Roumanie : all inclusive

Du 8 au 11 avril 2017
4 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Yo,

Départ pour quatre jours en Roumanie avec le CE d'IBM. Ouais, tu remplaces l'ex mec d'une collègue de bureau, no comment. Elle t'a vendu qu'on avait quatre jours de libre sur Bucarest. 200 euros pour l'hôtel et l'avion, pas cher.

Une semaine avant le départ elle t'envoie le programme. Le plan galère, en fait le vrai programme c'est : arrivée à Bucarest samedi midi puis visite de la ville en bus. Bon, ok pourquoi pas. Sauf que dans le programme, après la visite de la ville on part à 120 km dormir dans la ville de Sinaia. Donc pas de sortie by night samedi soir sur Bucarest. Et le lendemain ca sera visite de plusieurs châteaux et avec restaurant compris, cool. Ensuite on rentrera le soir à Bucarest, tout ce que tu aimes. Et il te restera lundi et mardi matin pour faire ce que tu veux. Du coup tu fais des recherches sur où sortir à Sinaia. Que dal. Tu recherches sur pèlerinage Sinaia, là y a plein de sites. Ça va être top....

Sur le programme on apprend que notre guide s'appelle Dorina, tu te vois déjà lui demander les bons plans sur Bucarest. Arrivée à l'aéroport de Bucarest, on est 38 dans le bus. Euh ce n’est vraiment pas le groupe à faire la fête, certains sont venus avec leurs enfants. Côté guide c'est pas elle qui va te dire où sortir, c’est plutôt côté mamie.

Dans le bus, on s'est assis juste sous le haut-parleur. La guide n'arrête pas de causer, elle prend même pas le temps pour respirer. Par moment elle te dit qu'elle voit qu'on est fatigué (ouais, y a fallu se lever tôt) et qu'elle va nous laisser nous reposer. Dix secondes de break et c'est reparti pour un verbiage sans fin, mais c'est sûr qu'elle maîtrise son sujet. Et pas une boule quies à l'horizon... Quand finalement elle s'arrête de nous parler c'est le chauffeur de bus qui prend cher. Et comme t'es assis juste derrière le chauffeur... Bien sûr aux arrêts, tout le monde descend du bus et on suit la guide. Putain, on a même pas eu le droit un bob pour se reconnaître mais elle nous à filé son numéro de tel en cas où on se perd, se perdre, le rêve... et elle n'a même pas un drapeau ou un parapluie pour pas qu'on la perde, grosse déception. Next time FRAM!!! Bon ben tu fais pareil, tu suis le troupeau, beeeh..

On va voir une église et on tombe sur une procession, 500 prêtres orthodoxes barbus qui défilent, ça aura été l'attraction de la journée. Comprends pas, ici y a pas un rom au feu rouge pour te demander du pognon, siouplait monsieur... La guide n'aime pas les roms, elle est déjà venue en France et ça l'a choqué de voir toutes les bandes de roms, pour elle ce sont que des voleurs.

Sinaia est en altitude, il y a même une station de ski. Ce soir le dîner est compris et ça se passe dans l'hôtel. Immense salle comme quand on va dans des séminaires, le buffet classique, la nourriture de base. Bon, ben à 21h dîner plié et la miss va faire du sauna et piscine et toi tu vas traîner tes bottes dans la rue à la recherche d'un pub. Faudrait pas finir sur une bonne note, ils sont tous vides, ça sent les quatre jours de plan naze. Faut imaginer une station de ski où la saison de ski est terminée et la saison d'été n'a pas encore commencée. C'est pas l'endroit le plus festif.

Je ferais un mail spécial sur Bucarest car je suis sûr que vous êtes impatients de lire la partie culturelle de ce voyage.

2

Journée de cauchemar...

Premier château à visiter, le château de Palech. On doit y être 30 minutes avant pour être dans les premiers groupes car c'est très visité et en plus on est dimanche. Bon on poireaute 20 minutes dans le froid. Et la visite du château se fait avec des sur-chaussures en plastique bleu. Kitchisime le château, tout en boiserie. Et une avalanche d'informations. Le seul truc fun, un vieil américain, dans les 70 balais, avec des cheveux en crête bleue.

Chateau de Pelech 

Ensuite on enquille sur le château de Bran, le fameux château de Dracula. Je vous laisse chercher sur google. A la sortie il y a un marché pour touristes, le made in China est passé par là. T'as acheté de la bouffe, fromage et saucisses style chorizo.

