Partis le 10 mai 2019 de St Die des Vosges en vélo. Le 1 juillet nous sommes au cap Nord, le 6 janvier à Tarifa en Espagne. Après avoir remonté le Portugal nous voici dans le nord de l'Espagne.
Août 2020
4 semaines
Partager ce carnet de voyage
1

Nous quittons le Portugal ,

bonjour l'Espagne!!

A la sortie du village la route s'élève nous partons de 735 mètres pour arriver à 1150 en 12 kilomètres, le matin ça réveil!!

Nous sommes dans la sierra de la Culebra en face de nous la sierra de la Cabrera avec un sommet le Vizcodillo à 2124 mètres.

Quelle vue!!

Nous allons traverser la région Castille-León, l'une des plus grandes d'Espagne.

Voici Puebla de Sanabria, village de montagne situé à 950 mètres d'altitude.

La gare du village à l'architecture particulière.

Après avoir découvert les villages Portugais verrous face à la frontière Espagnole, voici les villages Espagnols verrous face à la frontière Portugaise. Avec tout autant de guerres, de fortifications, château ....

et d'églises,

Puebla de Sanabria, est niché sur un éperon rocheux au confluent des rio Tera et Castro,

nous laisserons les bâtiments guerriers et religieux et choisissons de passer de rues en rues

pour nous extasier devant ces maisons aux balcons en bois travaillés et très fleuris.

L'atmosphère est lourde car la psychose face au covid est bien plus grande qu'au Portugal, ici tout le monde à le masque même dans la rue et on ressent que les gens se méfient des uns des autres; je pense que nous éviteront au maximum les villes.

L'absurdité humaine, de nombreuses personnes femmes ou hommes mettent le masque sous le menton pour bruler une cigarette. Peur du covid! Mais ont-ils regardé les photos sur les paquets de cigarettes???🤔

Par contre quel bonheur!

L'automobiliste Espagnol à la vue des voyageurs à vélo que nous sommes ralentis, s'écarte, tout simplement est "bienveillant"; nous roulons nettement plus détendus😊.

Nous installerons notre cabane sur les rives du lac de barrage de Cernadilla. Proche de roches de schiste

et profiterons d'un super coucher de soleil.

Nous laissons la nationale 525 pas interessante, de grandes lignes droites, des villages tristes, bien que pas très circulante grace à l'autoroute qui la longe. Avant la construction de cette derniere la circulation devait être intense sur cette route et les habitants ont dû fuire ces villages devenus invivables à cause du bruit.


Nous préférons faire des détour mais privilégier les petites routes en passant par Villadecervios. Les villages sont mignons, habités et le "bom dia" se transforme en " ola".

De nombreux panneaux informent du danger de passage d'animaux, un cerf majestueux traverse la route devant nous.😳

Nous ne pourrons partager cet instant avec vous, alors voici les panneaux invitant à la précaution.

Camarzana de Tera, le début de la route archéologique qui nous fera voyager du VII ème siècle avant JC à l'époque Romaine.

Visite de la mosaïque de la villa romana de Orpheo.

Sur les deux photos du haut vous pouvez devinez des chevaux. En bas à gauche une tête de femme. 

Nos premières journées en Espagne bien riche en découvertes, mais ou est l'Espagne d'avant covid?

Avec la joie de vivre, l'ambiance dans les rues, je pense que nous tenterons même pas d'aller dans un marché nous serions trop déçu.

L'après midi au frais dans un parc en bord de rivière, c'est un moment où les Espagnols se détendent, osent enlever leur masque pour certain et l'on retrouve l'ambiance famille,amis avec joie.😁

Par contre, au moment de repartir crevaison roue avant du vélo de Pascal.

Nous n'allons pas nous plaindre nous n'en sommes qu'à notre troisième crevaison. 👍

Qualité des pneus schwalbe marathon!

Vite et bien réparé


Ce matin nous partons sur cette route archéologique, Santibanez de Vidriales, centre d'interpretation du camp romain n'ouvre pas avant 11h00, il est 10 h00 nous n'allons pas attendre une heure.

A la sortie du village grande surprise depuis que nous sommes dans la péninsule iberique c'est la première église que nous voyons complètement en ruine, aucune explication. Nous partageons notre surprise et étonnement.

Le camp romain

fermé, visite possible que sur rendez vous, cause covid, ce dernier va nous causer bien des déceptions ce matin.

Nous avons juste pu appercevoir comme nous vous le partageons des tours reconstituées.

S. Pedro de la Viňa à la particularité d'avoir une fontaine romaine,

nous y verrons aussi un beau lavoir plus recent, à l'eau très pur ou nous effectueront notre ravitaillement.

et je grimperais au clocher de l'église.

De très anciennes maisons retiendront notre attention.

A Enclada, c'est l'église romane qui retiendra notre attention tout d'abord pas son impressionant nid de cigognes,

puis sa porte en bois sculpté et patinée par le temps,

ce sont des églises fortifiées

qui servaient au niveau du clocher de tour de guet.

Pour rejoindre Arrabalde une belle côte qui nous offre un panorama sur cette plaine.

Voici le dolmen Del Caseton de Los Moros de 3000 ans avant JC, lieu funéraire pas entretenu.

Arrabalde, centre d'interpretation entre autre sur le tresor d'Arrabalde, fermé.

Morales de Rey, Aula archeologiqua*, fermé.

Manganeses, Aula archeologiqua fermé.

Dépité, nous rejoignons Benavente et mangeons car il est 14h00, nous nous sommes mis au rythme Espagnol.

Repos et plus du tout motivé pour effectuer une visite de plus il fait une chaleur écrasante.

Nous attendons l'ouverture du magasin de vélo pour acheter une pompe les nôtre ont rendues l'âme.

On a trop de force pour ces petites pompes.💪

Laetitia heureuse se trouve une nouvelle selle. Les selles ont du gel à l'interieur pour ameliorer le confort mais avec le temps tout cela s'use.

C'est que nous en passons du temps sur nos vélos en moyenne 4 à 5 heures par jour, le confort de notre popotin est important.

Une selle qui fait souffrir peut gâcher tout le plaisir du voyage à vélo.

Une nouvelle selle, une nouvelle pompe et une voie verte pour sortir de cette petite ville qui de plus nous mène dans notre direction quoi demander de plus???!

*Musée archéologique

2

Ce matin objectif traverser la Tierra de Campos, la terre des champs, un plateau culminant à plus de 750 mètres d'altitude.. tout plat où n'apparaissent qu'une chose: cultures de céréales.

Notre Beauce en altitude!

Sur un terrain aussi roulant et compte tenu de la pause chaleur de l'après midi nous pensons effectuer entre 80 et 100 km. Mais...et oui dans les histoires il y a souvent un mais!

C'est sans compter sur une fabrique de charcuterie artisanale avec magasin de vente directe: Jambon et chorizo.

Mais....c'est sans compter que nous passons devans la reserve naturelle des lagunes de Villafalia. Des lagunes et observatoires d'oiseaux, Alors pour les kilomètres nous verrons plus tard.

Revenons à notre bivouac, installé dans un champs de céréales moissonné, proche d'un champs de tournesol nous étions partis pour passer une nuit dans un silence d'or!😴 Quand tout à coup un moteur ce mis en marche, assez lointain, puis un deuxième cette fois beaucoup plus proche. Pas trop loin des champs de poivrons qui sont irrigués toute la nuit. Il y a mieux comme berceuse mais on s'adapte.

Le matin, le calme revient et nous repartons sur nos vélos la tête abasourdi !

Barcial del Barco toujours ces églises romane très particulière.

La lagune, nous sommes accueilli par un guide qui nous explique que ces lagunes sont uniquement alimenté par de l'eau de pluie, en cette saison elles sont toutes assechées

sauf une qui est alimenté par la nappe phréatique. Dans la période hivernale beaucoup d'oiseaux viennent s'y pauser en ce moment les variétés sont réduites.

Les observatoires sont bien intégrés et premettent d'approcher la lagune sans se faire voir.

Même si les espèces ne sont pas nombreuses et il y a beaucoup d'oies qui sont toujours amusante à regarder avec leur cacardement incessant

et nous arrivons quand même à rester en admiration devant l'himantopus himantopus (echassier blanc)

Des barges a queue noires

Les anciennes barques qui permettaient de chasser oies et canards.

Heureusement que nous avons nos jumelles et dans ces cas là nous regrettons toujours la faiblesse photographique du portable.

Il y a des outardes, gros oiseaux terrestres.

Nous pourrions rester des heures à regarder, observer, écouter mais il faut se resoudre alors un dernier regard sur les oies et leurs reflets


Pour midi nous sommes à Villalpando, ce qui est agréable en Espagne, dans la moindre agglomération on trouve très souvent un petit parc avec de l'eau. Parfait pour la pause et notre ravitaillement en eau.

