N'ayez jamais peur de la vie, n'ayez jamais peur de l'aventure, faites confiance au hasard, à la chance, à la destinée Partez, allez conquérir d'autres espaces, d autres espérances Henry deMonfreid
Mars 2017
1000 jours
Partager ce carnet de voyage
Publié le 30 juin 2019

Après 50mn de traversée en speed boat nous voici débarqués sur l’île de Batam, premier pas en Indonésie, 26ème pays, c’est sans aucun doute la frontière la plus joyeuse que j’ai traversée jusqu’à présent , le douanier rigole quand je lui énonce la liste des pays traversés et les prochains à venir. Il veut faire une photo et m’offre une bouteille d’eau, welcome to Indonésia...

Passage à l’atm pour retirer des roupies indonésiennes, 1 eu donne 16990 IDR , c’est pas évident quand il y a beaucoup de zéros. Alors nous avons 5 km pour rejoindre la guest, ils se font facilement malgré le trafic qui n’est plus du tout le même qu’à Singapour, énormément de scooters, des klaxons, du bruit, j’ai l’impression d’être revenu en Inde. Et puis juste avant d’arriver à la guest, je perds Théo, on se retrouve au bout de 10 mn et impossible de trouver la guest, ça nous prendra une bonne demi-heure alors que nous sommes à côté, mais arrivé devant la guest, la porte est fermée, c’est quand un client de la guest rentre que nous pouvons entrer à l’intérieur, le client appelle plusieurs numéros de tel et pas de réponse car le réceptionniste n’est pas là, enfin au bout de 30 mn, il arrive et nous avons enfin accès à la chambre, il est une heure du matin, allez maintenant dodo.

MARDI 24 JUILLET :

Lever 6h30 ça fait pas beaucoup d’heures de sommeil , mais l’agence qui vend les billets de ferrry pour Jakarta ouvre à 7h00 et nous voulons avoir nos billets le plus tôt possible.

la chambre et la guest 

Et voilà billets en poche, ce fût rapide, les employés de l’agence Paris - et oui - ont été adorables.

Partout dans la rue nous sommes interpellés " hey mister how are you ?" , ou des petits signes de la main, des sourires .

Batam est un peu un lieu de villégiature pour les habitants de Singapo, bon bien sûr, ça n’a pas le même cachet mais tout y est beaucoup moins cher. Il y a beaucoup d’hôtels , de casinos, malheureusement de prostitution et beaucoup d’entreprises s’y installent : main d’œuvre beaucoup, beaucoup moins chère.

L’eau est noire, l’odeur est pestilentielle et bien sûr du plastique partout.

De retour à la guest nous faisons la conaissance de NANCY une taiwanaise, nous décidons d’aller déjeuner ensemble, elle a beaucoup étudié les tortues d’eau douce, a beaucoup voyagé, sourit et rigole énormément, une belle compagnie cette NANCY.

D’une part la saleté, d’une autre les odeurs de putréfaction, et la circulation très importante.

MERCREDI 25 JUILLET :

C’est le grand jour, nous devons être au port à 10 h pour un départ à 13 h, et heureusement que nous sommes arrivés tôt car il s’est mis à tomber des pluies diluviennes.1 h d’attente avant de passer au guichet, puis passer toutes les saccoches au rayon X, dans une certaine pagaille et puis on attend que les grilles souvrent, ça fait un peu prison.

Enfin on s’élance vers le kelud .

voici le kelud qui doit nous amener à Java, enfin on l’espère ... 

Vu le nombre de bateax indonésiens qui coulent, apparement se sont des plus petits bateaux. Il faut monter les saccoches à bord, puis le velo et le sangler fermement on ne sait pas l’état de la mer.

Il est 13 h, c’est enfin le depart.

bye bye batam 

Une petite visite du kelud.

Pendant ce temps Théo est à fond.

la vie en classe éco, bon enfant, des sourires, des hello mister. 
le ciel en mer 

les dernières lueurs

A demain astre de lumière... 

On a déjà fait une bonne sieste cette après-midi, on se couch tôt, je lis quelques pages d’un livre de Sylvain Tesson "petit traité sur l’immensité du monde " passionnant , j’adore Tesson, il m’a tellement inspiré et puis gros dodo.

JEUDI 26 JUILLET :

Ah tien, c’est mon birthday aujourd’hui, il y a un an je quittais Téhéran pour 900 km à travers un semi desert pour rejoindre Mashad, aujourd’hui je suis sur ferry en pleine mer de java, quel beau cadeau, alors lever 5H30 pour voir le lever du jour sur la mer.

À peine levés , c’est la séance selfie.

defois ils sont tres affectueux. 
la c est un grand moment pour nous , nous passons l equateur , et yes 

16 mois de voyage, plus de 20 000 km, 26 pays traversés, et je suis juste à la moitié de la planète , je realise à ce moment que les 3 quarts de l’humanité se trouvent dans l’hémisphère nord .

un petit tour en cuisine pour récupérer des repas, et sur le pont ça s’active sans relache. 

babord du bleu , tribord du bleu, une immense ligne d’horizon, vierge de béton, trop chouette.

ha un visiteur , encore un voyageur au long cours, bonne route à toi l’ami.
je vous presente Ita et Jacob 

petite couple atypique, Ita est indonésienne, Jacob lui est polonais de Varsovie, ils sont mari et femme et vivent actuellement en Pologne. Jacob est passionné depuis longtemps par l’Islam et c’est tout naturellement qu’il s’est converti à cette religion, pas commun quand on sait le certain conservatisme qu’il règne en Pologne, comme quoi tout change, tout bouge dans ce monde et bien heureusement. Nous avons passé un agréable moment en leur compagnie.

J’adore les poubelles couleurs reggaes,  et voilà le soleil, sa descente sur l’horizon 

Il est 18 h et nous rentrons dans le port de jakarta, tracté par un bateau remorqueur, fin de la traversée, JAVA nous voilà...

et rebelotte descendre les saccoches par la passerelle, puis les vélos, rouler jusqu’au terminal, défaire les saccoches pour les passer au rayon X, et tout réacrocher. Il nous reste 7 km pour rejoindre la guest, qui se font plutôt bien, c’est tout droit, 1 h plus tard, nous voila arrivés.

Je m’absente une petite heure, acheter des bières et un cadena pour le casier et à mon retour , surprise, le gâteau.

c’est rigolo de souffler ses bougies avec de parfait inconnus. 

Bon, une petite douche, quelques bières et nous avons décidé d’aller danser ce soir avec Théo, on a reperé la boite sur internet et en plus elle est a deux pas de la guest. La boîte est extraordinaire, digne des clubs d’Ibiza , super jeux de lumière, de video, c’est grand spacieux et c’est une petite djette au platine. Dommage ce n’est absolument pas notre style de musique. On aura beau essayer de danser, rien à faire , tant pis se sera pour une prochaine , il est 3 h du matin nous rentrons , je n avais jamais vu autant de rats dans les rues.

VENDREDI 27 JUILLET :

Mal dormi, attaqué et reveillé par des moustiques ou punaises de lit, ça gratte sacrément. Je me lève à 6h30 du matin, café, cigarette et je vais me recoucher jusqu’à 11H. Je bosse un peu sur le blog, ça rame de trop, alors je vais marcher un peu dans les rues de la capitale.

la guest et le dortoir 
Théo va affronter la circulation de Jakarta pour acheter sa carte SIM locale 
un des rares coins calmes de Jakarta 

J’ai vraiment l’impression d’être de retour en Inde, circulation frénétique, avec moins de klaxons tout de même, des coins assez sales, et des odeurs fortes par moment, beaucoup de vendeurs de rue, après la Malaisie, Kuala lumpur et Singapour, contraste saisissant.

