Détente au Somaliland et kurdistan irakien

Du 20 avril au 5 mai 2017
16 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Salut,

vous avez la chance d'être le destinataire de mes futures enmerdes, ça va vous faire de la lecture ! Ouais, après avoir suivi le petit drapeau de la guide en Roumanie, faut passer à autre chose d'un peu plus... engagé, sinon tu vas finir guide chez FRAM....

En cas d'urgence, je pourrais peut être voir mes SMS mais impossible d'écouter les messages. Concernant Internet, Inch Allah!!!

Avec ce circuit, vous allez découvrir des coins inconnus. Alors, cette petite balade :

Première étape : le Somaliland. Qqun connait? Bon, démerdez vous et merci Google. Le seul hic, il faut un visa mais c'est galère pour l'avoir. T'en as récupéré un via un hôtel mais t'es pas sûr que ça soit un vrai : Une fois que t'avais filé le pognon à l'hôtel, plus de news, il a fallu que tu le menaces de faire sa pub sur tripadvisor pour qu'il t'envoie une photo d'un document avec ton nom. Maintenant, va falloir se demerder avec ce papier en espérant déjà qu'on te laisse monter dans l'avion et ensuite ça sera les palabres pour rentrer dans le pays. Sinon ça sera retour la queue basse...

Alors pourquoi le Somaliland? Faites une recherche sur Laas Geel... Rien que pour y aller, il faut un militaire et toute une logistique, c'est pas encore fait cette histoire... Le truc marrant est que pour aller à Berbera via Laas Geel, il te faut la sécurité militaire et un 4*4, par contre pour faire le chemin inverse en bus local, t'as besoin de rien. En fait, si tu veux faire "chier" un touriste et si t'es pas trop con, t'attends son retour... mais bon, on est entouré de cons...

Alors quoi faire à Berbera? euh, ben, bon, euh pour sentir le pays.... Le gros pb au Somaliland en ce moment est qu'il y a une très grande sécheresse qui a déclenché une famine, donc profil bas, pas de soirée mousse...

Ensuite transit d'une journée à Dubaï (rappel, c'est ta destination officielle), tu vas te faire chier dans leur mall hyper climatisé...

Et après t'enquilles sur Erbil, capitale du.... Kurdistan Iranien. Autant pour l'Irak, il te faut un visa, Autant pour la région du Kurdistan, c'est journée porte ouverte, your're welcome. Le seul truc un peu chiant, c'est que les agences françaises refusent de te vendre des billets d'avions.... T'as engagé un mec pour 4 jours, histoire de faire le tour du pays et ensuite tu vas taper le mont Algurd, 3620 m, plus haut sommet de la région et après tu te demerdes. Seul hic, le sommet est sous la neige, donc juste pour une journée, t'es obligé de te trimballer 10 kg de matos grand froid... Faut être con.

Alors, pourquoi le Kurdistan ? Bah, au moins t'es sûr de pas suivre en troupeau un petit drapeau et puis c'est l'occasion de comprendre ce qui se passe dans cette région sans le filtre des journaux. Donc, ça c'est sur le papier, sur place ça sera une autre histoire.

Coté souvenir, y a la commande habituelle pour du henné (Adnana).

Il semble possible d'envoyer des paquets par la poste, bon faut attendre 6 mois pour le recevoir... Donc qui veut un t-shirt du PKK et quelle taille ? Pas question de prendre le risque de les ramener dans les bagages, tu fais deux stops en Turquie, c'est le meilleur moyen pour faire un remake de Midnight Express...

D'autres commandes?

Ps : Kinary, : +2 pays, t'es pas prête de me rattraper, et 2 pays non reconnus par l'ONU, moi je dis ça devrait compter double!!!!!

2

Dans l'avion entre Addis Abeba et Hargeisa il doit y avoir 30 personnes dont 5 étrangers. Tu pensais discuter avec eux mais ils ont un beau passeport bleu marqué UN. Donc ça va être pour eux le meilleur hôtel de la ville et gros 4x4 climatisé. En termes de paysage, vue d'avion tout est dans les tons ocres, tous les fleuves semblent à sec.

Et comme prévu, ça merde grave à l'arrivée au Somaliland. Comme tu n’as qu'une copie du visa, tu ne peux pas entrer dans le pays et l'original n'a pas été apporté à l'aéroport par ton sponsor. Il y a des originaux mais pas le tien. Tout le monde est passé sauf toi. Que faire? T'essayes d'appeler le baltringue de l'hôtel mais ton téléphone ne fonctionne pas ici. C'est la merde. Le wifi? Quand tu vois la tête de l'aéroport international, tu te dis que c'est déjà incroyable qu'ils aient l'électricité alors le wifi.

Une douanière sympa appelle avec son téléphone un des deux numéros que l'hôtel t'avait filé. C'est un faux numéro. Ca se complique voir ça pue. Le deuxième semble être l'hôtel mais l'employé est au courant de rien. T'attends 20 minutes et tu vas voir un autre douanier qui rappelle et semble être tombé sur le patron. Il le pourri par téléphone en lui disant fissa. Bon faut espérer. Mais il te dit gentiment que si tu as pas l'original, tu devras repartir et il y a aucun moyen de faire un visa sur place. Y a un vol pour Addis à 16h... Et pendant ce temps tu sais pas où est ton bagage qui doit attendre depuis un paquet de temps... putain, faut bosser pour les Nations Unies, au moins t'es pas emmerdé.

Donc t'attends et t'as plein de mecs de la sécurité qui viennent taper le bout de gras avec toi, ils sont très curieux ici. Ouais c'est pas Roissy, t'as pas un avion toutes les cinq minutes donc ça les occupe. Bon ben t'attends, ça fait plus d'une heure. Finalement un des gars qu'a l'air galonné te dit de te mettre dans la file et dit qq chose à la douanière. Donc tu lui remontres ta copie, elle fait une photo de toi, elle prend tes empreintes et ce coup-ci elle fait comme si c'était l'original et tu passes. Ton bagage t'attend. Tu montes dans un taxi qui te demande 25$ (fixe price mon cul) le salaire d'un mois pour la course et tu commences à partir quand tu réalises que t'as paumé tes lunettes de soleil. Et c'est un truc qui va être utile ici.

Petite aparté, pendant que tu écris ce mail, t'as le haut-parleur de la principale mosquée de la ville qui donne dans ta chambre.

Revenons à l'histoire. Donc tu arrêtes le taxi et tu veux retourner dans l'aéroport, tout en te disant que tu dois faire confiance au chauffeur de taxi car tu lui laisses toutes tes affaires Que neni, on te dit que tu dois faire tout le circuit comme si tu voulais embarquer. Au moment où tu vas refaire tout le tour tu vois un mec donner un original de visa à qqun de l'aéroport. Tu regardes le nom, c'est le tien. Finalement l'hôtel a bougé son cul.

Ah, tiens, y a une mosquée au loin qui répond à la première.

Le coup de pot c'est que tous les mecs te connaissent à l'aéroport donc tu passes devant tout le monde et même par des endroits où t'as pas le droit. Ouais, c'est pas tous les jours qu'ils ont un touriste. Et finalement tu arrives au bureau où tu avais fait ton visa et tes lunettes t'attendent. Abdulilah!!!! Mais c'est pas fini car quand tu ressors des bureaux tu as le chauffeur de taxi qui a apporté ton visa qui t'attend et t'as l'autre chauffeur de taxi avec tes affaires. Et rajoute par dessus le taxi qui te tend le téléphone pour parler avec le patron de l'hôtel car y a un micmac. Ca s'est arrangé entre eux tranquille. Tout ça pour arriver à l'hôtel oriental à 15$ la nuit.

Euh, Adnana, toi qui connaît les coutumes locales, c'est normal que le barbu en haut de sa tpur poitue appelle à 15h15 et recommence à 15h30 ? Y a des notions de rappel chez vous?

Tu t'es pas frité ave le gérant de l’hôtel car quand tu le vois tu comprends qu'il est pas doué et en plus il te dit que tout est prévu pour demain pour ton trip pour aller voir les peintures rupestres de Laas Geel et aller au bord de la mer à Berbera. La bagnole, l'escorte militaire dont prêtes. ll attendait plus que ton pognon pour pré payer le droit d'entrer sur le site.

Alors la capitale Hargeisa, déjà très chaud et lourd et c'est rien par rapport à demain à Berbera.Ville classique du moyen-orient/Afrique. T'es logé dans le centre à deux minutes du souk. Il n'y a que des chaussures et vêtements chinois. Il doit y avoir 50 étales de chaussures. T'es tombé sur le coin fruits et légumes, ce sont surtout des oranges, tomates et pastèques. Tu peux pas faire de photos car c'est surtout des femmes et tu risques de te faire lyncher. T'as aucun touriste donc ils sont assez surpris et t'es souvent gentiment interpellé. Y a qu'une fois où un gamin de 12 ans t'as demandé si t'étais musulman et quand tu lui dis non et il fait comme s'il allait te frapper avec son bâton. Donc, tu lui fais fasses assez méchamment. Et c'est un vendeur un peu plus loin qui pourri le gamin et en s'excusant. A part ce petit intermède, les gens sont vraiment sympas. T'as le droit aux deux questions traditionnelles : d'où tu viens et tu fais quoi comme travail.

Côté bouffe, t'as pas encore testé car le thon sur le vol Paris-Addis a fait un peu de dégâts. Mais ici il y a plein de restos de chameaux. C'est le plat local.

T'as quand même fait la photo du hotspot de la capitale mais la ville n'a rien de particulier et même les mosquées n'ont rien d'exceptionnelle.

Gabriel, Kinnary, tu as aussi les changeurs de monnaie. En comparaison au Venezuela on a été des mickeys.

Comme je l'ai dit le téléphone ne marche pas, j'arrive pas à téléphoner ou envoyer des sms.

Je vous tiens au courant pour la suite et suis impatient de savoir s’il faut voter Melanchon.

3

Encore un peu de lecture, ça vous occupera au boulot.

En fait jusqu'à 17h, le centre-ville est assez calme. Independant street qui est leur Champs Elysée se réveille d'un coup. Comme il fait beaucoup moins chaud, tout le monde sort. Il y a plein de petits cafés qui s'installent, bien sûr que des hommes. Et tu as le coin de ceux qui vont mâchouiller du qat. Facile à les trouver, il y a des feuilles et des brindilles de qat tout autour. Toutes les femmes sont en tchador, c'est le minimum syndical. Certaines sont toutes en noir, d'autres avec des couleurs vives, y a des supers photos à faire mais trop risqué.

