Carnet de voyage

Rémi et Ségo à vélo dans les Andes

4 étapes
83 commentaires
89 abonnés
Dernière étape postée il y a 14 jours
Voyage de Rémi et Ségolène pendant onze mois en Amérique du Sud. Traversée du Sud au Nord en passant par les Andes.
Décembre 2018
330 jours
Partager ce carnet de voyage
1

13/12/2018,

Ca y est, nous sommes (presque) prêts pour le départ de demain matin à l'aéroport de Lyon à 7h ! On est motivés pour rejoindre Ushuaïa avec 2 escales (Madrid et Buenos Aires). On commencera par 3 nuits en auberge de jeunesse pour pouvoir remonter les vélos tranquillement et profiter des alentours.

Merci pour les petits cadeaux et les encouragements.

Voici quelques photos des préparatifs.

On emmène les mascottes que les 3 classes qui vont nous suivre nous ont donné !  Merci beaucoup. 
2
2
Publié le 18 décembre 2018

Arrivée à l'aéroport d'Ushuaïa samedi à 9h (13h en France) avec tous nos baggages en état.

Nous avons profité du calme de ce petit aéroport pour monter nos vélos (3h de boulot) avant de se rendre à notre auberge de jeunesse où nous avons passé 3 jours de "repos".

A l'aéroport !  

Durant ces 3 jours, malgré le vent, le neige, la pluie et un peu de beau temps, nous avons profité d'Ushuaïa et de ses alentours. Visite de la ville, randonnée au "Cerro del Medio" et une journée au "Parque Nacional Tierra del Fuego".

Cerro del Medio, vue sur Ushuaïa 
Parque Nacional  Terra del Fuego  

Demain c'est le vrai départ à vélo --> Direction le Nord ! Les quelques échanges avec d'autres voyageurs et notre petite expérience du coin nous font penser que le vent va nous jouer des tours !

Le soleil se lève avant 5h pour se coucher après 22h, ça nous laissera le temps de bien rouler : )

3
3
Publié le 23 décembre 2018

La photo devant le panneau "Ushuaïa, fin del mundo" qui marque nos premiers tours de roues : direction le Nord

Le début de l'aventure à vélo 

Les 2 premiers jours se feront avec le beau temps et sans vent (ou alors en notre faveur !). Nous avons de très beaux paysages, nous rencontrons rapidement des cyclistes (principalement dans l'autre sens) qui nous donnent des conseils ou nous font un peu peur sur les prochains jours à venir à cause du vent ...

Nous nous arrêtons la première nuit au bord du Lac Escondido, dans une cabane abandonnée pour cyclistes (en compagnie de Jack, un motard Thaïlandais). Nous passons ensuite la seconde nuit dans une boulangerie à Tolhuin (Panaderia la Union), où le propriétaire Emilio garde une chambre pour les voyageurs à vélo dans sa réserve.


Les paysages entre Ushuaïa et Tolhuin (Lago Escondido)
Le grand lac Fagnano à Tolhuin et la Casa de Amistad de la boulangerie   

Nous repartons ensuite pour Rio Grande en espérant faire le trajet en 2 jours avec un bivouac vers l'Océan. Après 45km et un peu de fatigue, un camion s'arrête et nous propose de nous emmener directement à Rio Grande ("mucho viento, no possible con bicycleta"). Nous commencions juste à être face au vent, nous avons donc accepté avec plaisir et montons dans le camion benne. Le cycliste Français rencontré sur la route (Alain), fait le trajet dans la benne du camion car il n'avait pas de place pour tout le monde à l'avant. L'arrivée à Rio Grande se fait donc plus rapidement que prévu avec 70Km en camion !

Depuis jeudi soir nous sommes à Rio Grande, ville où il n'y a pas grand chose à visiter. Nous prenons une journée de repos en compagnie d'Alain et décidons de partir le lendemain en direction de Porvenir.

Nous savions que c'est la partie la plus difficile à cause du vent qui arrive plein face. Après une dizaine de kilomètres entre 6 et 8 Km/h à plat en essayant de ne pas tomber avec les bourrasques de vent, nous décidons de faire du stop. Après 3h infructueuses (nous sommes le week-end avant Noël et il n'y a pas beaucoup de monde sur la route), nous apercevons d'autres cyclistes essayant également de faire du stop ! Nous décidons alors de faire demi-tour et nous revoilà à Rio Grande pour se reposer mentalement de cette journée difficile !

