Il n'y a rien de plus beau que le sourire....et ce qui est chouette c'est que l'on peut sourire dans toutes les langues...
Mars 2017
900 jours
Partager ce carnet de voyage
Publié le 24 octobre 2017
Et de six. 
Et très rapidement le ton est donné : il n'y a pas encore cette conscience écologique, allez on croise les doigts ... 

J'ai eu droit à de beaux sourires de la part de cette enfant et je vous assure que quand on est sur les routes, seul, cela fait chaud au coeur. Il n'y a rien de plus beau que le sourire....et ce qui est chouette c'est que l'on peut sourire dans toutes les langues...

Pause déjeuner bucolique dans le village de Bezdan
Sombor 
Elle joue à cache cache avec moi, toujours de belles rencontres... 
Et la route se poursuit à travers cette belle campagne Serbe. 

Partout des ruches, partout on exploite les abeilles.

Les gens sont beaucoup plus chaleureux qu'en Hongrie. On me salue, on me parle, le rideau de fer est tombé. Je trouve les Serbes très sympas. C'est pas l'image que je m'en faisais avant. C'est vraiment bizarre, ces aprioris que l'on peut avoir. Certainement les restes d'une guerre qui a eu lieu il n'y a pas si longtemps que ça.

Dernière petite pause café et ravitaillement dans cette jolie ville d'APATIN où de nombreux colons Allemands se sont installés
Ce soir le bivouac est installé dans un champ.

Et à la nuit tombée, incroyable, des loups se mettent à hurler. Et là, tu te dis "quelle nuit je vais passer?" Parce que j'ai déjà eu toutes sortes d'animaux rodant autour de la tente. C'est jamais très agréable d'être reveillé par des pas dans les feuilles : renard, chevreuil, lapin, fouine, belette, rat,... mais on s'y fait. Mais là, des loups ?? Je mets bien à coté de moi, mon dater 2, acheté en prévision des pays où il y a de nombreux chiens errants, en meute et agressifs. C'est un appareil à ultra sons et j'ai testé ça marche, sauf si le chien est sourd et c'est surtout inoffensif pour l'animal. En complément, en Allemagne, sur les conseils d'un voyageur, j'ai acheté une petite bombe au poivre, pouvant aussi servir en cas de rencontre malveillante avec le genre humain. Bref la nuit, s'est deroulée sans encombre mais ça fait bizarre tout de même.

Ho surprise, les cloches sont passées, happy estear. Cygne qui couve ses oeufs.

Puis, je rentre dans le parc national du gronde Podunavlje, et c'est absolument incroyable, à peine rentré, un loup traverse devant moi. Whoua quelle rencontre. L'endroit est magnifique, puis je croise en 2 h une quinzaine de sangliers, des mamans avec leurs petits. J'ai l'impression d'être sur une autre planète ; suis-je bien réveillé ?

Merci la vie pour ces incroyables rencontres, dans ces moments, je me sens pleinement connecté à la nature... 
Pause déjeuner sous un abri car il pleut un peu. Et patatras, un coup de vent et le velo est tombé, il n'y a pas eu de casse.Ouf 

Je repars et en faisant demi-tour ; patatras, 1er dérapage sur route mouillée et vélo couché sur la route. Ouf, pas de casse, mais vigilance renforcée par temps de pluie. Puis, je repars en sens inverse pour passer en Croatie.

Le danube est une frontière naturelle  

lundi 17 avril :

Je plie le bivouac et c'est reparti ..

J'adore toutes ces petites cabanes. 
Même couché et en partie déraciné, il continue à pousser. Même creux à l'intérieur, il vit. Quelle force et belle leçon...
Stop très apprécié à la boulangerie, avec les jours feriés lors du passage en Croatie, je n'ai pas pu bien me ravitailler. 

Voilà il faut faire avec les chiens...

Et puis, à 11h j'arrive à Novi Sad, la deuxième ville la plus importante de Serbie et je décide de m'y poser, me reposer et travailler sur le blog : j'ai une semaine de voyage à alimenter.

On arrive toujours dans une ville par sa banlieue...

J'ai beaucoup aimé tous ces petits passages et cours intérieures.

Voici mon warmshower pour la soirée, c'est Ekokurin, une boîte de coursier à vélo.