Il y a plein d’étales sur le bord de la route : les vendeurs de jeans, les réparateurs de téléphone avec leur fer à souder, tu peux aussi te peser...côté bagnole c'est un cauchemar, connaissent pas les pots catalytiques ici. Et côté papier et sacs plastiques c'est une horreur.

Ton hôtel est plein mais pas un étranger. Faut reconnaître que quand tu vois la salle de bain, tu fais ah ouais quand même puis quand tu regardes la serviette tu te dis que tu vas pas t'essuyer le visage avec. Le matelas est en mousse mais rembourré de béton. Tu te laisses tomber dessus, tu te pètes le dos. Quant aux chiottes, Vincent je te fais pas une description, même à distance tu deviendrais constipé. Et il doit faire 40° dans la chambre même avec le ventilateur donc t'as pas le choix, tu ouvres la fenêtre. Ce soir c'est the voice des muezzins. T'as le droit à une série d'allah akhbar toutes les 30 minutes. A force, dieu va pas être grand il va être sourd... Par la fenêtre tu vois en face un gros bâtiment, c'est la mosquée. ..madré de dios. Ça te démange de vous envoyer un émail à chaque fois que tu vas être réveillé.

Demain soir à Berbera, où il est annoncé 40° avec encore plus d'humidité, tu vas oublier l'hôtel à 10$ pour un à 50$ avec climatisation et au bord de la mer. C'est avec la bedaine, les verres progressifs et les hôtels 'chics' que tu sens que t'as vieilli!! Sans compter les cons(nes) autour de toi qui te traitent de vieux alors que tu fais plus jeune qu'eux... se reconnaîtront...

Ouais t'écris bcp mais t'es dans ton sauna/chambre en attendant le résultat des élections en France.

Finalement t'as testé un vrai resto ce soir, tu vas attendre un ou deux jours avant de tester le bouiboui dans la rue. Ici le plat typique c'est le chameau. Tu retournes une pierre et t'en vois un. Bon ben pas de pot, y en avait plus au resto, tu t'es rabattu sur la chèvre. Tu quitteras pas le Somaliland sans en avoir bouffé! !!

Alors pour celle (pas de name dropping) qui se plaint qu'il faut du henné qui fasse une coloration rouge et pas noire, je lui rappelle que je viens d'en acheter déjà un kilo et que de toute façon la poudre est verte. Je rappelle que, déjà les mamies locales ont été surprises de voir un touriste débarqué sur leur marché et en plus un mec qui vient acheter du henné et au prix fort. Je pense que ce soir elles ont en fait une chanson. Elle en voulait 8$ le kg, (Ici qd tu demandes qqchose par défaut c'est 8$) et tu l'as eu à 5$ et c'est certain, t'es quand même le pigeon du mois, à deux doigts de partir sous une haie d'honneur. Alors ta couleur de henné. tu mettras du colorant.

RicardoGalereQuiFaitQueCommencer

Ps : et dire que j'en connais qui partent tranquillement à Metz le weekend et d'autres qui s'éclatent à Tour une semaine.

4

Yo, ouais encore plein de lecture...

J'ai hésité à vous envoyer un email à 4h du matin pour vous faire partager le doux son du muezzin.

Bon, ça risque de se compliquer mais avant, il faut vous raconter la virée avec les pieds niquelés. Objectif: visite du site Laas Geel puis droppage à Berbera au bord de la mer. Hier le baltringue de l'hôtel te dit qu'il se charge d'obtenir le permis pour aller sur le site de Laas Geel. Ce matin il te dit qu'il donnera l'argent au militaire qui te sert d'escorte et qu'il payera sur place car le bureau est fermé aujourd'hui. Et il devait pas te faire une copie du permis pour ton retour ?? Ouais, car tu restes deux nuits à Berbera et après tu prends le bus pour revenir sur Hargeisa, inch allah.

Donc tu pars avec Mohamed le chauffeur, Ali le militaire et aucun papier. Pas un ne parle anglais... T'espères une journée cool...

Ca fait deux minutes qu'on roule. Le chauffeur essaye de doubler une voiture et comme il a du mal il lui fait volontairement une queue de poisson. Forcément le gars s'énerve et nous colle en klaxonnant méchamment. Il a suffi qu'Ali se penche par la vitre pour que le gars se calme, ici on a le respect de l'uniforme!! Ca commence fort...

10 minutes plus tard, le chauffeur s'arrête près d'une casse, va chercher qqchose mais revient bredouille. Apparemment il cherchait sa popote du jour ou un truc dans le genre. Du coup il appelle qqun au téléphone et roule au ralenti. Comme s'il attendait qu'une voiture le rattrape. Puis il s'arrête et attend. Le ton monte entre Ali et Mohamed. Il repart puis s'arrête à nouveau et te dit mafich muchkila (y a pas de pbs). Toi, la, la muchkila (non, non, problème). Tu fais semblant de descendre en lui disant Hargeisa, genre tu te casses. Bon, finalement on est reparti.

5 minutes après une voiture de police nous rattrape à toute vitesse et fait signe de mettre sur le côté. Putain, on va jamais y arriver. Tout un convoi de militaires et de 4x4 aux vitres teintées nous dépasse. Encore une huile en vadrouille...pourvu qu’ils n’aillent pas à Laas Geel sinon c'est mort.

Une fois sorti de la capitale, les paysages sont extrêmement arides. Du désert rocailleux avec quelques petites montagnes et plateaux et beaucoup d'épineux comme des acacias. A part les baraques en dur mais nazes le long de la route, les locaux vivent dans des cahutes en tôle recouvertes de morceaux de tissus multicolores. Pas une fenêtre, juste une petite porte, certainement pour éviter la chaleur. Qqs chèvres, parfois un âne ou un chameau, juste de quoi survivre. Il y a une famine mais dans ce coin désertique impossible de cultiver quoi que ce soit.

T'arrives enfin à Laas Geel. Ali avait dit qu'il viendrait avec toi sur le site mais comme il y avait déjà un autre militaire, il a fait bosser l'autre. Dans le bouquin, on écrit qu'il faut partir avec deux bouteilles d'eau, t'en prends quatre pour être sûr. En fait, on a juste 200m à marcher pour monter sur la minuscule colline pour voir les différentes grottes avec les peintures rupestres, putain de bouquin. Les peintures ont été découvertes très récemment en 2003 et ils pensent qu’elles datent de 5000 ans avant le mec qui marchait sur l'eau. Il y a des peintures de vaches, chiens mais aussi d'éléphants et de girafes. Y a même un mec avec 6 doigts, un mec qui boit aux pies de la vache, un taureau en train de se taper une vache... donc pas mal dessin et très bien conservés. De plus tu as un super point de vue sur toute la vallée.

Puis direction Berbera. On passe une demi douzaine de check point et à chaque fois avant, Ali met son béret militaire couleur lavande. Il dit que ça sert de passeport. Ouais sauf qu'après demain tu seras tout seul sans béret lavande et surtout sans permis. Et en plus, t'en vois pas passé beaucoup des bus dans l'autre sens. Mecredi ca va être LA journée galère.

Finalement on t'a déposé à l'hôtel le plus haut de gamme de Berbera, le man soor. Ils sont habitués à avoir des pontes car tu as le droit à la fouille de sacs, des militaires à l'entrée. Il y a 2-3 expats avec tous une oreillette, peut-être de la sécurité. Bollore qui veut investir dans le port, il est peut-être dans le coin... en tout cas s'il dort là, il aura un choc vu les chambres. Le meilleur hôtel avec une bassine à remplir d'eau pour vider les chiottes...Vincent, une remarque?

Tiens, il y a des gazelles dans le jardin de l'hôtel. Des vrais pas des minettes!

L'hôtel est à 200m de la plage. Une grande plage de sable blanc mais pas aménagée. Il y a qqs locaux. Les hommes se baignent en short et tshirt. Les rares femmes qui se baignent gardent leur foulard. On est passé à deux doigts du drame, une femme a failli se noyer et ils l'ont récupéré juste à temps. L'eau est aussi chaude que dans ta baignoire, faut s'écarter du rivage pour qu'elle rafraîchisse un peu. Forcément on vient taper le bout de gras avec toi, comment tu t'appelles, d'où tu viens, c'est quoi ton travail. Y en a qui a été très surpris quand tu lui as dit que le somaliland est considéré comme dangereux. Plusieurs nanas ont demandé à faire des selfies....voilée mais pas farouche. Mais les jeunes à force sont collants et t'es obligé de te barrer.

A deux doigts de lapidation : Tu reviens plus tard sur la plage et il y a presque plus personne. Deux nanas viennent te voir en te disant no speak English. Ok. Re même question et puis une pose des questions en Somalais qui semblent commencer par ayna qui (tu crois) veut dire où en arabe?

Et toi connement tu montres l'hôtel en croyant qu'elle te demandait où tu etais. Et là elle a cru que tu l'invitais à l'hôtel, le drame. Tout de suite c'est je suis musulmane moi pas hotel. Et toi tu realises ta gaffe. Encore heureux qu'elle l'a pas mal pris. En tout cas, pliage rapide de serviette et cassos en vitesse à l'hôtel. Imagines qu'elle raconte l'histoire à sa famille... Au moins y a des militaires à l'entrée de l'hôtel.

Côté alimentation, t'es au bord de la mer donc tu prends pas trop de risques avec du poisson. Tu tentes la soupe de poisson. Le serveur se pointe avec un bol d'eau grise?? Tu demandes confirmation. Tu goûtes. Ils ont fait bouillir des morceaux de poisson dans de l'eau.

Demain journée compliquée, tu vas essayer de trouver en centre-ville ce fameux hotel yaxye, ensuite la station de bus salaama pour connaître les horaires de bus et ensuite le poste de police pour avoir un permis pour rentrer sur Hargeisa après demain et tout ca à une température de 40°. L'alternative, tu prends le bus sans permis avec le risque d'être coincé à un checkpoint. Ouais plus de béret lavande...

Tu te casses de cet hôtel demain vers 10h après pour internet inchallah.

Ps: merci pour vos mails avec les plans. Manque plus que ce putain d'hôtel à trouver.

Actuellement tu dînes en terrasse et au moment où tu vas pour envoyer émail tu vois un truc qui se rapproche près de tes pieds. C'est pas net avec tes putains de verres progressifs. Un toc d'araignée qui va droit sur toi. Bon, t'en as bouffé des plus grosses... mais quand même. Tes voisins de table font aussi des bonds en arrière. Ce soir tu regarderas dans les draps.

