Carnet de voyage

Trek Népal 2016

26 étapes
41 commentaires
13
Le grand tour du Manaslu
Novembre 2016
30 jours
Partager ce carnet de voyage
1
Beaucoup de monde, de bruits, d'odeurs, de saletés mais de belles couleurs et des gens sympathiques.

Voyagez en circuit individuel, personnalisé et abordable

Plus de 50 circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation facile en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires
2

Le site est situé sur une petite colline qui domine Katmandou. Il nous restait l'après-midi de libre et nous en avons profité pour aller respirer un air un peu moins pollué que dans la ville.

3

Départ de Katmandou en fin de matinée après avoir obtenu les permis de trek. Nous avons pris place à bord de deux beaux 4X4 rouges. j'ai pu faire quelques photos de la banlieue depuis la voiture puis nous avons roulé sur une route assez dégradée pour rejoindre Arughat.

Après 5 heures d'un trajet qui nous a paru interminable,dont 2 heures de piste, nous avons aperçu, dans les derniers rayons du soleil La chaine de montagne des Ganesh juste avant d'arriver à notre étape du soir.

4

Après une arrivée dans la nuit la veille, nous découvrons le petit village d'Arougath, point de départ de notre trek.

Un épais brouillard recouvre la campagne au petit matin , puis tout doucement des formes apparaissent et quand le soleil arrive, nous faisons les premières rencontres avec les habitants. Je suis tout de suite surpris par les couleurs éclatantes de leurs vêtements, leur sourire et surtout les énormes charges qu'ils transportent.

5

Après avoir rejoint en bus local Soti Khola avec plein de frustation de ne pouvoir faire des photos (J'ai essayé par la fenêtre du bus, mais pas terrible...) nous sommes arrivés à notre point de départ de marche. Tout de suite le chemin s'est élevé au dessus de gorges profondes. Nous avons doublé ou croisé un grand nombre de convois d'ânes, Ce sont les transporteurs du coin qui desservent toute la vallée et nous étions ébahis de la facilité avec laquelle ils parcourent ces chemins escarpés. Même chose pour nos porteurs qui avaient une trentaine de kg sur les épaules et certains marchaient en tongues. De belles rencontres pour ce premier jour et de jolis paysages avec des cultures en terrasses de riz. Arrivés vers 16 heures à Machhakhola où nous avons dormi.

6

Notre journée démarre dans un environnement tropical où pousse une luxurieuse végétation. Nous longeons une grande rivière, la traversons à multiples reprises sur des ponts suspendus. Nous découvrons tout au long du parcours, de nombreux petits villages avec des gens charmants. Nous arrivons à communiquer avec les jeunes qui font tous de l'anglais à l'école, mais c'est plus difficile avec les anciens!

La vallée est de plus en plus étroite, de magnifiques cascades jaillissent des sommets, et vers 16 heures nous arrivons à Jagat pour y passer la nuit. En nous promenant dans le village, nous faisons encore connaissance avec toute une famille à laquelle je promets d'envoyer des photos.

7

Pour cette 4 ème étape, nous allons pénétrer dans la "Tsum Valley" un trek dans le trek qui nous permettra de découvrir une vallée peu fréquentée car accessible aux touristes depuis seulement quelques années.

Nous continuons de longer une rivière, et traversons encore de nombreux petits villages, avec des tas de gens au travail. J'ai eu beaucoup de chance lors de cette étape car j'ai été invité dans une famille ce qui m'a permis de découvrir leur intérieur. J'ai dû par contre goûter leur alcool (Thibétan Wine), qui n'est pas terrible, un genre d'eau de vie mélangée à de l'eau croupissant dans une cruche...

J'ai aussi rencontré une fillette qui faisait ses devoirs sur une terrasse. Elle a bien voulu m'ouvrir ses cahiers et m'a indiqué que son école était à 2 heures de marche.

Et pour finir, j'ai assisté à la préparation de notre repas dans la cuisine du lodge, habituellement plutôt réservée aux porteurs.

Le village de Philim restera comme un de mes meilleurs souvenirs de ce trek.

8

Nous montons de plus en plus, la vallée se rétrécit. Aujourd'hui, nous avons encore croisé pas mal de gens au travail. Des femmes triaient et tamisaient des céréales, du quinoa, il m'a semblé. J'ai croisé des écoliers en route vers leur collège, 5 heures de marche, mais ils y restent la semaine. Ils font le même genre de mathématiques que nos collégiens. J'ai aperçu aussi quelques singes qui venaient chercher à manger dans les champs cultivés du village. Les habitants ne doivent pas trop les apprécier!

