Carnet de voyage

Rétrospective: les deux extrêmes de l'Europe

22 étapes
47 commentaires
20 abonnés
Dernière étape postée il y a 21 heures
Le coronavirus nous confine à Lagos dans le sud Portugal. En attendant de pouvoir continuer notre cyclo-voyage; voici une rétrospective de notre voyage "Aux deux extrêmes de l'Europe".
Mars 2020
7 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 23 mars 2020

Nous voici confiné pour un temps incertain, que ce soit pour ceux qui nous on découvert en cours de route ou pour ceux qui nous suivent depuis le début, voici une rétrospective de notre voyage avec ce qui a été pour nous des moments forts.

Avant d'aller plus loin une question à laquelle nous répondons:

-Comment en sommes nous arrivés a effectuer un voyage aussi long?

Ce n'est pas une lubie, on se lève pas le matin en disant "on fait un tour d'Europe en vélo !!!🤔

Il était une fois, dans une forêt Vosgienne une ferme isolée où vivait un couple atypique amoureux, amoureux de la nature, de leur travail, de la vie. 🤩

Nous sommes éleveurs dans une ferme au fond d'une vallée proche de mon Alsace natale. Nous aimons le vélo, le temps nous manque pour faire de grandes virées, mais cela nous tente beaucoup.

Départ pour la Grèce  

Coup du sort, il m'arrive un grave accident de tracteur chute dans un ravin, deux tonneaux. Je passe à deux doigts de la mort voir de la paralysie.

Quatres jours en soin intensif, un corset pour six mois car une vertèbre à bien morflée, sans compter les côtes, l'épaule et un scalp qui imposera 22 points de sutures.

En supliant le chirurgien et avec de la conviction, je sors de l'hôpital au bout d'une semaine. Pas très vaillant, l'essentiel c'est d'avoir retrouvé la liberté, pour moi l'hôpital c'est un peu une prison même si le personel est super sympa.

Il n'est pas question de travailler et cela donne le temps de revenir à l'essentiel. Qu'est ce que je veux faire de ma vie? Discussions, réflexions, et nous décidons d'un commun accord que nous allons lever le pied, nous libéré du temps pour nous évader.

Deux ans plus tard notre organisation nous permet un premier voyage d'un mois et demi. Le Rhin jusqu'à son estuaire, Amsterdam, la nord See, on retrouve en Allemagne l'estuaire de la Wesere, puis la Fulda, la Sinn deux cols et on arrive sur le Main pour retrouver le Rhin et rentrer. Cette première expérience nous à exciter et déjà nous pensons à repartir.

Nous trouvons une stagiaire à qui confier la ferme pendant 5 mois. Et l'année suivante 2017 nous partons pour les massifs Français. Traversée des Vosges, du Jura, des grandes Alpes: cinq cols à plus de 2000 mètres dont l' Iseran, Le Galibier, l'Izoard. Puis la traversé des Pyrénées et tous les plus beaux cols dont celui qui reste gravé dans mon coeur le Tourmalet.

Le mauvais temps nous empêchera de conclure avec le Massif Central et nous rentrerons après quatre mois et demi de voyages.

Le doigt est mis dans l'engrenage, le virus ( pas le corona!) est attrapé. On ressent le besoin de partir plus d'une année pour voir ce que cela fait physiquement, psychologiquement.

Partir, tout vendre, nous avons vécu 4 mois et demi avec 4 sacoches chacun et quand nous sommes rentrés, la sensation que tout est superflu.

Dernier tour de clef , la porte de la ferme se referme sur des moments de peine, de joie! Un grand tournant! 

2018 le grand tournant nous vendons TOUT, bêtes, ferme, terres, meubles, on donne beaucoup aussi tel que livres, vêtements... Nous gardons nos vélos, nos sacoches, notre tente, et achetons un fourgon aménagé ce sera notre pied à terre.

L'hiver 2018/19 parti avec notre fourgon en Grèce nous nous concentrons sur notre voyage à vélo.

J'ai un vieux rêve depuis 30 ans le Cap Nord. Il sera notre premier objectif. Nous voulons partir plus d'un an, donc passer un hiver, de préférence dans un lieu tempéré choix de l'Espagne et de Tarifa l'extreme sud de l'Europe continentale.

Une fois à Tarifa il ne reste plus qu'à remonter et il est évident pour nous que cela se fera par le Portugal. Nous ne pensions pas y rester confiné, mais ce n'est pas ce qu'il y a de plus déplaisant 😊.

Nous fixons notre date de départ au 10 mai avec comme objectif d'atteindre le cap Nord avant le 14 juillet. Après une fête avec les enfants et les copains voilà le jour du départ. Quand nous repensons à ces moments et notre départ, c'est très amusant.

Nous étions heureux de partir mais quand même avec une inquiétude, allions nous tenir physiquement? Comment allions nous vivre le fait de devenir des nomades? La Suède, la Norvège pays attrayant mais aussi inquiétant de part le climat, la culture...On s'en fait de belles images d'Epinal mais comment est-ce réellement ??

Aujourd'hui nous nous moquons même un peu de nous car ces pays particulierement la Suède nous ont ravis, quand à notre vie nous ne l'échangerions pour rien au monde.

Ce 10 mai au matin, il fait gris, froid, il pleut.

Nous connaissons bien la route qui mène à Strasbourg, très circulante , étroite avec de nombreux poids lourds. Nous décidons de prendre le train; sur nos vélos pour rejoindre la gare un coup de klaxon et un salut qui nous réchauffe le coeur c'est Rachel qui va au boulot.

Nous descendons du train à Molsheim très belle petite ville Alsacienne et allons boire un café chez Brigitte avons nous tellement de mal à partir??

Jusqu'à Strasbourg une belle piste cyclable le long du canal de la Bruche. Celui-ci servi pour amener les pierres de grès du pied des Vosges au centre de la ville pour construire les fortifications Vauban.

Strasbourg, ville de coeur où un passant nous prends en photo devant ce qui est un peu l'emblème de l'Alsace, la cathédrale.

Par temps claire on distingue sa flèche à 40 km a la ronde. Nous passons le pont qui enjambe le Rhin et qui crée cette grande Eurometropole Strasbourg/ Kehl que c'est beau cette amitié Franco/Allemande n'est ce pas le socle de la paix!!.

L' Allemagne premier pays de notre voyage, pays que nous connaissons bien et où il est vraiment agréable de faire du vélo. Belles infrastructures

bien balisées, quand les pistes cyclables sont en travaux, une "Umleitung" (déviation) est mise en place avec une bonne signalisation specifique vélo . Quand aux automobilistes, camions... très grand respect du cycliste.

De plus quand on est chargé comme nous, nous avons droit de toute part au" Morgen."

Les pistes cyclables s'éloignent souvent des grands axes, traversent la campagne et ne sont plus asphaltés.

Nos souvenirs nous imposent de vous montrer la seule fois où l'une de ces pistes, pavée en côte nous a imposer de mettre pied a terre et pousser.

Notre objectif était de rejoindre au plus vite Berlin, avec une très grande envie de découvrir cette ville. Nous roulons exalté dans cette nature printanière ou la jeune verdure des arbres, les parfums du printemps et le champs joyeux des oiseaux nous confirme que notre choix est le bon.

Quelle surprise ce pollen recouvrant, piste ainsi que le petit canal longeant cette dernière. La nature quand on l'aime, quand on sait l'observer c'est une multitude de surprises. Le lièvre qui se cache mais ses grandes oreilles le trahissent, le chevreuil qui se sauve en nous montrant sa petite queue blanche...

Tout le long de notre séjour en Allemagne le coucou nous saluera chaque matin .

L'Allemagne ne nous dépayse pas vraiment, nous avons la même culture et nous la connaissons bien et aimons ces "Biergarten" souvent installés dans des lieux qui invitent à se pauser.

Ou encore les bratwurcht qui nous rapellent que nous avons un creux à l'estomac!!

La sieste est importante pour le cyclo voyageur, elle peut se faire par terre

mais nous préférons ces belles chaises longues offertent au passant

Nous ne connaissons pas encore le dépaysement car dans cette première partie de notre voyage, on replonge dans notre cyclorando d'il y a trois ans. Nous retrouvons avec beaucoup de plaisirs des lieux où nous étions passés. Comme Karlsruhe qui n'a pas changé, je pense que ce doit être l'une des seules villes d'Allemagne où il y a peu de pistes cyclables et encore moins de panneaux directionnels. Enfin après un détour qui nous permis de voir le château nous sortons de la ville et abordons une immense forêt avec des arbres imposant, pour le cycliste de belles lignes droite.

Le Main fleuve bordé d'imposants châteaux coule paisiblement vers le Rhin.

La Fulda et son passage spécial pour piéton et vélo.!!

Une nacelle pour traverser, on pédale avec les bras!!! 

Les rivieres Fulda et Wesere sont aussi le fief des compte de Grimm que tout le monde connait. Avec de nombreuses statues représentant leurs comtes dans differentes villes et villages, il y a là de quoi faire une belle balade culturelle en vélo avec des enfants.

La plus connue à Brême, avec ces musiciens. Pour nous la plus belle, le joueur de flûte à Hammeln qui est animé. Les plus originales à Munchenhausen.

En mai fait ce qu'il te plait !!! Le printemps frappe à la porte mais l'hiver n'est pas décidé de lui laisser la place. Nous sommes fort aise d'avoir nos équipements chaud que nous pensions utiles au delà du cercle polaire.

Ce matin 10° et vent du nord de face. Le soir le long de la Fulda un feu pour rechauffer notre bivouac.

Ces premiers dix jours furent les plus froid. Un matin la tente recouverte de glace et 2,6°c à l'intérieur.

L'étape la plus difficile que nous ayons eu,fut en Allemagne, le matin pluie fine et froid. Nous ferons une pause à Goetingen devant la Giesel.

Nous étions déjà passé dans cette ville très belle, très culturelle et paisible. Mais cette fois ci nous y prendrons un repas bien chaud et reconstituant

pour continuer l'après midi, une pluie battante, un vent froid sur une piste cyclable longeant une route à forte circulation dont le vacarme des voitures fatigue. Nous persévérons car nous savons qu'en Allemagne le long des pistes cyclables a un moment il y a toujours une cabane. Ouf la voilà!

Nous montons même la tente dans la cabane. Le temps ne s'arrange pas et nous sommes heureux de croiser une autre soirée, la soeur de la première avec une plus belle architecture.

Les Allemand sont les specialistes de statues humoristiques nous en croisons de nombreuses et si nous avons le temps nous finissons par les rechercher, mais celle-ci fait tordre de rire autant les acteurs que les spectateurs.

Nous passons un autre grand fleuve Allemand l'Elbe, lui aussi est dans le tiroir de nos projets, un beau circuit Danube, Elbe, Rhin avec des étapes de liaisons.

L'ambiance n'est plus la même , les gens sont plus froid, les pistes cyclables moins entretenus et souvent des routes très larges aux pavés disjoints qui nous font souffrir ainsi que nos vélos.

Nous sommes dans l'ancienne Allemagne de l'est, dommage que nous sentions la différence comme cela. Réunification où en es tu??

Une belle piste un peu caillouteuse avec une descente, je me laisse prendre au jeu de la vitesse et du slalom entre ornières et cailloux mais les pneux n'aiment ce petit jeu. Crevaison!

On utilise la bombe anti crevaison et repartons. L'efficacité est limité car le lendemain il faut se résoudre à une vraie réparation.

Nous changerons rapidement ce pneu contre ce qui existe de plus efficaces sur le marché les Schwalbe Marathon. Nous connaitrons encore une crevaison au Danemark et l'explosion du pneu de Laetitia en Espagne. Pour 16 000km c'est pas mal.

La ville de Wittenberg, nous a non seulement marquée car ici il y a l'emprunte de Martin Luther qui s'y réfugia mais sur la place du marché il y à cette immense mapemonde qui nous indique tout le chemin que nous avons à parcourir.

Je pense que nous étions impressionné et ressentions beaucoup de fierté en regardant ce que nous avions prévu de faire, fierté qui va grandissante. Potsdam et Berlin nous y arriverons demain

2
2
Publié le 26 mars 2020

Avant Berlin nous arrivons à Potsdam.

Nous sommes étonnés par la richesse architecturale de cette ville, nous découvrons le château Sanssouci résidence d'été du roi de Prusse entouré d'un impressionant parc

aux multiples statues et jet d'eau.

Ce qui nous aura le plus surpris c'est le pavillon Chinois construit en 1755, à l'époque c'était la mode de s'intéresser à la Chine dans les cours Européennes.

Berlin nous y sommes!

12 jours de vélo et 1115 km.

Berlin ville qui a fait tant parler d'elle. Notre imaginaire a en mémoire les photos vues dans les journaux, les images des télévisions et tout ce que nous avons pu entendre de droite et de gauche ( temps au sens propore que figuré). Le mur qui sépara des familles, divisa un peuple.

Ces Allemands souhaitant retrouver la liberté, qui parfois réussissaient et d'autres payaient cet espoir de leur vie. Nous avons tous suivi l'éffondrement du mur se demandant si ce n'était pas surréaliste.

Nous arrivons dans cette ville avec toutes ces idées préconçues.

Berlin c'est une ville inattendue. De nombreuses villes nous ont touchées par leur richesse architecturale, mais que représente l'architecture du Bundestag ou de la porte de Brandebourg

a côté de ce que nous rencontrons. Berlin nous a touché dans les tripes!

Berlin nous a touché en plein coeur! Dès nos premiers pas, nous nous retrouvons sur le lieu de l'attentat du 9 décembre 2016, là les flammes de nombreuses bougies et les noms gravés sur les marches en mémoire de ces victimes, comme si il n'y en avait pas eu assez dans cette ville.


Cela, à deux pas du mémorial dédié à la paix et la réconciliation que sont les ruines d'une église, surnommé la dent creuse.

Ruine démontrant la violence de la dernière guerre et les bombardements de la libération qui anéantirent Berlin.

Nous voici devant tout un mur racontant l'histoire de l'Allemagne sous Hitler.

Comment les Allemands furent déportés dans les premiers camps, d'abord les malades mentaux puis les intellectuels que le nazisme fait passer pour malade, les gitans, les communistes et tous ceux qui ne se pliaient pas a l'idéologie fasciste. Comment la peur de la dénonciation a envahi se peuple. Le partage de ce pays par les grandes puissances

En rouge le mur! 

la construction du mur,

en definitive c'était 2 murs de 3,60 mètres de haut sur 155 km de long avec un nomansland surveillé par 302 miradors.

Les photos de ceux qui furent tué pour leur liberté,

le chek point Charly, l'un des 4 points de passage autorisé avec contrôles très strictes.

tout est là pour que l'on n'oublie pas l'horreur vécue par ces gens pendant près de 30 ans.

Ce mur fut décrié, dénoncé et voila que d'en le monde d'autres murs se reconstruisent !🤔 Moins décrié, deux poids deux mesures?

Ce mur où sur plus d'un kilomètre des artistes du monde entier sont venu dessiner,peindre, exprimer leur art pour démontrer qu'après les années noirs l'espoir est là, la vie reprend.

East side  gallery 

Tout au long des rues et des quartiers de nombreux mémoriaux rappelant la barbarie nazie.

Ici le labyrnthe de l'holocauste, une forêt de 2711 stèles.

Berlin est marqué par les temps sombres et n'oubli pas, invite le monde entier à ne pas oublier, mais Berlin c'est aussi une ville brillante qui se tourne vers l'avenir,

une ville de la culture avec 60 théâtres, 165 musées et 146 bibliothèques. Nous y avons côtoyé tout une jeunesse venant du monde entier pour étudier, une vie multiculturelle.

Des quartiers paisibles où les gens flanent et rient. Des marchés où l'on peut se restaurer et des troubadours jouent quelques morceaux de musique.

Beaucoup de verdure, 1/3 de la ville ce sont des parcs,

des lacs ou rivières.

Berlin c'est aussi la ville de la surprise avec ce véhicule qui fonctionne d'un autre temps.

Et surtout la grande spécialité la cury wurst.

Berlin ville de l'imaginaire qui a fait temps parler d'elle.

Berlin ville d'une jeunesse paisible, Berlin ville de l'émotion

Berlin ville du souvenir.

Berlin ville de la convivialité

Berlin ville du déchirement,

Berlin porteuse de paix

Berlin nous a marqué dans l'émotion.

Quelle émotion de marcher en ce lieux qui était le nomans land 
• • •

Culture

Nous avons avec nous 6 livres dont Sarah Marquise, Mike Horn, Jean-Louis Etienne.

Un peu des mentors, nous ne voulons pas du tout être des explorateurs et nous ne voulons pas du tout faire comme eux sauf qu'ils peuvent être des guides sur la réussite de nos rêves, sur les capacités insoupçonables du corps physique.

En ces temps de confinement Mike Horn a mis gracieusement l'une de ces conférences en ligne sur "youtube". Écoutez c'est interessant et plein d'humour avec un langage cru et sans ambage comme je l'aime!

3
3
Publié le 30 mars 2020

Pour visiter Berlin nous nous étions installé dans un camping excentré, bien tranquille

cela nous imposait de prendre le métro pour rejoindre le centre.

Nous n'avions pas encore le reflex RBNB qui est un peu plus onéreux mais apporte deux avantages:

- un peu de confort,

- avoir un logement dans le centre permet de découvrir l'atmosphère nocturne de la ville .

Avant de quitter la capitale Allemande nous avons régler quelques problèmes mécaniques comme changer la béquille du vélo de Laetitia.

Ha! Les béquilles un réel souci pour nous, vous me direz si nous n'avons que cela comme souci, ça ira!😊

Depuis notre départ sur les deux vélos nous en sommes à l'achat de quatre béquilles. Notre problème les béquilles existantes ne sont pas assez solides pour le poids des vélos. Alors Laetitia pleine d'imagination a trouvé la solution!🤗

Quand à la mienne je la ménage car elle se fatigue.

La sortie de Berlin en vélo fut un régal, on traverse de grandes forêts. On longe des lacs, nous ne traverserons qu'une petite ville de banlieue.

L'Allemagne le rêve pour les cyclistes, le long des "radweg" régulièrement des panneaux directionnels.

Copenhague notre prochaine escale en attendant nous allons rejoindre Rostock en trois jours. Le vent du nord que nous prenons en pleine face, nous accompagnera jusqu'au cap-Nord. L'eau mouvementé de ce lac montre sa force,

il aura la bonté de nous laisser tranquille une journée par ci, par là.

La radweg qui nous mène a Rostock est très diversifié, paisible le long d'un canal,

puis des pavés pour nous taquinner,

en terre pour profiter de la campagne

et même une passerelle en bois pour traverser une zone humide.

Énormément de chaises pour chasseur, conseil ne faites pas comme nous n'installez pas votre bivouac à proximité.

Pourquoi ? Tout simplement nous étions déjà prêt à tomber dans les bras de Morphée quand un chasseur mécontent vient rouspeter car nous l'empechions de chasser à l'affut. On s'excuse lui propose de partir et il a du réaliser que cela allait prendre du temps c'est lui qui nous dit

- non, c'est moi qui m'en vais!

Comme quoi avec la gentillesse, une voie souriante il n'y a pas de problème, même en Allemand. Merci Laetitia!

La radweg nous fait croisé des points infos touristiques non seulement particulier, humoristique et bien joli.

Une forêt avec des animations et Laetitia en profite pour nous faire un concert...

Des réservoirs d'eaux bien incorporé dans l'environement.

Avant de quitter l'Allemagne, le temps frais nous impose un fruhstuck au chaud et nous ne nous faisons guère prier surtout qu'il nous faudra attendre 3 mois pour retrouver cette particularite culinaire Germanique.

Un soir depuis notre bivouac nous avons eu la visite de monsieur lièvre

et madame cigogne.

Nous attendons un signe de la nature nous indiquant une amélioration de la météo et surtout une hausse des températures, le voici les grues remontent vers le nord😊

Pour l'instant le casse croute du soir sera accompagné d'un coup de rouge pour nous réchauffer de plus celui là était pour nous....

même si nous n'avons pas de tandem, on va pas pinailler quand même.😅

Voici Rostock, c'est l'anniversaire de Laetitia le repas de midi sera amélioré. 😋. Pas sur qu'il y ait un🎂 mais réalisé son rêve de passer en ferry

de l'Allemagne au Danemark pour cette journée c'est bien mieux.👍

Nous sommes à l'heure pour le ferry, les vélos sont arrimer, ils vont en passer du temps en ferry mais ne le savent pas encore!!

aurevoir l'Allemagne,

bonjour le Danemark!!


