Au diable la Tasmanie

5 étapes
8 commentaires
2
Du 1er février au 3 mars 2018
31 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Salut,

De porte à porte ca fait 32h de transport pour arriver à Hobart. Bon c'est un peu longuet mais coup de pot t'as pas été assis à côté de mioches qui piaillent tout le trajet. Grosse déception, il n'y a plus à la douane de Sydney de petits chiens qui viennent renifler ton sac pour trouver de la bouffe. Tout se perd!!

Toi on t'a fait passer avec tous les asiatiques dans la ligne 'qqchose à déclarer' sous prétexte que t'avais coché la case médicament. T'en connais qui viennent sans médicament? Les asiatiques, eux ils y passent tous quoi qu'ils aient coché.

Enfin, le principal c'est que t'es arrivé à Hobart avec ton sac. Par contre à l'aéroport d'Hobart, il y avait un petit chien qui tout content à chopé un mec qui transportait des tomates. Tu passes avec dix kgs de coke, le chien ne dit rien mais avec une tranche de concombre tu te fais chopé.

Étonnement sur le vol Sydney-Hobart quasiment que des retraités. Toi qui imaginait la Tasmanie comme un coin encore très sauvage ou seul le plus téméraire venait tenter sa chance..que dal. Bon, on n'est pas encore au niveau de la population de Menton mais pas loin.

Côté hébergement, pour les prochains mois, fini le luxe habituel avec suites et jacuzzi. T'as pris l'option dortoir de six avec salle de bain commune. Et dans le dortoir, une bonne odeur de pieds, un régal (un chaman vietnamien serait il passé par là??). Sans parler des ronflements et sans compter ceux qui rentrent de soirée à 3h du matin et ceux qui se barrent très tôt à 5h.

Coup de 'chance' suis tombé sur un français dans la guesthouse. Mais qu'est ce qu'il cause avec un ton condescendant. Oh lala l'Australie l'a transformé et blablabla... cassos.

Côté communication, putain les australiens ont un sacré accent et plusieurs fois t'as répondu yes pour être poli sans avoir compris ce qu'on t'avait dit... Pour l'instant ça passe.

Hobart est la principale ville de Tasmanie avec un côté ville à l'Americaine avec ses rues perpendiculaires à sens unique et un côté ville européenne avec une rue piétonne, des petits passages pleins de boutiques.

2h max à pied t'as fait le tour. La ville est au bord d'une baie et chacun a sa baraque sur le flanc d'une colline avec une vue imprenable sur la baie. Sur les collines un peu plus loin, pas un chat, y a le potentiel pour bétonner!!!


Éric, revend ton appart et viens t’installer ici. Y a d'y poisson partout. T'as des mecs qui ont construit des baraques flottantes dans le port et ils vendent du fish and chips.

La plupart des anciens docks ont été transformés en pub et resto et à 17h30 les pubs sont remplis mais étonnement pas de jeunes de 20 ans, que des gens qui sortent du boulot. Au pub l'australien parle et rie très fort et l'australienne parle encore plus fort. Le but semble d'être entendu par tout le monde.

T'as des pubs partout et contrairement en France t'as pas un mec de la sécurité devant chaque bar, pas un plot devant un lieu public pour empêcher une bagnole de foncer dans la foule. Dans des petits parcs il y a des concerts avec des stands de bouffe et pas un flic à l'horizon. Tu les repères facilement ils ont des gilets jaune fluo. Je rédige ce mail à la terrasse d'un pub, t'as le pc, le téléphone sur la table et tu les laisses dehors pourra aller commander une bière sans aucune inquiétude. Un autre monde, celui qu'on ne connaîtra plus en France (ouais pour le même prix vous avez le droit à la minute philosophique)

Tu les sens pas stressé les australiens. T'achetes des cerises sur un marché, la nana les trie une par une pour ne pas t'en filer des abîmées. Derrière t'as dix personnes qui attendent tranquillement.

T'as tout un quartier qui s'appelle Salamanca avec des boutiques un peu bohème et tous les vendredis vers 18h00 t'as un concert sur la place Rektango. Bon, la chanteuse massacre un peu les classiques de rock mais dix secondes après le début de la première chanson, t'as dix retraités en train de mettre le feu sur la piste. Ca à l'air d'être le repère de ceux qui ont été à l'origine de ce quartier.

Ouais t'es un des plus jeunes (pour pas dire moins vieux) dans le coin. Soit les jeunes se barrent de Tasmanie soit y a un truc qui t'échappe. En tout cas y a un potentiel ici pour monter des EPADs.

Véridique, y a débarquer une bande biker harley, un des mecs marchent avec une béquille en descendant de la moto...

Le truc incontournable ici c'est d'aller voir le MONA, LE musée de Tasmanie qui mélange art moderne et ses pièces anciennes C'est le truc à faire. Déjà t'y va en ferry tenu camouflage. Tout l'intérieur musée n'est que béton et acier sans la moindre fenêtre vers l'extérieur. Ca part dans tous les sens, t'as des jets d'eau qui écrivent des mots, une salle avec une exposition de moulage de sexe de femmes, des boîtes que tu ouvres et qui te disent 'I love you', un mec a reconstruit notre système digestif et tous les jours la machine fait caca, le délire. Même si t'aime pas les musées c'est un truc à faire.


Adnana, bizarrement y a pas à 2h du matin un de tes potes barbus qui monte en haut de son minaret pour réveiller le quartier. Ca manque presque... par contre on a le droit aux cloches de l'église du coin et elle y va bon coeur.

Bon cassos maintenant pour Launceston et le briefing/préparation pour le rafting en espérant qu'il y aura pas les bikers dans le groupe....

2h30 de bus histoire de voir un peu les paysages, bon, ben, ils ont bien déboisé pour entasser des pulls merinos sur pattes. Y en a partout !

Alors Launceston, deuxième ville de Tasmanie, t'as 2 rues avec des magasins et puis merci d'être venu. On est dimanche, ville morte. Et dire que ca va être ton point de récup entre chaque activité....

T'es en train d'envoyer ce mail de la guesthouse et t'as des jeunes qui voyagent et qui passent leur temps à regarder la tv en mangeant des chips, va comprendre. Ils travaillent tous dans des fermes, ils viennent de finir la saison des cerises et vont bientôt ramasser des pommes.

Launceston 

Ricardo en pré-retraite

ps : j'en bave avec internet car ca rame comme c'est pas possible pour charger les pages. On oublie les vidéos sur youtube car ca mettra 2 jours pour charger une vidéo de 30 secondes

2

Veille du départ pour 9 jours de rafting sur la rivière Franklin, apparemment une rivière mythique pour les australiens. Réunion de l'équipe pour un briefing. Quand t'arrives, il y a trois vieux qui sont déjà là. Y en a un, pas très grand, plutôt gros, une grande barbe grise, t'as cru qu'il sortait du seigneur des anneaux. Puis sont arrivés 4 autres personnes 30-40 ans. Tous australiens, t'es la seule grenouille.

