Carnet de voyage

Vietnam

11 étapes
39 commentaires
Cinquième pays de notre voyage en Asie ! Notre chaîne youtube se trouve ici : https://www.youtube.com/channel/UCqk9AF89prQ3n49yKJ1l6Dw?view_as=subscriber
Du 12 mars au 11 avril 2019
30 jours
Partager ce carnet de voyage
10
avr


Trois mois après en être sortis, voici notre retour en vidéo des paysages variés que nous avons pu voir là-bas !

Bon visionnage 😀


9
avr

Le bus en provenance d'Ho Chi Minh nous dépose au bord de "l'autoroute " et nous rejoignons la ville de Cai Bè en moto-taxi. Nous arrivons en fin d’après midi et il nous paraît compliquer de rejoindre l'île d'An Binh depuis où nous sommes. Nous décidons de passer une nuit à Cai Bè et de voir les possibilités le lendemain. Notre mission est donc de trouver un hébergement pour cette nuit et cela n'est pas évident. La ville n'est pas touristique, il y a pas de guest houses et personne ne peut nous renseigner. Nous trouvons sur le guide du routard un homestay qui se trouve être une vielle maison coloniale en bois. Notre application ne nous indique pas le lieu, nous demandons à des personnes qui nous indiquent par des signes la direction. Après quelques kilomètres de marche sous une chaleur écrasante, nous arrivons au homestay ''la maison de Mr Vo". Nous installons nos affaires dans une petite chambre tout en bois. Quelques minutes plus tard, un groupe arrive également. Ce groupe de français voyagent en tour organisé avec un guide francophone, ça se voit qu'ils n'ont pas autant galéré que nous. Pas une goutte de sueur ! Le soir nous dégustons un bon repas et hop au dodo !

La maison de Mr Vo 

Le lendemain nous allons finalement loger dans un homestay sur l'île de Tan Phong située en face de Cai Bè. Nous avons juste à prendre un ferry.

En arrivant sur l’île c'est le coup de foudre immédiat. L'environnement est très fleuri, c'est paisible et tranquille.

Sur cette île il y a peu de logements pour voyageurs, ce n'est pas l'endroit le plus touristique du Vietnam ! Nous avons réservé une chambre dans un homestay : la maison de Nam (le père), sa femme et sa fille. C'est la première fois que nous payons aussi cher pour dormir chez l'habitant : 20€ la nuit pour deux avec le petit dej. Les repas du midi et du soir sont à rajouter... En ce moment au Cambodge nous sommes en homestay et payons 4 euros la nuit pour deux, un prix normal de homestay 😉. Enfin bon, le fait qu'il n'y ai pas de concurrence doit expliquer les tarifs aussi hauts. L'endroit est situé en pleine nature et dispose d'une piscine. Notre chambre par contre est très sommaire et n'a rien a envier aux autres homestay que nous avons pu connaître au Vietnam. D'ailleurs, elle ne sent pas bien bon.

La piscine sans chlore du homestay. Ils renouvellent l'eau tous les 3 jours ...

Sous cette chaleur difficilement supportable je reste tranquille au homestay pendant que Kevin part explorer les alentours. L’île est un jardin botanique à ciel ouvert, on y trouve de nombreux arbres fruitiers : durians, bananes, noix de coco, jack fruits, fruit du dragon, water apple... Kevin se fait inviter par deux messieurs pour le thé avec eux. Ils sont vraiment gentils ces vietnamiens. 😀

Un retour à la nature ressourçant 

En fin d'après midi nous partons tout les deux cette fois explorer une autre partie de l’île et admirons le coucher du soleil sur le Mékong. Les gens que nous croisons nous font de grands sourires et nous saluent 😀.

Le soir pour respecter notre budget nous allons manger dans un ''boui-boui'' au bord d'une route. A notre retour au homestay la famille cuisine pour un autre invité, Arnaud (un français pour changer 😉). Ils sont en train de cuire un poisson au ''barbecue'' et nous propose de se joindre à eux.

Nous expliquons à Nam le père de famille que nous avons un budget restreint et que nous avons mangé à l'extérieur. Il semble compréhensif et nous invite quand même à leur table.

Nam nous explique que le plus important pour lui c'est de partager un moment avec sa famille. Il est vrai que c'est un peu le principe lorsque nous sommes en homestay. Nam nous propose des activités à faire avec lui le lendemain mais très vite nous lui faisons comprendre qu'avec le prix élevé de la chambre nous ne pouvons pas y participer. Il nous propose alors un '' package'' spécialement pour nous avec un prix plus correct. Nous allons donc passer la journée de demain avec lui et Arnaud pour découvrir la vie des vietnamiens dans le delta du Mékong !

Après une nuit plutôt mauvaise à cause de la chaleur, nous embarquons avec Nam et Arnaud sur un bateau pour découvrir dans un premier temps le marché flottant de Cai Bè.

Nous naviguons en direction d'un temple bouddhiste et sommes surpris de ne pas voir autant de moines au Vietnam que dans ses pays voisins. De ce fait, il y a généralement un seul moine par temple, au Laos c'était plutôt une dizaine minimum !

Sur notre trajet nous croisons de nombreuses usines de traitement et conditionnement du riz. Kevin se met dans la peau des travailleurs pendant 5 minutes. Avec cette chaleur et le poids des sacs c'est intense ! Ceci dit à 8€ de l'heure, comparé à ce qu'il a pu vivre en déchargeant des camions à GLS à la Ravoire, et vu le coût de la vie au Vietnam, c'est (très) bien payé !

que ce soit un scooter ou un bateau, sont toujours bien chargés !

Nous poursuivons notre tour guidé avec la visite d'une ancienne maison coloniale, la maison de Mr Ba et son jardin de lotus. Nam nous apporte beaucoup d’explications sur les croyances, les rituels funéraires et sur les objets symboliques qui se trouvent dans la maison.

Les ancêtres ont de quoi boire et manger grâce aux offrandes ("un p'tit jaune siouplait !!")

Nous faisons un autre arrêt dans un endroit que nous appelons ''attrape touristes'' où nous pouvons voir comment sont fabriqués les galettes à la noix de coco et les galettes de riz soufflé. Nous avons le droit à des dégustations et Kevin goûte même l'alcool dans lequel macèrent des serpents. Nous appelons ce lieu comme cela car le but final est que l'on achète à tout prix, et a des prix excessifs. Néanmoins c'était intéressant et change de ce que nous avons pu voir auparavant. Bien sûr, l'alcool de serpent, c'est pas ouf.

Fabrication artisanale 

Nous embarquons ensuite sur un plus petit bateau pour naviguer sur des canaux plus étroits. Le chapeau conique est de rigueur, ça chauffe ici ! Nous terminons notre matinée par un petit spectacle de musique traditionnelle.

Nous ne sommes pas déçus par le tour proposé par Nam, il nous a permis de voir beaucoup de choses... Avant de passer à table Nam nous attrape des noix de coco dans l'arbre.

Les gros fruits vert s’appellent les '' Jack fruits''  et pèsent une quinzaine de kilos

Après une petite sieste nous voilà repartis pour une visite de l’île à scooter avec Nam ! Nous avons apprécié la balade !

Des enfants sautant du pont dans le Mékong. Une famille donnant à manger à leur enfant au milieu du chemin. 

Nous passons au marché de Cai Bè pour faire quelques achats pour le dîner. Nam achète des anguilles, du tofu et des coquillages ! Nous l'aidons dans la conception du repas et c'est assez folklo ! Il faut notamment tuer à main nue, laver, vider et cuire les anguilles... Je les laisse faire, pour moi le menu sera végétarien !

Si nous devions à chaque fois tuer pour manger de la viande, il y aurait beaucoup plus de végétariens sur terre




Le lendemain nous quittons notre petite île direction Chau Doc !





Nous avons choisi de venir à Chau Doc ayant initialement prévu de rejoindre la capitale cambodgienne, Phnom Penh, en bateau par le Mékong. Cependant nous avons déjà bien pu observer la vie sur le fleuve lors de notre étape sur l'île en face de Cai Bè, et le bateau coûtant à peu près le double du tarif en bus, nous nous sommes ravisés et passerons par la voie terrestre.

