Carnet de voyage

Guadeloupe

23 étapes
31 commentaires
18 abonnés
Dernière étape postée il y a 7 jours
Quelques jours au soleil pour oublier les tracas de 2020et bien commencer2021
Du 14 janvier au 8 février 2021
26 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 16 janvier 2021

Voilà aujourd'hui c'est le départ, nous avons mis 3 sonneries pour ne pas louper l'heure et c'est Béatrice qui vient nous chercher pour nous amener prendre le train à Périgueux. Puis nous prenons le TGV pour Massy et ensuite une navette nous conduiras à l'aéroport. Tout c'est bien passé, les trains sont à l'heure et les mesures de sécurité pour passer les contrôles ne nous font pas perdre de temps, nous sommes devant la porte d'embarquement prêts à partir au soleil.

Le voyage en avion n'a pas été trop long malgré les cris et pleurs des enfants qui sont autour de nous, par les hublots le soleil nous offre un magnifique coucher en arrivant sur l'île.

Voilà cela y est nous sommes en Guadeloupe, nous récupérons la voiture et direction Saint Anne pour notre logement, nous n'apprécions pas grand chose des paysages car la nuit est là et nous sommes fatigués. nous arrivons sans difficultés , la propriétaire nous a donné rendez vous à une station essence qui se trouve sur le bord de la route et nous guide jusqu'à la maison.

une pizza pour notre premier dîner en terrasse 
2
2
Publié le 16 janvier 2021

Ce matin le réveil a été matinal , des jardiniers sont venus fauchés le pré des voisins, il est 7h, nous trainons un peu au lit , mais l'envie de voir l'extérieur nous pousse à nous lever.

Puis nous irons faire un tour sur le marché, pour gouter les spécialités ( pti rhum, accra , coco grillé etc...)puis faire les courses.

puis nous mangerons dans un petit restau sur la plage et baignade pour toute l'après midi

plage du bourg de Saint Anne 

Une bonne douche, un p'ti rhum, une salade et une banane , le décalage horaire aidant nous ne veillerons pas longtemps.

 le pti'rhum acheté sur le marché
3
3

Un peu d'histoire

Saint-François (en créole guadeloupéen : Senfwanswà) est une municipalité d'environ 13 000 habitants, l'économie de Saint-François est orientée avant tout vers les activités balnéaires (grâce à ses plages et aux activités nautiques) et touristiques soutenues par un réseau hôtelier développé. Par ailleurs, la commune accueille le deuxième port de pêche de l'archipel et développe une importante agriculture maraîchère pour la consommation locale; il est également un port de transport de passagers vers les îles de la Désirade, Marie-Galante et Les Saintes.

Après avoir fait le tour au port de pêche et des alentours, nous mangerons dans un des petits restaurants typiques , ou nous nous sommes promis de revenir manger de la langouste.

Histoire de digérer, nous visitons les ruelles avec quelques maisons originales

Puis bien sur direction la plage, aujourd'hui cela sera la plage des raisins clairs.

Au retour , nous nous arrêtons voir différentes criques.

Sous notre terrasse des invités surprises

4

Nous voici sur la route de Morne-à-l’Eau.

Située à l’ouest de Grande-Terre, cette commune fait partie du cœur de la Guadeloupe. En langue créole, Morne-à-l’Eau signifie « colline au bord de l’eau ». Il est vrai qu’elle rejoint la mer par son canal des Rotours, à travers la mangrove.

Le cimetière de Morne-à-l’Eau est une visite incontournable. Perché au bord de la nationale, il se distingue par ses tombes, recouvertes de carrelage blanc et noir. Cela forme un damier visuel atypique.

Nous poursuivrons notre route jusqu'à Vieux-Bourg, un charmant petit village de pêcheurs entouré de mangrove, réputé pour son environnement sauvage et préservé. Nous nous renseignons pour plus tard faire une balade en VTT des mers.

Après le repas direction la plage de Babin qui est loin d’être une plage de carte postale. Pas de sable fin ni d’eau cristalline, mais de la boue ! Une boue qui attire de nombreux baigneurs depuis des années. En effet, on lui prête des vertus thérapeutiques contre les rhumatismes ou encore les problèmes de peau.

Bien agréable, ce site paisible est également un lieu de pique-nique très prisé. Après la Baignade nous suivrons le parcours pédestre aménagé, qui débute juste à côté de la plage, pour partir à la découverte des richesses de la mangrove.