Cette petite ville est riche en patrimoine historique, totalement fortifié à l'epoque Mauresque il reste une belle porte

La place ducale est entourée de batisses avec arcades et belle architecture, dont des colonnes en calcaire coquillé.

Faites un balade avec nos yeux😳

Ce qui nous étonnera ce sont ces constructions en petites briques rouge cela nous fait penser à une region bien de chez nous!😉

L'apres midi la route sera quelque peu lassante.

Dans ces cas là nous nous relayons et avalons les kilomètres. Le soir nous aurons abattus 75 km à une vitesse moyenne de 21,3km/h. Content de nous, nous nous offrons de quoi nous regaler.

La charcuterie du matin et un vin local.

Quand au fromage il a du mal à supporter les chaleurs!

Et en plus le coucher de soleil de quoi se régénérer!

En ce dimanche matin nous continuons par des toutes petites routes la traversée de ce plateau, le terrain est plus vallonné et nous grimperons jusqu'à 904 mètres, avec un beau vent de face.

Vu le nombre important d'eoliennes le vent doit souvent souffler,

Nous sommes dans le paradis des ennergies renouvelable.

Pour midi nous sommes à Ampudia, un magnifique et imposant chateau du XV ème siècle nous stop et avec juste raison

car cette ville est très typique avec ses maisons sur pilotis comme ils disent ici, c'est une particularité de la Castille alors regardons:

Ces anciennes colonnes sont pleine d'histoire en observant on y voit encore les traces de l'arbre.

Sur notre route nous prendrons un peu de temps pour observer un groupe de milans et de vautours moines qui utilsent les vents pour nous offrir de magnifiques arabesques.

Nous dominons la ville de Duenas

blottit si l'on peut dire dans un peu de verdure au milieu de ce jaune céréalier.

Cette ville est sans trop de cachet, en dehors de la porte

et sces caves enterrées avec des cheminees que nous observont depuis plusieurs jours, qui doivent être typique de la région .

En plus cela permet une photo bien originale....

Nous continuons notre route face au vent et une fresque enfantine mais bien migone nous offre un peu de répit.

Pas facile de trouver un coin pour notre cabane dans ce désert de paille et nous sommes chaque fois époustouflé quand nous regardons l'altimètre qui indique 960 mètres. Enfin il existe toujours un petit coin pour nous pauser!😊

Regardez !

3

Nous repartons au milieu de ce paysage céréalier. Traversons et remontons une vallée à la géologie particulière.

Notre journée ne sera pas bien compliquée mais physique, du plat avec un vent de face sur une bonne dizaine de kilomètres puis tout d'un coup descente dans un vallon. Y passe une rivière et se situe souvent un village et une montée à fort pourcentage pour retrouver le plateau.

Des pyramides de bottes de paille et des élevages intensifs de volailles ou de cochons.

Hérésie de l'homme moderne, certes les animaux sont proches des céréales d'où économie de transport, mais par de telles chaleurs il faut ventiler voir réfrigérer les batiments d'élevage le coût énergétique doir être pharamineux.

Il faut savoir que le cochon ne peut pas réguler sa température il lui faut nécessairement de l'ombre et une bauge où se baigner pour se rafraichir sinon c'est la mort assuré.

Au début de la Tierra de Campos, il y avait de nombreuses terres en friches, surement incultivables, pourquoi ne pas y mettre des porcs et les laisser gambader🐖🐷?

J'oubliais, rentabilité oblige!!!

Au loin pour notre grande joie et motivation enfin des montagnes la Serra Demanda!!

Nous voici à 4 km de Lerma, un rond point avec des entrées d'autoroute et une route qui nous emmène à l'opposer de notre direction! Et au rond point la Guarda Civila, Laetitia qui est multi linguiste, (incroyable comme c'est cool pour moi), s'adresse aux forces de police pour savoir comment on fait?

Pas de problème vous prenez l'autovia!

C'est vrai qu' avant Algesira nous avions déjà emprunter une autoroute et c'est autorisé, incroyable ces Espagnols!!!

Fin d'apres midi nous voici à Lerma, nous partons visiter la ville ducale, l'architecture est interessante, le palais Ducal pompeux avec ses 210 balcons et 135 fenêtres

les arches du couvent très belles

et la porte d'entrée de la ville imposante.

Nous profiterons d'un beau "mirador" pour observer notre prochain terrain de jeu, avec un sommet San Millan 2131 mètres.

Regretable que les Espagnols n'est pas de sensibilité pour les zones pietonnières. Difficile d'observer sans être dérangé par un véhicule et très difficile de faire une photo sans voitures.

L'heure tourne il aurait surement fallu un peu plus de temps pour découvrir tous les charmes de cette ville et s'égarer dans les ruelles.

Mais il nous faut repartir pour trouver notre chambre d'hôtel que dame nature nous offre gratuitement tous les soirs. Cela se terminera comme la veille dans un champs de céréales mais cette fois -ci pas de coucher de soleil, ni de lever mais un magique lever de lune.

Cela me remémore une très vielle chanson interprétée par ma mère " Bondsoir madame la lune, bonsoir"

Et lendemain matin cette gente dame n'est pas encore couchée!

Route BU 904, le paysage se modifie plus de forêt et des premiers sommets à 1400 apparaissent.

Rapidement nous arrivons à Covarrubias, un grand panneau en bord de route nous dit

" conjonto historiquo"

Encore une belle surprise, beau village dont l'origine est médiévale.

Au X eme siecle Covarrubias devient capitale du premier comté de Castille.

Le XIII ème siècle d'autres personnage célèbre tel l'infant Don Philippe et son épouse la princesse Kristina de Norvège s'installe dans la capitale.

Au XV ème siècle, Francisco Valles, connu sous me nom de" Divino Valles" est le représentant le plus important de la médecine de la renaissance.

Ce village est un des meilleurs exemple de l'architecture populaire castillane avec une particularité, des balcons couvert d'un petit toit

ou incorporé dans la façade.

Des arcades,

des maisons très fleuris, la maison de l'évêque Peña qui fut archevêque en Amérique latine on voit son blason du XVI ème siècle sur la façade.

Le donjon construit au X ème siècle, sa forme correspond à une pyramide tronquée,

le batiment des archives construit au XVIII ème siècle qui aujourd'hui abrite office du tourisme, bibliothèque et salle de réunion.

Mais cette ville recèle un personnage illustre gastronomiquement le roi du Morcillas.

Effevtivement il est délicieux composé d'oignons, riz, sang de porc, epices et boyau naturel

et dans sa boutique un vélo qui ne nous échappe pas!

Ce pays nous reserve une autre spécialitée la " torta de chicharron".

Une tarte à base de saindoux, d'anis, de chicharon ( gratons) et du sucre, et bien savez vous que ça se mange et qu'on en redemande!!

Ville animée, dans laquelle nous avons trouvé plaisir à nous promener et nous partageons le résultat de cette flanerie.

A noter l'originalité des poubelles, si toutes les villes mettaient de l'art dans le déchet, est-ce que cela sensibiliserait plus la population à déposer les déchets dans ces réceptacles originaux?

Nous repartons et les montagnes sont là avec leurs roches sommitales nommées tables. La route grimpe, la végétation se modifie ainsi que les parfums.

Nous suivrons quelques temps le camino del cid qui va de Burgos à Valencia.

Peut être un futur projet en vélo ??

Nous arrivons au

"Desfiladero de la Yecla."

Nous sommes accueillis pas un vol de vautours fauves

alors que d'autres guettent du haut des roches.

La rivière Yecla se faufile entre des falaises rocheuses de plus de 100 mètres de haut sur 1200 mètres de long.

C'est bien aménagé grace à une passerelle nous surplombons la rivière très calme durant l'été, mais cela reste quand même très beau et impressionnant.

Notre journée va se terminer tout proche du défilé et en compagnie des vautours fauve ce qui rejoui Laetitia qui est passionnée pas les rapaces.

Si il reste sur notre route encore de nombreux villages aussi interessant et de lieu aussi particulier arriverons nous en France??🤔

4

Belle nuit au calme à un peu plus de 1000 mètres d'altitude.

Quelques tours de roues, 3 kilomètres voici Santo Domingo de Silos, village renommé pour ses églises. Nous y ferons une halte et nous nous y promenerons,... bon, le tour est vite fait, ce sont bien les edifices religieux qui prennent le plus de place.

En observant je préfère des détails oubliés ou invisibles pour beaucoup de gens mais qui ont une belle richesse de travail ornementale.

Dans les rues quelques belles maisons

et l'ancien lavoir avec une eau claire et transparente, c'est hipnotisant de voir avec tant de précision le lit du ruisseau.

Une sculpture pour la paix, nous en avons bien besoin en cette période compliquée.