Nous mangeons dans un boui-boui, puis Lorène souffrant de la chaleur elle rentre siester à la clim de la chambre, je prolonge la balade jusqu'au bord du Mékong, où je découvre d'originales maisons sur pilotis. Je ressent que la ville n'est pas très touristique, les locaux me regardent passer avec un air étonné, et sous cette chaleur (40 degrés ressenti) je ne croise pas un seul touriste. La plupart qui viennent jusqu'ici doivent juste embarquer sur un bateau pour rejoindre Phnom Penh et ne se donnent pas la peine de visiter Chau Doc. À vrai dire, je n'ai rien trouvé de très intéressant à voir hormis ces maison sur pilotis. Leur hauteur permet d'imaginer jusqu'où monte le Mékong en période de mousson... Sûrement 5 à 8 mètres au dessus du niveau en ce début avril ! Je rentre me reposer au frais aussi, puis le soir rien de très passionnant, nous sortons manger des frites de patates douces à côté de notre hôtel, et rentrons dormir.

"Bien calé" version asiat' !
"Bien calé" version asiat' !

Des montagnes brumeuses, humides, fraîches et peuplées d'ethnies authentiques d'Ha Giang, au suffocant delta du Mékong quelques 1800 kilomètres plus au sud, en passant par l'incontournable baie d'Halong, des dunes de sable gigantesques, et de mignonnes villes culturelles et historiques telle que Hué et Hoi An, nous avons aimé le Vietnam pour sa variété de paysages, de nourriture, de climats... Une chose qui ne varie pas c'est leur sourire amical, des contrées les plus reculées aux endroits les plus touristiques !

C'est indéniablement un pays où il y a beaucoup à faire, notre mois là bas est passé à une vitesse fulgurante, et bien que nous ayons fait de nombreuses étapes, il a fallu faire des choix, nous savons déjà que si nous y revenons il faudra passer à Dalat, Sa Pa, aux grottes de Phong Na...

On vous donne rendez-vous au Cambodge !

4
avr

Le bus nous dépose en plein cœur d'Hô Chi Minh en début de soirée. Nous passons par une rue très animée où se trouvent de nombreux bars dansant et restaurants.

Nous allons directement chez Son, notre couchsurfeur qui veut bien nous accueillir chez lui. Il tient un salon de thé (également son lieu de vie), qui fonctionne sur donation. Actuellement Son accueille plusieurs personnes qui font parti de ce qu'il appelle sa '' communauté''. La plupart d'entre eux sont des clients qui ont l'air d’être des habitués. La contrainte de ce type d'hébergement est que nous sommes obligés d'attendre la fermeture de son salon de thé pour pouvoir installer nos matelas gonflables, après avoir poussé des chaises et tables. Son est très occupé lorsque nous arrivons, nous allons donc rapidement manger en bas de la rue dans le restaurant tenu par ses parents. C'est un restaurant vegan où nous payons également sur donation, en fonction de si l'on a apprécié ou non. Le buffet est un vrai régal et l'ambiance musicale nous rappelle le Népal ! Nous passons un petit moment dans son salon de thé avant d'aller dormir. Les clients font de la méditation, des massages, des "trucs de hippie"... C'est assez original comme endroit.

Le salon de thé de Son

Le lendemain matin nous buvons une petite tasse de thé et filons récupérer notre chambre d'hôtel située au cœur du quartier qui bouge. Nous souhaitons profiter de la vie nocturne d'Hô Chi Minh et le logement de Son ne nous paraît pas adapté du fait du respect des horaires du salon de thé. Après avoir pris possession de notre petite chambre, nous partons en ville pour d'abord aller faire réparer le drone de Kevin. Un des bras ne s'ouvre plus. Bon ce n'était pas bien grave, un simple grain de sable coinçait l'articulation. En plus Flycam Pro a été très sympa et ne nous a rien fait payer. Voilà Kevin rassuré ! Ensuite nous allons à l'ambassade du Cambodge pour réaliser notre visa. Après avoir rempli le formulaire un agent nous dit qu'il ne sera pas prêt dans la journée. Bien évidemment nous devons payer davantage si nous voulons le récupérer dans l’après midi. Après réflexion, nous nous disons que le faire à la frontière sera le plus simple, et pas plus cher ! Nous poursuivons jusqu'à un grand centre commercial à la recherche de décathlon (pour acheter une petite bonbonne de gaz) mais il n'existe que sur la carte et non en vrai ! Bref nous avons un peu perdu notre temps entre ces histoires de visas et de décathlon. Cela nous aura au moins permis de visiter la ville et contempler les hauts buildings.

C'est l'heure de pointe à Hô Chi Minh 

Le soir nous sortons manger dans un petit restaurant réputé et pas cher du tout dans LA rue animée de la ville. Pour boire un coup, nous avons l'embarras du choix.

Le volume sonore est impressionnant dans cette rue ! Une petite vidéo pour illustrer mes propos :

Aujourd'hui, un peu moins funky, nous allons visiter le musée de la guerre du Vietnam. Nous y allons comme d'habitude par nos propres moyens : à pied ! 😉

Devant le musée se trouve une exposition d'engins de guerre. La visite commence par des explications historiques puis continue par des expositions de photos prises durant la guerre. Nous pouvons voir plusieurs scènes de vie, de guerre, de tortures... Les images choquantes, les visages expressifs des vietnamiens nous font réaliser ce qu'ils ont pu vivre durant cette période...

La visite se poursuit par des photos qui montrent les dégâts de l'agent orange qui contient de la dioxyne. Encore aujourd'hui certaines personnes sont victimes de ce produit toxique. Notre visite se termine par une visite de cellules de prison, guillotine et lieu de torture. Il y a plus gai comme visite mais ce musée est incontournable pour apprendre l'histoire du Vietnam.

Nous marchons jusqu'à la cathédrale cathédrale Notre-Dame de Saigon construite par les français et au bureau de la poste centrale qui est toujours en activité.

Le midi nous allons de nouveau manger dans le restau vegan des parents de Son car lorsque nous avons une bonne adresse nous en profitons ! C'est aussi l'occasion de revoir Son et lui dire au revoir.

Après une petite sieste à l'hôtel pendant les heures les plus chaudes de la journée, nous sortons faire la fête en ville ! Nous sommes samedi soir et la rue est encore plus blindée que la veille ! C'est vraiment fou comme endroit ! Nous commençons la soirée dans une boîte un peu à l'écart de la rue principale qui bouge mais l'ambiance n'est pas si génial que ça et le DJ n'est pas très bon ! Nous allons finir la soirée dans une autre discothèque, entouré de touristes venus comme nous s'amuser. L'ambiance est bonne et faisons la fermeture à 4h du matin.


Après une courte nuit nous allons manger dans un petit restaurant/boulangerie tenu par une française, avant de prendre notre bus pour notre dernière étape au Vietnam : Cai Bè dans le delta du Mekong.


En bonus, pour une vue d'Hô Chi Minh à 360 degrés de nuit, cliquez ici.

1
avr

Nous sommes de retour à l'hôtel un peu avant l'heure prévue, vers 15h, pour attendre la navette qui nous emmènera au bus. 16h15 elle nous emmène et nous dépose sur un trottoir fortuitement doté d'un grand parasol qui nous abrite des trombes d'eau qui tombent depuis peu. Un quart d'heure passe, puis une demi heure, la pluie est intense, après plus ou moins une heure d'attente à regarder tomber la pluie notre bus -couchette arrive. Ça y est, vers 18h nous démarrons enfin notre périple de 750km de Hoi An à Mui Né ! ..

À 4h30 du matin nous sommes à Nha Trang et le staff du bus nous dit de descendre, d'attendre à telle agence pour poursuivre notre trajet. Ok, nous n'étions pas au courant qu'il nous faudrait changer de bus, mais soit ! Après deux petites heures d'attente, une navette nous emmène au bus, un gars charge nos sacs en soute, puis s'esquive trente mètres plus loin pour jouer à un jeu d'argent avec des copains... Le bus est fermé, nous sommes une dizaines de touristes à attendre là bêtement pendant que celui-ci joue avec ses potes. Ça fait déjà 15h que nous avons commencé ce trajet (considérant que ça commence à partir du moment ou on t'as dit de venir attendre la première navette ! ), nous sommes tous crevés, du coup je prend l'initiative d'aller demander au mec qui a ouvert la soute et chargé nos sacs de nous ouvrir le bus, afin que nous puissions au moins attendre assis. Très absorbé par son jeu, après plusieurs demandes insistantes de ma part, il fini par me regarder avec un air de "qu'est ce tu m'veux toi", quelque peu dédaigneux. Il ne semble pas parler anglais. Un de ses compères du jeu m'indique qu'il n'a pas la clef du bus, que le chauffeur est parti prendre le petit dej et ne devrait pas tarder... Nous prenons notre mal en patience, faisons plus ample connaissance, assis dans la soute du bus, avec les voyageurs qui poireautent comme nous, puis finissons par repartir vers 8h du matin.