Dès la descente du ferry notre route est bien indiqué.

Avant le Nordkap nous allons déjà visiter Copenhague.

4

On vous envoie cette étape, sur nos écrans les photos n'apparaissent plus nous avons juste un carré ou rectangle de couleurs.

Nous avons prévenu my atlas.

Nous esperons que chez vous vous pourrez voir les photos si problème vous nous le dites.

Belle lecture!👨‍💻👩‍💻




Premiers pas ou plutôt tour de roues dans les pays Scandinaves.

J'ai la sensation que notre voyage commence enfin, le dépaysement est plus grand.

L'Allemagne nous connaissons, nous connaissons le fonctionnement et la culture. Nous apprécions leur amour du vélo et l'organisation des pistes cyclables. Nous aimons les biergarten et les frühstück.😋

Le Danemark nous découvrons; d'après les statistiques c'est le pays où l'on est le plus heureux au monde.

Ce n'est pas rien!!!😚😁

Leur bonjour nous surprend ils expriment un " Hei" qui pourrait faire penser à des temps plus sombre, merci est plus amusant "Tak".

Les impressions de nos premiers kilomètres, balisage bien fait mais automobilistes pas du tout prévenant envers les cyclistes.

Nous longeons la mer et c'est très agréable,

nous traversons villages et grandes cultures. Impressionant nous passons un pont de 9 km qui surplombe un bras de mer.

Le camping sauvage est normalement interdit au Danemark, par contre l'ont peut croiser soit des aires naturelles gratuite avec des haies, tables, bancs, eau et toilettes.

Ou des schelters que nous découvrirons a notre retour.

Le temps que nous allons passé au Danemark est court deux jours pour arriver aux portes de Copenhague. Visite de Copenhague une journée et un jour pour rejoindre le ferry qui va nous amener en Suède.

Nous découvrons un peu de la gastronomie Danoise avec ce fromage fumé.

Mais tout au long de notre voyage nous serons nostalgique de nos fromages Français.🧀 Quel régal quand mes enfants nous amène à Bruxelles un munster.🤭

Nous allons nous installer dans un camping à 20 km de Copenhague l'accueil y est très chaleureux cela nous fait du bien car l 'on ne peut pas dire que le Danemark soit le pays du sourire.😊

Comme nous somme arrivés en fin de matinée au camping nous partons pour effectuer une première découverte de cette capitale. Classée capitale du vélo avec Amsterdam nous sommes très déçu, certes il y a un entrelacement de pistes cyclables mais peu de panneaux indicateurs.

Par contre les rampes au feu rouge sont sympa.

L'autoctonne se dirige sans problème il n'en est pas de même pour les deux touristes que nous sommes. Heureusement que les nouvelles technologies vont nous tirer de notre embarras. Nous apprecirons les nombreux immeubles futuristes que nous verrons de plus ou moins loin.

Le vent transporte les effluves de la mer, nous ne devrions plus être loin! Un attroupement, les appareils photos grésilles, c'est à ceux qui prendront la pause la plus originale mais il faut se frayer un passage pour enfin ne pas rater ce rendez vous.

La petite sirène!

Vu dans tant de livres, racontée par tant de personnes, c'est un événement intime que de se retrouver face à elle.

C'est l'attraction de Copenhague avec ses 1 mètre 25, elle est la fille la plus photographiée du Danemark.

Tout proche le quartier Nyboder construit en 1631, typique avec ces maisons jaunes.

C'est ici qu'était logé les hommes de la marine royale, tous un peu soudard c'est la raison pour laquelle ce quartier est éloigné du centre ville. Toujours habité par des marins beaucoup plus sage qu'il y a quelques siècles.

Deux pavillons sur les quais du port attirent notre attention, c'est pour la famille royale quand elle prend le bateau.

L'eau d'une fontaine joue avec le soleil et le dôme de l'église de marbre, qui comme son dome est toute ronde à l'intérieur.

Le soleil nous a abandonné pour la visite de la ville le lendemain.

Nous n'avons pas pu résister d'aller voir la relève de la garde, nous allons passer pour le commun des touristes mais dites vous que cela nous amuse beaucoup de voir les clowneries de ces soldats.

La ville est un peu austère avec son architecture de style flamand, certe le temps gris n'arrange pas les choses.

Les clochers sont par contre des œuvres d'art très surprenante. Cette flèche de 56 mètres de haut en forme de spirale où s'enroule les queues de quatre dragons

et celui-ci de style baroque une flèche avec un escalier en colimaçon externe au sommet un globe en or de 2,5 mètres surmonté d'un Christ de 3 mètres lui aussi en or.

Le quartier christiana, attraction touristique avec la petite sirène. Ancienne caserne, squatter depuis 1971 par des hippies, déclarée ville libre et remis sous les lois du Danemark depuis 2013.

Reste un squat très original que nous n'avons pas particulierement apprécier. Quand nous y étions l'ambiance était tendu avec la police qui tournait.

Copenhague est surnommé la petite Amsterdam car la mer pénètre dans certaines rues de la ville.

Chez les Danois les souvenirs sont imposant c'est vrai que nous avons à faire au puissant viking, impossible à mettre sur un vélo.🤣

Copenhague ne nous aura pas marqué et c'est avec plaisir que nous remontons sur nos vélos pour atteindre la terre Suédoise, nous croiserons en cours de route Kund Rasmussen explorateur polaire.

Si lui rêve du pôle nous somme heureux d'appercevoir la Suède .

Le ferry,

au revoir le Danemark que nous quittons à Helsingborg nous te retrouverons dans deux mois, nous resterons un peu plus longtemps.

Bonjour la Suède!

Comme nous arrivons en fin d'après midi nous n'avons pas le temps de visiter Helsinborg qui nous semble être une belle ville.

Notre objectif nous éloigner, pour trouver notre coin de bivouac. Nous longeons la côte et comme partout en Europe, villas, villages balnéaires pas facile ce premier bivouac.

Mais qui cherche trouve, nous trouvons un petit espace dans les dunes proche d'un lotissement. Tout est calme et la vue sur la mer sympa.

Comme nous sommes un peu en avance sur notre plan de route nous décidons de faire un crochet pour visiter Stockolm qu'on nous a venté. La Suède va être une très belle découverte pour nous, un vrai coup de coeur que je vais tenter de vous transmettre dans les prochaines étapes.

Pourtant nous n'arrivons pas avec les meilleurs dispositions; on nous avait parlé des Suédois comme des gens froids et distants et sur le pays c'était encore plus radical " pas beau, d'immenses lignes droites sans fin, pas de paysages, des forêts, des forêts et encore des forêts infestés de moustiques. La seule chose vrai ce sont les moustiques!

Venez découvrir ce pays avec nos yeux et notre coeur dans les prochaines étapes du carnet rétrospective

5
5
Publié le 7 avril 2020

Première nuit Suédoise, un souvenir d'enfance me revient.

Je crois que c'était avec le chocolat Cemois, dans chaque tablettes il y avait un drapeau en métal d'un pays Européen qu'il fallait accrocher à une carte. Les pays dont je rêvais etaient: Norvège, Finlande, Suède et Portugal. Pourquoi ces 4 pays? Allez savoir! 🤔

Je suis en Suède dans l'un de ces pays de mon cœur et il ne va pas me décevoir et je me retrouve confiné au Portugal 😊.

Nous voici parti sur les routes Suédoises, pistes cyclables bien flèchées.

Dans un premier temps on ne comprend pas bien ce qui se passe ou ce qui nous arrive, les " hej" bonjour en Suédois d'ailleurs souvent doublé " hej, hej" fusent à notre passage, les automobilistes très vigilants nous font salut avec un léger coup de klaxon admiratif, depuis les terasses des maisons où les jardins, les saluts résonnent avec des pouces levés.

C'est fabuleux! cette gentillesse, ces attentions provoquent chez nous de l'émotion qui peuvent laisser échapper des larmettes et qui réchauffe nos coeurs encore tout glacés du Danemark.

Ce qui nous arriva dès notre première pause casse croûte de midi reflète ce que nous avons vécu dans toute la Suède, et restera inoubliable. Comme d'habitude le repas fini nous faisons notre sieste. Pour cette dernière il ne nous faut pas grand confort, un banc chacun, même étroit cela fait bien l'affaire pour ces 10 minutes de récupération.

C'est exactement sur ce banc que nous étions !!! 

Nous voici allongés et assoupi quand une dame viens vers nous en parlant Anglais.😟 Sortie de notre torpeur il nous faut un peu de temps pour comprendre qu'elle était inquiète, se demandant si nous étions malade et si nous n'avions pas besoin d'aide. Après l'avoir remercier chaleureusement même si notre sieste est terminé nous rions de bon ceur de cette aventure et nous nous demandons bien si nous ne sommes pas aux pays des merveilles comme Alice!!😉

Nous repartons le baume au coeur certain que ce pays n'a pas fini de nous surprendre.

Nous allons parcourir 105 km dont près de 80% sur pistes cyclables au milieu de ces paysages bucoliques.

Ces lampadaires le long de notre piste en pleine forêt nous surprennent. Si les journées sont longues en ce mois de Juin, la nuit arrive vers 23 heures, il n'en est pas de même toute l'année et les voies cyclables sont éclairées même en pleine nature.

On ne parle pas tellement de la Suède pour leurs infrastructures cyclables et c'est bien dommage, nous pouvons dire toutes le villes ont un beau reseaux cyclables et avec une belle et bonne signalétique.

Comme nous ne craignons pas les côtes et le dénivelé nous voici ravi d'appercevoir un beau paysage vallonné.

Le vent, toujours le vent et bien sur de face mais il susure à nos oreilles de continuer, d'aller plus loin et de nous émerveiller toujours d'avantage. Émerveillé oui devant ces massifs de rodhodendrons qui deviennent des haies de couleurs vivent et qui vont jalonner notre chemin.

La nuit n'est pas prête d'arriver mais quand on croise un spot aussi sympa cela nous coupe l'envie de pédaler.

Le Suedois est quelqu'un de très sociable et fréquemment lors de nos arrêts, ils viennent à notre rencontre curieux de savoir d'où nous venons et où nous nous rendons.

Nous allons bientôt quittons la mer et l'itineraire "kattegattleden" (bien balisé ) et prenons direction nord /ouest pour rejoindre Stockholm.

Un chemin nous fait traverser une forêt de pins très sableuse on se croirait dans les Landes.

Une fois à l'interieur de terres moins de pistes cyclables mais les automobilistes sont bienveillants, le bandes sur le bas côté assez larges, avec une carte, le GPS et les panneaux directionnels au croisement, tout va bien. Notre route est variée et réjouissante, bordée de Lupins,

de prairies fauchées où l'herbe coupée émane une multiude de parfums, où des chevreuils, biches, daims nous guettent de loin.

Que nous nous sentons bien dans cet environnement, sur nos vélos, le lien à la nature est fort et vivant.

Nous changeons notre fonctionnement et mangeons ves 18h30 comme les Suédois, avec les longues soirées nous pouvons encore effectuer deux heures de vélo après le souper,

ce qui nous permet de faire des étapes de 130 à 140 km avec une moyenne de dénivelé de 800 mètres. On nous disait que la Suède était plate. 😏

Nous longeons le grand lac de Vättern,

2 ème lac du pays avec 1900 km2.

Nous nous retrouvons sur des terres d'élevage avec des roches qui affleurent le sol, nous nous croyons presque en Bretagne.

Nous voici à Mjolby un beau parc lieu idéal pour le repas de midi dans un décor relaxant.

L'Allemagne, le Danemark, le drapeau national flotte dans de nombreuses propriétés privés mais la Suède bas tous les records, le drapeaux non seulement claquent au vent dans chaque jardin

Mais ce sont aussi les panneaux routiers qui prennent les couleurs nationales, tel ces flèches annonçant un virage

ou encore celui-ci prévenant un rétrécissement de route.

Rêvons🙄 en France ces même panneaux en bleu, blanc, rouge!😂

Norrkoping panneau indicateur vélo remarquable

et panneau plein d'humour et réaliste car la route longeant une rivière les canards étaient nombreux.

Nous croiserons encore d'autres panneaux surprenant dans les pays Scandinaves.

Nou venons de passer de la côte ouest à la côte est, nous voici à la mer Baltique

et le relief s'accentue nous arrivons à dépasser les 1000 mètres de D+. Fréquemment des pierres gravées en bord de route attirent notre attention, ce sont des stèles funéraires de l'époque Viking.

Nous passons Nykoping, Stockholm se rapproche, reste 60 km que nous ferons demain. Au réveil à notre bivouac le soleil joue avec ce chêne majestueux , la puissance et la force de la nature en une photo.

Voici la température en cette journée de debut juin. Je vous promet que nous sommes en Suède😅. Franchement nous ne pensions pas avoir de telles températures dans ce pays , encore des idées préconçues!!!

Il nous faut emprunter un bac pour traverser un bras de mer,

Stockholm approche, la circulation s'intensifie le plus difficile c'est quand nous nous faisons doubler par un camion leur longueur de 26 mètres. Cela créé un déplacement d'air important même si ils sont vigilants cela reste impressionant.

Regardez bien, non nous ne sommes pas en forêt nous sommes dans le camping de Bredeng aux portes de Stockholm; incroyable!!!

Nous y serons bien et ferons de belles rencontres!!

La visite de la ville dans notre prochaine étape.😉

Publié le 10 avril 2020

Stockholm fut à la hauteur de nos attentes.

Ville paisible, ville riche en histoire, ville où s'allit architecture de la renaissance, flamande, fonctionaliste et futuriste. Ville de l'eau et des ponts.

Ville à l'avant garde pour la protection de l'environnement.

Ce pays avec sa capitale est novateur avec des objectifs ambitieux:

-moins de 5% de la population qui fume - zero mort sur les routes, le seul souci difficile à résoudre c'est l'inadvertance des conducteurs.

C'est un pays ou l'éducation est basé sur la COURTOISIE😊😊

Tout cela ce ressent à Stockholm.

Nous ressentons une ambiance paisible, presque reposante car tout en étant dans une capitale pas de klaxon à l'emporte pièce, on a l'impression que le flot de piétons, vélos et véhicules circule et s'écoule avec harmonie!!

Quand on arrive dans une ville la question que nous nous posons par quelle visite commence t-on?? Pour trouver la réponse

rien de tel que de découvrir la spécialité locale le " fika" pause café ( le Suedois est l'un des plus grand buveur de café au monde) accompagné d'un "kanelbullar" patisserie à la canelle. Nous nous adapterons très vite à cette tradition locale.

Stockholm ville construite sur 14 îles et possédant 57 ponts est surnommée petite Venise du nord. Quoi que?? Pour avoir été à Venise ce n'est guère comparable, mais n'est ce pas la nature humaine d'avoir ce besoin de ce fourvoyer dans la comparaison? Cela l'empêche de profiter pleinement du lieu où il se trouve!

Vivre l'instant présent, l'apprécier, le bonheur ce n'est pas autre chose.😊😉

Des visites guidées en bateaux sont proposées aux touristes. En règle générale nous évitons ce genre d'activité touristique bien cadré et là, bien nous en à pris, nous avons dérogé à nos idées.

Moralité: Il faut être capable de faire tout et son contraire. Ne pas être ligoté à une idée. Juste avoir ses valeurs!

Donc nous voici sur ce bateau qui va nous mener par des canaux de la mer Baltique au Lac Maaren plus haut d'un mètre que la mer. L'audio guide est très instructif et nous allons apprendre énormément de choses qui m'ont permis d'enrichir notre culture et en faire profité les lecteurs de notre carnet de voyage. Nous longeons des bâtiments dit d'architecture fonctionaliste,

tout est basé sur le pratique. Pas de recherche de style mais par exemple de grandes baies vitrées pour faire pénétrer la lumière.

Les Suédois sont fier de leur vodka Absolut qu'ils considèrent comme la meilleur grâce à un systeme de distilation différent, aujourd'hui propriété de Pernod-Ricard.


Toute cette verdure ce sont des jardins familiaux dès que les beaux jours arrivent la population aime à gratter la terre.

A Stockholm pas de camions poubelles, le tri s'effectue depuis chaque domicile via des tuyaux qui arrivent à cette usine de recyclage qui chauffera une partie de la ville

Premiere nation du recyclage et de la protection de l'environement. C'est le pays le plus propre dans lequel nous ayons voyagé.

Stockholm se veut aussi la capitale du design avec des enseignes comme Ikea ou H&B, nous y verrons de nombreux batiments aux lignes futuristes.

Pour la petite histoire, IKEA créé en 1943, l'idée que les habitants puissent emprunter les transports en commun avec une armoire, un lit,.. en kit.

A Stockholm les transports en commun ce peut être le métro, le bus et la particularité le bateau bus!!

La mairie quand à elle se répère de loin avec sa tour de 106 mètres.

Au coeur de Stockholm une coline qui est aménagé pour le ski de descente.

Nous voici de retour sur la terre ferme et nous partons gravir la tour de la mairie construite avec 8 millions de briques.

Très belle vue d'ensemble de la ville

et l'on se rend compte de l'importance de la présence de la nature.

Stockholm, 1/3 d'habitations, 1/3 de verdure et 1/3 'eau.

Ha! les stations de métro de Stockholm! On pourrait y passer une journée, regretable avec ce soleil! De 1950 à l'an 2000 ce sont plus de 150 artistes qui ont fait de ces stations des oeuvres d'art.

Solna Centrum:

Station T Centralen:

Station Kungstradgarden:

Station Tekniska Hogskolan:

Station Stadiom:

Stockholm est lié fortement à un groupe disco qui fit fureur dans les années 70/80, impossible de pas faire un clin d'oeil humoristique à cette période.

Une premiere journée bien remplie. Le lendemain nous partons visiter la vieille ville, le quartier Gamlastan datant du 13ème siècle.

Son nom signifie "ville entre les ponts" et vient du fait qu'elle fut construite sur 3 îles. Nous déambulons dans de petites ruelles pavées avec toujours une présence de verdure.

La statue de St Georges terassant le dragon

rivalise avec une statue plus contemporaine

ou encore un guitariste portant une tour😂

Nous voici dans la ruelle la plus étroite 0,90 cm de large et décorée d'art de rue.

Pause " fika" la particularité on paye un café au même prix que chez nous et on se sert à volonté, il y a confiance et personne n'abuse!

Voici l'adresse du meilleur "kanelbullar"

Ou que l'on soit dans cette ville et dans tous le pays on ressent cette confiance et c'est surement l'une des raisons de cette atmosphère détendu un peu bonne enfant!!

Place riche en histoire car voici le musée du prix nobel

entouré d'immeubles bien colorés.

Direction le palais royal, au passage un clocher original.

Comme nous sommes dans des pays royaliste nous voici à nouveau pour observer une relève de la garde.

Beaucoup de monde, nous ne sommes pas au premières loges et heureusement, il fait très chaud nous avons un peu d'ombre car c'est très long, même un peu trop, 3/4 d'heures.

Le palais royal est bien entendu architecturellement un beau bâtiment mais surtout ce qui surprend c'est son immensité.

1430 pièces...toujours habité par la famille royale.

Difficile de ne pas faire un peu de gastronomie, dégustation de viande de rennes 😋.

Il va falloir retourner au camping un dernier regard sur cette ville en bateau bus.

Dans ce camping nous avons rencontré deux couples de français en camping car très sympa. Nous avons aussi discuté avec un francais qui voyage en vélo. Nous parlons de nos souci pour rechargé tout le materiel fontionant sur batterie. Il nous dit qu'il est très satisfait d'un panneau solaire.

Cette nuit orage et grosse pluie, nous constatons ce que nous craignions depuis quelques temps notre cabane à perdu de son étanchéité. Faut dire qu'elle à déjà de la bouteille.

Il faut nous résoudre à l'abandonner et acheter une nouvelle tente, mais nous ne pouvons par contre pas la jeter car nous avons effectué déjà tant de voyage ensemble. Elle nous avait bien protégé et résisté lors d'une tempête violente en mer du nord.

Derniers rayons de soleil dans notre cabane 😪

Nous demandons à Chantal et Denis des campincariste Normand si ils veulent bien prendre en charge notre cabane et dès leur retour en France la renvoyer à l'un de mes fils. Ils acceptent de bon coeur et non seulement sont devenus de fidèles lecteur du carnet de voyage, mais ce beau geste à créer une amitié et de temps à autres ils nous appellent pour prendre des nouvelles. Merci encore Chantal et Denis, on ne se connait pas beaucoup mais cela n'empeche pas une amitié.

