Carnet de voyage

Projet INDOCHINE

31 étapes
2 commentaires
10 abonnés
Dernière étape postée il y a 35 jours
Gilles & Catherine en Asie du sud Est
Mai 2018
45 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 1er mai 2018


Ce carnet de voyage n’est pas public, il a vocation à nous servir de fil conducteur et ponctuer chronologiquement nos souvenirs.C’est aussi un bon moyen de partager des paysages ; des expériences et de rassurer nos proches…Chaque fois qu’il nous sera possible de le faire : nous publierons …


« En route, le mieux c'est de se perdre. Lorsqu'on s'égare, les projets font place aux surprises et c'est alors, mais alors seulement, que le voyage commence. »


Nicolas Bouvier


Projet INDOCHINE Mardi 1er Mai. Nous y sommes. Nous décollons aujourd’hui pour la Thaïlande… 16h d’avions hors escales. Comme pour nos précédant voyage nous partons léger. 2 Sacs a dos quelques affaires de toilettes et aucun vêtement. 1 couteau pliant, un kit de couture, des sacs étanches, une pharmacie fournie ; trois guides du routard ; 1 cartes au 1/2.500.000 ; 5 mètres de ficelle, un rouleau de scotch, un GPS, 2 appareils photo (dont un étanche) 350 Dollars US et 5250Bath ( 150€). Notre budget est de 40€ par personne et par jours. Pas d’itinéraire précis mais un projet de parcourir 4 pays en 45 jours. Ce voyage est notre premier en Asie du sud Est et le premier que nous ferons en zone tropicale pendant la mousson… Voila !. Ici commence notre projet de voyage…

2
2
Publié le 3 mai 2018

Toulouse/Londre/Kala lampur/Phunket. Première partie du voyage sur British Airway; dernier vol sur Malaysia Airlines. Les avions n'étaient pas pleins et nous avons pu prendre nos aises.(nous sommes hors saison touristique 😁) Petit déjeuner à l'anglaise ; déjeune malais avec un croissant 🥐 au poisson et un mini cake. 😳. Dans la passerelle, à la sortie de l'avion, l'impression de rentrer dans une étuve... De la buée sur les lunettes. Le ciel et chargé mais pas de pluie. Il est 17h30. Le bureau d'immigration est une formalité. À la sortie de l'aéroport nous achetons une carte sim locale (15Go / 15jours/600bath) puis nous cherchons à rejoindre phunket town. Nous évitons les rabatteurs de taxis et mini van à 580bath et prenons un bus local à 100bath 👉 à prendre devant le "domestic terminal".

Conduite à gauche. Notre bus s'arrête à une station Esso pour faire le plein (gasoil à 0.83€ /l) ils vendent aussi pas mal d'eau en bouteille...

La nuit est installée lorsque nous arrivons à phuket town.

Nous nous arrêtons pour manger une salade composée bière et dessert dans un resto local pour moins de 500bath. (rencontre avec une blatte grosse comme un orteil... Trop rapide pour la photo, la bête ) .

Nous prenons une chambre dans une guest house sans AC mais avec ventilateur de plafond... (C'est ce qui se fait de mieux pour emmerder les moustiques nocturnes.)

Il est 2h50 en France le jour ce lève ici et Cathy dors comme un ange 😇...

3
3
Publié le 3 mai 2018

Lever à 9h30. Grand soleil. A ce stade on doute des prévisions météo de la veille... On geolocalise notre chambre et on part pour un petit déjeuner... Apparemment les locaux mangent salée, riz, soupe... Phuket c'est pittoresque mais trop touristique... Beaucoup de '' blancs'', d' échoppes à fringues & souvenirs... À 14h00 on quitte Phuket dans un minibus vers Krabi ( bus station terminal 1 à côté de l'office du tourisme 120bath / pers).

Pendant le voyage on a pris une bonne averse... La météo ne s'était donc pas trompée...

On est descendu à Ao Luk à 40km avant Krabi. C'est un petit bled en bord de route, proche d'un parc national... Un petit coup d'œil sur les prix des boutiques qui bordent la route ... 1,5€ la chemise : Ça y est on a quitté les sentiers touristiques.😊

Le hic c'est que du coup y a même pas un tuctuc pour nous amener dans notre homestay en ➕ on sait pas où c'est 😬👀.

Il est 17h30 et la nuit tombe très vite ici...

Par chance à Ao Luk vit une super mamie très souriante avec une BatMobile locale...

Notre homestay est dans la jungle . Quelques bâtiments sont en dur mais cette nuit pour nous ce sera une paillote.

4
4
Publié le 4 mai 2018

Journée compliqué aujourd'hui.

