N'ayez jamais peur de la vie, n'ayez jamais peur de l'aventure, faites confiance au hasard, à la chance, à la destinée Partez, allez conquérir d'autres espaces, d autres espérances Henry deMonfreid
Mars 2017
1000 jours
Partager ce carnet de voyage
Publié le 24 avril 2019

LUNDI 02 AVRIL :

Et voila mon 22 ème pays, je suis heureux de reprendre le cours du voyage après une longue parenthèse. Les 3 mois en Inde m’ont fait découvrir un autre monde mais je n’ai pas avancé sur la grande carte du monde puisque c'était une traversée nord - sud. Et puis ces 6 semaines au Sri lanka avec ces 11 jours de grâce avec ma Maman, Nico, Cathy et Lou ont été un rêve éveillé, puis ce mois de cyclo pédalage avec Sylvie autour du Sri lanka, un formidable moment. J’ai découvert en la personne de Sylvie un être extraordinaire...

Alors voila, maintenant il est temps de reprendre ce long cheminement à travers la planète bleue.

Aéroport de Rangoon "on the road again" 

Merci infiniment à la compagnie aérienne Malindo air et surtout cette agent de comptoir qui s’est démenée pour que je ne paye pas de suplement Pour Téo et 15 kg d’excédant bagages. Alors je commence par faire Colombo - Kuala lumpur, vol de nuit, l’avion n’étant pas complet, j’ai 3 sieges et peux dormir confortablement. 3h30 d’escale à Kuala lumpur et je redécolle direction Rangoon.

Je récupère mes bagages, le carton est ouvert. Et vu que j’ai pris l’orage à Colombo avant d’arriver à l’aéroport, le carton était bien abimé. Petite angoisse, je ne vois qu’une pédale dans le carton, ouf il ne manque rien. Je remonte Téo, avec pour une fois personne autour de moi. Et c’est parti pour les 17 km qui me séparent de la guesthouse.

Ca fait bizarre de devoir se réhabituer à la conduite à droite après 5 mois. Le paradoxe, c’est que les voitures ont le volant à droite. Deuxième constatation, pas de motos, pas de klaxons intempestifs, que ça fait du bien. Voila 2 h plus tard, je suis à l’océan pearl in guesthouse, ou je rencontre d’emblée un couple de cyclovoyageur americain qui me donne plein d’infos. Douche, puis dîner, je retrouve les saveurs de l’Asie du Sud-est.

la rue de la guest et la chambre. 

MARDI 03 AVRIL :

Journée de repos à sauvegarder mes photos sur google photo et me réapproprier les outils informatiques du fait d’avoir changé d’ordi et d’avoir perdu tous les cables des appareils. Vu qu’internet est très lent, il me faut énormément de temps pour sauvegarder mes photos.

A 14 h, je vais manger un petit morceaux dans un bouiboui et là, violent orage avec 25 cm d’eau sur la route. Le tonnerre, le vent, tout y passe, les gens continuent leur train train, des enfants jouent dans l’eau, sauvent une souris de la noyade, j’assiste à des scènes improbables et imagine que si la mousson est en avance, ça va promette.

tout était si calme juste avant l’orage..... 

Et le déluge pendant deux heures. L’eau qui monte inexorablement.

au vu des sourires et des rires, rien de bien alarmant... 
l’eau , la vie..... 

MERCREDI 04 AVRIL :

Aujourd'hui, anniversaire de mon copain d’enfance Chris p, alors joyeux anniversaire mon vieil ami, je pense bien à toi et à ta petite famille... Je continue le lent travail de téléchargement, et petite ballade dans les rues de Rangoon.

il y a de la couleur partout. 

Au moment du déjeuner, je suis invité à m’assoir avec Juju, Marie, Timy, nous discutons et rigolons bien, ça me permet de me familiariser avec des birmans.

ils sont beau, ils sont souriants et rigolent beaucoup. 

La jolie Juju a déjà voyagé en Israel et au mois de juin elle part un an en France. C’est chouette. Elle porte des cicatrices sur son poignet, ce sont les traces lorsqu’elle s’est interposée entre son père et sa mère qui se disputaient violemment. Elle a eté blessée par son père. Elle parle quelques mots de francais elle se définit comme guide touristique, j’ai passé un joli moment en leur compagnie, merci...

rigolos ces vélos style side car, je n’en avais jamais vu auparavant. 

Les repas sont succulents, découverte quotidienne de nouvelles saveurs.

JEUDI 05 AVRIL :

Le matin, je prends le petit déjeuner avec Aline, une jeune française de 20 ans qui est incroyable. Après 1 an passé en Inde à New dehli, elle fait un stage dans une ONG au Myanmar. Aline fait des études Sciences politiques à Strasbourg, elle est sacrément determinée et c’est une mine d’information concernant la situation géopolitique du Myanmar et sur le conflit des Rhoyingas. Elle m’apprend notamment que Aung sun khin la Première ministre n’est pas libre de faire ce qu’elle veut parce qu’il y a encore 25% de militaires au gouvernement.

Après avoir téléchargé quelques photos, la connexion si lente que je vais visiter l’incroyable pagode Shwedagon.