Arrivée à Chumling, un joli petit village qui domine la vallée, et qui nous a permis de profiter assez tardivement du soleil. Le soir, belle vue sur la chaîne des Ganesh avec un sommet autour de 7500m

9

Encore une belle rencontre en quittant Chumling au petit matin: plusieurs générations au travail, une grand mère, sa fille et sa petite fille qui coupaient des céréales. Et puis au milieu du parcours, toute une famille qui battait ces céréales au fléau dans une belle lumière. Nous continuons à monter dans la Tsum Valley et l'empreinte boudhiste se fait davantage présente. Tout le long du chemin, nous croisons de plus en plus de lieux de prières. Ce sont des sortes de cairns dont les pierres portent des inscriptions. La tradition veut que l'on contourne ces monticules toujours par la gauche. Le soir en arrivant à Chogang Paro, le froid commence à se faire sentir et j'ai pu me réchauffer un moment dans la cuisine pour faire quelques photos.

10

Encore un beau ciel bleu ce matin au départ de Chokang Paro. Nous arrivons sur des hauts plateaux, les cairns bouddhistes deviennent de plus en plus nombreux et de plus en plus grands. Nous passons sous des arches décorées de motifs très colorés. Les ânes ont disparu pour faire place aux yaks, à la robe le plus souvent d'un noir brillant. Sur les murs, on voit sécher des bouses qui serviront de combustible.

A midi nous prenons un repas chez un vieil homme de 80 ans, ce sera notre lodge le plus sympa avec même une expo de photos aux murs!

En milieu d'après-midi nous arrivons au monastère de Mu Gompa, où nous devons manger et dormir. Un seul moine à la cuisine, avec un tout petit fourneau, mais il nous fera un délicieux Dal bhat pour une vingtaine de personnes (plat de riz accompagné de légumes au curry et d'une soupe de lentilles).

Pour le coucher, c'est un peu plus rustique, de petites cellules pour deux avec une mince paillasse sur du bois et de l'air froid (3650m) qui rentre un peu partout. Faute de place, Marie-Laure et Marc auront droit à la chambre d'un moine nettement plus cosy!

Un très bon souvenir de ce monastère avec des moines très souriants, curieux et désireux de faire partager leur culture.

11

Nous refaisons aujourd'hui l'étape d'hier en sens inverse, mais par l'autre versant de la vallée. De l'hiver, nous avons l'impression de revenir à l'automne. Encore de nombreuses rencontres telles ces cavalières, puis la fileuse et son enfant, enfin ces laboureurs et leur Yak. Un peu plus bas , les enfants qui sortent de l'école viennent en courant à notre rencontre.Nous faisons ensuite la visite d'une école bouddhiste de jeunes filles qui sont en train d'étudier. Ce sont d'immenses bâtiments plats avec un grand terrain au centre où les étudiantes se réunissent par petits groupes, assises dans l'herbe. Et pour finir nous croisons quelques femmes qui portent d'énormes hottes remplies de buissons ( plantes , fourrage?). Le soir nous retournons dormir dans le lodge de l'avant veille à Chumling où nous retrouvons tout un troupeau de singes.

12

Nous continuons à redescendre la Tsum Valley. Nous retraversons des villages et des paysages connus, mais avec une lumière différente. Tout d'abord Chumling où nous passons la nuit. Ai fait quelques photos des enfants des propriétaires du lodge. Le lendemain matin avant de repartir nous disons au revoir à notre ami Richard, malade depuis 2 jours qui va être rapatrié sur Katmandou par hélicoptère. Nous en profitons pour faire la "photographie officielle" du groupe, avec le guide et les porteurs. Nous rejoignons ensuite Lokpa, un petit village où je profite de la lumière de fin de journée pour photographier un groupe femmes occupé à couper du quinoa aux magnifiques couleurs. En chemin auparavant, j'avais été surpris de voir travailler des gens sur des pentes excessivement raides. Surpris aussi de découvrir un "mini market" sous tente rempli de produits chinois.

13

Nous commençons depuis ce matin à remonter les vallées qui vont nous rapprocher du Manaslu. Nous nous arrêtons une première nuit à Bihi Phedi, puis une deuxième nuit à Namrung. De nouveau nous croisons des convois d'ânes avec parfois quelques embouteillages. Sur ce trajet, les lodges sont plus nombreux et plus luxueux. Le deuxième jour, nous traversons une forêt très dense qui fait un peu "jungle". Nous ne rencontrons aucun animal sauvage, sauf les singes des jours précédents. Autre particularité, nous ne voyons aucun chat dans les villages, il n'y a peut-être pas de souris à cette altitude...