Allez la nuit va tomber, j’ai marché 3 bonnes heures, je rebrousse chemin direction la guest.

et comme en inde il faut marcher au bord de la route

J’essaie de me coucher tôt car demain on se lève a 4h30 pour décoller de nuit de Jakarta qui s’étend sur 50 bon km et éviter le rush, mais comme souvent en dortoi, on me pose un tas de questions sur mon voyage, et puis tu as envie de transmettre ton voyage, pas facile de couper court aux conversations .

SAMEDI 28 JUILLET :

il est 5h30 quand nous nous mettons en selle, si nous quittons le centre assez facilement, 1 h après, la circulation est dense et cela va durer toute la journée , sniff , welcome to Jakarta.

Théo a revêtus un joli maillot de cycliste et comme il est jaune, je peux le repérer plus facilement dans la circulation. 

il y a eu un bruit suspect sur le velo de théo , et en y regardant de plus pres , c est un rayon qui a cédé, la roue est maintenant voilée, on espère que ça tienne jusqu’au prochain bike shop, s’il y en a un sur la route.

Yes il y a un, on profite de ce temps pour aller déjeuner. 

et toujours cette circulation dense, bruyante.

quand enfin vers 16h30, ça devient plus calme, plus vert, ouf.

une dernière pause pour le dîner et nous allons nous mettre en quête d’une aire pour le bivouac 
beaucoup du monde pour le match de foot du samedi 

Quand enfin, nous tombons sur un petit coin de paradis.

Alors après une journée pareille et cette capitale de béton traversée ça fait un bien fou. 
Des dizaines d’hirondelles sont en train de dîner, elles passent très près de moi , quel joli spectacle 

Au lit tôt ce soir, il est 20 h, nous sommes couchés.

DIMANCHE 29 JUILLET :

6 h30 , on the road again, bon on retrouve cette satanée circulation.

un sacré bon petit dej , aux brochettes de saté et une salade et il faudra bien cela, parce que juste après ça va grimper.

Et ça a sacrément grimpé, jusqu’à 700 m, on a eu chaud, très chaud.

Il est 17h30 nous arrivons dans la ville de Bandung , la ville est très grande donc en sortir va nous prendre du temps, il fera nuit , on s’arrête en guest.

ce soir il y a un halo autour du soleil.

LUNDI 30 JUILLET:

Nous aurions du repartir ce matin, mais après concertation, on a décidé de rester une journée de plus. Je voulais mettre le blog à jour et laver du linge, mais on change de guest pour se rapprocher du centre ville.

Devant la guest où nous avons passé la nuit, il y a nos hôtes IKO et AHMAD et ce monsieur de 88 ans MURSAHID. Il nous raconte qu’il a été enrôlé dans l’armée japonaise durant la seconde guerre mondial, il était sur un bateau qui a été coulé par un sous marin anglais, il fit parti des 20% de rescapés , et fut rapatrié au Sri lanka , il y passa 3 ans et servis de traducteur car il parlait Allemande , indonésie ayant été une colonnie allemande.c etait tres interessant de discuter avec ce monsieur , puis il nous joué ce qui ressemblais a des castagnettes, mais sous une forme differente , 2 rectangles de bois.

puis nous rejoignons la nouvelle guest a 5 km de la.

la guest et la chambre.

rigolos cette affiche dans les toilettes , pour savoir utiliser des toilettes turcs. 
un regal du fromage fondus sur le poulet , et dans les french fries bbk. 

ecriture du blog , lessive , la routine quoi.

MARDI 31 JUILLET :

il est 6 h et nous decollons tot pour quitter bandung qui est une grande ville.

nous traversons une rue avec tous les rideaux metalliques graffés. 
un ,deux ,trois partez....c est l enfer!!! 

le break feast dans une petite rue au calme , enfin.

j adore les cuisines asiatiques , adorablent c est petite dames 

je ne conaissais le comcept du manege a pedale , plutot ecologique.

achat de lunette de soleil , 3 ieme paires en 16 mois, et nous réafrontons l enfer des routes javanaises. 
alors ca c est du levier de vitesse , jamais vue ca , théo et ses nouvelles lunettes de soleil 
de belles cotes mais aussi de sacrées descentes et enfin de la verdure. 
jolie vue pour le dejeuner 

et le dur labeur des rizieres....

et c est repartis

les indonésiens sont accros aux selfis , ca tombe bien j adore garder des images de tous c est beau visages 
un petit jus de fruit , parce que ont a eu de belle cote aujourd hui, la c est du fruit du dragon 

on prend un plat a emporter et faisont le pleins d eau pour le bivouac et nous nous mettons en quete d un aire de bivouac.

qu elle bonheur c est sourire....nous sourions tous dans la meme langue. 

a peine le bivouac posé des enfants s approchent, mais de loin , ils sont timides et puis u bout de quelques minutes c est " selfies , selfies ". il y a meme les parents qui viennent nous rendre visitent, la grand mere est la aussi , le pauvre poulet pend au du bras de l homme , ils nous proposent de venir chez eux car il y a des serpents , mais le bivouac est installé et nous sommes fatigués et avons qu une envie c est dormir.nous avons fait 80 km aujourd hui.

MERCREDI 01 AOUT:

il est 7 h et apres une superbe nuit au calme et reposante nous nous mettons en selle.il fait gris ce matin , et la nuit il fait un peu frais , bon il fait 19 degrés , nous ne sommes plus habitué mais que c est chouette.

et ca commence par une longue descente tres rapide. 
le petit dej , toujours aussi delicieux 
incroyable de tomber sur une vieille peugeot 504 

et puis nous faisons une pause café devant une ecole , je suis tout de suite invité a rentrer dans la cour et quel bonheur...

quand tous les enfants te disent au  revoir en coeur , qu ellle bonheur , et puis le sourire et l enthousiasme des institutrices 

on the road again..

beaucoup ,beaucoup d oiseaux en cage a java , c est bien triste tout ca  
le dejeuner , et le selfi de rigueur. 

cette apres midi , enfin la route est plus calme , que ca fait du bien , on se detent un peu sur le vélo.

mosquée javanaise style 
nous croisons quelques fabriquent de brique , elles rangées meticuleusements. 
allez une petite noix de coco a l ombre des grands arbres 

on ravitaille pour le bivouac et c est pas tres loin d habitations que nous posons le bivouac et bien sur on viens nous rendre visite.

derniere lueure 

il est 21H passées et nous dormons a point fermé , c est une lampe de poche a l exterieur de la tente et des voix d hommes qui nous reveillent , je met un moment a comprendre que c est la police , ils ne parlent pas anglais et quand tu es reveillés dans un profond sommeil c est pas triste , controle du passeport , prise de photo du visas et de moi , théo qui n apprecis pas ce reveil intempestif reste dans sa tente , passe son passeport a travers sa porte de moustiquaire et ne se soustrait pas a la photo, qu elle rebelle mon théo ...on nous met en garde vis a vis des serpents et des cochons sauvages , la nuit se passeras tout de meme bien.