Le soleil est déjà haut dans le ciel quand nous enfourchons nos destriers.

Nous passons une vallée avec des montagnes majestueuses autour de nous.

9 kilomètres à parcourir sur la nationale 234 avec une forte circulation. Dans d'autres pays nous ferions tout pour l'eviter, ici en Espagne nous y allons serein et c'est bien agréable de savoir que les automobolistes nous respectent!😊

Nous empruntons une petite route qui remonte le rio Pedroso, route sinueuse et variée avec forêts et petites cultures. Nous ferons notre pause repas/sieste dans un tout petit village où l'entretien des maisons peut être surprenante par rapport à des agglomérations plus grandes.

Ici le batiment du moulin est bien remis en état.

Nous passons un canyon,

les roches tombent à pic sur la route et des dizaines de vautours planent dans le ciel.

Pour profiter pleinement du spectacle il nous faut rouler le nez en l'air, pas facile car les virages sont nombreux et il y quand même quelques véhicules.

Cet endroit est fascinant!

Barbadillo de Herreros nous surprendra pour ces belles maisons typiques castillanes et bien remisent en état.

Notre route s'élève, nous arrivons sur un plateau qui culmine à 1290 mètres,

cette fois-ci, c'est l'élevage qui prend le dessus et nous entendons au loin les troupeaux de vaches avec leurs clarines.

En face de nous une crête avoisinant voir dépassant les 2000 mètres. Ces montagnes hautes mais très douces, difusent des sensations de quiétude et de calme.

Belle endroit pour passer la nuit.

Ce matin nous savons que notre étape va être courte mais coriace en dénivelé. Après une belle descente, un carrefour et la route se redresse doucement,

j'aime ces instants où nous amorçons la montée, nous pénétrons dans la forêt un peu sombre et fraiche, les rayons du soleils jouent avec les arbres et provoque une lumière très particulière. La forêt se termine, de la belle herbe de montagne bien grasse, les arbres laissent place à l'élevage.

Voici Huerta de arriba, petit village que l'on a du mal de repérer sur une carte, aucun guide touristique doit le signaler et pourtant je veux montrer que dans le plus petit bourg voir hameau que nous traversons il y toujours quelques choses à voir! La mairie avec des arcades qui dû être un batiment religieux,

l'entrée de l'eglise avec son tympan,

une maison avec un blason ou un porche magnifique, il doit y avoir de l'histoire ici.

Pour terminer, ce personnage, surement un symbole religieux, qui tient sa tete entre les mains.

Nous reprenons notre route, face à nous 15 kilomètres de montée.

L'effort, la motivation, la tranquillité, la fraicheur de la forêt tout est réunis pour apprecier pleinement ce moment.

Nous prenons la direction des Lagunas de Neila, altitude 1900 mètres, ça monte mais ça va!

Ce qui est dit nul part c'est que le dernier kilomètre à une pente moyenne de 11% avec un passage à 17%! Il sert d'arrivée au sommet pour la course cycliste Vuelta o Burgos.

Et bien nous aussi nous y sommes arrivés et pas avec des vélos de 6 kg mais 8x plus😅.

Nous changeons de moyen de locomotion et nos deux pattes arrières ne vont plus pousser sur des pédales mais nous propulser directement.. pour cela il faut changer de pneumatique!😉

Nous partons à pied pour gravir le sommet "pic Campina" 2049 mètres. En nous élevant nous avons toute la recompense des gouttes de sueur qui suintaient de nos pores toute cette matinée.

Ces paysages de montagne nous apportent des sensations inexplicables; comment dire? Du calme? Du bien être? De la force?

Tout simplement on se sent en vie! En face de nous le point culminant de la Sierra Demanda le San Lorenzo 2275 mètres.

Il est dommage qu'au travers des photos nous ne puissions vous faire entendre le concert offert par ces dames les vaches grace à leurs cloches aux sons multiples.

La cerise sur le gateau! La grace des ces fleurs ou d'un bosquet de bruyère.

A nos pieds les deux lagunes Negra et Larga, il y en a quatre en tout.

Nous sommes au sommet le pic Campina 2049 mètres.

Les lagunes de Nella sont glacières, aujourd'hui uniquement nourri par l'eau de la fonte des neiges ou des pluies.

Nous sommes envoûtés par le paysage, prendre de la hauteur, nous éloigner de l'asphalte ; cela fait du bien!

l'une d'entre elle possede une tourbière flotante effet naturel rarissime.

En contre bas la lagune La Cascada surplombe par des colones de roches.

Un autre regard vue du bas fleuri

ou animalier!

Nous décidons de passer la nuit dans cet environnement extraordinaire au son des sonates. De plus il y a un refuge alors pourquoi pas une nuit sortant de l'ordinaire!!!

Raté le refuge est fermé, nous monterons notre cabane juste à côté et profiterons du lieu!!

5

Beau réveil ce matin dans un cadre exeptionnel.

Nous avons du déranger un cerf qui a son heure habituelle venait boire au lac, il rait pour nous faire savoir son mécontentement.

Nous entamons notre journée "surprises", car elles vont se succéder. Nous savons juste que nous voulons nous rendre aux sources du Douro car nous passons à côté.

Au revoir  Pico de Campina

Nous commençons par une descente de 15 km jusqu'au village Qintanas de la Sierra.

Une halte pour faire un tour sur le marché où nous trouvons d'excellentes olives.

Il nous faut absolument trouver une bouteille de gaz pour notre réchaud. Superette, magasin de bricolage l'on ne trouve que les vieux modèles. Nous n'aurons pas le choix que d'aller jusqu'à Soria pour en trouver. Nous en avons toujours une de réserve mais dans cette Espagne profonde on trouve de quoi se nourrir ce qui est déjà très interessant mais pour le reste....😏

Nous reprenons notre route car il nous presse d'aller à la rencontre du Duro, normal nous avons suivi son cour dès son entrée au Portugal et jusqu'à l'océan. Notre curiosité et sympathie pour se fleuve nous impose d'aller découvrir son lieu de naissance. D'ailleur il y a juste un mois nous longions son cour au Portugal.

Cependant, une originalité historique nous stop dans notre élan,

des sépultures datant d'une période allant du IX ème siècle au XII ème siècle taillées dans des dalles de granit.

Regretable que toutes les informations que nous ayons recherché soit en Espagnol.

Il nous reste de nombreuses questions sur ce sujet, nous avons compris qu'au milieu de ces sépultures il y avait un batiment pour la cérémonie.

Nous filons toujours vers notre objectif du jour quand en bord de route il est indiqué "Huelas de dinosauro"!

Nous n'avons jamais vu cela de notre vie, un crochet de 2 km aller retour?🤔Sans hésiter nous allons à la découverte des traces de dinosaure.

Retour en arrière de 120 millions d'années.

A l'époque les Amériques et l'Afrique commençaient à se separer doucement. Les traces sont redéfinies en noir pour que nous les distinguions bien.

Tout est impressionant, ces traces d'animaux vivant il y a des millions d'année, mais qu'est ce qui a fait que quelqu'un se pose des questions sur ses traces dans la roche.

Comment font les chercheurs pour définir le type de dinosaure.

Ce qui a pu les aider c'est qu'ils ont retrouver des ossements dans le secteur.

Même pas peur🤣

Voici quelques descriptifs qui permettent de comprendre le type de dinosaures, leurs empreintes.

Les empreintes des pates se trouvaient dans du limon en bord de rivière et ce sont fosilisées.

Il est preque 13 heures quand nous arrivons à Duruelo de la Sierra, à l'office du tourisme nous apprenons que les sources sont à 11 kilomètres et pour les atteindre il y a 2km 5oo de marche avec un bon dénivelé.

Mais en nous y rendant nous pourrons aussi visiter le site de Casteloviejo et grimper jusqu'au sommet qui domine la source le pico d'Urbion 2228 mètres.

Voici la fontaine du Douro où nous faisons un ravitaillement en eau fraîche.

Mais nous avons faim et vu l'heure nous n'avons pas plus trop envie de commencer la cuisine. On nous indique un restaurant le Torreblanca, nous y arrivons, super!

Terrasse d'été loin de la route à l'ombre et un très bon accueil. Une cuisine simple mais bonne, trois entrées et plats différents sont proposé et pas de carte ce qui signifie pour nous que le cuisinier travail avec des produits frais.

Nous sommes tellement content de pouvoir manger des frites que nous demanderons une ration en plus qui nous sera offerte!😋

Nous serons doublement satisfait car nous avons bien manger pour un prix très raisonable 26€ entrée, plat, dessert et vin.

La deuxieme chose c'est que nous avons discuté et sympathisé avec Irene et Guy un couple de Français qui ont de la famile dans la région. Beau moment de sympathie et avec un conseil d'un beau village à visiter et qui se trouve sur notre route.