1 h de marche à travers Rangoon pour accéder à la pagode.

Une des 4 entrées de la pagode, puis on parcourt de longs couloirs, il y a même des escalators pour grimper.

le chemin menant a la pagode. 

et puis vient la magie...

transporté par la magie du lieux. 

Le sol est brulant et il faut marcher pieds nus, et le marbre blanc apporte une très forte réverbération, mais le lieu est hautement spirituel, ce qui procure une douceur et belle énergie vibratoire.

j’aime beaucoup cette photo, la maman qui prie, la petite fille avec son casque audio, et la toute petite qui dort. 

il faut croire que la prière épuise ou peut être une autre forme de méditation...

Après ce moment dans ce lieu divin, place au déjeuner.

ho mais que c’est bon et que c’est beau

puis je passe par 2 jolis plans d’eau.

no sex in the parc, that is the rule... 
la gare de Rangoon 

VENDREDI 06 AVRIL :

Après avoir sauvegardé quelques photos, je prends le bac pour traverser la rivière Rangoon, et je me retrouve à Dala où le contraste est saisissant, juste en face de Rangoon ce sont des petites cases en bois sous tole, très modestes.

la yangoon river 

A bord, tous les petits vendeurs crient à tue tête, ça crée une joyeuse mélodie.

toutes les maisons sont sur pilotis, on imagine le même endroit pendant la mousson.

Ce qui est chouette c’est de progresser à travers de petites routes parfois bien ombragées, ce qui est moins chouette, c’est de retrouver les motos et les klaxons tonitruants. En fait, les motos sont interdites à Rangoon, ce qui donne une sensation de calme, sniff!!!

L’eau potable est acheminée par des camions citernes, dur labeur des femmes et des enfants.... 
le boudisme, l’hindouisme, et la religion musulmane cohabitent. 

De retour à Rangoon, je retrouve Marie, Timy les tour guides et déjeune avec eux. Puis un petit tour place de la liberté, un obélisque symbolise le jour de l’indépendance.

Puis je vais acheter mon ticket de bus pour Bagan car avec le water festival les bus sont complets, c’est les vacances au Myanmar. Mission accomplie, je pars dimanche à 20h30.

A la guesthouse je fais la connaissance de William un Français et Augoustina sa compagne Lithuanienne, tout deux sont en tour du monde d’un an. William me donne plein d’infos car ils ont fait la route et les pays vers lesquels je me dirige, ils sont bien entendus très sympas tous les deux.

William et Augoustina et la team du ocean pearl in. 

Avec à gauche Kim ko, Than than win la femme, Soe, et Nyi, très sympathique équipe, c’est juste qu’avec leur accent c’est pas évident de comprendre leur Anglais.

SAMEDI 07 AVRIL :

J’adore la vue de la petite fenêtre de la guest....

Puis en allant déjeuner, je croise William et Augoustina, ils m’invitent à boire une bière, à coté, il y a Laurent un expat Français et Myat son collègue Birman. Je vais passer l’après midi avec eux à boire des bières, ça été très interessant. Laurent vit au Myanmar depuis 3 ans. Il est mécano avion pour une compagnie qui ne possede qu’un jet de 50 places, mais c’est lui qui decide si l’avion peut voler ou pas. Marié à une Thailandaise il ne souhaite plus revenir en France.

après une bouteille de whisky à 2 ça devient dur pour Laurent. 

Bon je suis quand même allé faire une petite sieste après ces quelques bières. Comme durant la semaine passée à Rangoon je me repose tous les après-midi pendant heure, signe que jétais fatigué. Il y a l’Inde qui m’a épuisé dans tous les sens, les 11 jours avec la famille où on n’a pas arrêté un instant, puis les 4 semaines avec Sylvie où on a fait quelque chose comme 1400 km tout de même, avec des températures harassantes, j’avais besoin de recharger les battteries.

DIMANCHE 08 AVRIL :

Je bosse sur le blog, en attendant 16 h, le départ pour la gare routière qui est à 18 km. Mon bus est à 20h30 mais comme je n’aime pas stresser, je pars bien en avance , et j’ai eu raison car je me suis trompé de gare routière, et toc 8 km de plus...

je n’avais jamais vu de gare routière aussi grande , elle s’étend sur des km2, c’est incroyable, il me faut du temps pour trouver la compagnie avec laquelle je vais voyager et puis bière, dîner et attente.

20h15, Téo est dans la soute avec les bagages, le bus est confortable, la clim à fond mais on a de grandes couvertures et c’est parti pour 9h30 de voyage pour effectuer les 600km qui nous séparent de Bagan. Incroyable le chauffeur ne roule pas comme un dingue, tellement longtemps que je n’avais pas vu cela...

LUNDI 10 AVRIL :

Après plutôt une bonne nuit, j’arrive à 6H du matin à la gare routière de Baga, il me faut 2 cafés avant de pouvoir faire les 8 km qui me séparent de la guest, je vais mettre une heure à la trouver.

la guest, le dortoir, le super bon petit dejeuner,et floraison flottante. 

