Kalashnikov au Yémen

Du 1er septembre au 11 novembre 2006
72 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Salut à tous,


C’est reparti pour un petit tour en Arabie heureuse. Demain yallah yallah. J’essayerai d’envoyer des emails mais vu le pays, c’est possible que je sois rentré avant qu’ils arrivent, alors je ne vous parle même pas des belles cartes postales. (Pour certains, les belles n’arriveront jamais…). J’essayerai de me connecter mais ce ne sera pas évident !

Afin de vous vendre cette belle destination, ce pays est réputé pour :

- Son amicale des bédouins : Il faut casquer si tu veux passer dans leur désert ou entrer dans certains villages, sinon ils ne sont pas contents. C’est le péage local !

- Son accompagnement : La police met gracieusement à votre disposition une voiture remplie de flics pour vous accompagner sur une partie des routes. On sait jamais, si tu crèves un pneu, tu cherches une boisson fraîche…tout de suite, ils t’aident…

- Son hospitalité : Parfois le touriste reste plus longtemps que prévu dans le pays : Il est fortement invité à rester dans le village en échange de quelques broutilles : Dollars, euros…Parfois l’armée intervient….

- Sa température tempérée : Actuellement 33° à 3h00 du matin (38° dans la journée). Certaines régions atteignent 45° de jour comme de nuit. J’ai fait l’impasse sur l’option ‘clim’ dans la voiture. Quitte à en baver…

- Son artisanat local : Apparemment il y a plus de kalachnikov que de bonhommes dans ce pays. C’est l’artisanat le plus développé. Je ne suis pas sûr que ça passe dans le sac au retour comme souvenir…

- Les centres de remise en forme Al Qaida (nom local pour le Gymnase club) : Tu viens t’entraîner et après tu mets en pratique en t’éclatant au sens propre du terme.

- Le Qat : Ce sont des feuilles qu’on mâche (un peu comme la coca) et qui rendent zen. Faut espérer que le chauffeur ne sera pas trop un adepte

- Un réveil en musique : En théorie, je vais avoir droit au réveil vers les 4h00 du mat pour l’appel à la prière

Je ne comprends pas, personne n’a voulu m’accompagner !!!

Tout ça c’est le côté apparemment négatif, en vérité ce sont des crèmes, les gens là-bas, très sympas, accueillants. Faut juste respecter les coutumes locales.

Pour info, voilà le site web http://arabiafelix.free.fr du fundouq (petit hôtel en jargon local) où je vais passer les 2 premières nuits, après je ne sais pas où je vais crécher car tous les jours je change d’endroit…

Alors, si j’envoi un email, genre j’ai besoin d’aide, ça ne sera pas une connerie, alors je compte sur vous !!! Mettez un peu de pognon de coté, au cas où…

Pour les inquiets de nature, je suis censé rentrer le 24 au matin mais bon…

Inch Allah

El bedouin Ricardo

Ps : j’ai oublié un petit paramètre : Le 20 septembre, ce sont leurs élections présidentielles… ça risque d’être chaud. Ils s’expliquent le kalachnikov à la main.

2

Et oui, premier mail, j'en profite car je ne sais pas quand je vais trouver le prochain accès internet.

Bon, alors pour les inquiets, tout va très bien. On se sent vraiment en sécurité et même si tous les hommes ont des poignards à la ceinture, ils sont très cool.

Désolé, pour les fautes mais vous n'imaginez pas le clavier sur lequel je tape…

J'ai pris la Turkish airline pour venir, et j'avais mon écran relié sur une camera de l'avion, ce qui m'a permis de me croire le pilote lors de l'atterrissage. Je ne sais pas si vos connaissiez ça ???? Dans l'avion, j'avais à côté de moi un Somalien qui vivait en Norvège et venait retrouver sa famille au Yémen pour se marier. Apparemment il avait une ou 2 photos de sa future femme qu’il a encore jamais vue, c'est tout...

Alors la ville de Sanaa :

Arrivée à 1h30 du matin, t'imagines même pas la salle de débarquement... Et puis tu sors où la foule attend. Et là, tu penses à la chanson de Nougaro : Dès l'aérogare, j'ai senti le choc, un souffle barbare....'

T'as 50 mecs qui attendent tous avec des djambia (c'est leur fameux poignard de 30 cm)

Comme pressenti, mon chauffeur (qui a l'air très sympa) parle à peine le français. Ça va encore être galère cette histoire, mais bon, comme je suis fluent en arabe (Allah akbar, ça va bien se passer.

Ce matin, ambassade française (histoire de sécuriser un minimum), plutôt que de prendre un taxi, je l'ai joué aventurier en y allant à pied, 4-5 km. Sauf qu'avec mon plan imprécis et les locaux qui connaissent pas leurs propres rues, ça a été un régal...Je demande à des flics une rue, pas un ne la connait, en fait elle était à 10 mètres d'eux... L'ambassade française pas compliqué, il y a des blocs de ciment à 100m tout autour qui bloquent toute approche en voiture et une palanquée de flics.

Balade dans la vieille ville (ou plutôt le labyrinthe). L'hôtel est juste à côté d'un Wadi (une rivière asséchée qui peut se transformer en rivière à la moindre pluie : ça n'a pas raté, il a plu et les voitures qui roulaient dans le wadi une heure plus tôt, se sont retrouvées avec 50 cm de flotte.

J'ai fait quelques photos mais il ne fait pas super beau, et bien sûr, et oui, j'ai eu de la flotte. Pas beaucoup mais quand même. Le souk est rangé par thème : Textile, argent, or... toutes les femmes ont au minimum le tchador voir plus mais ça ne les empêche pas de te dévisager. Ce qui est aussi étonnant, c'est qu'ils vendent plein de vêtements féminins très courts mais je ne sais pas quand elles les mettent car dans la rue, on voit du tissu noir et 2 yeux. Par contre, les hommes sont tous en veste malgré la chaleur et ça rigole pas avec leur djambia : il y avait un jeune qui n'avançait pas assez vite avec sa brouette, un mec sort sa lame et lui crève le pneu !!! Bon, ok !! J'ai bien compris, je ne reste pas au milieu du chemin...

En tout cas pour l'instant il n'y a aucun sentiment d'insécurité et s'il y a un problème faut dire que tu es français (merci Chirac) Par contre les américains ont des gardes du corps (merci Bush). Contrairement à ce qu'on pouvait penser, la bouffe est super bonne : Un bon poisson, des mezzes libanais pour 10 euros (et encore, je ne suis pas allé dans les bouibouis, j’attends d'y aller avec mon chauffeur).

Demain, c'est le départ pour la traversée du désert, le principe est simple : De Sanaa à Mareb on suit un convoi militaire. Bon, de temps en temps ça peut être un peu chaud dans cette région, et le soir il ne faut pas sortir de l'hôtel. Par contre à Sanaa, je suis sorti ce soir et aucun problème (mafich muchkila en arabe...) il y a plein de gens dans la rue.

Puis traversée du désert, et là, la police est remplacée par un convoi de bédouins que tu dois payer car tu es sur leur territoire. Bivouac dans le désert et puis je vais voir Shibam qui est la Manhattan du désert, inscrite au patrimoine de l'humanité. Et comme je sais qu'après je vais dormir dans des hôtels plutôt moyen, je me suis réservé une chambre dans le meilleur hôtel du Yemen... Je m’attends à des remarques sur mon côté routard du dimanche...mais bon, rien ne vous empêche de me rejoindre... des volontaires ???

Le truc à la mode ici c'est le qat, une feuille qu'on mâche en début d'après-midi et qui vous rend zen pour le reste de la journée, c'est vrai qu'ils doivent un peu se faire chier alors on s'occupe...Je vais certainement tester le machin, histoire de voir l'effet.