En quittant le village nous passons le:

Bien calme ,

Nous commençons notre montée il fait très lourd, le revêtement de la route est très mauvais et il faut savoir que selon le revêtement on roule plus ou moins facilement.

Dans ce cas nos pneux restent scotchés à la route et saute de nids de poule en nids de poule.

Nous prendrons une légère averse orageuse qui nous mouillera moins que notre transpiration.

Voici plus de deux mois que nous n'avions pas eu de pluie!

Pour visiter le massif rocheux de Casteloviejo le temps restera gris.

Des roches aux formes et hauteurs impressionantes.

Laetitia a observé sur les cartes touristiques situées en bord des chemins qu' une fontaine avec refuge se trouve sur notre route. Cette fois ci plus de revêtements du tout une piste caillouteuse et sableuse nous parcourerons un kilomètre et demi pour arriver au refuge avec une belle fontaine, le ciel se noircit...

Après nos ablutions nous nous apprêtons à manger sur une table qui se trouve devant le refuge. Quand plusieurs coups de tonerre de plus en plus fort nous font comprendre qu'il faut nous mettre à l'abri!

Super! il y a devant le refuge une alcove qui nous permet de nous abriter👍 nous nous y installons pour manger alors qu'un beau déluge tombe du ciel. Ce sera parfait pour y passer la nuit!

🌟🌟Dans la nuit tout revient dans l'ordre la lune brille au milieu d'une myriade d'étoiles.🌠

6

Ce matin debout avant le levé du jour, grosse mais belle journée devant nous. D'abord 2 km 600 sur cette piste avec un dénivelé de 170 mètres.

Puis rando vers les sources du Douro et le pico Urbion et après il faut redescendre les 11 kilomètres pour retrouver le village et doucement continuer notre route.

Mais nous en sommes pas là. Les Espagnols sont bien matinaux pour aller randonnée mais seront bienveillant avec nous pour nous doubler sur cette piste difficile.

Enfin le parking, nous laissons nos vélos à l'ombre de magnifiques pins. Et nous voici parti pour aller à la rencontre de la naissance du Douro!!

Rapidement le sentier adopte une belle pente et au sortir de la forêt une falaise rocheuse se dresse face à nous.

Encore quelques lacets et voici la premiere cascade effectuée par le futur fleuve.

Enfin la source qui est bien matérialisée par des panneaux

qui sont plus imposant que le petit filet d'eau qui sort de terre et qui part pour 897 kilomètres.

Cela nous donne de bonnes informations

Après nous être bien imprégné du lieu nous continuons notre montée, nous arrivons à un col, le pic Urbion à notre gauche

à son pied une roche imposante qui fait penser à une énorme chenille,

Laetitia se glissera sous son ventre...

La vue est grandiose, nous dominons maintenant les falaises qui étaient face à nous.

Nous continuons afin de gravir ce sommet qui culmine à 2228 mètres.

Nous y sommes!

Comme toujours la montagne ne déçoit jamais, elle nous ravi.

Nous embrassons plusieurs vallée, la serra de Demanda et la serra d'Urbion où nous sommes.

Vue sur des lacs, c'est absolument remarquable et nous resterons quelques temps dans la contemplation.

Des gens arrivent, bruyants, il est temps pour nous de redescendre. Une roche qui ressemble à un gruyère.

Nous sommes sur des falaises qui dominent deux beaux lacs.

Les montagnes avoisinantes sont pelées et bien jaunes.

Voici un champs de roches,

la forme de ces dernieres sont encore plus impressionantes que celle que nous avons observer hier au soir.

Des assiettes empilées?

Un champignon?

Des carapaces de tortues?

De sacrées équilibristes!!

L'essentiel est dans l'art d'admirer et de rêver!

Dernier regard

Nous quittons ce monde minéral et retrouvons le monde des arbres avec une herbe bien grasse on croirait une pelouse mais celle ci est bien tondu par les vaches.

Cette randonnée fut un festin pour nos sens de la vue et l'odorat.

Voici l'heure de redescendre, arrivés au village nous n'avons pas vue l'heure passer, déjà 14h. Nous étions satisfait du restaurant et pas trop envie de se casser la tête nous retournons au Torreblanca.

Toujours même serviabilité, le repas est bon et en partant l'on se dit que cela fait plaisir de donner de l'argent à des gens qui sont agréables, serviables, attentifs et travaillent bien.

Cette fois ci nous reprenons notre route mais comme hier le temps devient orageux. Un orage devant nous un autre derrière que faire? continuer, se poser? il est encore tôt.

Le probleme avec les orages on ne sait jamais trop comment ils vont évoluer. De plus d'une région à une autre leur comportement est très différent. Sur notre gauche un chemin s'eloigne un peu de la route et mène a une grande plate forme.

Nous jouons la carte sécurité et nous arrêterons notre belle journée ici. A peine arrêté une belle averse, ⛈puis nous verrons un ciel très noir, beaucoup d'éclairs🌩 mais rien de méchant.

Alors nous nous endormons serein.😴

• • •


"Torreblanca", le long de la route principale de Duruelo proche de la sortie en direction de Soria.

En entrée une petite paella

7

En ce dimanche nous ne sommes pas trop pressé il nous reste 60km jusqu'à Soria où nous comptons arrivés demain.

Premier village Salduero,c'est le Douro qui nous stop..

il coule paisible et prend la couleur des arbres qui le regardent passer pour un long voyage.

Un guet sur lequel je m'aventure sans grand risque juste pour le plaisir.

Dans ce village une belle fontaine contant une scène de la vie paysanne va nous fournir notre eau pour la journée.

Ce matin elle est fraîche et ce soir elle sera chaude, c'est bien agréable pour la douche, a consommer ça l'est moins😖

Nous arrivons à Vinuesa, des panneaux indiquent quelques monuments à visiter. Nous décidons de nous arrêter pour nourrir notre curiosité mais c'est notre ventre que nous nourirons en premier.

Là où nous laissons les vélos un vendeur de churros. Cela tombe bien il y avait un trou quelque part dans l'estomac. Qui n'a pas dégusté des churros trempés dans du chocolat rate quelques chose d'important!!!🤩

Le Churros, croustillant, craquant sous les dents tout en gardant un certain moelleux, voila les petits plaisirs qui transforment la vie en moment grandiose!!!

Philippe Delerm dans son livre "La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules" défini bien ce que j'explique.

Ragallardis nous allons parcourir les rues de cette ville et nous nous arrêterons devant quelques belles façades

une porte richement ornée

où la serrures et les clous attirent notre attention.

La recherche du beau poussée dans les moindres détails.

La route longe le Douro et nous voici au niveau du premier barrage que connait le fleuve sur son long parcours.

Avant le barrage  
Arrivée dans le barrage 

Il va s'étaler en un grand lac, pour l'instant ce qui nous fait chaud au coeur pour les cyclo voyageur que nous sommes ce sont les panneaux routiers que nous voyons depuis ce matin.

Ici nous sommes des rois, mal venu mes propos ils vient de s'exiler...🤣

Alors je dirais, ici dans ce beau pays de Don Quichotte nous nous sentons en sécurité, nous ne sommes pas les moulins à vent de l'automoboliste comme dans de trop nombreux pays....

Soria n'est plus très loin mais nous allons faire un arrêt dans le village de Pedrajas sur les conseils de Guy que nous avions vu au restaurant il y a deux jours.

Ce village est particulier comme nous l'indique le panneau à l'entrée.

Nous partons tranquillement à la découverte de ces oeuvres d'art au travers du village.

La premiere nous concerne, un vélo

La deuxieme nous le connaissons bien cela represente le vent

Quand à la troisième qui je vous rassure n'est pas la dernière nous l'apprecions fortement car ils ont été nos compagnons d'élevage pendant 20ans et nous les apprécions fortement dans l'assiette.

Avec une ode magnifique, que nous vous traduisons:

"Ah sa majesté le cochon,

Roi de la cuisine, qui sur cette terre a sauvé au moins autant de vies que la pencnicilline"


Les autres sculptures porte des thèmes qui peuvent amener à réflexion, celle-ci nommée l'Afrique

l'immigration,

L'enfermement dans la matière

Le soleil d'hiver,

Réaménagée par les temps qui court...

La lumière du temps

le padre

Le billet...

Cubilatero, nous y avons mis un beau sourire

Galilé....

Inversé

Quelques unes sans nom


Le jardin

En plus de son art à ciel ouvert ce village est charmant, paisible avec un bar bien agréable en son centre.

Tout cela sous la vigilance du Pico Frentes 1382 mètres.

Quand à nous voici notre lieu de bivouac avec un soleil qui nous souhaite bonne nuit!

