Carnet de voyage

Maroc Février 2020

12 étapes
10 commentaires
7 abonnés
Dernière étape postée il y a 5 jours
quelques jours dans le Nord pour découvrir les villes de Fès et Chefchaouen, puis une escale à Marrackech avant de faire un circuit dans le sud
Février 2020
15 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 19 février 2020

Nous voilà parti pour un autre périple de 15 jours, nous rejoignons Baptiste à Toulouse car nous partons en famille, la première semaine avec Baptiste et Géraldine, Julien et Jennifer nous rejoignent pour la deuxième semaine.

Départ de Toulouse pour Fès le 13/02/2020 à 6:55, Fabien un copain de Baptiste nous amènent à l'aéroport, nous arrivons à l'heure mais nous nous sommes fait avoir par le passage à la douane et finalement en arrivant devant la porte d'embarquement l'hôtesse nous indique que les portes sont fermées et nous ratons le départ, grosse déception.

Après un moment de réflexion, nous finissons par trouver un autre vol pour le lendemain.

Cette fois ci nous ne nous faisons pas avoir et partons bien.Ouf!!!!

2
2
Publié le 28 février 2020

Nous arrivons à l'aéroport de Fès, on récupère la voiture de location puis nous partons directement pour Chefchaouen, il y a plus de quatre heure de route et nous préférons arriver avant la nuit.

La route que nous avons pris n'est pas terrible , par moment il y a plein de trous (même souvent) mais cette route et pittoresque , nous croisons beaucoup de marocains avec des ânes qui portent différentes choses et qui les utilisent aussi pour labourer.

Nous finissons par retrouver une route plus plate et plus grande , jusqu'à maintenant c'était Baptiste notre chauffeur, François prend le relais, nous roulons gentiment vers Chefchaouen Parfois, nous ralentissons pour laisser passer un troupeau de moutons qui bêlent sur toute la largeur de la route, on contemple des paysages bien loin du cliché des déserts, ici il y a diverses parcelles multicolores, semées de blé, herbes, fêves, petit pois et surement d'autres choses que nous n'avons pas su reconnaître.

La province de Chefchaouen se situe tout au nord du Maroc, dans la région de Tanger-Tétouan. C’est une province montagneuse et rurale mais aussi forestière, sur le massif du Pays de Jebala. Chefchaouen est elle-même à 600 m d’altitude, parmi de hauts sommets. on y contemple des paysages bien loin du cliché des déserts . nous sommes surpris d’entendre les enfants nous saluer en espagnol : « Holà ». Contrairement à la majeure partie du Maroc occupée par la France colonisatrice, cette région située tout au nord fut dominée par les Espagnols, entre 1920 et 1956.

Nous arrivons vers 18h juste le temps de trouver l'hôtel et une place pour se garer dans les minuscules rues de la médina , malheureusement la nuit est tombée.

3

Ce matin , je me suis réveillé un peu plus tôt et je suis allé faire quelques photos des ruelles toutes bleues puis nous prenons un petit déjeuner sur la place centrale ombragée d'Outa el Hammam ou se trouve la casbah aux murs rouges avec la forteresse et le donjon du XVe siècle

Puis nous prenons la route en direction de la mer. Nous traversons de très beaux paysages, nous faisons pleins de haltes pour se dégourdir les jambes, au cours d'un arrêt une dame avec son fils nous demande de l'amener, c'est vrai que ces gens se déplacent soit à pied soit à dos d'âne, nous la déposerons au village d'après, ici les routes sont sinueuses et très pentues et admirer les criques . Une petite route nous amèneras dans un petit village , nous continuerons à pied pour aller voir la plage et les pêcheurs , un belle surprise nous attend , nous apercevrons des dauphins . Géraldine très courageuse fera une petite baignade, François et Baptiste aiderons les pêcheurs à tirer la senne.

Il est temps de reprendre la route, nous irons jusqu'au environ de Tamernout, nous prenons le temps de profiter du soleil au bord de l'eau en savourant un délicieux plat de poissons frits

Nous rentrons à Chefchaouen pour profiter du coucher de soleil sur la ville depuis les hauteurs

4
4

Nous visitons la jolie médina de Chefchaouen avec ses magnifiques portes et ce bleu qui rend cette ville si apaisante, ici les gens parle plutôt l'espagnol. n'hésitez pas à visiter cette région du Maroc qui est très différente du sud mais très reposante.

Nous repartons pour Fès que nous visiterons demain, pour finir la journée nous irons manger dans un très beau restaurant pas très loin de notre hôtel.