Je ramène un cadeau à celui qui me trouve l'adresse de l'hôtel yaxye avant demain matin. ...

Laila saida.

5

Yo,

Juste après avoir envoyé l'émail hier soir t'as discuté avec le voisin qui a eu peur de l'araignée. C'est un officier de police, ça doit être un ponte car tout le monde vient lui dire bonjour. Donc il t'a filé des infos, l'hôtel que tu cherches est dans le centre, t'as la bonne adresse du poste de police, les affaires reprennent. Comme quoi, une araignée et hop.

Le mec t'a demandé de dire à tes amis de venir au Somaliland. Euh comment lui décrire la bande de, euh le mot vient pas facilement, d'aventuriers de l'extrême que tu connais. Ok, y a Kinnary à condition qu'il y ai pas de moustiques. Faut aussi reconnaître que tu ne vends pas très bien le pays non plus.

resto-route 

Donc ce matin, un dernier tour au bord de la mer puis taxi pour aller à ce fameux hôtel. Arrivé devant l'hôtel, le taxi n’a pas de monnaie. Tu rentres dans l'hôtel, le hall est sombre et vide à part deux jeunes vautrés sur un vieux canapé. Tu leur fais comprendre que tu veux une chambre mais ils ont en rien à foutre. Ca commence mal. Finalement tu trouves juste de quoi payer le taxi mais ensuite le plus petit billet c'est 10$ donc t'es mort, tu peux plus rien acheter dans la rue. Tu pars avec ton sac dans la ville et tu vas en direction du principal poste de police pour ce fameux permis. Tu passes devant un autre hôtel mais l'extérieur est pire. Un gamin te montre où est la police, il y a deux gros missiles devant l'entrée. Le bâtiment est dans un état de délabrement avancé, c'est pas ici qu'ils vont t'imprimer un permis, au mieux un coup de tampon. Les flics sont dehors en train de buller. T'en cherche un qui baragouine l'anglais. Les mecs ont pas envie de se faire chier. Mal barré le permis. Bon, pour l'hôtel et le permis c'est la loose. Il est 10h30 tu crèves de chaud. Tu vas à la station de bus grâce à ton GPS, ouais pas complétement con, t'avais marqué le point. Et s'il y a un bus tu te casses aujourd'hui plutôt que demain car trop la loose.

Allah akhbar, le gars parle un peu anglais. Y a un bus dans 15 minutes environ (les minutes africaines sont très extensibles). 3$ pour 200 bornes.

Reste le pb de permis. Tu te dis que tu vas te trouver une place au fond du bus pour pas être trop visible lors des checkpoints. 30 minutes plus tard le minibus arrive mais il est quasiment plein et c'est la guerre pour monter dedans et les femmes ne sont pas les dernières pour bousculer. Tu vas l'avoir dans l'os quand un gars du bus arrive pour mettre de l’ordre et te file la dernière place, presque devant...pour la discrétion...mais au moins t'as une place. T'as les genoux derrière les oreilles et la barre du siège te transperce le dos, ça va être long. C'est parti. Au premier checkpoint le gars voit arriver le bus et baisse la corde pour le laisser passer. Plusieurs checkpoints où tu baisses la tête quand le flic s'approche et pour l'instant ça passe. Arrêt au restoroute local où un mec fait du pain dans un four traditionnel puis on repart.

On a fait 75% du trajet. On va pas te faire retourner à Berbera alors que tu es à côté d'Hargeisa. Avant-dernier checkpoint, le contrôle est plus strict. Le minibus s'arrête. Tu baisses la tête genre tu dors. Merde, tu entends la porte s'ouvrir. Tu dors encore plus profondément. Tu sens qu'on te parle. T'entends pas tu dors...On te tapote sur l'épaule. Bon ben là, t'as plus le choix. Un militaire qu'a pas l'air aimable te baragouine un truc. Mouais??? Tu lui dis passeport et il répète passeport. Ok. Il le file à un autre mec qui a l'air plus ouvert. Tu lui montres ton visa. Le gars te répond en anglais de manière cool 'vous avez un mois'. Puis il déconne avec les gens dans le bus et on repart. Reste le dernier checkpoint à 20 bornes d'Hargeisa. Aucune raison que ça se passe mal, n'est ce pas? Le gars au checkpoint se prend pour une star et fait chier toutes les bagnoles. Il arrête ton minibus et laisse passer des bagnoles. Toi tu te planques derrière le rideau de la vitre. Il a l'air d'être un vrai connard. Et finalement ça passe.

Juste avant d'arriver il y a un bus arrêté dans le sens inverse et une dizaine de gars sont autour d'une chèvre qui a dû se prendre le bus en pleine tronche. C'était certainement la chèvre préférée du propriétaire, forcément la plus belle et qu'il considérait comme sa fille. Le prix va augmenter. Les palabres démarrent et les mecs dans le bus sont pas prêts d'être arrivés. Pour une fois que ça te tombe pas sur la gueule.

Retour à ton hôtel dans une chambre qui donne encore plus sur la mosquée.

T'es retourné sur le marché, histoire de voir s'il y avait différentes sortes de henné (voir mail précédent) et t'es tombé sur le coin de la viande. Il y autant de mouches que de viande, tu te fais voler sur la balance car après les mouches se barrent. Pas sûr que tu vas essayer le chameau. Tu t'es rabattu sur des samossas végétariens. Pour l'huile de friture ils doivent prendre l'huile de vidange périmée des bagnoles mais sinon c'est bon et puis ça coûte 15 centimes le grand samossa. T'es à un café en train de prendre un thé (pour la bière faudra attendre Paris) quand un gars essaye de te vendre des parfums avec marqué dessus France. Vincent, tu veux ça à la place du henné? Au fait ici quand on est français on est des Francis.

Qqs infos sur les somalilandais :

Ici, ils payent tous avec leur téléphone, des vieux Nokia. Tous les commerçants, même ceux qui vendent dans la rue ou le cireur de pompes ont un code. Et ils font, tu sais pas comment, un transfert entre eux. Et on est au Somaliland....

Quand tu écoutes qqun, il faut que toutes les dix secondes tu fasses 'héé', ca montre que tu t'intéresses. Entraînez-vous car à mon retour c'est minimum 2h de séances photos avec commentaires. ..

Côté habit, les femmes c'est tchador sous toutes ces formes. Pour les hommes, la plupart sont en pantalon, sinon qquns sont en djellaba ou portent une pièce de tissus enroulé autour de la taille. C'est la même tenue qu'en Indonésie, c'est importé de là-bas. Tu vois pas ce que tu vas pouvoir ramener comme souvenir à part un billet de banque.

Au fait depuis que t'es arrivé, t'as été un baltringue de première. Depuis le début tu crois qu'ils parlent arabe alors que c'est du Somalais avec des mots d'anglais, d'arabe et d'espagnol. Et toi comme un con, t'essayes de baragouiner tes qqs mots d'arabe pour demander le prix, donner ton nom. ... tu m'étonnes qu'ils comprenaient rien. Quel con!!! Au fait, vous avez vu je me fous de la gueule de personne! !! Normal, j'ai vu personne....

Ps: merci à tous ceux qui m'ont envoyé des infos hier et même à la blonde qui a eu malheureusement une coupure de courant. ..

6

Yo,

Et ouais c'est le mail du jour...

T'as une journée à buller, t'as décidé d'aller voir le marché aux bestiaux. En théorie à 20 minutes de marche. Mais le plan de ton bouquin est différent de celui de Google map et la réalité sur le terrain est encore différente. Il est 8h30 et ça cogne déjà. Tu as le coin des chameaux, des chèvres et des moutons. Tous les moutons sont blancs avec la tête et le cou noir. Il y a les vendeurs de botte d'herbes, plein de boubouis pour manger la bestiole qui n'aura pas été vendu et des petites tentes faites de bric et de broc, certainement pour les vendeurs qui doivent dormir sur place. Plein de gens discutent mais c'est pas l'euphorie à cause de la sécheresse (voir mail plus bas). T'essayes même pas de sortir l'appareil photo. Sur le chemin t'as essayé de prendre en photo un magasin ou la devanture d'un coiffeur (désolé Jean-Philipe) et les gars n'ont pas voulu. Donc à part la photo de la rivière poubelle où d'une petite rue quand tu t’es perdu, tu fais des photos des chiottes...c'est moins risqué! !

Malab saafi casaan 100% ??? Alors Adnana? Une idée ? Ça veut dire henné pure rouge 100%. Ouais, t'as discuté avec un somalilais qui fait du business de pierres précieuses, d'import de vêtements de seconde main...il t'a dit de ne pas payer plus de 10$ le kilo. On te l'a vendu à 6$ dès le début. Soit il est nul en business soit on t'a refourgué de la daube. Donc tu te trimbales avec 2 kg de henné, t'as été une mule dans une vie précédente ! !! Adnana, une remarque, un commentaire ?

La minute plus sérieuse : On parle beaucoup de la sécheresse et la famine qui touche actuellement le Somaliland mais ça semble plus à l'est qu'où tu es allé. Les paysages que t'as traversés sont déjà la base très désertiques mais tu voyais quand même qqs troupeaux.

https://parismatch.be/reportages/somaliland-famine

Tu t'attendais dans les villes à voir beaucoup de gens qui mendient mais c'est pas le cas. Et les marchés de la capitale sont remplis de fruits et légumes.

En théorie il devait pleuvoir aujourd'hui. A 18h00 le ciel a commencé à se couvrir de gros nuages noirs puis des éclairs de tonnerre. Tous les soirs, les rues sont remplies de gens et de stands et tu peux à peine circuler. C'est extrêmement vivant et bruyant. Ce soir il y autant de gens mais c'est très calme, presque pas de bruit, comme si en faisant du bruit ils allaient faire fuir les nuages. Une ambiance complètement différente. Certains regardent le ciel et tous espèrent la pluie qui pourrait changer la situation du pays. Mais pour l'instant rien. Il n'y a même plus d'éclairs. Finalement la pluie n'est pas tombée ici, faut espérer qu'elle soit tombée dans la pampa.

Demain, lever à 4h pour prendre l'avion pour Dubai. Battu le muezzin sur ce coup! !!

7

Salut, suis sur les rotules.

Ce matin pour être sûr de ne pas rater ton vol pour Dubaï t'as pas fermé l'œil de la nuit. Lever à 4h45 donc c'est le muezzin qui a gagné, lui a commencé son appel à 4h15.

