Carnet de voyage

Un tour en Asie (2)

9 étapes
10 commentaires
8 abonnés
Dernière étape postée il y a 7 jours
Deuxième partie de notre visite de l'Asie du Sud-Est. Après la Thaïlande, le Cambodge et le Vietnam, le voyage continue !
Octobre 2018
32 semaines
Partager ce carnet de voyage
10

4 mars 2019

De retour en Thaïlande avec les super trains ! On avait pas fait gaffe en réservant mais c'est en première classe que nous voyageons, cela veut dire compartiment à deux lits, donc pour nous tout seul, avec un petit lavabo, grande classe 😛.

5 au 7 mars 2019

Arrivé à Bangkok, on s'installe dans notre petite auberge assez calme et on se rend direct à l'ambassade de Birmanie pour lancer nos visas. Il y a trois jours de délai donc trois jours à tuer. On en profite pour faire un peu de shopping dans les immenses centres commerciaux, une séance de cinéma 4D (Alita avec les sièges qui bougent, des jets d'air, un peu d'eau, etc. marrant mais ça n'apporte pas grand chose au film je trouve) et de la glandouille à l'auberge.

On récupère nos visas le 7 et partons le soir même pour le sud afin de rejoindre l'île de Koh Phangan.

Camion photocopie pour les visas / Cinéma 4D / Affiches dans le métro demandant de lâcher son portable

8 mars 2019

Après une nuit de train et quelques heures de ferry, nous arrivons sur Koh Phangan vers midi. C'est une île voisine de Koh Tao, la première étape du voyage, et bien plus grosse. On prend un taxi pour se rendre tout au nord, dans la baie de Chaloklum réputée pour être calme et bon marché et pas loin des spots de snorkeling. On prend notre temps pour visiter et choisir un bungalow sur la plage car on prévoit de rester au moins une dizaine de jours ici, histoire de se poser un peu. On trouve notre bonheur au bout de la baie : petit bungalow posé sur la plage, à 20m de la mer, coucher de soleil en face, hamac, cocotier, le pied.

La vue de notre petit chez nous. 

9 au 29 mars 2019

Nous avions décidé de vraiment se reposer pendant cette étape, ce sera les vacances du voyage ! Au programme : pas de visites, farniente, plage, châteaux de sable et chiens, beaucoup de chiens.

On fait mumuse xD

Comme on avait remarqué à Koh Tao, pas mal de chiens vivent sur les plages. Chaque groupe de 3-4 chiens possède son territoire (une portion de plage) et ils sont super amicaux car les touristes donnent à bouffer. Juste à gauche de notre bungalow, les proprios d'un taxi-boat ont une petite chienne blanche toute mimi (qu'on a appelé Neige, merci l'originalité) et elle jouait souvent avec une autre chienne qu'on a fini par "adopter", Rexy. On ne lui a jamais donner à manger mais malgré ça, elle venait toujours nous voir, nous suivait au restau, venait nager avec nous et dormait devant notre porte. Enfin bref, elle passait une bonne partie de la journée avec nous et on s'est carrément attaché à elle.

La belle Rexy 💗
Neige / Cara / Rexy, Neige et Dingo en train de jouer
True love story 

On a aussi fait quelque sortie plongée. Tous les clubs vont au même endroit, Sail Rock, car les spots autour de l'île ne sont pas top en ce moment, très mauvaise visibilité à cause d'une tempête survenue récemment (ce qu'on a d'ailleurs remarqué en faisant du snorkeling). Sail Rock, un gros caillou qui sort de l'eau à une trentaines de minutes en bateau se trouve donc au large et la visibilité y est bien meilleure. Il est connu car d'énormes bancs de poissons passent pas loin ainsi que, occasionnellement, des requins baleines (on a pas eu la chance d'en voir). Il y a aussi une "cheminée" sous-marine qu'on peut traverser, c'est marrant.

POISSOOOOOOONS !! (Baracudas d'un mètre en bas à gauche et milieu)
Batfish, anémones, murène et la sortie de la cheminée. 

Koh Phangan est aussi sympa pour le snorkeling. On a trouver les fonds moins vivants qu'a Koh Tao mais en s'éloignant un peu des plages (et en faisant gaffe au taxi-boat) on trouve encore de beaux récifs. La presqu'île de Koh Mah est aussi un bon spot quand il n'y a pas trop de monde.

(A droite, c'est pas notre tour mais elle est jolie et très haute !) 


Les fonds sont par endroits très riches en coraux en tout genre ! 

Nous avions normalement prévu de rester une dizaine de jours pour ensuite faire un volontariat de 10 jours dans la nord de la Thaïlande à Chiang Mai. Mais au moment de prendre nos tickets de train, l'agence nous prévient que cela risque d'être difficile car les vacances scolaires thaï ont commencé, ah ... En effet, impossible de trouver un train avant plusieurs jours. Nous devons donc annuler le volontariat (10 jours minimum) et restons une semaine de plus sur l'île.

