Après avoir passé une semaine en Italie, une traversée d'une vingtaine de kilomètres en Slovénie nous voici à la découverte de la Croatie.
Décembre 2018
15 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Ce matin nous prenons la direction de la Croatie. Sur le bord de la route une dame vends citrons, mandarines et huile d'olives en bio. Nous faisons un bon approvisionnent.


Cela sera notre manière de dire Ciao à l'Italie.

Nous approchons de Trieste le golfe de cette ville est magnifique et nous observons au loin la Slovenie et...la Croatie.


Voila la frontière avec la Slovenie

23km à parcourir et nous passons en Croatie.

Un petit arrêt à Umag premier contact avec ce pays et cette langue où nous n'avons jamais été et surtout changer des euros car la monnaie ici est le kuna.

Un beau coucher de soleil

et notre première nuit en ce pays va se passer dans un décor plus que sympa.

Nous nous contenterons de longer la mer Adriatique pour garder des températures raisonnable les montagnes sont bien blanches.

2

Ce matin grand soleil petite promenade en bord de mer et nous observons les montagnes lointaines saupoudrées de neige.

Nous partons à la découverte de quelques villages renommés. Nous sommes dans la région qui se nomme l'istre qui est surnommée la Toscanne Croate.

Ayant visité la Toscanne il n'y pas longtemps nous retrouvons le même paysage des vallons, des vignes, des vergers d'oliviers et des forêts de chênes avec des villages perchés sur de promontoire et la mer à l'horizon

Groznjan est le premier village où nous nous arrêtons. Petites ruelles avec des pavés très anciens et de belle maisons.


Nous vivons aussi notre premier contact avec un autochtone qui nous prend en photo car nous sommes de vrais touristes venant à la découverte, les touristes de l'été il les appels "les touristes terroristes" cela donne une idée du comportement des gens! Très sympa cette rencontre, il est architecte et il a une amie artiste qui a exposé à Strasbourg.

Nous voici reparti pour Buzet la capital de la truffe,

Sur la route qui mène de Roc à Hum nous découvrons des vestiges Glagolitique datant du XI ème siècles.

Le terme désigne l'alphabet Slave. Hum

plus petit village du monde selon les Croates mais surtout mignon.

Nous ne croisons pas grand monde nous aimons ce calme mais à la vue de tous les commerces fermé et du prix des parkings en saison on se rend compte de la foule qui peut envahir ces lieux.

Nous reprenons la direction de la mer et le soleil couchant jouant avec les nuages nous offres un spectacle.

Ce soir nous nous installons dans un camping à la ferme où il produit vin et huile d'olive. Notre approche du vin Croate,😝 pas formidable.

3

Nous continuons notre découverte de l'Istrie région Croate.

Rovnij nommé la petite Venise Croate, perché sur un promontoire les maisons de bordure on les pieds dans la mer.

Les ruelles étroites le linge pendu à l'extérieur alors que la temperature est en dessous de 10 degré donne à cette petite ville un air d'Italie.

D'ailleurs cette région Croate fut Italienne jusqu'en 1944. Comme en Italie le vin chaud se nomme "vin brûlé". Il est bien évident qu'il nous faut le déguster surtout que le soleil est agréable.

Nous partons à la pointe sud de l'Istre qui est un parc payant aux véhicules alors nous prenons nos vélos et découvrons cette côte ou la mer rentre profondément dans les terres.


Nous concluerons notre journée par Pula ville qui possède un amphithéâtre du premier siècle , l'un des plus grand edifice Romain.

Une belle porte Romaine et...

un marché de Noël.

Nous sommes dans la région reine de la truffe et avons déjà dégusté un excellent fromage à base de ce merveilleux champignon, nous allons conclure notre périple Istrien par une merveilleuse pizza " tartuffo" et un dessert alléchant. Nous en profitons le coût de la vie se divisant par deux.


Nos conseils:

Station pour camping car chez un vigneron et producteur d'huile d'olives " camp terre" à Selina. Le lieu est super le couple sympa, évitez le vin.