Cela aide à prendre conscience que ce monde n'est pas aussi pourri que certain veulent nous faire le croire. Il se passe beaucoup de belles choses.😊😊

Nous quitteront Stockholm remplis de beaux moments, une nouvelle tente et un panneau solaire.

Et maintenant direction le cercle polaire!

Pas après pas, Berlin, Copenhague, Stockholm, cercle polaire nous approchons ...

7

Nous continuons notre route vers le nord celle-ci nous fait traverser Uppsala quatrième ville de Suède et plus ancienne ville du pays, les historiens date à l'an 980.

Mais surtout ici le vélo est roi et je me demande pourquoi mais nous on aime ce type de ville.😉 Regardez la richesse des panneaux indicateurs vélos

et voici un bel endroit où nous pouvons laisser les notres pendant la visite de la ville, ils ne se sentiront pas tout seul.

C'est un Français Pierre Etienne de Bonneuil qui à travailler en tant que tailleur de pierre à la construction de Notre dame de Paris, qui à participer a la construction de cette église. Petite ressemblance??

Nous repartons pour quelques kilomètres. En ce moment les longues journées, environ 2hoo/ 2h30 de nuit nous permettent de parcourir facilement plus de 120 km/jour, de visiter et de prendre le temps des pauses et de la sieste.

Avec ces efforts il faut quand même offrir du repos à notre corps. Nous nous trouvons un coin de bivouac au calme à la lisière d'une forêt et d'un terrain de golf. Nous avons été impressionné par le nombre de terrains de golf en Suède. C'est le sport national?

Chouette endroit pour inaugurer notre nouvelle cabane une MSR trois places.

Le lendemain le soleil nous accompagne pour découvrir qu'ici les petites routes sont des pistes, en règle générale bien roulantes.

Nous traversons de grands espaces très calmes , nous avons du croiser deux voitures sur 40 km, ici on respire, le lien à la nature est puissant et comme nous sommes silencieux avec nos vélos lièvres, chevreuils surpris de notre arrivée détallent à la dernière minute. Un régal, un palsir des yeux!!

A cela s'ajoute des routes bordées de fleurs majoritairement du muguet,

de ma vie je n'avais jamais vu autant de muguet et toujours les lupins et des petites fleurs d'airelles.

Je serais toujours en émerveillement devant une fleur, c'est d'une beauté avec une harmonie de couleurs, ciselée avec délicatesse, offrant à nos sens olfactifs des arômes d'une finesse....

La fleur sauvage c'est l'exemple de l'alliance parfaite et quoi de plus beau que d'offrir un bouquet de fleurs cueillis par ses soins!

De tout notre périple ce qui nous à le plus touché ce sont ces grands espaces où l'on est seul avec la nature sur de longues distances, nous en sommes nostalgique.

Même si l'Espagne nous à bien plus , sa culture, l'architecture, l'ambiance de ces grands espaces nous manque.

Nous voici au lac de Dalaven, un peu de temps pour contempler.

En Suède le pays est majoritairement Luthérien, les églises sont très sobres avec une architecture originale le clocher étant souvent éloigné de quelques mètres de l'église.

Nous voici à Gavle petite ville de bord de mer, en bord de route une pompe mise à disposition des cyclistes nous en profitons pour réviser le gonflage de nos pneux.

Un beau théâtre au centre ville ou un acteur joue en continue.

Pour cette nouvelle journée Suédoise le temps se gâte, vent fort de face, il ne fait pas chaud et ces longues lignes droites sont fatiguante. Remarquez le délimitage vélos, automobiles.

Nous arrivons à Soderham, voici un mois que nous sommes partis. A l'époque j'écrivais

" Réaliser un rêve cela donne un parfum envoûtant à la vie. Nous n'avons pas du tout conscience que nous avons encore 15 mois de vélos devant nous!"

Nous venons de passer les 11 mois de voyages, la Suède nous parait déjà très loin. Quelle richesse de découverte, quels plaisirs d'avoir atteind ce rêve le cap Nord, quelle émotion d'avoir été à la pointe de Tarifa.

Je confirme c'est envoutant, envoûtant de découvrir, envoûtant de partir le matin sans savoir où on dort le soir, envoutant d'être obligé d'ouvrir son esprit à d'autres cultures.

Envoutante la vie et l'on en tombe amoureux😍

Avons nous vraiment envie que cela se termine??

Enfin surement pas en queue de poisson à cause d'un virus😡🤬.

Ce matin petite bruine, nous levons le camp et partons, cette dernière se transforme vite en déluge. Un bus nous double en passant au même moment dans une mare d'eau sur la route, c'est comme si l'on nous avait lancé un seau d'eau en pleine figure. Ouf! Hudiksvall, une gallerie marchande bien chaude, un bar, un fika, ce ne sera pas le meilleur gustativement mais sûrement celui qui nous a fait le plus de bien psychologiquement. Une statue dans la rue ce moque bien de la météo qui annonce une accalmie jusqu'à 16 heures.

Nous nous ravitaillons, reprenons la route et trouvons un coin tranquille dans une forêt.

A peine la tente installée que la pluie s'est mise à tomber, une belle pluie, une bonne pluie comme dans les Vosges!! La météo n'annonce rien de bien sympa, pluie jusqu'en milieu d'après midi le lendemain. Nous allons prendre notre mal en patience.

Le lendemain vers 15 heures quand la pluie cesse nous décidons qu'il est ridicule de remballer du materiel mouillé pour faire quelques dizaines de kilomètres. Nous restons dans notre petite forêt qui nous a si bien accueillie. Nous avons de quoi nous occuper pendant ces longues journées.

Lectures d'aventuriers

qui se retrouvent dans des conditions bien pire que nous.

Jeu un triomino fabrication Laetitia,

la cuisine très bon pour le moral.

Nous admirons aussi la meute de moustiques qui attendent notre sortie pour se régaler, nous les taquinons un peu!!

Conseil pour les baroudeurs: des journées comme celle-ci il n'est pas évident de faire la vaiselle de la popote, nous avons une théière réservée pour faire chauffer l'eau. C'est rudement pratique.

La pluie pour nous c'est la pire des choses, nous ne nous ferons plus piéger! Google météo étant très fiable quand de la pluie sera annoncée nous irons en camping ce qui amène un peu plus de confort.

Dans la deuxième partie de notre voyage nous adopterons le refuge RBNB. Certain penserons que nous manquons de témérité , peut être!

Nous avons le temps, nous voulons profiter des endroits où nous passons. Profiter avec tous nos sens, nous imprégner. Quand il pleut on roule tête baissée et on profite de rien cela ne nous intéresse pas. Voilà ce que nous adopterons comme attitude dans la mesure du possible.

Je vous laisse avec un texte que j'avais écrit au sujet du vent qui nous accompagnait quotidiennement illustré par Laetitia.

"-Nous vivons avec le vent presque depuis notre départ et nous savons qu'il va nous accompagner tant que nous serons dans les pays Scandinave.Il est courant de dire que le vent est le pire ennemi du cycliste. Mais pourquoi un ennemi?

Le vent est parti integrante de la nature et nous ne sommes que des invités dans sa cour!

Que représentons nous sur nos vélos face à sa force, ces bourasques qui ne sont que des coups de gueules?

Si je veux me battre avec lui, appuyer plus fort sur mes pédales pour garder mon rythme, très vite c'est lui qui me vaincra, épuisé ne pouvant plus avancer, il me balayera alors comme un faitu de paille.Le vent doit devenir notre ami un compagnon de voyage car je peux pester, râler, m'ennerver je m'epuiserais psychologiquement et il aura gagné !

Il faut se faire adopter et se réjouir de sa présence qui chasse les nuages et nous évite des journées de pluie. Car avec le vent même froid je peux toujours profiter de la nature, des paysages voir m'arrêter pour prendre une photo. Je trouve toujours un endroit où je peux m'abriter pour casser la croute.

Mais quand les ténèbres lâchent leurs larmes voir des sanglots et que ceux ci viennent fouetter notre visage, que cette eau s'infiltre un peu partout même avec de bons équipements à ce moment la vie du cycliste devient pénible.

Le vent vient chanter à nos oreilles la vie de la terre, ou encore comme une complainte nous demande de faire réagir nos concitoyens pour plus de respect de cette dernière.

Le vent chaud caresse notre peau et le vent froid vient nous aguerir et nous prouver notre force.

Le vent de face est un bon entraînement physique de resistance pour mieux gravir par la suite les fjords!!! Quand la rafale nous prend il ne faut pas hésité à diminuer sa voilure comme dirait le marin , pour nous cela signifie mouliner accepter de ralentir pour mieux continuer quand la rafale sera passée.

Mais le vent est aussi un précieux allié lorsqu'il nous pousse et sans fatigue nous avalons les km avec gourmandise.

Alors le vent ennemi?? Non. Elément naturel avec qui nous devons vivre en paix pour gagner en force!!!!"

Il est encore plus rapide que le lièvre ou le chevreuil, alors Laetitia a illustré ce passage...et si vous avez du vent chez vous, donnez lui un message il nous le transmettra!"

Publié le 15 avril 2020

Un de nos lecteurs nous posait de nombreuses questions techniques. Plutôt que de lui répondre individuellement nous nous sommes dit que cela pouvait intéresser d'autres lecteurs.

Le partage est quelque chose d'essentiel, s'enrichir est nécessaire, nourir son cerveau se cultiver c'est primordiale mais le plus important c'est de partager ses acquis, ses connaissances et cela nous fait tous avancer dans la vie.

C'est l'une des raisons de ce carnet de voyage et merci à Pascal ( non pas moi) de nous avoir poser toutes ces questions qui nous permettent de partager nos experiences, mais attention ce sont les nôtres, n'hésitez pas soyez curieux faites les vôtres!!! 😉

Avant de rentrer dans le détail du matériel, une précision, nous ne faisons pas partie de cette nouvelle mode " tenter de voyager ultra léger", nous préférons un certain confort et le poids n'est pas une obnibulation pour nous, cela ne veut pas dire que nous faisons n'importe quoi.

Mais soyons honnêtes jusqu'au bout nous tirons une fierté personnel et un plaisir de ce chargement.

Nous faisons aussi du vélo de course, on monte un col avec nos vélos légers 🚴‍♂️ou nos vélos de baroudeurs bien chargés notre plaisir n'est pas le même!!!

Les vélos font 16kg, toutes les sacoches environ 25kg.

Concernant le matériel nous achetons des produits de marque qui auront non seulement une bonne solidité mais aussi de bonnes performances techniques.

C'est pour ces raisons que notre magasin référence en France est:

Le Vieux Campeurs🧙‍♂️🏕.. où les vendeurs ont de très bonnes connaissances techniques et toujours le bon conseil.

Et aussi des achats sur internet.

Je vais commencer par le plus important.

Le vélo

Notre objectif était d'avoir des vélos fiables et solides. Ne pas être obligés de faire des réparations a tout bout de champ. En voyage il y a des choses plus intéressantes à faire.

Suite à de nombreuses recherches sur internet nous en avons conclu que les vélos les plus fiables étaient le VSF. Après différents essais notre choix c'est porté sur le TX 400.

Voici 5 ans que nous les avons et ils ne doivent pas être loin de leur 30 000 km. Aucun problème, usure normal; frein, cassette, roulement, shifter. Notre seul souci la solidité des béquilles. Laetitia à changer sa selle

et a mis un guidon papillon

Moi j'ai changé les cornes d'origines pour des cornes de même marque mais plus longue.

Toujours agréable pour modifier sa position quand on fait plusieurs heures de vélo ou dans la montée d'un col.

Nous avons des pédales ordinaire. Au début nous avions pris des semies automatique, nous n'avons pas trouvé cela pratique en cyclotourisme. Pour nous, important élément de sécurité : le rétroviseur.

Là aussi bien choisir, assez grand et surtout qu'il ne vous fausse pas les distances!

Les pneux, des Schwalbe marathon, pas facile à monter mais increvables. Les deux seules crevaisons que nous avons eu c'est quand je n'avais pas des pneux de cette marque.

Les sacoches

Marque Ortlieb, sont avec nous depuis le début. Solides, résistantes et waterproof. Nous mettons quand même nos vêtements dans des sacs plastiques, deux raisons:

-Ils sont ranger par genre donc facile à retrouver

-dans le cas de gros problèmes de pluie cela assure une double sécurité, qui nous a deja été utile lors d'orage ou les vélos se sont renversé sous une bourrasque de vent dans une mare d'eau.

Nous avons un sac Ortlieb réservé pour ce que nous nommons notre cuisine.

En ce moment il est vide. Lui aussi à déjà bien vécu !

Nous y avons nos réserves alimentaires et tout ce qu'il faut pour cuisiner.

Nous avons un sac Ortlieb 22l pour protéger la tente et du petit materiel tel réserve de gaz.

Les sacoches guidon

Laetitia à une Vaude que j'ai abandonné fermeture trop compliquée.

J'ai une Ortlieb avec fermeture aimantée, je peux même l'ouvrir en roulant. Souci de l'Ortlieb le porte carte pas pratique c'est Laetitia qui là.

Que mettons nous dans les sacoches guidons: Tout ce qui est important papier, argent, portable, jumelles, lampe frontale( marque Française Petzl), de quoi écrire et un coupe vent Vaudé. Intéressant, arriver en haut d'une bonne montée, vous avez transpirer et hop le coupe vent sous la main pour aborder la descente. L'avantage aussi de la sacoche Ortlieb on peut la fermer à clef.

Les deux sacoches peuvent aussi se prendre en bandoulière.

Comment organisons nous nos sacoches?

- Il y a la salle de bain, avec les sous vêtements. Les vêtements de détente. Le soir quand nous nous posons nous aimons bien avoir des vêtements confortable et chaud que nous utiliserons que pour ce moment de détente voir si les nuits sont froides nous les gardons pour dormir.

- La chambre a coucher avec matelas et duvet.

- La pratique avec short, tee shirt

-"un dressing" des vêtements de rechange que l'on a pas besoin dans l'urgence et les vêtements de ville. Et oui nous avons des vêtements un peu plus beaux pour les jours où nous partons en visite. Laetitia à même une jupe...Féminité oblige.

Dans quel tenue pédalons nous? Chaussures: nous avons chacun une paire de Keen, savates a lanière. Très pratique tant pour le vélo quand il fait chaud ou pour se balader en ville. Chaussure confortable et solide.

Une paire de basket pour le mauvais temps et lorsque nous randonnons. Dans les Keen nous sommes pied nus, dans les baskets soit des socquettes de cycliste soit des socquettes chaude.

Laetitia a complètement abandonné les cuissards, moi j'en met de temps en temps mais plus parceque je les ai avec moi que par nécessité pour protéger le fessier. Nous roulons le plus souvent en short ou collant de running si le temps est plus frais.

Pour le torse des maillots techniques de runing sans manche ou avec manches ou maillots cycliste. Si plus frais maillot manche longue. Veste technique Gore, très bon coupe vent résiste aussi à une petite pluie.

Pour la pluie pantalon de pluie Vaude, moi j'ai une veste Berghaus

La capuche est faite pour garder le casque 

et Laetitia Norrona nous en sommes satisfait.

Nous préférons veste , pantalon que pancho cela donne plus de liberté.

Le casque:

Évité le bas de gamme qui est souvent lourd et peu aéré.

Les surchaussures:

Important: il fait froid cela vous évitera les pieds gelés et s'Il pleut vous évitez les pieds mouillés.

Nous conseillons marque Vaudé

Des gants

trouvez des gants waterproof et si comme moi vous êtes frileux des extrémités vous doublez avec des gants de soie. Pareil dans les vêtements du torse un maillot en mérinos pour absorber l'humidité très bien.

La veste, pantalon de pluie, le réchaud  et popote! 

Pour la cuisine:

Nous avons un réchaud déporté Primus, très pratique.

Ce qui est interessant chez Primus vous avez un socle en alu pour éviter de mettre le feu et un par-vent.

Nous avons racheté un deuxième pare vent plus haut on y gagne en efficacité et économie de gaz.

Le Gaz: une bouteille en service, normalement une deuxième bouteille et toujours une petite en réserve dans le cas ou les approvisionnement sont impossible. Et cela nous a déjà bien dépanné.

Nous avons une popote, une poêle,

une théière. Cette dernière vous l'avez vue dans l'étape précédente j'en expliquait la raison.

Conseil couvert prenez le en titan,il ne se casse pas

Déconseil les gadgets Quechua.

Important le couteau Suisse nous nous en servont fréquemment, la pince à épiler pour retirer une épine. La scie très utile pour couper des branchages gênant l'instalation du bivouac et bien sur le tire bouchon!!!

Les ciseaux aussi dépanne, ce n'est pas du gadget c'est Suisse !!!!

Une petite planche pour un minimum de cuisine émincer un oignon par exemple, couper du pain sert aussi de dessous de plat.

La tente:

Un élément important du confort et la sécurité. Nous avons fait le choix de la marque MSR.

Pour l'instant nous en sommes satisfait. Facile et rapide à monter. Ce qui est important c'est d'avoir des arceaux solide et une tente capable de résister à une tempête orageuse. Nous en avons vécue une la tente à très bien tenue.

Nous avons une trois place cela nous permet d'être à l'aise tous les deux avec toutes nos sacoches dans la tente. Facile de faire le repas dans l'abside par mauvais temps.

Prendre une tente au couleur discrète deux raisons ne pas être voyant et ne pas effrayer la faune. L'ideal le vert, nous avons du gris car il n'y avait pas d'autres choix, ça passe encore.

Matelas:

Le mieux que nous ayons trouvé marque Thermarest entre 6 et 7 cm d'épaisseur confort assuré, de plus ils sont garantis a vie.

Nous avons deja eu des hernis avec un matelas il nous a été échangé sans problème.

Duvet :

Après conseil, duvet synthétique zone de confort 0°. Moi j'ai un Millet dont je suis satisfait.

Oreiller : Laetitia à un petit oreiller gonflable moi je prend une veste.

On nous demandait le temps de montage et démontage.

Nous n'avons jamais réellement chronométré. Tout va dépendre de la météo si il fait beau on prendra notre temp. Si le temps est menaçant nous sommes bien organisé.

Montage de la tente ou nous sommes synchronisé et cela prendra maxi 5'. Celle-ci monté l'un de nous reste à l'interieur, celui qui est à l'exterieur passe les sacoches, cela va très vite.

Le gonflage des matelas et l'instalation se fait dans ce cas à l'intérieur avec bonne méthodologie pas de problème. Dans tous les pays Scandinave nous procédions de la sorte, avec fermeture rapide des portes après chaque passage de sacoches , il faut éviter a un maximum de moustiques de pénétrer à l'intérieur.

Dessin de Laetitia  

D'ailleur pour aller plus vite pour rentrer les sacoches nous mettions le double toit apres cette opération.

Avoir juste la moustiquaire un autre avantage si le temps est agréable on profite de l'extérieur, du soleil et on peut voir des animaux. Donc il est vrai que dans les pays nordique nous avions pris un rythme très rapide pour notre instalation. Mais montage et démontage est surtout une histoire d'entente entre nous deux.

Comment trouver son lieu de bivouac?

Je n'aurais pas de recette miracle. C'est une histoire d'habitude. Entre nos premières sorties et maintenant cela n'a plus rien à voir.

Par exemple aujourd'hui nous n'hésitons pas à nous installer dans des lieux où cela va être compliqué d'amener nos vélos. Nous y allons parcequ'il y a une belle vue ou c'est sympa et bien abrité des regards ou du vent.

- obligé de pousser le vélo à deux car pente très raide, ou

- obligé de déshabiller le vélo porter les sacoches puis les vélos.

Ce sont des choses qu'ils nous étaient impensable au début. On se rend compte que ce n'est pas compliqué. Certain diront c'est chiant.

" Ne sera chiant que ce que tu verras comme chiant".

Si nous trouvons un spot avec belle vue c'est ce que nous privilegierons. Cela est interessant si vous pouvez profiter de votre paysage, météo, durée du jour. Le matin on en profite pas car l'objectif est de partir.

En cas de vent se mettre le plus possible à l'abi car un double toit qui claque au vent toute la nuit même si il est bien tendu et arrimé ça empêche de dormir. Le sommeil est essentiel pour le forme et la bonne humeur!!😊😆

Nous avons un principe pour s'arrêter, il faut que nous soyons tous les deux en accord, en harmonie sur le lieu. Tous les deux on ressent que cet endroit est bien. Alors on s'installe et cela se passe toujours bien!