Puis je pars vers 11 h du matin visiter temples et pagodes, 25000 kiats doivent être acquittés, environ 15 eu pour le pass, tarif touriste !!!

Et c’est un lieu magnifique qui s’offre à moi, des petits chemins, sableux très calmes, au milieu de la foret de la savane, c’est un lieu magique.

50 km2 et plus de 2834 monuments, incroyable.... 

La chaleur est accablante à 12H, ajoutée à la fatigue de la nuit en bus.

Comme en Iran des minis tornades se forment et disparaissent comme elles sont venues. 

la beautée du lieu et des boudhas.

Un incroyable jeu de lumière et d’ombre à l‘intérieur, c’est stupéfiant.

et puis quelques selfis, ça faisait longtemps...

moyens de transport très répandu au Myanmar, la camionnette utilitaire taxi. 

rencontre avec un arbre incroyable ...

et un petit saut à la rivière Irrawaddy.

voici le fameux bois utilisé pour faire la crème pour la peau.

Epuisant cette chaleur, n’est ce pas monsieur le vendeur de glace..il y a beaucoup de grands vases remplis d’eau potable. 

Puis je rentre à la guest me rafraichir une petite heure et c’est reparti pour le sunset qui sera pas transcendant ce soir, soleil descendant derriere les nuages.

Merci à ce jeune homme de m’avoir indiqué cet endroit pour grimper sur un temple. 

et puis est arrivé dans ma chambre Sam, un américain qui après 1 an en tant que prof à Taîwan, a voyagé pendant 5 mois à travers l’Asie à vélo. Ce soir c’est repas entre cyclo, Sam m’a donné plein d’indications sur la route que je vais emprunter. Bon retour à toi aux USA Sam...

carry poulet facon birmane, c’est un régal.... 

MARDI 10 AVRIL :

Lever à 5h00 du matin, le temps d’avaler quelques cafés et je file admirer le sunrise où j’étais hier soir pour le sunset.

magique, instant de grace et de silence... 
les ballons dirigeables confèrent un aspect spectaculaire à ce lieu déjà hautement mythique. 

On entend juste de temps en temps le bruit des brûleurs qui chauffent le gaz dans les ballons.

mais où est donc indiana Jones ???? 
la descente du temple n’est pas évidente, lampe frontale obligatoire. 

Allez je rentre prendre le petit dej, discussions avec des Français, tours du mondistes, toujours passionnants, échange d’information, puis on a droit à une parade juste devant l’hôtel.

tres colorées, la musique sature  , mais c est joyeux.

puis je vais acheter une carte sim locale, internet dans les hôtels fonctionne mal ou pas du tout, ce sera plus simple pour 4eu 50 le mois.

Je vais déjeuner à mon petit boui-boui d’hier, et je fais la conaissance d’une famille de Français très sympathique, une maman et ses deux ados, ils sont Lyonnais et nous allons échanger pendant une bonne heure et demi. Chouette moment avec Fanny, Victor et j’ai oublié le prénom de la demoiselle.

Une bonne révision de Téo car je pense partir demain matin, et puis je rencontre plein de voyageuses seules, et blablabi, blablaba, nous allons discuter jusqu’à 23H. J’apprends les vivicitudes des femmes qui voyagent seules, c’est pas toujours facile, mais l’Asie a l'avantage d’être une des plus sûres régions pour les femmes seules.

MERCREDI 11 AVRIL :

Donc couché trop tard, lever pas en forme, alors comme je suis libre, je reporte le départ à demain. Et encore de longues discussions, puis je vais dans un restau où internet marche bien et met à jour le blog.

beaucoup de monde sur les chantiers, hommes, femmes. On fait la chaine. Voiture de mariée. 

voila pour l essentiel de la journée puis je file voir le sunset sur les pagodes.

puis je retrouve william et agoustina que j avais rencontrer a yangoon, et nous sommes rejoins par sindie et amandine et une portugaise dont j ai oublié le prenom et partageons un bon repas , quelques bieres et un bon moment et c est l heure du dodo car demain "on the road again"

JEUDI 12 AVRIL:

allez petit dej, derniere discussion avec les copines et quand faut y aller , faut y aller il es 8H30 quand je m elance il fais deja 35 degrés.

pas d ombres,de petites cases et c est la vache qui pompe l eau en tourant, elle creuse un sillon, la dame tourne aussi . 
de longue route en pleins soleil, des palmiers sur les cotés, la terre es labourés mais je ne sais pas ce qui va etre cultivées. 

seul moyen d avoir de l ombre s arreter dans les bouis bouis.

et puis dans l apres midi enfin un peu d ombres.

qu elle beautée ces grands arbres , merci infiniment pour l ombre, la douceur , et l energie que vous apportés... 

et c est alors que je croise ce cyclo voyageur koréen, j ai oublié son nom, mais lui aussi ira en malaysie et indonesie , nous gardons contact et allons essayer de nous recoiser.

une belle energie ce jeune homme , on a les memes saccoches, bonne route a toi l amis, a bientot qui sait ? 
un geant , magnifique, et toujours cette jolie route fraiche et verte , c est chouette. 
on se rafraichis comme on peux dans la fournaise birmane. 

et a 18 h je traverse la petite ville de yenangyaung et trouve un hotel un peu cher 12 eu mais bon envie d une douche et je dois recharger mon tel.et puis 101 km c est bien pour une reprise.

je ne vais rien trouver a dinner , alors ce soir biere. 