Passage par Nha Trang. Heureusement nous avons préféré aller à Mui Né, ces gros immeubles en bord de mer, très peu pour nous  !

Cinq heures plus tard nous sommes déposés dans une petite gare routière, où nous finissons par comprendre que nous finirons les quelques kilomètres restant dans une navette, qui sera le cinquième véhicule différent depuis notre départ de Mui Né ! Ouf, nous y sommes, Mui Né nous voilà !

Par bonheur nous sommes surclassés à l'hôtel que nous avons réservé, qui compte pas moins de 4 piscines... Du coup la chambre est super grande, dotée d'un réfrigérateur etc, etc...

C'est la première fois en six mois de voyage que nous nous retrouvons dans une sorte de village vacance : resto correct avec de la bouffe occidentale, bière pas chère, belle vue, animations le soir pour faire picoler les jeunes touristes européens...

En milieu d'aprem nous allons à la plage qui n'est qu'à 400m de l'hôtel. Elle est propre (pour une plage vietnamienne ! ), cette station balnéaire est attractive pour qui veut faire du kitesurf, ça souffle bien. Malheureusement ce genre d'activité reste hors budget pour nous, le moins cher trouvé : 135 $ pour 3 séances de 2h, ramène au taux horaire c'est quand même cher, à peu près le même prix qu'en France d'après ce que j'ai pu voir sur internet.

Le deuxième jour nous mettons du temps à décoller, et marchons beaucoup pour aller voir le coin des restos de pêcheurs et des bars branchés. Nous mangeons de bons produits de la mer dans un restaurant familial, puis devons remonter au nord vers la partie de la plage où nous étions la veille, en fait tout le reste de la côte est "bétonné"...

Le soir nous prenons part à un quizz organisé à notre hôtel, nous formons une équipe avec deux danois. Questions de culture générale et défis débiles seront de rigueur, nous qui aimons les jeux ça nous manque un peu et ça a fait plaisir de participer. Bien que la moyenne d'âge soit assez basse (21 ans je dirais ! ) et que l'ambiance "je montre mon cul car j'ai un coup d'trop dans l'pif" n'est pas trop notre tasse de thé, ça change un peu ce genre de soirée.

Nous choisissons de ne pas prendre part à la suite des réjouissances, un beer pong, le lendemain nous nous levons à 3h50...

Pour aller voir les dunes de sables blanc dans un premier temps ! Nous n'avons pas choisi l'option scooter cette fois, les flics du coin semblent faire un contrôle journalier à un point donné sur la route menant aux dunes, et rackettent purement et simplement les touristes. Nous avons pris un tour via notre hôtel, vraiment pas cher au vu du programme.

Au bout d'une demi heure de navette, alors qu'il fait encore un peu nuit, nous nous faisons déposer vers les dunes. 95 % des touristes se font monter en quad, bien évidemment nous refusons catégoriquement de participer à la pollution sonore, visuelle et olfactive que génère ces engins, et en à peine 20min nous sommes au sommet d'une dune, que nous aurons pour nous seuls pendant un bon moment, pendant que les touristes s'amassent par dizaine sur une autre dune plus loin.

Les dunes de sable blanc de Mui Mé 

Joli levé de soleil, deux français partis de l'hôtel avec nous nous rejoignent au sommet de la dune. Il sort son Mavic air, je sort mon Pro, et nous faisons ensuite connaissance. Ils sont assez marrants ces deux là, et sont partis pour un an aussi. Pas de pot, son drone a des soucis et se posera de son propre chef dans le sable... Aïe, le sable ils aiment pas trop trop !

Nous reprenons le bus qui nous dépose aux dunes de sable rouge.

Dunes de sable rouge (enfin c'est comme ça qu'ils les appellent en tout cas...) 

Le timing est serré, quand nous revenons au bus le chauffeur a déjà démarré et avance au ralenti, nous courrons pour qu'il ne parte pas sans nous. Nos compatriotes sont très détendus et il nous faudra insister lourdement auprès du chauffeur pour qu'il les attendent !

L'étape suivante sera sur la côte, au retour des bateaux de pêcheurs ; c'est atypique, mais en un quart d'heure nous n'avons pas le temps de nous attarder !

Dernier stop à une source d'eau douce qui s'écoule dans un canyon rougeoyant, les pieds font trempette et ça rafraîchit, il est 11h15 et la température doit être de 33 degrés.

Au retour à l'hôtel vers midi nous dégommons un bon p'tit dej :

Mangue, beurre de cacahuètes, confiture d'ananas, miel, ananas, pain, vache qui rit (remarquez que je n'ai pas fait mention de "fr...

L'après midi nous profitons de la plage, le soir de l'happy hour et de la piscine de l'hôtel.

Le soir nous retournons manger des produits de la mer ! Je goûte à la murène, préparée à l'ail et au beurre, c'est un vrai délice, j'ai même mangé la peau, bien épaisse ! C'est un "poisson"bien gras, que je recommande d'essayer .

Sur ces deux photos du bas, découvrez de succulentes spécialités locales (sang de cobra à la vodka par exemple : ou pas !)  

Dernière matinée à Mui né, nous passons rapidos par le spa de l'hôtel, puis allons encore à la plage, où je m'essaie à faire l'équilibre.

Malgré la crème solaire nous prenons de bons coups de soleil, elle doit pas être de grande qualité !.. Comme tous les produits que nous achetons en Asie en fait.

Nous embarquons dans un bus vers 14h pour rejoindre Ho Chi Minh, que tout le monde appelle encore Saigon...

Cette étape balnéaire fut agréable et reposante, un petit air de vacances pendant le voyage !

29
mars

Nous nous faisons déposer devant le homestay où nous logerons à Hội An. Une fois de plus le rapport qualité-prix de la chambre est excellent, celle-ci vient d'être refaite, dispose d'un balcon, d'une grande salle de bain moderne, d'une bonne literie, d'une climatisation efficace... C'est pourquoi après être allés manger végétarien, nous en profitons pour faire une bonne sieste à la fraîcheur de la clim ! ...

Lorène a beaucoup grandi ! 

Il fait entre 35 et 37 degrés au plus chaud des après-midis ici en cette période. Nous sortons découvrir la ville une fois la nuit tombée.


Hội An est la ville des lanternes, forcément c'est joli de nuit !.. Et c'est à ce moment de la journée qu'il y a le plus d'animation, notamment un marché de nuit pour manger.

Comme la plupart des villes touristiques de petite taille, elle rassemble de nombreux artisans et artistes qui exposent leur art.

Notre second jour sur place nous retournons flâner dans les rues, à vrai dire c'est la principale occupation, se promener et entrer dans les boutiques et ateliers qui retiennent notre attention. Certaines sont magnifiques, avec des mises en scène et des décors très travaillés. Les prix sont bien évidement très élevés... Nous visitons deux maisons anciennes, généralement construites début du XIXème, par des marchands fortunés ou des mandarins.

Pas grand chose à vous raconter sur la ville, elle fait un peu penser à Annecy ou Venise, nous nous promenons de boutique en monument historiques...

Notre 3ème jour à Hội An commence avec un spectacle de musique et de danse locale, qui fut de bonne qualité dans une petite salle atypique.

Nous allons ensuite voir l'expo photo d'un français établi ici, Rehahn. Ses clichés sont sublimes, il fait surtout des portraits. Le plus connue a été publiée dans de prestigieuses revue de voyage et journaux, il est désormais reconnu comme un des meilleur photographe de voyage au monde.

J'aurais aimé pouvoir le croiser pour discuter de photo, notamment comprendre comment il fait pour que ses sujets se laissent photographier. En voyage ce n'est pas facile, il faut prendre le temps de "faire connaissance" avec les gens que l'on souhaite prendre en photo, mais finalement nous avons rarement le temps pour cela.

Après un déjeuné dans un resto décevant, où travaillent des jeunes défavorisés (ça c'est bien), le prix était beaucoup trop élevé par rapport à la qualité (moins bien), nous rentrons attendre la navette qui nous emmènera au bus pour Mui Ne.

À ce moment là nous ne savons pas encore que nous allons passer 24h de transport et d'attente pour rejoindre notre destination, 725km plus au sud...

27
mars

Après avoir passé la nuit dans un train couchette, nous arrivons dans la ville de Hué, ancienne capitale impériale du Vietnam. Nous avons passé une bonne nuit dans le train, dommage que ce soit aussi cher comme moyen de transport car c'est vraiment top !

En sortant du train nous constatons un changement radical au niveau du climat ! Contrairement au nord, ici le ciel est bleu et il fait environ 35 degrés !