Deux checkpoints de police sur le taxi à l'entrée de l'aéroport, puis avant d'accéder à l'enregistrement, t'as le droit au scanner. Ton gps ne passe pas en cabine, il doit aller en soute. Tu leur dis ouais et tu hésites à le garder avec toi car il devrait plus y avoir de contrôle maintenant. Une hésitation et finalement tu le mets dans le sac qui va en soute. Tu fais l'enregistrement de ton sac et oh surprise un nouveau scanner et on te fait démarrer tout tes appareils : liseuse, téléphone... et t'es fouillé sérieux, ça rigole pas. T'accèdes enfin dans la salle d'embarquement où tu achètes une bouteille d'eau à un prix exorbitant 1$. Puis on te dit que c'est dans une autre salle qui faut attendre et quand tu veux y aller il y a un mec qui te refouille et ouvre en détail ton sac de cabine. Jamais le gps passait. Et le mec t'interdit de passer avec la bouteille d'eau alors que tu l'as acheté devant lui. Vous voyez, vous pouvez venir c'est super secure! !!

Tiens l'avion fait un détour pour ne pas survoler le Yemen. Le choc à Dubaï. Faut imaginer un mec qui vient du Somaliland où l'immeuble le plus haut doit faire six étages et qui débarque ici. Une autre planète. Il est 12h et ton avion pour le Kurdistan est le lendemain à 6h du matin donc encore une nuit galère car tu veux pas te prendre un hotel.

T'as un spécialiste de Dubaï qui t'a dit qu'il faut aller voir à Abu Dhabi la mosquée du Sheik Zayed. 1h30 de taxi avec un chauffeur bangladi qui te vend super bien sa capitale Accra : il y a plein d'usines où on fabrique les meilleurs vêtements en coton et il y a un zoo où tu peux passer une journée entière. Kinnary, t'enmerdes plus pour cet été, c'est le Bangladesh!!! On ira acheter des t-shirts pour aller voir un tigre en cage!! La mosquée est immense, toute blanche. Il y a des chinois partout qui font des selfies donc t'as fait le chinois. Des bus entiers arrivent, y a un petit côté CE IBM Roumanie... 10 minutes dehors et t'es déjà en sueur, c'est extrêmement humide, c'est comme si tu avais une seconde peau. Les brumes de chaleur empêchent d'avoir un ciel bleu pour faire des belles photos donc recherchez sur internet.

Retour sur Dubaï avec un chauffeur ghanéen qui n'a pas essayé de te vendre son pays, dommage. Difficile de décrire Dubaï. Des mecs qui se tapaient des chèvres il y a pas 100 ans et qui maintenant ont construit des tours au milieu de nulle part en faisant trimer des pakis. Ouais c'est un peu rude comme résumé.

Tu vas faire l'attraction qui est de monter au 124eme étage de la plus haut tour du monde, la burj Khalifa. Le billet est à 55$ et encore il faut s'y prendre à l'avance (merci Vincent). 16 secondes d'ascenseur pour 124 étages. Tu le sens au niveau des oreilles. La vue est assez exceptionnelle mais ça te donne pas envie de vivre ici. Deux endroits où des tours très modernes ont poussé comme des champignons et entre les deux un désert et des grandes autoroutes où les dubaiotes se la pètent en grosses voitures. T'es pas allé sur la fameuse île créée de toute pièce (la Palm je crois) car vue du sol ça doit rien donner.

Par contre il y a des milliards de touristes et la russe a sorti le mini short. Sur ce point les dubaiotes semblent plutôt ouverts même si leurs femmes sont en tchador intégral. Donc en touriste de base tu vas voir le Dubai mall avec les soit disant 1000 magasins. Bon ben c'est un mall et avec plein de touristes. Mais à part aller au mall ils font quoi?

Histoire de voir autres chose tu vas dans le quartier de Deira (notez pour le jour où vous irez) où tu crois avoir compris qu'il y avait un souk traditionnel d'épices. Et t'essayes leur métro aérien. Il y a 1/2 wagon pour la première classe, l'autre partie pour les femmes et les enfants et il y a quatre wagons pour les autres. Bon, le métro est blindé et que des hommes, des pakis. Tu m'étonnes que les femmes montent dans un autre wagon même si qqunes s'y risquent.

Le métro est hyper propre et étonnement à peine climatiser. Ouais le métro c'est pour les pauvres.

Le fameux souk aux épices, tu l’as jamais trouvé et pourtant t'as demandé. Et même à 21h il fait une humidité insupportable. Toi t'es arrivé du Somaliland en grosses chaussures, pantalon long et chemise long. T'en peux plus, tu pues la sueur, c'est une horreur. T'as marché pendant plus d'une heure à la recherche de ce foutu souk. Par contre t'as tout trouvé : le coin des magasins qui vendent des outils, eux qui vendent des tissus chinois.... ouais t'as vu des centaines de magasins et étonnement pas une russe en mini short. Ce sont vraiment les quartiers populaires et le tchador est largement de sortie.

Quand tu arrives près d'un canal où des petits bateaux, style sampan, font traverser les gens pour arriver dans le quartier de bur dubai (notez) et là ils ont conservé les souks traditionnels. Bon, la pluspart sont tenus par des Sikhs. Mais bizarrement pas de henné. Ah c'est ballot....

Je vous ai déjà écrit qu'il fait super humide, que t'en peux plus de ces chaussures fermées.

En repartant t'as vu un magasin de fringue et t'as investi 2$ dans un t-shirt xxl mais trop petit petit...

Il est 22h tu te dis que tu vas prendre tranquillement le métro pour aller à l'aéroport. Ton vol est au T2 mais le métro s'arrête au T1 ou T3. Donc on t'indique une autre station et il faudra prendre un bus. Le bus tu l'as jamais trouvé, aucun panneau. Une nana te dit qu'il faut aller jusqu'à la nationale et de la longer pendant 5 minutes.

Putain, t'es au milieu de nulle part, tu pues, t'en peux plus et quand tu arrives à la nationale tu te vois pas la longer, c'est pas possible. Tu fais demi-tour et tu tombes sur un pakistanais dans une voiture qui attend. Il te dit que c'est bien dans cette direction mais qu'à pied ça va être très long et le mec a la gentillesse de t'y enmener et effectivement c’était loin.

Putain de journée, trop vieux pour ces conneries. Cet été c'est soit le Bangladesh ou Majorque. Par contre, ceux qui veulent y aller en famille, tranquille, je vous donnerais les coordonnées de Vincent qui connaît tous les toboggans et piscines de Dubai.

Faut m'imaginer assis par terre dans un coin de l'aéroport près d'une prise électrique pour recharger le téléphone, les chaussures enlevées et des dizaines de mouches mortes qui n'ont pas supporté l'odeur... Me souhaitez pas bonne nuit...

Bon, plus que 7h à attendre et faut espérer que ton sac sera à Erbil sinon c'est mort pour l'ascension.

Ps: trop fatigué pour me lire. Il doit y avoir une faute par mot. ..

8

Bienvenu à Erbil, capitale du Kurdistan Irakien.

Déjà, grosse surprise, l'aéroport est assez moderne et en plus tu as récupéré ton sac. T'es dans un hôtel au centre ville près de la citadelle. Bon, c'est un hôtel à 20$ donc no comment. Un peu inquiet au début car que des grands boulevards quasi vides. On est vendredi, jour de prière et quasiment tout est fermé.

Une petite sieste car la nuit a été courte et tu pars vers midi pour essayer de changer tes dollars sans trop de faire entuber. Direction le bazar au pied de la citadelle. Même si tout est quasiment fermé, les quelques échoppes ouvertes donnent déjà envie. Ils ont restauré le souk en conservant son charme d'antan, les boutiques vendent du miel, plein de fruits secs, des dizaines de gâteaux jamais vu ailleurs, des loukoums... Kinnary, laisse tomber le Bangladesh, ici côté gâteaux ils sont imbattables. Je vais en ramener. S'il y a des parisiens qui sont preneurs, faudra qu'on se voit demain dimanche ou le lundi 8 mai. Je vous laisse chercher sur internet pour les gâteaux. Il me faudra surtout la photo. Pour la professionnelle de la commande de dernière minute, euh comment dire...change pas!!!!

Erbil 

T'es allé déjeuner dans un petit resto de brochettes, poulet... Très simple mais très bon et pas cher. Mais pour le prix t'as le droit qu'à une cuillère... T'as aussi testé le marchand de glace. La texture rappelle celle de la glace en Palestine avec le petit côté chewing-gum. Côté goût, la banane, c'est le haribo banane avec la même couleur. Le soir sur la place aux fontaines au pied de la forteresse des stands de jus de fruits, narguilé et brochettes s'installent. La guerre et daech semblent très loin.

Pour l'instant super bonne impression sur la ville. Tu sens une véritable volonté de garder leur culture et tradition tout en rajoutant des touches de modernité. Ils sont en train de restaurer la citadelle qui surplombe la ville et qui a plus de 8000 ans. C'est soit disant la ville la plus vieille du monde qui est toujours restée habitée. Comme ils la restaurent, ils ont déménagé toutes les familles sauf une juste pour garder le record... trop fort ces kurdes

Avec tes séances d’UV et ton début de barbe, tu pensais presque passer pour un local mais t'es un peu trop grand et ça t'énerve quand quelqu'un te parle en anglais, tout ce pognon dépensé en UV pour rien et cette barbe qui te gratte... Même remarque que pour les endroits précédents, très peu de femmes. Du coup tu es allé dans un parc réputé pour les pique-niques en famille. Elles font penser aux libanaises : quasiment aucune en tchador noir où tu ne vois que les yeux, et à peine 50% ont un voile et pour les plus jeunes, les cheveux dépassent largement du voile, elles sont hyper maquillées, jean's moulant sur des talons de 10 cm, la libanaise dans toute sa splendeur.

Les mecs dans la vingtaine ont tous des coupes de cheveux en brosse. Ils passent leur temps à faire des selfies.

Tu t'es dit que dans la semaine tu allais chercher un bar branché, y a un sky bar, mais vu tes fringues et ton look tu vas te faire ramasser.

Côté souvenir, ils vendent des tours Eiffel, comprends pas.

Je continue à chercher le t-shirt du PKK. Vincent, t'inquiètes pas, je vais attendre un peu puis je vais brancher le guide sur des sujets un peu sensible et en fonction de sa réaction, je choppe toute la panoplie. J'ai vu sur le plan où il y a une poste, je vérifierai que je peux envoyer par la poste des trucs que je veux éviter de montrer à mes amis de la douane turc... Sinon ça compte un t-shirt blanc avec écrit PKK au feutre ? Promis ça sera écrit rn kurde!!