8


🤣.ATTENTION, surprise en fin de page!!🤩

Ce matin nous allons réaliser notre plus long parcours avant de nous arrêter pour effectuer une visite 🤔 670 mètres! 🤣.

Nous partons pour découvrir des peintures rupestres, un bon dans le temps de 3 à 4000 ans en arrière.

Plus de 530 peintures furent découvertes en 1951 dans le Monte Valsandero. Elles se trouvent sur des petites falaises rocheuses

disséminées dans un vallon

Protégée par des grilles;

deux choses nous épatent, entrée libre et gratuite et le site est propre, aucun tague quand on pense aux mesures qui ont été prises pour protéger les gravures de la vallée des merveilles!🤔

Nous partons à la découverte des oeuvres artistiques, de nos ancêtres. Ces peintures sont l'équivalent des tableaux qui servent à décorer nos murs. Ils ne faisaient pas cela en pensant que ça interesserait les générations futurs, l'objectif étant d'égayer leur habitat et de commniquer entre eux.

Des archéologues parlent d'art imaginatif. On va trouver des formes géométriques, humaines,

des scènes agricoles, de chasse mais l'importance est donné à l'animal car nous sommes en pleine phase de domestication.

Il y aussi des aspects rituels avec les astres. Ces peintures dont la couleur principale est le rouge

Qui sont des pigments ferugineux dans lesquels de la graisse animale à été retrouvée. Avec le temps certains disparaissent petit à petit.

Elle font en générale entre 15 et 20 centimètre et ont été appliquées soit avec les doigts, soit avec des plumes ou des poils d'animaux.

Nous aussi sommes accompagnés de nos auroch modernes...

L'interlude entre deux falaises rocheuses est très agréable au milieu de ces chênes majestueux et d'un âge certain.

Certaines de ces oeuvres sont plus riches que d'autres par le fait que les peintures ont été faites dans un creux de la roche.

et sont moins exposées aux intemperies.

Ici nous avons une grande diversité de peintures, des dessins ramiformes

Un soleil radiant qui illumine la roche.

Le soleil à droite 


Des quadrupèdes en marche vers la droite

Et d'autres dessins dont l'interpretation est difficile.


Ce dessin est surprenant car l'un des animaux ( le plus a droite) perd tout sens de proportion.

Dans celui-ci les archéologues retrouvent la forme d'une femme entrain de retourner la terre.


Ici c'est un champ qui est représenté,

Des animaux et la tâche sombre est un champ, en grossissant ont voit les rainures du labour.

Nombreux dessins de personnages representant certainement leur tribu,

Mais en voici une montrant un adulte et un enfant

La vision de ces peintures entraine pour nous moulte questions sur le sens de la vie, le developpement de l'homme et des civilisation. Avec cette pandemie qui nous arrive et le port du masque qui nous coupe du soufle de la vie ne serions nous pas à un tournant de la société. Ne devrions nous pas reflechir et devenir moins matérialistes? Se poser la question, quel sens de la présence de l'Homme sur la planete terre? Malraux disait le XXI ème siècle sera spirituel ou pas...

Nous voici à Soria nous prenons la direction d'un marchand de vélos, il faut absolument que je change l'un de mes pneu et Laetitia a de gros problèmes avec son frein arrière.

Les freins d'origine sur les VSF ( ce sont des freins semi hydrauliques à patins) sont très efficaces, le seul souci il n'y que les Allemands ou quelques magasins en France qui sont capables de les réparer.

Nous trouvons un réparateur super sympa qui avait des pneus schwalbe pour un de ces clients il en met en à notre disposition et il répare dans la journée le frein du velo de Laetitia.

Pendant ce temps nous allons faire une balade en ville et nous découvrons une très belle ville mais pour l'instant sous l'emprise d'une psychose du covid.

C'est l'une des villes d'Espagne où il y a eu le plus de cas et de mort du au coronavirus, ceci explique cela.

Ironie du sort fin du siècle dernier les gens qui avaient des problèmes respiratoires venait en cure a Soria car l'air y est très pure, nous sommes à 1200 mètres d'altitude.

Nous passons devant une église avec une belle rosace

mais c'est surtout le porche qui retient notre attention.

Les façades des maisons sont originales

Un énorme batiment qui est actuellement le palais de justice

C'était le palacio de los Condes de Gómara datant du XVI ème siècle avec une entrée imposante.

Une rangée d'arcades

Et la particularité que j'ai le plus aimé

Leatitia a rencontré un poète

Le palais de la province

Numancia un site Romain très proche et très important historiquement dont je vous parlerais dans la prochaine étape

Il nous faut récupérer nos vélos car le magasin ferme à 16 hoo.

Cette ville nécessiterait que nous y passions plus de temps pour mieux la découvrir, de loin nous avons vu plein d'autres choses tel un grand parc.

Une fois que le covid nous laissera tranquille nous reviendrons te voir Soria.

Pour l'instant nous repartons et ,et ...nous passons nos

19 000 kilomètres

avec 146 626 mètres de D+, en plus nous sommes

le 10 Août jour anniversaire de notre départ.

Voici 15 mois que nous sommes sur les routes d'Europe.🤩

Cela s'arrose avec un vin du Douro enfin du Duero ici!

Ces 19 000 km se passerons sur une via verde.

Nous montons rapidement notre cabanne car le ciel se couvre et le tonnerre fait rouler son tambour!🌩


Je crois bien que notre période de deux mois et demi sans pluie et sans se soucier de la météo est terminé!😪


JEU- CONCOURS

Nous vous proposons un jeu concours sans rien à gagner si ce n'est notre gratitude!😊

Au moment où nous éditons cette étape nous sommes à Calahorra, d'ici environ une semaine nous passerons la frontière pour la France.

D'après vous par quel point allons nous faire notre retour en France??🤔

Une piste? Nous visiterons à quelques jours de la frontière un lieu naturel magnifique!

• • •


Si vous êtes en vélo dans le secteur et que vous avez un souci, rendez vous chez mundobici à Soria


9

Ce matin nous ferons un peu plus de kilomètres qu'hier et une petite côte pour aborder notre visite.

Voici le site de

Ville Celtibere sur laquelle fut construite une ville Romaine. Les Celtiberes s'installerent 6 siècles avant JC et leur ville fut anéantie par les Romain en 134 avant JC.

C'est un peuple exemplaire dans la lutte pour la liberté. Ils refuserent l'impérialisme romain, résisteront à ces derniers pendant 20 ans et leur poserent de tels problemes que c'est Scipion Emilien qui fut envoyé par Rome pour en venir à bout.

Scipion mena un siège de la ville avec un double encerclement et 7 camps

romains afin de provoquer la famine des habitants de Numencia, qui était composée de 650 maisons et 1500 habitants.

Pour marquer les camps Romains des colonnes blanche ( dans le rond rouge) ont été installés.

Quelques hommes Celtiberes parvinrent à passer la ligne de surveillance de Scipion pour chercher du renfort dans une ville amie proche.

Les anciens du village refusèrent l'aide craignant les représailles romaine alors que les jeunes étaient prêt à partir, les anciens informerent Scipion de ce qui se profilé . Les armées de Scipion arrivèrent demandant qu'on leur livre les rebelles qui eurent leurs mains coupées. L'assaut fut mené contre la ville une partie de la population tuée et l'autre vendue comme esclaves.

Les romains construiserent une ville sur la ville celtibere anéantie. Mais le courage et la lutte menée par ses habitants a gardé des traces dans la langue Espagnole avec l'adjectif

" Numantino" qui signifie " résiste ".

Il reste quelques fondations de maisons,

des passages, le centre des rue etant insalubre, déjections, boue, des pierre etaient installées pour traverser la rue.

Pour créer des guets.

Ici on voit le profil de la rue et les pierres au milieu qui permettent de passer. 

Il y avait des puits et les plus riches possedaient leur puit privé.

Nous sommes sur un plateau a 1200 mètres et les rues étaient contruites de manière a briser la force du vent en hiver.

Les maison des plus riches dirigées vers le sud avec des colonnes pour le patio intérieur, installé de manière à avoir du soleil l'hiver mais se proteger des grosses chaleurs de l'été.

Une maison romaine et une maison celtibere sont reconstituées sur le site. Pas de cheminée, la fumée partait dans le toit de chaume et évitait ainsi à toute bestiolle de s'y installer.

La maison romaine était un peu plus grande avec des chambres et une petites cour.

Dans la maison celtibere une pièce de vie avec des bancs pour les plus âgés.

Sur le volet le triskel.

Sont reconstitués aussi les fortifications de la ville celtibere

le muret où se trouve le chemin de ronde est fait de pisé et de bois qui s'enflammait facilement.

Un cheval en bronze de l'époque romaine est devenu l'emblème de la région de Soria.