Nous allons manger le midi dans un petit restaurant tenu par un sourd muet, très sympathique. Nous goûtons à la spécialité locale : le ''Bánh Xèo'', une crêpe avec des pouces de soja, crevettes et porc. On la mange avec des feuilles aromatiques, de la salade et accompagnée d'une sauce à la cacahuète. Original, bon, et pas cher, nous nous en sortons pour 5€ pour deux avec plats + desserts. Le patron qui n'a pas la parole nous montre un plan avec les différents monuments de la ville à visiter.

Nous nous rendons, pour commencer, dans la citadelle royale construite à partir de 1805, entourée de douves. À l'intérieur de l'enceinte, se trouvent les deux ensembles de la cité jaune impériale et de la cité pourpre interdite. Le site a souffert de l'attaque américaine de 1968 et a perdu de nombreux bâtiments, néanmoins ce site est classé au patrimoine culturel mondial de l’UNESCO.

L'architecture est d'inspiration chinoise (1000 ans de colonisation laissent des traces) et les bâtiments sont entourés de jolies jardins bien décorés. Bonzaïs et dragons à gogo ! Ça change des statues de bouddha.

Après avoir passé plusieurs heures à gambader dans la cité impériale, nous rentrons à l’hôtel en passant par un musée d'antiquités royales.

Pour notre deuxième journée nous louons un scooter pour aller découvrir les alentours de Hué. Nous trouvons une dame dans notre rue qui loue des scooters pas cher, c'est après que l'on a compris pourquoi... Notre scooter est cabossé, le phare tombe et le guidon tourne tout seul à droite. Pour sortir de la ville de Hué c'est un peu sportif à cause de l'absence totale de code de la route. La principale difficulté étant que les gens coupent complètement les intersections, ça créé des situations totalement grotesques et bien souvent dangereuses.

Nous commençons par la visite du mausolée de l'empereur Minh Mạng. C'est lui qui fit les plans de son tombeau et mourut avant la fin de la construction. Sa tombe se trouve au sommet de la colline et n'est pas accessible au public.

Deux jardins formant le symbole du bonheur et de la longévité

Nous allons ensuite au mausolée de Khải Định, avant-dernier empereur du vietnam. Celui-ci avait augmenté les impôts de 30% pour construire son tombeau. Cela explique peut être la raison pour laquelle il n'était pas apprécié du peuple ! En tout cas c'est vrai que son mausolée est magnifique, surtout l'intérieur avec ses décorations faites à partir de morceaux de vaisselles. D'ailleurs la plupart des matériaux viennent de France. Il avait beaucoup de moyen ce Khải Định !

A quelques kilomètres du mausolée se trouve un parc aquatique abandonné, nous décidons d'aller l'explorer car nous sommes curieux ! Plusieurs millions de dollars ont été engloutis dans sa construction mais le succès n’a pas été au rendez-vous. Le parc qui a ouvert en 2004 a fait faillite quelques années plus tard et a été abandonné dans l'état. Tout est resté sur place, y compris trois crocodiles dans une piscine qui ont tout de même fini par être transférés dans un parc ! En tout cas certains vietnamiens ont compris le filon et font payer l'entrée aux touristes curieux comme nous (alors qu'il y a un panneau où c'est écrit très clairement ''interdit d'entrer'').

C'est une visite assez insolite voire glauque !

Nous terminons notre journée à la plage qui se trouve à l'est de Hué. En arrivant nous sommes choqués de voir à quel point la plage est sale et polluée. Au bord de la plage se trouve un village avec des maisons pas belles, toutes grises entourés de tombes. Ce n'est pas charmant du tout !

Nous allons au bout de la plage et cette fois nous trouvons un endroit plutôt propre. Kevin se baigne, moi perso même avec la chaleur je préfère m'abstenir. Me baigner dans une eau si polluée et prendre le risque de marcher sur une ampoule cassée : je préfère m'abstenir...

Dommage que le "trash challenge" ne connaisse pas un succès retentissant au Vietnam... 

Une journée encore bien sportive s'achève, nous allons manger dans un petit resto à deux pas de notre hôtel. La cuisine vietnamienne nous plaît bien !

Le lendemain nous prenons la route pour rejoindre notre prochaine étape : Hoi An. Pour y aller nous optons pour un tour organisé qui nous permettra de s’arrêter voir des ''attractions touristiques'' sur la route. Le bus fait un premier arrêt dans un petit village où se trouve un vieux pont japonais en bois (+ de 300 ans).

Nous faisons un deuxième arrêt pour aller voir une plage... Nous ne restons pas assez longtemps pour nous baigner du coup cela n'a pas un grand intérêt pour nous.

Nous passons ensuite le col de Hải Vân. C’était blindé de groupes de touristes et la vue n’étant franchement pas top a tel point que nous n'avons même pas pris de photos.

Nous nous arrêtons pour finir à Danang pour aller visiter les montagnes de marbres. Celles-ci se composent de cinq collines de pierre. Elles sont célèbres pour leurs temples bouddhistes, sanctuaires ainsi que pour les grottes sculptées dans les montagnes.

Malheureusement notre guide nous laisse seulement 45 min pour visiter le site ! C'est vraiment dommage car pour nous c’était le seul endroit qui valait le coup qu'on s'y arrête. Nous avons donc dû marcher vite et zapper certains endroits...

Dans l'ensemble, ce tour nous a plutôt déçu. Vu le prix que nous avons payé nous ne pouvions pas nous attendre à quelque chose d'exceptionnel, mais bon un peu plus de temps aurait fait la différence.

Le bus nous dépose devant notre homestay à Hoi An. Sa vielle ville a été elle aussi classée au patrimoine mondial de l'UNESCO. La suite dans le prochain épisode... 😉

25
mars

Nous rejoignons la gare de Hanoï et attendons notre train pendant 2h : cette fois nous avons choisi la "soft seat", c'est à dire la "classe sièges mous" . En terme de confort c'est à peu près comme un TGV de la SNCF, en plus ici des serveurs passent dans l'allée centrale pour servir de la nourriture (en supplément bien sûr). Nous arrivons vers 22h30 à Ninh Binh, la grosse ville qui touche Tam Coc, là où se trouvent les endroits intéressants de la baie d'Halong terrestre. Quelques kilomètres de marche et nous prenons possession de notre chambre d'hôtel. Nous pensions louer un scooter le lendemain pour aller visiter Tam Coc et ses environs puis finalement nous changeons d'avis et nous rendons sur place avec un taxi (réservé via l'appli Grab), le lieu sera beaucoup plus sympa pour dormir que Ninh Binh, grosse ville sans réel intérêt.

Le chauffeur de GRAB nous réclame plus que ce que m'avait indiqué l'appli; je lui montre sur mon téléphone la fourchette de prix indiqué, il nous demande (bien évidemment ! Pas folle la bête) de payer le montant le plus élevé. Ça reste pas cher, du genre un peu moins de 3€ à 2 pour faire 6km, mais après coup en recevant le reçu de Grab par mail, je me rend compte que nous aurions du payer moins. Tant pis, il a eu droit à la plus mauvaise note possible, motif "overpriced" (sur-facturation) !

Nous logeons chez l'habitant, notre chambre n'est pas terrible mais bon marché. Nous indiquons à la propriétaire notre intention de manger chez elle le soir, elle nous propose un repas à 100 000 dongs/personne, bien que tout les commentaires sur sa page booking évoquent un repas à 80 000/personne, nous acceptons. L'après-midi Lorène s'essaie à l'aquarelle, une artiste américaine rencontrée sur le bateau dans la baie d'Halong avait une palette Sakura, du coup en attendant notre train à Hanoï nous avons été acheter la même pour Lolo ! Pendant ce temps je part explorer les environs, en trottinant, courant, grimpant sur les sentiers alentours.

Je m'aventure au sommet d'un mont karstique dont les cailloux au sommet sont très coupant, puis profite de la vue pour faire un petit vol de Mavic, dont je suis bien content d'avoir retrouvé l'usage !

Tam Coc et ses environs 

Mon footing se poursuit, d'abord au fond d'une vallée encaissé, puis en bordure de rizières...

Cette balade m'a pris 3 bonnes heures, j'avais pensé faire plus court mais la beauté de paysages m'incitèrent à continuer toujours un peu plus. Ce sera donc la nuit, quelques gouttes de pluies et l'appel du dîner qui me forceront à rentrer.