JEUDI 02 AOUT:

aujourd hui c est l anniversaire de deux amis qui me sont tres chers, alors eric et christophe "happy birthday" d enormes pensées vres vous les amis.

et c est tres agreable ce matin , de la foret et un trafic tranquille  
c est divin 

le 17 aout 1945 l indonésie a obtenue son independance , occupé par le japon , et partout le long des routes des drapeuax sont disposés, c est jolie , joyeux .

les jeunes gens postulants dans la police s entrainent a marcher au pas , hey coucou mr margouillat 

la pause dejeuner , encore un regal.

quand la serviette de papier fait naturellement un petit canard, les roues se recycles de differentes manieres 

et la route , paisible, et colorée

c est valonné , mais gentiment. 
chaque petite ville dispose en son centre un grand terrain , cest la que nous faisons une petite pause sous ses grands arbres 

cette nuit nous voulons passés une nuit calme , loin des habitations , et nous prenons un petit chemin qui monte , mais impossible d etre loin des habitations tous les terrains sont occupés, nous finissons par trouver un endroit mais encore une fois , des maisons sont proches , et la curiosité des javanais fait que nous installons le bivouac sous l oeil attentif d une petite famille.

malgré s etre enfoncés dans de petit chemin , nous sommes proches d habitations. 

mais la vue est chouette du haut de cette coline, il a fallus porter saccoches et velo pour grimper en haut , mais on est bien , auras t on la visite de la police cette nuit ?

bonne nuit les petits 

VENDREDI 03 AOUT:

magique , on dirait une anémone 

et bim en quittant le chemin un nouveau rayon de vélo de théo cede.

toujours le sourire des javanais , qu elle plaisir de bon matin , qu elle belle energie, gratuite et divinne....

petit bouchon , tu es trop mignone 
et  puis en chemin nous croisons cette instituteur, et tres vite ces eleves nous rejoignent , qu elle moment de bonheur... 
mais qu ils sont beaux 

les petites ont une manieres assez touchantes de dire bonjour , en serrant la main, elles abaissent la tete jusqu a toucher du front ma main, c est apparament un signe de respect propre a la religion musulmane.

houa un petit tour a la tour eiffeil.c est toujours chouette c est petit clin d oeil a mon depart.

c est l heure du petit dejeuner.

et toujours le sourire et la bonne humeur 

c est tres marrant parce que nous mangeons de plaski , (plat polonais) galette de pommes de terres , mais la ils y a en plus des legummes incorporées.

au fond du couloir se trouve un petit marché, bien caché

on the road again...

et pour la deuxieme fois changement du rayon cassé. 
la moto , le vélo pousse pousse , au choix 

j aime me poser et observer la vie ....

encore un petit soucis avec la roue arriere de théo , et nouvelle arret au stand.

un peu plus loin nous faisons connaissance avec nos premieres cyclovoyageurs , un couple d autrichien prtis de bali . 

ils vont jusqu a jakarta et nous echangeons de precieuse informations sur nos routes respectives.

pendant ce temps ce petit ange fais du manege. 

le dejeuner est pris dans un kebab burger, avec un burger au pain noir .

et encore une eiffel tower aujouurd hui, et le selfie bien sur. 

et nous reprenons la route car aujourd hui on na pas beaucoup avancés.

premier train indonésien 
hey bonjour les sacrées batisseuses 
fabrique de tuile , et notre rencontre avec sugeng 

il nous propose de lui suivre dans son village et de nous offrir un café .

il y a dans son village une petite fabrique artisanal de tuiles.

un peu de terre cuite , une presse manuelle, on enleve ce qui a debordé et le tour est joué , il n ya plus qu a secher 

tres vite les enfants du petit village intrigués par c est drole de vélo , et c est 2 touristes blancs (bule) en indonésien, arrivent.

timididement au debut , et puis la glace se brise rapidement 
un jolie mopment partagés avec les enfants , meme la grand mere de sugeng c est prété au selfies. 

marrant ce petit garcon avec son tee-shirt france.et ce qui est marrant aussi c est que les indonésiens ont la passion des pigeons voyageurs , la meme que j ai eu pendant mon enfance et mon adolescence et qui ma été transmise par mon grand pere.

petit apercus du petit hameau et ses alentours. 

puis sugeng nous propose de bivouaquer dans son centre red croissant (croix rouge ) ou il est bénévole, nous avons fais a peine 54 km aujourd hui mais cette longue nous tellement detendus que nous nous sentons pas de reprendre la route et acceptons avec plaisir.alors nous faisons 5 km et posons le bivouac au red croissant.

théo c est installé pas loin du groupe electrogene qui n est pas en marche a ce moment . 

apres une bonne douche froide , nous dinner avec sugeng , discutons un peu avec le groupe de bénévoles et dodo.

a 2 h du matin le groupe electrogene se met en marche , et ca fait un sacré bruit , je pensais qu il allait s arreter, il fonctionera toute le restant de la nuit.

SAMEDI 04 AOUT:

apres la nuit difficile et pourtant pavé de bonne intention de la part de sugeng , théo en plus du bruit a passé la nuit au toilette, et apparament on va grimper un peu aujourd hui.

time de plier bagages et de remercier chaleureusement sugeng , salut l amis 

et c est donc repartis ...

rapidement nous nous arretons pour le petit dej , mais théo ne peut rien avaler

c est bon , et cette dame est rigolotte comme tout . 

allez on va essayer d avancer maintenant .

et comme toujours et partout en asie , la culture et le travail pour obtenir ce precieux césame : le riz

recyclage de pedalier. 

et paf un nouveau rayon du vélo de théo a lacher , c est un peu pénible , comme la roue se voile , il faut désenclencher le freins arriere pour eviter les frottements , donc théo roule qu avec le freins avant.

et puis nous entrons dans cette ville de PURWOREJO et surprise il y a une piste pour vélo , whoua.

trop chouette . 

pause dejeuner , théo ne peut toujours rien avaler a part du coca , et nous faisons la conaissance de ce monsieur qui parle tres bien anglais c est assez rare pour le signaler sur java et meme quelques mots de francais .

une jolie ville , avec une belle energie , et une conscience écologique bien presente. 

les choses serieuses commencent , nous avons 300 m de denivelés pour atteindre .par 2 fois je vais pousser téo car le pourcentage de la pente est trop élevée.

mais c est tellement beau. 

apres nous avons une longue descente et un camion est coincé sur le bas coté , créant un long bouchon ,l avantage du vélo c est que ca passe partout.lors d un arret boisson nous tombons sur une equipe d aérobic a prioris c est populaire chez les indonésiennes et nous avons droit a une longue , tres longue séance de selfies.

un dernier arret pour ravitailler car nous sommes a present a 5 km de BOROBUDUR puis nous cherchons un emplacement pour le bivouac.

et encore une vieille peugeot , pourquoi des peugeots et pas des renaults , that is the questions ? 
en place , et pas de groupe electrogene en vue , nous nous appretons a passer une bonne nuit recuperatrice. 

DIMANCHE 05 AOUT:

lever du jour a BOROBUDUR

direction le centre ville et le temple de BOROBUDUR qui fait partis des trois plus important lieux boudhistes sur la planete .il y a les temples d angkor au cambodge et bagan au myanmar.

BOROBUDUR temple 

a l entrée nous faisons la connaissance de 2 etudiantes en tourisme, elle nous proposent de nous guider et c est avec plaisir que nous suivons IVANA et NIMAS.

de tres beau bas reliefs racontant la vie de boudha
NIMAS et IVANA toute jolie c est petite poupée 
au temple ca medite , ca chante et ca contemple 
vendeuse de snake fruit 

apres avoir chaleureusement remercier les filles , nous allons dejeuner et en selle pour rallier YOGIAKARTA .

apres 2 belles cotes ou j ai du pousser téo , la route suit une riviere , et c est calme et c est chouette.

des fleurs qu elle bonheur 

la route est calme et paisible , c est un enchantement a chaque instant.

pendant ce temps le soleil fait son job , et seche le grains des hommes 

et c est a travers de petite route que nous entrons dans yogiajakarta.

il est 15 h et nous arrivons a la yez yez yez guest house , une guest incroyable

quel cadre , quel belle et douce energie 
j ais ma petite chambre individuelle , c est la cabane de tarzan 
salle de yoga , meditations , hamac  , balancoire
et meme une salle de tatoueur 

et puis manger un petit morceaux , le quartier est tres calme , pas de voiture eet de petites ruelles.

macaronis bolognaise que c est bon devant les portraits de gainsbourg , bardot et le corbusier. 

et puis j attaque le blog car il y a une semaine de voyage a mettre en page , accompagné de enfin une bintang.