Côté sécurité : On n'a pas l'impression d'être à 80 kilomètres de Mossoul. A part à l'aéroport où il y a des barrages avec mitrailleuses et tout autour du parlement où ça rigole pas non plus, le reste de la ville vie normalement son quotidien. Tu t'attendais à faire des selfies avec des peshmergas à chaque coin de rue et bien que dal. De temps en temps des gros hélicoptères militaires passent au loin et rappellent que t'es en Irak.

Je vous tiens au jus et j'attends vos commandes

Ricardo, peshmerga d'opérette

Ps : le téléphérique sur la photo relie deux petits parcs dans la ville. Faut juste avoir confiance dans les câbles...

9

Première journée avec ton guide chauffeur, Karwan. Direction le nord est d'Erbil. Forcément tu fais la photo avec le panneau Mossoul... On traverse les plaines de champs de blé encore vert, il y a des cultures partout et c'est légèrement vallonné. Il y aurait pas les checkpoints, t'aurais pas l'impression d'être aux portes de la guerre. On va visiter deux monastères dans des régions plutôt chrétiennes monastère. De Mar Mattai, (https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Monast%C3%A8re_Mor_Mattay) tu peux voir l'ancienne ligne de front mais Isis (en anglais c'est Isis et pas daech) a été repoussée jusqu'à Mossoul.

Actuellement il y a aucun peshmerga sur le front car ils ne se battent pas sur Mossoul et Isis ne les attaque plus pour l'instant. A l'entrée de gros villages ou de points religieux comme les monastères, il y a des checkpoints mais plutôt tenus par des vieux peshmergas. Par contre sur les tronçons routiers, c'est plus tendu. On a dû en prendre un en stop et on a fait la séance selfie. Pour ceux qui connaissent la série Kaboul Kitchen, on dirait le colonel Amunullah. T'as posé avec le drapeau kurde, forcément.

Ensuite on est allé sur le site de Lalish. C'est le lieu le plus saint de la religion yazidi (vous en avez peut-être entendu parler, ce sont ceux qui se font massacrer en premier par Isis). A 300m de leur lieu saint, même sur la route goudronnée, tu dois être pieds nus. Il y a plein de règles à respecter. Dans le bâtiment, par exemple tu ne dois surtout pas marcher sur la marche qui sépare deux pièces car elle représente les anges. Les yazidis passent leur temps à embrasser telle partie de mur ou de porte, toi c'est pas la peine... Il y a une salle remplie de galette de pain séché. Les yazidis en ramènent chez eux pour ceux qui n'auraient pas la chance de venir sur ce lieu saint. Il y a des endroits avec des foulards et tu fais un nœuds en faisant un vœu (ça a jamais marché pour toi ces conneries, on verra si fonctionne ici). Un autre endroit où tu fermes les yeux et tu lances un foulard et s'il tombe et reste sur un rocher ton voeu se réalisera. T'as lancé, il est resté, maintenant t'attends le résultat...

Lalish - Yazidi 

Quand tu y étais, il y a avait une ONG qui accompagnait deux petits garçons yazidis de dix ans qui venaient de fuir Isis la semaine dernière et on les amenait ici pour leur apprendre leur culture. T'as beau déconner, ça peut pas laisser indifférent de voir ces deux gamins qui viennent de sortir de l'enfer. Ici t'as pas le filtre de la TV!! Ils étaient accompagnés par la sœur d'une yazidi célèbre, Nadia Murad, qui a pu fuir après avoir été l'esclave sexuelle d'Isis et est devenue la porte-parole des yazidis à l'ONU. Je vous laisse regarder sur internet si ça vous intéresse.

https://mobile.nytimes.com/2016/10/11/world/middleeast/yazidis-isis-nadia-murad.html

Kinnary, note Lalish sur ta liste, y a une atmosphère particulière et faut vraiment y aller.

Qs mots sur le guide. Contrairement à ta guide en Roumanie, il parle peu. .. 29 ans, très sympa, type méditerranéen aux yeux verts.. les filles, ça vous branche ? Marié, deux enfants.. mais il est parti en vacance avec des potes aux Philippines et il connaît les massages avec happy end... Sa femme ne peut pas sortir le soir sans lui et s'il sort avec elle c'est dans un parc et si lui sort avec ses potes c'est dans le quartier d'Istani. Je vous en parle après.

Côté mariage comment ça se passe ici : l'homme doit payer à la fille à peu près 6000$ en or plus les frais du mariage. S'il veut divorcer il doit raquer en or et payer une pension jusqu'à ce qu'elle soit remaniée. Si elle divorce elle rend l'or. Il peut avoir 4 femmes mais pour lui 4 femmes c'est synonyme de '4 headaches'...

Il est aussi parti à Dubaï une semaine et ça lui a coûté 800$ (Vincent, on est loin de tes 1000$/J. Si tu veux je lui demande ses plans pas cher). Sa femme l'a mal pris et du coup il a dû lui racheter pour 1000$ d'or. Une vraie banque suisse sa femme !!!!

En tant que musulman il t'a conseillé la rue Istani. Tu lui as parlé du quartier chrétien Inkawa mais forcément il déconseille mais tu vas quand même y allait un soir, paraît qu'il y a plein de magasins d'alcool... Alors la rue Istani, il faut l'imaginer comme une extension du quartier du marais. C'est une rue qui doit bien faire 500m de long et il n'y a pas une femme (voilée ou pas) mais pas une, que des mecs !!!

La rue est une suite sans fin de petits restos à kebabs, de vendeurs de jus de fruits, de graines de tournesol grillées, de chichas. Ils ont installé plein de TV dans la rue et les mecs refont le monde en regardant le match. Bon ben t'as fait local, t'as mangé ta brochette de poulet mariné, bu plusieurs thés et t'es passé à la chicha pomme en regardant le match de foot et en rédigeant cet émail. Putain, elle est forte leur chicha, elle te fait pleurer, tousser et t'as la tête qui tourne. Incapable de te lever pour l'instant... Le mec a vu que tu maîtrisais pas toutes les arcanes de la chicha donc il est passé plusieurs fois la remettre en état...

Le guide t'a juste dit de ne pas être dans la rue quand il y a le match Madrid-Barça car ça peut finir très mal. Ce soir c'est le Barça contre l'Espagnol. Apparemment t'es installé avec les supporters du Barca car ils viennent de marquer et c'est la fête. Ca serait vraiment con d'être venu en Irak et de se faire péter la gueule à cause d'un match de foot. Le seul truc chiant c'est que la rue est à 20 minutes à pied de ton hôtel et la route n'est pas vraiment éclairée. Ce qui est sûr c'est que tu vas pas rentré bourré...faut juste que tu retrouves le chemin.

Côté PKK, c'est mal barré pour le souvenir. Karwan qui a des contacts au PKK te dit que la seule solution est d'acheter un t-shirt blanc est de faire imprimer PKK.... Vincent, le mug peshmerga ou finalement le t-shirt chinois ? Comme tu me l'as dit, je peux demander à le faire porter par un peshmerga pendant une semaine sans le laver, histoire d'avoir un vrai souvenir.

Jean-philippe, tu pourras rajouter à ta collection une photo de salon de coiffure kurde irakien !!!!

Ouais, t'es passé à un mail par jour mais avant tu écrivais sur ton Moleskine mais t'es passé en 2.0. Pour ceux que ça saoule, dites-le-moi et je vous vire de la liste. Mafisch muchkila

Chicha baltringue.

10

Yo,

Je suis sûr que vous étiez impatients de lire le mail du jour....

T'es parti deux jours dans le sud est du Kurdistan. Toujours autant de checkpoints, t'as beau essayé de te la jouer local, à chaque fois il repère le touriste... Paysage toujours aussi vert, les montagnes commencent à se dessiner mais les vraies sont pour mardi, et tu sais déjà qu'il y va y avoir une arnaque... On passe par le lac Dukan, dans cinq ans, il y aura certainement une base nautique mais pour l'instant c'est plutôt...calme. Véro, t'as abandonné l'idée d'une guesthouse? Y a du potentiel ici !! Daech est en train de se faire dégager et les kurdes sont plutôt cools et tolérants. C'est maintenant qu'il faut que tu te lances !!!

On est dans la 2eme ville la plus grande du Kurdistan, Sulaimanyia. En cinq minutes t'es passé devant plusieurs magasins qui vendent uniquement de l'alcool, il y a une université américaine, c'est la ville la plus occidentalisée du Kurdistan. T'es allé au musée amna suraka www.amnasuraka.org. Il est sur l'emplacement de l'ancienne caserne des officiers de la police de Saddam Hussein. Cette caserne a servi à torturer des milliers de kurdes. Tu peux voir les anciennes geôles et les lieux où ils torturaient les gens. Dans un des bâtiments, après la mort de Saddam, les kurdes ont recouverts les murs de 182 000 (c'est étonnant la vie, au moment où tu écris cette partie, la chanson 'Imagine' passe dans tes écouteurs) morceaux de miroir en souvenir des 182 000 kurdes morts pendant le génocide et le plafond est recouvert de 4500 minuscules ampoules qui correspondent au nombre de villages kurdes détruits. A l'extérieur les murs sont encore criblés d'impacts de balles et de vieux chars rouillés traînent dans la cour.

Histoire de se remonter le moral, un petit tour dans le bazar. Il y a une petite annexe au bazar de la ville, c'est la partie vente d'armes. Dans une petite rue, tu as une demi-douzaine d'échoppes où tu trouves du pistolet au fusil mitrailleur style kalach. C'est vrai qu'ici le kalach n'est pas un produit en rupture de stock. Un pistolet coûte 1500$. T'as pas besoin de permis, tu pauses l'argent sur la table et tu repars avec. Bon, le problème, c'est l'avion, tu sens que ça va être compliqué à faire passer. En comparaison ramener un tshirt du PKK, c'était frisette. Dommage, y a un connard ou deux qui auraient bien mérité une balle dans les rotules...

Sinon tu trouves aussi des gâteaux, des fruits... un bazar normal. Ils ont des nougats aussi bons que ceux d'Iran. T'as déjà 2.5 kg de henné (ouais t'en a encore racheté), tu vas ramener 2-3 kg de gâteaux et nougats, t'as une commande de pistaches, c'est clair y a plus la place pour le flingue !! T'as essayé le chewing gum 100% naturel, extrait d'un arbre d'où le nom gomme arabique. Ça a un petit goût bizarre au début mais une fois que tu as commencé à le mâchouiller, tu peux plus t'arrêter, aucun rapport avec les merdes qu'on mâchouille maintenant. Je peux vous en ramener mais vous connaissant je vais dépenser mon argent difficilement gagné pour tien !!!

