14 étapes
1 commentaire
1
Rebelle et séduisante, l'île de beauté fascine tant par son caractère que ses paysages, un air de bout du monde bienvenu !
Septembre 2020
15 jours
Partager ce carnet de voyage
1

En Corse l'éternel choix entre "mer ou montagne" n'est pas nécessaire, ici on peut commencer la journée à se prélasser sur de somptueuses plages, pour finir la nuit dans des villages hauts perchés... Bref la promesse de vacances atypiques qui nous a convaincue !

Comme on les a rêvé ces vacances en Corse.... L'année 2020 a évidemment marqué un tournant pour tous - l’épidémie de covid et les confinements qui s'en suivirent, un quotidien bouleversé à l'échelle mondiale...

Du coup dès que l'occasion se présenta de voyager de nouveau, comme beaucoup nous avons choisi de ne pas partir trop loin et la Corse se révéla comme la destination idéale. Si mon conjoint et moi-même connaissions déjà un peu l'île, cette fois-ci on décida de la découvrir de long en large !



De part notre métier, pas de confinement pour nous mais une sur-charge de travail intense pendant de longs mois..

Ces vacances au soleil allaient donc nous offrir un break nécessaire et bien mérité :)

Itinéraire de notre road trip en Corse - dans le sens anti-horaire à partir d'Ajaccio :

2

Après une courte nuit à bord du ferry, nous débarquons à 6h30 sur le port d'Ajaccio. Alors que la ville commence tout juste à se réveiller, nous nous échappons rapidement sur ces petites routes qui serpentent à travers la colline et profitons de notre premier lever de soleil sur l'île...

Puis direction: le bout du monde ! Tizzano se trouve en effet à la fin d'une route départementale, on se sent instantanément loin de tout, au cœur d'un cadre encore préservé et sauvage. Surtout lorsque tout au nord on continue sur cette piste cabossée qui mène à une crique isolée...

Il est à peine 8 heures du matin lorsque nous arrivons sur cette plage encore désertique, la Cala du Barcaju, nous sommes donc seuls pour profiter de notre premier plongeon en Corse, les vacances commencent de la plus belle manière ! Plus tard nous irons déjeuner au restaurant "Chez Antoine", de délicieuses spécialités là encore dans un magnifique décor.

Puis on continue avec un arrêt sur la plage de Roccapina. Le site est connu pour sa curiosité géologique, avec au sommet de la crête des blocs rocheux qui dessinent la forme d'un lion allongé (à droite sur la photo). S'il existe un musée expliquant la géologie et l'histoire de la région, nous en profiterons surtout pour faire notre première sortie "snorkeling" et admirer ces magnifiques fonds marins :)

3

Perchée à 70 mètres de hauteur à l'extrême sud de l'île, Bonifacio dévoile déjà toute son élégance - les couleurs pastel de ses maisons, les falaises crayonneuses qui tranchent avec le bleu de la mer - bref une silhouette légendaire et incontournable de la Corse !

Nous déposons nos bagages à l'Hôtel Santa Teresa, une belle maison de maître rénovée du 19e siècle et offrant des chambres avec vue panoramique. La situation est idéale pour visiter la haute-ville, tout en profitant d'un calme inespéré et d'un service attentionné !

Tôt le lendemain matin on rejoint la citadelle de Bonifacio, où nous avons adoré déambuler dans ses étroites ruelles médiévales. Assis à la terrasse d'un café, on assiste au va-et-vient des habitants et des commerçants qui ouvrent leurs boutiques dans un joyeux vacarme, probablement le meilleur moment de la journée pour apprécier l'authenticité de la ville !

Officiellement fondée en l'an 828, Bonifacio regorge d'anecdotes et de monuments historiques, qui rappellent souvent la domination génoise sur la cité. D'intéressantes visites thématiques permettent ainsi d'en apprendre plus sur cette histoire fascinante.

La jolie balade le long des fortifications de la citadelle s'ouvre ensuite sur la vue du port de Bonifacio. Situé à l'extrémité du Goulet - ce canal creusé entre les falaises calcaires et qui le relie à la mer - il est devenu une escale prisée des yachts luxueux. C'est aussi le point de départ d'escales sur les îles voisines...