5

Ce matin nous partons à la découverte de La pointe des châteaux, ce petit oiseau nous feras la sérénade pendant tout le temps que l'on a pris notre petit déjeuner

Ne vous y trompez pas, la Pointe des châteaux, ne comporte aucun châteaux digne de ce nom. L’origine en est simplement l’établissement de la communauté religieuse des Capuccins, qui en 1683 en ont fait leur paroisse : la Paroisse des Châteaux.

L’histoire de la Pointe des Châteaux connaît un premier développement humain avec l’installation de tribus d’indiens Arawak en l’an 300 après JC. Ils y resteront près de 11 siècles, soit jusqu’en 1400 si l’on tient compte des vestiges retrouvés notamment à Anse à la Gourde. À la pointe de la péninsule, sur le monticule rocheux de la pointe des colibris a été érigé une première croix en 1951, remplacée récemment par une croix monumentale de 9 tonnes pour 10m de haut.

Du sommet de la croix nous avons une vue à 360° sur la péninsule de la pointe des châteaux, mais aussi sur la Désirade, Marie Galante et Petite Terre. Cette balade de 2km comporte l’ascension du belvédère de Morne Pavillon où se situe la croix. Nous croiserons même un Bernard l'hermite en promenade

En continuant vers le Moule nous ferons une halte à Porte d'enfer, cette petite crique sauvage creusée par les vagues entre les falaises abruptes de la Pointe Morne nous offre un spectacle attirant d'une mer agitée qui attaque avec vigueur la petite anse de sable. Surplombant l'anse, belle petite balade à travers la végétation de la forêt sèche où campêchiers et acacias côtoient dans un ensemble vert tendre crotons et romarins. Magnifique vue.

puis Le Moule ou nous irons manger.

Le bourg a longtemps été un port sucrier réputé mais à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, Le Moule perd son influence au profit de Pointe-à-Pitre. Aujourd’hui Le Moule est une petite ville pas terrible.

Nous finirons la journée par une baignade à la plage de l'Anse à la gourde, un sorbet coco de chez Nicole et un pti' rhum une fois à la maison. C'est dur la vie de retraité.

6

Encore un invité surprise.

Aujourd'hui nous n'avons pas fait grand chose, juste le marché pour se ravitailler et commencer à faire quelques achats pour le retour, puis cet après midi nous sommes allés nous baigner à la plage de Bois Jolan entre Saint Anne et Saint François, bordée d’une somptueuse cocoteraie et de multiples amandiers, cette plage a toutes les caractéristiques d’une belle plage. Deux kilomètres de sable blanc, une mer plutôt calme grâce à sa barrière de corail, malheureusement il n'y avait que quelques poissons qui se promenait.

Mais c'était quand même une belle journée, avec une petite brise juste pour vous rafraichir, une vendeuse de sorbet coco à la sortie histoire de bien finir la journée.

7
7
Publié le 21 janvier 2021

Nous avons un peu trainer, trop tard pour faire la balade prévu, donc changement de programme, direction Port Louis et son port de pêche, ou de nombreux pélicans attendent le retour des bateaux.

Port Louis est une petite ville de pêcheurs et d’agriculteurs. Le centre ville est une longue rue droite, avec au milieu une belle église (pour la région). Cette rue est bordée de maisons basses un peu rétro et elle constitue une petite promenade sympathique.

Après le cimetière c’est toujours la plage du Souffleur, une portion plus adaptée au masque-tuba avec une petite frange sableuse puis des fonds rocheux. Il y a toujours à l’arrière des arbres et carbets bien agréables. L'endroit est très calme, la voiture peut même être stationnée à l’ombre.En continuant après le cimetière, sur un sentier longeant la côte, assez difficile en voiture, une anse magnifique, petit paradis. Une grande étendue de sable, de l’ombre, une eau claire, peut-être une des plus belles plages de l’île! En allant plus loin et en passant la pointe la plage continue, tout aussi belle.

Nous devons partir pas trop tard , car nous allons à Saint François retenir des places pour aller à Petite Terre, mais il était temps car les "yenyen" ce minuscule moucheron, appelé aussi puce de sable prolifèrent particulièrement sur cette plage proche de la mangrove. Nous ne manquerons pas de nous arrêter prendre un sorbet, mais pas coco cette fois ci, passion pour François , mangue pour moi, c'est toujours aussi bon et rafraichissant.

leurs sorbetieres 

Encore une belle journée ou l'on a profiter du soleil.