Ah, qu'est-ce que j’entends ??? Ah, c'est l'appel à la prière, cool, j'ai mon réveil pour 5h du matin. Je sais pas ce qu'il raconte le gars dans son micro mais il n'a pas l'air content et tous les autres reprennent en cœur... ça fait un bordel pas pensable. A l'ambassade on m'a quand même dit d'éviter d'être près d'une mosquée à la fin du prêche, des fois qu'il y ait 1 ou 2 excités.

Quelques remarques pour certains :

Guy : Laisse tomber Rome et fais ressortir ton côté aventurier ! T’as un vol direct de Paris pour Sanaa

Michel : Ce sont des paranos dans ta boîte : J'ai dû passer 5 heures à me balader seul à la fois dans la vieille ville et dans des rues perdues de la nouvelle ville, et c'est cool...euh pour l'instant

Virginie : Mon appart est encore debout ?

Ah oui j'oubliais, qui veut un beau tchador noir ????

Allez, à je ne sais quand.

Inch Allah

3

Salut, je me suis gouré pour l'heure de la prière, l’appel commence à 4h du mat jusqu'à 5h. Impossible de dormir. Au moins avec nos curetons, ils font sonner les cloches 10 secondes et c'est terminé. Je sais pas ce qu'il racontait le gars en haut de son minaret mais il en voulait !! Enfin bon...

Bon, j'ai plein de choses à vous raconter.

On est parti en convoi de bagnoles accompagné de camionnettes remplies de militaires pour aller en territoire bédouin à Mareb. Dés que tu sors de Sanaa, tous les mecs sont armés (même les gamins de 12 ans), je ne parle pas de la djambia, je parle de kalashnikov et autres engins du genre. La tenue officielle : La djambia pour la tradition, le kalash pour épater les filles... et le téléphone portable pour la modernité...il fonctionne même en plein désert.

Chercher l'erreur 

Alors le convoi, ce qui est étonnant, c'est que c'est notre bagnole qui a ouvert la marche et de temps en temps les militaires nous dépassent. Dés qu'on passe dans une partie du désert, check point. On file une photocopie (on en a 40 exemplaires) du permis mais en fait, les flics ne savent pas tous lire et quand ils posent une question, mon chauffeur leur dit que c'est écrit sur le papier et il se barre et le flic reste comme un con.... A la fin, j'ai pas compris pourquoi, mais j'ai eu le droit à un service VIP, un militaire est monté avec nous dans la bagnole. Arrivé à Mareb, le chauffeur m'a laissé dans un hall d'hôtel pendant qu'il partait régler certaines affaires. Et là tu te retrouves seul avec 5-6 mecs armés et t'attends. Il y a un gars qui baragouinait l'anglais, il s'occupe de la sécurité mais c'est le seul qui n’est pas armé dans le groupe. Va comprendre... Le chauffeur revient et veut qu'on reparte mais hors de question. Pendant tout le trajet dans la ville on est accompagné par une bagnole bourrée de flics. Dés qu'on s'arrêtait pour aller voir des ruines, un flic me suivait. Je vous dis, VIP au Yémen. A un certain endroit les flics nous laissent et c'est un bédouin qui est maintenant responsable de ma sécurité. C'est lui qui va nous faire traverser le désert.

Avant de vous raconter la nuit rocambolesque dans le désert, 2-3 petites choses : Quand j'ai attendu seul à l'hôtel, un bédouin est venu me donner sa carte de visite en me faisant comprendre que je pouvais l'appeler si j'avais besoin d'un service, sur sa carte, il propose la sécurité du pétrole, des points d’eau, des gens. Donc pas de problèmes si vous voulez venir, j'ai des bons plans...


Alors, j'ai essayé le Qat : Ce sont des feuilles que tu mâchouilles et que tu coinces dans le fond de ta joue. C'est très amer. Au début j'ai voulu recracher mais bon ça se fait pas ici alors...Après tu t’y habitues. Les effets, bof, peut-être un peu plus zen. J'ai pas essayé le meilleur, j'ai pris celui pour les débutants... ça me parait chaud d'en ramener en France pour vous faire essayer. Ici, à partir de 3h de l'après midi, tout le monde qat.

Les flics qui nous suivaient à Mareb et n'ayant pas vu que je qatais, ont demandé au chauffeur pourquoi. Une fois qu'ils ont vu, j'étais adoubé.

Ici ce sont bientôt les élections, il y a des affiches partout. Les militaires qui sont payés par un gouvernement véreux (dixit le chauffeur) arrachent les affiches des autres candidats posées sur les voitures...

Alors, on a bivouaqué dans le désert à 100m d'un groupe d'espagnol (il n’y a que des espagnols...)

Eux, équipés de tentes, nous juste un matelas à la belle étoile. Un pressentiment que le chauffeur allait ronfler, je me suis installé à 50m, Alors, le matelas de mousse, le sac de couchage grand ouvert car on crève de chaud. Coucher à 20h (et oui pas de lumière, je me suis gouré dans les piles...). Impossible de dormir, effet secondaire du qat...

Traversée du Rub al Khali 

Il y a un léger vent, juste assez pour te rafraîchir. Puis le vent se lève, juste assez pour prendre du sable plein la gueule. Qu'est-ce que tu fais, tu prends ton sac à dos et tu le mets entre ta tête et le sens du vent… Puis le vent s'arrête, et là tu entends quoi ? Un moustique, en plein milieu du désert. Ok, tu sors dans le noir ta bombe anti moustique. 1 heure plus tard, t'entends au loin le tonnerre. Mais non, il ne pleut pas dans le désert, ça me ferait bien mal. 1 heure après (oui je dormais toujours pas), quelques gouttes puis grosses gouttes. Donc tu décampes et tu ramènes tes affaires au sec dans la bagnole. On s'arrange avec le chauffeur pour trouver une place mais on crève de chaud et ça sent l'essence dans la bagnole. La pluie s'arrête, le chauffeur ronfle...zen restons zen. Le chauffeur se réveille à cause de la chaleur et tu te réinstalles dehors. Véridique, 5 minutes après, la pluie à nouveau. Le chauffeur a gueulé en arabe je ne sais quoi... Moi, refus de retourner dans la caisse. Je sors ma cape de pluie que j’ étale pour me protéger au maximum mais si tu caches la tête pour pas recevoir la pluie, tu crèves de chaud sous la cape. En conclusion, j'ai bien dû dormir 2 heures. Sacré bivouac....

Traversée du désert, dès 8h du mat ça cogne pas possible, je vous passe l’enlisement dans les dunes.

Je suis à 6 litres d'eau par jour.

On a de la musique dans la bagnole : Musique locale et musique française avec Aicha de Khaled, la culture française s'exporte.

Question bouffe, il y a du riz, des légumes, du poisson, de la viande (j'ai essayé le chameau), tout comme en France, par contre pas de couverts, au mieux une cuillère.

Hadramaout 

Je vous écris de Seyun, une ville dans l'Hadramaout, ici c'est plus zen, pas de kalachnikov, pas de djambia. Tu te ballades seul dans les souks, les gens te regardent un peu mais très cool et dès qu'ils savent que tu es Français (c'est la première question) ils te souhaitent la bienvenue. Faut surtout pas être Américain. Cet après-midi visite de la Manhattan du désert.

Shibam, Manhattan du désert 

Dans le cybercafé, il y a plein de gens qui utilisent Messenger, comme quoi même au bout du monde…

Ila el lika

Wadi Doan 
4

Salut les travailleurs...

Je suis allé dans un coin au nord est du Yémen.