Sur le chemin, nous apercevons un moulin à eau dont le fonctionnement m'échappe.

Demain l'étape sera plus longue et nous devrions enfin voir le Manuslu. Marc en profite pour se reposer...

.

14

Grande étape que celle d'aujourd'hui! C'est en effet le premier jour où nous voyons le Manaslu et depuis le village de Lho, il nous offre sa plus belle face. Ensuite le village de Lho est superbe, dominé par deux monastères : le nouveau au sommet de la colline que nous irons visiter en fin de journée, et l'ancien un peu plus bas. Et puis cerise sur le gâteau, le lodge est particulièrement sympa avec en prime un petit bungalow privatif pour Marie-Laure et Marc. La sélection photos fut d'ailleurs difficile à effectuer. Entre les photos de paysage, les petits villages qui couvrent la vallée et les multiples rencontres de la journée comme l'enfant au ballon jaune, ou la femme qui porte des planches et cette vieille femme près de sa maison, le choix n'a pas été évident.

15

Il a fallu se lever à 6h30 ce matin pour admirer le lever du soleil sur la face du Manaslu. Mais cela en valait la peine, surtout que le moment ne dure pas longtemps et ensuite le sommet sera continuellement coiffé d'un nuage.

Nous attendons ensuite le soleil pour prendre le petit déjeuner dehors, ce qui n'a pas été souvent le cas.

Comme l'étape du jour n'est pas très longue, nous décidons de faire un crochet. Avant le village de Sama Ryo un chemin sur notre gauche doit nous amener à un monastère sur un plateau au pied du Manaslu. Nous allons monter et monter, arriver sur un plateau, mais nous ne verrons pas le monastère qui devait être encore plus haut!

Le paysage est magnifique, avec un ruisseau à moitié gelé qui serpente sur ce plateau et 4000 m plus haut le sommet du Manaslu semble nous narguer, nous qui en sommes encore bien loin...

Nous restons un bon moment à contempler les sommets, j'en profite pour faire quelques gros plans de glace. Au moment de redescendre, deux népalaises chargées d'énormes hottes nous doublent. Nous resterons derrière elles jusqu'à l'entrée du village où elles prennent enfin un peu de repos. La vue sur Sama Ryo est très belle et plus encore quand nous croisons tout un groupe de femmes qui remontent la vallée.

En bonus, un portrait de notre guide Prakas qui venait de faire une bonne accélération...

16

Pas d'étape aujourd'hui, mais une visite du village de Sama Ryo, où nous avons passé 2 nuits.

C'est un village tout en longueur à 3520 m d'altitude dominé par le Naike Peak (6211 m) et le glacier du Manaslu.

C'est je pense le plus gros village que nous ayons traversé et un des plus haut. Beaucoup de maisons et de murs sont en pierres. En rentrant par le bas, nous longeons un ruisseau qui traverse tout le village et rencontrons plusieurs femmes qui font des lessives. Ce village donne aussi une impression de désordre (peut être dû au dernier tremblement de terre?) des constrctions sont à moitié démolies, d'autres en construction. J'ai bien peur que dans quelques années il y ait une grosse concentration de lodge, sûrement d'ailleurs parce que c'est le point de départ des expéditions pour le Manaslu. Dans la rue principale on croise des chevaux, des ânes , des yaks, des chiens des enfants et quelques touristes.

Toujours de belles rencontres devant les maisons dans une lumière de fin d'après-midi.

17

Aujourd'hui, pour notre journée d'acclimatation, nous sommes montés au camp de base n°1 du Manaslu. Nous ne savions pas ce que c'était, ni ce que nous allions y trouver.

En fin de compte, ça a été plus haut que prévu (4900m), il n'y avait pas grand chose à part quelques banderoles népalaises (lungtas), mais le paysage était fantastique.

On a vraiment eu l'impression d'être en très haute montagne. Au cours de la montée, nous avons longé le glacier avec ses immenses séracs, en même temps, nous avions une superbe vue sur le village de Sama Ryo et de son lac à l'eau turquoise. A chaque bosse, nous pensions être arrivés, mais il y en avait toujours une autre derrière. Nous avons parcouru les derniers 100 m de dénivelé sur de la neige glacée et enfin en voyant les banderoles multicolores, nous avons compris que nous étions arrivés. Nous avons passé quelques minutes à immortaliser ce moment en faisant quelques photos, puis comme il ne faisait pas très chaud, nous avons démarré le descente.