On s'est réveillé tôt: levé par des chants de coqs. En fait on en voit pas beaucoup... Ils sont dans la forêt et il y en a plein les arbres... C'est comme les bananes j'en ai mangé une variété ce matin qui avait des pépins gros comme des myrtilles ! .

Apres le petit déjeuner nous sommes partis en '' ville'' acheter des vêtements pour avoir un change (on sent vite le renard 🦊 ) Normal: on boit autant qu'on transpire...🤤

Notre première déconvenue a été lorsque nous avons voulu sortir du cash: Impossible, ma carte bleu ne passait pas. Nous avons cherché une banque pour acheter de la devise, mais là non plus nos deux cartes visa ne passaient pas... La guichetière Thai essaye une opération avec la carte à Cathy sans succès...En dépannage nous échangeons 60 dollars Us.

Sur la carte Sim que j'ai acheté à l'aéroport (pour internet et la 4G) , je dois avoir assez de crédit en communication pour un appel de 2 ou 3 minutes vers la France.

Nous attendons donc que le jour se lève en France pour appeler notre banque Société Générale.

Deuxieme déconvenue: je suis systématiquement redirigé vers un repondeur:'' tous nos conseillers sont actuellement occupés.... ''🤪☠️☠️

Ça nous était déjà arrivé lors de notre premier voyage en Inde, et nous avions pris nos précautions pour ce voyage en avertissant notre banquier avec 3 déplacements au guichet pour souscrire un de leur pack destiné à réduire les frais de retrait hors zone Euro.

Nous avons heureusement pu joindre Océane par Skype qui s'est rendu physiquement à notre banque pour me passer ces guignols...

Bilan de l'opération la carte de Cathy à été verrouillée par la guichetière Thai et n'est plus utilisable... Reste la mienne sur laquelle la Société Générale a fait (enfin) le nécessaire💣💥🔫⚔️🗡️🏹🔨

On a plus droit à l'erreur pour nos retraits. Nous sommes condamnés à retirer dans des guichets ATM présents dans les banques seule solution pour récupérer une carte avalée... Bref, la journée à été fusillée. On a juste pris un peu de temps pour traîner dans le parc national...

Ce soir il s'est remis à pleuvoir.

Demain nous voudrions rejoindre Krabi et de là filer sur Bangkok.

5
5
Publié le 5 mai 2018

Il a plu une bonne partie de la nuit. Aux premières lueurs du jour re concert de gallinaces... J'ai la photo des coupables !!! J'ai pris aussi une photo des bananes à pépins.

Cathy veut voir le marché aux fleurs de Bangkok qui n'a lieu que le dimanche... C'est donc une grosse journée voyage qui nous attend... Tant pis pour les plages du sud... En même temps on est pas venu pour ça.

Après le petit déjeuner on quitte Ao Luk pour Krabi en mini bus privé avec AC. C'est pas notre façon habituel de voyager ; mais 40km pour 60bath/pers (moins de 2€/pers) on pouvait se le permettre...

Ici, le réseau routier semble bon.

Les pare brise Thai sont très bas à cause du pare soleil, les abords des routes dense de verdure.

Arrivé à Krabi on évite les rabatteurs a touristes et on demande à un commerçant la distance pour rejoindre la station de bus pour Bangkok = 6km

En connaissant la distance on a une base pour négocier le prix du transport...

On a rejoint le terminal de bus en taxi moto... C'est pas le moyen de transport le plus sûr mais c'est peu cher et agréable.

Le problème de ce genre de voyage c'est que l'on ne connaît pas toujours les horaires de départ des transports.

Notre bus pour Bangkok part à 16h soir 6h d'attente ; 12h de voyage=arrivé prévue vers 04h00 du matin à Bangkok...

Impossible d'abandonner les sacs à dos pour visiter... On va attendre... Ouf un peu de fraîcheur: il se remet à pleuvoir.

16h00 notre bus prend la route. Premier arrêt à 23h00 pour se restaurer dans une '' bus station''... Arrivée à Bangkok à 05h00 avec une heure de retard.

Pendant le voyage, Cathy a réservé un hôtel sur booking... Proche du marché aux fleurs.

6
6
Publié le 6 mai 2018

Arrivé à l'hôtel on a négocié pour prendre la chambre avant 10h

Une douche, un change et nous revoilà dans les rues à faire le tour des marchés... Des poissons vivants, de la viande, des fleurs...

Nous prenons une navette fluviale; sans doute le moyen le plus rapide pour se déplacer d'un quartier littoral à l'autre.

Petit déjeuner (soupe salée) dans la rue puis retour à l'hôtel pour se repauser...

Ici y a des horaires pour acheter des bières (achat possible de 11a14h & de 17 à 24 h).

Les bières locales sont pas mal.