VENDREDI 13 AVRIL:

grand jour aujourdhui c est le debut du water festival , le nouvel an boudhiste, nous passons sur le calendrier boudhiste on es en 2561 , un bon dans le futur ?donc je demarre dans la plus grande curiositée, je sais qu on s aperge mais que va t il en etre...

de jolies petites cases en bois sous toile ou en bambous, et des rivieres assechées. 
et ces longues routes montantes et descendantes gentiments mais sans ombre, ca cogne dur des 8H du matin 
pause café au lait pour avoir de l ombre et puis debut des hostilité , ha mais non les gars je veux pas moi, ha bon ok d accord.
ha il y a des ruches, et la chaleur es tellement suffoquante , il es 14 h et j en ai marre ! 
de temps des petits comités m aspergent d eau , c est plutot bonne enfant et ca fait du bien . 

allez 18 h j ai bien dinner , je trouve un bosquet d arbre , caché de la route , je me pose pour la nuit apres 96 km.

SAMEDI 14 AVRIL:

il es 7H et la vie bat deja son pleins dans les champs. 
les enfants aussi sont deja sur le pieds de guerre. 
case en bambous legerement penchées. 
chaud , chaud , je retrouve les champs de coton. 

et puis en traversant cette petite ville ou je m arrete dejeuner , la c est plus la meme, la fete a montée d un cran , techno asiatique a pleins regime et sceau et lance a eau sont a l action, je suis litteralement aspergé tous les 200 m, bon ca fait du bien vue la chaleur , mais il faut tout mettre a l bris , apareil phto , mp3...

j essaie de passer rapidement ces villes , mais des bouchons se forment et je reste bloquer.

alors que j avais installé le bivouac dans un champ a proximité d un petit village, je vois au loin un homme qui m observe , je n aime pas ca me faire reperer , puis l homme vient vers moi et m explique qu il y a des serpents ici, il me propose de dormir chez lui, comme il a une bonne tete j accepte meme s il me faut replier le bivouac alors que je suis lessiver.il ne parle pas un mot d anglais, mais son neveux est passé et a pus m en apprendre plus sur mon hote et sa femme .il s appelle mo myion htay il es agriculteur, sa femme sein sein kyi tiens un petit commerce dans leur maison.le repas m est servis et c est avec des sourires et des signes que nous partageons ce moment, je ressens de la douceur chez ce couple qui ont une tres jolie fille qui vit maintenant a yangoon.

la petite maison de mo myion htay.ce couple est tres beau , tres doux , on sent toute la bienveillance qui se degagent d eux. 

apres le repas nous allons chez son frere et son pere , la aussi ca ne parle pas anglais , on m apporte encore a mangé et on reste 30 mn devant la télé , ce sont les informations , des images du nouvel a travers tous le pays sont diffusé, et il y a comme un hymme musical qui revient constament , la musique est tres belle.puis nous rentrons et en traversant le village , comme c est la fete on s arrette devant une petite estrade et des jeunes font un play back sur des chansons , avec danse,c est chouette mais je suis epuisé, enfin on va se coucher , du moins moi.

DIMANCHE 15 AVRIL:

j ai passé la nuit a quelques metres d une famille de cochon , ils n ont pas fait de bruit du tout , surpris. 

puis apres le petit dej nous retraversons pour aller voir la riviere.

et puis c est l heure de reprendre la route , je repars extremement touché par ce moment passé avec ce couple adorable.

et puis sous les coups de midi alors que je ne n ai pas arreté de me faire asperger , j arrive a pyai ou la traverser est juste du delire, je fais une pause , et n en pouvant plus , je trouve un hotel et decide de m arreter, parce que c est devenue insuportable de se faire asperger tous le temps ,certains mettent des blocs de glace , donc tu te prend un choc thermique, c est comme une decharge electrique, les pieds de les chaussures restent en permanence trempés et devienent tous plissés.

l hotel et la chambre. 

puis je vais un peu visiter pyai.

du delire 

en prenant des petites rues , je decouvre des petits coins tres calmes , avec de belles maisons anciennes.

et puis retour dans la folie furieuse.

une riviere , une eglise , de bonne brochette

et puis dur dur de rentrer a l hotel...

et tant bien que mal , je suis arriver a l hotel , lessiver , rincer , avec un raz de bol grandissant car il y en a encore pour 2 jours de water!!!

