. L'accueil est fermé à notre arrivée mais un plan du site est à disposition :

Nous entamons le sentier de 3,8 kms équipé de plusieurs observatoires qui s’avéreront aussi vides d'oiseaux qu'à la réserve précédente. La promenade nous conduit dans des milieux très variés, sous-bois puis lande et enfin marais.

Une maisonnette traditionnelle est à disposition, on peut y voir le mobilier et les objets utilisés par les habitants au 19 eme siècle.

Maison traditionnelle 
Intérieur d'une maison traditionnelle  

La flore y est remarquable également...

Nous trouvons des lézards Acanthodactyle de l'Atlas et des Tarentes de Maurétanie (geckos) qui prennent le soleil sur la passerelle et se cachent rapidement à notre approche.


Lézard  Acanthodactyle de l'Atlas                                                                           Tarente de Maurétanie 

Nous rejoignons le camping de El Rocio tout proche pour la nuit (20€) . Nous nous offrons un petit tour à la piscine où nous sommes seuls, l'eau est à la même température qu'à Saint-Malo et il faut être bretons pour oser se baigner ...

14

Voici arrivé notre dernier jour en Andalousie, nous allons partir en direction de l'Estrémadure où nous attendent d'autres aventures ...

Nous quittons le camping vers 9h et faisons un tour dans la petite ville de El Rocio qui fait penser à un village du Far-west américain comme on en voit dans les westerns, les rues sont en sable et des balustrades en bois permettant d'attacher les chevaux sont placées devant les habitations.

Beaucoup de beaux bâtiments blancs dont plusieurs à l’effigie des villes avoisinantes qui font penser à des confréries... L'église est magnifique ...

L'Eglise de El Rocio 

Les boutiques proposent des robes sévillanes pleines de volants et de couleurs ...

Nous reprenons la route par les chemins agricoles en direction de La Puebla del Rio pour tenter de voir des oiseaux, mais nous ne voyons rien. Plusieurs plantations d'orangers nous permettent de retrouver le parfum si agréable des fleurs d'oranger qui restera pour moi le parfum de l'Andalousie...

Nous faisons la pause déjeuner à l'ombre sur le parking de la réserve de la Cañada de los Pajaros, c'est une réserve payante spécialisée dans les oiseaux. Après déjeuner, nous nous présentons à l'entrée dont le tarif est de 10€, sauf qu'en voyant nos appareils photo, on nous demande d’acquitter un droit de photographier de 25€ par personne ... Et là, nous ne sommes pas d'accord... Nous passons donc notre chemin.

Je ramène malgré tout quelques photos prises depuis le fourgon par dessus la clôture pendant le déjeuner...

Canard à bec jaune                                                                                            Bernache à cou roux 

Nous reprenons la route en direction de Castuera (Estremadure), il fait chaud et lourd...

Nous nous arrêtons pour la nuit dans une aire de pique-nique près de Campillo de Llerena ...

15

Nous quittons l'Andalousie avec une immense envie d'y revenir très vite... Cette région nous a enchanté par ses paysages, la beauté des villages blancs, sa nature encore intacte dans bien des endroits malgré la présence de zones couvertes de serres ... C'est là qu'on se félicite de la création de nombreuses réserves naturelles ...

La faune nous a également réservé de belles surprises avec la rencontre de la colonie de tisserins par exemple, et à contrario, le peu d'oiseaux visibles dans les observatoires de la mythique réserve de la Doñana ... Il faut dire que la réserve est si vaste qu'ils n'ont aucune raison de venir se montrer aux photographes ...

Nous n'avons pas visité les magnifiques villes d'Andalousie (Séville, Grenade, Cordoue...) pendant ce périple, mais ce n'était pas le but du voyage; nous voulions privilégier la faune et les réserves naturelles.

Notre périple espagnol continue en Estrémadure ...

16

Vous pouvez suivre la suite de nos aventures sur : https://www.myatlas.com/tess4756/

Mes meilleures photos sont consultables sur : https://www.flickr.com/photos/tess4756/

Les meilleures photos d'Hervé : https://www.flickr.com/photos/spoutnik53/