Ce soir retour dans les rues du quartier chinois...

Les Thai mangent à toutes heures ... Comme des cochons et gaspillent.

Je me suis essayé à manger des insectes : criquet ; gros hannetons ;grillons et chrisalide de je ne sais quoi. (et grenouilles)

Les criquets et grillons :c'est bon. C'est croustillant comme un amuse gueule.

Pour le hanneton il faut enlever les elitres qui sont dures à mâcher et avaler.

Pour les chrisalides : je suis pas fan trop 'juteux'.

Aujourd'hui il n'a pas plu l'atmosphère est étouffante. Il fait très lourd.

21h retour à l'hôtel: nous sommes claqués.

7
7
Publié le 7 mai 2018

2eme jours à Bangkok

Visite du temple de watpho le matin, repos l'après midi (il fait vraiment trop chaud), balade sur Khao San Road en fin de journée.

Demain matin nous reprenons la route vers Khao Yai.


8
8
Publié le 8 mai 2018


Nous avons décidé de partir visiter le parc national de Khao Yai

Départ de l'hôtel ce mardi matin vers 8h pour rejoindre la station de bus de '' Mochit'' (terminal nord de Bangkok).

C'est un gigantesque terminal du réseau de bus: un bâtiment sur 3 étages, comparable en taille à l'aéroport de Blagnac.

Notre ticket s' achetait au 3 ème; pour le guichet, on s'est fait un peu balader avant de trouver le bon (il y a une bonne centaine de guichets au 3ème étage).

Départ du bus climatisé à 10h00 (2x180 bath) .

A 13h30 nous sommes arrivé à Pak Chong (porte d'entrée nord du Parc Khao Yai).

(à voir sur YouTube)

Sur le trajet, Cathy à réservé une chambre sur Booking...

C'est une super application qui nous permet de geolocaliser les hôtels et même de savoir quand quitter le bus...

Le temps de prendre la chambre, de déjeuner, d'acheter une nouvelle carte Sim pour Cathy et de faire du repérage... Et une journée qui fini.

On a trouvé une navette pour partir demain au parc. (depuis la station de bus de Pak Chong marcher 10min en suivant la route principale vers l'Est (vers Bangkok)

Il y a un bus Bleu ( premier départ à 06h00).

Il est 17h30, il fera nuit dans 1heure. On achète quelques brochettes sur une échoppe de bord de route et on rentre à l'hôtel demain la journée sera chargée.

Ps les points noir sur la viande de l 'étal ne sont pas des grains de poivres ailés... La notion d' hygiène et de chaîne du froid est ici très relative.

9
9
Publié le 10 mai 2018

Réveil à 05h00 pour un départ 'théorique' du premier bus à 6h00...(40 baths pour 35km)

Le premier bus est arrivé à 06h30.

Cela nous a permis d'assister au manège des bonzes qui reçoivent les offrandes (en nourriture) de la part des commerçants et croyants.

Deux d'entre eux montent dans notre bus. Petite photo discrète...

En Thaïlande les transports en commun servent aussi à transporter des marchandises: un type depose des sacs et plusieurs stations plus loin un autre récupère les sacs... Pragmatique !

Notre bus nous abandonne à l'entrée du parc ou nous payons 400 baths de droit d'entrée (40baths pour un Thai).

De la nous pensions pouvoir louer un véhicule ou trouver un guide... Mais il n'y a rien : juste une porte à la Jurasic Park une barrière et un panneau '' tourist center 14Km'

On est pas venu jusqu'ici pour faire demi tour alors on affiche un grand sourire et on marche en faisant du stop...

On a a peine marché 3 minutes qu'un Ranger nous charge à l'arrière de son pick-up.

... Puis nous fait comprendre qu'il peut nous servir de guide pour la journée moyennant 2000baths (60€)...on a dit oui sans négocier !

Nous voilà donc partis sur les routes du parc à l'arriere d'un Pick-up... Plusieurs arrêts pour marcher en forêt, voir des chutes d'eau ; points de vues panoramiques...

On a pas vu d'éléphants; seulement des crottins en bord de route.

Je me suis refait bouffer par des sangsues (ça devient une habitude !)

Nous avons vu 2 iguanes dont un d'un bon mètre cinquante, un daim; une biche pas farouche des lézards des araignées sur de grandes toiles...

A16h le temps s'est couvert. On a demandé à notre Ranger de nous ramener à la porte du parc... On y est arrivé sous la pluie.

Au bout d'une heure 1/2 d'attente je me renseigne auprès d'un Indigène qui maîtrise aussi mal l'anglais que moi et je comprends que le dernier bus pour Pak Chong était à 15h00.

Nous revoilà parti en stop pour 35km, que l'on a parcouru en 2 fois un pic-up et une berline.