Il y a trois guides, deux tasmaniens Eric et Jordi et une écossaise Abigael, tous assez jeunes. Bon c'est pas compliqué, pour l'instant t'en comprends aucun quand ils causent. T'as le droit à une combinaison, un casque, un gilet de sauvetage qui sent le chien mouillé et un grand sac imperméable pour mettre tes affaires. Ils verifient le matos que t'a amené. Bien sûr, tout ce qui était demandé n'est pas utile..

Les gars nous disent qu'on peut amener de l'alcool sans problème. Du coup, t'achetes 8 litres de vin (ben ouais 11 personnes x 9 jours) et tu te dis que tu vas leur faire découvrir une spécialité française. T'as fait tous les magasins d'alcool de la ville pour trouver une bouteille de Pastis que t'as payé une blinde.

Lendemain matin, ils nous récupèrent et c'est parti pour 5h bagnole. Les rares bleds traversaient sont composés d'une seule rue avec quelques boutiques. Ca y est, t'es enfin sorti des villes. Les rares stations essences font aussi office d'épicerie, les routes sont en partie goudronnées. On passe à côté de lacs où il n'y a personne.

Arrivé au point de départ, gonflage des rafts et installation de tous le matos. Les rafts sont ras la gueule.

Briefing sur la sécurité, t'as compris que si tu tombais à la flotte tu devais mettre les pieds devant et que si tu arrivais vers un tronc d'arbre il fallait nager rapidement pour passer au dessus du tronc car si t'es emporté par l'eau en dessous du tronc t'as de grandes chances d'y rester.

Le deuxième jour le briefing de sécurité a duré deux minutes et Louis plus rien les jours suivants, comme quoi la sécurité...

Il fait un grand soleil et à part les guides, ils sont tous en combinaison. T'as du rater un truc car toi t'es resté en maillot de bain..

T'es monté avec le couple âgé et Abigael. Elle n'arrête pas de parler avec sa voix criarde. Va falloir les prochains jours la jouer futé car 9 jours avec elles tu seras sourd à la fin.

Le niveau de l'eau est très bas et ca fait pas 5 minutes que t'es sur le raft qu'il faut descendre pour pousser. Bon ben routes les 2-3 minutes faut descendre dans la flotte et pousser. L'eau de la rivière est très sombre, presque noire, à cause d'un truc que t'as pas compris. Donc tu vois pas où tu mets tes pieds, tu glisses, tu te tapes contre les rochers. Résultat à la fin de la demi journée tes jambes sont pleines de coups. Si c'est comme ça les 9 jours ca va être galère et pas fun. Les autres avec leur combi sont protégés mais crèvent de chaud.

Pour les camps de nuit, c'est pas compliqué, il faut sortir tout le merdier des rafts puis chacun se dépêche de se trouver un coin tranquille pour s'installer. Pas de tentes, tout le monde dort à la belle étoile. Et en cas de pluie ils ont des sortes de bâches.

Alors le truc important c'est le coin toilette. Il y a des règles importantes ici. Hors de question de faire ton caca où tu veux. Ils installent dans un coin une grande boîte rouge, le 'groover'. Tu prends un sac plastique (ceux pour ramasser les crottes des chiens), tu te le colles sous les fesses, tu fais ce que tu as à faire en espérant que tu es bonne position. Et ton petit sachet bien rempli tu le mets dans le groover. Ouais c'est vrai que t'espères être rapidement constipé.

Par contre tu peux pisser à deux mètres de la rivière, ca n'a pas d'importance, mouais...

C'est l'heure de l'apéro, les guides ont préparé plein de trucs et chaque fois il y aura du fromage en apéro, ca se fait ici. À part un mec personne n'a apporté d'alcool. Et personne veut noire, du coup ca va en faire de la picole.

Les trois guides sont des gros fêtards et ont leur propre réserve.Bon ils vont aussi largement taper dans la tienne.

Côté flotte, ils nous ont dit qu'on buvait l'eau de la rivière, que généralement une personne sur dix était malade une journée puis ca allait mieux ensuite. On verra qui est le gagnant...

Côté bouffe, tous les soirs ça a été royal, tous les soirs c'était différent. Un soir, ils ont sorti la farine, fait une pâte à pizza et c'était parti pour une soirée pizza cuite à la poêle et bien meilleure qu'une grande partie de ces pseudo tratorias parisiennes.

T'avais un couple soit disant végétarien mais bizarrement t'as l'impression que c'était un jour sur deux...

Pour le matin, il faisait des pancakes, du pain toasté, des supers omelettes...

Résultat, Kinnary c'est comme toi, mon bidons à poussé mais là Gabriel y est pour rien.

Côté paysage, il faut imaginer une rivière très sombre presque noire avec des reflets oranges foncés, des rochers et des gorges de couleur rouge, grise et blanche, parfois des petites plages mais surtout du vert sous toutes ses nuances.

Côté végétation t'y connais que dal mais il y avait parfois des grandes fougères très vertes qui contrastaient avec le reste des arbres et arbustes. Très souvent sur le bord de la rivière, d'immenses troncs d'arbres. Certains sont 5-6 mètres au dessus du niveau de la rivière, c à donne une idée du niveau l'eau à certaines périodes. Il y a aucun chemin qui rejoint la rivière, c'est l'autonomie la plus complète. On a l'impression d'être seul au monde.

On a suivi un autre groupe qui faisait la même descente mais en plus du yoga. Chaque matin ils se levaient vers 5h pour leur séance de yoga.

Je vais pas vous décrire jour par jour mais les différences sont surtout liées au raft. Déjà le matin le but est de ne pas être sur le raft d'Abigael. Même si les trois maîtrisent parfaitement leur raft, les mecs sont physiquement très costauds et t'as moins souvent à descendre du raft avec eux et surtout ils sont pas toujours en train de crier. Ouais car rappel, si les deux premiers jours on a passé notre temps à pousser les rafts, les jours suivants ont été pires.

Quand le matin, ils te disent qu'on va passer des rapides, en fait oui ce sont des rapides quand le niveau de l'eau est haut, dans ton cas ca veut dire du portage de raft et pas sur 5 mètres. Il y a des passages où on a mis 2 heures pour faire 200 mètres pour déplacer le raft. Il fallait installer des cordes, soulever les rafts, les tourner à 90° et les tirer entre deux rochers. Tu sens que les guides ont du muscle et ca envoi du lourd. Chacun prend sa corde, le guide crie ready one two three et tout le monde tire. Un conseil, si vos enfants ont des muscles mais ils sont nuls en math, ils pourront toujours faire guide de rafting...