8

En arrivant sur le site de la Porte d’Enfer c’est la plage que l’on aperçoit en premier. Et quelle entrée en matière ! Des vagues qui se fracassent contre les falaises abruptes, il ne reste au sein du lagon qu’une eau calme et limpide, parfaite pour la baignade ! La plage de sable blond est très agréable et ombragée.

Du lagon de la Porte d’Enfer part la trace des falaises, une sublime randonnée qui longe au plus près les falaises abruptes.

Plusieurs options sont possibles. On peut faire la randonné dans sa totalité, et il faut dans ce cas compter environ 4h30 pour parcourir le sentier et prévoir une deuxième voiture à l’arrivée, ou parcourir qu’une partie du sentier avant de revenir sur ses pas. Nous avons choisi la 2ème option ! Nous sommes donc partis du lagon de la Porte d’Enfer jusqu’au Trou du Souffleur(7 km aller et 7km retour), ce qui permet déjà de profiter de superbes panoramas sur les falaises et la mer comptez 3h AR et plus suivant l'heure de la journée et votre capacité à marcher.

Si la randonnée c’est pas votre truc, allez tout de même jusqu’au trou de Mam Coco (15min depuis la plage). Ce gouffre d’une vingtaine de mètres de largeur sur quarante de profondeur est très impressionnant.

Les paysages sont magnifiques, nous trouverons même des vaches qui broutent tranquillement malgré la chaleur qui commence à devenir vraiment étouffante

Nous verrons aussi le trou des tortues avant d'arriver enfin au trou du souffleur, celui ci n'est pas aussi spectaculaire que ceux que nous avons vu à la Réunion. Le retour va être long, je m'arrête souvent pour reprendre mon souffle, il fait très chaud.

Finalement, nous avons mis 4hAR surtout à cause de moi, j'ai été un peu trop optimiste à ma capacité à marcher sous cette chaleur.

Nous filerons jusqu'à L'Anse Bertrand pour manger et boire frais, puis on ira voir la Pointe de la grande Vigie, heureusement le sentier pour y accéder n'est pas très long (30mn AR).

pour nous remettre de nos émotions nous avons aussi un vendeur de sorbet coco sur le parking, cette petite douceur est la bienvenue, nous finirons la journée par une baignade plage de l'Anse Laborde . Cette plage est magnifique et peu fréquenté.

Encore une belle journée, un peu fatigante , mais pleines de bons souvenirs

9
9
Publié le 23 janvier 2021


Nous commencerons la journée par une belle averse

Le programme n'est pas chargé aujourd'hui, nous nous reposons de notre effort d'hier, marché et baignade uniquement.

Voici notre menu, petit punch coco grillée vanille, puis ouassous (entre la crevette et l'écrevisse), salade de tomate et avocat, un peu de camenbert, banane et nougat.

En Guadeloupe on parle de Cribiche pour toutes les espèces de crevettes d'eau douce qui possèdent des pinces, on en compte cinq : Le gros mordant est la plus petite espèce avec une pince impressionnante, le grand bras, le cacador, le queue rouge et le ouassou. Tous éclosent en mer et remontent ensuite les rivières

10

Ce matin nous partons pour Basse Terre, car nous avons rendez vous avec Marie Claude et Gérard à la plage de la Malendure pour faire une sortie en bateau "Le Nautilus" dans la réserve Cousteau.

un magnifique colibri sur la route en allant du parking à la plage 

Cette réserve marine est située en face de la plage de Malendure à Bouillante (Côte sous le vent, Basse Terre) et est composée des îlets Pigeon et de 1000 hectares de fonds sous-marins exceptionnels. Coraux, poissons, tropicaux, tortues et même chants des baleines à bosse évoluent sans crainte dans une mer des Caraïbes à 26°C.

Une ballade d’une heure et demi au cœur de la réserve Cousteau. Belle découverte dans la coque en verre, des explications sur la faune et sur les coraux.Le circuit s’arrête pour une pause baignade avec masque et tuba, il y avait pas mal de poisson. Au retour nous avons même une pause planteur ou grenadine à bord.Rien à redire !!

Après une pause repas dans un des restau du coin, nous gansouillerons dans l'eau pour digérer.

Au retour par la seule route qui traverse l'île (la traversière) nous découvrons Basse Terre avec sa forêt tropicale.

11
11
Publié le 26 janvier 2021

Nous n'avons pas été courageux ces deux derniers jours, plage et repos .

Nous nous étions donné rendez vous avec Marie Claude et Gérard pour passer la journée ensemble et profiter du soleil, dimanche nous les avons rejoints dans leur location pour une journée piscine , bouffe et plage, lundi changement bouffe au restaurant du port des pêcheurs, pour manger la langouste et digestion sur la plage.