LUNDI 16 AVRIL:

a peine quitter la ville ,je m arrete assister a un spectacle le long de la route .

toujours cette jolie chanson qui tourne en boucle partout. 

puis de jolies petites cases tout le long de la route.

la route es ombragée ce matin , et je suis tellement aspergé d eau qu il fait bon , mais je ne supporte plus cette eau lancé a tout va , allez courage.

sucessions de temples , de stupa. 

il fait tellement chaud que les birmans se raffraichissent partout.

ceux la sont fortement alcoolisées, il n y a pas que l eau qui coule a flot....et des 8 h du mat , il y a du wiski sur les tables
il neige , cette arbre avec le vent degage ses petits morceaux de coton. 
petites canailles ... 

allez lessivez , erinté, je me sens comme si j avais été a la piscine ou sortant d une session de surf ,j ai fait 116 km il es le temps de poser le bivouac.

a l abris derriere un bosquet, l heure du repos pour téo. 

vers 20 h une voiture patrouille sur une route qui traverse le champ ou je bivouac, elle fais balayer un projecteur , comme si il cherchait quelque chose , je suis un peu inquiet car comme il es interdit de bivouaquer au myanmar , je me demande si ce n est pas la police qui me cherche.en tout cas il ne m ont pas trouvé.l autre inquietude concerne les feux , il brule dans les champs , les restes de broussailles , j en ai vue deux cette nuit au loin, bon normalement il n y a rien a bruler a proximité de la tente , mais il faut etre vigilant lors du choix du bivouac.en tout cas c est tres beau la nuit ces flammes immenses, meme si ce n est pas tres bon pour la planete.

MARDI 17 AVRIL:

lever 5h30 et c est repartis

ha un serpent a mué cette nuit, ce petit  serpent verre a eu moins de chance ,sur la route.
c est jolie , bucolique , mais quand on traverse les rizieres ont sent toute l humiditée qui s evapore. 
petite pause a l ombre, bien agreable. 
le riz qui sechent, et les cimetieres tres colorés. 

alors la bonne nouvelle de la journée c est que les lancés d eau ce sont arretés, la moins bonne c est que la circulation des bus a repris donc a nouveau beucoup de traffic et de klaxons intempestifs. j ai effectué 107 km et la chaleur ma extenuée, je pose le bivouac.

MERCREDI 18 AVRIL:

6h45 je m elance , avec au programme ce matin de belles cotes.

le ciel est avec moi ce matin , ca c est couvert en tres peu , et les nuages me protegent du soleil ca fais du bien. 

ca grimpe bien a deux reprises je dois descendre du velo et le pousser.

une petite pause breakfast dans ce village et un petit bout de piste pour rejoindre une grosse nationnal. 
30 km en pleins soleil, et pas de shop donc pas d eau. 

enfin je trouve un petit boui boui, je suis a l ombre , le couple qui tiens le shop bien sur ne parle pas anglais, et c est juste du bonheur d etre assis a l ombre , avec une boisson fraiche , a se regarder, et moi a contempler , les poussins , les poules et les petits cochons partager leur repas.

quand je quitte la nationale enfin , je m arrette dejeuner et surtout recharger mon tel, mais ca charge si lentement .

le train doit avancer a 15 km . 

je suis obliger de m arreter toute les heures.

et la route es enfin plate et plutot sympa au milieu des rizieres et des petites cases en bambous, vent de face mais qui fait du bien .

grosse journée aujoudhui 127 KM effectué , j ai pedaler jusquau derniere lueur du soleil, et je plante le bivouac entre une plantation de jeune hévéa , l arbre dont on extrait le cahoutchou.

encore une nuit tres chaude  avec la presence des nuages je prefere mettre le double toit, mais c est une fournaise a l interieur 

JEUDI 19 AVRIL:

vraimment pas bien ce matin , j ai tellement pris de sceau dans le visage durant les 4 jours de water festival , que j ai du attraper une otite, l oreille es gonflé et je sens des ganglions dans la gorges , je me dit que si je trouve une guest house sur la route je m arrete.

le petit dej.

c est camion tres repandus au myanmar font un bruit epouvantable et degagent une epaisse fumée noire 

la seule guest house est reservé au birmans et hotel trop cher , pas le choix il me faut continuer.la fumée du trafic m indispose fortement etant malade.

je m arrette dejeuner et cette petite fille me fait la causette dans sa langue, elle es tres rigoltte et me rappel mes pipelettes de neveux et nieces.

la a cette arret c est un coq qui me tiens compagnie , il reste la a quelques centimetres de moi.

l entrée des temples, les plantation d hévéa, j ai croisé quelques cheveaux de cette race. 

je trouve une guest house sur la route et comme j ai fait 81 km je demande le prix 12 eu un peu cher j arrive pas a negocier, mais je decide de m arreter. je croise la patrone imane , elle me demande d ou je viens , je lui explique brievement mon voyage et elle m offre la chambre et me dit tu peux rester autant de temps que tu veux, incroyable c est la premiere fois en 13 mois de voyage qu un hotelier m offre une chambre , merci infiniment imane , surtout que je suis bien epuisé et malade.

repas offert , petit dej , biere , c est parfait et ca me touche enormement

VENDREDI 20 AVRIL:

une bonne nuit de sommeil, ca va un peu mieux et j ai juste 74 km a faire pour arriver a moulmein ou j ai reservé une chambre et prendre un jour de repos pour me requinquer.

a travers les rizieres, et merci aux nuages, de me faire une protection . 
petite famille d oie se desalterant et se reposant. 
de jolie visage et miltiples temples le long de la route  
voila je traverse ce tres long pont pour arriver a moulmein, il y a plus qu a trouver la guest. 

mission accomplis , ouf , allez 36 h de repos maintenant.

la guest et la chambre , ou il y fait tres chaud , malgré le ventilateur. 