La température est assez cool, environ 39 (pas d'erreur dans les chiffres !!) degrés à midi à l'intérieur d'un bouiboui... je peux pas garder les lunettes de soleil car les montures en métal sont bouillantes…

Au fait, je tenais à remercier les donateurs de stylos. Je pensais les donner à des profs dans des écoles plutôt que les donner dans la rue mais mon chauffeur me dit que si je les donne au prof, le prof demandera de l'argent aux enfants pour les stylos... Le problème est que quand tu en donnes à un, ils sont cinquante après à en vouloir.

Parlons un peu bouffe : Je suis descendu dans le meilleur hôtel du Yémen (oui juste une fois), piscine et tout le tintouin. Je demande si c'est possible de dîner dehors, on me dit non à cause des moustiques. Bon ok. Je prends une douche et en revenant vers la réception, je passe vers la piscine et je vois un groupe installé à une table. Du coup je m'installe et je retombe sur le même serveur qui m'avait dit qu'il fallait manger dedans. Apparemment les moustiques ont peur de l'eau, on peut manger au bord de la piscine mais pas sur la terrasse du restaurant... Donc, j'ai dîné au bord de la piscine et j'ai commandé un cocktail de crevettes, (2 dollars) et j'ai eu 1 crevette avec de la salade et une sauce cocktail ! Véridique !!! J'avais commandé aussi du poisson grillé mais en le mangeant j'ai réalisé que j'étais en plein milieu du désert et que ce poisson il avait pas dû être pêché la veille. Du coup, le lendemain je suis allé voir le marché au poisson... Je m'étonne de ne pas avoir été malade. J'ai pris une photo...

Pour changer, ce midi on a mangé dans un resto pour routier. Imagines le resto pour routier français et penses à ce que ca peut être au Yémen !!! En principe, on mange avec la main droite (pas de couteau ...) mais tu peux avoir une cuillère. J'ai vu l’état de la cuillère du coup j'ai mangé avec la main. Par contre, c’était très bon. J'ai fait des photos pour vous montrer si un jour ça vous branche d'y aller casser la croute.

Etant donné que tu manges avec la main droite, tu as toujours un endroit pour te laver les mains mais ce n'est pas du savon, c'est de la poudre pour machine à laver. J'en ai vu un qui se lavait la bouche avec...

La turista ??? (ma muchklila) pas de problème, je mange du riz 2 fois par jour : Un repas quotidien : du riz, un peu de légumes (lesquels, j'en sais rien), du poulet et du pain.

Je radote mais c'est incroyable comme les gens sont cool : Au routier, quelqu’un donne à mes voisins de table (si on peut dire ça car on mange assis par terre) un fruit jaune (un petit citron en fait), je fixe le fruit pour voir ce que c'était et tout de suite le gars me l'offre. De même quand on était dans le désert, le bédouin qui s'occupait d'un groupe d'Espagnols à 100m de nous a vu qu'on était à la dure, sans feu sans rien, et il est venu nous apporter une théière et des gobelets. Sympa.

En parlant d'Espagnols, il y a un groupe espagnol que je croise de temps en temps de 13 personnes dont 12 femmes, étonnant pour le Yémen.

Parlons des femmes : Et bien c'est dur de savoir si elles sont jolies car tu ne vois que des fantômes noirs et au mieux les yeux.

Par contre dans la rue, elles te fixent. Ce qui est étonnant, c'est que dans les souks, il y a plein de vêtements et sous-vêtements féminins un peu sexy. Les magasins sont tenus par des hommes. Et donc elles doivent négocier avec eux pour les achats. Reste à imaginer ce qu'elles portent sous leur tchador...

Mon chauffeur Mohamed Ali (ça ne s'invente pas) est étonné par les Françaises : Il ne comprend pas qu'après une journée de voyage et qu’il a donc fait connaissance, quand il pose sa main sur leur genou, elles réagissent mal....

Ici, si tu as de l'argent tu peux avoir jusqu'à 4 femmes. Mon chauffeur qui n'est pas riche n'en a qu'une. Il a marié une de ses filles au fils de sa sœur. La dote apportée par le marié est de 1000 dollars qui ont été claqués dans le mariage pour les vêtements de la mariée, la bouffe, le Qat (bien évidement), les cartouches des kalachnikov (ça remplace les pétards)... Je lui ai demandé comment on faisait pour savoir si la fille était jolie avant de l'épouser car avec le tchador c'est un peu risqué… Alors en fait, généralement, c'est toujours entre des familles qui se connaissent. La mère et les sœurs du futur marié vont chez la future femme pour la voir et elles reviennent voir le gars pour lui dire si ça en vaut la peine. Mon chauffeur (il a 10 enfants) a marié sa 2ème fille mais il n'arrive pas à marier la première... Guy, si tu es motivé, je peux servir de garant ! Tu as bien 1000 dollars…

Par contre, beaucoup d'hommes se tiennent la main, même les militaires, et je ne les imagine pas sur un char lors de la gay pride avec leur kalachnikov... En tout cas, je ne leur demanderai pas, pas envie de me prendre un coup de Jambia ! C'est simplement un signe d'amitié.

Question paysage, je m’attendais à voir que du sable, de la rocaille... En fait, ce qu'on appelle Wadi Doan est sur sorte de vallée entre un immense canyon et tout est très vert, plein de palmiers au fond de la vallée alors que tout le reste est aride. Du haut des canyons, les vues sont fantastiques (Ah si j'avais un bon appareil photo...je m’attends à des remarques).

Wadi DOan 

Bien évidemment les hommes sont à l'ombre en train de boire un thé pendant que les femmes bossent dans les champs en plein soleil avec leur tchador. Dans cette région, elles portent un chapeau de paille un peu style sombrero. Assez typique mais dur à prendre en photo car si elles te voient prendre une photo, elles lancent une pierre sur la bagnole. Elles pensent qu'après elles ne pourront plus trouver de mari !

Actuellement, je suis au bord de la mer à Mukhala. Il fait un peu moins chaud mais beaucoup plus humide. C'est assez sympa, ils ont construit des promenades le long de la mer et de la rivière où les gens se baladent toute la nuit. En fait tu te sens plus en sécurité ici qu'a Paris même si tu es dévisagé. Enfin, je dis ça mais je dîne avec les Espagnols et je vais rentrer à pied de nuit à l'hôtel... Inch Allah

Demain, je vais bivouaquer au bord de la mer à Bir Ali (je vous tiens un peu au courant de mon itinéraire, on ne sait jamais). Pourvu qu'il ne pleuve pas…

J'ai regardé ce que je pouvais ramener pour vous mesdemoiselles mais à part le tchador, il n’y a pas grand-chose !!! Des idées ??

Et cette nuit, je me suis choisi un hôtel juste à côté d'une mosquée, C'est tout juste si je n'ai pas le haut parleur dans la chambre. Pas besoin du réveil. A 4h00 il y a le muezzin qui va raconter un truc au haut parleur !!!

Bon weekend !

Je devrais pouvoir vous donner des nouvelles d'Aden

Le Barjot

5

Et oui un nouvel email, finalement c'est moderne le Yémen. Je vous écris d'Aden, la ville ou a vécu Rimbaud. On vient de se taper 9 heures de bagnole.

Plage de Bir Ali 

Il y a un coin paradisiaque sur la côte. Les touristes venaient et dormaient sur la plage de sable blanc. Maintenant s'est monté une petite guesthouse dont le domaine couvre toute la plage donc t'as plus le choix. Ils ont fait des paillotes et des transats en jonc et bois. Coup de pot où je m'installe, juste à côté je vois un serpent de 20-30 cm rentrer entre les branches du transat voisin. Un des mecs vient pour voir et je lui explique qu'il fait 30 cm et l'autre pense que sa tête fait 30 cm. C'est plus un serpent, c'est le monstre du Loch Ness. Du coup pour dormir la nuit dessus, il fait trop chaud dans les paillotes, tu demandes si le copain va passer... Je ne suis pas tout seul, je suis pour l'instant le même circuit que le groupe de 12 filles espagnoles. Les chauffeurs yéménites n'ont pas l'habitude de voir des femmes en maillot de bain. Une a fait du topless, mon chauffeur m'en parle encore.