Le repas partagé fut excellent, une dizaine d'assiettes contenant : du poulet, des légumes, des nems, du porc garniront la table. Le tout arrosé d'une bière locale, plus un p'tit rouge que je partage avec le mari de la dame, nous sommes allés nous coucher avec la peau du ventre bien tendue ! Les échanges n'étaient pas évidents, ils ne parlaient presque pas anglais, mais avec google traduction il est toujours possible d'échanger quelques phrases !..

Nous louons le lendemain matin un scooter à notre hôte, elle me dit d'aller mettre de l'essence, normal, je sors ma bouteille d'essence de mon sac (et oui, comme nous en louons souvent et que je me veux pas tomber en rade, c'est pratique !), et v'là qu'elle commence à remplir le réservoir. Je lui met vite le holà, nous allons faire moins de 20km avec son scoot, pas besoin de mettre grand chose. Lorène lui prend une bouteille d'eau, madame n'a pas la monnaie et nous dit qu'elle la rendra le soir quand nous rapporterons le scoot. Au moment de régler toutes nos dettes, comme nous nous y attendions, c'est la tentative d'arnaque la plus mal menée de tous les temps. Le prix de la chambre qu'elle veut nous faire payer est supérieur à ce qu'indique booking, elle tente de nous facturer le petit-dej alors qu'il est très clairement indiqué qu'il est inclus, quand je lui fait remarquer que sur l'affiche dans son salon, et sur tout ses commentaires booking, le prix du dîner est de 80 000 dong, elle me répond qu'on a dit ok pour 100 000 hier soir... Bref, elle nous a soûlé, nous n'aimons pas être pris pour des cons, et devoir reprendre tous les éléments de sa facture un à un pour lui expliquer que faut pas trop se foutre de notre gueule, ne nous met pas spécialement de bonne humeur.

Bref, nous partons avec le scoot, j'emmène Lorène voir des coins repérés la veille.

Oui, la pharmacie vend de l'alcool et des glaces !
La pharmacie qui vend de l'alcool, original comme concept 

Nous partons ensuite sur une barque, pour aller dans le vif du sujet :

Encore une fois malgré la grisaille les paysages sont magnifiques; ce sont principalement des femmes qui emmènent les touristes faire la balade en bateau, elles pagayent avec leurs pieds !

Bien sûr je demande à essayer, m'y suis pas attardé, mais à priori ça demande un peu de pratique et une bonne coordination ! Avec moi nous n'aurions pas été bien loin en pagayant de la sorte...

En débarquant, ayant déjà payé presque 15€ (pour 1h de bateau) auprès du guichet, nous ne nous attendions pas à nous voir réclamer un pourboire : bien sûr le billet de 10 000 dong que je lui file lui fait perdre son sourire et son entrain, mais bon, nous ne sommes pas crésus, et estimons avoir déjà largement payé pour un tour d'une heure en barque, au Vietnam...

Nous reprenons notre scooter et allons vers Hoa Lu, ancienne capitale du Vietnam de trois dynasties féodales entre 968 et 1010.

Niveau bâtiments il n'y a pas plus grand chose à voir, mais le cadre est joli. Là aussi nous avons ressenti "la pression du touriste", des gens au bord de la route nous font des grands signes nous intimant de nous arrêter, tout ce qu'ils veulent c'est garder ton scoot, et te faire payer entre 15 et 30 000 dongs... Nous sommes avertis du manège, et allons nous garer plus loin, gratuitement. Malgré tout nous ne sommes pas très sereins, nous avons aussi entendu des histoire de pneus crevés pour les touristes comme nous qui en ont raz-la-casquette d'être considérés comme des vaches à lait...

Notre dernière étape de la journée sera un point de vue, bien rempli de touristes, mais qui vaut le coup d’œil. Là aussi des locaux se jettent presque sous nos roues pour nous arrêter et garder notre scoot, cette fois nous nous garons à l'entrée et payons le parking "officiel" (qui lui même est une arnaque vu qu'on paye déjà assez cher pour avoir le droit de monter au point de vue.. Bref, passons !) Une petite éclaircie vient embellir le tableau. Je ne suis pas la seul droniste au sommet, et des mariés prennent la pose. Ça n'a pas du être évident de monter là dans cet accoutrement !

Un dragon orne le sommet du point de vue 

Nous traînons un peu, rencontrons un couple de français forts sympathiques avec qui discutons et faisons la descente. Il a aussi un Mavic, et le sien a vécu une attaque d'aigle dans l'outback australien, il m'a montré les images, super impressionnant ! Le pire est que le drone n'a pas subit de casse... Y'en a y sont chanceux !

Nous repassons à notre maison d'hôte récupérer nos gros sacs, sans omettre de rappeler à la dame qu'elle nous doit 10 000 dongs de ce matin; bon elle les a pas, donc pour compenser Lorène prend une bouteille d'eau dans son frigo.

Ne nous sentant plus du tout à l'aise chez ces gens, gentils mais qui en ont après notre argent, nous allons boire un coup dans un café plus loin, avant de prendre un taxi pour rejoindre à nouveau la gare de Ninh Binh. Le billet nous a coûté cher, mais nous dormirons dans des couchettes, nous parcourrons 750km de nuit pour rejoindre Mui Ne !

22
mars

Pour cette nouvelle étape nous nous rendons à Halong effectuer une croisière de trois jours. Nous avons choisi de passer par l'agence "Vega Travel" recommandée par Lonely Planet, et faisons un écart de budget afin de profiter pleinement de la baie d'Halong. C'est le deuxième endroit (avec le Taj Mahal) le plus touristique que nous ayons fait depuis le début de notre voyage. Une énorme usine à touristes (ceci est un euphémisme) bien organisée.

Notre guide vient nous récupérer devant notre hôtel à Hanoï et nous passons chercher les 11 autres voyageurs avant de prendre la route (3h). Notre guide s'appelle Taller, il est vietnamien et a un très bon anglais. Durant le trajet il se présente, puis c'est à notre tour de nous présenter au groupe. L'ambiance est conviviale. Tant mieux car nous allons passer trois jours ensemble. Tous les couples viennent de pays différents : U.S., Allemagne, Hollande, Angleterre et Suisse. La pause au bout d'une heure sur une aire de repos hyper clean nous a fait doucement rire, tout équipée pour le tourisme de luxe. Les magasins sur l'aire on en parle même pas, c'est vraiment abusé les prix, aussi cher qui en France...

Après un petit jus offert par l'équipage nous installons nos affaires dans notre cabine, avec salle de bain privée, fenêtre donnant sur la mer. Nous sommes plutôt pas mal ! C'est assez déstabilisant ce genre de tour organisé pour nous. Nous n'avons pas l'habitude d'être autant assistés et maternés. Cela a un côté reposant de ne pas à avoir à réfléchir et de se laisser guider.

Notre cabine 

Le bateau démarre et nous nous retrouvons au cœur de la baie d'Halong. Après le repas de midi bien nourrissant, nous avons le droit à un petit temps de détente. Parfait pour admirer les montagnes karstiques isolées dans la mer.

Cet après midi nous faisons une sortie kayak, notre guide nous emmène dans un endroit à l'écart des nombreux bateaux de croisières. Nous visitons une grotte et Kevin ose se baigner. C'est le seul courageux du groupe ! En même temps la météo n'est pas hyper favorable à la baignade et il faut avouer que la mer est vraiment polluée par une multitude de déchets plastique. Ça noirci un peu l'image de la baie d'Halong, enfin bon nous n'étions malheureusement pas étonnés de voir cela...


Cette étape dans une petite grotte sera l'occasion de refaire voler le Mavic pour la première fois depuis sa réparation : hourra !

De notre kayak nous avons pour voir quelques grosses méduses. Dans certains restaurants au Vietnam il est possible de manger une salade de méduses, nous n'avons pas encore goûté ce plat...

Quelques éclaircies qui font du bien 

Après cette petite balade en kayak c'est le moment de l'happy hour sur le pont du bateau, santé ! 😉 Dommage que le barman essaie de se faire de l'argent en modifiant par ''erreur'' les montants des boissons sur la facture. Beaucoup de clients sur le bateau se sont fait avoir. Nous, nous sommes habitués c'est quasi quotidien ce genre ''d'erreur'', donc nous avons vu l'arnaque tout de suite. C'est quand même super énervant ! Nous enchaînons le programme avec l'apprentissage de rouleaux de printemps. Ça nous a bien plu, surtout que nous pouvions les goûter instantanément. La soirée s'enchaîne avec le repas. Le personnel marin nous amène petit à petit les plats à partager avec nos camarades de tables. Tout est très bon, nous mangeons beaucoup trop du coup.