SAMEDI 21 AVRIL:

transfert des photos sur l ordi, pas d assez bonne conections internet pour pouvoir bosser sur le blog, et quantitée de hamburguer avalée, j ai besoin de changer de regime quand j ai enfin le choix, parce que le riz tous les jours c est bon mais juste envie de varier.

DIMANCHE 22 AVRIL:

on the road again , ca va un peu mieux.

de la couleur, et toujours ces belles cases , la deuxieme a le toit en feuille, incroyable. 
la route defille  entre les plantations d hévéa, et les collines sont en pente douce. 
un dernier arret grignotage et je pose le bivouac apres 126 km dans un champ de bananier. 

LUNDI 23 AVRIL:

allez un petit dejeuner ,je reprendrais le plat a deux reprises.

sous l oeil attentif des enfants. 

et puis je suis surpris par un petit col a passer, il 12 h il fais tres chaud et aucun arbre le long de la route , je m enerve , je peste, pourquoi coupe t il les arbres ? !!!

il ma fallu 45 mn , a defois pousser le velo, parce que je n en pouvais plus.

l enfer, on ne s en rend pas bien compte en photo. 

arriver en haut je m arrete 20 mn dans un boui boui a l ombre et a boire beaucoup d eau fraiche.

a peine repartis il me faut passer un poste de controle ou l on me demande mon passeport , c est la premiere fois.

longue , longue, ligne droite. 

puis viens une longue descente qui fait du bien .

apres 103 km je pose le bivouac dans une foret de bambous. 

MARDI 24 AVRIL:

je ne traine pas trop a prendre le petit dejeuner. 
le cahoutchou qui seche un peu partout. 

et 30 mn avant d arriver a dawei je ressens une grosse fatigue, je met ca sous le coup de la chaleur.

enfin la guest , et la chambre. 

suprise j y retrouve francine , une francaise qui trip en asie depuis 6 mois , que j avais rencontré a bagan au debut de mon voyage au myanmar.

nous allons boir une biere sur les bords de la riviere.

chouette moment avec francine , et william m avait parler du bistrot tenue par un francais et je ne me rapelais plus ou c etait , et francine me parle du bistrot, et ni une ni deux nous y allons , il font des hamburger delicieux,le francais n est pas la , mais sa femme es russe et parle bien francais , ils sont de trouville, c est marrant.

puis je rentre me coucher , je suis pas bien , je me couche tout habillé et m endort avec la lumiere.

MERCREDI 25 AVRIL:

pas bien du tout , je dois avoir de la fievre , je me sens comme dans un etat grippal, impossible de pedaler pour moi aujourdhui ...pffff.alors apres les urgences de trabzon en turquie, le dispensaire de benaresse en inde , la clinique de colombo au sri lanka et bien c est l hopital de dawei la ou j ai seulemeent la chance d avoir un medecin qui parle anglais.je suis pris rapidement , le medecin me fait faire une prise de sang et une radio des poumons et puis anti biotique.2 h plus tard j effectue les 2 km 5 qui me separent de la guest et vais me coucher pendant 3 H.puis je vais manger , je trouve enfin de la salade je vais en prendre a deux reprise.j ai demandé ce matin a francine si on peut partager la chambre car j ai une chambre double que je paie 14 eu et elle a gentiment acceptée et puis je vais me coucher.

JEUDI 26 AVRIL:

j avais prevus de rester me reposer encore un jour mais pas de chambre individuel, et francine est partie tot ce matin , pas question de payer 14 eu, alors comme ca va un peu mieux a 8h30 je decide de repartir.

les rues de dawei 
et c est repartis.... 
des centaines de tonneaux sur les bords de route du myanmar , servant a goudronner les routes. ils sont bruler par du bois .
je suis toujours en admiration devant ces cases. 
ces ponts avec ses planches de bois ne sont pas aisés a passer , il y a de grosses fentes ou l un des pneus peut se coincer.
hou ca se couvre tres vite , il va pleuvoir. 

en effet 10 mn plus tard , alors que je m arrette acheter de l eau et du café en previsions du bivouac , il se met a tomber des cordes.

arrive un monsieur qui parle tres bien anglais , je lui parle de mon voyage, et il me demande ce qu il peut faire pour moi ?je lui dit s il peut m indiquer un endroit ou je peux bivouaquer, et il m invite a dormir chez une famille de karens, peuple qui vient de chine et que l on retrouve aussi bien au myanmar qu en thailande.ce monsieur s appelle saw thar say, il est retraité mais donne des cours d anglais a des enfants des petits villages, il est chretien et me dit que c est dieux qui a fait que nous nous rencontrions, il a pleins d humour.donc me voici chez cette famille , mon hote me demande si je veux une noix de coco , je dit oui mais je ne pensais pas qu il allait grimper a plus de 20 m sur le cocotier trempé pour m en decrocher.

la maison, la chambre, la salle de bain et le puit. 
qu elle dexteritée a monter. 

puis nous allons dinner dans une autre maison , la niece de saw thar say est presente, une jolie jeune fille de 20 ans , etudiante et qui es benevole pour donner des cours d anglais pendant les vacances. nous passons une belle soirée.puis on me ramene dans la maison ou je doit dormir , je deguste ma noix de coco il y a 15 personne autour de moi, on ne peux pas vraiment echangé car saw thar say n est plus la , mais on rigole et en fin dodo.aujourdhui j ai fais 91 km.