Sonia en a profité pour se faire un "bamboo tattoo" en souvenir du voyage (5-6 aiguilles fixées au bout d'une tige de bambou avec de la ficelle et trempées dans l'encre). C'était censé faire moins mal qu'à la machine mais apparemment pas du tout. Par contre cette méthode est beaucoup moins contraignante, elle peut se baigner quelques heures après et le soleil n'est pas un problème non plus.

Détendue VS pas détendue 

On en a aussi profité pour participer à une session de ramassage des déchets sur une des plages de l'île avec l'association Trash Hero. La crique était blindée de polystyrène, bouteilles plastiques et briquets à gogo ainsi que des bouteille en verre, des petits échantillons en tout genre, des pailles, des brosse à dents, des filets de pêche, des tongs, des chaussures, des pneus et même un bidon d'essence plein ...

Le résultat d'une heure de travail. 

Pendant la dernière semaine, le temple de la baie s'est transformée pour plusieurs soirée en festival pour la Full Moon. Il y avait une scène avec des spectacles traditionnels, plein de stands de bouffe, des jeux, un marché, etc.

Hmmmm les bonnes brochettes Angry Birds avec de la bonne gélatine noire... 

30 mars 2019

Nous somme partis de l'île le 30 mars en fin d'aprem. Ce fut carrément triste avec Rexy, elle est restée couchée près de nos sacs tout l'aprè-midi et a couru après le taxi quand on est parti, déchirant... 😥

On profite tout de même du coucher de soleil sur le ferry avant de prendre le train de nuit pour Bangkok à minuit.

Au revoir Rexy et Koh Phangan 

31 mars au 2 avril 2019

Nous n'avions pas réussi à réserver en avance la suite du trajet pour rejoindre la Birmanie donc on galère un peu avant de finalement avoir un bus qui se rend dans une ville proche de la frontière, Tak, pour le 1er mars. Le 2 avril, nous passons la frontière birmane sans encombre à Mae Sot et entamons l'avant dernière partie du voyage.

See you ! 😉

Voyagez en circuit individuel, personnalisé et abordable

Plus de 50 circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation facile en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires
9

26 février au 3 mars 2019

Les 6 jours sur l'île de Don Khong ne furent pas très actifs... Nous avons passés la majorité du temps à profiter du balcon de notre guesthouse donnant sur le Mekong. Le village était vraiment calme et les touristes rares. Le climat était un peu plus chaud et aride que ce dont nous avions l'habitude et cela explique peut-être notre passivité.

Le "ferry" pour rejoindre les îles. 

Nous avons tout de même tenté d'explorer le sud de l'île en vélo mais la ballade fut vite avortée à cause de la chaleur étouffante qui a fait tourné de l'œil Sonia :/ .

Titi sur son bolide ! Grande classe ahah ! 

Une des visites incontournables de la région est l'ensemble des chutes de Li Phi, considérées comme l'un des plus large au monde. Pour y accéder nous avons pris une pirogue-taxi pour une ballade de 2h jusqu'à l'île des cascades, Don Khone.

Sur le Mékong. 

Arrivés sur l'île, nous avons marché jusqu'aux chutes une petite demi-heure. Elles ne sont pas très hautes mais il y a un très gros débit d'eau qui les rendent impressionnantes !

Les chutes de Li Phi.

Voilà pour notre petite pause aux 4000 îles !

See you ! 😉

8

19 & 20 février 2019

Sur le trajet pour Paksé, nous faisons une petite pause de deux jours à Thakhek. Il y a quelques grottes que nous aurions pu visiter aux alentours de la ville mais elles n'étaient franchement pas attirantes (on en avait pas entendu du bien et les images d'internet ne nous ont pas convaincu) donc nous sommes restés tranquille dans le jardin bien relaxant de notre guesthouse avant de reprendre la route pour Paksé.

Le jardin de notre guesthouse, au top. 

Avant de partir, je passe chez le coiffeur car je n'y étais pas allé depuis le début du voyage, voulant tester les cheveux long (pas pour moi). Ca fait du bien !

1€ la coupe ! 


21 février 2019

Après une journée de bus, nous arrivons à Paksé où nous ne pensions pas rester longtemps (1 journée de scoot pour voir les cascades les plus proches). Mais en se renseignant, les cascades plus éloignées sur le plateau des Boloven sont visiblement les plus belles et les moins touristiques. Nous n'avions pas du tout envie de refaire une boucle de 3-4 jours mais on s'est concocté un itinéraire spécial pour éviter de faire trop de scoot. Nous voilà donc partis pour un mini road-trip de 3 jours ! Le premier jour, visite des cascades proches de Paksé, le deuxième visite des cascades plus éloignées et le troisième retour à Paksé après avoir passé l'après-midi à la cascade que l'on aura préféré !


22 février 2019

Pour le départ, on essaye de partir assez tôt afin d'être en avance sur les autres touristes faisant la même boucle et de pouvoir profiter du paysage sereinement. Cela semble payer car nous sommes tout seul pour la première cascade et nous ne rencontrerons du monde que pour les grandes très connues. C'est vraiment joli, on profite bien de ces magnifiques décors malgré le ciel un peu menaçant.