5
5
Publié le 1er mars 2020

Nous avons décidé de prendre un guide pour visiter Fès car nous n'avons qu'une journée a y consacrer.

Quelques photos de notre riad en attendant le guide

La petite ruelle qui mène à notre hôtel

Fès est, la ville du royaume qui est la plus chargée d’histoire. Avec Damas, Bagdad, Cordoue et Istanbul, elle fût l’une des principales villes de la civilisation arabo-musulmane.Les traces de ce riche passé sont encore bien présentes: une médina préservée et authentique, de nombreux monuments religieux, une ville encore très ancrée dans les traditions, … De nombreux édifices de la médina de Fès témoignent de la grandeur passée de la ville.

un petit aperçu des souks

puis un tour à la tannerie

Puis nous irons voir les tombeaux mérinides du XIVème siècle. Bien qu’il ne reste que quelques ruines de ces tombeaux, ils restent très photogéniques et méritent le détour.

Les tombeaux mérinides ont été construits au sommet d’une colline à proximité de la médina. Situé en bordure de Fès, la vue est impressionnante: la médina d’un côté et les montagnes environnantes de l’autre.

Nous passons devant le palais royal,

puis un petit tour à l'école de poterie

Voilà notre séjour à Fès se termine nous partons pour Marrakech

6
6
Publié le 6 mars 2020

Cela fait maintenant 7 ans que nous n'étions pas revenu à Marrakech, cela n'a pas tellement changé peut être plus bruyant et un peu plus moderne. Il y a toujours les ânes qui servent à amener les provisions dans la médina

la koutoubia et les stands de jus fruits 

Nous visiterons les tombeaux saadiens, mais il y a tellement de monde que nous repartirons avant de voir la totalité

Situé à côté de la mosquée de la Kasbah, les tombeaux Saâdiens sont un des seuls vestiges restant de la dynastie saâdienne qui régna sur l’age d’or de Marrakech entre 1524 à 1659. Au début du 18ème siècle, le sultan Moulay Ismaïl avait en effet décidé de faire disparaître toutes traces de la magnificence de cette dynastie en demandant la destruction de tous les vestiges restant. Il n’osa toutefois pas commettre le sacrilège de détruire leurs sépultures et ordonna que l’on mure l’entrée de la nécropole.

Ces tombeaux ne furent découverts que vers 1917, puis restaurés par le service des Beaux-Arts. Ils sont richement décorés.

Le mausolée abrite les corps d'une soixantaine de Saadiens, dont Al-Mansour, ses successeurs et sa famille. L'édifice est composé de trois salles. Le mausolée le plus prestigieux est la salle des douze colonnes. Cette salle abrite la tombe du sultan fils Ahmed El Mansour. Sa coupole en bois de cèdre ouvragé, et les stucs sont finement travaillés, les sépultures y sont en marbre de Carrare d'Italie.

À l'extérieur, se trouvent les tombes des soldats et serviteurs et un jardin de la nécropole.

Puis le Jardin Majorelle, qui se déploie sur 9000 m2 aujourd’hui, est l’un des jardins les plus enchanteurs et mystiques du Maroc. Créé en l’espace de quarante ans, l’ensemble, entouré de murs, consiste en un labyrinthe d’allées qui s’entrecoupent, de niveaux qui s’enchevêtrent et de bâtiments mauresques de style Art déco aux couleurs hardies. Le jardin est un gigantesque et opulent amoncellement de plantes et d’arbres exotiques provenant des contrées les plus lointaines, conçu à la fois comme un sanctuaire et comme un laboratoire par le peintre français Jacques Majorelle à partir de 1922.

En 1980, Yves Saint Laurent et Pierre Bergé, qui ont découvert le Maroc en 1966, rachètent le Jardin Majorelle pour le sauver d’un projet de complexe hôtelier qui envisageait sa destruction.

C'est le dernier jour pour Géraldine, mais Julien et Jen nous rejoignent pour continuer notre périple

7
7
Publié le 7 mars 2020

Julien et Jen nous ont rejoint , nous continuons tous les cinq notre séjour

le copieux petit déjeuner

Nous visiterons le palais de la Bahia

d’une superficie de huit mille mètres carrés. Le palais andalou-marocain abrite des jardins verdoyants, une mosquée, une étable, des bassins d’eau, un centre de riad et de nombreuses galeries de chambres spacieuses décorées de motifs de marbre colorés avec des plafonds en bois sculpté aux mains délicates.