• • •

Archipel des Lavezzi

Intégré à la réserve naturelle des Bouches de Bonifacio, l'archipel regroupe une dizaine d'îles entourées d'une eau turquoise éblouissante, la plus visitée étant l'île Lavezzu - 65 hectares de criques reliées par des sentiers balisés et offrant également des fonds marins préservés !

Nous avons choisi de faire cette excursion en bateau avec L'Autre Croisière, qui propose une journée atypique et tout-inclus: petit-déjeuner, escale sur l'île principale, déjeuner à bord avec de succulentes pâtes à la langouste, découverte de la réserve et baignade dans le lagon de Spérone, le tout dans une ambiance bon-enfant qui nous a agréablement surpris :)

Sur le retour nous finissons par longer cette côte escarpée, creusée par les vents et la mer, donnant naissance à d'étonnantes formes et sculptures de calcaire - comme le Grain de Sable ou le Gouvernail. Mais l'image la plus marquante reste cet impressionnant à-pic de la haute-ville de Bonifacio, où les étroites maisons semblent comme plonger dans les flots !

• • •

Le soir venu nous allons admirer l'iconique coucher de soleil sur Bonifacio, d'un des plus beaux points de vue (sur la route D260 au sud-est de la ville). Le spectacle est saisissant, presque poétique...

- Cantina Doria: une petite table le long d'une rue animée, une cuisine corse familiale et un service conviviale, le tout à prix abordable.

- Ciccio: une cuisine sophistiquée avec des produits de qualité, servie dans un décor soigné et par un super serveur, une excellente soirée !

4

La carte postale de l'île, où les plages paradisiaques se succèdent et rivalisent de beauté, difficile de ne pas succomber à cette destination idyllique qui a de quoi faire rêver !

Une journée à arpenter ce littoral luxuriant qui invite évidemment au "farniente", sur les magnifiques plages de Spérone, de Santa Giulia, de Palombaggia ou encore de Rondinara, où l'on prend le temps de se reposer, bouquiner, faire du snorkeling ou simplement bronzer :)

Sur les hauteurs de la baie de Rondinara, Les Chambres de Mila est une adresse à ne pas louper, à mi-chemin entre la maison d'hôtes et l'hôtel, le cadre est en tout cas superbe !

Nous ferons également un rapide détour par la vieille-ville et le port de Porto-Vecchio, le temps d'un déjeuner avec des amis vivant ici, avant de reprendre la route pour de nouvelles aventures !

5

Il est temps de s'éloigner du bord de mer et prendre de la hauteur pour découvrir ce massif surplombant le sud de l'île, qui dévoile un univers verdoyant dominé par des sommets abrupts, recouvert de forêts de pins laricios, parsemé de rivières et de vasques cristallines !

La fraîcheur se fait immédiatement sentir au-fur-et-à-mesure que nous avançons dans la montagne. Après le lac de l'Ospédale nous faisons une pause au village de Zonza, point de départ idéal pour découvrir l'Alta Rocca, puis traversons le joli hameau de Levie pour ensuite atteindre notre prochain hébergement.

Nous sommes malheureusement arrivés trop tard pour visiter le site de Cucuruzzu et Capula (min. 2h avant la fermeture). Nous avions pourtant hâte de découvrir ces vestiges archéologiques nichés au cœur de la forêt, qui se découvrent grâce à un parcours de 3km.

A Pignata c'est un concept de "ferme-auberge" de standing, où les vieilles pierres se mêlent subtilement à quelques touches de modernité, et surtout un restaurant familial réputé pour sa cuisine de terroir (un de nos meilleurs diners en Corse), bref une belle étape !

Le lendemain matin nous découvrons enfin les Aiguilles de Bavella, dont les fameuses 7 pointes de granit culminent à près de 1600m, une image devenue iconique du sud de la Corse. Nous traversons ensuite le col de Larone, suivant cette route sinueuse à travers ce paysage majestueux !