Nous prendrons finalement un bus demain matin pour aller directement à Puerto Natales afin d'éviter cette partie trop pénible (que beaucoup de monde semble éviter en faisant du stop).

Jack, un motard/voyageur Thaïlandais, les paysages en direction de Rio Grande et notre chauffeur jusqu'à Rio Grande.

Une fois à Puerto Natales, au programme : profiter du parc Torres del Paine au Chili.

Merci pour tous les commentaires, ils nous font plaisir et nous motivent !

4
4
Publié le 2 janvier 2019

Après une nuit de repos à Puerto Natales, nous reprenons donc la route à vélo pour le Parc National Torres Del Paine au Chili. C'est l'occasion de faire notre baptême avec les chemins (routes) typiques de l'Amérique du Sud : les ripios, sortes de chemins en terre dure prenant la forme d'une tôle ondulée par le passage multiple des véhicules. Le vent étant toujours présent (de face, de côté), et la qualité des ripios bien variable, nous devons parfois lutter pour ne pas tomber des vélos.

Le beau temps est de la partie, et que ce soit pendant l'approche, dans le parc Torres Del Paine, ou en repartant, les paysages sont grandioses. Les lacs sont nombreux, bordés de montagnes et absents de traces de vie humaine autre que la route serpentant vers et depuis le parc. Nous avons la chance de faire un bivouac juste devant les montagnes Torres del Paine, avec une vue dégagée sur le massif (chose assez rare).

Les courbatures commencent à arriver, les chemins du Parc Torres Del Paine font beaucoup de montées-descentes assez difficiles pour les cyclistes (pentes bien plus raides que la norme Européenne). D'ailleurs nous n'en verront pas pendant nos 4 jours aux alentours du Parc.

Bivouac au lac Sophia, en route pour le parc national, le parc Torres del Paine, les guanacos (animaux typiques du Parc et de la r...

En sortant du Parc, nous passons à Cerro Castillo, tout petit village où nous repassons la frontière Argentine pour ensuite prendre la route vers El Calafate. Durant ce trajet, les paysages sont beaucoup plus plats, nous avons de longues lignes droites qui nous paraissent interminables ! Un voyageur canadien s'arrête pour nous proposer du chocolat. Nous avons enfin un peu le vent dans le dos, nous voyons la différence et faisons notre plus grosse journée de vélo : 78 km.

Nous décidons ensuite d'aller vers Esperanza plutôt que de monter directement vers El Calafate, pour 2 raisons : le ripio dans cette direction est en très mauvais état et le vent qui devait être de dos puis de côté se retrouve de côté puis de face et s'annonce terriblement fort.

Nous passons la nuit à Esperanza car le bus qui va à El Calafate n'a pas de place pour les vélos. Nous faisons 2h de stop le soir sans succès. Le lendemain, le vent est effectivement violent et plein face, nous essayons donc de nouveau le stop et après 15 minutes, un couple belge en camion s'arrête pour nous emmener à El Calafate (ils feront même un détour !). Nous sommes dans une région immense avec très peu de villages (villages qui ressemblent plus à une station service qui fait office de centre de la ville et entourée de quelques maisons), cela fait très désertique et il nous faut réfléchir à notre quantité de nourriture avant de rencontrer un autre village. Plus on montera vers le Nord de l'Argentine, moins ça sera désertique.

En direction d'Esperanza : plats et lignes droites

Nous voilà à El Calafate depuis le 31/12 où nous avons pu nous reposer (le vélo ça fait mal aux jambes !). Nous profitons de cette pause pour aller voir le glacier Perito Moreno : glacier qui avance de 2m par jour sur un front de 50m de haut et se brise dans le lac Argentino. L'avancée de la glace produit des sons impressionnants de glace se fissurant et de morceaux tombant dans l'eau.

Le Glacier Perito Moreno 

Nous prévoyons de repartir demain matin direction El Chalten et faire quelques randonnées là-bas.

Voyagez en circuit individuel, personnalisé et abordable

Plus de 50 circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation facile en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires