Carnet de voyage

Espagne région Castille-Léon

3 étapes
4 commentaires
30 abonnés
Dernière étape postée il y a 2 heures
Partis le 10 mai 2019 de St Die des Vosges en vélo. Le 1 juillet nous sommes au cap Nord, le 6 janvier à Tarifa en Espagne. Après avoir remonté le Portugal nous voici dans le nord de l'Espagne.
Août 2020
4 semaines
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 1er août 2020

Nous quittons le Portugal ,

bonjour l'Espagne!!

A la sortie du village la route s'élève nous partons de 735 mètres pour arriver à 1150 en 12 kilomètres, le matin ça réveil!!

Nous sommes dans la sierra de la Culebra en face de nous la sierra de la Cabrera avec un sommet le Vizcodillo à 2124 mètres.

Quelle vue!!

Nous allons traverser la région Castille-León, l'une des plus grandes d'Espagne.

Voici Puebla de Sanabria, village de montagne situé à 950 mètres d'altitude.

La gare du village à l'architecture particulière.

Après avoir découvert les villages Portugais verrous face à la frontière Espagnole, voici les villages Espagnols verrous face à la frontière Portugaise. Avec tout autant de guerres, de fortifications, château ....

et d'églises,

Puebla de Sanabria, est niché sur un éperon rocheux au confluent des rio Tera et Castro,

nous laisserons les bâtiments guerriers et religieux et choisissons de passer de rues en rues

pour nous extasier devant ces maisons aux balcons en bois travaillés et très fleuris.

L'atmosphère est lourde car la psychose face au covid est bien plus grande qu'au Portugal, ici tout le monde à le masque même dans la rue et on ressent que les gens se méfient des uns des autres; je pense que nous éviteront au maximum les villes.

L'absurdité humaine, de nombreuses personnes femmes ou hommes mettent le masque sous le menton pour bruler une cigarette. Peur du covid! Mais ont-ils regardé les photos sur les paquets de cigarettes???🤔

Par contre quel bonheur!

L'automobiliste Espagnol à la vue des voyageurs à vélo que nous sommes ralentis, s'écarte, tout simplement est "bienveillant"; nous roulons nettement plus détendus😊.

Nous installerons notre cabane sur les rives du lac de barrage de Cernadilla. Proche de roches de schiste

et profiterons d'un super coucher de soleil.

Nous laissons la nationale 525 pas interessante, de grandes lignes droites, des villages tristes, bien que pas très circulante grace à l'autoroute qui la longe. Avant la construction de cette derniere la circulation devait être intense sur cette route et les habitants ont dû fuire ces villages devenus invivables à cause du bruit.


Nous préférons faire des détour mais privilégier les petites routes en passant par Villadecervios. Les villages sont mignons, habités et le "bom dia" se transforme en " ola".

De nombreux panneaux informent du danger de passage d'animaux, un cerf majestueux traverse la route devant nous.😳

Nous ne pourrons partager cet instant avec vous, alors voici les panneaux invitant à la précaution.

Camarzana de Tera, le début de la route archéologique qui nous fera voyager du VII ème siècle avant JC à l'époque Romaine.

Visite de la mosaïque de la villa romana de Orpheo.

Sur les deux photos du haut vous pouvez devinez des chevaux. En bas à gauche une tête de femme. 

Nos premières journées en Espagne bien riche en découvertes, mais ou est l'Espagne d'avant covid?

Avec la joie de vivre, l'ambiance dans les rues, je pense que nous tenterons même pas d'aller dans un marché nous serions trop déçu.

L'après midi au frais dans un parc en bord de rivière, c'est un moment où les Espagnols se détendent, osent enlever leur masque pour certain et l'on retrouve l'ambiance famille,amis avec joie.😁

Par contre, au moment de repartir crevaison roue avant du vélo de Pascal.

Nous n'allons pas nous plaindre nous n'en sommes qu'à notre troisième crevaison. 👍

Qualité des pneus schwalbe marathon!

Vite et bien réparé


Ce matin nous partons sur cette route archéologique, Santibanez de Vidriales, centre d'interpretation du camp romain n'ouvre pas avant 11h00, il est 10 h00 nous n'allons pas attendre une heure.

A la sortie du village grande surprise depuis que nous sommes dans la péninsule iberique c'est la première église que nous voyons complètement en ruine, aucune explication. Nous partageons notre surprise et étonnement.

Le camp romain

fermé, visite possible que sur rendez vous, cause covid, ce dernier va nous causer bien des déceptions ce matin.

Nous avons juste pu appercevoir comme nous vous le partageons des tours reconstituées.

S. Pedro de la Viňa à la particularité d'avoir une fontaine romaine,

nous y verrons aussi un beau lavoir plus recent, à l'eau très pur ou nous effectueront notre ravitaillement.

et je grimperais au clocher de l'église.

De très anciennes maisons retiendront notre attention.

A Enclada, c'est l'église romane qui retiendra notre attention tout d'abord pas son impressionant nid de cigognes,

puis sa porte en bois sculpté et patinée par le temps,

ce sont des églises fortifiées

qui servaient au niveau du clocher de tour de guet.

Pour rejoindre Arrabalde une belle côte qui nous offre un panorama sur cette plaine.

Voici le dolmen Del Caseton de Los Moros de 3000 ans avant JC, lieu funéraire pas entretenu.

Arrabalde, centre d'interpretation entre autre sur le tresor d'Arrabalde, fermé.

Morales de Rey, Aula archeologiqua*, fermé.

Manganeses, Aula archeologiqua fermé.

Dépité, nous rejoignons Benavente et mangeons car il est 14h00, nous nous sommes mis au rythme Espagnol.

Repos et plus du tout motivé pour effectuer une visite de plus il fait une chaleur écrasante.

Nous attendons l'ouverture du magasin de vélo pour acheter une pompe les nôtre ont rendues l'âme.

On a trop de force pour ces petites pompes.💪

Laetitia heureuse se trouve une nouvelle selle. Les selles ont du gel à l'interieur pour ameliorer le confort mais avec le temps tout cela s'use.

C'est que nous en passons du temps sur nos vélos en moyenne 4 à 5 heures par jour, le confort de notre popotin est important.

Une selle qui fait souffrir peut gâcher tout le plaisir du voyage à vélo.

Une nouvelle selle, une nouvelle pompe et une voie verte pour sortir de cette petite ville qui de plus nous mène dans notre direction quoi demander de plus???!

*Musée archéologique

2
2
Publié le 3 août 2020

Ce matin objectif traverser la Tierra de Campos, la terre des champs, un plateau culminant à plus de 750 mètres d'altitude.. tout plat où n'apparaissent qu'une chose: cultures de céréales.

Notre Beauce en altitude!

Sur un terrain aussi roulant et compte tenu de la pause chaleur de l'après midi nous pensons effectuer entre 80 et 100 km. Mais...et oui dans les histoires il y a souvent un mais!

C'est sans compter sur une fabrique de charcuterie artisanale avec magasin de vente directe: Jambon et chorizo.

Mais....c'est sans compter que nous passons devans la reserve naturelle des lagunes de Villafalia. Des lagunes et observatoires d'oiseaux, Alors pour les kilomètres nous verrons plus tard.

Revenons à notre bivouac, installé dans un champs de céréales moissonné, proche d'un champs de tournesol nous étions partis pour passer une nuit dans un silence d'or!😴 Quand tout à coup un moteur ce mis en marche, assez lointain, puis un deuxième cette fois beaucoup plus proche. Pas trop loin des champs de poivrons qui sont irrigués toute la nuit. Il y a mieux comme berceuse mais on s'adapte.

Le matin, le calme revient et nous repartons sur nos vélos la tête abasourdi !

Barcial del Barco toujours ces églises romane très particulière.

La lagune, nous sommes accueilli par un guide qui nous explique que ces lagunes sont uniquement alimenté par de l'eau de pluie, en cette saison elles sont toutes assechées

sauf une qui est alimenté par la nappe phréatique. Dans la période hivernale beaucoup d'oiseaux viennent s'y pauser en ce moment les variétés sont réduites.

Les observatoires sont bien intégrés et premettent d'approcher la lagune sans se faire voir.

Même si les espèces ne sont pas nombreuses et il y a beaucoup d'oies qui sont toujours amusante à regarder avec leur cacardement incessant

et nous arrivons quand même à rester en admiration devant l'himantopus himantopus (echassier blanc)

Des barges a queue noires

Les anciennes barques qui permettaient de chasser oies et canards.