Sur le port les pélicans tiennent conversation au pêcheur qui remaille son filet.

Marie Claude et Gérard sont arrivés, les langoustes vont rougir de plaisir.

Digestion et baignade finiront la journée.

Nous disons au revoir à Marie Claude et Gérard pour quelques jours, nous nous reverrons peut-être sur l'ile de la Désirade. Un petit arrêt pour un sorbet Coco, toujours aussi bon, encore une belle journée.

12
12
Publié le 29 janvier 2021

Ce matin , réveil à 6h00 pour faire une sortie en VTT des mers

Rien de mieux pour découvrir la mangrove Guadeloupéenne qu'une excursion à la journée avec Bel'Mangrov et son guide Guy !!!


Nous commençons par découvrir ces curiosités que sont les VTT des mers. Des pédalos revisités dont on a juste gardé les flotteurs et où l'on a remplacé le tambour qui sert à avancer par un système de dérailleur, d'arbre de transmissions et d'hélices de bateaux qui rendent ces engins beaucoup plus véloces et agiles. Pas besoin d'être un grand sportifs pour pouvoir vous lancer dans cette aventure.

Ensuite, Guy (le guide), nous fait découvrir au fil de la journée tout son savoir sur la mangrove. Son rôle dans l'écosystème, sa naissance, son évolution dû au climat tropical, sa faune et sa flore. nous découvrons d'abord par les extérieurs et des canaux assez large. Le midi nous avons droit à une baignade sur une sublime plage de sable blanc. Pendant ce temps là Guy commence à préparer le barbecue du midi et l'apéro (compris dans le prix de l'excursion).Il nous fait découvrir la vrai manière de faire et de boire un punch planteur ou les ti-punch (avec variante tamarin, maracujas, ou classique selon les goûts de chacun et la saison). Et bien entendu n'oublions pas les bananes flambées en dessert qui sont tout simplement un régal.

Ensuite nous reprenons la mer et continuons à découvrir la mangrove ,nous rentrons également directement au cœur de celle-ci ( lotion anti-moustiques obligatoire).


Nous terminons en fin d'après-midi par un arrêt sur une petite île où viennent nicher de nombreuses sortent d'oiseaux différents. Nous en profitons pour planter des pousses de palétuviers rouges , voir des oursins verts Nous profitons d'un magnifique coucher de soleil et rentrons au port à la nuit tombante.

Retour au soleil couchant avec vue sur Basse Terre 

La journée aura était quand même fatiguante, il faut encore rentrer à Sainte Anne et demain départ de bonne heure pour La Désirade.

13
13
Publié le 30 janvier 2021

La Désirade mesure 11 km de long pour 2 km de large. Elle accueille quelque 1 700 habitants, dont une communauté de pêcheurs. Vue depuis Grande-Terre, elle ressemble à un long plateau allongé. A l’est, sa pointe fixe l’Atlantique, elle voit arriver en premier les ondes tropicales et les cyclones. L’île est une épine dorsale calcaire : son versant sud-est accueille le village principal, Beauséjour, les hameaux, les plages… . Au centre s’étire l’échine rocailleuse et arbustive, parcourue par un chemin de crête, culminant à 275 m à La Grande Montagne. Au nord-ouest, les versants, déserts, plongent brusquement vers l’océan, dans un paysage parfois hostile. Ils sont extrêmement peu fréquentés.


Nous avons pris le bateau au port de Saint François pour une traversée d'environ 45mn, ce matin le temps est à l'orage, des nuages sont de plus en plus nombreux et le vent souffle un peu , du coup il y a un peu de vagues et on est un peu remué, nous finissons par arriver, il était temps je commençais par avoir l'estomac un peu barbouillé. Nous choisissons de louer un scooter électrique, mais comme je ne suis pas très doué , le gars me laisse essayé pour voir si j'y arrive. Super sympa , il nous propose même de nous amener chez notre logeuse (tout le monde se connaît ici). Le logement est très chouette , il y a même un jaccusi

Nous voilà fin prêt pour découvrir l'île cela sera facile , il n'y a qu'une seule route qui va d'un bout de l'île à l'autre. nous nous arrêtons pour voir les iguanes, il faut faire attention , il y en a partout cachés sous les arbustes et même dans les arbres sur le bord de la route, d'ailleurs il y a même des panneaux de signalisation pour indiquer de faire attention

un panneau bizarre de plus à ma collection 

C’est à Baie-Mahault que Christophe Colomb aurait touché terre aux Caraïbes, lors de son second voyage en 1493. ’il n’y a plus trace de l’événement.