Nous avions prévu de nous arrêter aux célèbres vasques de Purcaraccia, qui ont l'air splendides mais sont aussi victimes de leur succès: après avoir vu l'énorme affluence à proximité du site, nous avons choisi de continuer notre chemin pour trouver un endroit plus paisible...

Grâce au guide "Baignade en Corse", nous avons trouvé ce spot au ruisseau de Fumicelli. Loin de la foule, nous avons eu le plaisir d'expérimenter cette randonnée aquatique entre les étroites gorges qui s'ouvrent sur de belles vasques, parfois assez profondes pour faire une pause sauts et baignades :)

Mais ce qui devait arriver arriva.... la glissade, la chute, le drame.... résultat: des genoux et un coude assez amochés, et (accessoirement) un appareil photo cassé. Direction la pharmacie la plus proche, une faute d'inattention qui malheureusement bouleversera un peu la suite de notre voyage 😦 Malgré tout ce site préservé reste un super souvenir, à ne pas louper !

6

Nous continuons à suivre la D268 qui redescend progressivement vers la ville de Solenzara, et marque aussi notre passage en Corse du nord. Mais à peine avons nous rejoins le bord de mer que nous repartons déjà vers de nouveaux sommets (enfin lorsque le troupeau voudra bien nous laisser passer ! ;)

Nous rejoignons la route D344, composée des Défilés de l'Inzecca et des Strette, d'interminables lacets qui semblent survoler l'étroite vallée du Fiumorbu. Le décor est spectaculaire et se poursuit après le village de Ghisoni, sur la route D69 qui continue de longer le vide. Après une journée de route "intense", nous sommes quand même contents d'arriver enfin à notre prochaine destination...

7

Juchée sur un promontoire rocheux, Corte semble dominer le centre géographique de l'île. A la fois cité historique et bastion de la résistance, ville universitaire et débordante d'énergie, c'est aussi la porte d'entrée de plusieurs vallées reconnues pour leurs paysages d'exception !

Ici nous voulions passer quelques jours un peu plus "sportifs", mais mon accident la veille m'ayant laissé bien amochée, nous avons dû renoncer à nos plans - une petite déception...

Pour notre premier jour nous avions prévu une sortie canyoning dans la vallée du Niolu, réservée auprès de l'association sportive du Niolu et Paul-Andre, un taulier des guides de montagne en Haute-Corse. Nous avions la chance d'être seuls avec lui ce jour-là, mais j'ai vite réalisé que je ne pourrais pas faire abstraction de la douleur, nous n'avons donc pas été plus loin. Paul-Andre a été très compréhensif et en a quand même profité pour nous raconter quelques anecdotes sur l'environnement, sa faune et sa flore: passionné par son métier et ses montagnes, le rencontrer valait déjà le déplacement :)

Le deuxième jour nous avions prévu une petite randonnée dans la vallée de la Restonica, la plus célèbre et accessible par la (très) étroite route D623. A l'arrivée le cadre est véritablement grandiose, ici le torrent a creusé entre les montagnes une vallée rocailleuse où se sont formées de belles piscines naturelles. Des sentiers de randonnée continuent ensuite vers les lacs Melo (1711m) et Capitello (1930m).

Pour notre part nous nous contenterons donc d'une petite balade dans les environs, et d'une pause déjeuner aux Bergeries de Grotelle, où Jean-Louis fait le show! Assis sur de grandes tables en bois, nous l'écoutons parler de son travail avec enthousiasme, raconter comment depuis 30 ans il revient chaque été perpétuer la tradition de l'élevage de chèvres et brebis corses et de la fabrication de fromage frais.... Un super moment convivial !

Au final, ne pouvant pas vraiment apprécier la région à sa juste valeur, nous avons écourter notre séjour à Corte, sans pouvoir découvrir davantage ces vallées et cette ville pourtant intéressante à visiter...

Comme une gardienne de l'identité corse, Corte fut au cœur de la résistance insulaire contre la brutale occupation génoise dès le 13e siècle. Sa figure la plus célèbre reste Pascal Paoli, qui parvint en 1755 à unifier la résistance, créa ici le premier gouvernement indépendant corse et fit voter une Constitution démocratique. Mais en 1769 l'état paolien tombera face aux trompes du continent, ce qui marquera le début de la Corse française...