Heureusement que nous avons nos jumelles et dans ces cas là nous regrettons toujours la faiblesse photographique du portable.

Il y a des outardes, gros oiseaux terrestres.

Nous pourrions rester des heures à regarder, observer, écouter mais il faut se resoudre alors un dernier regard sur les oies et leurs reflets


Pour midi nous sommes à Villalpando, ce qui est agréable en Espagne, dans la moindre agglomération on trouve très souvent un petit parc avec de l'eau. Parfait pour la pause et notre ravitaillement en eau.

Cette petite ville est riche en patrimoine historique, totalement fortifié à l'epoque Mauresque il reste une belle porte

La place ducale est entourée de batisses avec arcades et belle architecture, dont des colonnes en calcaire coquillé.

Faites un balade avec nos yeux😳

Ce qui nous étonnera ce sont ces constructions en petites briques rouge cela nous fait penser à une region bien de chez nous!😉

L'apres midi la route sera quelque peu lassante.

Dans ces cas là nous nous relayons et avalons les kilomètres. Le soir nous aurons abattus 75 km à une vitesse moyenne de 21,3km/h. Content de nous, nous nous offrons de quoi nous regaler.

La charcuterie du matin et un vin local.

Quand au fromage il a du mal à supporter les chaleurs!

Et en plus le coucher de soleil de quoi se régénérer!

En ce dimanche matin nous continuons par des toutes petites routes la traversée de ce plateau, le terrain est plus vallonné et nous grimperons jusqu'à 904 mètres, avec un beau vent de face.

Vu le nombre important d'eoliennes le vent doit souvent souffler,

Nous sommes dans le paradis des ennergies renouvelable.

Pour midi nous sommes à Ampudia, un magnifique et imposant chateau du XV ème siècle nous stop et avec juste raison

car cette ville est très typique avec ses maisons sur pilotis comme ils disent ici, c'est une particularité de la Castille alors regardons:

Ces anciennes colonnes sont pleine d'histoire en observant on y voit encore les traces de l'arbre.

Sur notre route nous prendrons un peu de temps pour observer un groupe de milans et de vautours moines qui utilsent les vents pour nous offrir de magnifiques arabesques.

Nous dominons la ville de Duenas

blottit si l'on peut dire dans un peu de verdure au milieu de ce jaune céréalier.

Cette ville est sans trop de cachet, en dehors de la porte

et sces caves enterrées avec des cheminees que nous observont depuis plusieurs jours, qui doivent être typique de la région .

En plus cela permet une photo bien originale....

Nous continuons notre route face au vent et une fresque enfantine mais bien migone nous offre un peu de répit.

Pas facile de trouver un coin pour notre cabane dans ce désert de paille et nous sommes chaque fois époustouflé quand nous regardons l'altimètre qui indique 960 mètres. Enfin il existe toujours un petit coin pour nous pauser!😊

Regardez !

3

Nous repartons au milieu de ce paysage céréalier. Traversons et remontons une vallée à la géologie particulière.

Notre journée ne sera pas bien compliquée mais physique, du plat avec un vent de face sur une bonne dizaine de kilomètres puis tout d'un coup descente dans un vallon. Y passe une rivière et se situe souvent un village et une montée à fort pourcentage pour retrouver le plateau.

Des pyramides de bottes de paille et des élevages intensifs de volailles ou de cochons.

Hérésie de l'homme moderne, certes les animaux sont proches des céréales d'où économie de transport, mais par de telles chaleurs il faut ventiler voir réfrigérer les batiments d'élevage le coût énergétique doir être pharamineux.

Il faut savoir que le cochon ne peut pas réguler sa température il lui faut nécessairement de l'ombre et une bauge où se baigner pour se rafraichir sinon c'est la mort assuré.

Au début de la Tierra de Campos, il y avait de nombreuses terres en friches, surement incultivables, pourquoi ne pas y mettre des porcs et les laisser gambader🐖🐷?

J'oubliais, rentabilité oblige!!!

Au loin pour notre grande joie et motivation enfin des montagnes la Serra Demanda!!

Nous voici à 4 km de Lerma, un rond point avec des entrées d'autoroute et une route qui nous emmène à l'opposer de notre direction! Et au rond point la Guarda Civila, Laetitia qui est multi linguiste, (incroyable comme c'est cool pour moi), s'adresse aux forces de police pour savoir comment on fait?