Rafting en mode portage.... 

Quand tu penses à la yoga team qui a une guide qui peut rien porter et l'autre plutôt fine, ils ont du galérer bien plus.

Sur certains passages, il a même fallu enlever tout le matos, se servir des rafts pour faire un pont, faire passer les autres rafts et le matos puis tout remonter et ca juste quand il s'est mis à tomber des cordes. Ouais ici, quand il y a du soleil, ca te brûle et quand il pleut c'est pas la version bretonne..

Pont à base de rafts 

Sinon ce qui est sympa c'est quand tu as un tronc qui barre la rivière, soit t'as un coup de chance t'arrives à passer dessous sinon ça veut dire qu'il faut faire passer le raft avec tout son matos par dessus. Donc t'es debout sur le tronc à tirer sur le raft en espérant ne pas glisser où que le raft t'emporte. Toi qui était venu te prendre des shoots d'adrénaline en passant des rapides que dal. Ah oui, t'étais sur le raft d'Abigael (en regrettant de ne pas avoir de boules quies) quand on a passé un petit rapide. Bon elle a tendance à les prendre plutôt de côté que de face. Le raft a fortement penché (les deux lourds étaient du même côté) et si sur un malentendu t'a rame s'était pas trouvé entre le rocher et toi, t'étais bon pour pour une greffe de la peau du dos. À part ça, walouh pour l'adrénaline.

Côté bestiole, et bien pendant qu'on tirait rafts, il y avait à quelques mètres un joli serpent noir, le serpent tigre. Ouais il est rayé en Australie mais comme il fait plus froid en Tasmanie il est tout noir ici. La bestiole est pas agressive, les guides sont pas inquiets. Bon ca va alors. Et le fait que c'est le serpent le troisième plus mortel au monde on en fait quoi? C'est vrai qu'on dort à la belle étoile...

Serpent tigre 

C'est plutôt côté santé que ca a merdé grave. En fait plusieurs ont été malades à cause de la flotte mais c'est toi qu'à eu la fève. C'est le genre réveil en urgence à 5h du matin, récupération de la lampe frontale et course vers le groover pour récupérer un petit sac plastique. Déjà que de jour c'est pas facile mais de nuit, imaginez la galère. Et quand tu dois en plus y allait toutes les 20 minutes. Bon ben du coup ton stock de médocs est déjà à sec et tu t'es baladé avec un petit sac plastique dans chaque poche. Donc quasiment 5 jours à se traîner de smecta en smecta et surtout prier pour que n'arrive pas sur le raft les fois où tu mettais la combinaison.

Et c'est pas tout, complètement coincé du dos, certaines nuits impossible de dormir tellement ca fait mal et comme un con t'as pas voulu emporter la pommade anti inflammatoire. (Trop lourd à transporter, no comment)

Dernier jour de rafting, pas le moindre rapide en vue, on porte même plus les casques. Tu t'es arrangé pour monter sur le raft d'Éric, pas envie de passer le dernier jour avec la criarde. Du coup, on met la musique. Sur un rocher un serpent tigre roupille.

Trente minutes plus tard on s'arrête pour faire une petite marche dans un ruisseau, un coin qu'ils appellent 'le monde perdu'. Tous les troncs sont couverts de mousse, l'eau a des reflets cuivrés. Puis tu t'engages entre deux parois avec de l'eau jusqu'aux genoux. Et là tu te te dis que le serpent vu précédemment à peut-être un cousin par alliance qui traîne dans le coin. C'est vrai que t'as jamais demandé aux guides ce qu'ils avaient en cas de morsure. Une bible?

100m de ce couloir pour ressortir dans un coin de verdure. Tu te retournes, personne. Mais ou est passé la 7ème compagnie? Tu peux marcher qu'entre deux parois verticales de 4m de haut, ils sont tombés dans un trou? Tu fais demi tour et reviens aux rafts. Personne à part Jordi et Éric qui roupillent. C'est Abigael qui est tombé sur eux en revenant. Ils s'étaient embarqués sur un chemin invisible avant de s'embarquer dans le couloir. Du coup t'as le temps pour un petit goupillon. Que dal, Abigael sort un pipeau et se met à en jouer, enfin essayer d'en jouer.

Pour les dernieres heures, on a attaché les trois rafts ensembles tout en longueur pour aller plus vite. La yoga team est arrivé dans par nuit, faut être motivé pour pagayer de nuit dans Le froid et être mouillé.

Le bateau est arrivé le soir avec sa cargaison de bières. Toi avec ton bid, t'as fait l'impasse mais tous les autres se sont jetés dessus. Certains l'ont joué, non nous pas d'alcool mais finalement....

Bon on s'est tapé 5h de bateau pour traverser un lac et récupérer la bagnole à Strathan. On a pris 6h de tempête, tonnerre compris. A un jour prêt, on se prenait cette flotte sur le raft. Le patron du bateau à du prendre un chemin différent qu'il n'avait pas pris depuis six ans à cause de ce temps pourri. Et arrivé à l'embarcadère au moment de décharger tout le matos, on a pris la grêle, ouais quand ca veut pas.

Incroyable, t'es revenu à Launceston, tu deballes tes fringues états ramené quoi qui se trimballe sur ta polaire? Une petite sangsue.

Deux prochains jours pour la préparation du fameux trek overland track, lavage de fringues et toutes ces conneries


Recette (je compte sur vous pour l'essayer et renvoyer une photo)

Un paquet de biscuit (les plus simples)

30-35g de lait concentré

1 citron

1 paquet de noix de coco râpée

100g de sucre glace


Écraser complètement les biscuits pour en faire des miettes

Ajouter de la noix de coco râpée et le lait concentré

Râper le citron en zest.

Mélanger le tout.

Mettre dans un plat et avec une cuillère etcompacter la pâte obtenue.

Récupérer le jus de citron et mélanger le avec le sucre glace et une cuillère d'eau chaude.

Étaler le résultat obtenu sur la pâte précédente puis saupoudré avec le reste de noix de coco restant.

Mettre au frais pendant 1 heure.

3

Le trek incontournable en Tasmanie, c'est l'Overland Track qui se passe dans la région du Cradle Mountain. Bon ben tu t'es inscrits 4 mois à l'avance car il n'y a que 36 personnes par jour qui peuvent le faire.