8

Décrite comme "une île dans l'île", le Cap Corse s'étend sur 40km de long et 10km de large, traversé par une crête rocheuse qui dévoile différents visages... Sur sa côte orientale, de douces ondulations couvertes de maquis longent les villages de pêcheurs ; lorsque sur sa côte occidentale, des reliefs vertigineux semblent plonger à pic dans la mer !

Une dizaine de kilomètres après Bastia, nous arrivons dans le charmant village d'Erbalunga, où il est agréable de déambuler dans ces petites ruelles qui mènent toutes à son minuscule port de pêche. L'ambiance est si apaisante, on comprend mieux pourquoi il inspira de nombreux artistes peintres...

Dans une île de montagnards méfiants du monde extérieur, les négociants et marins Capcorsins ressentir quant à eux le besoin de voyager, et certains s'illustrèrent alors en Amérique et dans colonies françaises d'Afrique du Nord. Revenus dans leurs villages après avoir fait fortune, ils se firent construire d'étonnantes demeures de style colonial, les "maisons d'Américains", aujourd’hui typiques du Cap Corse, que l'on peut encore apercevoir...

C'est donc à Erbalunga que nous poserons nos valises à l'hôtel Castel Brando, installé dans une de ces élégantes demeures de maître du 19e siècle et au cœur d'un domaine luxuriant. Entre les dépendances colorées on découvre également deux piscines, un jacuzzi, un spa, un court de tennis, un restaurant, bref un véritable havre de paix hors du temps !

Après un après-midi à profiter de l'hôtel, le lendemain nous partons à la découverte des environs ! Sur la côte est du Cap, la route poursuit son élan le long du bord de mer, traversant plusieurs hameaux et leurs pittoresques marines, jusqu'à atteindre l'extrémité de la pointe. Un chemin de terre permet alors de rejoindre la baie de Tamarone, balayée par les vents, et point de départ d'une randonnée très accessible.

Le Sentier des Douaniers sillonne le maquis entre terre et mer, où le vert de la végétation et l'ocre des falaises tranchent avec le turquoise de l'eau. Ici le chemin pénètre la zone protégée de Capendula, fait face au sanctuaire des îles Finocchiarola, puis débouche sur une jolie crique où la très photogénique Tour Santa-Maria clôt le spectacle ! Une balade vivifiante...

Après un bon déjeuner sur la plage de Tamarone à la paillotte U Paradisu, nous reprenons la route qui se dirige cette fois vers les hauteurs du Cap... On découvre alors des hameaux plantés et presque cachés sur les versants montagneux, comme Rogliano, puis on traverse le col de Serra pour rejoindre Centuri. Entre ces villages, les vignes et les petites criques abritées, le décor ne cesse de nous émerveiller !

L'histoire du Cap Corse est profondément liée avec la République de Gênes, vers laquelle il semble étrangement pointer son doigt. Grâce à de fructueuses relations commerciales, la région fut en effet considérée comme une terre alliée précieuse, et d'innombrables tours génoises furent édifiées afin de la protéger des attaques barbares. La Tour de Sénèque, à 564m d'altitude, offre un bel exemple et surtout un panorama grandiose sur les deux côtes.

Ensuite la côte ouest du Cap se fait de plus en plus abrupte, la route serpente désormais à travers des falaises escarpées et s'ouvre sur des points de vue époustouflants, puis au détour d'un virage on aperçoit le village de Nonza se dresser au-dessus d'une belle plage de galets noirs... Cette partie du littoral reste le plus spectaculaire, il s'en dégage une atmosphère presque énigmatique en cette fin de journée !

Ce séjour au sein du Cap Corse a été un véritable coup de cœur pour nous ! Comme un monde à part du reste de l'île, son relief atypique réserve de belles découvertes et autant de surprises ! Le temps d'un dernier levé de soleil sur Erbalunga, nous continuons notre chemin...

9

Au pied des vignobles renommés de Patrimonio, les reflets turquoises du golfe de Saint-Florent éblouissent immédiatement, et si la ville cultive son image de "Saint-Tropez local", on découvre un peu plus loin un paysage contrastant, davantage sauvage et désertique !