Après il faut savoir s'adapter au pays. Suède, Finlande, Norvège ils ont une loi qui dit que la nature est à tout le monde. On peut s'installer ou on veut, deux règles :

Etre à plus de 150 mètres d'une habitation.

Laissé la nature dans le même état qu'on la trouvée. Dans ces pays c'est très simple.

Espagne, Portugal on se fera très discret. Toujours éloigné des habitations ou si ce n'est possible caché un minimum puisque dans ces pays c'est interdit. Les forces de l'ordre sont certainement plus vigilantes en été que la période où nous y étions, leur crainte ce sont les incendies.

En Suisse aussi soyez discret surtout Suisse Allemande.

Danemark ils ont des lieux prévues nommé " schetel" ou air naturel en dehors de ces lieux c'est interdit. Donc privilégié ces endroits mais avec discretion on se met où on veut.

En Allemagne et en France on s'installe de manière respectueuse un peu partout ( sauf propriété privé, verboten!) certainement plus discret en France qu'en Allemagne.

En Allemagne il nous arrive fréquemment de nous installer tout simplement le long de la piste cyclable. Inconvénient! Si le temps est au beau les Allemands comme les Hollandais se déplacent en vélo aussi la nuit. Ils vous laisseront tranquille mais parfois sont bruyants.

Les Allemands avant le lever du jour promenent leur chien, font un footing ou du roolers. Quand je dis discrétion, cela signifie vous monter pas la tente à 18 hoo si il fait nuit à 22h00 et si le jour se lève à 6h00 à 10h00 vous n'êtes pas encore sous votre tente!

Il serait plus juste de parler de bivouac sauvage que de camping. Car on ne reste qu'une nuit et dans ce mode de vie on se couche avec le soleil et on se lève avec le soleil, ou dans des horaires proches, sauf météo très mauvaises.

A mon avis personne ne vous embêtera si il tombe des cordes et vous obligera à déménagé. Dites vous bien une chose, si vous êtes bien dans ce que vous faites, serein pas envahit de peur cela se passe bien.

Voir notre dernière anecdote avec le chasseur en Allemagne. Alors le bivouac sauvage compliqué ??

Non! Deux règles :

1) Du bon sens

2) Vous sentir en harmonie avec le lieu, serin, tranquille!

Si vous avez peur allez dans un camping.

Comment se déroule notre vie une fois trouvé le lieu:

En règle générale, dès notre arrêt nous nous lavons, mettons notre tenue détente, montons la tente, installons nos affaires, préparation du repas, lecture, discussion, écriture, my atlas et 😴.

La douche:

Pour nous laver entièrement il nous faut un litre et demi d'eau froide. Pour être totamement libre il faut dépassé les idées

-il me faut absolument une douche chaude,

-il faut absolument que je me lave. Selon la température, le vent ou la pluie la toilette peut être celle d'un chat. Et même cela peut durer quelques jours, on vie très bien, on en meurt pas. Encore mieux vous ne vous imaginez pas comme on se met a apprecier une douche chaude.🛀

A prendre conscience que c'est quelques choses d'extraordinaire, on se met aussi à être plus vigilant à la consommation d'eau car on prend conscience de son importance.🌧

Nous vivons en moyenne sans douche chaude 8 à 10 jours maximum. Après c'est les🤭

L'eau, élément important et nécessaire car c'est la vie. toujours penser à son approvisionnement. Nous avons chacun 4 bouteilles d'eau d'un litre et demi. Lieu de ravitaillements en eau dans tous les pays, les cimetières.

Au dela du cercle polaire, il n'y a plus d'eau dans les cimetières mais on en trouve dans toutes les stations services. Et au delà du cercle polaire, c'est comme en montagne on prend l'eau des lacs, des torrents. Il n'y à aucun risques.

En Espagne aussi vous trouvez de l'eau dans les stations services. Si vraiment on ne trouve rien on demande à une maison.

Les sanitaires:

Rien de tel que de déposer son trésor fumant dans la nature, le Graal effectuer se soulagement face au soleil levant.🌞

Nous cachons toujours ces éléments qui de toute façons doivent retourner à la nature soit sous des pierres, des branchages ou de l'herbe.

Je sais nous devons améliorer ce point en achetant une petite pelle pliante pour enterrer ce trésor. Pour l'instant celle que j'ai trouvé trop lourde et ambarassante.


📱📲Les portables!!☎️

Outils bien utiles pour moulte raisons, resté en contact avec la famille, les amis, pour la route, le GPS, pour la météo, pour le carnet de voyage....

Pour recharger les batteries de ces engins nous étions mal équipés au départ de chez nous. Un chargeur sur dynamo absolument pas fiable. Heureusement que la plus part des bars acceptent gentillement de charger nos appareils. Mais arrêtons nous sur ce point. Remarque t-on encore que ces professionnels font cela avec gentillesse ☺ou bien dans notre vie en serions nous arrivé à se dire " je paye mon café manquerait plus qu'il n'accepte pas de charger mon portable."😡 Les habitudes ne doivent pas nous aveugler 🙈 et nous rendre désagréable.🤬

A Stockholm nous avons acheté un panneau solaire qui à commencé a défaillir quand nous sommes arrivés en France.

A Lyon nous sommes allés aux Vieux Campeurs et avons racheté un panneau solaire qui nous satisfait pleinement. Il possède une batterie interne qui permet de charger 2 fois un portable.

A gauche les batteries de secours avec la grande nous chargeons 4x les portables

Nous avons aussi changé le chargeur sur dynamo, c'est efficace mais il faut rouler à plus de 15km/h . Donc cols, côtes mettent en difficulté la charge.

A côté de cela nous avons des batteries de secours avec ce système nous nous en sortons pas trop mal.

Assurances:

Cela a été une grosse question complexe pour nous. Comme nous n'avons plus de domicile nous n'avons plus d'assurance responsabilité civil. Inclus avec la carte bleue nous avons une assurance valable trois mois.

Et après???

Il faut prendre une assurance spécifique pour le voyage qui inclut du rapatriement et dont les tarifs sont élevés environ 450€ pour trois mois. Mais c'est en fonction de l'age..

Nous l'avons pris une fois et n'avons pas renouvelé, car nous avions vraiment la sensation de nous faire arnaquer.

Concernant la protection maladie: la carte europeene d'assurance maladie et nous avons une mutuelle.


Le budget: 🤑

Avant de le détailler ; vous dire que nous aimons profiter de la vie, nous sommes toujours à la recherche de spécialités culinaires du pays où nous séjournons.

Nous dirons que certain, voyage avec des budgets beaucoup plus serré que nous.

Voici nos dépenses mensuelles en toute transparence:

-Alimentation et vin 772€, soit 25€ jours

- Transport, les traversés en bateaux, les ferrys et une fois un bus 83€ - Restaurant y compris café, bière, apéro et une glace parfois 356€ -Visite, musée, site historique...88€

-Camping et RBnB 309€ ( avant le confinement)

-Gaz 18€

-Entretien y compris rachat du materiel, ( tente, panneau solaire..) 185€

On peut effectivement économiser sur l'alimentation, faire une belle économie sur le budget restaurant et évité les RBnB quand on visite une ville ou période de tempête comme à Carthage ou Cadix.


Voilà je pense avoir fait un tour assez complet nous restons ouvert à toutes autres questions de votre part.

Encore un point:

Vous voulez partir??

Vivez votre voyage faite comme bon vous semble c'est cela qui est juste, tout ce qui est cité ci dessus c'est bien pour nous!

Nous avons déjà tellement entendu de choses du style " voyager c'est aller à la rencontre des autres ne pas faire cela ce n'est pas voyager, c'est être de passage" Chacun voyage comme il l'entend, comme ça lui convient.

C'est la seule règle. Le voyage pour nous c'est la LIBERTÉ , ce genre d'idées, c'est déjà restreindre la liberté de l'autre. Voyager c'est ouvrir son esprit!

Restez vous même !!!

Beau et bon voyage que ce soit une belle aventure!



Dernières infos:

En Allemagne vous avez de très bon magasin pour cyclo-voyageur dont des magasins Vaude ou pour tout sport de nature Unterwegs.

En Suède plus compliqué pour s'y rendre de nombreux magasins de sport et nature avec des produits de très grandes qualités au même prix que chez nous voir peut être un peu moins Naturkompaniet.

9
9
Publié le 17 avril 2020

Prononcé " Hey!!

Salut à toutes et tous, après les péripéties du vent ( ce dernier resteras avec nous) et de la pluie, nous étions bien content de reprendre nos vélos et dégourdir nos jambes.

Nous arrivons à Sundsvall, des dragons

tous plus particuliers les uns que les autres nous guettent à chaque coin de rue. On fini par faire une chasse au dragon...

Cette ville organise un festival du dragon.

La ville a une très belle architecture tel la mairie

et ce cadran solaire.

Un chien attend son maitre

alors qu'un ange passe!


Pendant ce temps un démon torture notre estomac, nous vous présentons quelques spécialités Suédoise dont on se régale:

Filmjölk, lait fermenté ressemblant à du yaourt mais qui n'est pas du yaourt 🤔

Fromage typique Suedois, pâte cuite parfumé

Kokosbollar boule de chocolat avec des céréales et noix de coco.

Kőttbullar boulettes de viande grande spécialité Suédoise.

Vodka Absolut la vrai et la meilleur.

Que c'est agréable ces longues journées Suédoise, même si ce jour en continue nous pause quelques soucis pour dormir, nous sommes obligé de mettre un bandana sur les yeux au moins pour s'endormir.

Cela nous donnait une sensation de grande liberté car ce n'est ni l'arrivée de la nuit ou le lever du jour qui nous dictait notre période de repos.

C'est nous et nous seul, selon l'écoute de notre corps qui décidions de l'arrêt et du départ.

Nous ne savons pas encore que d'ici un peu plus d'un mois le retour de la nuit va presque nous gêner.

Pour l'instant nous profitons des couleurs du ciel que cela nous offre.


Le lendemain, chaque virage nous fera découvrir un autre lac nous sommes comme des poissons dans l'eau dans ces paysages d'un calme...

Tout a coup ma commande des vitesses arrières casse. Réparation impossible, et la route n'est pas facile, très vallonnée.

Je vais jouer avec les plateaux avant et mes muscles, utiliser le terrain, m'élancer dans les descentes gagner en vitesse cela me facilitera la montée suivante. Courage la prochaine ville n'est qu'à 90 km! et nous aurons un bivouac avant d'y arriver.

Nous traversons le majestueux et imposant fleuve Angerman.

Nous nous deplaçons dans le plus beau tableau du plus grand peintre, une telle harmonie entre les couleurs des lacs, des rivières et des forêts comble nos sens!!!

Nous nous arrêtons pour regarder la carte, depuis un jardin des gens sifflent et appellent; serait-ce pour nous ??? Mais non et pourquoi?

Cela insiste nous nous retrournons et c'est bien nous que l'on invite dans ce jardin. Nous voici accueillis par une famille Libano-Suédoise, nous passerons agréablement la fin d'apres-midi à fumée la chicha, boire du café et manger une pastèque.

Super moment où nous verrons des photos de l'hiver - 25 , ils sont sur le lac gelé entrain de pêcher dans le trou percé dans la glace.🎣⛄

Merci pour ce moment inoubliable!

J'en profite pour précisé que la gentillesse, les marques de sympathies des Suédois sont toujours au beau fixe, c'est agréable de se sentir accueillit à ce point.

Malgré ce problème de changement de vitesse, ce soir nous comptabilisons 895 mètres de D+, bravo mes muscles!

Le lendemain, arrivée à Örnsköldsvik objectif réparation du vélo.

Sur indication et conseil d'un marchand de vélo qui ne peut réparer nous trouvons dans une zone commerciale un réparateur vélo qui interompra ce qu'il faisait pour nous dépanner rapidement.

Enfin pas de réparation possible il faut changer la pièce et heureusement, il l'a en stock.

Maintenant nous avons un shifter en réserve car si cela arrive sur des terrains plus montagneux il vaut mieux pouvoir réparer nous même.

Reparation terminée nous quittons la ville pour nous trouver un petit coin pour le repas, super une cabane qui va être la bienvenue car pendant que nous mangions l'orage qui menaçait éclate.


Nous repartons mais le ciel reste bien menaçant ,

les premieres gouttes d'eau arrivent, voici à notre portée un abri bus pour nous protéger .

Plus tard à nouveau une pluie orageuse alors que nous étions prêt à recevoir les foudres du ciel là sur notre droite, une cabane!!

Et apres la pluie le neau temps 


La vie n'est elle pas belle? Certains ont la chance!!! Nous disons merci à la vie pour ces cadeaux !!🎁

Mais quelle belle journée! Après 11 mois de voyages y-en a t'il eu des mauvaises???🤔

Au détour d'une forêt un couple de grues avec un petit.


Le soir, souper proche d'un lac il fait bon environ 17° mais pas au point de se baigner. Mais? Mais? Voilà une bande de gamins et que font-ils?

Ils piquent une tête dans l'eau fraîche du lac.

Nous comprenons pourquoi les Suédois résiste au coronavirus entre les bains froids et les saunas, leur système immunitaire sait comment se battre et résister!😤

Ce soir nous voulons encore profiter des rayons du soleil alors qu'il doit être 22 heures et ne montons pas de suite le double toit.


Le lendemain notre route se poursuit dans cette nature sauvage de forêts et de lacs, nous avalons les kilomètres dans le silence, très peu de voitures, au milieu de nulle part quelques maisons; mais peut il y avoir quelque chose de plus beau que le calme???

Ce calme nous envahit, c'est reposant il nous permet d'être en harmonie avec nous même!

Quand je pense à tous ces gens qui dans la nature randonnent ou courent avec des écouteurs et du bruit!!!

Le monde vit contre la vie!!!

Enfin un village où nous allons pouvoir nous substanter.

Ici chaque superette à une petite terrasse voir un espace à l'interieur pour casser la croute.

Nous reprenons notre route et ce que nous espérions, ce que nous attendions, guettions, arrive!!! Notre premier troupeau de rennes traverse devant nous, quelle émotion!!!🤗

Ha! Ces moustiques cela fini par nous gâcher les moment de repos, pour la sieste nous sommes obligé de monter la moustiquaire.

Tant que nous sommes dans un village, même sur la route pas une bestiolles on fait un pas dans la forêt ou simplement sur le bas côté ils arrivent et chargent.

Ils en arrivent à défigurer Laetitia

et les remèdes que nous avions avec nous ne les effrayent pas.

Dessin de Laetitia 

Va falloir trouver une solution!

Dernière étape avant Pitea où nous resterons pour participer au "Midsamar" fête de l'été mais avant cela nous longeons le site de "Marranasvaltam" un canyon de sable de 160 mètres sur 30 de profond.

Encore quelques belles lignes droites, très tranquilles,

pour passer le temps les Suedois nous gâte en parsemant le bord de route de leur humour.

Nous arrivons à Pitea, nous installons au camping, lessive et douches étant nécessaires.

Tranquille le camping,pas de tentes mais nombreuses caravanes et camping car 



• • •

Complément d'infos au sujet de notre matériel.

Nous avons deux petites sacoches qui se fixe sous la selle avec le matériel de réparation.

Nous avons aussi un petit sac à dos qui nous permet quand nous randonnons de mettre le ravitaillement et des vestes.

Nous avons régulièrement besoin de laisser nos vélos et de partir sur des sentiers surtout pour prendre de la hauteur et retrouver des lieux sans voitures, sans habitations des lieux très sauvages.

Nous avons un projet , ce serait de revenir en Suède pour randonner dans le massif montagneux qui sépare la Suède de la Norvège pour justement vivre encore plus intimement ces grands espaces.

10

Ce matin dans cette belle petite ville de Pitéa nous avons un objectif, une pharmacie!

Quand nous y entrons, la pharmacienne voyant Laetitia comprend de quoi nous avons besoin et nous conseil un produit pour calmer les piqûres et un produit répulsif.

Certes pas de plantes dans ces produits plutôt chimique et 100% Suédois, mais une efficacité surprenante alors que la citronnelle ne servait à rien, mais strictement rien!

En ce jour de la Midsammar la tradition est de manger des fraises et made in Suède. Tradition à laquelle nous cédérons facilement et avec gourmandise car rien à dire les fraises Suédoise sont bonnes.

Arrivés au parc central qui longe un bras de mer nous verrons du monde sur des bateaux trinquer d'un bateaux à l'autres. Des familles arrivées au parc pour un grand pic nic

de nombreux enfants et femmes avec des couronnes de fleurs dans les cheveux.

Un petit air de musique et le mat est levé. Vieille tradition du moyen âge celui-ci représente la puissance phalique et les deux anneaux, la fertilite et l'abondance.

Au camping aussi une petite fête, quelques chansons et une ronde. Tout cela est comme le pays très calme, paisible et bon enfant.

En attendant les festivités du soir nous nous offrons une douceur par ce beau temps.

Mais le dieu Thor en décidera autrement et celui-ci va se déchaîner dans la soirée, une bonne partie de la nuit et la journée du lendemain. Pas question de partir. Il est temps que le déluge cesse car nous sommes de plus en plus cerné par l'eau.

Pendant la tempête orageuse les gérants, on sympathiquement acceptés que nous nous réfugions dans la salle du restaurant.

Nous repartons et cette fois ci la fameuse ligne du cercle polaire se raproche.

Il y a une tradition pitoresque, en bout de chemins il y a fréquemment des anciens bidons de lait. Est-ce pour indiquer une habitation? Est-ce pour servir de boite au lettres? Est-ce tout simplement pour la décoration ou l'esthétique ? Nous ne sommes pas arrivé à percer ce mystère.

Peut être que Brigitte et Alain, que nous avons rencontré à Alès dont les enfants habitent en Suède pourront enfin nous donner une réponse!


Nous traversons la rivière Ran Alv,

toujours des paysages paisibles de grandes lignes droites dans la forêt,

tout à coup une maison au rouge de Falun mais remarqué surtout l'originalité de la clôture, elles sont toutes dans ce style.

Nous traversons le fleuve Kalixalven que nous suivrons quelques temps.

Passons devant un musée de tracteurs.

Et arrivons dans la petite ville d'Överkalix, les reliquats d'une averse orageuse, un arrêt de bus nous abritera et il nous arrive encore une histoire fort sympathique.😊

Une voiture s'arrête et se gare correctement, pour l'instant rien d'exeptionnel. Un monsieur sort de son véhicule, se dirige vers nous et d'un air attentionné veut nous informer qu'avec notre chargement il ne nous est pas possible d'emprunter un bus de ville. Laetitia lui explique que nous sommes simplement à l'abri de la pluie. Sans suit une discussion sur d'où on vient, où on va. Du coup il nous conseille une petite route qui longe le fleuve sur la droite bien plus belle et tranquille que la grande route. Il nous faudra emprunter un bac pour traverser le fleuve

et retrouver la route qui nous fera passer le cercle polaire.🤩

Il nous conseille aussi de faire un détour après le cercle polaire en direction d'un lieu où le fleuve déploie toute sa force car des rochers cassent le rythme paisible du courant et provoquent de belles cascades.

Je suis déçu de ne pas avoir encore vu d'élan même de loin, nous observons régulièrement des crottes mais pas âme d'élan qui vivent!!!🤔

Alors pour me consoler je fais l'achat d'un porte clef élan et d'un auto collant.

Une fois que j'aurais croisé ces animaux c'est un vrai coup de coeur, ils vont me marquer par leur originalité et décoreront mes sacoches.

Nous voici à 1 kilomètre du cercle polaire

quand tout à coup comme pour nous acceuillir en ce lieu particulier un renne nous fait le cadeau de sa présence.

Merci de ce moment magique!

Nous y voici :

Grand moment, ce n'est qu'une ligne imaginaire et pourtant ce n'est pas anodin pour nous. Qu'est ce que cela représente pour le commun des mortels le cercle polaire ??? Qu'est ce que cela représentait pour nous ??

Aujourd'hui peut importe l'essentiel c'est l'instant présent, c'est ce que nous ressentons , comme une premiere victoire sur nous même dans cette montée vers le grand nord.

Alors nous arosons cela comme il se doit avec un pinot gris d'Alsace, même très loin on oublie pas ses racines!!!🌲

Nous allons bivouaquer à 1 kilomètre du cercle dans une ancienne carriere de sable. Tiens, bizarre des rochers rouges, non ils ne sont pas peint c'est un petit lichen qui pousse dessus.

On se gâte ce soir risotto aux chanterelles, il faut savoir se faire plaisir et se gratifier quand on est satisfait de soi.