En principe tu marches entre 5 et 6 jours et tu es autonome, donc tu dois transporter ta bouffe, le matos pour le faire cuir, ta tente et tout ce qui va avec. Résultat en comptant 2 litres de flotte t'es largement au dessus de 20 kg. T'es pas encore remis du raft donc ca risque d'être folklo. S'il pleut pas quand tu fais ce trek c'est que t'as pas fait le bon...Ca promet.

Il y a plusieurs refuges où tu peux dormir mais ils ont pas une capacité de 36... faut pas arriver trop tard.La veille, dans ton dortoir, t'as un gars qui a débarqué et qui va aussi le faire. Il s'appelle Sin (prénom raccourci car il est indien), tu lui as proposé de le faire ensemble en espérant qu'il marche bien. La veille du départ t'as acheté de la bouffe déshydratée, des barres de céréales et des tortillas avec du fromage et salami. Voilà ton repas pour les 5 prochains jours.

Départ le lendemain en minibus. Sur les petites routes de campagne il y a énormément de walhabis écrasés.Arrivée à l'entrée du parc t'as l'impression d'être à Disneyland. Plein de bagnoles et des gros bus style all inclusive. C'est quoi ce bordel? Le bureau des inscriptions, c'est la boutique, il est où Mickey? T'as hésité à acheter un bonnet en forme de diable de Tasmanie... Y a un guichet spécial pour ceux qui font l'Overland, le reste c'est pour ceux qui viennent à la journée faire une marche. Le minibus nous amène au point de départ. C'est pas compliqué, du moment où tu es sorti du bus jusqu'à l'arrivée au premier refuge, il s'est jamais arrêté de pleuvoir.

Il y a plein de chemins de traverses à prendre, comme l'ascension du mont Cradle mais vu le temps pourri, impossible d'y aller donc l'idée c'est d'arrivé dans les premiers au refuge 'waterfall valley' histoire d'être sûr de dormir à l'abri de la pluie vu le peu de confiance que t'as dans ta tente. Sauf que le père Sin même s'il marche plutôt bien, il a tendance à s'arrêter pour regarder un paysage où tu vois pas à 20m.En fait, tu marches très souvent sur des planches de bois 30 cm au dessus du sol, à la fois pour protéger le sol et éviter de marcher dans le bourbier. Étonnement il y a plein de merde (et toutes différentes) de bestioles sur les planches, comme si c'était plus agréable pour elle de le faire sur du bois que dans l'herbe. En fait la question est de savoir si c'est eux qui chient sur nos planches ou si c'est nous qui marchons dans leur chiotte. Ouais, imagines tu rentres chez toi et tu trouves plein de traces de pas boueux dans tes toilettes, tu serais pas top ravi. En tout cas t'as une photo d'un pris en flag. Et ça serait con de déraper sur une merde de wallabi et de se péter le coccyx...

Pris en flag 

Sur le premier jour, pas la peine de vous décrire les paysages, t'as quasiment rien vu, t'es juste pressé d'arriver, de toute façon t'es dans la brume.Côté équipement, t'es pas arrivé avec le matos adapté. Certains ont des grosses chaussures de marche imperméables, d'énormes guêtres, des surpantalons étanches. Ils arrivent, ils enlèvent leurs couches extérieures, ils ont pas un poil de mouillé. Tu trempes une feuille de sopalin dans l'eau et tu la ressorts, c'est exactement comment t'étais en arrivant au chalet, matos de baltringues. Il y a un poêle mais il ne marche que s'il fait moins de 10° dans le refuge. Bon ben tout restera mouillé..T'es arrivé le premier au refuge donc tu étrennes ton réchaud histoire de prendre un truc chaud. Le refuge est vite complet et tout le monde se fait sa popote. A 19h tout le monde a mangé son plat déshydraté et c'est l'heure de se coucher. Le mécréant qui est installé juste à côté de toi fait concurrence avec le bruit d'un moteur diesel. Sa voisine secouait son matelas histoire qu'il se tourne et arrête de ronfler.

Ah oui, selon la park ranger, demain peu de pluie mais après il devrait faire plutôt beau. Et deux jours plutôt il y avait de la neige au niveau du refuge. Là, t'étais vraiment pas équipé.

2 jours auparavant il y a eu une tempête, plusieurs groupes ont fait demi tour. Une nana qui doit sous la tente est tombée en hypothermie et à du être secourue. Encore un charlot qu'est venu avec du matos de plaindre. Ouais, ici côté météo ça rigole pas.

Jour 2

Avec Sin, on a décidé de faire deux étapes dans la journée soit 24 bornes. Sin voulait partir à 7h du matin, à 8h30 il était pas encore prêt... En fait dès que qqun se lève ca réveille tout le monde du coup tout le monde se lève et se fait sa popote.Incroyable pas de pluie du coup t'as pu un peu regarder autour de toi. Sin a sorti son surpantalons imperméable alors qu'il pleut pas et qu'il a pris cher hier...Autant sur la Franklin river tout était vert, ici c'est la fête des couleurs, des baies rouges, des arbustes verts et oranges. Les arbres perdent leur écorce et cela donne plusieurs couleurs de tronc. Parfois on a l'impression de marcher dans la taïga ou la garrigue, parfois tu traverses des forêts où tous les troncs semblent torturés et couvert de mousse. Il y a plein de lacs (ouais, vu la flotte). Ca doit être encore plus joli quand il y a du soleil mais c'est pas encore pour aujourd'hui.T'as lâché Sin pour plier le trajet en 5h30 au lieu des 8 prévues. En chemin tu t'es arrêté au refuge de l'étape que tu voulais sauter, il y a avait le park ranger. Sur le coup, t'as cru que c'était le fils du père noël avec son bonnet et sa veste rouge et sa grande barbe. Il attendait un hélico pour rapatrier un mec qui avait le coeur qui battait trop rapidement...

Arrivé au refuge 'Pelion', il y a un groupe d'américains qui parlent très fort et une belge qui désespère de manger au McDo et de se mettre en pyjama...Sur le chemin qui se transforme parfois en ruisseau, tu trouves une écrevisse. Elle irait bien dans la gamelle avec les nouilles mais si le ranger te choppe, t'es mort.Sinon, tu vois enfin des wallabis. Ils broutent tranquillement autour du refuge. En fait un wallabi c'est un peu comme un lapin qui a fait un stage à Tchernobyl.... Ils sont pas trop sauvages.

Dans le chalet y a un panneau indiquant de faire attention car il y a serpent tigre qui traîne dans le coin des toilettes... Tu vas éviter de boire du thé ce soir histoire d'éviter des sorties nocturnes.

La nuit tu t'es levé histoire de te débarrasser du top plein de thé et tu tombes nez à nez avec un opossum. La bestiole est tranquillement assise sous la véranda et espère trouver de la bouffe.