VENDREDI 27 AVRIL:

bien dormis mais cette nuit une sonnerie a retentis pendant une demi heure , je me suis levé pour aller faire pipi et rechercher d ou provenait la sonnerie, c etait un tel portable et la personne avait le tel a coté de la tete et ne se reveillais pas.j ai saisis le tel , impossible de l arreter,voulus demonter la batterie mais elle ne s enlevait au final une autre personne a coté c est enfin reveillé et a éteins le tel, c est fou d avoir un sommeil si profond.donc petit dejeuner avec saw thar say et sa niece puis photo de groupe et depart il est 8H30.

comment a chaque fois que je quitte des personnes qui m ont hebergés je repart le coeur remplie , et profondement touché, merci infiniment , merci la vie....

ha ces ponts , pas un agéeable moment a passer. 
petite pause dejeuner , le cahoutchou seche a l interieur, et jolie petite demoiselle. 

depuis 2 jours je devait une fois par jour regonfler mon pneu arriere. mais la a peine regonflé il est a plat . et 4 ieme crevaison depuis le debut du voyage.

ce n est pas moins de 3 petits piques en metal comme clui la que je vais retirer du pneu. 

ca provient generalement de l eclatement d un pneu, et comme au myanmar comme dans de nombreux autres pays d asie central, les pneus sont utilisés jusqu au bout, ca eclate souvent. et bien sur on vient spontanement me proposer de l aide.

des sourires , des saluts.... 

il est 17 h le ciel s obscurcit rapidement, ca sent l arrivée de la pluie, je traverse la petite ville de palaw , j ai vue sur maps me qu il y avait un hotel , s il n est pas reservé aux birmans et trop cher je tente , et bingo,pas cher , parfait , a peine le temps de monter mes affaires dans la chambre qu il se met a tomber des trombes d eau, sur ce coup je suis content de moi, bon j ai fais 66 km aujourdhui, mais je suis partis tard , et la crevaison, mais bon je vais pouvoir charger mon tel, et depuis quelques jours j ai repris la lecture sur mon eboock que j avais renvoyé en france parce que je ne lisais pas et voulais absolument m alleger sur le pamir, mais la la sollitude est tellement presente , alors j ai lus le petit prince de st ex, et la c est oussama , bouquin sur l integrisme musulman , ca occupe.

l hotel et la chambre . 

je ebouquine , vais manger , rien moins que deux plats et dodo.

SAMEDI 28 AVRIL:

on the road again , il est 7h

et tres vite l heure du petit dej. 

et puis je prend un petit racourcis , m evitant de faire 15 km en moins mais il faudrat prendre un traversier, ha qu elle bonne idée , je suis quasi tout seul sur une petite route , du bonheur, il fait gris , quelques gouttes tombent, on a perdus 12 degrés , c est trop chouette.

traverser de plantation d hévea. 
et de petit village 

et c est le moment de traverser cette riviere

faudrais que je comptabilise le nombre de traversier que nous avons pris téo et moi depuis le depart, ca doit commencer a faire. 

enfin l arrivé sur mielk est proche.

mais a 500 m de la guest il se met a tomber des trombes d eau , impossible de sortir le tel de la saccoche sans le tremper , alors je m abrite dans un magasin, on m apporte un siege , puis un thé , des gateaux, j y suis resté 45 mn, merci beaucoup a cette femme .

enfin la guest et le repos....91 km effectué.

la guest et la chambre. 

repos, lecture, repas voila le programme de cette fin d apres midi et de soirée.

DIMANCHE 29 AVRIL:

pas eu le temps de visiter mielk, mon visa se terminant demain, il me reste 400 km a faire encore avant d arriver a la frontiere, et meme si je sais qu on peut depasser le visa en payant un over stay de 3 dollars par jour, je veux me sortir de ce bourbier que sont les routes du myanmar.

enfin un peu de route plate. 
bon ca n as pas duré longtemps, c est repartis avec ses interminables collines, sniff. 
hou et puis le ciel se couvre rapidement , annocant la pluie. 

je stop pour boire un milk thé, et 5 mn plus tard la pluie se met a tomber pendant une bonne demi heure.il n y avait personne dans le boui boui et ca c est remplis d un coup, les gens s arretant pour se mettre a l abris.

je longe une jolie riviere, et encore un de ces dangeureux pont a passer. 

arriver dans cette toute petite ville de tanintharyi, je passe devant un hotel,c est 2500 kyats la nuit j arrive a negocier a 2000 , mais ca eté dur , je m arrete ,je pourais recharger mp3 et tel, et pourais lire un peu.et il se met a pleuvoir , mais ce ne sont pas les pluies diluviennes.79 km effectué.

le royal blossom et sa chambre. 