Pas de problème vous prenez l'autovia!

C'est vrai qu' avant Algesira nous avions déjà emprunter une autoroute et c'est autorisé, incroyable ces Espagnols!!!

Fin d'apres midi nous voici à Lerma, nous partons visiter la ville ducale, l'architecture est interessante, le palais Ducal pompeux avec ses 210 balcons et 135 fenêtres

les arches du couvent très belles

et la porte d'entrée de la ville imposante.

Nous profiterons d'un beau "mirador" pour observer notre prochain terrain de jeu, avec un sommet San Millan 2131 mètres.

Regretable que les Espagnols n'est pas de sensibilité pour les zones pietonnières. Difficile d'observer sans être dérangé par un véhicule et très difficile de faire une photo sans voitures.

L'heure tourne il aurait surement fallu un peu plus de temps pour découvrir tous les charmes de cette ville et s'égarer dans les ruelles.

Mais il nous faut repartir pour trouver notre chambre d'hôtel que dame nature nous offre gratuitement tous les soirs. Cela se terminera comme la veille dans un champs de céréales mais cette fois -ci pas de coucher de soleil, ni de lever mais un magique lever de lune.

Cela me remémore une très vielle chanson interprétée par ma mère " Bondsoir madame la lune, bonsoir"

Et lendemain matin cette gente dame n'est pas encore couchée!

Route BU 904, le paysage se modifie plus de forêt et des premiers sommets à 1400 apparaissent.

Rapidement nous arrivons à Covarrubias, un grand panneau en bord de route nous dit

" conjonto historiquo"

Encore une belle surprise, beau village dont l'origine est médiévale.

Au X eme siecle Covarrubias devient capitale du premier comté de Castille.

Le XIII ème siècle d'autres personnage célèbre tel l'infant Don Philippe et son épouse la princesse Kristina de Norvège s'installe dans la capitale.

Au XV ème siècle, Francisco Valles, connu sous me nom de" Divino Valles" est le représentant le plus important de la médecine de la renaissance.

Ce village est un des meilleurs exemple de l'architecture populaire castillane avec une particularité, des balcons couvert d'un petit toit

ou incorporé dans la façade.

Des arcades,

des maisons très fleuris, la maison de l'évêque Peña qui fut archevêque en Amérique latine on voit son blason du XVI ème siècle sur la façade.

Le donjon construit au X ème siècle, sa forme correspond à une pyramide tronquée,

le batiment des archives construit au XVIII ème siècle qui aujourd'hui abrite office du tourisme, bibliothèque et salle de réunion.

Mais cette ville recèle un personnage illustre gastronomiquement le roi du Morcillas.

Effevtivement il est délicieux composé d'oignons, riz, sang de porc, epices et boyau naturel

et dans sa boutique un vélo qui ne nous échappe pas!

Ce pays nous reserve une autre spécialitée la " torta de chicharron".

Une tarte à base de saindoux, d'anis, de chicharon ( gratons) et du sucre, et bien savez vous que ça se mange et qu'on en redemande!!

Ville animée, dans laquelle nous avons trouvé plaisir à nous promener et nous partageons le résultat de cette flanerie.

A noter l'originalité des poubelles, si toutes les villes mettaient de l'art dans le déchet, est-ce que cela sensibiliserait plus la population à déposer les déchets dans ces réceptacles originaux?

Nous repartons et les montagnes sont là avec leurs roches sommitales nommées tables. La route grimpe, la végétation se modifie ainsi que les parfums.

Nous suivrons quelques temps le camino del cid qui va de Burgos à Valencia.

Peut être un futur projet en vélo ??

Nous arrivons au

"Desfiladero de la Yecla."

Nous sommes accueillis pas un vol de vautours fauves

alors que d'autres guettent du haut des roches.

La rivière Yecla se faufile entre des falaises rocheuses de plus de 100 mètres de haut sur 1200 mètres de long.

C'est bien aménagé grace à une passerelle nous surplombons la rivière très calme durant l'été, mais cela reste quand même très beau et impressionnant.

Notre journée va se terminer tout proche du défilé et en compagnie des vautours fauve ce qui rejoui Laetitia qui est passionnée pas les rapaces.

Si il reste sur notre route encore de nombreux villages aussi interessant et de lieu aussi particulier arriverons nous en France??🤔