Jour 3

On devait partir à 8h, Sin à son sac à dos plein de flotte. Bon on est pas parti...L'idée aujourd'hui est de s'arrêter à mi chemin, laissez nos gros sacs, et faire l'ascension du mont Hossa (le plus haut sommet de Tasmanie) et le mont Pelion Est. Tous les parks rangers nous ont prévenu, quand on laisse nos sacs, il faut faire attention et ne pas laisser la bouffe accessible à cause des oiseaux, ouais des piafs. Y a des sortes de corbeaux qui savent ouvrir les fermetures éclairs, ouvrir les fermetures des sacs et te piquer ta bouffe. Impressionnant. Quand on est arrivé, on a mis les caches sur nos sacs, tourner les sacs pour qu'ils accèdent à rien. A peine on était parti on les a entendu piailler. Sans deconner, si les bestioles arrivent à ouvrir ton sac, t'en chopes 2-3 et l'année prochaine tu fais sensation à l'émission 'la France a un incroyable talent' en les presentant comme les enfants cachés de Mike Gyver!!!

Comme c'était un peu brumeux t'as perdu le Sin en route et t'es allé d'abord sur le pic Pelion. T'es monté avec deux autres gars au sommet en priant pour pas te vautrer et en redescendant, t'as vu Sin qui avait rejoint un autre groupe qui avait pris le mauvais chemin. A un moment donné tu peux pas faire nounou non plus...

Avec un américain qui galopait, t'es parti sur le mont Hossa. Arrivé au sommet, grand soleil. Ca y est il est enfin là. Tu découvres la chaleur et la transpiration.... des gros pics rocailleux au loin et de la forêt partout, parfois des rangées d'arbres blancs morts qui tranchent avec tout ce vert.

Grosse déception à la descente, les sacs n'ont pas bougé. En fait comme il y a toujours du monde les piafs ne se pointent pas. Putain t'as raté une occasion de faire le tour du monde avec ton numéro.Une petite heure de marche pour arriver au refuge Kia Ora. La plupart ont monté des tentes, toi c'est l'option refuge avec les ronfleurs.Le Sin est arrivé bien après sur les genoux. T'attends qu'il récupère un peu avant de lui proposer demain de doubler la distance...Pendant que t'écris cette partie, deux israéliens à côté de toi front la popote. Ils trimbalent des œufs, des légumes frais, 1 kg de sel, 1 litre d'huile, des sauces. Tu m'étonnes qu'ils se traînent. Toi t'as deux paquets de noddle pour le matin, une tortilla avec du fromage et salami pour le midi et un paquet de bouffe déshydraté pour le soir, et quelques barres de céréales pour la route.

Grosse affiche dans le refuge pour ceux qui dorment dans les tentes. Il y a des wallabys extrêmement insistants qui n'hésitent pas à rentrer dans les tentes s'il y a de la bouffe même s'il y a du monde, tout le monde a ramené son sac à dos dans le refuge.Incroyable ce coin, tous les animaux veulent te chourer ta bouffe. C'est pas eux qui se trimbalent 20 kg sur le dos.

Jour 4

La nuit a été très froide et ce matin il fait moins de dix degrés. Ceux qu'ont dormi sous la tente se sont pelés...Sin était partant la veille pour doubler la distance mais ce matin il mal au crâne et à mal dormi, donc t'es parti sans lui et t'as marché à ton rythme.Très grand soleil mais manque de pot toute la matinée tu fais que marcher dans une forêt très dense et le soleil ne perce pas la canopée donc tu te pèles. 7h de marche sans pause, la plupart du temps dans des forêts de très grands arbres. En fait tu marches surtout sur les racines des arbres et au bout de 7h t'as les chevilles en compote.

Pas écrevisse cette fois sur le chemin mais un petit serpent tigre qui a eu plus peur que toi. Apparemment c'est jour de RTT chez les serpents tigres car tout le monde en à vu aujourd'hui.Y a aussi des oiseaux (pas les corbeaux voleurs de bouffe) style perruches multi couleur.

Le refuge est sombre et blindé de monde. Un merdier pour dormir.Ah ouais, ici pas de mosquées avec son barbu qui appel à la prière à 2h du matin ou une église qui fait sonner ses cloches. Ici, t'as le 'Ricardo time': Toutes les nuits tu te réveilles vers minuit pour une pause toilette et après tu tournes sans arrêt sur ton matelas qui fait bruit de chips car tu peux plus dormir avec ton mal de dos. Enjoy!!

Jour 5

Il y a deux ballades à faire, le labyrinthe et acropolis. Vu le peu de temps qu'il te reste t'as décidé d'enquiller les deux dans la journée. Manque de pot le temps est couvert. En fait tu marches dans les forêts quand il fait super beau et quand tu fais balades avec des paysages t'as le temps de merde. Faut pas se plaindre, une australienne est venue 6 jours l'année dernière elle a pris 6 jours de flotte. Elle est contente car cette fois elle en a pris que 2. La ballade du labyrinthe t'amène dans un coin avec de plein de petits lacs, en arrière plan le lac St Clair.

Pour ceux qui veulent faire l'Overland track, il faut vraiment faire ces deux balades. Ou sinon c'est possible de partir du lac St Clair et rejoindre le refuge Pine Valley sans avoir besoin de payer le pass pour l'Overland track. Plein de gens font ça.

Pour l'acropolis, ça commence par 45 minutes de montée sans le moindre faux plat. Déjà t'es sur les genoux et y en a un qui coince. Puis tu marches sur des planches et tu vois en face de toi ce qui reste à monter. Et la tu te dis que la redescente va être terrible. Encore 45 minutes à grimper entre les rochers avec un passage où tu peux pas te permettre de te rater. Arrivée enfin là haut le ciel s'est un peu dégagé et t'as une magnifique sur toute la région. Pour ceux qui viennent faire l'Overland c'est le truc à pas rater mais faut une bonne condition physique.La descente a été cauchemardesque.

Tu pensais trouver Sin au refuge mais que dal alors que certains l'ont vu sur le chemin pour venir au refuge.

Jour 6

Certains qu'avaient dormi la veillée sous la tente sont venus cette nuit au refuge vu le froid. La nuit les gens laissent leur sac à dos pendu en hauteur à des crochets. Apparemment pas assez haut car un opposum est arrivé à ouvrir le bas du sac à dos et faire un ravage dans la bouffe. Pas de quoi faire un numéro de cirque, tous les xx xx sont capables de le faire ici. C'est dans leurs gênes.2h de marche pour rejoindre le refuge Narcisssus où tu retrouves le Sin. Il s'est fait mal au genou en venant au refuge précédent et il a préféré finir tranquillement. On est au bord du lac St Clair, grand soleil, eau transparente à attendre le petit bateau qui nous ramène à la civilisation. Certains marchent tout le tour du lac mais ceux qui l'ont fait disent que c'est pas top.