A l’extrémité est du village, juste avant il y a le phare, la route s’arrête à l’ancienne station météo de la Pointe Doublé. Le bâtiment, abandonné, date des années 1930. Il fut construit par Ali Tur, un architecte français d’origine tunisienne mandaté pour reconstruire des bâtiments publics en Guadeloupe après le passage dévastateur d’un cyclone, en 1928. Il dénote dans ce paysage rocheux, classé, plus au nord, Réserve naturelle géologique. Cet endroit est magnifique nous passons un bon moment a scruter l'océan ou soi disant les baleines passent près des côtes, nous n'en verrons pas malheureusement.

Nous reprenons la route en sens inverse, en nous arrêtant de nombreuses fois pour admirer le paysage avant de trouver un endroit pour manger, car le ciel s'assombrit et quelques gouttes commencent à tomber.

Une petite averse le temps que l'on mange et nous voilà reparti. Le planteur était un peu corsé et notre départ très matinal, une belle plage nous incite à faire une sieste.

L'heure tourne, le soleil commence à faiblir, n'ayant toujours pas vu notre logeuse (elle nous avait laisser les clés sur la porte) nous allons rentrer avant la nuit.

Génial le Jacuzi est aussi à notre disposition, un petit bain avant qu'in ne fasse complètement nuit c'est super.

Une belle journée encore, demain Marie Claude et Gérard nous retrouvent pour visiter l'ile.

14
14
Publié le 31 janvier 2021

Aprèsune nuit au calme et un petit déjeuner copieux en compagnie d'un petit chat qui voulait des caresses, nous partons retrouver Marie Claude et Gérard à l'entrée de la gare maritime.

Nous louons deux autres scooter et nous voilà partis, pour leur faire découvrir la partie nord de l'île. Sauterelles, iguanes, cactus "la tête d’Anglais" endémique à la Désirade, des minuscules fleurs sur lesquelles des abeilles viennent récupérer le peu de pollen, toute cette nature est vraiment superbe.

Une petite halte au cimetière et à la petite église du village "Le souffleur"

puis nous ferons une pause pour aller manger, et échapper à une belle averse.

Nous avons rejoint le point le plus au sud de l'île : la pointe des Colibris. Ici, les falaises fouettées par les vagues. Les fleurs tropicales et oiseaux apportent des couleurs éclatantes à ce panorama sauvage.

Nous avions essayé de monter par la route de la Coulée du Grand Nord qui est extrêmement raide, mais en scooter, c’est carrément mission impossible. Les plus courageux pourront y aller à pied, “Le chemin de Croix” prendra alors tout son sens …

Nous rentrons tranquillement, récupérer nos affaires aux gîtes

15
15

Nous voilà arriver sur l'autre partie de l'île " Basse Terre", nous découvrons notre logement car hier nous sommes arrivés tard et de nuit.

Le jardin est magnifique plein de fleurs et d'arbustes.

Nous partons faire quelques courses, puis visiter les villages au alentour notamment "Deshaies"

Basse Terre est moins touristique donc moins fréquentée, Le côté ouest de l’île est moins construit. Il n’y a pas de grosses villes et on est davantage dans le style « petits villages locaux » que stations balnéaires.

Basse Terre est plus sauvage, plus nature. Paysages de montagne. Ambiance jungle tropicale. Végétation luxuriante. Arbres aux racines démentielles. Feuilles géantes. Sources d’eau chaude.

l'après midi nous irons jusqu'à la plage de petite anse ou nous pourrons enfin voir des poissons grâce à nos palmes ,tuba et masque pas celui pour le covid). Ici les tortues viennent pondre d'après les panneaux

16
16
Publié le 1er février 2021

Ce matin nous partons visiter L'Ecomusée qui est situé sur les hauteurs de Sainte Rose.

Après l’entrée nous sommes accueillis avec une dégustation de cacao avant de profiter de la visite à notre convenance en profitant des panneaux explicatifs très bien conçus.

La visite commence par ce qui était au départ le jardin créole, un désordre apparent où tout est à sa place. les plantes typiques de la vie de tous les jours, pour se nourrir bien sur mais aussi pour se soigner, laver, conserver.