Là, encore, plus qu'à la montée nous avons pu admirer le magnifique paysage qui se déroulait devant nous.

Une seule photo de népalaise aujourd'hui... mais quelques photos des participants au trek.

18

Avant dernière étape avant le col de Larkya , le village de Samdo situé à 4000m sera notre étape pour dormir. Plusieurs lodges ont été construits à l'entrée du village, un peu n'importe comment. Tout parait très bringuebalant avec des tôles et des parpaings. Dommage car le reste du village est très joli.

Nous avons démarré la journée avec la rencontre de bûcherons qui ramenaient du bois à dos de yak.

Après un étonnant paysage d'arbres noueux, nous prenons de l'altitude et la végétation se fait rare. Nous arrivons à Samdo en milieu de journée. La famille White en profite pour faire une lessive: courageuse initiative avec cette eau gelée!

Pendant l'après midi, j'explore le village. Je fais la connaissance avec une famille qui est en train de prendre le déjeuner sur une terrasse. Ils m'invitent à m'asseoir avec eux. L'homme de la famille lit un genre de livre à prière, est ce un genre de prêtre? Il a les cheveux très longs et une belle natte. Au bout d'un moment, il se dévêt, fait quelques ablutions, puis sa fille vient le masser. Un peu plus tard, il me propose de prendre sa place et j'accepte sans hésitation...

Ma dernière rencontre de la journée a lieu avec deux hommes qui découpent un yak . ils m'expliquent qu'ils vont faire sécher cette viande pour la descendre et la vendre à Katmandou. Le soir est déjà tombé, et je prends encore quelques photos, un convoi d'ânes qui transportent des matelas multicolores.

19

C'est la première étape où je n'ai pas photographié de népalais (es). Il faut dire qu'on commence à être à une altitude élevée et nous n'avons traversé aucun village. Par contre les paysages de montagne sont magnifiques. La température est assez basse et toutes les rivières que nous traversons sont partiellement gelées. Nous arrivons assez tôt à Dharamsala qui sera notre lodge le plus haut (4460m). Enfin quand je dis lodge, il s'agit plutôt d'une longue baraque aux pierres disjointes, et je crois que j'aurais préféré dormir sous une tente. Mais nous devons nous lever à 4h30 le lendemain pour éviter un gros vent au col, la nuit sera donc courte.

Près du refuge, nous avons pu admirer tout un troupeau de chamois (ou bouquetins?) qui venaient chercher un peu de nourriture. Assez difficiles à approcher tout de même...

20

Enfin voici l'étape tant attendue et un peu redoutée: le col du Larke Pass à 5106m.

Nous nous sommes levés à 4h pour un départ à 4h30 afin d'éviter le vent en altitude qui se lève vers 11h.

Marche sympathique à la frontale, le jour se lève doucement, nous dévoilant les sommets environnants. Nous entrons dans le domaine du minéral où seules subsistent la roche et la glace. Le col arrive assez vite et coup de chance, il n'y a aucun vent. Nous restons un bon moment pour faire des photos puis il faut se remettre en route car la descente est très longue et difficile au début. Nous découvrons face à nous un magnifique cirque montagneux avec d’innombrables sommets qui culminent à plus de 6000 m . Nous sommes tout proche de la frontière avec le Tibet et la Chine. Nous nous arrêtons pour déjeuner en plein milieu de la descente dans un petit restau sous tente en plein milieu de nulle part. Il y a même des matelas pour s'allonger. Nous reprenons ensuite la descente en longeant la moraine d’un glacier jusqu’au village de Bhimtang (3680 m) . Il se situe sur un grand plateau parcouru par une rivière qui dessine de jolis méandres. Le lodge composé de petites cabanes est très chouette, et il a même un fourneau dans la salle à manger!

Nous sommes contents d'apprendre que nous resterons deux jours dans ce bel endroit.

21

Aujourd'hui nous restons un jour de plus dans le super lodge de Bimtang. Nous allons en profiter pour faire une excursion au lac au dessus du village. 4 h de marche en faisant le tour du lac. En attendant le départ, je fais encore quelques photos du ruisseau qui serpente devant le lodge et qui le matin est partiellement gelé.

La montée est assez raide, mais nous arrivons rapidement sur la moraine avec une ruisseau glacé. La vue sur les sommets environnants est superbe. Enfin nous apercevons le lac est nous allons pique-niquer tout au bout. Puis nous revenons par l'autre versant. Il y a de très beaux contrastes entre le vert de l'eau, le bleu du ciel et les couleurs ocre de la terre qui bordent le lac. Je fais quelques photos de Prakash notre guide qui se révèle un très bon modèle !