Arrivé à proximité de l'hôtel on s'arrête dans un restaurant familial (on a rien mangé de la journée).

La formule nous déroute un peu, c'est une version 'fondu savoyarde' ou on nous apporte un wok de bouillon avec des légumes et du poisson cru... À cuire nous mêmes sur une plaque chauffante...

Cathy à regardé faire les voisins et s'est exécuté... Et bien, c'était très bon...

10
10
Publié le 10 mai 2018

Levés vers 7h00 nous nous rendons à la petite station de bus de Pak Chong pour nous renseigner sur les horaires et les destinations possibles pour rejoindre l'axe Bangkok- Poipet bien au sud de notre position.

L'unique guichetière de la station n'est pas coopérative : elle monte le ton et s'agace devant la liste de ville que nous souhaitons rejoindre...

Nous comprenons qu'il n'y a pas de bus direct mais impossible d'obtenir une information sur les correspondances pour rejoindre l'axe Bangkok-Cambodge.

C'est la seconde fois que nous sommes '' mal reçu'' depuis notre arrivé en Thaïlande; la première fois c'était à notre arrivé (vers 05h00) à la réception de notre hôtel à Bangkok (on avait dû la réveiller et elle n'avait vraiment pas été gracieuse).

Sur nos 2 voyages en Indes on ne se souvient pas avoir vécu cette situation; le pays du sourire n'existe peut-être que dans les complexes hôtelier à Touristes...

On retourne donc à l'hôtel pour déplier notre carte et consulter les réseaux routiers. On a choisi de rejoindre Nakhon Ratchasima la '' grande'' ville la plus proche d' ou partait une route plein sud vers Kabin Buri...

De retour à la station de bus on demande deux tickets pour Nakhon Ratchasima...

De là sans quitter la ''BusStation' nous avons trouvé notre correspondance.

Arrivé à Kabin Buri nous avons choisi un hôtel proche de la gare.

Demain nous nous rapprocherons de Poipet : porte d'entrée du Cambodge.

Nous nous baladons un peu en ville entre les échoppes ; il fait très chaud... Nous attendons la pluie (qui ne vient pas).

Ce soir pour le souper ce sera du poisson.


11
11
Publié le 11 mai 2018

Hier soir nous avons regardé quel itinéraire il serait judicieux de prendre en arrivant au Cambodge.

Nous avons 2 obtions: partir au sud du lac Tonle Sap (plus grand lac d'eau douce d'Asie du Sud Est) ou partir vers le nord pour rejoindre Siem Reap porte d'entrée d'Angkor...

Pas question de manquer '' Angkor '', mais traverser le lac et les villages lacustres nous intéresse aussi beaucoup. On partira donc au Sud à Battambang pour rejoindre Siem Reap par bateau.

On quitte l'hôtel vers 8h00. On ne sait pas quelle distance on parviendra à parcourir aujourd'hui. Nous voulons passer la frontière cambodgienne et faire notre demande de visa sur place... Sauf que d'après internet il y a pas mal d'arnaques et de back schich au poste de Poipet.

http://www.universlemonde.com/frontiere-thailande-cambodge/

On achète donc un peu de nourriture (riz gluant à la banane cuite dans des feuilles de bananiers) de quoi tenir un siège... Et nous voici à la petite gare de Kabin Buri.

2h30 de train plus tard nous sommes à Aranyaprathet terminus Thaïlandais...

On prend un tuktuk pour Poipet... Le chauffeur nous demande si nous avons les visa... On lui répond oui ( pour éviter de se retrouver devant un faux bureau de l'immigration).

Arrivé à Poipet on fonce en suivant les panneaux d'indications.

On fait tamponner la sortie de territoire Thai, puis nous voici devant le service d'immigration Cambodgien... Ils sont 9 en tenue beige. Certains sur leurs smartphones un autre en train de roupiller sans ses chaussures... On sent le surmenage ! . Bon point la pièce climatisée: si il y a attente ce sera plus confortable.

Nous remplissons les formulaires, devant nous un couple d'européens se présentent au guichet avec leur formulaire... Ça semble discuter prix puis ils sont refoulés parce qu'ils n'ont pas les photos... Cathy découpe nos petites photos et je me présente le premier.

Le douanier regarde mes documents; agrafe ma photo au formulaire et me demande les 30dollars plus des Bath.

Je feins l'étonnement et commence mon plaidoyer '' when I was in my country, I had call Combodia ambassy ;they told me than I can got visa on border... .''sans me laisser finir il me fait' non' de la tête et me demande de m' assoir en me rendant mon passport ; mes dollars; ma photo et mon formulaire.

Idem pour Cathy.

A ce stade j'ai encore mon sac à dos.