Après cet épisode historique et un peu dramatique, nous reprenons notre route alors que le ciel se couvre. Nous gravissons un col, mon honnêteté m'oblige à vous dire que nous sommes parti de 1200 mètres.

Vu du sommet toujours des champs de céréales et la pluie qui arrive.

Une belle route de crête, puis une descente où nous decouvrirons à nouveau des traces de dinosaures.

Pendant quelques kilometres nous sommes sur la route des dinosaures, avec de nombreuses traces différentes, un musée, parc de jeu. Une route interessante à faire avec des enfants!

La pluie nous rattrape au moment ou nous arrivons au village de Villars del Rio.

Un abri bus, il ne reste plus qu'à s'y installer et laisser passer l'orage.😊.

Mais nous ne trainons pas pour monter notre cabane dès que nous trouvons un coin on s'installe. Il nous aura fallu grimper un peu et pousser les vélos pour trouver une place tranquille avec belle vue.

La météo nous laissera tranquille toute la soirée, nous pourrons nous laver et manger dehors.

Par contre dans la nuit de belles averses orageuses et au matin un ciel tout propre pour laisser place au roi🌞. Nous longeons le rio Cidacos

et passons dans de belles gorges, quand au detour d'un virage un village se découvre à nous.

Apprecions cet ancien pont médiéval

ici une cascade

et plus loin le village de Incisio dont nous parcourerons les rues.

Un peu plus loin un petit hameau niché dans les falaises

et voici Arnedillo ville plus touristique avec des eaux thermales, nous rechercherons la via verde qui n'est pas indiquée dans le centre. Pour les cyclistes, descendre vers les thermes et traverser le premier parking sur votre gauche ,au fond de ce parking vous verrez ce panneau.

35 km Arnedillo / Calahorra 

Nous ne sommes plus qu'a 800 metres d'altitude et allons encore descendre, le paysage change complètement,

tant au niveau agricole où nous trouvons des vergers d'oliviers, de la vigne et beaucoup de maraîchage.

Ce qui nous impressionne ce sont les falaises de pierres rouges avec de nombreuses cavités qui abritaient des maisons troglodites.

Et...et bien sur qui dit falaise dit 🦖 mais non Pascal, on est plus sur la route des dinosaures. Faudrait suivre un peu😖. Donc qui dit falaises dit🦅 vautours!!

Les deux petits points noirs qui se détachent dans le ciel ce sont eux.

La via verde passant un peu loin des villages et falaises nous la quittons pour nous en approcher surtout que la géologie est encore plus surprenante ici avec cette roche au sommet de la falaise.

Mais quelle horreur, comment l'être humain peut être aussi irrespectueux de cet environement extraordinaire. Construire des barres d'immeubles au pied de ce travail de l'eau,du vent...

C'est un peu abasourdi et dépité que nous reprenons la via verde pour nous éloigner de ce spectacle,

Et le bouquet ! j'ai raté la photo de l'autre versant de la falaise, deux usines bruyante et fumante😢.

Après cela nous passerons un tunnel

( via verde comme chez nous les voies verte des anciennes voies de chemin de fer) qui nous éloignera de ces lieux mais nous rapprochera de batiments d'élevages industriels aux odeurs pestilencielles.

Le ciel est noir partout et ça gronde fort, nous finissons par nous trouver un emplacement au fond d'un verger d'olivier. Le vent à été sympa🌬 et repousser les orages loin de nous. on observait au loin la pluie tombé. Et ce matin un super lever de soleil...

10

🔥RÉPONSE à notre jeu concours.🔥

C'est Jean-Yves🏆 qui a gagné nous passerons par le col de Somport car nous avons un compte à régler avec lui.

Il y a trois ans lors de notre traversée des Pyrénées, la météo était tellement mauvaise que nous avions dû prendre le bus de Bedous à Canfranc pour retrouver un ciel lavé de toute colère en Espagne 🌞🇪🇸

Nous avons aimablement demandé à monsieur météo et l'astre luisant nommé soleil d'être avec nous et de nous laisser le plaisir de gravir ce col.

Merci a tout ceux qui ont participés, en cadeau je vous promet de belles surprises dans les jours prochains et surtout dans cette vallée de Bedous.🤔


Aujourd'hui 13 août, dans un mois notre voyage se termine, vous qui nous suivez assidument je réitère l'invitation du mois dernier, si vous êtes disponibles et envie de nous retrouver vous serez les bienvenus devant le bar le Darou à St Die des Vosges, où nous ferons une réception arrosée de Bière😋

Il faut simplement nous informer de votre présence pour une bonne organisation.

Pour l'instant nous sommes en Espagne alors revenons à notre route, nous filons à Calahorra et notre priorité ce matin c'est de trouver une laverie et de faire une bonne lessive.

Cela va nous prendre la matinée.

Il y a une braderie dans la ville mais pas grand monde devant les étals.

Nous faisons un tour au mercado , nombreux commerçants absents, nous étions 6 clients dans une belle halle.

Nous avons trouvé de délicieuses olives qui nous furent servi avec un beau sourire(masqué). Merci madame vous avez un beau moral.

Nous, ça nous déprime cette ambiance et elle ne va pas s'améliorer avec l'interdiction qui vient d'arrivée de fumer dans la rue. C'est pas que cela nous prive, bien au contraire ne pas respirer cette maudite fumée, mais les gens vont encore être plus triste et plus nerveux.

Nous en perdons l'envie de visiter, l'athmosphere est pesante.

Peut être avons nous trop connue et trop bien profiter avant le covid de cette Espagne qui semblait être tout le temps dans la joie de vivre😊😊

Nous repartons dès que nous avons réglé tout ce que nous devions faire.

Un peu plus loin nous passerons L'Ebre, en novembre nous étions resté quelques jours dans le delta de ce fleuve.

Nous trouverons un parc pour manger et nous reposer.

Il fait très chaud et nous n'irons pas bien loin pour notre bivouac.

Le fait de ne pas avoir rouler ce matin nous n'avons pas de grande motivation.

Nous passerons devant une roche particulière, ces plis nous font penser à l'écorce d'un arbre.


Vendredi matin nous partons bien décidé de ratrapper la journée d'hier.

Nous sommes veille du 15 août et attention pour ceux qui voyage en Espagne les jours fériés et dimanche tout est fermé selon bien sur l'endroit ou la region où vous êtes.

Nous nous ravitaillons pour 6 repas, notre sac contenant la cuisine fait son poids, plus de 10kg😅

Et nous repartons avec un bon rythme.

Nous voici à

ravitaillement en eau, belles prises de vues d'un héron et d'une aigrette toujours amusant d'observer le stoisme du héron alors que l'aigrette danse dans tous les sens.

Un regard sur l'Aragon

et nos jambes fourmillent de mouliner quand un Espagnol nous fait remarquer que mon pneu arrière est crevé.

Et ce n'est pas une blague de Louis...de Funes🤣 .

Nous réparons mais mon pneu arrière qui a déjà digéré beaucoup de km (nous l'avions changer a Brême en Allemagne) a une coupure, j'ai du rouler dans un débris de verre.

En demandant à un passant il nous informe qu'il y a un marchand de vélos dans la petite ville proche de 4 km.

Il propose de téléphoner au réparateur pour qu'il vienne nous dépanner c'est fort sympathique mais nous allons réparer et le pneu tiendra bien ces dernières tours de roue.

Nous trouvons facilement le magasin de vélo et là encore nous rencontrons des gens très agréables. Il nous répare rapidement et gracieusement et en plus fait une revision générale du vélo.

Le velo déshabillé est parti se faire soigner😉

Nous sommes en region de Navarre et nous trouvons les gens plus chaleureux et moins anxieux face au covid.

L'ambiance est plus légère.

Si certain d'entre vous ont une experience dans ce domaine partager là pour voir si nous nous trompons ou si effectivement les Navarrois sont plus accueillant.

Dans le parc où nous ferons notre pause de midi un monument à la mémoire des...

Voici la sculpture

Plus loin des sculptures pour ne pas oublier une poétesse

qui écrivit entre autre:

"Ma plume est un cri brûlé

sur la peau du souvenir

un reptile à l'encre de sang

un brun d'impatience.

Ma plume est un miroir vert

parmi les roseaux de la rivière

l'eau et la soif de la coutume de me nommer

Ma plume est celle d'une femme

qui tamise le mot

et salive la pulpe de sa langue

contre le bâillement du monde"

Isabel Huade


Nous repartons malgré cette crevaison nous voulons au moins réaliser 50 km ce jour.

Autour de l'église d'un hermitage cette belle statue des colombes de la paix.

Dans tous les pays traversés nous avons rencontré des monuments ou statues pour la mémoire, pour que l'on oublie pas; des statues pour la paix et quand je regarde le monde encore tant de guerres, encore tant de haine entre les gens à tel point que nous préférons bien souvent nous retrouver seul dans la nature.