LUNDI 06 AOUT:

debout a 6 h c est repartis pour le blog , jusqu au dejeuner de midi ou la c est festival , pizza fromagion , enfin une salade , et des frites.

et puis une petite ballade digestive dans la rue touristique, ou tous les restaurants et bar se succedent , avec un superbe squatt.

puis théo s apercoit qu il a perdu sa carte bancaire , certainement en la laissant dans le distributeur hier a borobudur .

j ai bossé toute la journée sur le blog , et discutant avec les voyageurs.

le soir nous sommes allés boire des bieres , puis avons croisés des musiciens dans la rue , et ils nous ont emenés dans le bar reggaye ou ils jouaient.

MARDI 07 AOUT :

lumiere magique du petit matin

il y a des graffs partout dans la ville. 

en fin d apres midi , le blog terminé, je peux enfin aller flaner dans les rues , et c est tres agréable car il y a un dédale de petite ruelle ou seul les scooters circulent .

l immense terrain qui fait face au palais du sultan, il y a un immense arbre.

l entrée du palais du sultan , il y a pleins de groupe folklorique, et rencontre avec cette atiste qui peint egalement de tres jol...

et puis il y a aussi deux indonésiens avec leurs 6 perroquets , et puis a un moment , il font s envoler les perroquets qui se mettent a tournoyer autour.c est magnifique , je ne pensais que cette oiseaux avait une telle envergure, puis a un coup de siflet ils revienent se poser sur leur perchoir.

puis je rentre a la guest car OFIE que j ai rencontré a KATMANDOU il y a 9 mois doit passer faire un petit coucou.

de jour c est une voiture a pédale normal, de nuit ca s intille. 
katmandou , yogyakarta , qu elle sera la prochaine destiantion ou l on se recroisera ofie ? 

une petite bintang , et une derniere pizza avant longtemps et puis dodo , car demain on reprend la route.

MERCREDI 08 AOUT :

3 nuits , 3 chambres differentes, on the road again , ba c est par ou ??? 
 cette arbre qui passe a travers la cabane et qui me fait penser a olga et michel avec leurs cabanes traverser par des arbres 

j adore la decoration de certains bars.

en sortant de joga, je redecouvre un endroit incroyable , de vieilles voitures americaines sont entreposées , c est un vraie musée.

il y a meme une peugeot

un marché a moutons et chevre , avec une espece assez particuliere , je n ai pas bien réussis a la prendre en photo , mais les boucs avaient une tete humaine , et faisaient un son comme choubaka dans star wars.

apres le dejeuner nous attaquons par une grosse cote, il fait chaud et un tas de camions circulent laissant derriere eux un nuage noir.

en tres peu de km nous sommes grimpés a 300m d altitudes. 
par moment il y a sur la route de belle oeuvre. 

arriver en haut on perd 2 degrés et les nuages nous protegent de l ensoeillement.

un arret grignotage , 1 burger acheter un offert , l happy hours du burger , les demoiselles sont adorables. 

et encore de grosse cote , je n eux peux plus , on ravitaille , et on va poser le bivouac , nous avons l embaras du choix.

JEUDI 09 AOUT:

une bonne nuit de sommeil, j ai un peu les genoux qui tirent se matin avec les cotes d hier , et théo a eu droit a une invasion de petite fourmis dans sa tente .

la terre a une couleur particuliere , je ne sais pas ce que l on y cultive , il y a pleins de petit volcans. 
et c est repartis avec toujours c est cote extremement delicate , sniff.  
nous prenons le petit pej en face d une grande plaine ou on y cultive le melon et un grain dont je ne connais pas le nom. 
encore des javanaise a dorablent , on nous offre une bouteille deau a chacun , terima kasih 

et les collines , inlassablement il faut la monter , defois en poussant téo .

ca me rappel les cotes au mianmar. 

heureusement les paysages sont magnifiques , et la presence de c est drapeaux colorés pour feter l independance de l indonésie , égaye la route.

la foret seche n est pas sans me rappeller les paysages en inde. 

comme en inde les frands ont disparus , il y a une foret mais elle n est pas tres haute, de temps en temps émerge un géant.

la route se termine dans les nuages. 

la pause dejeuner , delicieuse.

allez courage il reste quelques grosses cote et se sera une longue descente de 400 m de dénivelé pour atteindre PACITAN et l océan indien.

heureusement celle la on la descend , c est partis pour la grande descente a plus de 42 km\h 

et enfin on l apercoit , il es la , l océan indien ....

fatigués , exténués , mais heureux , demain au programme SURF. 
la guest , encore un belle endroit 

c est TINA qui nous recoit , elle tiens la guest depuis 8 ans avec son mari EDO qui est indonésien , ils ont 2 beaux enfants nées a java , KEONA petite fille de 5 ans et MACOA petit garcon de 2 ans.TINA a etudié l indonésien a SUMATRA.

la mission du debut de soirée , allez chercher des bintangs au magasin chinois a 6 km de la guest. 

VENDREDI 10 AOUT:

lever a 6H00 bosser sur le blog , et a 10 h on va se mettre a l eau .on a juste la petite rue a traverser , et 2 mn de foret de filaos , et l océan s offre a nous.

etrange cette fumée , en fait il sagit d une opération nettoyage de plage , et donc a defaut mettre a la poubelle , on brule. 

chouette petit session de remise en forme , il faut savoir que la reprise n est jamais évidente , le surf est une discipline exigeante , et si tu ne vas pas a leau régulieremnt ,la reprise est dur .1 h a l eau , nous sommes tous seul , c est trop chouette , l eau est un peu fraiche avec c est 24 degrés. apres la session je reprend le blog , et je discute avec les nombreux surfeurs de la guest , et encore une fois pas mal de francais .

PACITAN est un petit paradis , pas de tourisme de masse , des sessions de surf a 5 ou 6 ou meme en solo ,le paradis quoi.

petite ballade de fin d apres midi le long de la plage.

il y a de belles scultures sur le sable.

le ciel est magnifique , on a l impression que les nuages sont tres bas.

le soleil disparait derriere la montagne  

apres nous avoir mijoté des spag bolo ce midi, théo nous préparent des pizzas , il a une aide précieuse , la pizzaoille KEONA;

MA QUE BELLA PIZZA . 

SAMEDI 11 AOUT :

lever 5 h , nous allons accompagné de JULIEN un instit lyonnais surfer.la houle est un peu grosse , je reste 20 mn a l eau prend une vague (une mousse ) et on rentre , copieux petit dejeuner , salade de fruit et ommelette.

toujours c est magnifique gros nuages. 
KEONA et MACOA des petites graines de futur cyclo voyageur 

dans l apres midi nous retournons surfer sur le spot de pancer, une tres longue gauche , assez creuse au take off car c est mi marée .

et puis au café jouxtant le spot de surf il y a un petit concert , avec une petite boite pour recolter de l argent en faveur des sinistrés de lombock.

le café entre riviere et ocean . 
fin de journée sue le spot de pancer. 

apres la session de surf nous avons été obligés théo et moi de rentrer se changer et se mettre des habits chaud , car on avait froid , l eau est a 24 degrés mais le ciel etait couvert et le vent soufflait , je n aurais jamais imaginé avoir froid en indo , mais ce n est pas désagréable.

C’est marrant comme c’est les vacances scolaires, il y a plein de profs, il y a donc JULIEN de Lyon, BRUNO de Guérande, et des espagnoles habitant à proximité de San Sebastian , profs également.

DIMANCHE 12 AOUT:

le rendez vous a été pris hier , avec les surfeurs locaux , ce matin c est nettoyage de la plage et il y a de quoi faire.

apres 1H30 de ramassage , la collecte a été fructueuse.qu elle bonheur ,comme le colibris de pierre rabis d avoir fait sa part
et c est tout propre 

j ai trouvé ce poisson sur la plage, et je le remet a l eau on ne sait jamais et bonheur il repart. un thé nous offert , c est l ocasion de faire conaissance.

ha c est beau des hommes en cuisine , et pendant ce temps , KENOA et  MACOA regarde un petit dessin animé
un petit tour de la guest , encore un belle endroit . 

le reste de la journée sera consacrée a la ,lessive; preparation des seccoches , de l itinéraire car demain on the road again.