Nous atteignons donc le port de Saint-Florent, destination balnéaire par excellence, parfois même qualifiée de superficielle. Nous ferons une rapide pause avant d'embarquer avec Le Popeye, qui propose entre autres un "circuit dolce vita" au cœur du Désert des Agriates...

Nous embarquons d'abord sur un taxi-boat pour rejoindre la plage de Saleccia, long ruban de sable blanc balayé par les vents, où nous aurons tout le temps pour nous prélasser. Nous traversons ensuite ce paysage aride avant d'arriver à la plage du Lotu, davantage fréquentée mais dont l'eau turquoise vaut le détour ! Puis il est enfin l'heure de monter à bord de la navette et retourner à Saint-Florent...

Désormais site naturel protégé, le Désert des Agriates offre un décor saisissant, entre les 15 000 hectares de terre rocailleuse et dépeuplée, et les 40km de côtes longeant une eau cristalline. Nous avons en tout cas apprécié cette journée reposante loin de la foule.

10

Dans les régions de l'Ostriconi et de la Balagne, on s'attarde cette fois dans l'arrière pays et ses villages pittoresques, tous suspendus et offrant des panoramas grandioses sur les vallées en-contrebas, tous de véritables trésors d'architecture et d'authenticité !

Dominé par le Monte Astu et perché à 450m au-dessus de la vallée de l'Ostriconi, Lama compterait parmi les plus beaux villages de Corse, et nous ne dirons pas le contraire ! Nous sommes complètement tombés sous le charme de ces belles ruelles marquées par le temps, où l'on peut même suivre un parcours "histoire et architecture" qui permet de découvrir les vieilles maisons et demeures bourgeoises du18e siècle. Vieilles pierres, passages voûtés, escaliers fleuris et douceur de vivre : tout ce qu'on aime !! :)

Nous avions hâte de séjourner à Case Latine, une adresse de caractère sur les hauteurs de Lama, construit en pierre du pays à la manière d'un petit village, avec plusieurs maisons articulées autour de terrasses en étages. L'hôtel s’intègre parfaitement dans l'environnement et les chambres sont luxueuses, nous regretterons seulement un accueil peu chaleureux...

Nous profiterons ainsi d'une journée de grande paresse :) à bouquiner autour de cette splendide piscine creusée dans la roche, à savourer cette vue époustouflante sur les montagnes et la mer en arrière-plan... Une nouvelle destination coup de cœur, encore épargnée du tourisme de masse - lors de notre passage nous étions complètement seuls...


A Lama, nous passerons aussi notre plus belle soirée en Corse ! Au restaurant Amama, qui propose pizzas au feu de bois ou plats élaborés à partir des légumes du jardin, mais surtout grâce aux patrons, Pierre-Jean et sa femme, avec qui nous terminerons la soirée autour de digestifs artisanaux, un moment convivial et joyeux que nous n'oublierons pas !!

Le lendemain nous reprenons la route pour découvrir d'autres hameaux perchés, cette fois-ci sur le Monte Grosso dominant la Balagne. Entre Belgodère et Speloncato, la route serpente à flanc de montagne et offre des vues à couper le souffle sur le littoral ! Nous effectuerons un premier arrêt à Sant'Antonio pour une pause déjeuner, un très beau village entièrement piéton mais un peu trop touristique à notre goût...

On continue donc notre chemin jusqu'à Pigna, beaucoup plus tranquille et surtout réputé pour la valorisation de l'artisanat local. Au fil de ces ruelles pavées, on découvre en effet de merveilleuses petites boutiques, des ateliers presque cachés qui se cherchent comme de véritables trésors... Potier, sculpteur, verrier, créateur de boites à musique et autres artisans, de quoi rapporter de beaux souvenirs et cadeaux originaux ! Bref nous avons adoré ce village et son ambiance singulière !

Si nous avons un grand regret pour ce voyage en Corse, c'est celui de ne pas avoir prévu d'assister à un concert de chants corses... Comme ici à Pigna, où des évènements sont régulièrement organisés à l'auditorium, réputé pour son acoustique remarquable.