Il serait temps que les humains se pause la bonne question

Pour quelle raison suis-je de passage sur cette planète qui est un écrin de beauté et que j'abime sans vergogne!!☹


Nous nous trouverons une chambre à coucher dans un lieu que j'adore:

Une forêt de pins, j'aime l'odeur qui s'y dégage et les cigales nous accompagnent de leur dernier chant avant la nuit pendant que nous soupons...

11

Hier au soir le ciel était illuminé de tous côtés par des orages très lointain 🌩puisque nous n'entendions pas de tonerre, ce que l'on appel des éclairs de chaleur. 🌩

Ce matin le ciel est un peu chargé, mais ce sont surtout les fusils des chasseurs qui sont bien chargés et qui tirent pas très loin de nous, ils nous ont raté! 🤣 Nous, nous reprenons notre route et passons devant le monasterio de La Oliva.

Nous sommes très étonné de voir un mur surmonté de trois fils électrifiés 🤔 De quoi ont-ils peur???

-Que les moines se sauvent,

- Que des filles viennent rendre visite aux moines

-Ou il y a d'énormes richesses mais alors ils n'ont pas foie en Dieu et sa protection?

Surprenant!

Pour nous le coup de pédales est léger ce matin et nous continuons à un bon rythme notre route. Nous voici a Sabada, une sculpture originale

ou plutot un recyclage artistique plein d'humour.

Le château datant du XIII ème siècle est impressionant nous en faisons la visite.

Beaucoup de légendes autour de ce château, de souterrains mais celle que nous retenons c'est un phénomène qui se produisait dans ce château et en même temps dans 4 autres châteaux proches, Layana, Uncastillo, Biel, ou nous passerons et Castiliscar qui n'est pas sur notre route.

Il parait que des chats discutaient entre eux et tout cela accompagné d'autres bruits fantastiques.😱

Après une belle pause repas nous repartons il fait chaud mais il y a un bon vent qui nous fafraichit.

Au loin le château de Layana.

Voici, Uncastillo et son château, nous allons visiter ce village.

Clocher d'église et château s'associe,

mais pour une fois c'est l'église qui retient notre attention avec un tympan très particulier

Des personnages originaux et plutôt de tendance païenne ornent l'ogive. Dommage nous n'avons trouvé aucune explications.

Mais nous avions quand même très envie de partager cet originalité.

Une flanerie, Laetitia confond sieste et flanerie😉

dans les ruelles où les portes m'attirent.

Vous avez peut être remarqué que j'aime les belles portes avec des voussures bien travaillé ou au pierres bien taillées.

Elles changent selon l'architecture locale.

Une porte c'est l'ouverture sur la vie, sur l'aventure, la liberté. Mais une belle porte ce peut être aussi une invitation à rentrer, une invitation à la rencontre.

Quand on arrive chez quelqu'un on préfère une belle porte a laquelle frapper.

La porte c'est aussi tout une histoire, le nombre de personnes qu'elle a du voir, rire ou pleurer, de tendres amours ou de colère. Une porte peut être ouverte pour une belle surprise ou claquer pour un départ violent. Une porte c'est un roman ou une rêverie alors oui j'aime les belle portes et les beaux porches.

Un regard vers les montagnes où mène notre route que nous reprendrons après une boisson rafraichissante sans alcool.

Nous remontons cette vallée et nous trouvons une belle place de bivouac en hauteur etbavec vue.

Après le repas , tous les deux sans un mot nous regardons la nuit nous envelopper doucement dans ce grand silence nous entendons les battements des ailes des hirondelles qui filent rejoindre leur nid et n'hésiteront pas a faire un volte face pour attraper encore un ou deux insectes. Le chant des grillons s'élève, l'obscurité envahit tout ce qui nous entoure, il ne reste plus qu'a rejoindre les bras de Morphée dans ce doux silence qui met notre coeur et notre âme en paix.😴

Ce dimanche matin notre objectif est un lieu magnifique dans cette Espagne proche de la France, mais je vais encore vous laisser languir car cet endroit nous le découvrirons demain à pied.

Et pour ce soir un camping car voici plus de 20 jours sans douche chaude nous ressentons le besoin d'un bon décrassage.

Belle route très tranquille mais bien vallonnée,

Luesia et son château,

Enfin nous retrouvons les montagnes, nous nous sentons vraiment bien dans cet environement même si c'est plus physique.

Nous vous l'avons déjà dit le physique donne de belles sensations interieurs.

Voici Biel-Fuencalderas avec un château église impressionant.

Nous nous sentons bien sur cette route avec nos vélos, peu de circulation, le calme, un environnement changeant, forêt, culture et tout autour des sommets.

Nous grimpons, descendons, nous nous sentons vivre, la sueur innonde notre visage, le souffle s'accélèrent et les jambes gracieuses moulinent et nous hissent au sommet des côtes, elle recupereront dans la descente pour offrir encore plus de puissance dans la montée prochaine.

Sur notre route juste avant Fuencalderas, la vierge de la Sierra.

Fuencalderas ravitaillement en eau et petit encas, nous avons déjà parcouru 32km et il en reste 26.

Les montagnes nous dominent de plus en plus les Pyrénées ne sont plus loin.

Magnifique massif rocheux

Nous passerons le col de Puerto Sierra Mayor à 902 mètres d'altitude, nous regrettons que les Espagnols ne mettent pas toujours de panneaux.

Pour l'instant nous nous régalons d'une descente de 14 kilomètres avec le grisement de la vitesse même si sur cette route au revêtement bosselé nous ne pouvons laisser glisser nos montures.

Plus nous descendons, plus nous sentons la chaleur sur notre peau augmente, la végétation change, des vergers et le chant des cigales. Nous voici à Ste Eulalia da Gállego.

En contre bas le rio Gállego, aux belles couleurs mais aussi ces rapides offrent enfin à notre vue une rivière vivante, depuis trop longtemps tous ces barrages sur les fleuves et rivières nécessaire dans notre société les transforment en eau somnolante.

Apres 60 km et 921 de D+ nous terminerons cette journée au camping de Ayerbe.

Où nous faisons du rangement, nettoyage et réparation.

Les saccohes ont déjà bien vécues  

Tout confort, un banc, une table et de l'électricité.

12

Ce matin nous partons du camping avec nos velos délestés de leurs saccoches. Nous nous rendons:

Nous vous offrons une étape sur ce massif que nous trouvons exeptionnel.

Dans l'étape d'hier j'ai mis une photo un peu lointaine de ce massif sans vous dévoiler ce que c'était.

Nous y étions venu il y à 3 ans et nous avions fortement aimé ce lieu très particulier.

Il est très intéressant de revenir plusieurs fois au même endroit car on découvre de nouvelles choses et on a jamais le même regard.

Dans les Vosges il y a des massifs où je suis déjà allé des dizaines de fois et j'y retournerais encore et chaque fois j'ai le même enthousiasme, chaque fois je suis émerveillé comme si c'etait la première.😳

En choisissant notre passage par le col de Somport cela nous permet un retour en ce lieu et d'en profiter plus longuement.

Nous arrrivons alors que le soleil se leve dans leur dos ce qui donne de merveilleux jeux de lumières.

Nous évoluons dans une basilique naturelle construite depuis 20 à 30 millions d'années.

C'est une curiosité géologique, ces hautes parois en formes de cigares

sont composées d'un poudingue ( des galets roulés et soudés entre eux)

Leur teinte rouge selon la luminosité du soleil provient d'une oxydation de la matière ferreuse.

Ces falaises sont hautes de 300 metres et plus et pour la plupart dépassent les 1000 metres au dessus du niveau de la mer.

Même si le type de roche est un peu friable et peut être dangereuse c'est le paradis des grimpeurs avec plus de 200 voies.

Mais c'est aussi le paradis des vautours par dizaine ils virevoltent dans le ciel.

Certains dans un prestigieux vol plané passent juste au dessus de nous.

En les observants on comprend mieux que l'homme depuis les temps les plus anciens est eu envie de voler.

Les jumelles pour observer les vautours mais que vois-je sur une paroi ?

Mon oeil aguerri surprend une tâche blanche, de la fiente de vautour ?? Mais ça bouge, des chèvres, quatres chèvres qui avec adresse se glissaient sur la falaise pour se mettre dans une caverne.

J'adore les légendes et voici celle des Mallos de Riglos:

A la place de ces roches il y avait une bourgade " Foz de Escalete" dans laquelle vivait une sorcière gigantesque.

Son aspect et sa taille effrayait la population, lassé de voir que personne ne l'aimait, elle éleva ces immenses roches et se cacha de tous.

J'en ai assez dit, peut etre même de trop car lorque l'on se trouve dans un lieu grandiose comme celui-ci rien de mieux que le silence!