Pizzeria Jupiter à Pula

4

Après cette pizza nous nous sentons en forme nous décidons de prendre la route.

Peu avant Rijeka malgré la nuit nous voyons que nous sommes en surplomb de la mer nous décidons de passer la nuit en ce lieu en se disant que le paysage au réveil sera sympa. Effectivement!

Du mauvais temps est annoncé nous avons décidé de faire de la route. Nous serons accompagné par les bourrasques de vent, la pluie qui se transforme presque en neige, normal pour la saison.

Quand on aime la nature on l'apprécie par tous les temps.

Nous sommes dans une société coupée de ces racines et qui veut du soleil tout au long de l'année.

Mais la nature c'est aussi les intempéries et à nous de savoir les regarder et accepter.

Nous longeons la côte, la Croatie en compte 2000km et plus de 1180 îles .

Celles que nous apercevons sont très arides et minérales, comment l'Homme a t-il put avoir envie de s'installer dans un lieu qui nous parait bien hostile?

Nous traversons bon nombre de villages balnéaires vides et tristes en cette saison. L'été ce doit être pleins de touristes!

La nuit arrive et nous nous installons à proximité de Zadar. Il ne fait pas un temps à mettre une oreille dehors alors Pascal nous prépare un vin chaud avec le vin rouge acheté l'avant veille chez le viticulteur.

Nous partons à la visite de Zadar qui possède de nombreux vestiges Romains

qui furent détruit pour partie pendant la guerre de 1991 à 1995.

En entrant dans la zone piétonne nous arrivons au marché.

Un lieu toujours agréable pour croiser les habitants et prendre l'atmosphère.

De belles églises romanes,

nous aimons bien leur simplicité. Nous arrivons au niveau de forum où subsiste quelques vestiges dont un morceau de colonne en marbre vert.

En face de nous le pilier de la honte,

colonne Romaine qui servit de pilori au moyen âge pour les voleurs et les femmes adultères...Une honte, on peut qu'en même ce demander quand l'être humain cessera les horreurs. Sur la façade de la mairie de splendides fresques.

Mais ce que nous avons le plus aimé ce sont les orgues nautiques. Oeuvre moderne sur le quai en bord de mer des trous dans lesquels sont positionner les tuyaux d'orgues.

Les mouvements de la mer selon leurs intensités provoque des sons harmonieux.

C'est une invitation à la détente voir la méditation.

Noël approche les commerçants s'activent dans la décoration.

De retour dans notre maisonette il est temps de manger. Repas Croate, Burek aux épinards ou fromage suivi d'un fromage local que nous n'avons pas vraiment apprécier et d'un bon vin cépage Plavac Mali.

Nous reprenons la route toujours en longeons la côte, cette fois ci les îles sont plus verdoyantes.

et nous arrivons à Vodice.

Nous nous arrêtons sur une aire de camping-car chez l'habitant. Super accueil, on nous offre une spécialité les Fritules petits beignets préparés pour Noël.

Puis Laetitia nous prépare des bredalas, ces fameux gâteaux de Noël que toutes familles Alsacienne se fait le devoirs de confectionner en cette période.

Nos conseils:

Auto camp Sime à Vodice.

5

Nous partons visiter Sibenik nichée sur la côte adriatique.

Les ruelles étroites avec de nombreux escaliers

des coins et des recoins invitent à la flânerie malgré un vent glacial et donne une intimité à cette petite ville.

Certaines façades sont bien travaillées.

tel que le bâtiment où se prenait les décisions politiques au XV ème siècle.

Nous retrouvons une ambiance Italienne. Pas étonnant à l'age d'or de Venise toutes ces villes furent sous la domination de la serenissime.

Mais sans y paraître Sibenik a deux grandes originalités.

Ce fut la première ville au monde dotée de l'électricité public en 1895. Il existe une réplique des premiers lampadaires.