Depuis Mukhalla, on a à nouveau une escorte de flics. Je pensais que c'était du bidon mais pas du tout (voir mail suivant). Pour faire la route jusqu'à la plage, j'avais un flic dans la voiture. Quand on s'arrête et que je sors de la voiture il me suit, par contre quand on s'est arrêté et que je suis monté pendant 30 minutes en haut d'un cratère, il a préféré rester dans la voiture, trop de fatigue. Voilà la limite de la sécurité...

Qui protége qui? 

On s'est arrêté dans le village de Bir Ali pour déjeuner. En fait, tu vas sur le marché au poisson, tu choisis ton poisson et tu vas au resto le faire cuire. On en a pris un de 5 kg (sans compter le poids des mouches...) pour 4$. Je m’assois à une table d'un bouiboui et pendant que le flic va se laver les mains (on mange avec les doigts), il pose le kalash à côté de moi... C'est moi qui le protège... Tout ça donne l'impression que cette sécurité c'est du pipeau...

A suivre…

Le futur otage

6

Non, c'est pas une connerie, pas une blague. Je suis très sérieux, voilà ce qui s'est passé :

Pour rejoindre Aden, on prend une route qui passe par le territoire des bédouins donc on est accompagné par une voiture de flic. Je dis 'on' car je suis avec 4 voitures qui contiennent le groupe d'Espagnols. Il y a 2 4x4 espagnols avec conducteurs armés, ma voiture, les 2 autres voitures et la voiture des flics qui ferme la route. On est espacé de 50-100m chacun.

A 10h du matin, dans un tournant, tu vois un pickup en travers de la route et la première voiture qui s'arrête au milieu, la 2ème s'arrête à 20 mètres sur la gauche et nous sur la droite. Puis tu vois 7-8 bédouins armés de kalash de chaque côté de la première bagnole. Dedans, le chef des conducteurs espagnols, leur traducteur et 2 espagnoles. Un bédouin s'approche. Le chauffeur sort et les 2 commencent à s'engueuler. Sur le coup tu penses qu'il y a eu une queue de poisson et que c'est juste ça. Le bédouin veut rentrer dans le 4x4. Le chauffeur l'empêche en le prenant à la gorge pour l'étrangler. Les autres bédouins remuent leurs armes. Là, tu vois le traducteur sortir de la bagnole et venir se protéger derrière nos 4x4. Pendant ce temps un autre bédouin veut monter dans la bagnole. Le chauffeur fait mine de sortir le pistolet à sa ceinture.

Tout s'est passé en 3 minutes. Les flics débarquent à ce moment et pointent les armes vers les bédouins. Tout le monde s'énerve, la tension monte. Les 2 filles espagnoles sortent de la caisse et courent dans la tienne. Quelqu’un, qui je ne sais pas, tire un coup de feu. Les flics nous font reculer pour s'écarter à 100m. Moi, mon chauffeur n'est pas armé !!

Au bout de 5 minutes les flics nous font comprendre qu'on peut repartir mais qu’il ne faut pas traîner.

En fait pendant tout ce temps, tu es spectateur mais tu ne réalises pas tout.

Et là, les flics repartent en tête de convoi, et manque de pot c'est ta caisse qui ferme la marche. Et tu te dis 'ouf'. Finalement tout s'est bien passé !!

Que dal. 5 minutes plus tard, on voit un pickup qui nous double à toute vitesse, à l'arrière les bédouins. Le come back !! Devant nous, une camionnette qui se traîne. Les bédouins se mettent au même niveau que la camionnette pour nous bloquer la route et ralentissent. Finalement on passe la camionnette mais les bédouins roulent au milieu de la route, essayent de nous faire ralentir et montrent leurs armes au chauffeur pour l'obliger à s'arrêter. Devant, tu vois pas les autres bagnoles, mais tu es plutôt fixé sur les bédouins.

Et là, c'est comme dans un film : Le chauffeur essaye de passer sur la droite, le bédouin se rabat pour nous bloquer, finalement le chauffeur accélère au maximum pour forcer le passage sur la gauche. Les côtés des bagnoles se tapent. Je pense que le bédouin aurait pu nous envoyer dans le bas côté mais bon il l'a pas fait, on va pas se plaindre… On passe devant les bédouins mais ils ne lâchent pas l’affaire, ils nous poursuivent. Devant je vois le pickup des flics au ralenti, ils ont dû voir qu'il y a eu un problème. Ils se mettent entre nous et les bédouins pour les faire ralentir, on passe un petit col, et en bas de la descente, tu vois au loin un pickup au milieu de la route avec une énorme mitrailleuse. Et là, tu te dis que c'est bon, on va être coincé. Mais en fait, c'est un pickup de l'armée, une énorme mitrailleuse et une dizaine de mecs très armés. En regardant derrière, tu vois que les bédouins ralentissent et font demi-tour. Après c'est l'armée qui nous a accompagné et on n’a plus eu de problème. Mais il a fallu donner le backchich aux flics mais bon....

Après renseignements, ils ont voulu nous enlever car il y a 2 mecs de leur tribu qui sont en prison et ils voulaient faire un échange. Généralement, ils ne prennent pas les femmes, trop galère, et donc comme mec il y avait qui, je vous laisse deviner... Apparemment ils avaient tout organisé. Quelqu’un les a prévenus qu'un groupe de touristes était dans le coin et ils ont monté l'opération. Bonne chance au prochain qui passe par là...

Ça fait 20 ans que mon chauffeur fait ce job, c'est la seule fois où ça lui est arrivé (Rappelez-vous qui est le poissard).

Il y a 5 ans, un groupe de chinois a été enlevé. L'ambassade chinoise a été prévenue mais elle a dit qu’elle n’en avait rien à foutre, du coup ils ont été libérés sans échange...

Sinon, il y a 15 ans mon chauffeur arrive dans un restaurant à Mareb (territoire bédouin) et s'arrête dans un petit resto pour le petit déjeuner. Il est avec 2 touristes suisses. Quand il rentre dans le resto, que des bédouins. Au bout de quelques minutes un bédouin vient le voir et lui demande s'il est d'accord pour emmener les touristes dans le désert en échange d'un mouton. Le frère du bédouin avait été arrêté par la police et il voulait faire un échange. Il s'est débrouillé pour dire non en trouvant prétexte qu'il y avait juste derrière 15 touristes qui arrivaient et c'était mieux pour l'échange. Les suisses ne savaient pas évidemment de quoi ils parlaient mais en même temps ils ont demandé au chauffeur s'ils pouvaient se faire prendre en photo avec les kalash...'Non, non, il faut manger rapidement, il y a un petit problème'. Il ne leur a jamais dit à quoi ils avaient échappé pour ne pas gâcher la suite de leur voyage...

Pour revenir à mon histoire, 2 heures après le tour operator par qui j'ai réservé la voiture appelait mon chauffeur pour savoir ce qu'il en était. Apparemment la police a prévenu le gouvernement et comme à chaque checkpoint, ils savent qui il y a dans les voitures de touristes, ils ont prévenu le consulat (et comme j'étais passé avant pour me faire connaître...) qui a dû contacter l'agence... Comme quoi, certaines précautions...

Ce midi, mon chauffeur qui est un bon mangeur a fait abstinence, il avait pas complètement récupéré (apparemment il a super flippé), mais après, on a pris du Qat et tout allait mieux et il m'a rebranché sur les femmes.

Alors c'est vrai que depuis le début, je vous dis qu'on se sent en sécurité. Il y a 2-3 endroits où il faut faire attention, et là il y a la police touristique, sinon ici à Aden d'ou je vous écris, il n'y a pas de problème et ça ne va pas m'empêcher de me balader ce soir seul.