Je le dépose et invite Cathy à se mettre à l'aise et à trouver si possible quelques choses à bouquiner... Bref on installe le siège !

Quand notre douanier a compris que nous ne cherchions pas d'argent, il s'est ravisé et a repris nos passeports... Peut être aussi parce que d'autres Européens venaient de rentrer dans la salle ?... Et nous voilà en possession d'un visa de 30jours (payé 30 dollars)... Le reste du parcours est une formalité.

À la sortie des bureaux nous sommes assailli de bons Samaritains qui nous proposent Tuktuk ; hôtel...

Quelques mètres de plus et nous trouvons à changer nos cartes Sim Thai par des cambodgienne et sautons dans un bus (compagnie Capitol) pour Battambang.

Nous y rencontrons un couple de jeunes Belges qui connaissent le Cambodge et echangeons quelques conseils .

Le Cambodge semble très différent de la Thaïlande. Il y a peu d'infrastructures.

Pas de trottoirs; des poubelles dans les rues; les tuktuk sont des mobilettes...

Ce soir nous sommes à Battambang... Arrivé sous la pluie.

Petit restaurant tranquille et au lit...

Demain c'est la croisière s'amuse...


PS: beaucoup de gents pensent qu'il y a à Angkor des vestiges de temples religieux... Et ben Non... Ce ne sont pas des temples mais d'anciennes brasseries khmer.

Si vous en doutez, je vous rappelle que c'est moi qui y suis ! D'ailleurs la preuve est sur la table ! 😋

12
12
Publié le 12 mai 2018

Nous avions réservé hier soir une place sur la navette fluviale qui relie Battambang à Siem Reap. C'est une croisière de 8h qui traverse des villages flottants. Le trajet d'un bout à l'autre coûte 20dollars par tête (pour nous).

Le départ est à 07h et nous nous sommes couchés tôt. Nuit calme, notre chambre donne sur la rue. Les Cambodgiens ne semblent pas fêtards à 21h il n'y avait déjà plus personne dans les rues... Mais à 05h30 ce matin beaucoup de monde était déjà dans les rues.

Un tuktuk nous récupère à 6h30 et nous embarquons sur un étroit cours d'eau boueux.

L' ambiance à bord est décontracté; de temps à autre une embarcation nous dépose un passager ou du fret.

Plus nous avançons et plus le cours d'eau devient large. Les habitations sur les berges deviennent des villages flottants avec magasins, restaurant ;toilettes publiques ; écoles. Il y a aussi pas mal de 'machines à pêcher' :une plate-forme avec une cabane et un balancier en L qui sert à immerger un grand filet carré (probablement appâte en son centre).

Des jacinthes d'eau à foison puis de l'eau à perte de vue.

Arrivé à Siem Reap on fini le trajet en tuktuk...on se rafraîchi un peu à notre guesthouse (10 dollars/nuit) puis on emfourche des vélo pour aller acheter nos passes pour Angkor. 3 jours.

Restaurant et au lit demain on se lève à 04h pour faire le tour des... Brasseries Khmer.


13
13
Publié le 13 mai 2018

Réveil matin à 4h00, un brin de toilette, on avale 5 Bananes et on enfourche nos bicyclettes Cambodgiennes (gracieusement mise à disposition à notre Guesthouse). Pas d'éclairage; ça couine et c'est tape cul, mais avec un pneu arrière sous gonflé... ça a déjà fait gagner une guerre (piste Ho Chi Minh).

30 minutes de moulinette plus tard on est là pour le levé de soleil sur Angkor Vat.

Et déjà des bataillons de mitrailleurs photographique qui débarquent en masse.

La position est perdu... Avec Cathy nous nous replions sur the Bayon...

Pas une brasserie à l'horizon; z'ont tout embarqué dans la nuit... encore un coup tordu des niakoues..il reste juste les bâtiments qu'ils n'ont pas eut le temps de démonter complètement. Un champ de puzzle a perte de vue. GRANDIOSE.

De ça, de la quelques éclaireurs nous rejoignent.. On sait que c'est une course contre la montre; quelques divisions de Japonais investissent déjà les axes principaux.

À 12H00 la bataille est perdu: on vient de se faire encercler...

Repli à la base pour se ravitailler. Sous 37degres c'est très dur. On s'est bien battu...et on a apprit de nos erreurs.

Demain on intègre un corps de troupe motorisé et on remet ça.

14

A 06h00 ce matin notre chauffeur est passé nous chercher devant la Guesthouse. 25 dollars pour la journée...

Pour une fois on va se la jouer 'touriste'

Nous partons sur la grande boucle: Preah Khan... Puis les temples suivant...