Côté tissu, tu t'es renseigné, c'est que de l'importation et côté bijou, c'est le gros bijou en or à la saoudienne. Donc au niveau artisanal, reste que le flingue, garanti made in Irak.

Côté bouffe, Karwan a compris qu'il fallait pas t'emmener dans un KFC où dans un resto un peu trop propret. Du coup, on mange dans des petits bouibouis. Tu commandes une brochette ou un morceau de poulet, ils t'apportent plein de bouffe en plus, tu te retrouves avec au moins cinq autres plats. Et pour deux personnes tu t'en sors pour 7$. Ce soir une assiette de différents entrées froides (aubergine marinée, humus, taboulé...), une pizza kurde (elle est tout en longueur, avec au milieu un peu de viande hachée, d'un côté des petits morceaux de tomates et de l'autre des morceaux d'oignons. Oui, on est loin de la pizza quatre saisons) et un coca pour 4$. Donc c'est pas sur la bouffe que tu vas te ruiner...

Patisserie et pizza 

Alors, le guide Karwan... T'as légèrement tendance à critiquer tes guides, si peu... Là, il t'a fait un coup mais tu penses que c'est sans arrière-pensée. Le deal avec lui est que tu le payes à la journée et tu payes en plus sa nourriture et son logement. Quand on est à Erbil, il habite chez lui donc tu payes pas son hébergement mais ce soir tu payes sa chambre d'hôtel, ce qui est normal. Et à Erbil, pour toi, il t'avait proposé un hôtel plutôt moyen à 20$ et un de meilleur niveau à 30$. Merci IBM, pour ta perte de 20% de salaire, t'avais demandé à Karwan l'hôtel à 20$. Bon, ben à Sulaimaniya, il a réservé des chambres à 35$... no comment

Ps : sur une photo, vous voyez une cabine de téléphérique. On est monté en bagnole sur le mont Goyje pour le coucher de soleil sur Sulaimaniya. Sur la route t'as plein de mecs qui s'installent pour pique-niquer et surtout picoler en douce. Oui je dis mecs car c'est à se demander où sont leurs femmes

Ricardo, Sofitel Mgr

11

Salut les futurs votants,

T'es descendu jusqu'à l'extrême sud est du Kurdistan à quelques kilomètres de l'Iran. Manque de pot, toute la journée a été très brumeuse alors que tu longeais de belles montagnes donc pas trop de photo.

T'es allé jusqu'à la ville de Halabja, ville martyre à l'époque de Saddam. A l'époque de la guerre Iran-Irak, il a cru que cette ville aidait les iraniens donc il a envoyé un premier avion qui a lâché une bombe pour détruire les fenêtres avec la déflagration puis une deuxième bombe avec un gaz mortel. Résultat 5000 morts. Il y a un mémorial avec le nom de tous les morts et plein de photos que qu'il vaut mieux pas vous décrire. Dans une vitrine, t'as la corde qui a servie à pendre le responsable de l'opération. Oui, le kurde est rancunier. Et à l'entrée du bâtiment ils ont ramené l'avion qui a lâché la bombe mais ils recherchent surtout le pilote...

Halabja 

Ouais, vous avez pas trop l'habitude de ce genre de sujet dans mes mails mais ça me semble important qu'en parallèle des conneries que je vous raconte, il y ai parfois un peu plus de profondeur (pas trop non plus, sinon je vais perdre mes abonnés... C'est vrai que sur la Roumanie tu aurais pu faire un spécial Ceausescu mais t'as pas échangé avec un roumain. Non la guide ça comptait pas) à Haladja, tu es allé dans la partie du bazar des fabricants de chaussures kurdes traditionnelles, des klashs. Tout est fait main, ils tissent même la chaussure. Pour pas se faire chier, il n'y a pas de pied droit et gauche, elles sont identiques mais elles sont garanties à vie (faut juste pas les mouiller). Après quand tu habites Paris, c'est plus compliqué pour les réclamations.

Klash 

https://www.google.iq/search?q=traditional+kurdish+shoes&client=ms-android-samsung&prmd=ivn&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwiPl6nXyM_TAhXGL1AKHUfaDI4Q_AUICSgB#imgrc=tbAvGnnG9LkW1M:

Vu leur look, tu sais pas quand tu pourras les mettre.

Je vous parle plus des checkpoints...

Pour retourner sur Erbil, tu passes par la ville de Kirkouk (c'est plus rapide... si tout se passe bien). Elle est classée rouge (rouge ça veut dire même pas en rêve t'y mets ton cul) sur le site du ministère des affaires étrangères. Pour l'instant tu naviguais sur de l’orange (t'y mets ton cul uniquement pour des raisons business indispensables). Pour faire simple, il y a que Monaco et la Suisse qui sont en vert. Donc du coup tu poses quand même la question à Karwan. En fait Daech a débarqué il y a un an un soir et attaqué une caserne de Peshmergas. Deux jours après ils se sont faits dégager de la ville. Et il semblerait qu'il y ai néanmoins une cellule dormante, mais va savoir. Maintenant ils seraient au sud de la ville. Toi tu fais que traverser les faubourgs nord. Ça serait vraiment un putain de manque de bol que ça te tombe sur la gueule !! Et histoire de provoquer la chance, on s'est arrêté dans un bouibouis pour boire un thé. Il semblerait que la route pour Bagdad soit dangereuse... si même les locaux le disent ... Ouais ici on parle assez peu de la pluie et du beau temps...

Au fait, dans les kebabs, le thé est gratuit. Tu t'installes, tu prends un thé, tu tchatches, si tu commandes rien à bouffer, tu te barres sans avoir quoi que ce soit à payer. Tu vas tenter ça à Paris...

Retour sur Erbil où tu es invité à dîner dans la famille de Karwan qui a une femme et deux petits garçons. Il a une maison de 100m2 dans le centre-ville (pour info ça vaut environ 80 000$) mais toute la famille dors dans la pièce principale qui sert aussi pour recevoir les invités (t'auras rien vu du reste de la maison). Sa femme avait préparé un plat à base d'aubergines, concombres et autres légumes fourrés de riz et de viande. Comme boisson, du yaourt mélangé à de l'eau. Tu te voyais pas amené une bouteille de vin ou un bouquet de fleurs donc t'as amené des ballons à gonfler pour les mômes. On a fait la séance photo mais c'est sa femme qui a fait la photo. Pas question que tu les prennes en photo. Le Karwan est très ouvert sur les massages aux Philippines mais il a un peu plus de mal sur d'autres sujets. Une heure après on te fait comprendre qu'il est l'heure de partir. Il est 21h30, tu te dis que tu vas essayer le skybar de l'hôtel Noble. Soit disant le lundi soir c'est la super ambiance. Ouais il y avait deux gros au comptoir du bar. Super ambiance!!! T'es reparti au bazar manger une glace au goût bizarre. Tu vas essayer de passer au consulat français histoire se chopper des infos. Bon, va falloir la jouer sioux car imaginez le consul derrière son bureau. Et t'as un charlot qui si se pointe dans son consulat dans un pays en guerre pour demander où sortir le soir, tu risques, comment dire, de te faire pourrir grave! !! On verra ...

Famille de Karwan 

Demain tu pars, en passant par la route Hamilton qui serait, soit disant, la route la plus 'scénique' de tout le moyen orient, dans le nord près de la frontière iranienne. Objectif, la ville de Choman où tu vas dormir chez l'habitant. Et le lendemain tu pars pour deux jours en montagne pour faire l'ascension du mont Halgurd, 3607m, dans la chaîne Zagros, plus haut sommet du coin. Ca sent l'arnaque car on te l'a vendu sur deux jours et c'est le truc qui semble se faire large en une journée une main dans le dos. Alors, il y aurait de la neige donc ça serait pas aussi simple. Mais sur deux jours, au lieu de partir léger, tu dois te trimballer la tente, sac de couchage et tout le merdier qui va avec. De toute façon c'est la météo qui sera décisive.

Mouais, en tous cas, demain soir t'es chez l'habitant, mercredi t'es sous la tente et vendredi tu devrais être de retour sur Erbil. Donc pour internet, ça sera inchallah.

Et il y aura peut-être des choses plus fun à raconter.

Ricardo klash

Ps : Vincent, mauvaise nouvelle, il semblerait que nos amis du PKK recrutent des adolescents dans leurs rangs.

Ps2 : Adnana, mon sac pue le henné !!!

12

Départ pour les montagnes par fameuse route Hamilton. C'est une route encaissée entre les montagnes. La route pour Isola 2000 est largement aussi jolie. Elle serait certainement plus jolie si tu avais eu du soleil. Suffit que tu t'embarques dans les montagnes pour prendre de la flotte.

Direction la ville de Choman. Comme elle près de la frontière iranienne les contrôles sont plus sérieux et t'es bloqué au dernier checkpoint. Ils refusent de te laisser passer. Seule solution, appeler le guide Salah pour qu'il vienne se porter garant et responsable de toi. En cas de merde, c'est lui qui prend. Retour dans sa maison où tu vas passer la nuit. Tu te renseignes si tu veux rester une journée de plus pour faire une autre ballade. Salah propose une balade dans un coin très joli mais Karwan te déconseille car c'est à la frontière iranienne et il peut y avoir des problèmes. Salah dit que les militaires n'y seront qu'en juin. Mouais, faut voir.

Ton guide Karwan se barre et tu te dis que l'après-midi va être longue et en plus il pleut. Il y a un pote à Salah qui parle très bien anglais. 3 autres kurdes arrivent et Salah te propose d'aller faire un tour ramasser des légumes. Ok, pourquoi pas, ça va t'occuper. Tu prends ta polaire et ta goretex au cas où. Le coup de génie !! En fait, on a fait 40 minutes de pickup en pleine montagnes. Effectivement il y a plein de neige sur les sommets ou les côtés nord. A peine arrivés, les mecs commencent à marcher super rapidement. Hé oh un peu de respect pour les vieux surtout qu'il faut que tu t'habitues à l'altitude ! Le kurde des montagnes galope donc finalement la montée de l'Halgurd en deux jours c'est peut-être pas si mal. On a passé plus de quatre heures marcher à flanc de collines boueuses à ramasser plein de légumes sauvages. T'as reconnu l'oignon sauvage mais alors les autres...Ils sont tous venus avec des grands sacs. Et il y en a qui crie dès qu'il en a trouvé et se jette dessus pour les manger, bizarre le kurde des montagnes. Salah connaît sa montagne mais le côté guide lui manque un peu. Faut se demerder pour arriver à le suivre. Le mec qui vient pour la première fois faire de la marche avec lui, il repart dégoûté au bout de cinq minutes. Et ils continuent à ramasser leurs légumes.