Certaines connues et d’autres oubliées voire ignorées, toutes sont là avec des panneaux explicatifs, des recettes, parfois des anecdotes…

.Nous découvrons ensuite une allée abritant 32 vitrines, chacune consacrée à une commune de Guadeloupe exposant ses particularités. Un tour de l’archipel pour retrouver ou découvrir des lieux parfois délaissés par les visiteurs.

Vient alors la Guadeloupe an tan lontan, traditions avec les outils, puis histoire depuis les amérindiens jusqu’à nos jours, illustrée en taille réelle par diverses cases avec objets et personnages : ethnies guadeloupéennes, évolution, nouveaux peuplements.

Mises en scène et panneaux narratifs montrent bien le parcours de la Guadeloupe.

Nous avions fini la visite quand un groupe d'antillais vient pour faire la visite, là un Monsieur apparemment le propriétaire propose que nous nous joignons à eux pour déguster des pamplemousses qui proviennent de son jardin, ils sont énorme et super bons .

Nous suivons le groupe pendant un moment, Jocelyn nous explique les plantes avec humour et anecdotes, c'est passionnant.

Nous continuons la matinée en allant à la rhumerie Reimonenq, pour sa spécialité qui est son rhum blanc (coeur de chauffe et son rhum vieux), qui est aussi un Musée d'insectes et papillons et de maquettes de bateaux à voile.

Après cette matinée bien remplie, nous retournons nous baigner à petite anse pour finir la journée.

17
17
Publié le 2 février 2021

Réveil à 5h pour aller à Saint François prendre le bateau pour Petite Terre.

L’ile de Petite-Terre est riche en histoire. Présence d’Amérindiens (Arawaks) entre 600 et 1500 après Jésus-Christ, puis arrivée de Christophe Colomb en 1493 marquant le début de l’influence européenne sur l’ile. On y cultive alors du coton destiné à l’Europe ainsi que des cultures maraîchères destinées aux populations locales.

Seules quelques compagnies d'excursion sont autorisées à transporter des visiteurs sur Petite Terre selon certaines restrictions et dans un cadre réglementaire qui optimise la préservation de l’espace naturel. Les bateaux privés et loués peuvent aussi faire escale sur l’ile à la condition de respecter également la réglementation spécifique en vigueur.

Nous sommes donc une trentaine dans le bateau, pour un équipage de 4 personnes, la traversée est un peu mouvementée, mais ne dure pas trop longtemps. Départ à 08h05 de Saint-François vers l’île de Petite-Terre située à 18 km au sud-est de la Guadeloupe (45 minutes de navigation) à bord de l’AWAK II, une vedette catamaran.

Nous débarquons tranquillement sue une superbe plage de sable blanc et équipés de nos PMT nous voilà partis pour l'exploration des fonds sous marins. Il y a pas mal de poissons, nous avons même vu une tortue à deux mètres de nous hélas vous ne verrait pas de photos mais nous on en a pris plein les yeux, mais il est 11h c'est l'heure de rejoindre Angélique qui va nous faire découvrir l’histoire de l’île ainsi que sa faune et sa flore… Tournepierre à collier, iguanes, Bernard l'Hermite, la balade est très intéressante. Sur le bord les petit requins citrons se promènent.

A midi nous retournons sur le bateau pour l'apéritif, déjeuner barbecue et café . C'est très sympa le rhum coule à flots.

Nous avons l'après midi libre, mais vers 15h il faut revenir au bateau, car celui-ci est équipé de parois en verre qui nous permet de découvrir la faune et la flore du lagon à bord .

Nous avons la chance de revoir tous les poissons vu ce matin ainsi que des Tarpons, et tortues qui grignotent les herbiers c'est très chouette.

C'est l'heure de repartir le CAPTAIN GREGORY nous fait passer les grosses vagues sans trop de problèmes , au bout de quelques minutes le bateau ralenti et un des équipiers nous signale qu'il a des dauphins qui jouent autour du bateau, nous allons donc à l'avant pour mieux les voir c'est trop beau, un coup de vent et la casquette de François s'envole, mais le capitaine ralenti fait demi tour ce qui nous permet de voir plus longtemps les dauphins et de récupérer la casquette, plus loin un poisson volant passe tout prés.

Quelle belle journée, nous rentrons à Saint François avec plein de beaux souvenirs.

18
18
Publié le 3 février 2021

Comme vous le savez, j'aime les fleurs, les plantes, les oiseaux, en fait la nature il n'était pas possible que nou n'allions pas visiter un jardin botanique.

Le Jardin Botanique de Deshaies est situé sur une propriété de 7 hectares, ayant appartenu à l’humoriste Coluche. Celui-ci avait acheté la propriété en 1979.