LUNDI 13 AOUT :

et c est repartis , JULIEN nous accompagne sur quelques km , on va prendre un repas ensemble et puis se quitter, merci JULIEN pour m avoir refait decouvrir cette chanson de brassens " heureux qui comme ulysse " et qui a un pris un sens nouveau pour moi.

notre ravissante cuisiniere , et les aurevoirs avec l instit , salut le "jeune" 
nous allons longer tres longtemps cette riviere , ca grimpe en douceur et c est relativemt calme

apres le dejeuner ca grimpe dur , il est fait chaud ,mais c est jolie.

sur la route petite pause , il y a des clous de girofles qui sechent , ils sont triés et utilisés pour les cigarettes tres prisées en asie.

on épluche aussi la racine de manioc , dans la joie et la bonne humeur  
les rizieres en espaliers 
selfies time 

on croise maintenant sur la route des ecoliers qui repetent pour la journée du 17 aout , jour de l indépendance de l indonésie, c est trop chouette .

que c est bon tous c est sourire 
et puis enfin la descente 
le grain seche un peu partout au bord des routes , hum les particules d essences , medemoiselles les fourmis en action 

il est 17h30 c est l heure de trouver un emplacement pour le bivouac , pas facile de trouver , il y a des maisosns partous et des rizieres , et enfin quand nous trouvons c est pret de bambous que nous nous installons , je suis loin d imaginer qu il y a sur les tiges , des épines , en me couchant sur mon matelas, je sens quelque chose de dur , c est une épine qui a traversée , la bache , la tente , et le matelas , sniff, je n ai pas acheté l indispensable rustine a la réparation des matelas termarests.nous avons effectué 76 km aujourd hui.

MARDI 14 AOUT :

le rituel du matin , replier le bivouac , brossage des dents , et voici les responsables de ma crevaison de matelas.

la touriste est partout sur la planete. 
la tournée des marchés ambulants a mobylettes , a pieds , a vélo 

le petit dej avec vue sur rizieres.

l équipe en cuisine , c est toujours aussi delicieux.

allez on va rouler un peu , ce matin le vent est fort et bien sur de face.

le meunier se deplace a domicile. 

et toujours c est fanfare .

et on prend de la hauteur mais avec un pourcentage de pente pas trop important. 
yepa c est partis pour une longue descente 
la petite pause dejeuner, l indonésie raffolle de ces chepps multicolores 

et c est repartis...

toujours une circulation , fluide et calme , lol 

alors lui il a vraimment un drole d engins, mais alors son engin fait un bruit terrible.

et puis nous avons croisés un couple de cyclo voyageur , c est philippe et mariana , ils sont brésiliens et sont partis de nouvelle zélande et vont rentrés au brésil , longue ,longue route.

nous allons passer un peu plus d une heure a echanger des informations autour du café. 

un couple adorable , ils passent trois mois dans chaque pays pour s impregner au mieux de la culture , et philippe est mon sauveur , nous avons les meme matelas termarest et lui a les rustines pour reparer moon matelas , trop chouette alors que je pensais ne pas en trouver avant l australie , les hasards de la vie sont bien faites , hasards ?

allez c est l heure de ravitailler pour le bivouac et de trouver un emplacement .

jolie lumiere dans les nuages . 

mission accomplie , comme nous etions dans un village , nous avons traversés une petite riviere , 20 cm d eau , grimpés le fossé et installer le bivouac dans un jolie terrrain , tout tranquille.

ce petit garcon et sa petite soeur sont venus nous souhaiter la bienvenue , selamat datang 

MERCREDI 15 AOUT :

sainte marie aujourd hui alors une petite pensée a ma mémé .

le soleil difuse sa douce lumiere du petit matin sur le camp. 
drole de petit insecte , ou chenille. 

alors il nous faut retraverser la riviere.

salamat pagy , la voisine , hapa kaba ( ca va bien ) , bai ( ca va ) 

on the road again a travers le village ,et la vie qui reprend son cours avec l enegie du matin.

la lumiere du matin , et les maisons javanaises styles 
tout mignon toi,qu elle domage cette vie enchainé !!!! 

la route est belle .

apparament region a vent , alors il y a du cerf volant.

des cerfs volants , et de la circulation , sniff 
et puis nous croisons un drole de berger 

c est l heure de la toilettes pour les amis canards, qui sont utilisés dans les rizieres pour les debarasser d un tas d insectes, en echange les canards fertilisent les rizieres , moyen propre et écologique , plus d insecticides et autre produit chimique , methodes ancestrales qui avait été abandonnée mais qui reviens en force un peu partout sur la planete , YES ...

en 2 temps ,3 mouvements tous les canards sont rentrés dans la remorque , en route pour de nouvelles rizieres... 
le petit dej 

et puis j aime toujours allez faire un petit tour en cuisine , j adore les bouits bouits cuisines , et saluer les petites mains qui s y affairent .

salamt paggy, paggy ... 

tous les petits restau ont leur salle de priere .

et la salle de bain , toilette. 
c est caricature reviennet tres souvent . 

il y avait au bouits bouits un club de cycliste et d un certains age.

vélo rigolos , tout comme c est cyclos , bravo et bonne route les amis. 
le cimetiere perché sur la coline , la multitude de sachet plastique pour effrayer les oiseaux
peugeot coupé cabriolet , et elle démare au quart de tour. 

et puis deuxieme de suite nous rencontrons un cyclo voyageur.

il sagit de tien mao hang , qui vient de chine  

tien mao hang habite dans le nord de la chine a la frontiere russe , il y fait moins 40 degrés l hiver, nous decidons de faire un petit bout de route ensemble.

10 mn plus tard , nous sommes arreté par cak bas qui nous invite chez lui a boire un café.

le green cfa c est le tété , et avec la cigarette le nétré.

santi la femme de cak bas nous a rejoins et ils nous invitent au café en face , a boire un green café , specialité javanaise.bon il s avere que ca avait un gout de cendrier , mais l autre spécialité c est de tremper sa cigarette dans le green café, et nous avons la chance d avoir un artiste qui nous fait de jolie dessins sur les cigarettes.

cak bas nous raconte qu il ne travaille , il vit en faisant des transactions avec une monaie qui s appelle le bitcoin, et apparament ca rapporte , a tels points qu il voulait nous donner de l argent a tous les trois, que nous avons refusés.

merci beaucoup santi et cak bas pour ce moment , mais il est temps de repartir.

on dit aurevoir a tien mao hong qui veut rouler plus vite , belle route a toi l amis.

fabricatio artisanal de cage en bambou 

la route est super chouette a travers la foret , les champs , mais depuis quelques jours théo a mal a l oreille , et la douleur depuis aujourd hui c est amplifié , il va falloir trouver un centre medical.

on cultive du mais dans la région 
tout les moyens sont bons pour traverser la précieuse herbe 
tres certainement du cacao 
pendant que théo est a la clinique , je l attend dans ce café et ce jeune homme , m offre les 3 thés consomées, teri makassi  

ravitaillement , et trouver l emplacement du bivouac , ca ne devrais pas etre trop difficile a proximité de cette magnifique riviere.

moment d extase..

merci la vie , merci l unnivers , merci 

voila bivouac posé, théo attaque son traitement anti biotique , le voila rassuré , on va passer une belle et douce nuit.

bonne nuit les petits 

JEUDI 16 AOUT :

lumiere du matin...