La deuxième journée démarre très tôt à 6h30 du matin. Après un petit dej, nous partons vite pour aller visiter la grotte la plus célèbre de la baie. Démarrer la visite à la première heure est une stratégie de la part de l'agence afin d'éviter la foule de touristes. Et c'est réussi ! La grotte est impressionnante de part sa taille, aménagée et joliment éclairée.

La ''Surprise Cave''

Après la visite de cette grotte nous ne perdons pas de temps et allons directement à un point de vue à 360° le "Ti Top". Encore une fois le timing est parfait, nous sommes seuls lorsque nous parvenons au sommet. La vue est superbe malgré le temps grisâtre. Mais bon, le Vietnam du nord c'est plus souvent comme cela que comme sur les photos de cartes postales. En redescendant du point de vue nous croisons une bonne centaine de touristes japonais. Waw ! Nous n'aurions pas voulu arriver 15 min plus tard en même temps qu'eux...

Ensuite, nous nous rendons jusqu’à l’île de Cat Ba.

Nous nous faisons prêter des vélos pour découvrir le parc national de Cat Ba. C'est sportif comme croisière, ça nous convient car c'est bien organisé !

Nous posons les vélos pour emprunter un chemin dans la jungle. L'ambiance sonore est agréable. Nous devons escalader pour monter au point de vue. Ils ne nous avaient pas dit que ce serait aussi sportif et casse gueule ! En partant nous passons par un petit village. Bien sûr pas du tout authentique, Cat Ba est devenue bien trop touristique.

Après cette matinée bien mouvementée nous faisons une pause déjeuné dans un petit bateau. C'est une chance de pouvoir déguster notre repas avec cette vue. Après une petite heure de repos nous prenons place dans un kayak. Deux couples n'ont pas souhaité faire l'activité, il faut dire que c'est un peu fatiguant d'enchaîner autant ! Nous suivons Taller qui nous emmène vers des villages flottants de pêcheurs. 100% authentique et zéro groupe de touristes. Nous ne pensions pas que cela serait possible dans la baie d'Halong !

Puis nous pagayons jusqu'à un Lagon magnifique. Les photos ne rendent pas aussi bien qu'en vrai mais avec les vidéos de drone se sera plus parlant.

Nous remontons à bord du bateau et pour terminer notre journée nous nous rendons jusqu'à la ville de Cat Ba, où nous allons passer notre deuxième nuit. Lors de notre navigation nous avons vu le plus vieux village de pêcheurs flottant du Vietnam. Impressionnant la vie qu'ils doivent mener ici ces pêcheurs.

A peine arrivés, notre "navette limousine" nous emmène jusqu'à l'hôtel. Quel plaisir de ne pas se demander comment y aller par nos propres moyens, devoir marcher des kilomètres avec notre sac sur le dos ou devoir avoir à faire avec les chauffeurs de taxi..! La ville de Cat Ba n'a rien d'exceptionnel : de gros immeubles en béton (jusqu'à une douzaine d'étages), beaucoup d'infrastructures pour accueillir des touristes et des petits bars restaurants... Nous sommes un peu fatigués donc nous ne traînons pas, surtout que nous devons être près à partir le lendemain à 7h30.

La vue depuis la chambre 

Le petit dej fut un vrai délice, buffet a volonté. Je pense que nous sommes les clients qui ont le plus mangé le matin, nous savons profiter des bonnes choses (pain grillé, omelette, jus de fruit, "charcuterie")... Le programme d'aujourd'hui est plus tranquille, tant mieux car le temps est encore plus grisâtre que les autres jours et sur le pont il fait froid... Nous profitons simplement des dernières heures à contempler ce qui nous entoure. Nous mangeons notre repas du midi vers 11h ! Autant vous dire que nous n'avions pas du tout faim à cette heure là... Mais bon nous devons prendre la route pour Hanoï à midi et un autre groupe va prendre notre place.

Nous rentrons de notre périple agréablement surpris et heureux d'avoir fait cette étape par le biais de cette agence. Tout était au top et le fait de s'échapper des masses de touristes étaient vraiment plaisant. Taller, notre guide était au top, grâce à lui vous n'oublierez jamais d'emporter votre appareil photo et serez toujours informés d'où se trouvent les toilettes, et les voyageurs bien sympathiques.

L'agence de voyage est très bien organisée pour rentabiliser au mieux tous ses équipement (bus et bateau), après la première nuit sur le bateau nous sommes passé sur un autre, qui déposera plus tard à Cat Ba... Et le lendemain 2ème chassé croisé avec d'autre touriste et retour sur le premier bateau pour rentrer au port d'Halong. Bref la machine est bien huilée, les horaires sont hyper calés et respectés et les touristes clients/défilent (par groupe de 16 maximum) constamment.


Après ces trois jours nous sommes un peu fatigués d'autant plus que depuis notre arrivée au Vietnam nous avons enchaîné les étapes. C'est aussi pour cette raison que nous prenons du retard sur le blog. Encore merci de nous suivre dans nos aventures 😀 !

20
mars

Le bus quitte Ha Giang à 20h30, nous sommes contents d'apprendre qu'à l'arrivée à Hanoï vers 4h du matin, nous pourrons rester dormir dedans jusqu’à 6 ou 7h.

Le trajet se passe plutôt bien, ces bus-couchette sont corrects, bien qu'ils ne permettent pas d'être réellement allongé de tout son long, contrairement à ceux que nous avons connu en Inde. Nous atteignons Hanoï un peu avant l'heure prévue. À un moment donné le bus bouge, j'ai l'impression d'avoir dormi au moins 2h depuis qu'il a coupé le moteur, il n'y a plus grand monde dedans, et je me dis "zut, faut vite sortir, il doit bien être 6h passé et le bus repart, je n'sais où ! "

Le chauffeur nous ouvre la soute et nous récupérons nos bagages ; en programmant l'itinéraire sur mon téléphone pour rejoindre notre hôtel, je vois l'heure : 4h du matin... Pffff, tout ce remue-ménage pour rien, nous aurions pu rester dormir au moins 2h de plus dans notre bus, en plus nous étions en plein rêve tous les deux !

Bref, un peu deg de s'être hâtés inutilement, nous parcourons les quelques kilomètres qui nous séparent de notre hôtel. Finalement c'est l'occasion de voir la ville se réveiller, le jour n'est pas encore levé et ça bouge déjà pas mal !

Traversée du pont Long Bien  

Après avoir déposé nos sacs, comme ce n'est pas possible d'avoir la chambre de suite, nous partons nous installer dans un café. Pas évident d'en trouver un ouvert à 6h30 du matin... La serveuse est particulièrement antipathique, les prix exorbitants, mais leur café aux œufs, une spécialité locale, est excellent.

Vers 8h Lorène retourne à l'hôtel et je me dirige vers Flycam pro, un magasin et atelier de réparation de drone agréé DJI. J'y suis à 8h45 (google annonçait que ça ouvrait à 8h30...) ça a l'air tout a fait fermé, après avoir tambouriné 3 fois à la porte, enfin, on m'ouvre ! J'ai bien fait d'insister, en Asie il est fréquent que les gens dorment sur leur lieu de travail... Et nous sommes repassés par Hanoï pour faire réparer le Mavic, donc bon, le gars fera la grasse mat' une prochaine fois !

Il prend mon drone, je lui montre le câble abîmé (du à une sur-chauffe), et il me dit qu'il m'écrira quand ce sera réparé ("one or two days). Je lui fait gentiment comprendre que plus vite ce sera fait mieux c'est, à peine arrivé son technicien se branche sur le problème...

Je pars me promener pendant qu'il répare, non pas que j'en ait envie, mais bon il faut bien passer le temps... Et comme il s'est mis à bosser de suite sur mon drone j'ai l'espoir que ce soit vite réglé !

Sur le trajet en allant à Flycam ... 
Paradis pour droniste ! les dernières nouveautés sont là...

Bingo, après un petit tour dans un parc et au moins 6km parcourus, bien que n'ayant pas eu de nouvelles du gérant je repasse les voir, mon drone est prêt ! Super ! Petit vol de test dans son magasin, tout est en ordre. Sauf un peu de buée sur l'objectif de la caméra, souci récurrent. Faut dire que ce jour là l'hygrometrie est de 102 % , je ne savais pas cela possible ! Le gars entreprend donc de démonter la vitre, chauffe un peu pour évaporer la condensation, et referme le tout. C'est très heureux que je repars avec mon Mavic qui s'est refait une santé ! Et le gars a été sympa, la réparation a été faite rapidement, il ne m'a pas fait payer pour avoir enlevé l'humidité de la caméra, ni pour avoir nettoyé nickel mes filtres neutres... Bref, vous l'aurez compris, je suis comblé et incroyablement heureux d' avoir récupéré mon drone en bon état ! Parce que opérationnel ou pas, dans tout les cas je le porte et ça prend de la place, donc tant qu'à faire... Puis les photos et vidéos aériennes apportent un réel plus au blog et à nos vidéos, ce n'est pas vous chers lecteurs qui me contredirez.