Le Palais de la Bahia a été créé au milieu du XIXe siècle sur une superficie de 8 mille mètres carrés. Il a été construit dans un style andalou

Il était l’une des habitations somptueuses les plus luxueuses du Maroc, prise par le ministre Ahmed bin Musa al-Sharqi (1841-1900), surnommé «Hammad» et «Grand Vizir», comme sa résidence.

Bahmad était le gardien du sultan Al-Saghir Abdulaziz, après la mort de son père Hassan Ier, et il n’avait que 14 ans, et Ahmad administrait la gouvernance et les affaires de l’État pendant cette période,

Les dossiers indiquent que le père de Hammad, Si Musa, qui occupait les fonctions d’Al-Hajeb et du grand vizir du sultan Mehmed IV et Hassan I, était celui qui avait ordonné la construction du palais en 1859, puis le fils est venu et a terminé son architecture et a élu domicile pour lui et ses quatre épouses, et a nommé ce qu’il a construit au nom de son amant préféré “Bahia.” Hammad servait dans ce palais des milliers de servantes et d’esclaves

Nous rentrons par les souks avant d'aller manger

Un petit tour chez les tanneurs, puis un thé à la menthe pour se rafraichir

Nous irons prendre notre repas sur la place Jeema El Fna pour profiter de l'ambiance.

En effet, en journée de nombreux forains, camelots et artistes de rue sont présents (cracheurs de feu, tatoueuses au henné, montreurs de singes, charmeurs de serpents, diseuses de bonne aventure, etc.), tandis que la nuit, c'est notamment des stands de restauration qui sont présents.

Le terme Jemaa El Fna signifie littéralement en français, « assemblée de trépassés ». L’origine du nom de la place Jemaa El Fna vient du fait qu’autrefois, le Sultan ordonnait l’exposition des têtes décapités sur cette place.

A toutes heures de la journée vous trouverez sur la place Jemaa El Fna:

Charmeur de serpent, dresseur de singe, cracheurs de feu, groupe de musique Gnaoua (la musique gnaoua est une musique issue des descendants des anciens esclaves de l’Afrique noire), conteurs (en arabe), voyance, improvisation de théâtre de rue (en arabe), vendeurs de plantes et de jus d’orange frais, de fruits secs, , herboristes, tatouage au henné, jeux variés (à essayer: la bouteille de Coca à encercler avec une canne à pêche)

un joli coucher de soleil 
8

Après un bon petit déjeuner nous attendons notre pour partir en voiture vers le Col Tizi Ntichka(2260m)

puis on suit la route qui mène à Ouarzazate.

Cette route traverse de très beaux paysages de plus nous avons le temps de les admirer car il y a des travaux et nous ne roulons pas vite

un belle vue sur les  cols environnant

Nous déjeunerons à Ouarzazate.

Puis continuation par la piste, on parvient à la palmeraie de Skoura,on fera une promenade pour découvrir la palmeraie et les alentours

un arrêt à la Kasbah d’Amridil

Ensuite nous repartons en direction de la vallée des roses, en traversant les villages berbères,

Nous arriverons tardivement à la vallée des roses, car sur la route juste devant nous il y a eu un accident très grave , nous avons pu l'évier grâce au professionnalisme de notre chauffeur et nous nous arrêtons pour porter secours.

Diner et nuit à kasbah Agoulzi

9

Après un petit déjeuner copieux , nous prenons le temps de visiter la kasbah qui se trouve sur les rives la rivière M'Goun, nous quitterons la vallée des roses départ vers les gorges du Dadès.


et les Gorges de Dades avant de continuer vers les gorges de Todra, arret pour une petite marche dans la vallée de Tinghir,

on reprend la route vers Merzouga, en passant par Tinjdad , Erfoud et ses célèbres marbres fossilisés ; on passe par Rissani

nous nous arrêterons voir les gorges du Dadès, puis une halte pour encore un bon repas dans une superbe auberge

10

On se dirige par la piste vers le désert de Merzouga. Une dernière halte pour se dérouiller les jambes avant d'arrivée au pied des dunes, ballade en dromadaire ou pédestre selon votre choix pour arriver au bivouac .

ça y est nous sommes arrivés, les dromadaires est le chamelier nous attendent nous allons faire notre promenade dans les dunes , pour aller voir le coucher de soleil.

Nous sommes un peu déçu car nous n'irons pas dans les grandes dunes , elles sont préservées trop de touristes depuis quelques années. Ce n'est pas grave Jen est super contente de pouvoir monter sur un dromadaire

Après le coucher de soleil nous rejoindrons le camp, belle surprise celui-ci est magnifique, nous sommes très bien reçu avec un thé à la menthe comme le veut la tradition, il y a juste un autre couple qui est depuis la veille. Un bon repas et une petite soiré animée au coin d'un feu de bois, nous finirons par allez nous coucher.