bonjour soleil et merci pour tout ce que tu vas nous apporter aujourd hui , la vie 
sechage de la tente au soleil 

et la nature

en selle , c est parti

bien agréable la petite route du matin 

ha la canne a sucre et son dur labeur , ici comme dans beaucoup dendroit a travers la planete , pas de mécanisation , les cannes sont coupées une par une , et les feuilles doivent etre enlevées , la canne doit etre a nues.

j ai droit a ma canne , riche en sucre c est parfait pour une journée de vélo. 

l heure du petit dejeuné.

en passant au toilette , ca permet de visiter les maisons , pour moi c est un musée

a travers les collines avec un ciel magnifique 

une chance inoui , le train qui passe au bon moment

les petites boules de coton dans les arbres , c est noel  

le chargement de la canne a sucre , et forcément, balaie inscesssant de camion sur la route

et pour la quatrieme fois je crois , un rayon de vélo de théo a cassée, il nous faut passer par un bike shop.

le sourire retrouvé de théo et des mecanos , et c est gratuit , terima kassi les amis 
et toujours tout ces petits oiseaux condanés a perpetuités, la cause , leurs chants magnifiques  

a la recherche d un hamburger nous traversons cette petite ville charmante

d un coté du canal , les petites filles voilées , de l autre les petits garcons tout nus, chercher l erreur !!!! 

le mac do est enfin trouvé

allez on the road again , l estomac bien remplis.

ce dresse devant nous , un énorme volcan

mais que fait ici , une renault 5 ? 

je suis fatigué , le bruit , le traffic incessant, la concentration de chaque instant, me mette sur les nerfs , je dit a théo que je veux m arreter pour bivouquer , mais on traverse une succession de petite ville , ha pas simple , je suis vraimment ennervés.

on trouve un jolie spot , mais ce sont des rizieres.

domage ca aurait été tres jolie face au volcan. 
magique , il est en activité, il y a des fumerolles 

et enfin en tournant a droite de la route , il me faut pousser le vélo car ca grimppe bien , a proximité du cimetiere , un emplacement.

on ne peut pas se mettre face au volcan , un énorme elevage de poulets , degage une odeur nauséabonde , le vent ramene l odeur vers nous.

il y a de magnifique riziere en escalier

allez un gros dodo , la fatigue s accumulant , jour apres jour , le sommeil est tres important ainsi que boire énormemant d eau, dinner avec des fruits pour faire le plein de vitamine , les fruits sont tellements bon et si peur chere .

VENDREDI 17 AOUT :

encore magique ce matin

la chaine des volcans dans la brume matinale 

les cimetieres sont des lieux pour certains tres paisibles.j avais croisé sur st jacques de compostelle , une hongroise, ISABELLE , partie a pied de BUDAPEST , et qui au debut dormait dans les cimetieres , haut lieux sur , et en plus avec un robinet.ce qui est extra ordinaire avec ISABELLE c est que 1 an plus tard alors que je marchais en pleine montable , seul sur le gr 10 , elle est réapparut en face de moi , elle etait sur le gr 10 , qu elle improbabilité.

magique nature au réveil

de la douceur , comme des petites fées , ne demandant que de s envoler au vent. 
la maison de madame araignée, les rizieres en escaliers , et la mosquée  

qui bien sur a 4 H du matin comme tous les matins , a fait résoner l appel du musim a la priére

des mosquées et des maisons 

nous avons enfin quittés cette horrible route et son traffic insuportable , le prix a payer ? une bonne montée.

alors le petit dej s impose

delicieux comme d habitude, et toujours cette grande gentilesse. 
au revoir le volcan 

journée de l indépendance de l indonésie aujourd hui , c est la fete

joyeux defilé , et sono a fond , et puis un peu d embouteillage
ici les églises cotoient les mosquées, signe d une grande tolérance dans le plus grand pays musulmans au monde. 

allez on reprend des forces ,parce que ca grimpe toujours et encore.

je commence a avoir les pieds sacréments sales 

je fais essayer téo a théo pourqu il se rende compte du poids qu il y a sur le vélo.

drole de cheniille , bien emitouflé dans un genre de cocon , tel un escargot , elle est a table également. 

mais pieds commencent a etre tres sale.

une belle riviere mais qui malheureusement sert de décharge , sniff 

allez encore un petit effort nous allons atteindre les 700 m d altitudes et ensuite une tres longue descente.

indonésian style 
ca y est mission accomplie, belle vue on apercoit l océan au loin 
c est ce qu on appelle de la vente ambulante 

on passe sur la riviere et ses impressionants ponts , dont l ancien plutot en mauvais état , surtout apres la terrible nouvelle du viaduc de genes

je ne vais m engager qu a un tiers, car j ai du poids sur le vélo

et ca continue de descendre , on ravitaille et on va poser le bivouac tot.

la préparation du nasi goreng 
on prend un chemin a travers de magnifique rizieres. 

un passage a guet, et on se retrouve dans une foret de pins, ce soir on va dormir dans les landes , trop heureux.

trop chouete , comme a la maison 

SAMEDI 18 AOUT :

on commence par repasser a guet 
divin cette endroit est divin 
je vais mettre beaucoup de temps a quitter cette endroit 
la station de lavage n est pas tout a fait la meme que chez nous 
a la fraiche , il fait moins chaud , a peine 18 degrés 
de beaux bébés , on a l impression qu elles volent 

puis nous avons rencontré boudhis , un monsieur qui parle bien anglais , et il se fait un plaisir de nous en apprendre plus sur son pays et sa culture.

on comprend toujours mieux avec un croquis. 

une mine d information ce boudis, il est musulman , mais il aime la tradition boudhiste , c est pour cela que ces parents l on prénomés comme ca .

non , non ce n est pas un pétard, boudis et sa femme qui est balinaise. 
la vente d essence au bord des routes et la vente ambulante, on a gouter la boisson de cette dame sencé donner de la force 

puis le petit dejeuner.

ba comme d habitude c etait delicieux et on s est fait offert les repas par un monsieur qui dejeunait la , terima kassi

allez cette fois c est parti...

a travers la folie ambiante .
pauvre petit poisson 
la feuille se decompose pendant ques des quantitées colossales de riz seche 

nous sommes a peine a 10 km de l océan et je propose a théo de s y rendre , et il est totalement d accord.nous prenons la petite route a droite et la ca devient , calme , calme

il y a pleins de tas de bois devant certaines maisons , je m arrette et vais voir de quoi il en retourne , en fait il fabrique artisanalement des planches de contre plaquées.

la decoupe , et le collage des lames. 
et toujours ces petits ecoliers marchant en cadence , pourtant la fete nationnal est terminée. 
bien agéable cette route , surtout apres le traffic dantesque que nous avons eus 
on a commencer a discuter avec ce monsieur , et puis les voisins sont arrivés, et ils se sont mis a delirer , j adore. 

il ma offert quelques clémentines de son champs.

alors ca c est du chargement , on peut en mettre des choses dans ses paniers 
du riz en veux tu en voila  
meme en bossant dur sous le soleil , les javanais ont le sourire 

puis nous coupons a travers les rizieres pour rejoindre l océan.

et c est un spectacle incroyable , un autre monde , le travail dans les rizieres comme il se pratique depuis bien longtemps. 
ces sacs de riz pesent  au mons 50 kg
a chaque instant on change de couleur. 

du marron au jaune au vert clair et vif.

les buffles et l homme a l action 

et enfin l océan se rapproche

magnifique océan indien me rappeleant avec ses plages de sables noirs la REUNION;

ha mais que c est beau , que c est bon 

tellement dechainé que théo va se faire vite laminer, on ne tenteras pas d aller apres le pic car le beach break est trop puissant sans des plames , mais on feras mumuse au bord.

la LIBERTE' 
le sable noir est tellement fin , qu il s infiltre partout , vraimment partous 

alors pas de raison que les buffles ne profitent pas aussi d un bon bain, ils adorent l eau.

et bien qu est ce que tu veux l humain ? tu veux ma photo ? 