Maintenant direction Cap-Nord!!!


• • •

L'ALLEMANSRATT, loi datant du moyen âge, inscrite maintenant dans la constitution Suédoise. Cette loi définie que toute personne peut parcourir le territoire sur toutes les terres privées ou publiques. Il est possible de camper, de se baigner, d'accéder aux plages, de faire du feu uniquement en ramassant les branches à terre, de cueillir fleurs et champignons mais toujours dans le respect de l'autre et de la nature. Il fait suivre un principe nommé "le sans trace" Se droit fait la fierté des Suédois! Il disent ceci " nous n'avons pas de tour Eiffel, pas de chute du Niagara, de Big-Ben ou de Sphinx mais nous possédons le libre accès à la nature."Ce libre accès à la nature existe maintenant dans tous les pays Scandinaves.

11

Belle nuit au dela du cercle polaire, nous partons pour aller découvrir sur conseil du monsieur d'hier les chutes du fleuve Kalyxalven.

Avant la commune de Kockfall nous quitterons notre route pour un détour de 10 km, mais cela vaut vraiment le coup.

De loin le grondement nous signifie que nous sommes sur la bonne route. Nous voici face à la violence, à la puissance de la nature.

C'est impressonant et nous passons quelques temps à admirer, ressentir la puissance de ce fleuve qui quelques kilomètres en amont était si calme.

Le calme des routes nous permet de voir des lièvres qui n'avaient pas tout à fait quitté leur tenue d'hiver, des mésanges et au loin le coucou qui nous accompagne depuis notre départ est encore entrain de nous appeler.

Nous ne pensions pas qu'il migre à une telle lattitude. Plus difficile à voir la magnifique chouette lapone sauf quand elle est sculptée!

Belles journée, soleil, nature, convivialité et dans la ville de Pajala moment unique et incroyable sur l'ensemble de nos 16 000 km des gamins d'une dizaine d'année viennent à notre rencontre et s'interessent à notre voyage.

Avant de quitter la Suède je m'offre une derniere fois mon péché mignon spécialité Suédoise " princesskabelse"😋.


Nous passons le fleuve Tornio

et un panneau bien sympathique nous annonce le cap nord.

La végétation commence à changer, les forêts sont moins dense, beaucoup plus de lichen et de mousses. Nous voyons fréquemment des rennes maintenant, mais ne nous leurons pas ce sont des rennes d'élevage.

Tiens une grenouille sur la route je vais la ramener dans la forêt les voitures ne sont pas nombreuses mais il en suffit d'une!

Que c'est beau une grenouille! 

Un peu plus loin nous découvrons un couple de cygnes chanteurs. Et toujours le chant du coucou qui résonne.

Tout a coup au milieu de nul part une station service qui fait aussi superette, on devrait y être habitué mais cela nous surprend encore.

Nous casserons la croute sur les tables devant la station avec un motard Hollandais qui part en Russie. Mais voici une autre particularité de ce pays que nous ne vous avions pas encore présenté: les grillehuttes

avec les couvertures, la hache...et rien ne disparait!!! Idéal pour la sieste.

Un fleuve impétueux marque la frontière entre la Suède et la Finlande.

Nous parcourerons 122 kilomètres en Finlande, un bivouac, quelques courses et nous retrouvons l'Euro, un casse croute au milieu d'un village , cette cabane est la bienvenue car nous protège du vent froid.

Nous croiserons quelques trolls

et déjà nous arrivons en Norvège.

Le cap Nord approche et la température descend, 7°👻

Nous empruntons la route 92, un puissant vent de face froid et on aperçoit la neige.

Voici un panneaux surprenant pour nous!

Nous parcourons 120 kilomètres, dans ces contrés de temps en temps un hamau mais ne pas compter sur du ravitaillement... Il faut prévoir.

Ici les arbres sont rares et mesure au mieux 2 a 3 mètres.

C'est la toundra, végétation de bouleaux, de saules et d'une pelouse constituée de mousses et lichens.

Il y a fréquemment des airs de pic nic avec tables et bancs même des toilettes mais pas un abri. A croire que nous sommes en Algarve avec 300 jours de soleil par an!🤔.

Ces premiers kilomètres dans ce pays nous donnent la nostalgie des grillhuttes Suédoises. Impossible de manger dehors par ce froid. Ouf une église, fermée 😡,

Derrière l'église une cabane à bois

ouverte, elle nous accueillera le temps du casse croute et de la sieste!!!

Après notre ravitaillement dans le village Lapon de Karasjok, une belle côte et en face de nous le massif Hallkkavare enneigé pas étonnant que le vent soit si froid.

Nous trouvons un petit espace pour notre bivouac entre des arbustes pour nous abriter un minimum du vent.

Ici le temps change rapidement, pluie au réveil, un peu de vent, le ciel se dégage le soleil pointe son nez

Et nous verrons que cela peut aussi tourner très vite à la neige. En une journée trois saisons, été, automne, hiver. Les paysages montagneux sont majestueux et imposant.

Voici Lakselv et la mer de Barents, le ciel devient noir cela n'augure rien de bon.

Arrivé en ville nous nous ravitaillons, dans ces régions nous avons quatre repas d'avance car nous ne savons jamais si nous trouvons ou ne trouvons pas de quoi nous ravitailler.

A la sortie de la supérette, ils tombent une pluie limite neige avec un vent glaciale. Nous allons nous mettre dans un bar pour nous réchauffer. Nous avons faim et une odeur alléchante de pizzas vient taquiner nos sens olfactifs.😋 Un regard se porte sur la carte, nous sommes en Norvège 20€ la pizza! c'est incroyable comme tout a coup les parfums qui envoutaient la salle il y a quelques minutes sont beaucoup moins alléchants.🤭

Cela se passait il y a 10 mois mais ces instants je les revis pleinement!!

A l'extérieur la tempête se calme, nous sortons et reprenons nos vélos en espérant trouver rapidement un lieu de bivouac car nous avons déjà 143 km et 1215 m de D+. A la sortie de la ville, un espace avec des petits boulots va nous permettre de nous abriter du vent et de passer une bonne nuit. Les nuages dans le ciel se déchirent tous les sommets autour de nous sont blancs de neige.

Nous ne tardons pas pour nous glisser dans nos duvets.

Ce matin il ne fait pas très chaud mais le ciel est dégagé, et les paysages qui vont nous accompagner toute la journée sont magnifiques,

sublimes, somptueux, remarquables, en un mot nous en avons le souffle coupé.

Dans ces moments rien à dire les mots ne reflètent pas les sensations.

Ce sont des paysages que nous n'avions jamais côtoyés. Des paysages désertiques mais envoûtant.

Il y a toujours des rennes pas très loin et nous ne nous lassons pas de les observer.

Face à nous le tunnel qui passe sous la mer pour rejoindre l'île de Magerøya où se trouve le cap nord.

Dommage que les Norvegiens n'est pas laisser un bac pour traverser la mer ne serait ce que pour les motos, vélos voir piétons.

Nous ne le savons pas encore mais ce tunnel sera surement le pire moment de notre voyage. Nous avons un avantage il doit être aux alentours des 20 heures et il n'y a pas trop de circulation. Donc nous avons 3,4 km de descente à 9% et la même chose en montée. Nous entrons dans la gueule du monstre.

Une voiture qui passe, au niveau du bruit c'est comme si vous étiez le long d'une voie ferrée au moment ou passe un train de marchandise. Je ne sais pas si il existe de mots assez puissants pour exprimer le bruit que cela représente.🙉.

Vous comprenez pourquoi je précise plus haut il y a peu de circulation, c'est un point positif, car dans ce boyau peu éclairé il fait chaud et humide, la descente sa passe bien mais la montée devient vite pénible. Pas de virage pour adoucir la pente comme dans un col Alpestre, pas d'air pur, pas de réelle visibilité... Avec le recul aujourd'hui je peux dire que c'est le seul moment ou nous n'avons eu aucun plaisir d'être sur un vélo.

Ces 3 kilomètres n'en finissent plus, de plus l'odeur n'est pas agréable, ce n'est pas que ça sente les gaz d'échappement non, c'est une odeur chaude de moisissure, c'est très dur car nous avons de plus en plus de mal à alimenter correctement nos poumons. Enfin tout là bas un point lumineux qui se rapproche lentement mais sûrement, psychologiquement celà fait du bien.

On commence aussi à sentir un peu d'air frais, encore quelques coups de pédales et on sort des enfers de la terre.👹

Le cap Nord ça se mérite !!!!

Le soleil brille, je respire à plein poumon cet air frais, un regard à ma droite, magnifique! pour deux raisons:

le paysage, la mer, des falaises et un super lieu pour monter la cabane.

Il nous faut descendre un beau talus, nous déshabillons nos vélos, effectuons nos aller retour et voici que le ciel bleu enchanteur se transforme en ciel noir de colère.La peur que nos ancêtres les gaulois avaient que le ciel leur tombe sur la tête nous envahit.😰

Nous montons notre cabane sur un lit de mousse, de lichens mais ce n'est pas le moment de faire la fine bouche, ne pas trainer et s'abriter.

La tente montée, les affaires et les hommes à l'abri, Thor se déchaîne avec son ami Zeus🌫🌧 le soleil change de couleurs 🌚.

Le temps passe, le vent soufle et, et...le ciel réapparaît bleu avec 🌞. Nous démenageons notre chambre à couché sur un terrain plus plat, toilette,

repas et après ces moments particuliers nous allons vivre un moment merveilleux.

Tous les deux, la mer, les oiseaux, les falaises impressionantes,

cette nature sauvage, l'astre des cieux qui brille de milles feux☀️ sa douce chaleur caresse notre corps il est MINUIT.🕛

Notre premier soleil de minuit nous ne pouvions pas mieux le vivre, nous ne pouvions pas rêver mieux.

Dans ces instants nous ne faisons qu'un avec le tout. Il n'y a rien à dire, rien a penser juste vivre!!! s'imprégner !!!

Merci la vie , merci l'univers pour ta beauté!!

Quel émois !!!

Ce soir 145 km et 1250 de D+ , c'est le quatrième jour d'affilé où nous dépassons les 140 km avec plus de 1000 mètres de dénivelé jour.

Mais nous voulons être au cap nord pour le 1 juillet pour deux raisons, l'une de celle-ci vous la découvrirez lors de la prochaine étape, la deuxième le temps se dégrade à partir du 2 pour une semaine. Soit nous y sommes le 1 soit nous sommes bloqués dans un camping pendant une semaine.

12
12
Publié le 22 avril 2020

1er juillet 4h30, on est réveillé ! Le soleil qui ne s'est pas couché transforme l'interieur de notre tente en étuve, plus moyen de dormir, trop chaud , pas d'importance nous sommes en pleine forme!😤

Comment ne pas l'être quand extrait de la tente, nous avons comme cadeau cette immensité,

sommes nous dans un paradis?

Peut être !

Il n'y a pas plus de mots qu'hier au soir, contempler, s'extasier, s'émerveiller.

Et! Pas de moustiques!!

Dans ce cadre qui est à nous, pour nous, nous prenons notre petit déjeuner.

Ce matin, ce dernier a des parfums inhabituels, non seulement causés par le lieu mais la journée va être forte, très forte et même si nous profitons pleinement de l'instant, nous nous en imprégnons et l'émoi est soujacent.

Le cap nord c'est pour bientôt

et avant de pénétrer dans l'acte final il nous faut encore traversé un tunnel de 4400 mètres, celui-ci n'a pas de dénivelé car il passe sous une montagne, ce n'est pas pour cette raison que nous nous réconcilions avec ces ouvrages d'art.

Celui-ci est mieux éclairé que le précédent. 

La route suit une côte dentellée, les montagnes

de l'habitat typique ,

les fjords

la mer,

Nos yeux sont éblouis non seulement par le soleil mais encore plus par cette harmonie.

Honnigsvåg, la grosse ville de l'ile qui vit du tourisme et de la pêche. Le cap nord 200 000 visiteurs à l'année et même en hiver.

En hiver quand la météo le permet trois fois par jour des convois d'automobiles, de bus précédés de deux chasses neige se rendent à ce point extrême où le vent et le froid sévissent.

Certes ce doit être très beau!

Pour nous priorité au ravitaillement, un encas avant le grand final. Reste 29 km pour réaliser un rêve de 30 ans.

Il y a 30 ans je devais venir ici, pour des raisons pratique l'Island a été préférée, pays extraordinaire.

"Ne rêvons pas notre vie car les rêves sont fait pour être réalisés "

C'est ma doctrine!

Vingt neuf kilomètres qui commencent par une côte à 9%! Au sommet nous voici sur un immense plateau où le vent règne en maître,

ici pas d'arbres, une herbe très rase, des rochers, des plaques de neige, des rennes,

la mer au loin

et une route.

Une route pas toute droite, les batisseurs durent s'adapter à la dureté du lieu. Une route qui serpente, une route qui monte et descend, une route qui fait mal aux jambes pour une récompense suprême!!

Ici pas de paysages grandioses qui vous prennent dans les tripes, ici il faut sentir, écouter, vivre. L'air est différent, l'atmosphère est comme nul part ailleurs.

Le cap nord c'est une expérience, d'autant plus grande si vous y arrivez en vélo.

Il est difficile d'expliquer ce qui se passe en nous, une sensation de félicité et quand même un peu d'euphorie mais cela c'est sans compter sur les éléments suivants:

Nous sommes les seuls cyclistes chargés sur cette route, par contre nombreux camping car, motos...

Leurs comportements de félicitations, de grands salut, coup de klaxon, émerveillement, de photographies ou films réalisés en nous voyant nous transportent ....

Nous sommes là sur cette route suant et indépendamment de notre volonté devenons le temps de quelques secondes ou minutes les stars du cap nord!

Cette ambiance inimaginable encore ce matin, me submerge et les yeux sont tout embués.

Merde! Voilà une descente pas le temps de ne rien voir!!!

Pendant ce temps le cap nord joue a cache cache avec nous, mais y seront nous un jour???

Le cap la pointe là-bas!! 

A nouveau quelques kilomètres à 9%, et toujours ce paysage sauvage, aride on sent la tourmente dû au vent, mais aussi des changements de climats très brutaux.

Nous apprendrons que la semaine précédente il y eu 15 cm de neige. Enfin le voici à porter de bras, nous venons de parcourir 4589 km..

alors 2 km c'est le temps qu'il faut pour profiter pleinement de la sensation puissante et indéfinissable qui envahit avant la victoire. Le panneau,

encore quelques tours de roues, éviter le batiment touristique et chacun sur nos vélos, mais main dans la main nous avançons, encore quelques coups de pédales et le voici!!!

Le voici ce globe édifié depuis 1977 et symbole du Cap Nord, nous l'avons vu tant de fois dans des vidéos ou sur des photos.

Non! On ne rêve pas c'est bien nous, oui c'est bien nous qui arrêtons, mettons pied à terre, posons nos vélos à tes pieds, toi qui n'est qu'un point sur le globe et pourtant tu es un lieu tant désiré, tant rêvé , tu apporte tant de joie, de satisfaction et à nous en premier. Merci!!!

Super il n'y a pas trop de monde, on va vraiment pouvoir profiter du lieu.

Un groupe d'asiatique nous photographie et ces dames seront heureuses de se faire photographier avec moi.

Comme il se doit on arrose cela avec de la bière, cette boisson est choisi en toute conscience car c'est aujourd'hui que l'un de mes fils devient patron d'un bar à bière et à whisky très atypique. Un grand clin d'oeil à lui!!!

C'est aussi cela qui nous à motiver pour arriver le 1 juillet.

Quand nous arrivons il fait encore bon, nous allons prendre notre temps, discuter avec pas mal de gens qui viennent nous voir mais aussi nous imprégner de ce lieu car lorsque l'on regarde l'océan là-bas très loin le pôle nord!!!

Le batiment touristique est très beau mais l'implantation principale du batiment est sous terre on y trouve des expositions expliquant la découverte et les moments clefs du cap. On y voit un film, des photos

qui nous font voir ce lieu mythique comme nous ne le verrons peut être jamais

et surtout on se met à l'abri du vent pour manger.

L'après-midi le ciel se couvre, la température chute mais ici les sculptures pour les enfants de la terre demande un instant de recueillement.

Depuis 1989 ce monument symbolise la coopération, amitié, espoir et la joie.

Une balade pour bien profiter des falaises de plus de 300 mètres ,

mais déjà il faut penser à repartir car nous voulons nous rapprocher au maximum de la ville, mais nous voulons bivouaquer sur ce plateau, rester, passer une nuit dans cette ambiance.

Sur la route nous avons encore droit à des grands gestes de sympathie mais il faut réavaller les dénivelés ce qui était descente devient monté et vis versa mais nous sommes tellement heureux que tout se digère facilement.

Le souci c'est de tenter l'impossible trouver un endroit sans vent.🌬

Ici pas d'arbres, la solution, un petit talus fera l'affaire.

Le soir est calme et repus d'émotions nous nous endormons sur ce plateau magique.

Au réveil un troupeau de rennes proche de nous. Genial!

Le temps est gris déjà quelques gouttes, la météo a vue juste.

Pour rejoindre Honningsvåg 3 kilomètres de descente.

Notre premier obectif trouver une solution pour ne pas repasser ces tunnels.

Office du tourisme une belle Norvégienne nous fait deux propositions le bateaux très onéreux ou le bus qui nous amènera jusqu'à Alta.

Nous prendrons le bus,

pour l'intant comme nous avons un peu de temps, une courte visite de la ville nous amenera à croiser des trolls fort sympathique

la statue en mémoire d'un St Bernard qui sauva un enfant de la noyade des eaux glacées.

Voilà le bus,

vélos chargés, notalgie dans le cœur?

Non! Bonheur? Joie ? Peut être? Nous sommes au delà des mots, nous vivons un état d'harmonie, d'émotions, de sérénité ,de grande satisfaction.

Une premiere partie du voyage vient de se terminer et nous commençons la deuxième manche avec comme ligne de mire:

TARIFA

Nous avons bien fait de prendre le bus car en plus d'avoir évité les tunnels nous avons évité une belle saucé, il est tombé des cordes tout l'après midi.


• Ps: les rennes sur ce plateau du Cap-Nord sont des rennes d'élevage amenés en bateau dès que la neige a bien fondue et récupérés avant l'hiver.


13
13
Publié le 25 avril 2020

Après 215 kilomètres en bus nous arrivons à Alta.

Il pleut , il fait froid ce n'est pas le temps de mettre un cycliste dehors. Nous filons au camping et y resterons quatre jours pour cause de mauvais temps.

Et ici quand on parle de mauvais temps c'est du sérieux.

Nous sommes enchantés nous retrouvons des arbres! Cela fait bien une semaine que nous n'avons plus vu un spécimen méritant ce nom.

Quand on vient de régions comme les nôtres où la majestuosité des arbres que ce soit les chênes, noyers, hêtres, tilleuls, marronniers ou sapins....ont accompagnés notre quotidien leur absence finie par manquer cruellement.

Un arbre est l'élément dans la nature exemplaire pour l'homme. Ses racines descendent au plus profond de la terre mère pour se nourrir et il se dresse majestueux, fort et droit vers l'univers.

L'arbre protège, nourri, abrite, partage, l'arbre est fort et puissant, l'arbre donne offre ses fruits, fait cadeau de son bois pour nous chauffer, construire et tant d'autres choses.

Nous croiserons des arbres millenaires, centenaires, des arbres à l'imposante ramure et chaque fois il nous feront vibrer.

Sur youtube très beau reportage "le cueilleur d'arbres" dans l'emission "passe moi les jumelles".

Après le plaisirs d'avoir retrouvé les arbres une chose nous choc dans ce camping personne ne se salue voir ne se parle.

L'ambiance est froide comme la température extérieure. En Allemagne dans un camping les" Morgen " fusent de partout ici nous nous croyons presque dans un monastère. Nous découvrons la froideur Norvégienne, ceux ci sont nombreux dans ce camping.

Heureusement dans le milieu du camping une petite hutte fort chaleureuse va nous permettre de passer de belles journées de repos que nous méritons bien après les dernières étapes menée tambour battant.

Nous en profitons pour mitonner des bons plats mais plaisir suprême manger dans des assiettes.🤴👸

Instrument de cuisine devenu banal dans la vie moderne ou plus personne ne se rend compte de son importance voir de son rôle décoratif. il suffit d'en être privé quelque temps et un objet simple apporte de la joie.

Arrêtons de banaliser notre vie!

Regard sur la cathédrale des aurores boréales à l'architecture futuriste.