De retour en bord de mer, nous en profitons pour faire un arrêt à l'Ile Rousse, sympathique ville balnéaire où nous avions initialement prévu de faire une excursion plongée (annulée là aussi à cause de mes blessures). Nous nous contenterons donc d'une jolie balade dans la vieille-ville et jusqu'à la presqu'île de Pietra, constituée d'une roche aux reflets rougeâtres, à qui la cité doit son nom.

11

En poursuivant plus au sud, le littoral continue de nous enchanter, entre cité balnéaire sophistiquée et sites naturels préservés, les journées s'enchainent et ne se ressemblent pas !

En arrivant en fin de journée, on se rend directement à Notre-Dame-de-la-Serra, une jolie chapelle et surtout un point de vue réputé pour son panorama sur le golfe de Calvi, illuminé par les derniers rayons de soleil... En contrebas, on peut aussi finir d'admirer ce spectacle saisissant sur la Pointe de la Revellata !

Cette halte à Calvi sera l'occasion pour nous de retrouver non sans plaisir une vie nocturne un peu plus animée ! Nous dinerons au restaurant La Bohème, très sympa avec sa terrasse surplombant la luxueuse marina. Puis nous passerons la nuit à l'hôtel l'Abbaye, situé dans une belle demeure avec une déco un peu kitch, et un accueil chaleureux.

Pour rejoindre Galéria, il existe un itinéraire rapide qui traverse l'intérieur des terres, mais nous décidons d'emprunter la route D81b qui serpente le long de la côte, de plus en plus escarpée et de plus en plus belle !

J'avais repéré cette petite adresse située sur la plage de Galéria, le restaurant la Cabane du Pêcheur, surtout pour ses Lobster Rolls dont nous raffolons et nous n'avons pas été déçus, avec en plus un cadre très sympa, les pieds dans le sable !

Après le déjeuner, nous remontons la route D351 pour atteindre la vallée du Fango, classée réserve de biosphère et connue pour ses nombreuses vasques. Nous nous arrêtons d'abord au spot de Truccia, où après quelques minutes de marche seulement nous découvrons un paysage grandiose...

Au cœur de montagnes verdoyantes, la rivière Fango a creusé des petits canyons, formé des piscines naturelles aux couleurs émeraude, l'eau est assez chaude pour se baigner et assez profonde pour plonger, nous resterons un moment ici à profiter de ce coin de paradis !

Nous monterons ainsi jusqu'au village de Manso où se trouve le spot de Barghiana, où l'eau est malheureusement moins dense ce jour-là, mais le coin encore plus calme que le précédent !

12

Véritable joyau naturel de la Corse et inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1983, le golfe de Porto abrite en effet deux des plus impressionnants sites de l'île - la réserve de Scandola et les calanques de Piana - et donc tout autant de merveilles à découvrir !

Crépuscule - le moment idéal pour arriver sur ce site extraordinaire et se heurter à cette palette de couleurs flamboyantes, admirer le soleil qui se couche doucement sur les calanques vertigineuses et une mer d'huile qui semble immobile.. Un moment incroyable !

Nous logerons ici à l'hôtel Capo Rosso, un bel établissement très bien situé à Piana, avec une vue à couper le souffle sur les calanques, un bon restaurant et un service attentionné. Nous avons même eu le plaisir d'être surclassé et profiter d'une chambre avec cette vue unique !

Nous nous levons tôt le lendemain pour une excursion bateau avec Alpana, une agence tenue par un natif du coin et qui propose entre autre un "grand tour du golfe" de 3h30 en petits groupes.

Arnaud, notre capitaine et guide pour l'occasion, nous emmène d'abord au plus près des calanques de Piana et de ses célèbres grottes (dont les entrées semblent toutes prendre la forme de la Corse selon l'angle de vue). A cette heure matinale, nous sommes encore seuls à assister aux premiers rayons de soleil qui illuminent la roche de milles feux, le spectacle est incroyablement apaisant...

Puis nous mettons le cap vers la réserve naturelle de Scandola, où Arnaud nous partage de nombreux commentaires et anecdotes sur la faune et la flore environnantes, avant de profiter d'une petite pause baignade près de Girolata, charmant petit village uniquement accessible à pied ou par bateau.