Pendant ce temps là Lorène a du patienter environ 2 dans le hall de réception de l'hôtel pour avoir sa chambre. Elle a ainsi pu pratiquer l'anglais avec une fille qui travaille la et qui était elle aussi contente de trouver une personne avec qui converser dans la langue de Shakespeare.

J'effectue le retour à l'hôtel avec un taxi-moto, trouvé sur la très utiles appli Grab, équivalent asiatique d'Uber. J'ai déjà marché une bonne douzaine de kilomètres aujourd'hui, il est pas encore 10h30, donc on va se calmer un peu là ! L'immersion dans le trafic fou d'Hanoï est assez fun, le code de la route semble inexistant, les gens qui tournent à gauche coupent complètement leur virage, ce qui génère des croisement de véhicules dangereux...

La sieste climatisée sera la bienvenue, d'avantage pour assécher l'air que refroidir d'ailleurs. Ici la clim est autant indispensable qu'un chauffage en hiver en Savoie.

Nous flânons dans les rues du vieux centre, et réservons notre croisière dans la baie d'Halong. Des compatriotes rencontrés au Laos nous ont conseillé de ne pas chercher à faire à. Des économies pour ce genre d'activité, dans un des lieux les plus touristiques du territoire monde. Du coup nous passons par l'agence Vega Travel que nous avions repéré lors de notre premier passage dans la capitale Vietnamienne, recommandée par Lonely Planet comme faisant l'effort d'emmener leurs clients hors des lieux blindés de touristes. Ma foi, nous verrons, mais avec plus de 400 avis très positifs sur tripadvisor ce serait étonnant que nous soyons déçus.

À gauche une rue remplie de stands restaurants, très animée ! 

Le soir nous buvons un verre, ça fait 3 jours que j'ai re-arrêté de fumer, et c'est la première fois que je galère un peu, en raison de la proximité d'autres fumeurs. Incroyable comme, contrairement à ce que je pensait, le prix du paquet influe sur ma motivation : ici à 40cts d'€, je me dis que quelque part, je suis quand même bête de ne pas en "profiter" ! Bon allez je me raisonne, peu importe même si on me payait pour fumer ce serait stupide d'accepter.

Hanoï est une ville mouvementée, avec beaucoup (plusieurs millions) de scooters. Les feux rouges sont fréquemment grillés, les piétons, y compris sur les passages dédiés, ne sont jamais prioritaires, les trottoirs ne sont pas praticables (il faut bien garer tous ces scoots quelque part ! ) Ce n'est pas de tout repos, bien que nous avons désormais l'habitude. Petit exemple ici :

Après une bonne nuit de repos et une douche bien méritée nous allons manger à La Badiane, notre adresse fétiche à Hanoï... Nous y sommes super bien accueillis, et les serveurs nous reconnaissent désormais quand nous arrivons : on serait déjà des habitués ! ..

Nous allons ensuite dans la ruelle où passent des rails, j'ai lu sur un blog qu'il passe à 15h30 et 19h. Après avoir bu une bière dans un café le long du chemin de fer, la serveuse dément l'information trouvée sur internet, à 15h30 c'est seulement les week-ends...

Tant pis, nous retournons voir le grand marché, passons voir le temple de Bach Ma...

Demain un mini-bus passe nous chercher à 7h30 pour partir 3 jours 2 nuits naviguer dans la baie d'Halong !

16
mars

Après avoir passé deux jours dans la capitale nous changeons de décor afin de retrouver la nature. Ha Giang est une province frontalière avec la Chine de l'extrémité nord-Vietnam. Nous ressentons rapidement le changement de climat : ici il fait frais (obligés de mettre une polaire, une veste coupe vent/pluie) et c'est nuageux. Nous sommes venus ici pour faire une boucle en moto de quatre jours. C'est un tour réputé pour ses paysages montagneux et les champs de rizières en terrasse. Nous avons préféré choisir cette région plutôt que Sapa qui est parait-il devenu trop touristique et peu authentique.

Malgré le temps nuageux nous sommes bien déterminés et motivés à partir pour quatre jours à l'aventure ! Nous laissons nos gros sac a dos dans une guest house et emportons seulement un petit sac à dos chacun avec le minimum indispensable pour quatre jours. Nous louons un scooter Yamaha semi-automatique et prenons la route !

Les routes sont en bon état, nous avions perdu l'habitude au Laos de conduire sur des routes aussi ''faciles'', ce changement est agréable. La route alterne entre montées et descentes. Au sommet des cols nous nous sommes retrouvés dans le brouillard total et avons eu le droit à une petite pluie fine mais suffisante pour nous tremper... Un petit café et un thé au gingembre pour nous réchauffer et hop nous poursuivons notre chemin. Au Vietnam il est très facile de trouver du vrai café, contrairement aux pays voisins qui boivent du café nescafé en sachet, plein de sucre et de lait. Parfois il mettent du lait concentré dedans, pas mauvais !

Sur notre route nous croisons régulièrement des paysans travaillant dans les champs qui se trouvent sur les pentes montagneuses. Ces enfants que vous pouvez voir sur les photos ci-dessous travaillent également dans les champs et cueillent des plantes de moutarde. Il fait froid, humide, et on ne voit pas très loin à cause du brouillard. Ces enfants, eux, il vont aider leur parents dans des conditions difficiles. Quand nous voyons le courage qu'ils ont, nous ne pouvons pas nous plaindre de notre petit inconfort lié au temps grisâtre.

Nous passons notre première nuit dans la ville de Tam Son. Nous trouvons un Homestay mais qui en fait n'en n'est pas réellement un. Un Homestay c'est une maison familiale, où des locaux décident d'accueillir des voyageurs dans leur maison et de partager un moment convivial comme un repas par exemple. Là où nous dormons ce n'est en fait qu'un simple hôtel... Le fait de mettre une pancarte ''Homestay'' devant l’hôtel est vendeur, cela attire les touristes comme nous.

Le climat du nord du Vietnam est assez rude, le temps est gris comme la veille alors nous montons sur notre bécane seulement en fin de matinée. Nous finissons par nous habituer au brouillard et cela n’empêche pas le fait que nous trouvons le paysage incroyable et magnifique. Le brouillard rajoute un petit coté mystique, nous avons l’impression d’être dans un décor du film le seigneur des anneaux.

La province de Ha Giang nous plaît beaucoup, c'est calme, paisible, dépaysant et authentique. Nous traversons plusieurs vallées, toutes aussi belles. Nous prenons le temps de nous arrêter manger et boire pour nous réchauffer ainsi que pour prendre des photos.

Après avoir frôlé la frontière chinoise nous poursuivons jusqu'au deuxième village étape nommé Yen Minh. Cette fois-ci les hôtels ne nous auront pas ! Nous nous écartons de la rue principale pour rejoindre un chemin boueux et enfin, nous trouvons un véritable homestay !

Nous sommes bien accueillis par la famille, qui parle quelques mots d'anglais. Pour 16 euros nous avons le droit à une chambre privée, douches chaudes, repas du soir et petit déjeuner. C'est l'occasion de partager le dîner avec la famille (ethnie Hmong) et deux autres voyageuses vietnamiennes.

Le repas est bon et local, ce sont pleins de petits plats différents servis au centre de la table, chacun se sert comme il veut, autant qu'il veut. Nous n'avons rien besoin de plus, et nous sommes comblés 😀.

Nous traînons le matin car nous préférons attendre la chaleur et la dissipation du brouillard en fin de matinée pour prendre la route. Ce jour là nous faisons la plus belle partie de la boucle en moto. Nous sommes scotchés par la beauté des paysages. Nous croisons toujours beaucoup d'enfants et de locaux qui nous saluent et nous sourient. Nous constatons également à quel point leur travail de paysan des montagnes est difficile. Ils cultivent partout sur les pentes, nous les voyons même labourer entre des pentes rocheuses.

Pendant notre boucle à moto nous rencontrons beaucoup de monde au bord de la route, des hommes, des femmes en tenues traditionnelles, des cochons, des poules, des chiens, des buffles...