Le temps se rétabli un tant soit peu, nos jambes nous démangent nous repartons. Les paysages changent du tout au tout après le plat pays Danois, l'immensité des forêts et des lacs Suédois, la toundra Lapone, nous voici dans une ambiance Alpestre avec en prime la majestuosité des fjords.

Celui-ci nous allons le suivre sur 80 kilomètres avec des traversées que nous adorons,😱

mais vite oublié à la vue de ces rennes qui sont insouciant de la circulation.

Au passage des camions nous constaterons que nous sommes loin de la bienveillance Suédoise.

La neige fond de toute part de ce fait tout au long de notre route la noblesse des cascades nous accompagne avec leur chant fougueux!

Face à nous les Alpes de Lyngen, dont nous allons nous rapprocher.

Dilem,🤔 le paysage est grandiose et pour demain samedi est annoncé une journée de temps très maussade. Nous trouvons absurde de rouler et de ne pas profiter de ces paysages prestigieux, nous nous trouvons un coin sympa

et y restons tout le samedi, dimanche le soleil doit faire son retour progressivement. Le temps étant juste maussade

nous égayons cette journée avec un feu.

La danse des flammes, le crépitement du bois qui s'enflamme, tout une magie, c'est envoûtant et nous pouvons rester de long moment proche et silencieux.

Ce dimanche matin le plafond est encore un peu bas mais ça va se lever. L' ambiance est un peu particulière , le ciel encore gris mais la luminosité annonce que le soleil va percer la masse nuageuse. La route est calme, tout est silencieux, j'observe, scrute car je ressent que le milieu est propice à l'observation du gibier.

Sur notre gauche en contre bas une grande zone découverte, un regard jeté me fait voir au loin des taches sombres, un deuxième regard me permet de constater que ces taches bougent.

On s'arrête sans bruit, les jumelles et là....

Deux élans !!! 😳

Depuis le temps que l'on attendait ce moment. On les observent quelques temps, ils sont dans une zone marécageuse. Ils nous ont repéré nous observent à leur tour et s'en vont tranquilement. C'était deux femelles puisq'elles n'avaient pas de bois.

Ces animaux sont impressionant, un peu difforme et surtout avec leurs oreilles semblables à celle d'un lapin.

La journée commence merveilleusement bien reste un souhait c'est de pouvoir à nouveau observer plus longuement ces animaux.

Nous arrivons dans le pays des fjords

c'est un fabuleux mariage entre mer, falaises, montagne, cascades, neige. Dans ces cadres gigantesques, nous sommes en émerveillement,

certe c'est très beau mais il ne faut pas seulement regarder avec ses yeux, il faut regarder avec son coeur. Ceci évite de comparer, il est nécessaire de ressentir le lieu.

Ici on ressent la violence de la terre. La violence, la force lente du glacier qui avance doucement. Sous nos yeux nous avons une histoire de 3 millions d'années.

Les fjord sont d'anciens glaciers dont le lit était en dessous du niveau de la mer, celui-ci fondu la mer est venue s'allonger dans son lit.

C'est l'une des raisons qui fait que l'entrée du fjord est moins profonde que son extrémité et qu'aux entrées des fjords on peut souvent observer des petites îles.

Ressentir chaque lieux, permet de les voir différemment et ceci nous permetra d'apprécier chaque lieux que nous traverserons.

Chaque endroits est différents avec un charme différents. Ici nous sommes dans la force, la puissance, la grandeur.

Ici nous vivons pleinement l'histoire de la géologie, cette terre que l'homme est venu occuper il y a si peu de temps!!!

La fragilité de l'homme face au gigantisme. N'est ce pas cette humilité que nous avons oublié? Et n'est pas ce que le coronavirus vient nous rappeler??

Je suis infiniment petit et bloc tout votre système!😛🤣

Savoir simplement apprécier l'harmonie des couleurs.

Rester simple, humble et vivre son émotion face à la beauté.

J'ai la sensation que les individus ont perdus leurs émotions face à la nature. De l'infiniment majestueux comme ici à l'infiniment petit tel l'insecte, la fleur....

Sommes nous encore capable de nous émouvoir ??? De laisser monter des larmes? De laisser exploser un rire??

De se laisser s'envahir par un immense frisson bienfaiteur dont nous stoperons l'effet propagateur car intellectuellement nous le nommerons.😜

Les Alpes de Lyngen , chaine de 90 km dont le sommet est à 1884 mètres  

La nature est vivante, coule, saute, chante, change de couleurs, transforme ses éclats selon les saisons.

En une année la nature nous met face à la vie, la naissance avec le printemps, l'été l'âge adulte, l'automne la période des séniors et la mort avec l'hiver.

Chaque saison n'a t'elle pas son charme, sa force!! La comparaison va dénaturer notre regard....

Les ferrys font penser à des requins qui, s'approchant de la côte voulant engloutir le nageur malveillant.

Celui-ci va nous permettre de traverser le fjord de Lyngen, il nous faudra 1/2 heures.

Une petite route nous nous glissons entre les pics ( 1500 mètres d'altitude) du massif de Lyngsalpene.


Les fjords se succèdent,

les ferrys aussi, souvent bien confortable, ils nous imposent une organisation de nos journées car ont des horaires précis, nous y reviendront.

Nous nous approchons surement et tranquilement de Tromsø.

Mais nos yeux et notre coeur se repaissent de l'immensité de ces paysages.

Je mets beaucoup de photos

je me régale de revivre ces étapes et cette nature me donne envie alors que cela fait plus d'un mois que nous sommes enfermés en ville.

Même si Lagos est sympathique nous sommes en mal de grands espaces.

Tromsø fut anéanti à 90% lors de la dernière guerre. Quelques soit le lieu où nous sommes en Europe cet événement " guerre" nous rattrape toujours. L'Homme n'en a pas marre???

Seule survivante avec quelques maisons l'ancienne cathédrale en bois.

Nous arrivons dans la ville réputé pour le départ des nombreuses expéditions polaires, pour ces aurores boréales et sa moderne cathédrale arctique.

Pour nous ce sera la ville de la réparation du vélo de Laetitia, cassette et plateau usés , le réparateur vélos nous donne rendez vous pour le lendemain 10h00.

Nous partons à la recherche d'un coin de bivouac, le camping applique des prix exorbitant 30€ la nuit en tente.

Et oui! Nous sommes en Norvège🤑

Avec persévérance et un peu d'esprit d'aventure nous nous trouvons un coin sympa près d'une belle salle de bain

Rien de tel que de se baigner dans l'eau très fraîche pour éliminer la fatigue. 

en lisière d'une forêt.

Petit tour en ville pendant la réparation; statue donnant la sensation du mouvement,

il est toujours agréable de trouver des touches d'humour et en cherchant, en observant on trouve fréquemment.

Le musée polaire la plus ancienne maison qui fait partie des rescapés.

Tromsø, petite ville bien sympathique!

Vélo réparé nous repartons direction les îles Lofoten.

14
14
Publié le 29 avril 2020

Nous quittons Tromsø et sillonons dans ce décors de montagnes Alpestres. La seule différence, c'est qu'ici on retrouve toujours la mer à un moment donné et que ces montagnes ont une altitude moyenne de 1000 mètres.

Nous prenons un ferry pour rejoindre l'île de Senja.

Falaises, cascades, sommets enneigés, fjord, voila notre pain quotidien qui a une gout de brioche tellement cet environement est prenant.

Ici les écarts de température sont assez incroyables et surprenants. Le matin nous sommes bien couverts pour rouler dans des températures avoisinant les 10° et l'après midi nous nous retrouvons en plein été ce qui est d'ailleurs le cas.

Sur l'ile de Senja, comme depuis le début de notre rencontre avec la Norvège, il y a des tunnels mais ici ils ont une particularité; tout cycliste avant de rentrer dans le tunnel doit" puscher" ( mot de la rédaction) sur un gros bouton pour que le panneau clignotte afin de prévenir les automobilistes.

Voici le fjord Bersti étonnant avec ce nuage accroché a une montagne.

Nous passerons la nuit dans ce fjord.

Les fords, c'est très beau mais cela signifie aussi de belles montées pour basculer dans le fjord suivant en compensation l'altitude nous donne des points de vue bien sympathiques.

En basculant dans le fjord suivant nous découvrons une mer aux couleurs de méditerranée.

Un ferry va nous amener sur l'île Andøya dans l'archipel de Versteralen.

Face à nous des montagnes dentellées,

des plages de sable blanc,

une grande plaine

avec des lacs où nous observerons des cygnes chanteurs et leur couvée ainsi que de la Linaigrette de Scheuchzer.

Paysage surprenant.

Après notre bivouac malgré un temps maussade

la mer a gardée de belles couleurs.

Sur cette île pas de tunnel mais une série de ponts impressionants par leur longueur et hauteur.

Cette touffe de fleurs

nous démontre la force de vie de la nature, arriver à s'infiltrer au milieu des roches, résister à la violence des vents pour enchanter ce lieu!!!

Nous constatons un changement de flore on retrouve du trèfle, des renoncules, du géranium sauvage et des chardons...

Les forêts ou zone sauvage de toundra font place à des prairies pour ĺ'élevage, les foins. Ici on pratique des anciennes méthodes: séchage sur fil,


remplacé majoritairement par les boules enrubannées de plastique.

Devant les maisons d'énormes arbustes de lilas qui embaument notre trajet.

Nous arrivons à Melbu, c'est la fête du village avec des jeux originaux et chronométrés.

Nous embarquons sur le ferry qui va nous amener aux îles Lofoten, 19 heures quand nous posons pied sur ses îles, connues pour leur beauté mais aussi leur mauvais temps.

Les Lofoten bénéficient d'un micro climat c'est à dire que les températures sont rarement négatives mais en contre partie il y pleut beaucoup.

Enfin pour nous accueillir il fait beau et Laetitia s'offrira même un bain de pied.

Nous aurons une super chambre à coucher et profiterons d'un soleil de minuit.

Le lendemain le ciel est bien chargé mais le vent va déchirer les nuages pour nous offrir du soleil.

Beaucoup de touristes, les routes sont encombrées, on peut même dire que la circulation est intense, voitures, camping car🚙. Pour des routes très étroites, dans de tel lieu être cycliste devient dangereux🚑 et nous frolons voir évitons l'accident plusieurs fois.🏥 Nous voici à Svolvær, nous allons jouer aux touristes et faire une excursion en bateau pour voir une autre face des fjords. Surtout que celui où nous allons nous rendre est inaccessible aux véhicules. Sécurité oblige nous voici équipés..

et nous partons, un aigle marin voulant jouer la star va planer quelques temps au dessus du bateau.

Voici Trollfjorden, deux kilomètres de profondeur

et des falaises verticales qui tombent dans la mer.

A notre retour une halte pour decouvrir ce que les locaux nomme " la petite Hawai des Lofoten"

Nous retrouvons la terre ferme et reprenons notre route, le ciel se couvre et ce soir pas de soleil minuit.

Nous avions prévu de randonner, avec ces nuages qui enveloppent les sommets l'on peut dire que cela tombe à l'eau et tant mieux pour nous de l'eau il n'en tombera pas.

Nous en profiterons pour admirer la nature environnante, des lichens,

des joubarbes

et nous ravitailler avec l'eau fraîche et pur des cascades.

Nous croiserons des panneaux de signalisation bien originaux.

Pendant que le sterne arctique nous gratifiera de son cri strident. Nous sommes le 14 juillet, passons la ville de Leknes il fait 11°👻

et toujours ces nuages très bas, en guise de randonnée nous faisons un détour par le fjord de Napp,

longeons de belles falaises

et arrivons aux villages de Nussfjord transformé en eco musée que nous allons visiter.

C'est un village de pêcheurs de cabillaud, où les anciennes maisons sur pilotis ont été sauvées et remise en état. Il est de tradition de faire un bisou au cabillaud mais il ne se transforme pas en prince charmant.

Le cabillaud une fois séché dans la période de février à mai sur des immenses claies à l'extérieur prend le nom de morue et est surtout exporté en Espagne et au Portugal.

Nous arrivons à l'extrême sud des iles Lofoten à la ville de A

un dernier regard sur la pointe, les nuages n'auront pas voulu se lever pour nous permetre nous de nous élever au sommet de ces montagnes mais ils auront été assez charmant pour ne pas deverser sur nous ni larmes, ni sanglots.

A nouveau un ferry pour rejoindre le continent Norvégien, au revoir les Lofoten aux paysages grandioses.

15
15
Publié le 2 mai 2020

Nous voici de retour sur le continent Norvégien, Bodø, capitale de l'aigle pêcheur car ici vit encore une grande colonie de ces rapaces qui disparaissent petit à petit pour raison de pollution.

Encore quelques mois de confinement et ils vont se réinstaller sur les côtes Bretonnes qu'ils ont abandonnés il y à déjà quelque temps.🤣

Ce rapace porte aussi le nom de Pygargue à queue blanche, aigle des mers ou aigle barbue.

Nous empruntons à présent la route 17,

la plus célèbre de Norvège, elle va de Bodø à Trondheim soit 630 km, pour diverses raisons que nous expliquerons nous n'irons pas jusqu'au bout.

Il ne fait pas chaud pour nos premiers coups de pédales sur cette route. Un point de vue pour observer des roches d'un fjord strié par le temps,

mais cela va aussi nous permettre d'observer une belle tasse de café🤔.

Sur ce parking un camping car immatriculé 34, un monsieur en sort et heureux de pouvoir parler Français avec une autre personne que Laetitia je dis bonjour avec une grande joie😊.

La réponse " tient vous êtes Français, vous viendrez bien boire une tasse de café. 🍵

" Et c'est avec plaisir que nous sommes monté dans le camping car de sympathique couple pour nous y réchauffer un "ptio peu".

Et nous papottons! Et nous papottons! Le temps passe mais peu importe car pour nous le temps importe peu, nous en possédons en abondance!

De ce moment passé dans le grand nord ce perpétue une relation, car depuis nous nous donnons régulièrement des nouvelles.

Quand nous sommes passé proche de Montpellier nous étions prêt à réaliser un petit crochet pour répondre à leur invitation mais eux aussi sont de grands voyageurs🕌🏰 et ils étaient partie en baguenaude.

Dommage mais ce n'est que partie remise😉

D'ailleurs nous nous demandions si nous ne ferions pas un tour de France de ces personnes rencontrés trop furtivement soit en vélo ou avec notre maison roulante ou pourquoi pas venir à votre rencontre, vous chers lecteurs!

Voici un pont avec beaucoup de monde, que se passe t'il??

Ils veulent tous sauter???

Saut à l'élastique ??

Non ce pont passe au-dessus d'un effet naturel très particulier,

le Saltstranmen

un courant de 40 km/h qui provoque des tourbillons de 10 mètres de diamètres et 5 mètres de profond.

Les roches émoussé, nous montre le travail d'usure des glaciers avant leurs disparitions.

Ce que nous préférons se succèdent!! Des tunnels!😱

Nous en passerons trois de plusieurs kilomètres et cette fois ci plus de lumières cligontantes pour avertir les automobilistes de notre présence. 🚲

Nous retrouvons la mer,

les nuages sont bien bas, restant accroché au massif,

nous nous installons sur la plage pour notre bivouac mais le bois de grève n'est pas facile à enflammer.

Les nuages cachant le soleil nous offre un splendide jeu de lumière que l'on croirait presque irréel.

Ce matin le ciel est dégagé sauf sur ce massif que l'on devine pointu ou la masse nuageuse reste accrochée.

Les ferries se succèdent nous attendons celui d'Ørnes pour une traversée de 40 minutes.

A la sortie, un raidillon qui réveil les muscles mais au sommet nous sommes là, seuls avec l'âme, l'esprit de la nature.

Nous nous régalons, impregnons, gargarisons, nous nous imbibons de ces lieux qui donne une puissante energie de vie d'ou nos étapes successive de plus de 100 km avec des D+ dépassant largement les 1000 mètres.💪

Voici encore un ferry qui nous mène de Foroy à Ågskard et après celui-ci pour atteindre l'embarcadere du ferry suivant nous avons 28 km à effectuer en 1h50, quelques tunnels, côtes et nous mettrons 1h25 , pari réussi!

Ce ferry va nous emmener à Kilboghamnss et nous passons en dessous du cercle polaire

Pas facile de faire une photo net depuis le bateau. 

avec un grand coup de corne du navire au moment du franchissement de la ligne magique. Mais ne croyez pas qu'il fasse de suite plus chaud 😅.

Quand nous sortons du ferry il est plus de 22hoo nous ne sommes plus très motivé pour pédaler. Nous trouvons un promontoir dominant le fjord

il nous faudra fournir quelques effort pour y monter les vélos en les poussant dans un raidillons rocheux mais le jeu en vaut la chandelle. Ce coin étant paisible nous prenons le temps au lever de contempler, de trainer tout simplement, profiter du lieu.

Plus loin nous retrouvons le soleil, des fleurs

et un fjord. Face à nous île de Aldra avec son sommet 962 mètres.

Le long de cette côte l'Hegelhand, 14 000 îles

dont quelques une habitées par des pêcheurs. Nous voici dans le fjord de Sjona que nous remontons par une route très plate sur sa rive gauche,

arrivé à son extrémité nous passerons 2 tunnels de plus de deux kilometres et la route va s'élever au dessus de la rive droite du fjord sur plus de 10 kilomètres avec une pente de 10%. Au sommet un point de vue exeptionnel,

nous ne sommes qu'à 74 km au compteur mais quand on trouve un spot de cette beauté hors de question de continuer.

L'essence même de la vie nous impose de nous installer pour profiter pleinement de l'extase.


Nous prendrons le petit déjeuner dehors merveilleuse pièce de vie...!!!

Encore et toujours ces ferries avec des horaires aléatoires alors que dans un office du tourisme l'on nous a donné un facicule avec les horaires.

Comme nous? Vous pensez qu'il était de l'année précédente! Non! Non! Il est bien de l'année en cour. Une photo du fjord que nous venons de traverser

et voici un immense pont récent, regretable que lors de la construction il est oublié de faire une piste cyclable ou aux mieux une bande cyclable. Nous sommes quand même sur l'euro veloroute 1 fréquenté tous les étés par un grand nombre de cyclistes.

Nombreux panneaux routier indiquant " danger élan " mais à l'inverse des chevreuils chez nous signalé par le même type de panneaux pas l'ombre d'un élan. Si! En voila un, bien statique!

Nous arrivons à Sandnessjøen, nous pic niquon dans un parc, quand un jeune homme vient nous aborder. Il fait un reportage pour le journal municipal sur les touristes de passages.

Nous avons dû paraitre en photo dans un journal Norvégien!

Tjotta, embarcadère d'un ferry nous sommes ponctuels il ne devrait pas tarder pour nous amener à Forvik.

Nous attendrons 2h15, la goute qui fait débordé le vase mais nous n'avons pas de temps a perdre en lamentation, 17 km pour embarqué sur un autre ferry à Anddalsvåg.

Enfin un coin paisible pour monter notre cabane.

Un regard sur le paysage qui nous hébergea

et nous remontons sur nos vélos, mais pour rejoindre à nouveau un ferry à Vennesund. En ce moment nous avons la sensation de passer plus de temps sur les ferrys et à les attendre que sur nos vélos.

Satisfait enfin nous pouvons rouler sur une route qui ondule entre forêt, lacs, fjords et plages.

Au sommet d'une côte un couple en vélo est en pause, à l'arrière de ces derniers un drapeau Français. Nous nous arrêtons et discutons quelques temps. Ils remontent la côte Norvégienne direction cap nord. Notre sensation sur ce pays est la même, cout de la vie excessive, dangerosité des routes, lassitude des ferrys et ils complètent le tableau en nous disant que nous venons de parcourir le plus beau secteur. En effet entre Trondheim et Bergen il pleut souvent, ils sont resté bloqué 8 jours pour cause de pluie violente. Leur propos déterminent la décision qui germe en nous depuis quelques jours: quitter la Norvège.

Voici que nous passons nos 6000 km et 44251 de D+ , en ce mois de mai où j'ecris ces lignes nous avons quelques 10 000km en plus.

Ce soir pas facile de trouver un bivouac, terrain en pente vers le fjord, forêt très dense ou zone humide. En recherchant un coin nous remontons sur nos vélos, avant de me réengager sur la route je jette mon regard en arrière pour vérifier qu'aucun véhicule n'arrive et là que vois-je?? 🧐

Une élan avec ses deux petits! Splendide, le temps de prévenir Laetitia, l'élan à traversé la route pour se cacher dans la forêt. Avec son poids nous l'entendons écraser les branches mais plus moyen de la revoir.😵

Au sommet de la côte une piste sur la gauche, nous nous y engageons, un peu de boue et en poussant nos vélos un joli monticule va nous accueillir pour notre bivouac. Dans ces forêts il faut vite monter la moustiquaire avant de servir de repas aux moustiques.