C’est au précédent propriétaire, Guy Blandin que l’on doit quelques espèces de plantes rares présentes dans le parc botanique. Malheureusement, une grande partie de ces plantes ont disparu après le passage du cyclone Hugo en 1989.

En juin 1985 Coluche demande à Michel Gaillard, paysagiste pépiniériste son ami de s’occuper et d’entretenir sa propriété en échange de l’utilisation des terres pour y créer sa pépinière. Malheureusement, un an plus tard Coluche décédera.

Grâce à sa connaissance de la propriété, Michel Gaillard la rachètera le 1er octobre 1991. Et entreprendra l’énorme challenge de la transformer en jardin botanique. La réalisation concrète de ce parc floral et animalier de loisirs de 5 hectares a été exécutée en 14 mois, avec la participation de 40 employés, tous originaires de la commune de Deshaies, et formés « sur le tas » au fur et à mesure de l’avancement du chantier.

Il y a aussi des oiseaux, notamment une volière aux loriquets, flamands rouges,

Un petit repas chez Ketty très bon , mais cher.

Aujourd'hui la mer est très agitée, nous tentons plusieurs plages, pour finalement s'arrêter à la plage des amandiers, mais je serai la plus courageuse en me trempant juste les pieds.

19

Le saut des trois cornes est une jolie petite cascade accessible en une heure et demi AR, à l’aller ça descend donc au retour ça remonte , mais ça va. Vous pouvez profiter des frais bienfaits de cette cascade , mais la traversée de la rivière est glissante, je ne m'y risquerai pas, mais elle est jolie me dit François qui lui a traversé .

Au retour nous profitons des bienfaits de l’eau chaude et soufrée des « bains de Sofaïa ». Il s’agit plus précisément de douches, dans un endroit aménagé.

Ce point d'eau soufrée est apparu en 1843. Il a été rénové par la commune en 2019. Le bassin est actuellement aménagé en douches à l'accès gratuit. L'eau y jaillit à 31 °C. On lui prête des vertus curatives (rhumatismes, dermatoses). Elle est très prisée des Guadeloupéens qui la boivent également. L’odeur du soufre, bien que présente, est parfaitement acceptable.

En descendant, le point de vue dominant sur les plaines du Lamentin et sur le Grand Cul-de-sac marin est très joli.

Nous pousserons jusqu'à la plage de grande Anse, les touristes étant partis , il y a moins de monde.

Il y a de belles vagues  
20
20
Publié le 4 février 2021

Nous voilà partis pour une longue journée, direction les chutes du Carbet pour environ 1h 10 de route.

Les Chutes du Carbet sont une série de cascades le long de la rivière Carbet dans le parc national de la Guadeloupe. Situé sur les pentes inférieures du volcan de la Soufrière, c’est un endroit populaire pour la randonnée.

Les Chutes du Carbet ont aussi une signification historique intéressante. Christophe Colomb a décrit les chutes dans son carnet de bord en 1493 comme “une très grande source qui répandait l’eau de tous côtés de la montagne”. Il y a trois chutes d’eau séparées, situées dans la forêt tropicale. La première est la plus haute cascade plonge de 115 mètres de haut. Le sentier escarpé (compter 3H aller-retour)ne sera pas pour nous .

Mais la deuxième cascade, la plus impressionnante, est connue pour son accessibilité facile grâce à un sentier aménagé (45min aller-retour), mais avec beaucoup de marches. La vue de cette cascade de 110 mètres est extraordinaire.

Nous irons faire un tour à Grand Etang qui est le plus vaste plan d'eau naturel des Petites Antilles.

Pour nous requinquez, nous dégustons un Agoulou. L’Agoulou est une recette très populaire en Guadeloupe. Proche des célèbres paninis, l’Agoulou est un pain brioché fourré avec des garnitures très variées. Nous nous mangeons une version complet , avec une garniture à base de jambon, oeuf, steack et de crudités. C'est très bon et croustillant

Nous continuons en s'arrêtant à Trois Rivières pour admirer les Saintes de loin, car il y a beaucoup de brume



puis nous montons vers La Soufrière, son dôme ne présente pas de véritable cratère, mais des bouches éruptives, des gouffres et des entailles profondes. Volcan actif de type péléen, de formation relativement récente (environ 100 000 ans), son activité se manifeste par de nombreux dégagements de vapeurs, fumerolles, sources chaudes en différents points de ses flancs et de son dôme.