LUNDI 30 AVRIL:

voici ce qui est recolté des palmiers, et qui va devenue la tres contreverser huile de palme, il y en a partout sur la route. 

c est la pleine saison de la recolte,la foret primaire a eté rasée pour laisser place a la culture de ce palmier, c est triste c est toujours le meme paysage qui defile , soit l hévéa ou le palmier, et ca defriche encore et sa brule pour nettoyer les parcelles.bon d un coté ca donne du travail aux birmans , ils sont nombreux a vivre de cela , a habiter des petites huttes sous ces palmiers , et on les croisent partout avec leur longue tige avec au bout une machette pour couper les grappes. quoi penser...on a bien fait table rase de nos forets pour cultiver, du mais , du blé , de la batterave etc....

interminable colline, tu monte , et tu descend en suivant , pour remonter en suivant etc etc.... 

il faut jouer en permanence avec les 20 vitesses sur les 30, c est epuisant, comme tu veux remonter le plus possible pour moins pedaler dans les montées tu prend enormement de vitesse en tres peu de temps dans les descentes,le pourcentage etant important, et comme la route est toute bosselé il faut bien tenir le guidon et ca remonte direct, et toute la journée c est comme cela, je l appelerais l enfer des routes birmanes.

de temps en temps une eglise 

et puis je suis invité par cette jeune fille qui parle anglais a venir manger du durian, chez son oncle, encore un chouette moment .

les noix d arec qui sechent , indispensables pour la preparation du bétel , ce sont les feuilles qu ils machent . 

macher dans toute l asie , c est un stimulant , coupe fain, mais ca fait cracher a longueur de temps, rouge , et ils ont les dents tres abimées.alors quand il prle avec ces feuilles dans la bouche , c est tres comique mais on ne comprend plus rien.

je m arrete pour ravitailler avant le bivouac , et il se met a tomber des cordes , je vais attendre l acalmie. 

mais elle sera de courte durée.comme je ne peux sortir mon tel quand il pleut trop fort , je me trompe de route , et je trouve une petite hutte abandonée , se sera parfait pour la nuit.

parfait vue les trombes d eau qui tombent, et le sol detrempés. 

comme il y a des fuites a l interieur , je suis obligé de monter la tente ,téo aussi est bien a l abris.102 km ont eté effectués aujourdhui.

MARDI 01 MAI:

ca y es nous sommes au mois de mai, ce jolie mois en france , les jours feriés, le beau temps....

allez 2 cafés au lait froid car je n ai plus moyen de faire chauffer quoi que ce soit pas de cartouche de gaz, et plus de bidon d essence que j ai egaré a auroville en inde, mais ca se boit, bon ca se dilue moins bien.

on the road again....

passer ce petit pont pour repartir. 

alors comme il a pas mal plus aujourdhui , ca c est chouette 10 degrés de moins, et comme c est toujours le meme paysage de palmiers, et comme la route est tres difficile, j en ai marre de ces incessantes collines, je n ai pas fait beaucoup de photos.

il est 17 h je m arrette apres 96 km.

harf il se met a pleuvoir pendant l installation. 

les nuits dans la forets sont remplies de bruits etranges , c est tres animées, des grenouilles au chants incroyables se repondent .mais ce qui est le plus fascinant ce sont des petites luciolles, a la lumiere phosphorescente qui volent dans la nuit , je les appelles petites fées ou lutin , c est magique.

MERCREDI 02 MAI:

1 er petit dejeuner , et ces femmes m offrent le café au lait et des noodles au gingembres, merci infiniment mesdames. 
et toujours , toujours ces routes de l enfer, heureusement le temps est couvert. 
et puis je me suis arreté dejeuner, et encore une fois cette famille m offrent un delicieux repas ,la boisson et des samoussas. 

je suis extremement touché, et je repars le coeur remplis pour affronter cette route de l enfer.

une petite glace bien meritée 

les ouvriers et ouvrieres qui etalent le goudron au bord des routes

je me ravitaille et 2 mn plus tard des trombes d eau. 

allez c est l heure de poser le bivouac apres 88 km d enfer!!!

allez demain il me reste 78 km et je devrais passer la frontiere thailandaise, ouf.

JEUDI 03 MAI:

les derniers collines , ce jeune homme c est arreté pour m offrir eau et coca  , merci beaucoup. 

enfin le mer d andaman que je pensais voir tout le long de ma descente le long du myanmar.

et enfin kawthaung la frontiere. 

voila les formalitées a la douane se sont bien passées, j ai payé 9 dollars d over stay, il ma fallut changer mes kyats en dollars , c est un comble comme meme il faut payer en kyats.

voila au revoir myanmar ce pays incroyable , et merci infiniment a tous ces birmans qui m ont apportés des soutiens de toute sorte et de toute part.vous etes incroyables, ne changez rien, ha si , apprenez l anglais......merci jesutémbaré .....

une fois n est pas coutume c est donc par la voie maritime que je quitte le myanmar et passe la frontiere.