Il y a un tas de personnes qui passent, une belle énergie, ça sent un peu beaucoup l'herbe qui fait rigoler...

Le coq c'est baron, Aura est la petite chienne ,kan le chat,et voici mes hôtes Dejan à gauche et Goran.

Je suis acceuilli avec un oeuf dur, joliment décoré et la tradition à Pâques est de taper une fois au-dessus de l'œuf de quelqu'un d'autre. On retourne les oeufs et on recommence. Tu perds ou tu gagnes un petit verre d'alcool Serbe, le raki. Que ça fait du bien d'être au repos, tout se relâche, les muscles, la tête. J'ai du mal à serrer les choses dans ma main droite, à force de maintenir le guidon et tout son poids. Alors, mise à jour du blog et ça c'est du boulot, au moins 6 h passé, puis recherche de warmshower dans les prochaines villes. Ca prend du temps aussi, faut envoyer des petits messages, faut faire sa lessive, prendre des nouvelles de la famille, bref tout ça pour dire que ça passe très très vite. Et quand tout ça est fini, je peux approfondir la visite de la ville...


Plein de petites cours intérieures avec des bars, des restau, certains endroits m'ont rappelé Hannoï   

Alors quand on rencontre un autre cyclo-voyageur dans la rue, il y a comme un effet d'aimant et l'on va partager une bière et nos histoires...


Je me suis goinfré de pâtisseries. Mosaïques de capsules de bières.

C'est pas mal quand même le chauffage aux pieds, dans certaines églises Serbes. Connaissez vous la yugo? non? voiture très populaire ici. Et déclinée en version break.

Certaines facades sont tellement grises qu'il faut y mettre de la couleur, cela permet aux artistes de s'exprimer ou à la nature 
Envoyez les artistes ou la nature... me font penser à des maquettes en carton.
Novi Sad avec un peu de hauteur. 
La corneille, la tortue et le morceau de pain... 
Du vert, de la chlorophylle, de l'air... 
Mercredi 20 avril, 7h30, je pense que je vais attendre un peu avant de partir.... 

1 degré, neige, vent, puis, de la pluie. Je me suis accordé une journée de repos supplémentaire.

Comme au Vietnam, un village flottant.

Que penses-tu du concept caravane flottante, ma cousine ninie? 

Jeudi 21 avril : il tombe une pluie fine, ça devrait s'arrêter dans la matinée, alors je decide de repartir. 3 degrés, un vent glacial, la journée n'a pas été facile. J'ai quitté Novi Sad par la nationale, les voitures te doublent et certaines ne passent pas loin. Je roule bien à droite de la route mais c'est là que la chaussée est la plus abimée, il y a des trous remplis d'eau. Bien sûr, je vous laisse imaginer le résultat quand une voiture ou un camion passe par là. Puis une grande montée et arrivé là-haut, un froid sibérien...

Salut Goran et merci infiniment pour ton acceuil. Merci également à Milan, à Dejan et Rade. Ma chambre pendant 3 jours.

C'est précieux pour moi ces moments où je peux partager l'intimité des personnes qui m'accueillent dans les différents pays. Le salaire moyen en Serbie est de 300 euros et il a baissé, la situation économique n'est pas bonne. Il y a un fort nationalisme. Le paquet de cigarette est à moins de 1 euro, la bière 50 cl est à 50 centimes .


Le vent et le froid donnent un autre aspect au voyage... 

Heureusement dans cette grisaille, il y a les couleurs vives de certaines maisons.

Et les dessins des enfants pour mettre du baume au coeur.

On s'abrite où l'on peut pour déjeuner quand la pluie menace. 

J'en ai un peu bavé à cet endroit, des meutes de chien qui te coursent, alors on descend gentiment du vélo pour les calmer. Et puis des côtes à je ne sais quel pourcentage ! Mais même en poussant le vélo, j'ai eu du mal à monter, mes chaussures glissaient. Mais l'endroit était très beau.

Il y a même eu un rayon de soleil. 

Et puis la pluie s'est remise à tomber. 18 h, sortie de boulot, circulation dangeureuse, banlieue de Belgrade, pas un endroit pour bivouaquer. Par chance à l'office du tourisme de Novi Sad, on m'a remis une brochure des campings en Serbie. Ils n'ouvrent qu'en mai mais je passe devant celui de Belgrade et il est ouvert. Je vais pas batailler ce soir, 10 euros, c'est pas donné pour la region, mais quel bonheur la douche brûlante.