11
11
Publié le 25 mars 2020

Lever de soleil sur le désert et après un bon petit déjeuner nous repartons pour la vallée du Draa en passant par Rissani (Berceau de la dynastie Alaouite) en traversant l’immense montagne Bougafer.

Nous croiserons un troupeau de dromadaire en attente de touristes à promener, puis un arrêt pour voir des fossiles. Repas de midi à N’kob (premier village Du Draa).

Repas de midi à N’kob (premier village Du Draa).Nous serons accueillis par deux frères qui restaurent la kasbah familiale, pour le moment, ils ont ouvert pour les repas et juste une ou deux chambres , nous avons pus visité la kasbah en attendant d'etre servis.

Après-midi, on rejoint la route pour voir la plus belle partie de la vallée deDraa, nous visiterons une Kasbah parmi les nombreuses qui se dressent dans cette vallée .

Après ce moment agréable, nous continuerons de contempler les magnifiques paysages de la vallée du Draa jusqu'à Ouarzazate et transfert au riad.

Nous mangerons et dormirons à "Dar Kafila" ou Lafita nous attend.

Nous avons fait un excellent repas, les briouats étaient succulents
12
12
Publié le 27 mars 2020

Sur la route pour retourner vers Marrakech nous visiterons l' Oasis de Fint.

A une quinzaine de kilomètres de Ouarzazate se trouve la légendaire Oasis de Fint. Fint, en langue Berbère veut dire « cachée ». Il est vrai que s’il n’y avait pas de panneau indicateur sur la piste, rien ne permettrait de localiser ce petit coin de paradis. Jusqu’au dernier moment, cette oasis se dérobe aux regards des voyageurs…

Quand on aborde la descente vers la vallée et l’oued, les palmiers font leur apparition, créant une tache verte et vivante entourée d’un monde minéral. Les falaises rocheuses de couleur ocre sont vertigineuses. Le décor est digne des grands films qui ont été tournés ici depuis les années 1930 : Laurence d’Arabie, Jésus de Nazareth, Alibaba et les quarante voleurs (avec Fernandel), Moïse, Cléopâtra, et plus récemment, Indigènes avec Jamel Debouze,.... On comprend aisément que les réalisateurs de ces grands films ont été conquis par un environnement à ce point majestueux. Malgré tous ces développements, l’électricité et la télévision ont fait leur apparition il y a trois ans, l’oasis de Fint garde son caractère original et demeure un endroit où l’on peut encore découvrir un mode de vie ancestral et traditionnel des régions du Sud Marocain. Des traditions et un environnement qui doivent absolument être protégées afin que les générations futures puissent encore en profiter.

Ensuite route vers Ait ben Haddou, une heure de marche consacré à la visite de Ksar classée au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Une fois arrivé à Aït Ben Haddou nous devons garer la voiture dans le « nouveau » village d’Aït Ben Haddou, puis traverser ce village pour arriver au ksar d’Aït Ben Haddou. Un petit oued est à traverser . En hiver, vous pouvez le traverser en marchant (quelques centimètres d’eau et des sacs de sable sont disposés dans l’oued pour faire une sorte de chemin) . Enfin, un pont permet également d’y accéder mais c’est moins charmant.

Un guide nous emmeneras nous balader dans le ksar d’Aït Ben Haddou, dans ses petites ruelles entre les maisons faites en terre ocre, typique du sud marocain.

Nous sommes également monter en haut du mont sur lequel est accolé le village d’Aït Ben Haddou.

Au sommet du ksar, au niveau des dernières habitations (avant la montée vers le sommet du rocher), une petite terrasse a été aménagé avec quelques tables pour pouvoir boire un verre de thé à la menthe, tout en admirant le panorama depuis les hauteurs d’Ait Ben Haddou !

une femme fabrique du pain pour vendre aux touristes, mais elle avait déjà tout vendu 

Puis déjeuner sur place. Ensuite on poursuite la route vers Marrakech en traversant le col de Tizi-n-Tichka. toujours en plein travaux.

Voilà notre voyage au maroc est presque fini, nous finirons demain de faire les quelques courses qui nous manquent. Nous ne manqueront pas de ramener les bonnes pâtisseries marocaines pour continuer à voyager,

Voici quelques adresses des endroits que nous avons appréciés

https://kasbahagoulzi.com/

https://www.gandini-bb.com/fr/chambres.html

http://www.circuit-maroc.org/