Vu l'heure et le temps nous ne ferons pas l'excursion prévu, mais nous aurons vu les Bains Jaunes, un bassin d'eau tiède ou l'on peu se baigner

Cette route côtière est très jolie , mais très escarpée cela n'arrête pas de monter et descendre avec des endroits pas larges du tout. Il fait lourd et moite , nous faisons une pause pour se baigner une toute petite crique , à l'abri du vent, l'eau est délicieuse

Sur le retour, la pluie commence à tomber, heureusement nous arrivons avant les grosses averses qui vont tomber pendant toute la soirée et la nuit, c'est le déluge .

21
21
Publié le 6 février 2021

Après cette journée ou nous avons beaucoup fait de voiture nous restons tranquille d'autant plus qu'il a beaucoup plu cette nuit et ce matin le temps est encore gris, lessive et rangement sont au programme, et oui les vacances arrivent à la fin

Ce soir notre propriétaire nous a proposé de nous faire un colombo de raie, nous avons accepté bien sur, nous dégustons ce plat avec Noelly et Chiaro, nos petits voisins.

22
22

Pour une visite de l’îlet du Gosier, rendez-vous au ponton de la plage de la Datcha où un petit bateau nous attend. Il fait la navette vers l’îlot de 9h00 à 17h00 toutes les trente minutes. Pour accéder au ponton, traversez le parc paysager du calvaire Gosier (à quelques dizaines de mètres de l’église). L’aller-retour est de 6 euros par personne.

La surface est modeste, seulement un kilomètre de long et quelques centaines de mètres de large. Attention, il ne faut pas confondre l’îlet du Gosier avec la ville du Gosier du même nom. L’îlet est situé au large du sud-ouest de Grande-Terre. Ce petit lopin de terre tire son nom des pélicans d’eau grands gosiers. Ces oiseaux avaient établi leur terrain de chasse dans sa lagune. Aucun habitant car personne n’y vit. On a la surprise d’y trouver un phare, l’une des rares constructions de l’îlet.

L’Ilet du Gosier est un site naturel protégé, quelques panneaux nous le rappelle. En faisant le tour de l'île nous croisons un iguane. On peut y observer également des vestiges amérindiens datant du X et XIe siècle.Il est bien sûr interdit de toucher, de couper des fleurs ou de ramener un quelconque souvenir de ce lieu très protégé.

je suis un peu surprise de voir tous les déchets qui traînent, comme un peu sur toute l'île les plages sont pleines de détritus de toutes sortes, on a l'impression qu'il n'y a pas de personnel pour nettoyer, mais il n'y a pas non plus de poubelles pour déposer les déchets.

Nous rentrons en passant par la route traversière pour montrer à Noelly et Chiaro la forêt et nous ferons une halte par le saut d'acomat

Situé sur la rivière Grande Plaine à environ deux kilomètres de la N2, le Saut d'Acomat (ou chute d'Acomat) est l'une des cascades les plus remarquables de la Basse Terre en Guadeloupe. Haute de 9 mètres, la chute se jette dans un grand bassin au milieu des roches, véritable baignoire à l'eau vert émeraude. Le site est fréquentée par les touristes comme par les habitants des communes avoisinantes qui aiment se retrouver ici pour un moment de fraîcheur .

La pluie étant tombée la veille la descente est un peu glissante , nous ne sommes pas bien chaussés, nous n'irons pas juqu'au bassin.

encore une bonne journée avec un petite pluie en fin de soirée pour nous rafraichir avant de dormir.

23
23
Publié le 21 février 2021

Avant dernier jour de notre séjour sur la Guadeloupe, nous allons profitez de la plage et essayez de voir encore quelques poissons , nous nous décidons donc d'aller à la plage de Leroux.

La plage Leroux se situe à quelques kilomètres du charmant village de Deshaies en direction de Bouillante. Nous nous arrêtons prendre un sandwisches que nous allons manger sur la plage.

L’accès à la plage est juste après une montée, indiqué par un panneau. Nous nous installons, il y a peu de monde nous restons a bonne distance des autres, au bout de quelques minutes les gendarmes arrivent et viennent nous dire gentiment que c'est samedi et qu'il est interdit de pique niquer sur la plage ,bref, on remballe et on va finir notre sandwische sur le parking , 20m derrière nous .

Equipés de nos masques et tubas nous voilà partis , les coraux sont jolis et il y a pas mal de poissons.

Grace à Chiaro et Noélly qui nous on rejoint nous pouvons avoir quelques photos