Ce soir, vue sur le Danube, pluie quasi toute la nuit et vent violent. Tout est humide dans la tente. 

Température au petit matin 4 degrés, ça pique. Je vais prendre mon temps ce matin. Je fais sécher la tente, révision des freins sur le vélo et c'est reparti, direction la capitale.

Camion assorti à ma tente. Plein de creativité dans la banlieue de Belgrade. 
Et toujours ces maquettes cartons. 
Plein de petits hôtels flottants, de bars. C'est très chouette. 
Je vois arriver en face de moi, un cyclo-voyageur. Et quand 2 cyclo-voyageurs se rencontrent, ça se finit autour d'un café.

A l'accent, j'entends tout de suite qu'il est Français. Julien vient de Nantes, il a commencé à Bucarest et rentre chez lui par l'Euro velo6. Quand on voyage seul, tous les petits moments, les rencontres sont exacerbées, ils prennent une autre dimension. Ils sont brefs et intenses tant on est content de se croiser, d'échanger sur nos récits et on reprend nos chemins. J'aurais bien fait un bout de chemin avec Julien, bien sympa, bon esprit. Il ne faut pas longtemps quand on est sur la route pour ressentir les gens.

Bon voyage à toi Julien et au plaisir.... 

Et cet endroit où nous avons pris un café est tellement chouette, une belle vibration que j'ai du mal à décoller. Je peux dormir dans la salle de yoga pour 10 euros, un endroit flottant sur le Danube, un endroit de rêve, calme et paisible, ça va me permette de visiter Belgrade et de me reposer après la journée d'hier.

Ma chambre et le levé du jour sur le Danube. Moment divin, merci la vie, merci infiniment....   
On entre dans la capitale par un affluent du Danube, la Sava. Des bars, des boîtes des restau. Haha ce plastique!!!

BELGRADE: qui veut dire ville blanche. j'ai fait quelques capitales sur la planète et je n'avais jamais vu de façades aussi sombres.

Et puis l'héritage communiste

Ca m'interpelle 

Et puis, il y a la forteresse, écran de verdure et de calme permettant d'avoir une vue d'ensemble, le vent y était violent et glacial.

De beaux arbres

C'est à cet endroit que je rencontre Émile et Charles, 2 Français, l'un est prof de sociologie et prof de tango et l'autre écrit un bouquin sur son tour d'Europe des stades et matchs de foot. J'ai passé un agreable moment en leur compagnie, j'ai appris plein de choses, Charles a vécu en Roumanie et j'ai noté quelques bouquins à lire.

Nous avons flané dans les rues de la capitale.
Ici les églises sont orthodoxes. 

Voici la cathédrale St Sava commencée en 39 et interrompue par le régime nazi, puis par celui de Tito.

Elle n'est pas terminée mais elle est déjà impressionnante aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur. 

2ème plus grande église orthodoxe au monde.

Les tramways, j'adore.... oui c'est ça love, love, love ....

La guerre est passée par Belgrade aussi.

Le parlement où on a manifesté hier pour ne pas oublier les morts du conflit de l'ex Yougoslavie, décidément l'histoire est encore bien présente.

In the sky .... 

Je pensais ma journée d'échange en français terminée, il n'en fut rien. Assis tranquillement au bar de la guesthouse en train de siroter une bonne bière locale après une soupe et douche chaude, je suis abordé par Christian, un Chilien qui vit en Grèce et actuellement en volontariat auprès des migrants à Belgrade. Il est cuisinier, il prepare 2000 repas jours et ça BENEVOLEMENT ; sacrée leçon que je prends là, une belle ame. Christian est parti en stop de Barcelone, jusqu'en Palestine, il y a 2 ans, il a traversé la Syrie en plein conflit.

Il dort sur cette barque, dans cette tente, amarée à la guesthouse.

Samedi 23 avril : et bien je me sens tellement bien dans cet endroit empli de belle energie que je decide d'y passer une nuit de plus, afin de faire le plein de bonnes vibrations. Je le sais, la suite du voyage va être complètement différente. Je vais vers la pauvereté maintenant...