El Castillo de Muruello. Chateau et ermitage en ruine.

La chaine des Pyrénées, on approche de la France!

Sculptures, gigantisme....lieu idéal pour méditer!

Un observatoire bien particulier mais bien arimé!

Voici El Colorado et le rio Gallego.

Les falaises et le village de Riglos juste au pied.

Je vous présente Elfire,

Et son voisin El Pison

Que dire, les voici réunis, imposant cachant la légende???

Nous heureux dans ce décor de film hollywoodien!

Elfire se découpant dans ce ciel...

El Pison et sa dent.

Au revoir les Riglos!

En fin de journée après notre rando de 17 km et plus de 500 de D+ et quand même 30 km de vélos voici le réconfort.

Mais ce soir après ce repas nous sommes obligés de nous réfugier sous la tente : il pleut🌧 Nous ne savons plus ce que c'est!


Conseil:

Si la ville d'Ayerbe n'est pas très interessante, même pas une superette pour se ravitailler correctement.

Le camping, par contre est super.

Camping familiale, frigo commun ou rien ne disparait et pourtant il est bien rempli.

Pourquoi cela ne peut pas etre partout comme ça.

Vivre dans la confiance!😊

Au camping, un restaurant à la cuisine familiale tenu par les gérants

13

Ce matin départ du camping nous ne sommes pas pressé et comme le temps est couvert nous ne serons pas obligé d'effectuer un maximum de kilomètres dans la matinée puisque nous pourrons rouler cet après midi.

Nous longeons Los Mallos de Riglos et je ne peux résister au besoin de faire quelques photos.

Ce site me fascine et je serais presque tenter de rester devant toute la journée à contempler.

Tellement fasciné que des roches prennent la forme d'un chien.

La roche de droite qu'en pensez-vous? 

Mais voilà notre route continue et s'éloigne de ce lieu magique.

Nous longeons le rio Gallego dans une vallée très riche géologiquement.

Il y eu des relevés de fossiles et de sédiments de l'époque de l'Eocéne, un fond marin avec une mer de faible profondeur. Cette mer aurait pu avoir les caracteristiques de la mer des Caraïbes.

Nous passons le lac de la Pena dû à un barrage,

le hameau de Triste ne correspond pas à la résonance que nous pouvons avoir en Français. Rues bien fleuris,

passage ingenieux pour le chéneau

et un vélo insolite.

Mais fini la rigolade 11 kilomètres de montée la pente n'est pas importante mais le revêtement extrêmement mauvais, des travaux par endroit

et régulièrement des attaques de taons!!

La roche d'oroel prestigieuse du haut de ces 1700 et quelques mètres.

Et voici le col du même nom

Et Laetitia part vers les Pyrénées!

Mais il nous faut trouver notre chambre à coucher et celle-ci aura une vue imprenable sur la chaine Pyrénéenne prise dans les nuages

poussé par des vents ceux ci ont bien l'intention de s'éloigner

De s'ouvrir pour nous laisser entrevoir le pic du midi d'Ossau 2884 mètres.

Celui qui se trouve entre les deux arbres. 

La roche quand à elle prend des couleurs avec le coucher du soleil.

Laetitia en recherchant l'altitude exact de cette roche 1769 mètres, propose que l'on s'y rende demain matin, il est evident que je ne peux refuser, imaginant la vue que nous pouvons avoir depuis ce sommet.

Notre bivouac

grande pièce de vie, cuisine, salon, salle à mangé et chambre à coucher, prix du m2🤔 , zéro €!!🤩


et au lever du jour un beau spectacle pour une belle journée!

Après 4 kilometres de vélo dont 3 de montée nous voici au parking où des randonneurs on déjà garé leurs véhicules, nous y garons les nôtres ! Nous voici parti pour 4 kilomètres de monté et 519 mètres de dénivelé.

Au sommet rien à dire, les Pyrénées en face,

Jaca à nos pieds et la vallée que nous emprunterons pour gravir le Somport.

Nous partageons notre admiration!

Derriere nous le massif des Riglos, par la route 60 km.

Une vue sur le bout de la pointe rocheuse

Mais que vois je tout à coup??

On distingue mal, mais elles approchent!

Des chèvres ? Ne bougeons pas!

Sauvage? Peut être mais en tout cas pas peur!

Après nous pas mal de monde est arrivé au sommet, normal nous les avions tous doublé en montant. C'est qu'avec bientôt 20 000km de vélo on a une de ces formes!!!

Du monde qui s'installe pour casser la croute et les chèvres qui sont des boucs viennent faire pitance et n'ont plus peur de l'humain !

Nous redescendons rapidement et sommes surpris de voir des gens monter avec le 😷

Encore plus surpris en arrivant au niveau du parking qu'une jeune fille oblige les gens à mettre le masque en sortant des véhicules et donne une information sur le covid.

Voici la roche vue du Parking prise sans masque 🤣

La pression et la psychose nous décourage de toute visite de Jaca, nous faisons quelques courses, nous installons pour manger dans un parc et fêtons notre séjour en Espagne avec une sangria et des olives!

Les grosses chaleurs sont de retour nous attendrons avant de repartir, ferons une dizaines de kilomètres et poserons nos saccoches et vélos dans un pré au pied du pic du Midi D'Ossau.

Nous effectuerons la montée du col du Somport à la fraîche demain matin cela sera plus agréable.

Ce n'est pas un col bien difficile, 16 kilomètres de montée pour un D+ de 679, une pente moyenne de 4,24% ,il y a juste un passage à 8% sur 4 km.

On vous dira demain comment cela c'est passé.

Pour l'instant😴

Ce matin le Somport, avec le tunnel nous pensions que le col serait calme mais on s'est tromper.

Beaucoup d'espagnols vont en montagne et sur cette route à 2 voies pour la montée ils ne roulent pas doucement.

De plus le revêtement n'est pas au top tout vela n'a pas rendu la montée facile.

Mais le paysage nous donnait motivation.

Au sommet photo obligatoire, des motards bien sympathiques nous photographie tous les deux.

On récupère un peu et proche de nous une voiture immatriculée en Suède, nous entamons la discussion et tout cela fini très bien Charlotte nous donne son adresse mail et nous aurons des adresses pour notre voyage l'an prochain en Suède.

Belle rencontre et merci encore.

Nous décidons de rejoindre la station de ski Astun à 2 km pour faire une rando.

Chaussés de nos basket nous partons pour le col des moines.

Le sentier grimpe raide et longe de belles cascades,

Dans la nature souvent l'on croise des arbres morts, soit nous les ignorons ou les regardons avec dédain car ils sont inutiles et morts. Moins joli que celui qui debout se dresse vers les cieux avec son feuillage.

Et pourtant! Ils ont tout d'abord un rôle primordiale pour la faune mais ne pourrait-on pas les regarder comme des objets de décoration, de l'art???

voici un premier lac d'altitude,

a partir d'ici un peu plus de monde car les gens montent en télésiège et il leur reste 500 mètres pour arriver au lac.

Nombreux sont ceux qui ne monte pas jusqu'au col car pour y acceder il y a un beau raidillon.

Et oui la nature impose sa loi, les paysages grandiose ça se mérite.

Voici le col, et c'est majestueux,

le pic du midi d'Ossau du haut de ces 2884 mètres domine tout aux alentours.

3 km et 480 de D+ cela mérite bien un bon casse croute dans une telle salle à manger.

On prend notre temps et encore quelques photos du pic,

des sommets lointains

et des troupeaux.

Nous effectuons une descente sportive en petites foulées.

De toute façon la pente est tellement raide il est plus facile d'aller vite que doucement.

Au revoir l'Espagne et retour en France d'où nous étions absent depuis 10 mois

Nous avons terminer la découverte des pays étrangers et il y a deux pays qui ont marqué nos coeurs:

La Suède,

Le Portugal.

Deux pays aux antipodes mais dont le comportement des gens se ressemblent, courtois,respectueux, souriant et accueillant.

Quand à toi Espagne nous te souhaitons de guérir vite du Covid pour te retrouver avec ton ambiance et ton enthousiasme!

• • •

Important:

Notre parcours en France est à peu prêt défini, nous allons nous glisser entre les grandes villes du sud ouest pour rejoindre Aurillac où nous retrouverons sûrement Barbara et Romain qui nous avaient dépanné en Espagne.

Puis traversée du massif central, les puy d'Auvergne où nous espérons épingler quelques beaux cols à notre palmarès.

Et nous remonterons par l'euroveloroute 6: Saône, Doubs.

Vous voulez connaitre la fin de notre belle épopée rejoignez nous sur notre nouveau carnet de voyage et surtout n'hésitez pas: Abonnez vous!!

😁Merci!😁


🚵‍♂️🚵‍♀️