Au fait ici, c'est toujours le tchador mais on voit le visage des femmes. Et sur le port des bars avec l'alcool !!!!

A+ ps : tout est véridique

7

Salam aleikoum everybody,

Je comprends mieux maintenant pourquoi, l'agence nous a joints très rapidement, en fait c'est le groupe suivant qui s'est fait chopper. Est-ce qu'ils étaient sans escorte ou est-ce que les flics ont merdé ? Mais c'est vrai que dans ce coin ça rigole pas !! Bah, les bédouins ont dû tuer le mouton pour leurs invités. J'ai lu les articles sur le web et c'est vrai qu'ils étaient jeunes les bédouins, donc ils ont dû agir sans l'aval du cheikh. Hé !! Comme quoi je déconnais pas dans mon mail précédent !!!

A ce propos, un des chauffeurs des Espagnols a un trou dans sa bagnole venant d'une balle lors de la tentative d'enlèvement. Je vais essayer de savoir comment ça s'est passé. J'ai dû rater quelque chose.

J'ai quitté la zone à risques donc maintenant plus de risques en théorie et donc plus d'escorte de flics.

Je suis passé par Aden, connu pour son port et où a vécu Rimbaud (Rambow en version locale...). C'est une fournaise, très chaud, très humide, à partir de 10h c'est l'enfer.

Aaaaahhh !! Pendant que je prépare ce mail de ma chambre, j’entends l'appel à la prière donc demain réveil à 4h. Cool.

Avant hier soir à Aden, je suis retombé sur le groupe d'Espagnols (mes collègues d'enlèvement...). On est allé dans une sorte de boîte de nuit où il y avait de l'alcool, en fait des bières. Aden est un port assez cosmopolite donc les règles sont un peu souples. Les chauffeurs espagnols sont venus (le mien devait qater dans un coin quelque part...). Dans cette boîte, il y avait un groupe de musique qui s'est essayé à quelques standards occidentaux mais il est vite revenu à de la musique orientale. Il y avait 4-5 filles en tenue européenne assez légère, très court, normal avec cette chaleur. Les chauffeurs (c'était la première fois qu'ils venaient dans ce genre d'endroit) en avaient mal aux yeux, ça les change des tchadors !!! Le summum est quand il y a eu une danseuse style danse du ventre. Ils avaient la langue qui touchait par terre !!! Il y avait un client, un gros poussah du style Arabie Saoudite, qui s'approche du chanteur et qui jette des billets en l’air en faisant des grands gestes, genre je me la pète. Mouais, bof !! Ça fait j'ai plein de pognon et je l'étale.

A Aden, je me suis baladé dans un souk assez loin des coins à touristes, donc pas un occidental (déjà qu'il y en a peu).

Pardon, je reviens à mon histoire, donc dans le souk, il suffisait que tu aies un appareil photo pour que beaucoup t'interpellent 'Sadiq' (ça veut dire ami) et te demandent de les prendre en photo. Mais merde, il va la fermer, ça fait 30 minutes qu’il fait son 'allalalalalalalala'...

Aden, impossible de tenir, j'ai quitté les Espagnols, je suis parti dans les montagnes pour une petite ville Hammam Darn soi-disant pour ses bains thermaux. On a pris du Qat pour la route, faut bien s'occuper en mâchouillant sauf que ça donne très soif et donc toutes les heures c'est la pause pipi...

L'hôtel que j'ai trouvé est infâme (je vous rappelle que je ne sais jamais où je vais dormir le lendemain...). Je ne préfère pas vous le décrire. Mon chauffeur est affalé avec du qat devant la TV dans le hall d'accueil de l'hôtel, du coup je suis parti me balader pour aller voir ces fameux bains. A part les grandes villes, tous les bourgs sont vraiment dégueulasses, les gens jettent les papiers et les sacs plastiques (pas ceux recyclables, connaissent pas ça ici) par terre, il y en a partout.

....3 minutes plus tard...pardon, coupure de courant dans l'hôtel (si on peut appeler ça un hôtel) C'est la 3ème en peu de temps mais bizarre le haut parleur du muezzin, lui continue à fonctionner ! Allah Akhbar !!!

Ville thermale, no comment, je suis monté pour voir l'intérieur du cratère d'où est tiré l'eau chaude, c'est plein de bouteilles vides, dégueulasse. Donc ce matin départ pour Taizz et manque de pot, le président du Yémen (les élections sont le 20 septembre, oui je serai en plein dedans) avait un meeting dans une des villes par où on passait. Un bordel inimaginable, ils sont complètement dingues, il y a des affiches partout, les voitures en sont couvertes, les murs de toutes les maisons. Impossible de faire une photo.

Haha. 2 heures pour faire 300m dans les klaxons, la chaleur et la poussière. Au fait, ici pas de feu rouge, tout fonctionne au klaxon mais apparemment ça marche plutôt bien, tu doubles dans les virages en montagne sans visibilité mais c'est pas un problème, il y a toujours une solution.

Après demain je pars pour la côte de Tihama où c'est pire qu'Aden pour la chaleur, puis faire du trek dans les montagnes, ce sont des coins calmes. J'aurai pas forcément accès à Internet là-bas. Puis dernier coin chaud, la région de Shahara où je serai avec une escorte de police !!!

J'ai retrouvé le groupe d'Espagnols, ils avaient acheté du fromage local que tu manges avec des dates. Véro, je ne suis pas sûr qu'il y ait un marché en France pour ça...

Bon, je vous laisse, faut que je retrouve mon hôtel, aucune idée où il est. Je me suis paumé et il fait déjà nuit mais il y a des milliers de personne dans la rue, c'est cool l'ambiance. Il y a même un journaliste qui m'a pris en photo (je suis habillé local pour me fondre dans la masse...) et demain je serai peut être dans le journal local !!!

Demain, je suis encore à Taizz, donc je me connecterai à Internet (50 centimes de l'heure, ça va), si vous avez des choses à me demander.

Au fait, merci pour vos emails m'indiquant que vous n'aviez pas trop de sous en ce moment et si je pouvais éviter de me faire enlever...

PS : Guy, j'ai vu avec mon chauffeur, sa fille à marier a 25 ans, elle est boiteuse, il te la laisse pour 2000 euros. Il organise la fête, les kalachnikov, tout. Je suis allé dans sa maison mais pas autorisé à voir sa femme ou ses filles. Il m'a demandé de faire des photos de sa famille mais juste les garçons... Alors, ça te tente ????

8

Salut, J’ai eu le fin mot de l'histoire concernant le coup de feu lors des problèmes avec les bédouins. En fait, c'est un des chauffeurs espagnols qui en sortant la kalachnikov de la voiture a involontairement tiré dans le marche pied de sa bagnole. Il y a un énorme trou, ça lui fera un souvenir. Comme quoi, c'est peut être préférable d'avoir un chauffeur pas armé....J'ai discuté avec le guide des Français qui ont été enlevés.

Il est en contact avec eux par téléphone. Apparemment tout se passe bien, les bédouins ont tué le mouton, le chameau, leur font visiter l'arrière pays, des bassins pour se baigner... Mais bon, on sait jamais comment ça peut dégénérer. Apparemment le président du Yémen a dit qu'ils seraient après leur libération, les invités privilégiés du Yémen pendant 1 mois...

En parlant de chauffeur, j'ai du mal avec le mien, dés que j'essaye de le faire aller dans un endroit qu'il ne connait pas, comme par hasard, il n'y a pas de routes où je ne sais quoi. En fait, il est habitué à trimballer des retraités qui veulent se laisser conduire. Il comprend pas que quand on arrive dans une nouvelle ville à 15h, j'ai pas envie de rester dans l'hôtel même avec la clim.