Alors ça c'est le petit cadeau du matin. Merci merci la vie....

Il est 6 h et le jour se lève, le spectacle est grandiose, quelle belle énergie...

Après la matinée à rédiger le blog, je pars approfondir la visite de la ville.

l'hôtel 
Merci Mladen ces 20 mn de marche avec toi m'ont permis d'en apprendre plus sur ton peuple. 

Aujourd'hui c'est le marathon, la circulation est bloquée, c'est le jour idéal pour visiter.

Je continue mon petit tour des façades les plus sombres. 
 et les façades où la nature reprend ses droits...
 Il y a beaucoup de grand integré dans cette ville.
Les colonnes sont imposantes dans la St Mark Church 

Il y a des activistes pour la cause animale

Le bohemian quarter Skadarska, avec ses petits restaurants.

Un très beau jardin botanique

Dimanche 23 avril : il est 10h30, la pluie s'est arretée de tomber, il est temps de repartir, mais que j'ai du mal à quitter cet endroit.

Diane et Nino, merci pour toute cette gentillesse... 

On est très sensible aux petites attentions lorsque l'on voyage comme cela.

Jamais très plaisant de sortir des grandes villes, mais là j'ai particulièrement serré les fesses sur ce pont.

Heureusement très rapidement retour à la nature ; sous un ciel menaçant ; de superbes marais.

Puis c'est un arret kf à Pancevo.

J'aime bien tous ces bars, ces restos amarrés, tiens encore des activistes... 

Finalement, je vais m'arrêter dans ce bar. Ah oui, en Serbie, on fume partout dans les lieux publics. Les 5 ,6 clients sont au digestif, depuis un bon moment je pense, ils parlent fort et ils veulent tous m'indiquer la route, me payer un digeo. Ce fut assez folklo, sont vraiment sympa ces Serbes.

Voici le repaire des pirates Serbes... 

Et en repartant au pied, de ce que nous Français, on appelle cité, je tombe sur des gens qui dansent et chantent pour un mariage. C'est très beau ces chants et touchant.

Et à nouveau la pluie..

Ha mais que c'est beau, la piste est détrempée mais il y a du sable, ça glisse juste un peu.
Ils sont trop beaux, incroyable ces grandes cornes 

Et après la pluie...

Et le spectacle devient une fois encore magique. Merci mère nature, merci la vie...

Et toujours ces grands arbres.

Et ce tout petit, qui pousse dans un milieu si humide. 
Allez, je plante la tente dans un bosquet et petit cadeau du soir... 

Lundi 25 avril :

Il y a des moments où c'est difficille d'avancer. Je m'arrête toutes les 30 secondes pour faire des photos.

Puis à nouveau la campagne

Il y a un peu tous les stades de la vie d un arbre

Et je retrouve ces magnifiques marais.

A travers ces marais, j'ai l'impression d'être en Afrique. 

Et puis là, on se dit, il y a quelque chose à faire....haaaa ce plastique!!!

Sur des kilomètres et des kilomètres.. 

Ce monsieur a trouvé comment recycler le plastique. Comme Dédé à cap breton, il trouve sa matière première sur les plages et recycle le plastique en créant des oeuvres.

En matière de recyclage, il y a aussi la clôture pneu. 

Incroyables ces arbres qui poussent dans l'eau.

Je file maintenantant vers Stara Palanka où je dois prendre le ferry.

Houa ! Quel travail d'équilibriste.

La route est superbe : il y a de nouveau du relief. Intéressante manière de ranger des tuiles. 

J'ai loupé de peu le ferry, alors 2 h à passer le temps, je mange. Ha oui, je viens de fêter mes 3000 km.

La traversée est magnifique, les couleurs à cette heure de la journée et pas un soufle de vent, me voici à Ram 

Je dois être ce soir chez Dragan et Véra qui m'accueillent en warmshower. Il reste 32 km à faire, mais la nuit ne va pas tarder à tomber.

Merci... 

Alors tant pis pour la douche chaude et la convivialité, j'assiste au spectacle grandiose de la nature et plante le bivouac dans un bosquet.

Les nuages au lever du jour sont superbes
Sur le chemin pour arriver à vélo gradiste  

Et je tombe sur Karl un Allemand qui est sur la route depuis le mois de janvier et qui revient d'Istanbul. Toujours un bon moment, on s'échange les infos, les combines.