Ensuite on passe dans la ville de Brastof et coup de chance ou de malheur, elle tombe sur. Le directeur d’un musée qui ouvre rien que pour nous le musée. Il parle encore plus qu'elle et c'est la compétition entre eux a celui qui parlera. Bon t'es sorti, ras le bol. On est un petit groupe à faire de la résistance.

Brastof 

L'alcool local est le tuica, une eau de vie de prunes. Apparemment 75% de la production de prunes sert à la fabrication de cet alcool. Mouais bof, tu voulais en acheter au bord de la route, du fait maison mais pas simple à trouver et la guide est pas trop moteur. Vous avez failli y goûter...

Retour vers Bucarest, dans le bus la guide demande si qqun à des questions sur tout ce qu'elle a une question sur tout ce qu'elle nous a raconté cette journée. Tout le monde croise les doigts. Personne ne moufle. Ouf sauvé. La guide se rassoit déçue. Véridique, 30 secondes plus tard elle reprend le micro et dit ah oui qqun a demandé tout à l'heure que je raconte l'histoire de la création de la Roumanie. Oh putain. Si on le choppe celui-là! !!! Elle a démarré à l'époque neanderthal, ouais neanderthal. J'écris cette partie au moment où elle en est à l'époque des hittites. T'en peux plus.

Elle a proposé de nous accompagner ce soir au resto dans la vieille, sachant que c'est quartier libre. Y en a 25 qui ont accepté, incroyable, toi t'as dis que tu savais pas encore où aller sachant que tu vas aller dans le même coin. Mais là, c'est overdose. Elle est gentille mais PLQ, c'est son mari qui doit être content quand elle part bosser. Ah là on est à la partie 1ere guerre mondiale.

Putain, au moment où elle dit qu'elle va s’arrêter, y a un gars. Qui dit qu’il n’a pas compris un point sur les langues parlées. Et c'est reparti... et le gars en rajoute. Sur qu'il va se faire pourrir par sa femme en sortant du bus

3

Yo,

On a donc lundi et mardi sans la guide mais elle s'est proposée lundi matin de la retrouver à 9h30 pour nous emmener visiter la vieille ville. Très sympa de sa part mais c'est ballot, on s'est pas réveillé à temps, et en plus on avait compris 11h30... Du coup on s'est baladé seuls et on a croisé d'autres qui ont eux aussi raté le rdv...

D'un premier abord Bucarest ce sont des grandes artères, conséquence de la folie des grandeurs de Ceausescu., par exemple il voulait une rue plus large que les Champs Elysées, et des très grands bâtiments dont le parlement. C'est le plus grand bâtiment du monde. Il a fallu 700 architectes et 20000 personnes ont bossé sur sa construction. Comme c'est la période de Pâques ils ont monté un marché de Pâques comme pour Noël, pas cons ces roumains...

Avec Sidonie, on s'est mis en liste d'attente pour faire la visite du parlement et coup de chance, on a pu la faire. Ouais ça nous manquait... et tu visites avec une guide, une dizaine de salles toutes plus grandes les unes que les autres, du marbre partout, des lustres immenses en cristal. On a cinq minutes de break, t’en profites pour aller marquer ton territoire (d'où la photo). Ouais, c’est pas tous les jours que tu peux aller pisser cher Ceausescu... et tu finis sur le balcon où Ceausescu haranguait les foules.

La vieille ville est piétonne avec plein de bars, de club, de salons de hot massage mais aussi quelques vieilles maisons traditionnelles mais sans le charme du vieux Prague. On aura pas fait de musée, on a préféré se mettre sur des rooftops pour profiter du soleil.

Côté Bucarest by night, et bien le lundi soir est aussi mort que le dimanche soir... On a trouvé un skybar pour dîner et avoir une vue sur la ville et quand le soleil a disparu quel logo apparaît sur la tour au loin? IBM... tu vas porter plainte pour harcèlement.

Lundi soir c'était l'anniversaire de Sidonie donc on a tenté tous les coins censés être branchés, bon ben il y a personne. Dans le bar tu avais deux barmans, ils faisaient le concours de celui qui ferait le plus mauvais maïtaï. A 2h du matin c'est plié. Pendant que tu écrits ce mail, la jeunette dort encore, et ouais les jeunes ont besoin de récupération alors que les vieux croulants pètent la forme.

Et à la périphérie de la ville t'es comme en France, il y a partout des Auchan, Carrefour, Décathlon et Ikea.

Cet aprem retour sur Paris sans oublier une bonne heure avec notre guide Dorina.