La cathédrale

en son temps seul bâtiment d'Europe construit sans mortier. La technique "Juraj Dalmatinac" les monolithes sont sculptés et joints entre eux en formant l'équilibre parfait, grace à des languettes et des rainures.


Mais régulièrement des plaques commémorative nous rappel qu'il y a 20 ans ce lieux calme et charmant était en guerre!

Ça ne les empêche pas d'avoir de l'humour!

La mer et des dizaines d'îles trônent autour de cette ville.

Et de nombreuses promenades à pieds ou en vélo sont faisable.

Ce lieu vaut vraiment le détour. En cette période certe un peu fraîche nous sommes bien tranquilles pour la visite.

6

Ciel bleu immaculé, soleil éclatant, pas de vent le temps idéal pour passer la journée dans un endroit naturel exceptionnel.

Direction le parc naturel de KRKA du nom de la rivière qui le traverse.

La route traverse un long plateau ou poussent des oliviers, un peu de vignes mais surtout une végétation pas très grande qui doit souffrir de la sécheresse et du " Bora" vent froid venant des montagnes.

D'ailleurs nous les distinguons au loin couverte de leur manteau blanc neigeux.

Le Krka

s'écoule dans des canyons

puis franchit des barrières de tuf constituant un phénomène karstique naturel.

Le tuf ou travertin, formation géologique à la base de ce site est un phénomène fréquemment rencontré dans les cours d'eau mais il est rare qu'il est formé des chutes et des cascades comme celles que l'ont peut voir sur le Krka.

17 gradins qui provoque une chute de 45 mètres.

Le Skradinski buk est l'ensemble de chutes et de cascades le plus visité sur le cours de la Krka. Nous sommes bien content d'être là en ce mois de décembre car le site est pour nous seul. Nous rencontrons une canadienne et des Français un couple et les deux enfants qui sont partis depuis 7 mois sur les routes d'Europe.

Le lieu exprime toute la force de l'eau et la puissance de la nature, Dès l'époque pre-industrielle les hommes occuperont cet espace

pour utiliser la force de l'eau.

De nombreux moulins à eaux pour différentes activités: moulage du blé,

Chaque canal alimente une meule pour son fonctionnement  

lavage et foulonnage du linge, tissage des sacs et des tapis de sol, forgeage de fers a chevaux...et en 1895 la première centrale hydroélectrique qui permit à Sibenik d'être la première ville d'Europe à jouir de l'énergie électrique publics.

Nous reprenons ensuite la voiture pour accéder aux chutes de Roski slap.

Une belle montée pour avoir une vue exceptionnelle sur le lieu.

Tout est très bien aménagé, passerelle, escaliers ce qui explique le prix d'entrée. En hiver de 30 kuna soit 4€ en été ce n'est pas pareil l'entrée est 26€.

Ce fut un vrai regal ce moment dans ce lieu où la force des éléments nous rappel que nous sommes "pas grand chose" et nous devons avoir beaucoup de respect face à cette beauté et cette terre qui nous nourri.

C'est ragaillardis que nous reprenons la route pour poser notre maisonnette en bord de mer pour la nuit.

7

Ce matin direction Split, il pleut quand nous prenons la route et nous ne verrons que de très loin les vignes de Babic qui ont la particularité d'être cultivées au milieu de murets de pierres.

On admire quand même le paysage et prenons quelques photos depuis le fourgon.

Nous arrivons à Split où se trouve le palais de l'empereur Gaius Valerius Diocletanus.

Construit il y a 1700 ans soit l'an 295 jusqu'au moment de son abdication en l'an 305 ou il quitta Nicodemie pour vivre dans son palais, celui-ci qui a une surface de 28900 m2 était sa résidence secondaire!

La transformation du palais en ville commença au 7 ème siècle. Quand les habitants des environs viennent s'y réfugier devant les invasions des Avares et Slaves.

Après être passée sous différentes autorités Split est gouverné par Venise du XV ème siècle jusqu'à la fin du XVIII ème. Cela se ressent avec le style des ruelles et de différents palais. Dans l'enclave de ce palais romain c'est intéressant car nous passons des ruines romaines au style vénitien.