Bonne route Karl... 
Vé́lo gradiste 

Et au supermarché, je tombe sur Dragan qui parle très bien Français et m'invite à boire un kf, puis me paie une omelette et me parle de son pays, de sa culture, de la guerre. Il m'apprend que sa femme a fait une fausse couche, comme beaucoup de femmes dans la région, et que beaucoup de gens meurent de cancer ; la faute selon lui aux bombes et à l'uranium appauvri que l'Otan leur a largué.

Et l'histoire ne s'arrête pas la, 2 mn après, on l'appelle au tel pour lui dire qu'il y a un couple de Français à vélo, dans la supérette. On me passe le tel et j'invite le couple à nous rejoindre.

Et Voici Isis, Clément et Yaël, sur la route depuis 1 an

Isis la maman est Canadienne, Clement est Français et Yaël, le petit bout de chou est sur la route depuis ses 5 mois. Quelle jolie rencontre là-aussi. Ils ont fait toute l'Europe du Sud avec un stop en Grèce pour l'hiver. Bon retour en France à cette jolie petite famille. Whoua, riche en rencontres, cette matinée. Je suis parti à 8 h ce matin, il est 12 h et je n'ai fait que 15 km, j'adore. Allez direction Kamjevo à 15 km, enfin chez Dragan et Véra.

En fait, il y a des petits messages sous les panneaux Euro vélo 

Enfin arrivé chez Dragan et Vera dans un petit village de 300 habitants. Dragan a 50 ruches qui font un miel délicieux. Ils recoient des jeunes qui viennent travailler en échange d'un toit et de nourriture, c'est du woofing. II y a en ce moment Lorient, un jeune Belge de 19 ans, descendu de chez lui en stop. Dragan et sa femme sont très croyants et ils suivent les préceptes de l'église adventiste du 7ème jour.

Ca bourdonne de partout, quelle activité 

J'adore ces moments de partage, ces moments où je peux sentir et comprendre la vie et la culture des gens du pays dans lequel je me trouve. Dragan a 50 ans, il a 2 enfants et il est grand-père d'un petit André qui est né le 26 juillet, je m'en souviendrai... Véra a une fille, c'est donc une famille recomposée. Le repas au sein de cette famille commence toujours par une bénédiction. 2 jours de repos, mais pas que, j'ai donné un coup de main à Lorient à ranger du bois pendant 2 heures. J'aime bien sa démarche, à 19 ans, de voyager et de faire du bénévolat, ça lui permet de vraiment connaître le pays et la culture. Le blog est à jour. J'ai un peu récupéré, car dès que je m'arrête, toute la fatigue retombe et je me sens littéralement vidé.

Merci beaucoup Véra et Dragan 

Jeudi 27 avril : On the road again

Je retrouve le Danube et je vais entrer dans les gorges de fer, il va sacrement se rétrécir et traverser de magnifiques gorges.
La pause déjeuner, puis vint le relief et le passage de longs tunnels. Pas évident dans le noir, c'est bien glauque. 

Et quand arrive une voiture ou un camion, cela fait une déflagration dans le tunnel. C'est très désagréable et on croise les doigts pour qu'ils nous voient à temps. Ils roulent tellement vite !!!

Traversée d'un joli canyon et 1er franchissement à guet.

Pause ravitaillement et café dans la jolie ville de Donne Milanovac et il est temps de trouver le bon endroit pour bivouaquer.

Encore un mammouth...

Vendredi 28 avril : les gorges de fer et au revoir la Serbie

C'est magnifique, c'est divin, il n'y a quasiment  personne. Mais le relief est assez terrible, ça se mérite ces beaux endroits.

Puis vient le moment très attendu : le passage en Roumanie.

Bizarre cette reference à Tito ? Au bout du pont, Roumania.
Rive gauche la Serbie, rive droite la Roumanie 

Je quitte un pays qui est une belle surprise. C'est joli et les Serbes sont très accueillants. Dommage qu'ils conduisent aussi vite. Partout sur les bords des routes, des plaques commémoratives des gens décédés, ça fait froid dans le dos. Espérons que cela change et que la conscience écologique franchisse aussi un pas....