22

Ce matin, nous quittons avec regret notre plateau de Bimtang. Nous savons, de plus, que nous retournons vers la civilisation. D'ailleurs nous allons emprunter un chemin fait au bulldozer par des chinois qui défigure complètement le paysage. Notre guide est triste, et se demande si les touristes ne vont pas déserter cet endroit. Les villages que nous rencontrons sont de plus en plus colorés, comme pour attirer l'oeil des voyageurs.

Certains , avec des chevaux "garés" devant des maisons de bois me font penser un peu au Farwest avec ses saloons... Heureusement, nous cheminons dans des paysages magnifiques, comme cette rivière à l'eau turquoise bordée de roches rouges. Puis nous traversons des forêts avec des arbres rouge feu, et arrivons pour midi dans un lodge magnifique.

En milieu d'après-midi, après un dernier pont suspendu, nous arrivons à Goa au lodge "The Paradise", une belle maison toute bleue entourée d'oeillets orange. Nous sommes sur un chemin commun au tour du Manaslu et des Annapurnas et cela se sent. D'ailleurs, nous ferons l'étape de demain en 4X4 car maintenant le sentier fait place à une piste carrossable.

23

Ce matin, départ pour une étape très éprouvante:

4 heures de 4X4 sur une piste très défoncée et 4 h dans un minibus sur une route goudronnée, mais encore plus dangereuse!

J'ai passé les 4h dans la plate forme arrière du 4X4, debout avec les porteurs, en me tenant comme je pouvais, mais au moins mon dos n'était pas trop maltraité et je voyais le paysage. Autant vous dire que les belles photos de montagne ou de petits villages, c'est terminé... La piste du matin descend tout le long d'une vallée assez monotone, ensuite on nous a déposés à la gare routière (un terrain vague) puis, la route jusqu'à Katmandou traverse de nombreuses localités et la circulation est très difficile. Pas mal de frayeurs quand on double sans visibilité à coups de klaxon. J'ai cependant essayé de faire des photos car certaines scènes sont pittoresques et pas touristiques. Cela fera l'objet de l'étape 24 de demain.

Quelques remarques sur les photos

Le passage sur le pont suspendu devait être très impressionnant, mais nous n'avons pas eu le temps de le tester...

Le gars dans la guérite est chargé de faire payer le passage aux véhicules qui empruntent la piste, les deux garçons sont les jeunes porteurs qui étaient debout avec moi dans le 4X4 et à la station d'autobus, les gens sont en train d'égorger une chèvre.

24

Les 4X4 nous ont emmené à la gare routière de Bhulbhule, puis de là nous avons rejoint Katmandou en minibus.

Il faut compter 6 heures de route, car surtout à l'approche de la capitale, la circulation est difficile. C'est un axe important et tout le long, nous traversons des localités dont la principale activité parait être le commerce avec tous les usagers de la route. C'est vraiment le Népal profond où peu de touristes doivent s'arrêter, sauf pour boire un coup ou acheter quelques fruits. Nous avons déjeuné dans un genre de relais routier et avons mangé pour 3€.

J'ai pris presque toutes les photos depuis la vitre du bus, et parfois la qualité en pâtit. Pour les spécialistes, ayant peu de lumière, et étant obligé d'avoir une vitesse élevée, j'ai dû monter la sensibilité autour de 6400 asas. Merci aux appareils numériques qui permettent cela!

25

Il nous restait une journée de libre à Katmandu. Nous avons donc loué un taxi pour la journée et le matin nous sommes allés visiter Bhaktapur. Juste avant de partir, j'ai fait quelques photos de la ville au petit matin. Située à 13 km à l’est de Kathmandu, Bhaktapur a de jolies rues pavées de briques et un gros effort est fait pour garder les lieux propres. Les traces architecturales et artistiques de cette ancienne cité newar sont conservées tout comme son caractère médiéval. Bhaktapur est l’une des trois anciennes capitales royales de la vallée du XIVe siècle. Mais après le tremblement de terre, beaucoup d'édifices sont abimés et nous avons pu constater que des équipes d'ouvriers et ouvrières sont entrain de travailler à la reconstruction. Nous avons visité aussi le quartier des potiers puis nous sommes allés manger dans la partie basse de la ville. Nous avons pu assister au défilé du mariage d'un notable du coin.