A 11h45 on a bouclé nos visites... Il fait déjà trop chaud. Un orage de 15 minutes trop court répit pour rafraîchir l'atmosphère. On s'arrête manger dans un restaurant et on file à la sieste.

Cela fait plusieurs fois que nous mangeons Cambodgien et nous trouvons que la cuisine et très différente de la cuisine Thai. C'est moins raffiné et moins épicé.

En même temps un pays peut il développer un art culinaire quand une grande partie sa population pratique une alimentation de 'subsistance'?

Il ont quand même conservé le pain; et les viennoiseries acquise durant la colonisation Française.

Il semblent toutefois êtes friands d'œufs couves. Je dit 'couves' mais je ne suis pas certain de ce que c'est: ils ouvrent l'œuf comme un œuf à la coque et gobent un truc noir...

Bon je verrais plus tard si je me risque à goûter.

Après la sieste, petit tour au marché aux mouches puis retour à notre Guesthouse.

15
15
Publié le 15 mai 2018

3ème journée de visite.

On a visité tous les temples 'répertoriés' autour d'Angkor Vat.

Il nous reste Angkor Vat lui même, que nous avons évité à cause de sa fréquentation et Beng Melea à 60km que nous ne ferons pas.

Je dit 'répertoriés' car il y a des vestiges partout le long des routes qui séparent chaque site...Des tas de pierres dans la jungle; un bâtiment ou un bout de mur.

Nous avons rarement été seul à visiter un temple, mais tôt le matin on est arrivé à faire des photos sans un touriste qui pause.

Pour Angkor Vat c'est très compliqué... Même si nous sommes hors saison.

Angkor Vat est le plus grand temple, avec des fresques murale guerrières gigantesques... Étonnant pour un temple érigé à la gloire de Vishnou ( avant de devenir bouddhiste) ... Mais pas le plus enchanteur.

Demain matin nous quittons Siem Reap pour phnom Penh.

Cette après-midi nous avons acheté quelques souvenir et fait l'expédition d'un premier colis. Au Cambodge l'expédition d'un colis à l'international et plus simple qu'en Inde mais les délais sont aussi long: une fourchette annoncée de 2 à 4 semaines pour une expédition par avion et 49dollars pour 2.7kg.

Petit tour en ville; un skipe avec Oceane qui a visionné le marché local... Puis retour à la Guesthouse pour payer (109dollars pour 4 nuits ; le chauffeur des visites à Angkor mes bières (au moins 2 par jours) et les 2 billets de bus pour Phnom Penh 2x12 usd) (on avait acheté les passes pour visiter les temples le jour de notre arrivée à Siem Reap 2x62 USD (à ajouter à la note) ).

Bref aucun intérêt à enrichir les agences de voyages qui organisent 'tout' depuis la France...

16
16
Publié le 16 mai 2018

C'est une journée d'étape... Une de celle que l'on sacrifie au déplacement.

Notre Guesthouse de Siem Reap s'était occupé de nous réserver des billets pour Phnom Penh sur une compagnie de bus privée à 12 USD le ticket.

Un mini van est passé nous chercher et nous avons embarqué dans un bus limousine très haut de gamme: fauteuil très large, inclinable repose pieds; distribution de nourriture.

8h00 de route pour 390km...c'est limité à 80km/h et il faut partager la route avec les scouter.

Arrivé à Phnom Penh on rejoint notre Guesthouse dans le centre-ville: c'est un restaurant qui loue des chambres à l'étage. 13 dollars la nuit petit déjeuner compris.

Le système monaitaire cambodgien est très particulier :ils ont deux monnaies. On retire dans tout les distributeurs des dollars Us qui nous servent à payer. 1 dollars = 4050 Riels = 0.85€

Les commerçant rendent la monnaie en riels ; et parfois en mixte moitié dollars moitié Riels. Très dur à suivre et facile de perdre quelques centimes dans les arrondies de rendu monnaie.

Sur la photo : 1800 Riels = 0.38€

Autre point étonnant: leur système de distribution de carburant. Il y a peu de station et beaucoup de petit vendeurs qui siphone des barils pour vendre au détail dans des bouteilles de soda.

Encore un jour sans pluie. Les rue de Phnom Penh sont vivantes et embouteillée.

Aujourd'hui au marché il y avait du serpent.

La nuit tombe vite et nous sommes passés dans une rue bordée de bars à entraineuses😜... Pas pu m'échapper : Cathy m'a choppé le bras et ne m'a plus lâché. 🤤


17
17
Publié le 17 mai 2018

Petit déjeuner à notre guesthouse puis nous retrouvons "Nhom" un conducteur de tuk-tuk Francophile rencontré la veille.

Nhom nous avait proposé hier de nous emmener au Mémorial du génocide de Phnom Penh puis au centre de rétention S-21.