De l'extérieur, vous devez vous dire que c'est dangereux le Yémen. A part dans la région des bédouins, un petit peu mais sinon pas du tout. Je me balade seul la nuit, il y aucune emmerde.

Un exemple : Je vais acheter du café de Moka sur le marché puis je m'installe sur la terrasse d'un bouiboui pour prendre un thé et bouquiner. Impossible, j'ai les gens du quartier qui viennent me voir pour essayer de discuter. On arrive plus ou moins à se comprendre et je leur montre mon café ! Ils me font comprendre que je n’ai pas acheté le meilleur et que je me suis fait un peu rouler, du coup ils ont insisté pour que je retourne avec l'un d'eux chez le marchand d'épice pour qu'il me file du number one!! A mon retour, le gars qui tenait une épicerie (si on peut appeler ça une épicerie) m'avait préparé un sandwich qu'il m'a offert. Vous avez déjà vu ça en France ??

J'ai croisé 2 françaises, 2 beaux boulets en perspective, il y a rien qui va et manque de pot, juste en moment où elles veulent prendre l'ascenseur, il marche pas, dur 3 étages à pied...

Je suis allé avec un des chauffeurs des Espagnols acheter une djambia pour la soirée costumée organisée chez Guy pour sa crémaillère... Fallait le voir marchander, il jetait son turban par terre, s'arrachait les cheveux...un vrai film. Après, il voulait que je me balade dans la rue avec... ça va pas. Déjà que je suis habillé en Yéménite (marwaz, turban et pas rasé de 15 jours)

Le jeu avec mon chauffeur est au checkpoint de la police de voir s'ils nous contrôlent ou nous laissent passer. 1 fois sur 4, je passe pour un local...

Je suis allé dans la région de Tihama, l'enfer, 40 degrés de jour comme de nuit et une humidité... On a pris un bateau de pêcheur pour aller se baigner, l'eau est quasiment aussi chaude que l'air et on ne voit pas à 3m, alors je vous déconseille le coin pour les amateurs de poisson... Ils doivent les importer ceux qu'on trouve sur les marchés...

Les Espagnols vont à un endroit que je ne suis pas censé faire mais ils essayent de convaincre mon chauffeur de les accompagner. Alors lui, dès qu’il ne connait pas, c'est que c'est impossible, la route n'existe pas ou je ne sais quoi...

Je suis passé par le plus grand souk du Yémen : Beit el Feiqui : 40 degrés à l'ombre et des milliers de gens, le guide-interprète des Espagnoles est tombé dans les pommes...

Cette partie du mail, je l'ai préparé sur le toit terrasse d'une école dans le Djebel Bura (oui, mon chauffeur a finalement accepté de venir) en sirotant un petit whisky. Oui, une espagnole en avait ramené dans une gourde mais elle n’osait pas le sortir ! Il y a encore très peu de touristes qui vont dans ce coin, les gens ont encore des tenues traditionnelles. Les montagnes sont escarpées et pendant que les mecs qat, les femmes portent des énormes bidons de flottes !!!

Djebel Bura

Donc, on dort à la belle étoile et il y a 1 heure j'ai entendu le tonnerre...

Djebel Bura 
Djebel Bura 

Même au fin fond des montagnes, on a le droit au muezzin mais avec les échos c'est un vrai bordel car ce sera à la mosquée qui en fait le plus...

Lendemain matin : Impossible de dormir, une espagnole a ronflé comme un camionneur.

J'ai pas le temps de finir mon email, un mec veut que je l'accompagne à sa station de radio. Je finirai mon mail plus tard...Inch Allah

9

En fait, je viens d'accompagner un gars qui bosse dans la station radio locale, C'est lui qui m'a montré où était le cyber café et il voulait à tout prix que je vienne voir sa radio : Radio Hajjah, si ça branche quelqu’un...

J'étais assis à la terrasse d'un bouiboui pour boire un thé et bouquiner (rien d'autre à foutre et mon chauffeur devait être étalé devant la TV) quand 2 autres gars assis là, dont un parlait anglais m'ont branché (j'avais pas eu le temps de lire 2 pages). Ils m'ont filé du Qat et ça a commencé comme ça. Je suis revenu pour finir cet email mais en plein milieu coupure de courant, j'ai tout paumé. Il y a de plus en plus de coupure de courant le soir vers les 18h. Selon mon chauffeur, c'est à cause des élections (je vous en parlerai à la fin de cet email car ça va être très chaud encore cette histoire !!!!). C'est pour que le soir des élections, lors de l'inévitable coupure de courant, les urnes soient échangées dans le noir.....

Quelques anecdotes : Un des chauffeurs des espagnoles a montré une photo de lui avec une touriste à sa femme. Résultat, il a dû lui acheter 3 moutons car elle l'avait très mal pris. Donc, mesdames, si en rentrant à la maison, vous trouvez un mouton dans le salon, c'est que monsieur a fait une connerie...

Depuis, il planque les photos dans sa bagnole et dit à sa femme qu'il ne part qu'avec des hommes... Manque de pot, une fois, elle a trouvé les photos dans la bagnole, les a déchirées et les a remises à leur place. A part ça, c'est lui le boss à la maison...

Les espagnols sont partis de leur côté et je suis allé dans le djebel Harraz pour faire un peu de trek. Je suis tombé sur un guide qui avait du mal à marcher quand il y avait trop de soleil. Encore un bon celui-là. Le soir dans le funduk (c'est le mot local pour petit hôtel), il y a une salle exprès pour dîner allongé sur des coussins et il y a un groupe qui vient jouer de la musique et tu te dois de danser, mais entre hommes bien évidemment... tu te tiens la main et tu fais des sortes de passe de rock !! Je suis prêt pour le Queen maintenant. J'ai acheté le CD pour les soirées branchées de Guy...

J'y ai croisé un couple de français malade comme pas possible (je croise les doigts). Sur leur route, ils ont rencontré un Slovène complètement barge : Il est venu avec des skis, oui des skis. Il voulait être le premier homme à skier sur des dunes de sable au Yémen. Résultat, il s'est vautré et esquinté la tête !!!

Bon, je vous passe, tous les petits villages où je suis passé, tous perchés sur des pitons (kaukaban, Bukur, Al Tawila...,). Les paysages sont assez époustouflants et ça vaut bien les petits désagréments du style bédouins… Il y a pas des millions de touristes, à se demander pourquoi… Souvent, je suis seul dans l'hôtel, voir dans les souks. Les locaux sont intrigués, ils se demandent si je suis un touriste ou yéménite...

Ce soir, je suis dans le meilleur hôtel de la ville (niveau Ibis...) et je peux dormir tranquille : Pour les élections, il y a des observateurs européens qui sont présents dans les grandes villes pour surveiller que tout se passe bien et ils sont protégés. J'ai donc 5 mecs armés dans le hall de l'hôtel.

En même temps que je vous écris, je regarde les news sur internet, apparemment ça continue à chauffer, il y aurait eu 2 attentats contre des installations pétrolières dans les coins où je suis passé. En fait, j'ai pas besoin de ramener des photos, ça doit passer à la TV en ce moment.

Il me reste encore un coin chaud à passer : demain, je vais dans le nord à Shahara et je vais être accompagné de la police et d'un bédouin (qu'il faut payer évidement, sinon…). Apparemment il arrive que les tribus de bédouin se fritent entre elles dans la région. Après retour sur Sanaa.