La Réserve de Scandola, créée en 1975, est une réserve naturelle à la fois marine et terrestre, occupant 920 hectares de terre et quelques 1000 hectares de mer. Elle est considérée comme l'un des sites les plus riches du monde en termes de biodiversité, tant pour sa géologie caractéristique d'origine volcanique, que pour sa diversité d'espèces animales et végétales.

De retour sur le port de Porto qui s'est depuis réveillé et animé, nous faisons une petite pause déjeuner agréable au restaurant Chez Gina, qui propose une cuisine originale dans un cadre original. Nous ferons ensuite un petit détour par le village d'Ota, plus haut perché et qui offre de belles balades.

Nous reprenons ensuite cette magnifique route D81 qui sillonne à travers les calanques de Piana, qui surplombent elles-même les eaux du golfe de Porto de près de 400m. Sculptés par l'eau et le vent, au fil des millénaires ces blocs de pierre ont fini par former un étonnant jardin de roches déchiquetées, dont les reflets ocres tranchent majestueusement avec le bleu profond de la mer. Un panorama grandiose !

Lors d'un voyage en Corse en 1880, Guy de Maupassant a évoqué ces roches "prenant toutes les formes comme un peuple fantastique de contes féeriques, pétrifié par quelque pouvoir surnaturel" - poétique et tellement vrai...

Au village de Piana nous bifurquons sur la route D284, suivant une crête qui traverse le maquis et conduit finalement à la belle plage d'Arone, nichée dans une baie préservée où nous passerons la fin de journée.

Nous attendrons la fin de journée pour apprécier un nouveau coucher de soleil sur le Capo Rosso, cette langue de maquis qui s'avance majestueusement entre les golfes de Porto et de Sagone. On ne se lasse pas de la beauté de ces paysages sous leurs teintes cuivrées...

13

Le lendemain sur le trajet entre Porto et Ajaccio, nous ferons un arrêt près de Cargèse pour une petite balade à cheval avec le Ranch Corse, où nous aurons le plaisir de cavaler sur la plage et même de nager avec nos chevaux, Darling et Cumpagnu: une expérience originale :) Puis on s'autorisera une pause baignade sur la plage de Péru, avant de se diriger définitivement vers notre dernière destination...

Nous passerons notre dernière nuit près d'Ajaccio à l'hôtel Dolce Vita, qui nous a agréablement surpris. Idéalement situé le long de la côte loin de l'agitation de la ville, on a ici le choix entre la petite plage privée aménagée dans les rochers, ou les chaises longues près de la belle piscine... L'accueil est sympathique et le restaurant excellent !

Face à l'archipel des Sanguinaires, dont le nom prend tout son sens à l'heure où le soleil se couche, nous savourons notre dernière soirée en Corse autour d'un apéritif bienvenu et d'un délicieux diner, le temps de se remémorer déjà ces 15 derniers jours exceptionnels....

14

Le départ en ferry étant prévu en fin de journée, c'est sur une minuscule crique déserte du Capo di Feno que nous passerons nos dernières heures en Corse, les dernières heures d'un road-trip idyllique...

Le charme de la culture corse: la fierté liée à l'identité corse n'est pas un secret, ici les coutumes persistent et sont mises à l'honneur. S'éloigner des circuits touristiques principaux permet aussi d'apprécier davantage l'authenticité de l'île, de prendre le temps d'échanger avec les locaux qui partagerons non sans humour l'attachement à leurs terres et traditions.


Sans oublier la gastronomie corse: parmi un choix de produits régionaux aussi large qu'alléchant, les bons vivants comme nous trouveront forcément leur bonheur, comme avec la charcuterie corse, les spécialités à base de brocciu et bien sûr le vin cors(é) !


La diversité des paysages de l'île a fini de nous enchanter: plages paradisiaques, montagnes sauvages, villages pittoresques et autant d'activités variées ; il y en a donc pour tous les goûts !

Finalement, pourquoi vouloir partir toujours plus loin lorsqu'on a la chance d'avoir une île paradisiaque au cœur de la Méditerranée ?