Le Mémorial est situé à 30 minutes du centre-ville... J'ai d'abord pensé qu'il y avait une volonté politique à excentrer le mémorial. Cette période de leur histoire est un moment douloureux pour beaucoup de cambodgiens. Plus de 20% de la population est morte en 3 ans, 8 mois & 20 jours. Pire: Pol-Pot est mort en 1998 sans jamais avoir été jugé, et une partie des Khmer Rouge sont restés au pouvoir des gouvernements suivants.

J'ai compris ensuite qu'il avait été érigée à l'emplacement des charniers.

La route pour s'y rendre n'est pas bonne, nous traversons un vieux pont de fer et des routes défoncées. (Bref pas de volonté d'en faciliter l'accès ou d'en faire un lieu touristique) .

Arrivé sur place on nous propose un audiophone en Français et sur le parcours, des plaques de métal numérotées nous permettent d'écouter l'enregistrement correspondant.

Les bâtiments en bois et tôles ont tous disparu. On nous explique qu'après la chute du régime de Pol-Pot les cambodgiens sont restés plusieurs années ignorés du monde occidental car le régime qui avait succédé était constitué de Viet Communiste qu'aucune démocratie n'avait souhaité reconnaître comme légitime...Et que face à ce dénuement les populations locales avaient récupéré bois, tôle ; groupe électrogène...

Cela n'enlève rien à l'intensité du site.

Nous sommes isolés de la réalité du moment...Suspendus à nos écouteurs nous écoutons les récits et témoignages de ceux qui ont vu, travaillé ou exécuté.

C'était il y a seulement 40 ans. Tous les cambodgiens de plus de 50 ans se souviennent de cette époque: ils étaient témoins, victimes ou bourreaux.

On nous raconte l'arrivée des camions de prisonniers toujours de nuit. On nous explique comment des haut parleurs diffusaient des chants patriotiques pour couvrir le cri des exécutés.

On vous montre la chappe de béton ou se situait le groupe électrogène...

Puis on vous montre des fosses que vous surplombez du haut d'un chemin de bois... Et partout, des fragments d'os; des dents des bouts de tissus que l'on vous demande de ne pas ramasser... Des fosses ou l'on a retrouvé des corps de femmes et d'enfants. Une arbre ou l'on fracassait le crâne des nouveaux nées avant de les jeter dans la fosse... Car ici les exécutions se faisaient à la pioche au couteau à la machette ou au marteau. Aucune exécution par armes à feu jugées trop chère et trop bruyantes.

De quelques dixaines par jours en 1975 à plus de 300 exécutions quotidiennes à partir de 1977 ce seul camps est la sépulture de 20.000 cambodgiens.

C'est une estimation: les excavations des fosses ont cessé quand ils ont compris que le mémorial ne contiendrait pas tous les crânes...

Après cette première visite nous avons déjeuné avec Nhom... Et échangé sur son histoire personnelle, puis sur la politique de son pays; sur l'histoire d'un opposant politique gênant actuellement muselé en prison. Cela m'a rappelé la Catalogne où on évite un référendum démocratique qui pourrait être défavorable et où, avec la complicité des médias on déclare les leaders hors la loi...

Nous sommes en suite retourné dans le centre de Phnom Penh pour visiter le centre de sécurité S-21 (Tuol Sleng) installé dans un ancien lycée à l'abrit des regards juste après l'evacuation de Phnom Penh.

Beaucoup de photos de visages y sont exposés et les prises de photos interdites.

Tout détenu envoyé à Tuol Sleng est un coupable obligé, dont il s'agit d'obtenir la confession de crimes si besoin imaginaires, avant son exécution... 14.000 furent "admis" dans ce camp. Moins de 200 y survecurent.

C'était une journée de recueillements et de réflexions.

On en revient pas indemne et léger.

Ce soir la pluie tant espèrée nous surprend dans notre balade de fin de soirée... Nous rentrons dîner au restaurant de notre Guesthouse.

18
18
Publié le 20 mai 2018

Après une troisième journée à Phnom Penh nous avons repris l'excellente compagnie de Bus "Mekong Express" pour rejoindre le Vietnam... Le passage de la frontière à été lá aussi une formalité : un simulacre de scan de nos bagages et un passage à travers un portique de detection sans vider nos poches... (photo interdite)

Puis direction Saigon (total 7h00 de bus pour 280 km)

Que dire de Saigon: c'est une ruche composée de 80% de scooters... Pollution bruit et circulation anarchique.

On s'arrête pour retirer des Dongs on change nos cartes Sim (avec difficultés beaucoup de Vietnamien ne parlent pas un mot d'anglais quant au Français... Plus aucune trace)

Bon!. On a fait plusieurs grandes villes et pour tout dire, à ce stade du voyage, Cathy et moi rêvons d'un peu d'air et de campagne.