Gros hamburger frites et coca à gogo. Retour à la junk food. Des sortes de corbeaux se sont pointés pendant ton repas,pas farouches les bestioles. T'as montré un morceau de gateau à une des bestioles qui s'est approchée à moins d'un mètre de toi et tu l'as mis dans ton sac que tu as fermé. Que dal de chez que dal. Il a préféré sauter sur la table et piquer le trognon de pomme qui restait.Ils annoncent trois jours de tempête à partir de demain. Apparemment sur les trois dernières semaines t'as eu la meilleure fenêtre météo, pour une fois.

Demain location de bagnoles, conduite à gauche et pour ceux que ça intéresse, voilà les prochaines étapes approximatives. L'idée étant de chercher les bleds perdus et dormir à la belle étoile.

Corinna

Marrawah

Parc de Narawntapu

Bay of fire

Bicheno

FreycinetBosser pas trop

Ricardo, le gars qu'aurait pu passer à la tv grâce à des piafs

4
5

C'est parti pour une semaine de balade en bagnole avec objectif de dormir à l'arrache dans la tente en picolant du vin. T'as pas conduit depuis dix ans à gauche alors t'as loué une petite bagnole histoire de te faire la main. En arrivant chez le louer, tu vois un gros SUV Mitsubishi qui est prêt.

Pourvu que ca soit pas pour toi. Ca commence fort, t'as été upgradé et il est pour toi. Si tu froisses pas au moins une aile, t'es un champion.

Sympa, t'as déposé Sin à son agence de loc de bagnoles qui est à perpete. Lui, il part au sud, toi tu vas à l'ouest.

Le temps est pourrave. Il est pourri sur l'Overland Track mais il est aussi pourri sur toute la Tasmanie.

Premier jour de conduite à gauche avec une grosse bagnole, un temps de merde et sur certaines routes non goudronnées, si c'est pas du bizutage....

T'as décidé de prendre les petites routes, histoire de voir le pays en profondeur. Pour l'instant sur le premier jour t'auras vu de la pluie et des nuages. T'es monté sur un plateau pour passer par la région des grands lacs. Ouais ça doit être beau quand il fait beau. Il y a quelques bicoques de pécheurs

Pour l'instant sur les routes où il y a pas grand monde, rouler à gauche ça va, c'est en ville style Melbourne que ça sera compliqué. Car ici, les villes, c'est une rue principale style ville de cowboys et puis pas grand chose. Il y a un côté fin de vie avec ces bleds où les rares magasins sont à vendre et pas un chat dans la rue.

Près du lac St Clair, il y a une endroit vraiment à voir qui s'appelle 'the wall'. Une immense maison/hangar où un sculpteur représente tous l'histoire de la Tasmanie sur une ensemble de panneaux de bois qui font 100m de long sur 3 de haut. Assez impressionnant (c'était la minute agence de voyages..)

https://www.google.com.au/search?q=the+wall+tasmania&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ved=0ahUKEwj3krOsuc3ZAhWEm5QKHZFaDgoQsAQIOw&biw=1280&bih=669

Vu le temps pourri, t'es pas motivé pour t'arrêter au milieu de nulle part et monter ta tente sous la flotte pour te peler la nuit. T'as fait 9h de routes, avec un temps de merde, t'as eu une conne sur la route et t'es crevé, donc direction le camping du bled de Zeehan pour louer un bungalow avec radiateur et douche pour 60€ ou tu picoles du picrate qui te fait pleurer à chaque gorgée, la loose. Ouais je dis une conne, car ici, celui qui roule devant toi et qui voit que tu veux doubler se rabat sur le bord de gauche pour te laisser passer. Elle, c'est pas compliqué, à chaque tournant (et il n'y a que ça), c’est tout juste si elle s’arrêtait pas pour aller voir ce qu'il y avait derrière ç, par contre sur les courtes lignes droites elle accélérait, résultat avec ton veau automatique pour la doubler bonjour. Tu l'as collé, des appels de phare, le clignotant, que dal!!! T'as mis 30 minutes pour arriver à la doubler. Elle doit y être encore. Sinon tu croises des courageux, des mecs font le tour de la Tasmanie en vélo et avec la pluie, ils doivent être contents.

Zeehan à un musée qui retrace l'histoire de la région. Il y a plusieurs bâtiments. Un est l'ancien tribunal, l'autre est la loge maçonnique, et ouais fin 1800 ils étaient déjà à Zeehan. Il y a des fiches de recherche d'hommes et femmes mais le plus impressionnant c'est le théâtre avec des vieilles affiches de spectacle de 1900. Incroyable qu'il y ait eu un théâtre dans une ville perdue à cette époque. Avant il y a fait un club de badminton, de football, à l'époque de la ruée vers l'or. Maintenant la ville se meurt peu à peu. En comparaison Menton c'est new York....

Zeehan et Rosbery 

T'as demandé au seul mec que tu as croisé dans la rue une 'bakery', histoire d'acheter un truc pour le petit déjeuner. C'est à Rosbery à 25 km d'ici. Ah ouais quand même. Bon, il pleut, pourquoi ne pas y aller. Le bled est encore plus mort que l'autre. Tu rentres dans le magasin qui propose à manger (très loin d'une boulangerie version française). Ca donne pas envie et la serveuse a pas envie de te servir. Tu vas en face où il y a marqué gâteau fait maison. T'es au bout du monde, la patronne a les yeux maquillés pire qu'un clown et ces deux filles se morfondent. Bruno, oublié Sajama, c'est à Rosbery que t'es attendu... Ouais les gâteaux sont fait maison mais certainement l'année dernière....

Tu te retapes 25 bornes pour repasser par Zeehan et tu vois un café qui vend des gâteaux. Maintenant tu demandes plus bakery mais simplement coffee, ça évitera les kilomètres inutiles....

C'est réparti direction le bled de Corinna. C'est une piste et avec la pluie, t'es finalement content d'être dans un SUV. La piste à été faite à travers le bush, c'est pas compliqué, de chaque côté de la piste t'as 3m de hauteur de bush impénétrable. Dans un tournant, une bestiole traverse la route tranquillement. Ca ressemble de loin à un chiot mais en s'approchant tu reconnais le fameux diable de Tasmanie. Une petite bestiole, je vous laisse regarder sur internet. Aucun rapport avec le Taz.. Pour rejoindre Corinna tu dois prendre un bac. Il y a plein de balades à faire mais vu le temps pourri, impossible.