Les enfants portant les hottes ont descendu en courant la route rien que pour venir nous voir. Vraiment trop chou ces petits vietnamiens. Nous regrettons de ne rien avoir à leur offrir comme des livres, carnets stylos... Il faut y penser pour une prochaine fois.

En fin d'après-midi nous arrivons à Du Gia. Maintenant nous avons le flair pour trouver un vrai homestay. L'endroit blindé de touristes qu'ils font dormir tous ensemble au même étage, pour un tarif plus élevé qu'une véritable nuit chez l'habitant ne nous aura pas. Nous nous pommons à l’écart de la ville pour nous retrouver chez une petite dame. Elle est issu de l’ethnie Thaï et ne parle pas du tout anglais, mais elle est au top de la technologie et utilise ''Google traduction'' pour se faire comprendre. Ce soir là son mari est absent à cause de son travail et ses enfants étudient, nous n'avons pas compris les détails... En tout cas nous sommes gâtés et elle est aux petits soins avec nous. Nous adorons l'expérience de passer un moment authentique chez l'habitant, l'immersion est totale et reposante. Personnellement c'est tout à fait comme ça que j'imaginais mon voyage. Après quelques verres d'alcool de maïs nous allons dormir dans notre petit lit douillet avant notre dernier jour en moto.

Le dernier jour nous n'avons que 67 km de distance mais la météo est capricieuse. Il se met à pleuvoir des cordes et à tonner, autant vous dire que la route est complètement in-empruntable. Heureusement au bout d'une bonne heure la pluie s'interrompt et les nuages se dissipent. Nous faisons nos adieux à notre gentille hôte et prenons selle.

Le dernier jour nous traversons de nombreuses vallées qui se trouvent moins en altitude. Ici les rizières en sont déjà à un stade de maturation plus avancé, ce qui nous permet de voir des paysages bien verdoyant.

Je laisse parler les photos pour nous 😀.

Cette étape aura été un réel coup de cœur pour nous. Bien que la météo ne fut pas exceptionnelle, les paysages et le partage avec les locaux nous auront charmés. Ha Giang, certainement un de nos plus beau souvenir de voyage...

12
mars

De Sam Neua à Thanh Hoa, le trajet fut une fois de plus tortueux et plein de caillasses, trous... Le passage de la frontière se déroule sans encombre, nous stressons moins que les anglais qui sont avec nous dans le bus, eux ont pris un e-visa.

Route de montagne en terre à gauche pendant une trentaine de kilomètres, poste frontière Vietnamien à droite 

Arrivé à Thanh Hoa après une dizaine d'heure de trajet nous rejoignons la gare et avons la confirmation qu'il nous est possible de rejoindre Hanoï en train, mais il nous faudra attendre un peu plus de 6h. Nous partons avec nos compères anglais à la recherche d'une autre gare de bus, depuis celle où nous nous sommes fait déposer il n'y avait pas de bus pour Hanoï... Bref, après une petite heure à errer pour trouver une gare routière digne de ce nom, après avoir cherché à obtenir des infos auprès des locaux, nous décidons qu'il sera vachement plus simple d'aller boire une bière et manger en attendant le train que de courir après des bus à l'existence incertaine !

23h45 nous embarquons, nous avons choisi la catégorie "siège dur", c'est la moins chère. Bien sûr ce sera incroyablement inconfortable, et nous sommes heureux d'arriver à 4h du matin dans la capitale.

Nous faisons nos adieux aux anglais et réveillons quelques gardiens d'hôtel avant d'en trouver un qui accepte de nous filer une chambre. Nous dormons quelques heures après 24h de transports et d'attente, ça fait du bien !

À peine levé je m'active pour aller au magasin de drone avec qui je suis en contact depuis 3 semaines; dégoûté, au moment de m'y rendre ils m'écrivent pour me dire que leur technicien a eu un souci et qu 'ils seront fermés jusqu'au lundi suivant (on est mercredi) 😦 ... Ma foi je n'y peux rien bien que ce soit très frustrant, nous allons manger un bon repas au restaurant La Badiane pour me consoler.

Cette histoire de réparation de drone nous amène à revoir notre programme. Nous partirons vendredi en direction de Ha Giang, pour faire une boucle en moto, ainsi à notre retour dans la capitale le magasin devrait avoir ré-ouvert, et une fois le Mavic remis en état de fonctionner, nous partirons naviguer dans la baie d'Halong.

L'après-midi alors que nous nous promenons nous passons devant la "Maison Centrale", la prison Hoa Lo, créée en 1896 par les côlons français. Sa fonction consiste à incarcérer les patriotes vietnamiens et les combattants révolutionnaires. Ils connurent la torture, la nourriture avariée, de nombreuses maladies, et réussir parfois à s'échapper par les égouts. La prison conçue pour quelques centaines de détenus en a compté jusqu'à 2000. Une guillotine est également là, et a servi quelques fois...

Elle sera ensuite, de 1964 à 73 une prison pour les pilotes américains fait prisonniers. Les conditions de détentions furent beaucoup moins rudes que lorsque les français géraient la prison, l'on peut voir en photo les prisonniers américains jouer au volley, au cartes, fumer...

Nous poursuivons notre balade dans le centre, pour terminer vers le lac Hoan Kiem le soir.

Le deuxième jour nous passons chez Aman, notre couchsurfer, déposer nos gros sacs à dos avant qu'il ne parte bosser, puis retournons nous promener dans le centre, nous passons vers le pont métallique Long Bien Bridge, qui fut construit par une entreprise nommé Eiffel... souvent bombardé lors de la guerre, mais jamais détruit.

Nous passons ensuite au marché de la ville, un immense bâtiment de 3 étages où l'on trouve de tout... Y compris des tortues vivantes auxquelles on a ôté la carapace et qui semblent agoniser sur le dos.

Nous poursuivons notre chemin en ville pour rejoindre une autre bonne adresse où manger, le Green Tangerine.

L'après-midi nous visitons le "temple de la littérature" qui fut la première université du Vietnam, il n'avait pas de fonction religieuse et servait d'académie confucéenne. C'est ici que les fils de sang royal, les fils de mandarins et de l'aristocratie poursuivaient leurs études pour devenir lettrés et hauts fonctionnaires

Nous marchons alors plusieurs kilomètres, pour aller à l'observatoire de la tour Lotte, au 67ème étage. Bon, malheureusement le temps à Hanoï en cette période de l'année, est toujours très gris.

Nous retournons chez Aman, et ne le voyons que très brièvement; il est indien, et travaille depuis un an dans une entreprise vietnamienne qui conçoit des jeux vidéos pour portable. Et cette semaine, il a beaucoup de taf ! Il nous laisse gentiment les clefs de chez lui, sort rejoindre un collègue avec qui il doit préparer une présentation, pendant que nous allons manger dont une adresse qu'il nous a recommandé.

La nourriture est correcte, mais c'est de loin le resto le plus crade que nous ayons vu... de notre vie probablement !

Du coup vers 22h30 nous pouvons enfin passer un peu de temps avec notre hôte et faisons connaissance. Nous ne nous attardons pas, nous sommes pas mal crevés par cette journée, et demain il repart bosser, LUI ! Au réveil arrive un autre couchsurfer (indien lui aussi), nous remballons nos sacs, prenons le petit déj tous ensemble, puis Pragyan nous accompagne pour une balade matinale qui passera par la pagode Tran Quoc, un grand parc, et le mausolée D'Ho Chi Minh.

Un peu avant l'heure du déjeuné, nos chemins se séparent; contents d'avoir trouvé une adresse de gastronomie française a un tarif correct (15€ le menu entrée/plat/dessert), nous retournons manger à la Badiane.

La Badiane, excellente adresse au centre d'Hanoï ! 

Nous avons du temps à tuer l'après-midi, nous nous installons dans un café en face de la cathédrale St Joseph, la lecture (nous ne saurions plus nous passer de la Kindle !) et le tri de photos nous occuperons deux bonnes heures.

Nous nous déplaçons et rejoignons un bar un peu plus loin, où nous poursuivons notre travail sur l'ordi et la lecture !

À 19h nous passons chez Aman récupérer nos sacs, et attendons en bas de chez lui la navette qui vient nous chercher pour nous déposer au bus-couchette qui nous emmène à Ha Giang, dans les montagnes du nord.

La navette ne se pointe pas à l'heure prévue, mais après avoir appelé l'agence qui nous a réservé le billet, ils nous rassurent et nous disent de ne pas nous inquiéter, elle va passer... Avec 3/4 d'heure de retard nous arrivons à notre bus et nous nous installons au fond dans des sièges presque allongés, pour 9h de trajet !