le pneu de théo est degonflé , alors suspicions de crevaison

fausse alerte il etait juste degonflé, mon trognion de pomme, 5 mn apres etre au sol, bonne appetit les fourmis 
oeuf d escargots , j en avais vus en malaisie , ou dirait des petits bonbons 
au bain les amis 

le propriataire des buffles a une bonne tete , il s assoit a coté de moi pour fumer une cigarette.

maintenant qu on ais tout propre , a table 

et puis en repartant on tombe sur un spectacle que je connais bien , des colombophiles entrainent leurs pigeons , mais ils font differaments qu en europe ,le pigeon male est mis a proximité de sa femelle , il est tout exité , et il l emene a 500 m puis le lache , il revient a toute vitesse ,souvent se poser dans la main du colombophile pour retrouver sa femelle, la la technique est aussi utilisée en europe , le male la semaine est separeé de sa femelle et juste avant de l envoyer en coucours on le place 5 mn avec sa femelle puis les colombophiles se reunissent et envoyent leurs pigeons en camions parfois jusqu a 1000 km , ils sont lachés tous en meme temps , et le male se depechant de rentrer pour retrouver sa femelle , le premier arrivés a gagner .mais je n avais jamais vue le pigeon se poser dans la main , et encore moins pouvoir l attrapper quand on est a l exterieur.ce moment partagé avec les colombophile javanais me font penser a mon pépé qui ma transmis sa passion des pigeons , et avec qui j ai partagé de si bon moment.

un vendeur ambulant ca tombe bien on a faim

apres le repas je suis invité a essayer la technique javanaise.

j ai crus que c etait un petard qu il allait se rouler , mais il a juste incorporé des clous de giroffles.la pédale en bois  

bon c est pas tous les amis , mais il 14 h et aujourd hui on n as pas avancés , mais que c est bon de lacher prises, la aujourd hui on se sent heureux , on a l impression d etres dans un autre monde , et pourtant c est bien le notre ....

on reprend la route le coeur leger, la route est large et il n y a quasiment personne , qu elle bonheur

trop chouette comme dirait l amis théo 

par moment il n y a plus d asphalte, ca me rappel le tadjikistan.

et voici les pigeoniers perchés a plusieurs mettre de haut , et des colombophiles en herbes, c est mon enfance avec mon pépé 

et la on touche un moment de grace , personne la route pour nous , avec le ciel , le vent et l océan au loin, on est HEUREUX....

le sable noir , les cailloux blancs , la végétation tres particuliere a cette endroit.

on dirait que ces petites plantes dansent en se donnants la main , et il y a un petit poucet sur le chemin 
la route s arrette net , emporter par la riviere qui a été en crus, on va la contourner en poussant les vélos sur la plage 

ravitaillment en eau et en noddles car il n y apas de petit bouits bouits et on cherchent un emplacement.

petit detour par la plage pour voir la magie que nous offrent mere nature.

merci merci merci  pour cette incroyable journée 

on filent dans la foret en face , on installe le bivouac , et théo ce soir nous fait une petite flambée

et bien voila , qu elle bien bonne journée .. 

on a fait seulement 49 km , mais que c etait bien c est rencontres , ce calme sur la route , ce bain dans l océan , allez bonne nuit...

SAMEDI 18 AOUT :

et c est dans le brouillard que nous nous levons , allez on the road again...

la nature aussi se réveille dans la brume , ca lui permet de se désalterer un peu et ca donne un jolie spectacle.

ces petites plantes qui se donnent la main , donnent ce genre d oursins qui est porté par le vent sur la plage. 

rigolos non ? comme moyen de transport et decimer ses graines.

ca y est la brume c est levée et c est un autre spectacle qui s offre a nous.

les mangroves d un vert electrique sur le sable noir. 

puis nous arrivons dans une petite ville , enfin nous allons pouvoir prendre le petit dej

impressionant la construction du mausolée de la mosquée et son echaffaudage en bambou 
le petit dej et l equipe de choc et sa patronne JULIA pleine d humour 

en photographiant le stade et la mosquée , bien sur il faut en passer par le selfie, avec plaisir mesdemoiselles

et dans une petite rue , pareil la femme m interpelle pour une photo ,elle travaille dans un petit atelier de fabrication artisanale de chepps , comme il y en a beaucoup en asie , les asiatiques en sont tellement friands .

comme des spaguetis , c est ensuite avec un moule qu on lui donne la forme, il n y a plus qu a passer au four

et tout ca dans la joie et la bonne hummeur , ca va de soit.

dans la rue a de nombreux endroits de drole de choses sechent.

c est jolie , il y a de la couleur 
marché aux oiseaux ambulants , les pauvres , que ca fait mal de voir cela. 

c est la region du tabac , on voit a de nombreux endroits, les feuilles qui sechent.

nous faisons une petite pause dans une fabrique de tabac ,et le groupe d oie est marante , elles se mettent face au mur , en priere ou en meditations ?

en traversant la ville de jember , nous tombons sur un mac do , ca fait un bon mois depuis le dernier alors il ne faut pas nous le dire a deux fois.

voila on a ravitaillés , maintenant sortir au plus vite de la ville pour trouver l emplacement du bivouac.

deux heures plus tard , le bivouac est posé 

encore une fois c est un peu trop pres des maisons , il y a une petite riviere qui coule , et certains habitants vienent s y laver , en cherchant un emplacement j ai croisé une jeune fille qui arrivait en face de moi et quand elle m a vue elle a fait demi tour en criant et courant , ca fait bizarre comme sentiment .

bref nous avons la visite des villageois , a tour de role ,et oui c est l evenement deux bouley( touriste) qui campent , bon allez dodo , demain ca va grimper un peu puis descente jusqu a banyuwangi le point est de java.on a fait 73 km aujourd hui.

il est 21 h on dort depuis un bon moment quand on est réveillés par la police , la fatigue aidant je ne suis pas de bonne humeur du tout, ils restent éloignés mais vont discuter au moins 45 mn de maniere assez forte et puis ils vienent a la tente , et théo voit que je suis énervé , prend la releve pour la discussion , la policiere lui dit que s il y a un probleme il faut contacter le poste de police et lui donne le numéro de tel.pas de controle d identité comme la premiere fois , bon ba voila faut retrouver le sommeil maintenant.

LUNDI 20 AOUT:

levé tres tot , avec l appel du musim a 4H , je flane sur internet en buvant quelques cafés, et l on se met en route tot, mais je suis fatigué , la fatigue s accumule de jours en jours et ca fait maintenant 1 semaine que nous sommes sur la route.

ho encore une peugot , ca s active autour des feuilles de tabac.

le petit dej ,les femmes préparent des petits cartons de repas et patisserie , elles ne parlent pas anglais , mais sont bien simpathiques.

j aime regarder les photos de famille qui sont accrochées au mur dans les salons 

petit probleme intestinaux pour moi aujourd hui , nous nous remettons en route , et ca grimpe ,et la circulation est pénible , toujours ces camions roulants a vivent allures.

c est a la force des bras que l on déplace ces lourds troncs d arbres , dans cette immense endroit ou l on stock le bois coupé 
la route est belle malgré le traffic et la montée. 

et puis encore une fois on passe a travers les landes , c est trop chouette, ca sent bon, comme dans les landes on y pratique le geimage, c est a dire récolté la résine des pins.

je n ai plus envie de sortir de cette foret 
comme dans ma forets landaises 

et ca sent bon parce qu il y a une multitudes de petits arbustes a fleurs blanches , degageants une odeur parfumées.

aucune idée de ce que ca peut etre , peut etre des clémentines ? 

et puis enfin de grands arbres , car a java tout a été coupés , il y a de la foret mais les arbres ne sont pas grands.