T'enquilles sur deux heures de piste sous la pluie où t'as pas croisé 5 bagnoles. Pas le moment de tomber en panne car sur le panneau indicateur ils te disent qu'il n'y a pas de réseau téléphonique dans cette région. Et les panneaux ne t'indiquent pas la distance mais la durée du parcours... toute cette région est sauvage jusqu'à ce que tu passes le bled Arthur river et juste après c'est un autre monde, des champs couverts de vaches, un choc T'as poussé jusqu'à Marrawah, histoire d'aller au Nord Ouest de la Tasmanie, c'est pas compliqué il y a 1 magasin qui fait office de poste, de station essence et de vente de qqn conneries et un pub. T'as hésité à camper car la pluie c'est arrêté mais après 7h de route, t'as pas envie de te peler sous la tente. Donc t'as pousser jusqu'à Smithon où tu retrouves supermarché et marchand de pizza.

Ceux qui veulent du dépaysement, faut aller vraiment dans la région Ouest de la Tasmanie. La région sud Ouest est encore plus sauvage, y a quasiment pas de routes...

Lendemain soleil mais à 9h il fait que 15°... Passage par Boat Harbour beach, un petit bled au bord d'une eau turquoise avec sa plage de sable blanc. Les baraques en bois ont accès directement à la plage, ça laisse rêveur. En train de prendre un chocolat chaud et bon morceau de cake au fruit de la passion pour 5€. Obligé de mettre des lunettes de soleil à cause de la réverbération du soleil sur la mer. Ca va en France? Vous tricotez des bonnets pour le froid qui arrive? Y a une ville qui s'appelle penguin mais pas un pingouin à l'horizon, trop fort en marketing.

T'as décidé de passer 2 nuits sous la tente dans le parc Natawrapu qui est au bord de la mer.

Tu plantes ta tente et la ranger te file une carte du parc. Elle veut te parler des serpents mais tu lui dit que c'est la peine. Tu te mets en sandales (marre de marcher avec des pompes) et tu te décides d'aller à une endroit qui s'appelle point view. 1h30 de marche sur une piste pour arriver au soumette tu as aucune vue. T'es entouré de bush et d'arbres. Que dal côté visibilité. Dégoûté t'es prêt à faire demi tour quand tu vois un ruban rose dans une branche à 10m. Tu t'approches, un autre ruban rose 10m plus loin. On dirait des indicateurs pour un petit chemin. Tu regardes sur la carte fournie par la ranger, que dal. Tu lances l'appli maps.me qui t'indique qu'il y a effectivement un chemin. Bon, tu t'embarques la dedans mais le chemin est à peine tracé, les plantes sont coupantes et hautes et tu sais pas où tu mets tes pieds. Rappel, t'es en sandales et tu sais qu'il y a des serpents. S'il t'arrive la moindre merdre, personne ne sait où t'es parti et en plus t'es sur un chemin non référencé. Ils retrouveront que tes os. 1h30 de vrai galère à essayer de ne pas se perdre. Seul point positif t'as enfin une vue splendide sur le bush qui se termine sur une immense plage de sable dorée. T'en baves mais tu vois à moins de 100m le chemin qui mène à la plage. Sauf que tu ne vois plus de ruban rose. T'essayes plusieurs fois des chemins mais les arbustes sont hauts et coupants, t'as les tibias en sang et tu peux pas avancer. Cette saloperie d'application maps.me t'as indiqué de partir sur la gauche alors que le chemin était sur la droite... Sincèrement, t'es déchiré de partout mais super content car enfin une vraie expérience de marche dans le bush sans marcher sur des planches bois comme sur l'Overland.

Longue marche sur la plage et dans le bush où tu croises des walabis. En fait c'est comme en Afrique, à la première girafe tu fais waouh, à la deuxième tu regardes et la troisième tu fais plus attention. Ici c'est pareil avec le walabi. Y en a partout. Tu t'es installé au bord de la mer pour dîner et t'en as une dizaine qui broute autour de toi. Enfin, ils broutent mais si tu laisses tomber qqchose et que tu t'ecartes, ils viennent le récupérer. J'écris cette partie de mail en dînant assis dans le sable avec un verre de vin à la main en regardant la mer et en me disant que certains vont mettre des moufles demain pour aller bosser...

Au fait, t'es le seul en tente. Tous ont des super caravanes ou camping car, y en a qui installent des antennes paraboliques, des hamacs... En fait il y a que des retraités qui voyagent en camping, ils doivent avoir trop chaud en Australie et viennent chercher la fraîcheur. À Menton, c'est le contraire, les petits vieux viennet chercher la chaleur. Vincent, tu dis que ça re fait penser à la région PACA, ok mais remplace les russes par les walabis...

Le lendemain, toujours dans le parc t'es allé près du lac blindé de cygnes noirs où traîne un gang d'une trentaine de kangourous. Il y a plein de petits qui tétent encore leur mère. Certains se laissent approcher à 2-3 mètres mais ils sont généralement assez craintifs. Quand tu approchent, ils se mettent debout sur leur pattes arrières près à déguerpir.

Laure, t'es tombé sur un nouveau serpent (y en 3 sortes en Tasmanie). Celui à la tête et le ventre cuivré, ça tombe bien il s'appelle le serpent à tête cuivrée. T'es à 2m de lui. Il a le même regard que les parisiennes en soirée quand tu leurs parles : 'you re nothing', il en a rien à taper de toi. Toi qui a toujours voulu goûter du serpent.... t'attendras d'être en Asie pour en manger.

Lendemain, sur la route une ribambelle de walabis qui sautent dans tous les sens. Tu m'étonnes qu'il y en a partout écrasés. 50 m plus loin, y en a un tranquillement assis au bord de la route avec un panneau 'To Hobart'. C'est con c'est pas ta direction...

Destination bay of fire. Une baie avec de très gros rochers arrondis qui sont couverts de micro algues orange. Et avec le soleil (quand il y en a) ca donne selon le marketing officiel l'impression qu'ils sont en feux. Même sans soleil, c'est super à voir.

Avant d'y passer, t'es allé complètement au nord est de la tasmanie à Petal point. Sur la route il y un endroit qui s'appelle rushy lagoon, ça laisse rêveur. En fait ce lagoon, c'est un ensemble de dix bicoques en bois avec une pompe à essence de la guerre de 14, au milieu d'un champ de vaches. Je t'en foutrais du lagon. Euh c'est vrai que finalement sur la carte c'était pas près de la mer, mais quand même!! Et à à Petal point à part te faire piquer par un taon deux minutes après être sorti de la bagnole, bof. Du coup cassos.