Comme il fait encore bien jour nous monterons le double toit après le repas. Tout à coup, Laetitia me dit regarde la sur la gauche, à environ 200 mètres une élan nous observe, on voit de temps à autres un petit qui vient téter ou alors lui dire mais qu'est ce que tu fais

"on y va!"

Nous nous observons un certain temps, combien impossible à dire. Nous refusons de bouger ou d'ouvrir la fermeture éclair de la tente car nous ne voulons pas l'effrayer, c'est nous qui sommes sur son territoire et lui devons attention et respect. C'est pour cela que nous n'avons pas de photos. Elle est parti tranquilement c'est ce que nous voulions.

Elle etait la dans la clairiere au niveai du sapin. 

Ces instant de tête à tête ce fut l'un des grands moments de notre voyage. Ces animaux m'intriguent avec leurs pattes démesurés, leur grandes oreilles et leur stature imposante.

En consolation voici la photo d'un bois, porté que par les mâles.

Le climat se modifie à nouveau la faune et la flore aussi, nous trouvons même un petit coin de fraises des bois.

Voici un fjord,

une mer d'huile, il ne sera pas dit que nous ne nous serons pas baigner en mer de Norvege, bon pas trop longtemps!!


Encore et toujours des ferrys cette fois ci pour passer le fjord Foldeforden.

De fjord en fjord nous ne nous lassons pas toujours aussi envoutant.

Mais la surface de ce lac toute brillante, arrêt oblige pour comprendre? Ce sont des myriades de nénuphars.

Du point où nous sommes la Suède est proche il faut nous décider. Que faisons nous?

Nous avions chacun déjà pris la décision dans notre fort interieur , il ne restait plus qu'a la décliner. Nous quittons la Norvege et rejoignons la Suède. Pourquoi?

1) L'alimentation très couteuse, pour vous donner une idée un paquet de pâte Barilla 500 grammes 3€; 30 km plus loin en Suède 1,50€. Nous achetons des aliments que nous n'acheterions jamais en France.

Tel cette crème de poisson au nom trompeur 

Nous commençons à avoir des boutons. Ici pas de nouriture de qualité et gustative on est plus sur des bases de produits éco plus

Voila ce que cela donne sur des galettes.

2) Les ferrys les horaires ne sont pas respecté, quand au prix nous n'y comprenons rien, ils sont affichés nul part. Ils nous est arrivé de payer 15€ pour 10' de traversée et 11€ pour 1/2 heure🤔🤔.

Nous avons le sentiment que c'est un peu à la tête du client.

3) Les routes sont très dangereuses pour les vélos et nous avons évité l'accident à plusieurs reprises.

Les véhicules nous doublant, forçant le passage cela est arrivé plusieurs fois, hereusement que le véhicule venant en sens inverse s'est arrêté.

Nous nous sentons heureux de notre décision et c'est avec une grande légèreté dans le coeur que nous empruntons la route qui va nous ramené en Suède.

Nous passons au dessus du Landyforden avec des falaises

et des îles au milieu du cours d'eau.

Puis nous longeons la riviere Namsen. Une cabane va nous accueillir pour la nuit car le ciel est incertain.

Ces pays scandinaves sont extraordinaire, une hache à disposition et qui ne disparait pas!

Pour rejoindre la Suède il nous faut traverser une montagne où se trouvent des ours mais nous ne verrons que ceux-ci.

Nous longeons la rivière Sanddøla, la route est bien plate

mais cela ne va pas durer, nos jambes en prennent conscience quand sur plusieurs kilomètres nous gravissons une pente de plus de 10%.

Cette fois ci nous voici dans un paysage montagnard plus aride.

Le schifter

Heureusement nous en avions un de secours! 

de changement de vitesse des plateaux avant du vélo de Laetitia vient de rendre l'âme, heureusement la route s'adoucie.

Un camping n'est pas loin, nous allons nous y installer ce qui esr chouette car voici 17 jours que nous n'avons pas pris une douche chaude. Nous nous posons au camping de Strandstva, situation agréable en bordure d'un lac.

27€ la nuit pour deux et une tente, pas de machine à laver, pas d'espace cuisine un minuscule endroit pour la vaiselle.🤬

Réparation du vélo,

nous sommes content demain nous serons en Suède😊😊

Sur ce que nous avons vu de la Norvège nous ne sommes pas très positifs. Des gens pas accueillants, une alimentation basée sur le fast food, concernant l'environement si le touriste à le dos large pour être responsable des détritus trainant dans les fossés il n'est surement pas responsable des carcasses de voitures, camions ou materiel agricole entrain de pourir dans différents endroits et parfois dans des cadres magnifiques.

Maintenant attention c'est notre avis sur ce que nous avons fait. C'est comme si un étranger se rendait sur la côte d'azur et généralise cela pour toute la France. Nous étions un peu sur la côte d'azur de la Norvège, pas au niveau climat mais au niveau tourisme.

Avec le recul nous avons eu raison de prendre cette décision. 👍

A demain pour notre rerour en Suède!! 🇸🇪

16
16
Publié le 5 mai 2020

Nous quittons sans regret ce camping, un dernier regard sur un lac Norvégien.

et nous voici en Suède.!

A chaque fois que nous passons une frontière nous sommes heureux de cette Europe qui a supprimé ces contrôles de douanes tatillons et ridicules.

Quand je lis les embûches que connaissent d'autres voyageurs passant des douanes sur d'autres continents où cela signifie souvent paiement d'un backchich, nous pouvons nous dire Européens que nous sommes bien lotis. Nous espérons retrouver cette liberté après la fin de cette pandemie.

Nous allons emprunter la route " Vildmarksvägen " la plus haute de Suède qui ne dépasse pas les 700 mètres.

C'est aussi la région avec la plus grande concentration d'ours.

En bivouac sauvage une rencontre est toujours possible, nous nous étions informé sur quelques reccomandations en cas de rencontre impromptu.

Pour l'instant nous nous installons dans le camping de Gåddele situé en bordure d'un lac.

Il nous faut absolument faire une lessive car ce n'est pas seulement les ours qui vont se sauver avec leur odorat développer mais tout être vivant ayant quatre ou deux pattes🤣🤣.

Qu'est-ce que nous nous sentons bien de retour dans ce pays et quel ne fut pas notre bonheur de rentrer dans une supérette de voir des prix abordables et de ce fait, du choix.😊

Au camping, des Suédois, des Allemands et tout le monde se congratule, plaisir de retrouver de la sociabilité et de la convivialité.

D'ailleurs comme nous sommes en pleine crise du coronavirus, de voir les gens avec les masques cela nous coupe complètement du sourire, de la salutation et l'ambiance générale est pesante. Nécessaire sanitairement, mais que les Êtres réfléchissent au:

" bien vivre ensemble"

Nous montons notre cabane en bordure du lac proche de pins, l'ambiance est bucolique.

Cette petite ville Suédoise nous offre bien des surprises calme, paisible, un musée sur la faune et la flore dans l'office du tourisme. Nous pourrons y voir des cornes de wapiti de plus de 5800 ans et un ours naturalisé.

Cette méthode est décriée par certain mais c'est quand même interessant pour toutes personnes de tous âges de pouvoir découvrir , apprécier et de ce fait avoir un respect envers un animal souvent innaccessible pour une majorité de la population. Ces visions différentes peuvent provoquer tant de disputes et conflits; je peux porter un regard qui apprécie de pouvoir admirer cet animal ou porter un regard d'opposition qui estime qu'un animal doit être vu vivant dans son milieu naturel.

Mais qui à raison??🤔

Dans la vie quelque soit le sujet il y a toujours le chemin du juste milieu qui est celui de la sagesse!👳‍♂️

Dans le centre ville, une moto neige exceptionnelle pour géant, 8,20 de long pour 2,50 de large et 3,50 de haut, inscrite au guiness des records.

Nous nous enfonçons dans ces forêts où vivent ours, trolls... Nous retrouvons ces routes bordées d'une multitude de fleurs dont le lupin règne en maître.

Nous voici aux chutes d'eau de 43 mètres

et un canyon le "Hällingräfallet"

toujours impressionant la puissance de l'eau, d'une cascade, d'un fleuve, de la mer. Peut être pour nous rappeler que face à cette merveilleuse nature rien n'est dangereux si nous restons humble et respectueux!!!

Cette route renommée dans toute la Suède, très calme nous promène entre forêts, rivières sauvages et lacs.

Ici le sport c'est la pêche au Saumon. Nous ne verrons pas les saumons remontant des cascades mais à la sortie d'un virage surprendrons une grue et son petit alors que l'adulte rejoindra la rive voisine par les airs

le petit ne sachant pas encore volé utilisera un chemin terrestre, bien humide!!

Ce qui nous donna bien du temps pour l'observer.

Voici un lieu que nous n'avions pas encore utilisé un " Naturcamp"! Ici pas de gardien, des toilettes sèches très propres, tables, bancs espace pour les camping car et petit espace pour les tentes.

Une cagnotte en libre payement.

Étonné ??😳

Et bien ce n'est pas fini! Il y a aussi un petit espace où l'on trouve des gâteaux, confitures, jus de fruits... et là aussi vous donner ce que vous voulez!!!

Cette confiance fait rêver!🧚‍♀️

Tous les Français que nous avons rencontrés en Scandinavie appréciaient cet état de fait en disant tristement à chaque fois

" c'est impossible cela chez nous" 😪 Mais pourquoi?

Pourquoi Suède, Norvège, Danemark, Pays-Bas, Allemagne, Suisse pays où nous avons rencontré ce système de vente, parfois avec le prix indiqué mais pas de vol! En France il y eu des tentatives et chaque fois tout avait disparu!😰

Nous arrivons dans la ville de Strömsund qui a fait parler d'elle en 1974 lors du tournage du film " Dunderklermpen" dont il reste de nombreux décors.

Par ces chaleurs, la fraîcheur du parc est bien agréable.

Nous en profitons pour apprécier une spécialité une gaufre avec de la confiture local.

Nous monterons notre bivouac le long de la rivière Storön et profiterons d'un bon bain frais qui redonne de la vitalité.

Les routes sont bucoliques, tranquilles quand tout à coup devant nous un petit troupeau de rennes traverse rapidement dont un renne blanc, absolument majestueux.

Pour les suivres afin de faire des photos nous nous sommes rapidement engouffré dans un chemin, avons un peu plus loin laisser nos vélos et enfin les appercevons sur la rive d'un lac.

Une grue traversa en planant le lac pour se poser prêt d'eux. Merci la nature, cadeau merveilleux🎁!!

En ce moment nous vivons des températures très estivales et souvent nous ne roulons pas en début d'après midi car le thermomètre dépasse les 35°.

Passage de la rivière Härkan

Nous voici à la ville d'Östersund en fin d'après midi, ville de 70 000 habitants construite sur les rives du 5 ème lac de Suède 70 kilomètres de long pour 25 de large.

Ville paisible où tout au long des rues differents type de hamac sont mis à disposition des gens pour s'offrir une pause originale.

Nous croisons un couple de Suédois qui s'intéresse à notre parcours. Eux aussi ont déjà voyagé en vélo et il regrette d'habiter à 35km car ils nous auraient bien hébergés.

Nous nous trouvons un coin pour passer la nuit (si on peut dire car il n'y a pas vraiment de nuit) en bord du lac Storsjön. Il est 22h30 et encore... des baigneurs,

quand on pense que dans quelques mois ce même lac sera gelé et les Suédois y pratiquerons le patin à glace.🙀

Le lendemain retour à la ville et nous dégusterons une spécialité qui me tentait depuis pas mal de temps " Smorgästärta" pain, oeufs, crevettes et saumon présenté comme un gâteau. 😋

Bon celui que nous présentons n'a plus trop de forme il a fait un peu de vélo! Pour continuer notre route nous traversons le lac, empruntons un pont d'un kilomètre et demi

et deux bacs gratuits.

Une légende nous informe qu'un monstre vit dans ce lac,

un monstre bien gentil et rigolo que l'on retrouve bien souvent.

Nous verrons même les jumelles nécessaires pour l'observer.

Les clochers de ces églises scandinave sont très particuliers et architecturalement très beaux.

Nous remarquons aussi dans ces pays, l'absence de marques religieuses, crucifix, statut de saint; cela nous sied, c'est en Allemagne que nous retrouverons tous ces signes de dévotion.

Les journées sont chaudes en ce moment et ça tombe bien comme le tour de France est dans les Alpes nous prenons le temps de regarder la fin d'étape. Voici une photo prise lors d'une envie urgente vers 2h 30, la nuit revient doucement!

Au matin surprise, proche de notre tente nous voyons des traces toutes fraîche d'élan, il nous taquine en venant nous voir dans notre sommeil.

Petit déjeuner super agréable, incroyable pas de moustiques.

En cette nouvelle journée la route s'élève et nous passons dans une station de ski , comme il n'y a pas de forêts les rennes sont bien content d'avoir le modernisme pour trouver de l'ombre 😅, il fait 41°!!

Le clocher de l'église de Venedalon est une oeuvre d'art.

Nous trouvons un bivouac en forêt et si la veille nous avions pu prendre notre petit déjeuner dehors au soleil grâce à l'absence de moustiques, il n'en est pas de même ici où nous fument agressés par des meutes, que dis-je! des hordes de moustiques affamés de sang humain. Même les produits perdaient de leur efficacités, qu'une solution se couvrir un maximum et fuire.🏃‍♂️

Retrouver la route et c'est en bord de celle ci que nous termineront petit déjeuner et feront nos ablutions. C'est époustouflant dès que nous sommes sur un lieux asphalté plus un seul moustique. Dix pas dans la forêt c'est l'invasion.

Heureusement ici ce n'est pas comme au Maroc où dans les endroits les plus improbables il y a toujours quelqu'un qui sort de quelques part. Ici il n'y a personne donc pas la peine de prendre des risques de piqûres désagréables pour ses besoins.😉

Nous sommes sur la route Härjulfleden emprunter par un roi Suédois dans des temps bien lointain.

Que nous sommes bien en ces lieux, la nature sauvage nous enveloppe, avec son silence, nous venons de parcourir 40 kilometres sans voir âme qui vive. Nous devons être un peu comme ces ours ou élans qui vivent dans ces forêts "sauvage ". Dans nos lectures d'écrivains aventuriers qui ont été prendre des risques aux quatres coins du monde ils disent tous la même choses "l'espèce la plus dangereuse c'est l'Homme "!

Nous n'avons jamais eu de problème avec ces bipèdes mais je pense que nous nous sentons surtout agressé par la bêtise humaine, par le nom respect, par le bruit.

Quelque soit le pays d'Europe où nous avons été, on retrouve toujours ces mobylettes ou motos au bruit, non au vacarme invraisemblable.🙉

Dans la montagne Vosgienne que j'adore, un regret c'est que les lieux sans bruit des technologies humaine deviennent très rares.

Alors nous nous baignons dans ce silence, nous nous gavons de ce qui nous permet de nous retrouver avec nous même, de ce sentiment auquel on donne le nom de bonheur. Cette sensation dont tant de gens court après pour un instant éphémère. Alors que la nature et son silence nous l'offre, pourquoi courir alors que tout est là dans les choses simple de la vie.

J'ai le sentiment que de mettre un mot nous coupe de cet état de bien être, ne pas parler, il faut le vivre et s'y prélasser.

Nombreux sont ceux qui ont peur de la nature et particulierement la nuit alors que c'est un lieu de régénérescence. Combien de fois quand on parle du camping sauvage la première réaction: mais vous n'avez pas peur??

Peur de quoi 🐺🦊🦌🐗🐀🐾🐒!!! La seule chose dont nous pourrions avoir peur c'est les humains. Les sangliers ils nous on souvent rendu visite pas de quoi fouetter un chat!!

Revenons à notre voyage Suédois nous passons un col ,

nous aimons bien ces panneaux marquant la récompense de l'effort fourni. Nous devons avoir tout une collection de photos de paneaux de col gravit en vélo bien entendu, dont le plus haut d'Europe le col de la Bonette 2807 mètres. Nous installons notre cabane sur la berge d'une rivière, toujours pratique pour se laver. Des crottes d'élan!!

Peut être aurons nous droit à une visite, en guise d'élan ce fut un bel orage qui nous rendit visite; cela n'empêche pas le soleil de briller ce matin.

Nous croisons un troll.

Ce dernier indique un éco-musée, pas d'entrée payante on donne ce que l'on veut dans l'urne. Dans le restaurant de l'éco musée qui est un musée à lui tout seul,

nos sens olfactifs sont taquinés par un doux parfum de gâteau sortant du four. Pour les épicuriens que nous sommes impossible de résister.

La visite est très intéressante, après quelques photos et explications sur les tortures de l'nquisition, ha! ces religions qui parlent d'amour mais pratique la haine et l'horreur dès que leur pouvoir est remis en question! Nous découvrons des maisons du 17 ème au 19ème siècle

qui ont été reconstruite avec l'histoire de la vie des gens en cette période.

Il y a encore une chose dont nous ne vous avions pas parlé, les Suédois adorent les vieilles américaines 🤔

Je parle de voiture bien sûr!😉

Les week ends, en nombre , ces véhicules rutilant circulent tranquilement les chauffeurs grands sourires au lèvres salut les passants royalement!!!🤴

Nous voici sur la route de la Vasalopette l'une des plus grandes courses au monde de ski de fond 90 km où il est interdit de pratiquer le pas de patineurs.

Belle journée où notre cabane va être montée à côté d'une cousine en bois

entre deux lacs et proche d'une voie ferrée d'un train touristique.

Demain Mora, pour l'instant 😴 bien mérité avec tous ces événements🤩

17
17
Publié le 11 mai 2020

Avant Mora nous voyons notre dernier renne, pas farouche le gaillard et il n'accelère pas, ce sont les véhicules qui freinent.

Nous voici à Mora, ville réputé pour sa grande course de ski de fond:

la vasalopet.

La ville est emprunte de cette course qui est maintenant doublée d'un ultra trail et d'une course VTT en été.

La ligne d'arrivée  

Un musée retrace l'histoire de la vasalopet créé en 1922 en l'honneur du roi Gustave 1 Vasa qui en 1523 organisa avec les paysans la résistance face au Danois et les bouta dehors.

En 1922 il y eu 119 participants pour 15 000 en 2019. Le seul Francais à avoir marqué de sa victoire cette course ce fut en 1978, Jean-Pierre Pierrat originaire des Vosges.

Cette ville se trouve sur les bords du lac Siljan qui fut créé par la chute d'une météorite il y a 377 000 ans, elle provoqua un cratère de 75 kilomètres de diamètres.

Ville paisible avec un riche passé architectural et historique car c'est d'ici que le cheval de Dalecarlie est originaire. Mais qu'est ce ??🤔

Nous sommes en 1716 c'est la guerre et les soldats ont faim. Un soldat se met a tailler un cheval dans du bois et l'offre à un gamin, la mère heureuse pour son fils donne en remerciement un bol de soupe. Il réitère l'opération et reçoit à nouveau un bol de soupe. L'information se répand comme une traînée de poudre et de nombreux soldats taillent des chevaux pour répondre au cri horrible de leurs estomacs affamés.

La tradition de tailler des petits chevaux de bois se perdura et bien plus tard on y mit de la couleur rouge.

Au 19 eme siècle lors de l'exposition de Paris, le cheval de Dalecarlie fut installer sur le stand de la Suède et devient sans le vouloir le symbole officieux de ce pays. On en trouve dans tous le pays de toutes les tailles et même sur la saccoche de mon vélo!

Nous avons aimé cette ville avons flaner, promenade en bord du lac avec soit des sculptures minimaliste

ou humoristique.

Pour quitter Mora nous avons emprunter une route à forte circulation cela arrive quelques fois dans ce pays, ceci nous permis de mieux apprécier les grandes pistes et leur calme.

L'heure du bivouac arrive nous n'avons pas encore vraiment de nuit et nous profitons d'un très long rasé de soleil sur la ligne d'horizon ce qui offre à nos yeux des jeux de lumières extraordinaires.

Après de nombreuses étapes autour des 100 kilometres aujourd'hui au compteur 17 kilomètres!!

Mais qu'avons nous fait???