le long de la route il y a aussi des femmes qui mendient , c est étrange la nature humaine , car il suffit qu une personne ouvre un commerce d une chose , pour que dans la rue tout les commerces soit identiques, et ca ans de nombreux endroits sur la planete , j appel cela l effet moutonages , la en l occurence c est sur la mendicitée.

enfin le col est atteint , mission accomplis c etait le dernier de notre traversés de java , maintenant ca va descendre 

et jusqu a l océan , yeppa....

pendant la pause nouss faisons la conaissance de ce drole d insecte, il est immense 

c est partis pour une longue , longue descente .

avec toujours une circulation , tres importante. 

la fatigue , la petite diarrée je suis de mauvaise humeur , je me trouve excecrable aujourd hui , j en ai conscience mais je n arrive pas a le controler.

théo passe devant un snak ou il y a des burgers , et bien c est ici qu on fera la pause dejeuner.

les petites boites que l on trouve partout a java , des cheeps. si jeune et deja connectés 

le sachet de brioche , sachet moustache.

et puis nous traversons une ville avec un carnaval , le mur d enceinte est impressionant , c est bon enfant , trop chouette de pedaler dans cette joyeuse cohut.

alors la surprenant , des échasses , les pins les échasses quelques points communs avec les landes
j aime quand il y a de la couleur 

alors que nous sommes plus trés loin de la guest , ca recommence a grimper et a nouveau gros coup de chaud je suis trempé et pas content , c est théo qui a resever la guest et il la pris a l ecart de la ville .

quelques araignées , des beaux morceaux. 

maintenant c est une route non asphaltée pleines de cailloux, j en peux plus , mal aux fesses, quand enfin on arrive a la guest , on dit c est pas la c est a 1km , héhé c etait la blague du jour , et puis ca grimpe!

nous voici enfin arrivés , une bonne douche , et nous sommes heureux car ce soir nous allons retrouvés DAVID c est allemand qui voyage a moto et que nous avions rencontrés a KUALA LUMPUR au bike shop ou j avais fait réparé mon vélo , et david avait installé les saccoches de théo.

david arrive avec un motard irlandais , nous echangeons sur nos voyagent respectifs autour de quelques bitangs , trop chouette , mais nous sommes tous épuisés et a 22 h , c est dodo.on a fait 106 km aujourd hui.

MARDI 21 AOUT :

en allant acheter des cigarettes je vois passer un cyclo voyageur , je le siffle , il s arrette et ai rejoins par sa compagne , je les invite a boire un thé a la guest .c est ANTHONY et JOSEPHINE , un couple de cyclo voyageur francais , ils viennent de toulouse et debutent tout juste leurs longs voyagent , pas de date de retour , et pas encore tracés leurs routes , la totale libertée...moments bien sympathique, puis david et son collegue partent , ils vont prendre le bateau pour BALI , toujours intense les aurevoirs.

on the road again les amis , belle route a vous deux, see you , somewhere... 

puis c est au tour de JOSEPHINE et ANTHONY de s élancer.

belle aventure a vous les amoureux 
la guest et la chambre, hier soir il y en avait partous , avec 4 voyageurs a deux roues 

je vais bosser sur le blog , car une semaine de voyage j ai plus de 1000 photos a traitées , il va me falloir beaucoup de temps.

pendant que théo s essaye a l apprivoisage d une jolie mante 

nous allons dinner avec 3 voyageurs ,1 jolie allemande LOUISA , une jolie hongroise SYLVIA , et un anglais dont j ai oublié le nom.

il ne faut pas se coucher trop tard , car cette nuit on va se lever a 00 h pour aller faire le volcan I JIEN , c est un volcan de souffre qui est encore exploité. bon c est loupé pour le coucher tot il est plus de 22H quand on se couche

MERCREDI 22 AOUT :

minuit nous sommes donc levés , une heure de 4x4 nous arrivons sur le parking ou il y a déja beaucoup de monde , il fait froid nous sommes a 1228 m d alitudes , et c est parti , tres vite je lache le groupe et le guide qui nous accompagne , car il y a beaucoup de monde sur le sentier , je depasse les embouteillages et ca devient tres chouette , ca grimpe dur mais dans le noir a la frontale on peut distingué un ciel remplies d étoiles .

arriver en haut il y a des fumerolles de souffre, et je ne me rend pas compte au debut que je suis entrain de descendre dans le cratere, c est super impressionant , on distingue les lampes torches de ceux qui descendent , l odeur est tres forte , nous sommes equipés de masques de protection mais je ne le mettrais qu arriver en bas . c est vraimment une drole d ambiance , j ai l impression de descendre en enfer , defois ca glisse , defois je m ecarte du chemin et me retrouve en situation un peu delicate .je n ai pas pris de phot , je regrette mais je e sais pas me servir de l appareil la nuit , mais j aurais pus en prendre avec le tel.arrivé en bas le clous du sprectacle ce sont des flammes bleues , c est magique et on distingue le souffre qui sort de terre. l air est irrespirable , ca pique les yeux , je revetis enfin mon masque.

je remonte et c est pas facile car les gens continuent de descendre , il faut laisser passer de longues files de gens qui descendent .

enfin arriver en haut , l air est a nouveaux plus respirables , mais il fait froid et bien sur j ai tout l equipements en cas de froid et bien sur je ne l ai pas pris.

un chemin part sur la droite et je vois les torches des gens qui l empruntent , alors je suis le mouve , ca grimpe mais c est au milieu d une végétation tres particuliere.

dans des trous je vois des travailleurs qui dorment , qu elle condition de vie , apres en prendre pleins les poumons , ils n ont meme pas un bon lit pour trouver le repos.

et j arrive enfin au sunset point , le crépuscule arrive tout doucement , il y a un feu pour se rechauffer , que la magie du spectacle commence ....

a chaque minutes , les couleurs changent 
féerique , divin , magique 
rien a ajouter , juste contempler 
tiens je retrouve mon théo , confortablement installé et au chaud pour admirer le moment magique, avec un bon chocolat en prime. 
et au fond du cratere , un lac acide , c est incroyable 
la flore , les rochers érodés par la pluies sont prticuliers. 

nous avons eux beaucoup de chances , une brume monte dans le ciel a présent .

c est notre ombre que l on apercoit sur la premiere photo 
voila le genre de crevasse ou dorment les porteurs ,  le souffre jaune vif.et les fumerolles qui sortent du cratére 

et nous recuperons le sentier de 3 km par lequel nous etions montés , la fatigue se fait ressentir

c est chouette de decouvrir le sentier , a l aller de nuit on a rien vus 
incroyable il y a du mimosas qui pousse la, chez nous en france il fleurit a partir de mi fevrier.

nous rentrons a la guest , ca fait un peu la tete dans le 4x4 , les 3 autres personnes ont suivis le gide et il ne les a pas emener voir le lever du soleil , ils nous ont attendus 1h30.

apres le petit dej a la guest ont nous emene voir une cascade.

c est tres jolie , l eau est transparente avec pleins de petits poissons , et le bain nous réernergise 

on rentre a la guest , faisons les bagages , ont se dit au revoir et en route pour le port direction BALI c en ai finis de JAVA.

on s arrette manger un morceaux ,aujourd hui c est la fete musulman de l aid , j ai vue sur le trottoir une vache allongée , un sceau a proximité , et les gens s appretaient a l égorger. dans les cours , un peu partout ca depéce des chevres , ca faisait plusieurs jours que l on voyaient des camions avec des chevres, ou en vente au bord de la route et voici la raison. y auras t il un jour une prise de conscience du monde musulman ?

de la couleur 

et voila nous arrivons au port , le traversier n est vraimment pas cher, il part dans 10 mn, au revoir l ile de java, je n ai pas eu de réelles coup de coeur pour l ile a cause de la circulation dantesque , mais coup de coeur pour le peuple javanais , milles mercis, mais heureux de quitter java

terima kassi  JAVA and bye bye
derniere apercus de JAVA