Pendant la guerre patriotique de 1991 à 1995 Split n'a pas été très atteint mais à accueilli beaucoup de réfugiés.

A l'entrée sud l'on passe dans les caves avec de très belles voûtes mais qui sont malheureusement occupé par des marchand de souvenirs.

A l'entrée nord on peut observer la statut de George de Nin religieux rebelle en 945 qui eu le courage de s'opposer au pape . La statut mesure 8m33!!

L'orteil de son pied droit est usé, frotté car il porterait bonheur; nous n'avons pas failli à la tradition. Nous arpentons une ville calme décorée pour Noël.

8

Grand soleil dans un ciel bleu immaculé après un footing nous quittons Split.

La route de la côte en direction du sud est magnifique

mais quand nous arrivons à Omis...magnifique! ces falaises tombant à pic derrière les maisons et ce fort perché la haut!


Qu'une envie grimper la haut. Omis est un village de pirates qui pendant un peu plus de deux siècles attaquerent galères du pape et navires marchand de Venise.

Les forts leur servaient d'abris et repère pour observer les navires dans le "Bracki kanal" bras de mer entre côte et ile de Brac. Omis à une âme médiévale mais donne aussi un air d'Italie car Venise la puissante est arrivée à bout des pirates.

En juin au bonheur des touristes les habitants retrouvent leurs racinnes piratesque pour une grande fête. Enfin comme il n'y plus de pirate nous montons tranquillement à l'assaut du fort Fortica au sommet de la Dinara.

Fort bien remis en état et la vue nous coupe le souffle qui est déjà bien court suite à la montée 300m de D+ sur 800m.

La descente par l'autre versant au soleil est fort plaisant

par ces températures printanières nous pouvons même admirer des fleurs.


Un vent nord/est se met a souffler avec des rafales et la mer nous offres un spectacle incroyable,

celui ci devint grandiose quand le mont Sveti jure 1762m et couvert de neige nous est apparu.

Il est l'heure pour le soleil de tirer sa révérence, a demain!

9

Voici deux jours que nous admirons le massif du Mont Saint Jure 1762m dans la parc national de Biokovo

alors ce matin comme le soleil est encore au rendez vous nous nous disons que depuis la haut, la vue doit être superbe.

Nous abordons la route pour monter au sommet; surprise elle interdite aux voitures en ce moment mais autorisé aux vélos. Nous garons notre maisonnette et enfourchons nos vélos. Sommet 23km, dès les premiers virages nous nous élevons au dessus de la mer.

Après un court passage en forêt nous montons en plein soleil dans un décor très minéral.

Voila que la neige garnie les bords de la route et rapidement nous traversons les premières plaques.

Nous arrivons au col Ravna Vlaska 1228m.

La vue est majestueuse, nous sommes à la verticale au dessus de la mer

et nous dominons les îles environnantes.

Mais le volume de neige augmente sur la route

et le froid s'intensifie nous décidons de redescendre, le cœur rempli de bonheur car non seulement la vue fut magnifique mais c'est aussi le grand silence de la montagne.

Par contre si nous avons transpirer en montant pour la descente il faut se couvrir car 8 degrés à environ 30km/h ça va piquer!!

Après cette escapade nous reprenons la route vers le sud, cette route est superbe et surement intéressante a faire en vélos au printemps.

Nous trouvons une place le long d'un port a cote de ploče et demain direction Dubrovnik avec deux frontières à passer, mais nous vous expliquerons cette absurdité humaine.

10

Ce matin nous commençons par le delta de la Neretva.

En descendant en direction du delta nous passons les 7 lacs de Bacinas

nous passons au dessus du fleuve de la Neretva.

et nous dominons cet immense delta

où l'eau à été canalisé,


ce qui donne un magnifique jardin où poussent légumes mais aussi oliviers, mandariniers, citroniers, grenadiers...

et tout au long de la route des cabanes où l'on achète fruits, confitures, jus de toutes sortes et huile d'olive.