Il faut que je vous parle des élections : Il y a 2 partis, celui du président actuel (24 années au pouvoir, un des hommes les plus riches du monde, apparemment il aurait gagné plusieurs fois à l'euromillions...) représenté par un cheval et l'outsider représenté par un soleil (certains sont inquiets car un des membres importants du soleil est barbu et personne ne veut tomber dans l'islamisme à outrance). Ce n’est pas compliqué, il y a des affiches partout, les voitures, les murs en sont couverts. C’est le bordel partout. Demain mercredi ils votent et le résultat est le jeudi. Si le soleil gagne, ce qui est peu probable, c'est quasiment la guerre civile. L'armée et la police corrompues sont payées par le président. Il y en a même qui me montrent la photo du président et qui me demandent 'good or no good'. Alors pour ceux qui pensent venir prochainement (j'ai eu beaucoup de demandes), la meilleure réponse est ' la arif, ana faranci' (je ne sais pas, je suis français). Ça permet d'éviter les emmerdes. Vous n'entendez pas, mais vient de passer dans la rue une bagnole couverte d'affiches du président avec un haut parleur qui hurle ses discours. Je peux acheter une K7, si quelqu’un est motivé.

Pour voter, il faut avoir 18 ans, mais si tu es un chef et que tu viens avec tes enfants, tu dois pouvoir les faire voter...

Arrrh, encore une coupure de courant...

Donc en principe, d'ici samedi (je prends mon avion dimanche à 1 heure du matin...), je devrais être capable d'envoyer encore un email, inch Allah, sinon... Mais ça veut pas dire que si j'en envoie pas, ça merde...Il suffira de regarder les infos à la TV...

Il est 21h30, je retourne à l'hôtel, je dois avoir sur moi 600 dollars, 1 an de salaire au Yémen, la plupart des rues sont dans le noir et pourtant je me sens plus en sécurité qu'à Paris (je ne déconne pas). Le problème ne vient que des coins où il y a des bédouins, et si tu as des emmerdes c'est pas pour ton pognon, c'est juste pour faire pression sur le gouvernement.

El presidente ricardo

10

Salut, la prochaine fois que vous voulez m'empêcher de rentrer en France, essayez de trouver des gars pas trop bras cassés ! Ils ont pas été bons vos bédouins du dimanche...

Visite de Shahara, comme je vous l'avais dit, ça pouvait être chaud, il y a donc en principe la police touristique qui nous attend à Amran pour faire la route jusqu'au pied de la montagne où se trouve Shahara puis c'est le bédouin qui prend la relève.

Déjà, pour aller sur Amran, pas un chat sur la route, toutes les villes sont mortes sauf aux endroits pour voter et là c'est un vrai bordel, impossible de passer. C'est étonnant la conduite yéménite, c'est n'importe quoi, ils s'engueulent tous, ils sont armés et jamais un mec descend de la voiture pour se friter.

Ah, au fait, j'ai écrit ce passage du funduk de Shahara avec en bruit de fond mon copain le muezzin qui fait son Allah akhbar.

Donc, arrivé à l'entrée d'Amran, chekpoint de la police qui nous fait chier alors qu'en principe c'est à la sortie de la ville qu'on nous accompagne. Finalement, on nous laisse traverser la ville sans escorte. Arrivé à la sortie de la ville au fameux checkpoint, on te fait poireauter 20 minutes. Je me mets dans un coin à l'ombre pour bouquiner, vla qu'un flic se pointe pour me baragouiner sur Zidane, le coup de boule, les élections et Chirac... Finalement, ils nous disent d'y aller mais je ne vois pas de voiture de police. Je demande au chauffeur : L’escorte est devant. Bon, ok. En fait, on les croise roulant dans l'autre sens... Après qu'ils ne viennent pas se plaindre si on se fait enlever. C'est que dans cette région, on est à nouveau au pays du sac à main griffé Kalashnikov... Donc, on fait tout le chemin seul pour finalement arriver où le bédouin nous attendait avec le repas avant de monter au village. Et juste à ce moment, débarque qui ? Nos chers flics qui arrivent juste pour l'heure du repas, quel timing. Ah ça, c'est sûr qu'ils l'ont protégée la bouffe...dans leur estomac... Après ils ont disparu, ils avaient dû s'assurer que la bouffe n'était pas empoisonnée, c'est pour ça qu'ils ont fini toutes les gamelles.

Après, bien évidemment, séance de Qat. Tu penses rester tranquillement assis sur ton matelas entouré des armes des flics, mais non, tu es invité à rejoindre une pièce exprès pour cela, la Madradj en compagnie de tout le gratin du coin : Le cheikh (le mot local pour le capo de tutti capi) de la région et ses sbires. Et donc on t'installe à la meilleure place et chacun te file une branche de Qat. Le chauffeur, considéré comme un grouillot de base est dans un coin sans coussin avec un peu de Qat. Je vous l'ai dit plusieurs fois, VIP au Yémen.

J'ai les contacts des cousins du Cheikh qui étudient la médecine en France. On va se faire des Qat party !!

Ah un truc à savoir, ici quand tu fais la bises à quelqu’un d'important, tu lui fais une bise sur la joue gauche et 3 sur la joue droite. Moi, je me suis limité au Salam Aleykoum de base.

Puis on est monté au village dans le pickup pourrave du bédouin. Je me suis dévoué, je suis monté sur la plateforme arrière, debout en m'accrochant à la barre pour essayer de prendre des photos. Faut dire qu'on longe des à pics impressionnants. J'ai encore tous les os qui tremblent et des photos nazes. Pas ma faute, c'est l'appareil. De toute façon, pour les images, il vous suffit de regarder les infos à la TV...

A se demander combien de bagnoles ont fini en bas. Avant c'était les enfants qui conduisaient mais l'agence ne veut plus car les touristes ont la trouille. Tu m'étonnes, un gamin de 15 ans sur une route où au moindre faux pas, tu plonges...

Pourquoi monter là haut, en fait, tu montes par une route qui est vraiment incroyable et pour voir un pont en pierre du 17ème siècle qui relie deux montagnes au dessus de 1000m de vide. En fin de journée, le bédouin m'amène à un endroit pour voir le coucher de soleil et en attendant on fait quoi ? On qat... Et manque de pot, une palanquée de nuages donc retour au funduk. Une heure plus tard, un énorme orage qui pète dans le village, des grêlons gros comme des billes. Résultat, 1 mort. Ça rigole pas ici !

Ah oui, un truc à savoir, ne jamais qater et boire du thé. Résultat, j'ai dû dormir 2 heures.

Le lendemain, je me suis vengé du bédouin qui m'avait dit de boire du thé. On devait faire une partie de la descente à pied. J'ai demandé à prendre le chemin le plus long et en plus je suis passé devant histoire de le faire galoper avec ses tongs...C'est mesquin mais je me venge avec mes moyens, je ne suis pas armé. En plus, il s'est mal organisé, on est arrivé beaucoup plus haut que l'endroit où la voiture nous attendait… et hop une petite marche de plus.

Retour sur Sanaa. La protection des flics, quels flics ???

Au fait, les élections. Ecrasante victoire du président donc tout va bien.

Alors, à moins d'événements intéressants à vous raconter sur les deux prochains jours, ça devait être mon dernier email. Mais je lirai mes emails samedi inch Allah.

Le bédouin

11

Salut, Afin d’avoir la totale (enlèvement et élection), j’ai eu le droit au premier jour du Ramadan. Ville morte jusqu’à 13h00. Il faut éviter de boire ou de manger dans la rue car les locaux font ceinture. Par contre dans la guesthouse, ils servent à manger.

Vers 18h30, c’est le moment où ils peuvent manger. J’étais invité. On est tous avec une cuillère devant des grands plats et des dattes. Le muezzin est en train de parler, tout le monde attend, prêt à se jeter sur les plats. L’instant d’après, c’est la curie. Tu manges une datte et après le reste. Puis ils vont à la prière et après retour pour les plats principaux. Demain, ils ne pourront plus manger après l’heure de la prière qui est à 4h30 du matin. Dur!