Toi t’es couvert de boue. Le soleil commence à baisser mais impossible de décrocher Salah. Finalement il nous a fait descendre tout droit. Un des kurdes t'as regardé en disant très difficile... ouais t'as pas tort mon gars. Finalement on a retrouvé la route à la tombée de la nuit.

Face à toi en haut des montagnes, deux grandes lumières orange brillent dans la nuit. Ce sont les postes de surveillance de la frontière iranienne. Putain on était pas très loin et tu te rappelles ce qu'avait dit Karwan juste avant concernant la frontière. ...

Au fait pas de pickup à notre retour. Il fait nuit et on va marcher pendant au moins deux heures pour rentrer. Putain de journée de chauffe. Après 40 minutes de marche la bagnole est enfin arrivée et juste avant une bonne ramasse. Dîner chez Salah. Son pote est resté, apparemment on va être une quinzaine demain. Pas le temps de terminer le mail, faut aller dormir. T'es entre deux ronfleurs potentiels. .

Côté santé, c'est pas top. T'as deux énormes aphtes qui t'empêchent d'articuler et de manger sans avoir mal. Et en plus, ton épaule gauche te fait de plus en plus mal. Tu peux pas lever le bras plus haut que ton épaule. Et pour terminer t'as mal au crâne depuis deux jours. Côté médicament t'as tien amené...

13

Salut,

Pour ceux qui veulent pas de mail long, ils vont être servis.... C’est qu'il y a du lourd.

Je vous ai laissé le soir où je dormais chez le guide Salah. Effectivement son pote Ari a ronflé toute la nuit donc déjà une premiere nuit difficile. Avant de vous raconter le périple, je vais un peu vous décrire ce que j'ai pu voir de leur mode de vie. Comme Salah n'est pas marié, il habite chez ces parents. Il a une grande pièce avec des matelas et des coussins où il reçoit ces amis. Le soir il déplie les matelas, une couverture et hop tu dors comme ça. Les lits, ils connaissent pas. Petit déjeuner chez lui. C'est comme pour le dîner, tu manges dans la cuisine par terre. Il y a un grand tapis, il pose le temps du repas une bâche plastique pour pas salir, tu t'assois en tailleur et tu déjeunes. Comme pain, ils ont des grandes plaques d'une sorte de pain fin d’un millimètre extrêmement sec et ils l'humidifient avec un vaporisateur. Pareil, pas de tables et chaises, en fait t'as vu aucun meuble.

Côte maisons, villes ou villages, il y a pas d'architecture particulière à part que toute les maisons ont un toit plat. Elles sont toutes en béton pour la plupart encore couleur béton. En résumé, à part le bazar d'Erbil peu d'intérêt architectural. Voilà, fini pour le côté 'culturel', ouais c'est court, passons aux deux jours d'immenses bonheur...

Rappel, l'objectif est l'ascension du mont Halgurd, 3627m, plus haut sommet du Kurdistan et deuxième plus haut sommet d'Irak. Donc premier jour, départ en pickup à 10h. Ton sac à dos est pas loin des 20kg (Tente, sac couchage, crampons pour la glace…). Il y a le guide Salah, son pote Ari qui connaît tout sur quasiment tout et deux autres gars qui sont des potes de Salah. Ils sont profs de sport, on est mercredi, ils vont sécher l'école pendant deux jours... Toi qui avais payé pour un guide en fait tu penses qu'il fait profiter ses potes avec ton pognon. Mais vous allez voir c'est encore plus tordu.

Petite anecdote pour Gabriel, Salah a un pantalon violet fluo et une polaire jaune, un des profs des guêtres bleue ciel, un pantalon rouge et une parka jaune fluo. Si tu as une chance de revendre ton pantalon orange c'est ici !!!!

Une heure de pickup plus tard, on arrive au camp de base. La route a traversé plein de passage où les panneaux mines avec des têtes de mort te font comprendre qu'il faut pas sortir de la route. Elles datent de la guerre Iran-Irak pour bloquer les iraniens, la frontière étant toute proche. Au camp de base, 2500m, au pied de l'Halgurd, un autre pickup avec six kurdes. Bon, on va pas être emmerdé par les filles pendant ces deux jours... Quand ils ont su que tu étais étranger, t'as eu le droit à des dizaines de selfie. Pour un circuit en solo...

Le temps de sympathiser, se préparer, on doit partir il est presque midi. On est tous en cercle Ari fait le briefing en kurde. Cool !!! Et la version en anglais pour le touriste qui a payé une blinde ? C'est là que tu comprends qu'Ari va servir de guide.

C'est parti, ce sont des fusées. Toi faut déjà que tu t'habitues à l'altitude. Salah passe son temps à faire des photos et des vidéos du groupe. On n'a pas marché 20 minutes qu'on s'arrête. Un problème ? Ben non c'est l'heure du déjeuner voyons. Ah on est venu pique-niquer finalement !! Et pas le petit pique-nique. Ari qui a tout emmené sort le réchaud pour faire cuire des pâtes pendant que Salah a enfin lâché ses appareils photos pour bondir dans les champs à la recherche d'oignons sauvages. Et les deux profs t'invitent à partager leur repas à base de concombres, tomates que tu roules dans une sorte de pain et trempes dans du fromage frais. Et ensuite tu as le droit aux pâtes aux oignons.

Con de guide et terrain miné 

L'autre groupe de six mange de son côté. Bon, on repart. On arrête de s'arrêter pour que Salah puisse faire ses photos. Et ce sont aussi les profs qui servent de guide. En fait le Salah, son kiff c'est les photos et il emmène ses potes pour faire le boulot. Le temps est en train de se couvrir méchamment et pas de gentils nuages blancs. Ari, certainement une ancienne miss météo sur canal plus, t'explique que les nuages ne viendront pas vers nous à cause d'une histoire de température de la montagne. Pas tout compris mais trop fort la pluie doit passer à un km de nous On continue à avancer, Salah continue à faire chier avec ses photos.

Tiens qu'est-ce que c'est ? C'est quoi ce truc qui vient de tomber de la taille d'un grain de riz? Tiens, un autre et encore un autre. Oui, c'est bien de la grêle mais pas trop méchant. Tiens c'est quoi ce bruit qui te pète dans les oreilles ? Oui c'est bien le tonnerre et il est juste au-dessus de ta gueule. Ceux qui ont des piolets métalliques seront les premiers servis. Du grain de riz on passe à la taille de petit pois et quand tu les reçois sur la tête tu les sens biens. Il manquait qqchose, la pluie. Trop forte miss météo. Donc on se prend la pluie, la grêle et le tonnerre sur la gueule et Salah continue à faire ses photos. Faut reconnaître que les kurdes (les mecs) adorent les photos. L'orage passe au bout de 15 minutes et on arrive finalement en haut d'une colline, on a dû en tout marcher 1h30. Il doit être 14h30. Une pause ? Non !! C'est ici notre camp de nuit. On est 2900m.

Kinnary, Gabriel, même Felix est battu sur ce coup.

Le terrain est très en pente donc galère pour monter la tente donc ils décident d'installer les tentes sur la neige. Et les voilà tous en train de creuser la glace pour faire un emplacement à peu près plat. Gabriel, même sur les tentes ils font forts au niveau des couleurs, les profs ont en une rose.

Toi, vu l'épaisseur de ton matelas de sol, t'as pas envie de dormir sur la neige et l'alternative est le terrain caillouteux et très en pente. Donc, pour l'instant tu montes pas ta tente. Salah, qui se rappelle enfin qui est le sponsor principal de cette équipée vient aux nouvelles. Finalement tu la montes sur le terrain, garantie de ne pas dormir. Il est 15h, putain ça va être long l'après-midi mais les deux profs, qui seront en fait les gars qui auront été les plus sympas, te proposent une petite balade sur la neige en direction de notre futur ascension. Dommage qu'ils parlent pas anglais car t'aurais vraiment bien pu rigoler avec eux.

Face à toi le mont Halgurd. Un des profs te montre le chemin pour demain. Sérieusement ce n'est qu'un goulet d'avalanche (qui se dit avalon en kurde, ce mot-là, on n'a pas eu besoin de traduction). Face à toi il y a quatre goulet d'avalanches potentielles, sachant qu'il y a les traces d'une ancienne avalanche dans un des goulets. Ok il y a des rochers entre chaque goulet mais ça va être super chaud surtout qu'il y est tombé de la neige. Puis ils te montrent qu'il faut pas aller se balader plus bas car il y aurait encore des mines. Putain ça va être super chaud demain surtout tu sens pas que t'es venu avec des pros. Bon il est 16h30, retour dans tente. T'attends, des rafales de vent la secoue dans tous les sens. vu la pente et les cailloux t'es super inconfortable. Je passe les détails mais tu apprends que demain c'est départ à 4h30. T'es dans ta tente, et à 21h Salah t'appelle pour te dire qu'il y a des pâtes et du riz pour toi...

Impossible de dormir, le froid, la pente...

Donc deux nuits avec peu de sommeil. A 4h30 t'es prêt, comme t'as pas de grosses doudounes, t'as cinq couches de vêtement. Le soleil est déjà en train de se lever. Personne n'est prêt !!! Finalement c'est petit déjeuner. Il y a un briefing toujours en kurde. Et on part marcher sur la neige. Devant les goulets les mecs ne sont pas d'accord sur le chemin, ça met en confiance. De toute façon c'est un des profs qui ouvre le chemin car Salah fait ses photos. Pour l'instant pas besoin de crampons mais c'est déjà plus pentu et les fusées de la veille ont plus de mal. On n'a pas marché 15 minutes qu'un des gars se sent mal et doit s'allonger, un autre crache ses poumons. Si dès maintenant, certains sont mal, pas sûr qu'on revienne tous car pour l'instant, c'est super simple. Arrive un moment où on doit mettre les crampons. Salah t’en a prêté une paire qui est rafistolée avec du fil de fer, confiance !! Les autres ont dû matos récents mais ne savent pas pour autant les mettre, au moins t'es pas le seul junior...

Côté météo un très beau soleil sauf que tu as mis très peu de crème solaire et ça va avoir des conséquences.