Tout d'abord une randonnée, où nous avons surpris un groupe d'oies bernache,

puis nous nous sommes enfoncés dans les profondeurs d'une forêt humide

avant de retrouver un paysage ouvert.

Ici les sentiers traversent les propriétés privées, jardin, pelouse... c'est normal, mais vous allez voir nous sommes dans le monde des bisounours!!!

Pour rejoindre notre point de départ une barque est mise à disposition des randonneurs.

Nous nous rendons ensuite au sommet de la colinne qui domine le village de Siljansnäs où se trouve un centre d'initiation à la nature.

Nous pourrons observer des fleurs dont le parfum et les couleurs attirent les papillons.

Dans cette forêt nous trouverons une " kolarkoga"

cabane des bois où l'interieur intime pousse à la lecture de conte même ecrit en Suédois!!!

Ce n' est plus en cette fin d'après midi que nous allons repartir en vélo, comme il a fait bien chaud nous méritons une glace que nous prendront à l'accueil d'un mini golf, l'envie nous prend de nous amuser et nous voici embarqué dans une partie endiablée.

Un peu de repos ce mérite bien après un tel challenge! Ces hamacs nous tendent les bras pour profiter du soleil de fin de journée.

Il est temps de rendre notre materiel et de rejoindre notre coin de bivouac que nous avons repéré ce matin en nous baladant. L'accueil est fermé, plus personne! La dame en toute confiance à fermer et est parti sans nous demander de rendre le matériel. Nous n'en revenons pas, nous sommes heberlués. 🤪

Nous avons confirmation que nous sommes dans le pays des bisounours 😘🐻 car pour nous il suffit de remetre nos cannes et balles avec leurs copines mais si quelqu'un veut venir jouer aucun problème le matériel est à disposition il suffit de déposer 2€ par personne dans la caisse prévue à cet effet.

De voir des choses comme cela donne une sensation de bien être indescriptible. Nous n'avons plus envie de quitter ce pays sauf quand on pense à l'hiver!!☃️⛄

Nous voici prêt a passer une belle soirée d'été après cette merveilleuse journée. Un feu, des grillades, seul au coeur de la nature que veut-on de plus???

Rien, mais absolument rien, a ce moment précis nous sommes comblés!!!😊😆

Il y a des jours où il faut se motiver pour quitter de tel lieu!!

Heureusement les routes sont tranquilles, parsemées de maisons.

Serait-ce les cailloux du petit poucet qui se sont transformés??

Dans ces forêts de troll tout est possible!!!

Nous voici à Rättvik, ville touristique connue pour la longueur de son ponton 628 mètres au bout duquel, se trouve un oeuf solaire qui renferme un sauna.

C'est aussi la seule ville de tout notre périple où nous verrons une fontaine moussante et coloré.

En Suède énormément de maison sont rouge, le cheval Dalecarlie est rouge tout cela est du au cuivre de Falun. Dans cette ville au IX ème siècle des hommes découvrent une mine de cuivre qui fut exploité jusqu'en 1992. Elle produisit 70% de la consommation mondial au XVII ème siècle.

De nos jours, elle fonctionne au ralenti juste pour produire encore ce rouge de falun qui recouvre le bois des maisons, ce qui les rend si typiques.

Mais ce jour nous avons un rendez vous important!!!😳

Ils ont eu du mal à venir à nous! Leurs prestence m'intriguaient!! Sans les connaitres vraiment j'en suis tombé amoureux!!!😍

Il fallait bien que la rencontre se fasse, le rendez vous arrive avec le roi:

Elan!

Elan en Europe, Orignal en Amérique du nord, cela fait 800 000 ans que cet animal est sur terre. Il y a encore 900 ans on en trouvaient dans les forêts Vosgienne.

C'est le plus grand des cervidés. Il fut domestiqué pour la monte et l'attelage. Pour la petite histoire la monte de l'élan fut interdite en Russie car la police qui avait des chevaux ne pouvait pas rattraper les malfrats qui étaient sur des élans.🤣

Nous voici dans un parc où il n'y a que des élans. Moment intense que de se retrouver face à cette bête " original" et attendrissante.

Le gardien nous montra la douceur de ces animaux. Énorme plaisir que ce moment où nous avons fait connaissance.

Ferdinand  

Décidément la Suède est un pays de surprises.

Nous rencontrons un café salon de thé qui fait brocante. Les tables, les chaises où la noble partie de notre corps prend appuie, toute la déco est à vendre. Tout cela dans des maisons très anciennes et dans une ambiance calme et feutrées.

Notre piste continue dans ces forêts silencieuses qui nous invite à la rencontre avec soi.

Petit à petit le décor change et nous retrouvons des cultures, des prairies avec des troupeaux de vaches ou moutons et.... bien sur toujours des lacs!

Nous ne nous lassons pas de ces maisons en bois très isolées et certaines petites, cosy donne envie. Au point de se dire " le jour où je pose mes bagages c'est à un petit lieu identique que je rêve".

Nous croisons des panneaux routiers originaux.

En Suède l'objectif est de zéro mort sur les routes pour 2020. Les amendes sont indexées sur le salaire et un deli d'alcoolemie peut atteindre 5000 € pour des revenus élevés.

C'est l'heure du pic nic soit c'est l'air du pays soit c'est le vélo mais voilà que Laetitia retombe en enfance!

Un belle espace avec un robinet plus facile de se laver les cheveux à l'eau courante même froide qu'avec la bouteille, alors Laetitia en profite à coeur joie.

Le temps devient très orageux et après la pluie le beau temps qui permet de profiter de ces balançoires publics

et de nous trouver un beau bivouac en bordure.... d'un lac.

D'ailleurs c'est notre dernier bivouac en pleine nature Suédoise demain Göteborg.

La Suède c'est 53% de forêts, 17% de montagnes, 8% de terres agricoles, 9% de lacs et rivières. Il y a dans ce pays 92409 lacs de plus d'un hectare le plus grand couvre 5648 km2 , le lac Vänen. La Suède c'est aussi énormément de golf même au delà du cercle polaire.

Pour nous un point négatif dans ce pays très nature, dans chaque petit commerce, chaque supérette des rayons d'horribles bonbons chimiques, vente en vrac.

Notre balade Suédoise se termine nous approchons de Göteborg et fini le silence des grands espaces déjà le bourdonnement de la ville arrive jusqu'à nos tympans qui vont devoir se rehabituer.🙉

Mais 9 mois plus tard dans notre confinement ces grands espaces nous manquent.

Et le bruit des voitures, motos etc...reste quasi insurpotable à nos oreilles.

Alors qu'une forêt, le chant des oiseaux,le clapotis de l'eau du lac c'est si doux!

18
18
Publié le 14 mai 2020

Göteborg 500 000 habitants, deuxième ville de Suède. Pas facile après tant de jours passés dans ces espaces, calmes immenses et grandioses, Norvégien et Suédois de se retrouver dans le coeur d'une ville. Même si pistes cyclables et transports en commun sont très bien organisés.

Nous allons y rester presque deux jours avant de quitter la Suède en bateau pour le Danemark.

Dans l'organisation de notre visite nous commençons par la découverte de la statue de Poséidon, dieu de la mer et symbole de la ville.

Cette status produisit moulte débats lors de son installation en 1931. Cela, dû aux attributs sexuels proéminent du Dieu. Des jaloux!🤣

Göteborg situé sur la rive de l'estuaire du fleuve Göta Älv, celui-ci forme une archipel de milliers d'iles. Sans véhicules, c'est une merveilleuse réserve ornithologique.

La ville fut entièrement rasée par les Norvégiens et les Danois lors d'une guerre en 1611, elle fut reconstruite en 1621 par de nombreux Hollandais qui avaient rejoint la Suède pour sa liberté de culte et l'absence de taxe. Raisons pour laquelle l'on retrouve de nombreux caneaux et un style architectural different du reste de la Suède.

C'est aussi une ville très industrielle avec un port marchand important et le siège d'entreprise tel que SKF.

Nous voici dans le quartier "Haga"

ancien quartier ouvrier devenu quartier branché avec des artistes, resto et c'est ici que l'on trouve le Kannelbullar géant.😋

Devant nous 200 marches a gravir un jeu d'enfants pour des cyclistes en grande forme physique.


Au sommet une tour fortifié

" Skouse Kronnon" datant de 1700 surmonté de la couronne royale.

Et une superbe fenêtre sur la ville.

Göteborg je ne vais pas vous surprendre en vous disant qu'il y fait bon vivre un peu comme dans toute la Suède.

C'est une ville très culturelle avec de nombreux festivals et en cette période il y a un grand festival de musique avec des scènes un peu partout et des groupes de jeunes qui se produisent dans les rues.

Sur l'une des scènes principales nous avons pu écouter une des stars de Suède, 92 ans son style ressemble beaucoup a celui d'Hugues Auffrey. Lors de ce festival une place est réservé pour la gastronomie mondiale et que trouve t'on??

Après discussion ce sont vraiment des Français qui sillonnent l'Europe pour des évènements importants.

Mais ce monde, ce bruit fini par nous incommoder et nous allons nous réfugier dans les serres du jardin botanique, pour retrouver un peu de calme.

Nous retrouvons nos magasins préféré de Suède " naturkompaniet" proposant tout ce qu'il faut pour la vie au grand air.

Nous le surnommions le magasin à la pate d'ours.

Il y a des endroits incontournables dans cette ville tel que le marché couvert " Saluhollen"

et surtout le marché aux poissons "Fiskekorka" qui se tient dans une ancienne église.

Dans ces marchés il est aussi possible de se restaurer ce que nous ne manqueront pas de faire. Voilà, c'est notre dernière soirée sur le sol Suédois 😢.

Nous décidons de trouver un restaurant où nous voulons nous baigner dans l'ambiance Suédoise loins des quartiers touristiques, nous trouvons le " Lagerhuset"

et nous dégusterons une " schnitzel" spécialité de ce lieu.

Le lendemain, Samedi 10 août nous quittons la Suède voici 3 mois que nous sommes sur les routes, nous avons effectué:

77 jours de vélo, 16 jours de visites. Nous avons eu 7 jours de pluie dont 2 sur les vélos.

Au compteur 7740 kilomètres soit une moyenne de 100,500 km/ jour pour une vitesse moyenne de 17,830km/h.

Nos jambes ont gravit 57 580 mètres. Au revoir la Suède cela s'arrose!!

Pour conclure nous nous faisons un pic nic 100% Suédois. Du boudin compressé qui se mange chaud ou froid,

des " smälandskroppkakar", pomme de terre farcies à la viande avec du boudin et une sauce aux airelles.

Dessert

et le digestif du pays l'Aquavit!!!

Je pensais m'arrêter ici dans la rétrospective mais comme pour nous le déconfinement continue...nous partons pour une traversée de plus de 3 h00

Et ..... Re-bonjour le Danemark.

19
19

Plus de trois heures de traversée sur une mer très agité. Vents, pluie, le bateau tangue ; moi cela me berce et me permetra de faire une bonne sieste. 😴

Pour Laetitia se fut un peu plus pénible et il était temps que l'on arrive avant que son estomac soit complètement à l'envers.🤢

Nous pouvons dire que notre arrivée au Danemark est bien arrosée mais plus d'eau que de vin🌧🌨.😉

Nous nous réfugions à l'office du tourisme qui se trouve juste en face du port. Super nous trouvons une carte avec les pistes cyclables et...

Du mauvais temps annoncé pour tout le week-end.☔

Nous allons nous abriter dans un camping mais nous éloignons de la côte où ceux-ci sont surchargés. Nous trouvons un camping super sympa et bien tranquille en pleine campagne avec des jeux originaux.

Nous allons descendre la péninsule du Jutland la seule partie du Danemark ayant une frontière terrestre. Le Danemark c'est 443 îles dont seulement 72 sont habitées, la capitale Copenhague se trouve sur l'île de Soeland que nous avions traversée lors de notre montée vers le Cap-Nord.

La météo sans être au beau fixe se calme, nous repartons pour voir la dune " Räbjorg Mile". Elle se dresse au loin au milieu d'arbustes et d'une lande de bruyère.

C'est une dune de littoral mobile, la plus grande d'Europe. Le vent la déplace de 18 mètres par an vers le nord/est.

Un kilomètre carré et quatre millions de mètre cube de sable pour une hauteur de 40 mètres.

Au Danemark le camping sauvage n'est pas apprécier et il est conseillé de s'arrêter dans des espaces naturels ou alors dans les schelter comme ici.

Pour nous il n'est pas encore l'heure de dormir mais par contre de manger et cette cabane nous sera bien utile pour nous abriter d'une belle averse. L'architecture est très particulière dans cette partie de bout de terre, balayée par le vent où l'eau est partout; maison en bois et toit végétal.

Tout au long de notre route et jusque dans les Pays-Bas nous trouverons des petites cabanes pour nous ravitailler en légumes,

Nous apprécions énormément cette confiance et cela simplifie la vie de tout le monde.

Au Danemark il y a des routes cyclables nationales, marquées par un chiffre rouge et les routes plus locales signalées par un chiffre blanc.

Nous suivons la piste national 3 mais elle est un peu difficile et va nous réserver encore bien des surprises.

Quand au balisge il n'est pas top !! L'avantage de ces chemins de terre: ils nous emmènent loin des grands centres et nous passons des lieux très paisibles.

Certaines villes sont inévitables tel Aalborg, troisieme ville du Danemark avec 140 000 habitants. Nous sommes dans la région des Himmerlands, une région avec du relief, des moraines dont le symbole est le taureau.

Cette ville à une architecture très variée nous passons des maisons à colombages

à des ensembles plutôt flamand,

des ruelles qui nous font penser à un paisible village.

C'est une ville étudiante et quelque soit le pays, une ville a forte concentration étudiante est une ville avec une belle ambiance. C'est la jeunesse avec tout son espoir et son énergie de vie. Chaque soir nous allons constater que le Danemark si ce n'est pas la montagne ce n'est pas non plus tout plat, du moins le centre du pays. 84 kilometres pour 600 de D+.

On a pour habitude de dire, ils sont fou ces Gaulois mais nous n'hésitons pas à dire sont fou ces Danois car la piste cyclable nationale 3 devient un sentier à vache.

Nous abandonnons un tel terrain et rejoignons la premiere route asphalté que nous croisons, si les Danois ne sont pad très vigilants face aux vélos nous le serons et cela sera moins compliqué que sur le sentier de muletiers😳

Le ciel est très menaçant, devant nous il pleut nous ralentissons le rythme laissons passer les nuages et éviterons une belle averse.

Voici Viborg plus ancienne ville Danoise fondée au VIII ème siècle. Sa cathédrale est originale pour le Danemark car c'est l'une des seules possedant deux clochers.

Les commerces dans ce pays ferment tous à 17 h, il faut bien s'organiser et anticiper, ne pas garder le rythme Suédois (fermeture vers 22h ou 23hoo) et une fois les commerces fermés, les villes sont d'un calme olympien.

Envie d'une glace! Super un glacier!


De la glace aux réglisse? Délicieux !!😋 Nous découvrons que les Danois sont fan de produits à base de réglisse, j'ai essayé de percer ce mystère je n'ai rien trouvé🤔

Vivifier par cette gourmandise nous reprenons notre route à un bon train. Après une chouette rencontre avec un cycliste Portugais et une cycliste Belge nous arrivons devant un décor naturel fabuleux, des collines couvertes de bruyère en fleur.

Nos yeux s'écarquillent pour mieux apprécier les couleurs.

Un peu plus loin la crête d'une de ces collines surplombe un lac, lieu mirifique pour installer notre cabane.

Détente, douceur de vivre nous avons une salle à manger très plaisante.

Et nous assisterons en cadeau à un lever de lune.

Le Danemark plat?? 104 km et 857 de D+.

Ce jour qui se profile devant nous, sera notre troisième journée de pluie sur les vélos depuis notre grand départ, au mauvais temps se conjugue un mauvais balisage, journée pas facile.

Un chêne, quoi de plus beau qu'un arbre. Un arbre nous démontre le sens de la vie.

Enraciné dans la terre mère, élancé vers l'univers pour touver la lumière et les forces cosmiques. Démontrant la force, la persévérance, la beauté de son houppier étant plus beau qu'un grand nombre de plumage!

Dans son sein une vie intense entre insectes, petits mammifères et oiseaux nichant , picorant et lançant leur ramage pour défendre un territoire. Observez un arbre, vous adossez à son tronc en silence redonne énergie.

Durant notre voyage nous en figerons quelques un sur des photos,

Pin centenaire parc naturel Dodaña Espagne  

nous croiserons un olivier de plus de mille ans, un pin tortueux de plus de cent ans et bien d'autres qui ne révéleront pas leur âge leur, mais nous subjuguerons par leur aura envoutante.

Et toujours ce plaisir avec la possibilité d'effectuer notre marché en bord de route ici du miel et même du schnaps,

plus loin des pommes de terre,

je le dis et le répète : le rêve!

La ville de Viborg nous fait quitter la region du Himmerlands. Nous remarquons un changement les Danois sont plus affables , joviaux voir attentionnés. Est ce que nous nous trompons ? Est ce que nous nous faisons des idees? Pourtant on ressent bien que l'ambiance générale à changé, même le balisage des pistes cyclables est mieux entretenus.

Recherche faite, même si je n'aime pas les caricatures les gens du Himmerlands ont la reputation d'être froid et têtu. Ils sont des descendants de guerriers qui vivaient sauvagement dans des forêts au premier siecle après JC. Aurait-ce des consequences? Ou tout simplement le fait d'un climat venteux, humide...

Le temps n'est pas clément et le thermomètre guère sympa avec nous. Un village, un café, nous allons nous réchauffer quelque peu.

C'est un lieu très particulier, une ancienne maison qui fait non seulement café mais aussi épicerie antiquiquaire, vente d'objets d'artisanat ou d'art local. Quand au gérant il est adapté au décor et pour conclure pour le payement du café on met la somme que l'on veut dans une caisse!!!

Nous adorons de tels lieux originaux et allons nous y prélasser un peu.

Une crevaison va nous surprendre et changer notre routine. Réparer!

Nous repartons et une belle averse nous transit, nous rêvons d'un abri. Un scheltel est indiqué dans les environs. Pour le trouver un vrai jeu de piste, il est caché à l'arrière d'un centre de vacances ou se trouvent beaucoup de jeunes et les cabanes sont toutes occupées par ceux-ci. Zut!!

Trempées nous sommes prêt à repartir quand un groupe de jeunes arrivent et libère un scheltel pour nous, nous ne sommes pas à la fin de nos surprises. Nous nous installons et alors que nous allions nous préparer notre souper trois charmantes jeunes filles de cette école d'art nous amènent un énorme plat de saucisses et de viande grillée.😋

Ce repas chaud est un cadeau du ciel et nous fait du bien au moral.

Plat le Danemark?? 107km et 924 metres de D+.

Au matin mauvaise surprise le pneu crevé d'hier est à plat. En réparant trop rapidement j'avais omis de rerirer un bout de verre pris dans le pneu. Péripétie terminée nous repartons en remerciant très chaleureusement toute cette jeunesse.

Au milieu d'une prairie des pierres dressées attirent notre attention.

Nous apprenons que dans les premiers siècles de notre ère, les chefs vikings à leur décès se faisaient inhumés avec leurs bateaux et des pierres étaient levés sur les contours de ce dernier. Ici les pierres disparues avec le temps sont remplacées par des copies en métal.

En ce lieu ce fut une femme chef viking " Vibrog" qui fut enterrée.

Mais mirage la voici qui se dresse a la proue de son drakkar.

Incroyable tous ce que l'on peut appercevoir sur ces terres de trolls et de vikings!🤣

Voici une ville d'artiste c'est le lieu de vie d'un artiste Danois Niels Hansen Jacobsen qui s'installa en France quelques années. Sa maison et son attelier son transformé en musée.

Des statues élégantes

et d'autres plus épiques tel cette fontaine des trolls.

Nommé par l'artiste " trold der verjrer kristen bold": le troll qui suce le sang des chrétiens. Cela fit scandale car en 1927 elle fut installée devant une église à Copenhague. Cela va s'en dire que le clergé fit ce qu'il fallait pour qu'elle fut déplacée.

La piste s'améliore,

nous traversons de grandes zones d'élevage intensif mais de temps à autres on remarque des troupeaux de races plus local à l'elevage extensif.

Pour notre dernier bivouac Danois un scheltel dans la forêt.

Le Danemark nous aura marqué avec un réseau de pistes vraiment pas faciles pour des vélos chargés.