Wadi Dhar 
12

Juste un mail (il n’y en aura qu’un) de Riyad en Arabie Saoudite. J’y ai fait un aller-retour histoire de faire un speech lors d’un séminaire…

Déjà le visa, tu ne peux avoir que des visas affaires, comme quoi le touriste est malvenu dans ce beau pays. Maintenant j’ai un super passeport avec des visas d’Algérie, du Yémen, d’Ouzbékistan et d’Arabie Saoudite, prochain voyage aux US, je suis bon pour un aller simple à Guantanamo.

Dans l’avion, 1 femme parmi tous les voyageurs. Apparemment, une femme non accompagnée ne peut aller dans ce merveilleux pays. 30 minutes avant l’atterrissage, les stewards retirent tous les magazines (au cas où il y aurait des pubs pour l’alcool ou des femmes en tenue légère…). De même, vérification qu’il n’y a pas une bouteille d’alcool ou de vin qui traine…La femme va se changer pour se mettre tout en noir, trop de couleur tue ici….

L’aéroport ? Super moderne, le choc en comparant celui du Yémen qui ressemblait à une ruine. Ici c’est climatisation, fontaine, marbre….Humhum ça sent le pognon.

Dans le hall pour récupérer les bagages, tu sens que t’es pas dans un pays ‘normal’ : Parquées dans un coin, une trentaine de femme d’origine indienne attendent assises par terre alors qu’il y a plein de siège. Bienvenu dans un monde d’esclavagistes où les pauvres n’ont pas fini de galérer !

En principe qqun de l’hôtel devait me récupérer, vous connaissez ma poisse légendaire, personne à l’arrivée. Non, pardon, plein de personnes avec des cartons et les noms marqués dessus, mais walou me concernant. Je tourne, je tourne, les taxis viennent me demander si je veux aller qq part, je refuse, confiant dans l’organisation et surtout que j’ai pas d’argent local et j’ai pris qqs billets de 100$ et je me vois pas comment récupérer le change avec les taxis. Je vais voir à l’arrivée des vols domestiques au cas où mais quedal. Finalement je trouve un distributeur au cas où, mais bon, confiant j’attends !!!

Au bout de 45 minutes d’attente, je laisse tomber et là c’est comme d’hab le plan galère avec les taxis. J’ai bien dû payer le double ou le triple du prix normal mais bon, ça va passer en note de frais. Coup de pot, je connaissais à quel hôtel j’allais. Le four Seasons (putain, ça me change des bouibouis où je descends généralement). Stop en bas de l’allée qui va à l’hôtel, camionnette blindée de l’armée avec mitrailleuse lourde, on ouvre le capot et le coffre pour voir s’il n’y a pas de bombe puis sur la route qui monte à l’entrée, des blocs de béton pour faire zigzaguer les voitures et les empêcher de rouler vite en cas de voiture suicide, ça vous donne une idée du pays. Mais je m’en fou, demain j’irai me balader ! A l’accueil, pas de réservation à mon nom, pas de réservation au nom d’HP, waouh ca commence fort ! Finalement, oui il y a une réservation mais pour le lendemain et pour le jour où je serais déjà parti… (d’où personne à l’aéroport) et l’hôtel est plein, on va vérifier. Super ça continue la poisse ! Allah Akhbar, il y a une chambre pour moi. La chambre, plus grande que mon appart est au 38ème étage d’une tour de 99 étages… De là, vue à l’infini sur la ville traversée de grandes artères pleines de bagnoles, vraiment rien d’exceptionnel, de typique.

Lendemain, journée off pour aller me balader. Riyad est une très grande ville, personne ne se balade à pied. Je prends un taxi pour aller dans le seul coin touristique, une vieille forteresse à voir et un souk. Sauf que, héhé, le samedi c’est un peu notre lundi à nous, donc tous les parcs et musées sont fermés pour maintenance, top, j’ai tourné, tourné, j’ai pas été foutu de trouver un truc ouvert à visiter, un parc où se balader, ni de trouver le souk.

Alors les gens, les saoudiens tu les reconnais, ils ont leur grande tunique longue blanche et le kieffé rouge sur la tête, les femmes toutes en noir avec que les yeux qui dépassent. Et tous les endroits publiques, style parc, musée sont ouverts certains jours pour les hommes et d’autre pour les familles… Les autres, ceux qui bossent vraiment sont des pakistanais, philippins, indiens…

Du coup retour à l’hôtel, bulle au bord de la piscine (oui, il y a une piscine mais c’est pas simple car il ne doit pas y avoir de femme qui mange au resto à coté…), hammam, Spa….La vie est dur et on prend goût au luxe !!!

Au fait, j’ai failli être converti, le chauffeur de taxi qui m’a ramené à l’hôtel a essayé de me convaincre de lire le Coran et Inch Allah je deviendrais musulman (ça va être galère par rapport au pastis et au saucisson…). Depuis 25 ans, le gars bosse 6 mois ici et retourne 6 mois dans sa famille en Afghanistan où il n’y a pas de problème avec les talibans. Allah Akhbar, j’y ai eu droit au moins 10 fois. Pareil, ici c’est un endroit super safe, aucun risque me charabia-t-il, alors explique-moi à quoi sert le blindé devant l’entrée des grands hôtels et malls….

Au fait point positif, je n’entendrai pas l’appel à la prière de mon 38ème étage… Ah non, pendant que j’écris ce mail j’entends le muezzin qui se lâche, la vache, je suis sûr qu’il y a un haut-parleur planqué dans ma chambre.

L’hôtel est collé à un mall donc petite balade mais que des boutiques occidentales : Vuitton, Zara, Lacoste, rien de typique. Ah si, le dernier étage est interdit aux hommes, ce sont les boutiques pour les femmes. Pareil pour les petits restos où j’ai mangé, il y a dans certains cas une queue pour les hommes et pour les femmes et un endroit pour déjeuner qui leur est réservé. Les malls sont les lieux de rencontres des jeunes par téléphone bluetooth interposé. Ils se transmettent leur numéro de téléphone pour s’appeler car il est interdit à un homme de parler à une femme seule.

J’ai fait le touriste, je suis monté au dernier étage de la tour à environ 300m et tu n’as pas le droit de monter avec ton appareil photo. Donc un mec t’attend là-haut et tu peux te faire prendre en photo avec son numérique. Sauf que les locaux qui connaissent le coup, montent avec leur téléphone qui prend des photos. J’en ai même vu un qui a demandé au mec chargé de prendre des photos de le prendre en photo avec son téléphone. Mais comme le mec est immigré et celui qui lui a demandé est un saoudien, forcément il n’a rien dit.

Pour une fois, coup de pot, l’ascenseur sera arrêté demain pour maintenance ; si je n’y étais pas allé aujourd’hui je l’avais dans le baba.

A la télé, ils ont plus de 80 chaines dont Fashion TV, étonnant de la trouver ici et je suis tombé sur…la star académy locale !!! Et les chanteuses ne sont pas masquées, euh voilées.

Bienvenue à Riyad où les cinémas, bar et boites de nuit sont interdits.

Le lendemain : je viens de comprendre pourquoi j’ai pas été foutu de trouver le souk car ce con de chauffeur de taxi s’est planté et ne m’a pas amené au bon endroit !! En fait, les mecs débarquent du Pakistan, Inde ne savent pas conduire ni ne connaissent la ville et on leur colle un taxi entre les mains !!! J’ai bien évidement acheté la tenue locale saoudienne et un masque de zorro pour les femmes. Qui veut l’essayer afin de réaliser le bonheur de vivre en France ?

Passage de la douane pour le retour : Il y avait des Pakistanais qui repartaient pour Peshawar, les mecs sont traités comme de la merde par les douaniers alors que nous, européens, tout de suite ils sont plus serviables, alors que c’est quand même grâce à tous ces immigrés que le business fonctionne.

Bienvenue dans ce pays des droits de l’homme….