Arrivé sur Bay of fire, tu trouves pas de camps sympa pour planter ta tente, t'es énervé, fatigué, resultat t'as pas froissé la bagnole, t'as plié le par choc arrière contre un arbre... T'as pas pris d'assurance, ça va te coûter une blinde. Si visa premier fonctions c'est banqueroute.

Faut vraiment voir bay of dire avec ses rochers oranges et son sable blanc, magnifique.

Deux derniers jours sur la presqu'île de Freycinet. T'as un super emplacement, ta tente est derrière une petite dune avec un petit chemin privatif pour rejoindre la plage qui est à 10m. Ca doit être super beau quand il fait beau. Ouais tu dis souvent cette expression car t'as du soleil en bagnole et des nuages au camp.

avec ou sans pluie... 

Demain tu pars camper. Le ranger t'as montré le chemin et t'a dit qu'il fallait 7h. Ouais 7h c'est pour le mentonnais qui grimpent une fois tous les dix ans le pic du Beaudon... En attendant t'es allé jusqu'à un point de vue. Incroyable, les walabis se sont partagés le business du touriste. Au point de départ ils sont 3 à faire le beau en espérant de la bouffe. Tu peux même les caresser. Sur tout le chemin tu en vois pas un sauf à la seul intersection où les gens s'arrêtent et t'en retrouves un au point de vue. Trop fort!!!!!

Une fois que tous les gamins chinois ont fini leur selfi avec la bestiole. Ouais ici les minibus de chinois défilent dans arrêt. T'essayes de faire un gros plan de la bestiole. Elle est en train de manger des feuilles d'un arbuste, du coup tu coupes une branche et tu lui tends. Elle l'a prend sans grande conviction, genre j'ai pas besoin de toi pour bouffer ces feuilles. Et veridique, à ce moment une chinoise lui tend un biscuit pour l'attirer et c'est fini, le symptôme de la parisienne en soirée, 'you re nothing' et la bestiole suit la chinoise.

Matinée degeulasse, t'hésites à te barrer de Freycinet. Finalement vers 10h le ciel s'éclaircit donc tu tentes ta chance pour partir camper à cooks camp quasiment à l'autre extrémité de la presqu'île. T'as décidé de prendre le chemin par l'intérieur, le plus long. Il te fait passer par wineglass beach. Grande plage de sable blanc avec son eau transparente. Serieux, t'es 15 pingouins max sur une superbe plage et en 1h30 vous y êtes.

Toi t'as décidé d'aller beaucoup plus loin. Au bout de la plage, un mec te fait signe. Il t'explique que tous les mecs qui reviennent du camp où tu vas reviennent déshydratés car le réservoir contient des larves de moustiques. Mais lui connaît une petite source sur le chemin qui n'est pas référencée. Il a mis du scotch rouge sur le chemin mais là il à une grosse branche de bois avec plein de scotch rouge et écrit au marqueur water. Le gars te dit que c'est à 1h de marche sur ton chemin et si tu pouvez déposer la branche au milieu du chemin pour que tout le monde puisse en profiter.

Mouais t'as déjà 20kg sur le dos... Toi bon samaritain tu te retrouves à trimballer en plus de ton matos une grosse branche et le chemin fait que monter. Finalement au bout d'une heure tu trouves le coin et la source et tu déposes fièrement la branche en plein milieu du chemin. Ta B.A de l'année est faite. 1h plus tard tu croises un couple et tu leurs dit fièrement que s'ils veulent de l'eau, maintenant il y a une marque. Ils te disent que c'est pas la peine, zut alors... 20 minutes après tu croises des français et tu leurs expliques le truc. Ils sont surpris, au camp il y a une eau plus claire que celle de ta source. Je t'en foutrais de ta source...Après 5h de marche quasi ininterrompue t'arrives à ce fameux camp sur la plage. Ouais pour info si un jour ca vous tente, l'autre chemin est moitié moins long et surtout beaucoup plus plat...Immense plage, on est cinq pingouins et pas un allemand avec son parasol et ses chaises pliantes. Juste le bruit des piafs et des vagues. Bien sûr, business oblige, y a des walabis qui bondissent partout alors que pendant les cinq heures de marche pas la moindre oreille. T'as planté ta tente en haut de la dune qui donne sur la plage. Seul truc important que t'as oublié, le maillot de bain et la serviette...Le ciel est en train de se dégager.Un conseil si vous venez à Freycinet, pas la peine de passer la nuit sur la plage (même si elle est superbe) près de l'entrée du parc, enquillez directement sur cooks camp avec de votre tente et la bouffe.

Nuit mouvementée. T'as bouffé tes nouilles chinoises et tout ce qui te reste avec les sauces qui puent tu l'as mis dans ta tente. Ca fait pas 1h que tu dors que t'as comme l'impression qu'il y a qqchose qui gratte pour rentrer dans ta tente. Tu donnes un coup dans la tente et tu sors voir ce qu'est ce bordel. T'as un opposum opposum fièrement assis à 2m de toi. Tu lui balances un bout de bois pour qu'il soit barre et il en faut plusieurs pour qu'il se barre dans les arbres assez loin. Faut juste s'imaginer en lampe frontal, caleçon et sandales pourchasser un opposum avec des branches. Bon, que faire de la bouffe, si tu l'as laisse dans la tente il va revenir te faire chier. Donc tu pends le sac à une ficelle à un arbre assez haut pour pas qu'il l'atteigne. T'es pas super convaincu mais bon, tu vas te recoucher. Ca fait pas 2 minutes que tu entends du bruit. Il était en train de monter sur la branche où il y a ton sac. Putain, tu ressors, tu fais même une photo. Il est à 1,5m pris en flagrant délit. Avec ses petites pattes il tire la ficelle pour remonter le sac vers lui. Et en plus il te fait les yeux de la parisienne, j'en ai rien à foutre de toi. Tu lui as balancé une sandale avant qu'il choppe le sac. Et te revoilà parti à lui balancer des branches pour qu'il aille plus loin. La nuit risque d'être longue.Finalement t'as repris le sac et tu l'as foutu dans ta tente. Pendant dix minutes, t'es resté l'oreille aux aguets prêt à débouler quand tu as entendu plus loin un bruit bizarre. Il a du partir enmerder les voisins....Lendemain matin, t'as discuté avec les voisins, eux aussi ont eu cette nuit des nouveaux copains insistants...

Voilà, Tazie c'est terminé, demain direction Mebourne.

Ps : petite idée à transmettre à Macron. T'as discuté avec un fonctionnaire australien. Le mec commence à bosser à 7h et termine à 17h. On attend avec impatience cette mesure en France.