Nous avons bien entendu effectué un petit ravitaillement.

Sur la route nous rendant à Dubrovnik nous avons du quitter la Croatie pour y rentrer à nouveau 23 km plus loin. Cette absurdité date de 1699. Dubrovnik ne porte se nom que depuis 1918. Avant c'était la république de Raguse qui conteste le monopole de Venise sur le commerce en Méditerranée. Raguse restera maître dans le commerce du sel. Mais c'est un etat avant gardiste car en 1416 c'est le premier état Européen qui aboli l'esclavage. En 1699 pour se protéger des attaques terrestre de Venise elle cède au pouvoir Ottoman une portion de terre vers le nord et le village de Neum.

Lors de la guerre de 1990 à 95 la Bosnie Herzegovine à revendiqué cet acces à la mer qui se nomme le couloir de Neum.


Ce qui fait que la Croatie est coupée en deux et le secteur de Dubrovnik est une enclave entre la Bosnie et le Montenegro de 90ooo habitants souffrant de cette histoire car pour commercer avec son propre pays il faut passer deux douanes parfois bien tatillonne.

C'est le nom de la Croatie 

Nous avons fait un arrêt à Ston presqu'île dans un endroit fabuleux et stratégique

où l'on peut se promener sur la muraille de chine Europeenne.

Plus grande muraille d'Europe avec ces 5,5 km.

Début des travaux l'an 1333 et il faudra 400 ans pour terminer l'édifice qui a pour but de surveiller le territoire autour des précieuses salines.

Double muraille crenele, 3 forts, 10 tours rondes, 31 carrés et 3 bastions semi circulaire. Un monument impressionnant car construit sur des pentes abruptes.


Les saline de Ston, les plus vieilles et les plus grandes de l'histoire de la méditerranée. Elle commencèrent leur vie dans la préhistoire. Le mode de production n'a pas beaucoup changé au fil des siècles ce qui garantie un sel d'excellente qualité.

Nous reprirent la route le long de cette côte où nous ne voyons jamais la pleine mer.

Nous avons même l'impression de longer une succession de lacs tout cela à cause d'un entremelement d'îles de tailles et de points culminants très différents et assez proches de la côte.


En arrivant sur Dubrovnik nous apercevons enfin la pleine mer.

11

Visite de Dubrovnik, " la perle de l'Adriatique"!

Ville avec un passé historique très riche qu'il serait trop long et fastidieux, sur Wikipedia il l'ont mieux fait que moi! Suivez nous! Nous partons des hauteurs de Dubrovnik

la où était installé ceux qui la bombardait pendant la guerre de 1991 à 1995.

Puis la porte d'entrée où se trouve Saint Blaise protecteur de la ville.

La fontaine principale qui était alimentée par un aqueduc de 12km.

La grande avenue qui fut construite sur un marais.

Au détour des rues, des façades marquées par des éclats d'obus

Des photos rappelant ces moments noirs.

Un mémorial avec les photos et noms de tout ceux qui ont laissé leur vie des jeunes de 19 ans. Que dire devant une telle horreur et c'était il y seulement 23 ans.

Puis nous vous emmenons dans les ruelles,

marché de noël ou l'on ne trouve qu'a boire et manger.

Des monuments,

le port,

Le coeur de la vieille ville

couché de soleil depuis le parc Grada

levé de lune,

illuminations.

Voici la devise de la république de Raguse (nom de Dubrovnik avant 1918) république qui abolit l'esclavage en 1418.

Super d'être touriste en ce moment car il y a peu de monde et nous vivons avec les Croates.

Demain le Monténégro et retrouvez nous sur notre nouveau carnet de voyage.

Attention dans les pays que nous abordons nous risquons d'avoir des difficultés de réseau alors ne soyez pas étonné si un ou deux jours vous n'avez pas nouvelles.

À la votre et à bientôt