Briefing sur comment marcher avec des crampons. Ouais en kurde. On a pas fait 50m qu'un des gars glissent et s'arrêtent au bout de deux mètres, au pire il en dévalait 10 sans trop de risques. Plus haut ça va pas être la même histoire. On continue à monter mais hyper lentement le temps que connard de Salah puisse faire ses photos et films. Il nous fait même nous arrêter dans le couloir d'avalanche ce con. On est passé à des endroits mais jamais tu passes sans corde. Si tu te rates, on te retrouve 300m plus bas et peut être vivant si tu passes entre les rochers. La folie. On voit plus bas un groupe de trois gars qui prennent pour l'instant le même chemin que nous. Ce con d'Ari hurle pour les appeler. Toi tu le pourri pour qu'il la ferme. Il veut pas aussi déclencher une avalanche ? Mais non selon lui aucun risque, on est pas en hiver. Ouais t'as raison et t'as vu la grosse fracture en haut ?

Tant bien que mal on arrive à la dernière partie. On a passé plusieurs endroits très risqués et là on est face à un mur de 50m. Va vraiment pas falloir se rater. Ari dit qu'il va monter pauser une corde. Le temps qu'il y arrive t'a suivi le prof et pas à pas t'es arrivé sur le surplomb. T'imagines pas la descente. Les autres s'aident de la corde. Salah fait des photos souvenirs en cas où qqun glisserait.

C'est comme Stella point au Kili, une fois que tu es arrivé au surplomb, il te reste une ballade tranquille pour arriver au sommet. Sur les six kurdes, y en a deux qui ont pris cher. Arrivé au sommet les six gars sortent une banderole. En fait ils sont une association d'amoureux de la montagne de la ville de Koya et sont vénus faire le sommet. Je vous laisse imaginer le nombre de photos et de selfies. Bien sûr tu as été interviewé... Du sommet tu vois l'Iran qui est juste à côté mais aussi la Turquie. Ari t'indique une montagne avec des jolies balades mais qui est interdite depuis que le PKK a installé une de ses bases arrières. En fait c'est très joli mais ce sont pas des montagnes vraiment dépaysantes.

Bon faut penser au retour. Avec le soleil la neige s'est transformée. Ils mettront des cordes pour assurer un minimum la descente. Ouais miss météo avait amené tout le matos nécessaire. Le groupe de trois a pris finalement un chemin différent, pas fous.

On est tous revenu en état, un miracle.

Tu plies ta tente, le groupe de six est aussi prêt alors que Salah bulle. Il t'indique de redescendre avec eux au camp de base. Ok tu les suis à distance et à un moment tu te dis que t'es dans un coin de mines (elles sont certainement pas juste à côté) et tu suis des gars qui sont pas du coin et surtout en ne marchant pas sur le chemin.... Arrivé à la bagnole des kurdes, les deux profs arrivent ensuite mais pas de Salah ni de Ari. Finalement on monte dans leur caisse et ils nous déposent qqs km plus bas. Toi tout ce que tu veux c'est chopper à Choman un taxi pour rentrer sur Erbil, Il y a plus de 2h de bagnole. T'avais pensé au début faire une journée de plus avec Salah mais faut arrêter les conneries. Pas de Salah, les deux profs font ce qu'ils peuvent mais ils y sont pour rien. Même si tu sais que c'est inutile tu commences à marcher avec ton putain de gros sac sur la route. Finalement Ari et Salar arrivent dans une bagnole (celle des trois autres gars qui ont fait l'ascension en une journée).

Tu abandonnes les deux profs et retour sur Choman où Salah n'arrête pas ses sorry mais tu sens bien qu'il n'en a rien à foutre. Il t'emmène a la station de taxi, il est presque 17h. Jamais t’aurais trouvé qu'il faut venir ici pour trouver un taxi. Tu cherches un taxi partagé. Il faut être 4 pour qu'il parte. Y en a pas pour Erbil, sinon la journée aurait été trop simple. Il faut que tu en prennes un pour la ville de Soran qui est à 40km puis un taxi interne pour qu'il te dépose à la station des taxis pour Erbil. Encore simple cette histoire. Le problème on est que deux pour l'instant et le chauffeur qu'à pas l'air très ouvert, joue au dames version kurde. Un 3eme client arrive. Tu sens le coup ou le taxi part pas et tu te retrouves coincé à Choman. Y a pas d'hôtel et hors de question de se pointer chez Salah comme un con.

Le prix est de 5$ par personne. On arrête les conneries tu fais comprendre au chauffeur de taxi que tu payes deux places. Ouais ça fait américain mais bon. Boromo (c'est la version kurde de yallah) c'est parti. Tu commences à te détendre. Sauf que le chauffeur s'arrête à 100m du premier checkpoint et on attend...t'essayes de comprendre. Finalement le chauffeur appelle qqun avec son téléphone qui t'explique en anglais qu'on attend qqchose pour passer le checkpoint mais faut pas s'inquiéter...

On attendant, tu te regardes dans le rétroviseur et c'est l'horreur. Tu comprends pourquoi le visage te brûle. T'as pris très cher. Ton nez, déjà qu'il est pas petit, c'est le phare d'Alexandrie en version rouge fluo. Toi qui voulait passer inaperçu c'est mort. Faut maintenant trouver de la biafine.

Finalement on repart, bien sûr t'es enmmerdé au checkpoint. Je vous passe la partie palabres mais finalement tu passes. Arrivé à Soran, il dépose les deux autres gars et commencent à baragouiner qqs mots d'anglais avec toi. Tu sympathises et finalement le gars t'amènes jusqu'en dehors de la ville dans un endroit qui au début semble un coupe gorges mais qui est finalement la station des taxis pour Erbil. Tous les taxis te sautent dessus. Pas un ne parle un mot d'anglais. Tu souris, un mec te file sa coiffe pour un selfie avec toi et 10 secondes plus tard t'es sur instagram... bonne ambiance. Il est plus de 19h, t'espères que l'hôtel à Erbil a gardé ta chambre. Pour l'instant t'es le seul client. Tu te dis que tu vas privatisé le taxi pour 30$ quand trois papis arrivent. C'est parti, t'es confiant. Faut jamais partir avec des aprioris mais en venant au Kurdistan t'avais pas pensé rouler de nuit...

T'es assis devant. Le chauffeur est un dingue, il double des camions sans aucune visibilité. Le mec en face est obligé de rouler sur le bas-côté pour l'éviter, les insultes pleuvent. Bon ben t'es à la place du mort. Ok, t'y restes suite à une avalanche ou un bombardement ou un truc dans le genre, çà a au moins un minimum de gueule, mais dans un accident de taxis, merde.

Tiens qu'est ce qui se passe, on s'arrête !! Encore une galère ? Non c'est l'heure de la prière et les voilà les quatre partis à la mosquée. Peut-être une petite prière pour la route... On repart et le chauffeur commence à bailler... Tout ça c'est véridique. Je vous passe les checkpoints et autres broutilles. T'arrives à l'hôtel à 21h crevé, sale, puant. Oui, tu as bien une chambre et pour la première fois le gars te montre que tu as une super chambre avec une fenêtre qui donne sur la route. Oui, les autres fois tu n'avais pas de fenêtre. Bon vous avez compris ce qui s'est passé très tôt ce matin :) Le chant du muezzin. .... quand ca veut pas...

J'ai mis deux heures pour écrire ce mail....il doit y avoir plein de fautes..

Ricardo surlesgenoux

14

Salut,

Deux derniers jours à Erbil, histoire de récupérer du délire des jours précédents. C'est impressionnant, c'est à se demander si les hommes kurdes se reproduisent entre eux. Vendredi, même si c'est le jour de repos, il y a toute une partie du bazar qui est ouvert. Tu n'as pas vu une femme et pourtant c'est pas un coin pour les hommes, on y vend de tout, fruit, viande, appareil ménager.... c'est blindé, tu peux à peine marcher, pas une femme!!!

Le soir t'es retourné dans quartier Iskani (sur les conseils de Master Vincent, t'as fait l'américain en prenant un taxi pour y aller au lieu de marcher), la main street, pour fumer le narguilé et bien sûr, que des hommes.

Ouais, la veille t'es passé devant le consulat français, un vrai blockhaus avec barbelés, tu t'es dégonflé d'aller demander où sortir le soir. Le lieu ne sentait pas le welcome...

T'as tenté ta chance auprès d'un vendeur chez Carrefour, il t'a conseillé le Abdullah café. Un endroit sympa où il y a un côté pour les familles et un autre pour les hommes pour manger des gâteaux et boire du thé. Ouais bon, on s'est pas compris. Et tu t'es aussi dégonflé de demander à la caissière voilée, si elle le prenait pour une invitation, tu risquais de prendre cher. ...donc Iskani...

Samedi tout le bazar est ouvert. T'as acheté pour 4 kg de gâteau. Ça, plus tes 3 kg de henné, ça va être compliqué à la pesée dans l'avion.

Dans le bazar t'as plein de magasins de sous-vêtements pour femmes et pas de la culotte de grand-mère, et bien ce sont des hommes qui tiennent les boutiques. Pas une femme ne bosse à part dans les mall. Aujourd'hui il y avait qqs femmes qui se baladaient dans le bazar mais même pas 10%.

Près du bazar, une effervescence. Une quinzaine de gros 4x4 aux vitres teintées sont arrêtées. Il y a un attroupement avec plein de mecs avec oreillette et kalachnikov qui assurent la protection d'un petit groupe assis à un café. Y a des journalistes et plein de locaux qui essayent de s'approcher pour faire des photos. Serait ce Marine qui vient fêter sa future élection ? Règle de base dans ce genre d'endroits, ne jamais s'approcher d’un attroupement, jamais, s'il y a bien un moment où ça peut péter c'est à ce moment !! Bon, ben toi tu la connaissais pas cette règle donc tu es allé voir... tu vas même faire chier un mec à oreillette pour savoir qui c'est. Bon, il a une oreillette mais il parle pas anglais. Tu vas voir un journaliste en lui demandant si c'est le président ou le premier ministre. Il parle pas anglais non plus mais c'est pas le président. T'aurais eu un gros appareil photo t'aurais pu la jouer 'french press, playboy magazine' laisser passer mais là t'es pas crédible avec ton appareil ridicule et la sécurité rigole pas. Il y avait un gros poussah moustachu et une femme en robe verte qui piquait les yeux. Va savoir qui c'était...

Boromo, il est 23h, le taxi va arriver. C'est parti pour l'aéroport. Ton vol est à 3h du matin avec un stop à Ankara puis un changement à Istanbul. Oui pourquoi faire simple. Et si à Paris si la PAF te colle un débrif à l'arrivée, va falloir qu'il t'explique pourquoi. A part de l'importation de nougats et loukoum kurdes, t'es nickel.

See you soon

Ricardobacktojob