Plutôt que de poser les sacs nous décidons de sauter dans un train couchettes direction Nord et de faire une pause loin des complexes touristiques.

11H00 de train couchette plus tard, pour 450 km (même les trains en Inde roulent plus vite) nous nous sommes arrêtés à Ninh Hoa puis direction Van Gia par bus ... Une petite ville côtière.

À la gare: descente sur les voies; puis pas mal de difficultés pour trouver quelqu'un qui parle + de 3 mots d'anglais et qui puisse nous expliquer ou prendre le bus pour Van Gia. Autre point il n'y a pas de TucTuc au Vietnam... Compliqué de monter à 3 sur un moto taxis...

Bon nous sommes a Van Gia, seul le Samsung de Cathy capte la 4G... Personne n'a su paramétrer mon Sony... On verra à régler ça dans la prochaine ville touristique.


19
19
Publié le 21 mai 2018

En quittant notre hôtel on échange sur Google traduction 3 ou 4 phrases avec le maître de maison. Quand il a compris que nous partions vers Da Nang il nous a installé deux chaises de jardin devant sa porte en nous expliquant qu'il allait arrêter un bus et que c'était moins chers.

Son établissement est sur l'axe Saigon/Hanoï et les coups de claxon nous ont bercé une partie de la nuit.

15 minutes plus tard nous voici dans un bus couchettes qui relie Saigon à Hanoï en 24 h00... Ce sont de vrais couchettes sur 2 niveaux. Deux rangées côté vitres, une troisième au centre. Prix du ticket pour Hué : 250.000 dogs soit 10€.(pour 650km).

Le bus transporte aussi du fret dans la soute ; sur le toit et les couchettes du fond.

Comme dans tous les voyages en bus nous avons eut droit aux arrêts restaurations.

Cuisine locale : l'équivalent de nos relais routier... L'exotisme en plus... Rien n'est en anglais: on ne sait même pas ce que l'on mange...

À chacun des 3 arrêts que nous avons fait, un des 3 chauffeurs s'est occupé de remplir d'eau deux citernes à côté du moteur.

À notre premier arrêt, j'ai pensé qu'il remplissait les réservoirs du sanitaire...mais il a refait le plein de ces citernes sur les deux arrêts suivants en arrosant abondamment le radiateur moteur... Il fait très chaud et la route traverse du relief... Pour sûr que le moteur doit chauffer.

Je n'en ai pas parlé précédemment mais j'avais remarqué au Cambodge un système ingénieux de refroidissement par eau des moteurs de mobylettes par l'adaptation d'un goutte à goutte médical sur le cylindre des moteurs.

Il est fort probable qu'ils aient dupliqué ce système sur leur bus...

Dans les 3 pays que nous avons traversé, là population adopte une position très particulière assis sur leurs talons, y compris à proximité de vrai banquette... Bizarre ces petits hommes...

Après 10h00 de route en position allongée, le bus nous dépose à un croisement avec un couple de viet...

Géo-localisation: il nous reste environ 30 Km pour rejoindre Hué.

Pas le temps d'échanger par traducteur interposés avec le couple qui semble vouloir partager un taxis avec nous... Il va faire nuit dans moins d'une heure.

Il n'y a pas de taxis à l'horizon... Eux sont trop chargés pour un moto taxis... Mais pas nous.

On négocie 2 motos pour 300.000 dogs (12€) et ça repart... On arrive sur Hué avec la nuit, mais sans avoir transpiré une goutte de la journée.

Demain ce sera une journée visite...


20
20
Publié le 24 mai 2018

J'ai acheté une nouvelle carte Sim sans plus de succès: pas ou peu de connexion et toujours autant de difficultés à trouver quelqu'un qui parle un peu d'anglais.

Cathy sature de la nourriture Viet qui manque de raffinement d'autant que l'on commande ce que l'on mange à " l'esthétique" (sans connaître la composition). Pour ce petit déjeuné j'ai pris un Bo (une soupe)au foie et aux boulettes de farces.

Pour Cathy nous avons trouvé une boulangerie française... Puis nous sommes partis visiter le palais impérial de Hué. Seul une petite partie du palais est vraiment jolie et entretenu . Bref cela n'a pas le faste d'Angkor ( c'est pas non plus la même époque).

... On a fini la matinée en bord de mer à profiter de la brise.

L' après midi, nous avons visité un atelier de broderies sur soie... C'est du grand art: j'espère que mes photos permettront de restituer la beauté des motifs; la finesse d'exécution; l'éclat des nuances, des couleurs et des reflets...

Demain nous reprenons la route pour la baie de Ha Long.