1ère cascade, on est tout seul ! 
En suivant la rivière on tombe sur un deuxième niveau / Mue d'insectes, restées en position, accrochées à la roche, assez bizarre
2ème cascade. Nous sommes pas descendu parce que, ben la flemme, elle est belle d'ici ^^ 

On avait prévu les maillots de bain mais le temps est assez frais, il parait qu'il y a un micro climat sur le plateau.

A la mi-journée, nous faisons notre pause midi devant les immenses cascades jumelles de presque 80m. Elles sont superbes et le "canyon" est très impressionnant. En arrivant au point d'observation, Sonia est super vénère par un kéké qui prend des photos avec un petit singe enchainé et loupe une marche... Rien de grave mais elle se brûle la peau du poignet en se récupérant sur la rampe. En continuant un peu on remarque que des câbles traversent le canyon en passant au dessus de la rivière. C'est en réalité une tyrolienne géante !!! Après quelques hésitations (pacque je suis un radin hein pas parce que ça fait peur 😛 ) je décide de me lancer. Expérience carrément ouf, le canyon et les cascades sont encore plus époustouflants vu d'en haut, le soleil fait apparaitre des arcs-en-ciel et la jungle s'étend sous mes pieds ; j'ai vraiment l'impression de voler au dessus de la canopée !

Les cascades jumelles, qui tombent dans un grand "canyon" qui continue sur la droite / Départ de la tyrolienne !

La dernière cascade de la journée fait 20-30m, il y a un petit centre touristique à coté avec des restau, des glaces, des boutiques, etc. Il est de nouveau possible de se baigner mais le temps n'est toujours pas au RDV.

On peut aller tout au bord, en haut de la cascade, pas de barrières (on voit les petites silhouettes sur la première photo).
On a trainé un moment à observer une araignée capturer une fourmi  ...

Vers 16h nous arrivons dans un petit bled où nous passerons les deux nuits car le trajet que nous faisons est un aller-retour avec ce petit bled au milieu.

23 février 2019

Le matin, on se rend sur un site où il y a 7 cascades à voir si on a pas peur de marcher. Il n'y a pas vraiment de plan donc on se lance un peu au hasard vers ce qui nous semble être la première du "circuit". Pour atteindre la cascade le chemin n'est pas de tout repos car il faut à moitié escalader et prendre des échelles de bambou. Mais la récompense vaut le coup, on arrive au pied de la cascade dans un écrin sauvage, on est seul et la zone n'est pas du tout aménagée, c'est magnifique. On se sent comme des explorateurs et il est même possible de passer derrière la chute d'eau !

Échelle et pied de la cascade.
A gauche, on se rend un peu compte de l’échelle 😛

Cela ne rend pas bien sur les photos mais le "plafond" de la cascade est composée de colonnes octogonales collées les une aux autres, c'est mystique ! (On le verra mieux sur une prochaine cascade) On se baigne un peu plus loin dans ce cadre de malade et profitons jusqu'à midi.

Le kiff. 

On remonte donc vers midi et mangeons sur une terrasse donnant sur la jungle et la rivière. Après quoi, nous trouvons enfin des infos pour la suite de la visite et repartons. Après un petit quart d'heure de marche dans une foret de bambou nous arrivons au deuxième site. Encore une fois splendide ! Ça peut sembler un peu répétitif comme commentaire mais je n'ai pas assez de vocabulaire pour décrire toutes ces cascades uniques chacune à leur manière. On ne s'approche pas trop de celle-ci car le sol est super boueux et il y a aussi plusieurs panneaux indiquant que des serpents venimeux se baladent dans le coin donc on ne fait pas les malins et restons sur le chemin tracé...

Sur la photo de droite, on peut voir les colonnes du plafond de la cascade.  

Nous continuons le chemin dans la forêt de bambou, c'est tout calme mais bien fatigant car très abrupte. Le dernier site n'est pas vraiment une cascade mais plutôt une série de rapides. Nous somme une nouvelle fois tout seul pour profiter de ce cadre et nous nous baignons un petit coup avant de rentrer.


24 février 2019

On ne se presse pas trop pour cette dernière journée et partons vers 11h. Nous décidons de retourner à la toute première cascade pour y passer l'après-midi et se baigner. Il n'y a pas grand monde et nous avons le temps de se poser 2 heures avant que le ciel ne s'obscurcisse et qu'il ne se mette à pleuvoir à torrent. On patiente un bon moment à l'abri et rentrons à Paksé à la fin de cette grosse averse vers 15h30.

La route pour rentrer + des ananas ! 


25 février 2019

Nous aurions du partir au matin mais je chope (enfin) la tourista après 4 mois de voyage donc pas question de prendre le bus. Je nous immobilise une journée avant de partir pour les 4000 Iles.


See you ! 😉

PS : On va rattraper notre retard ces prochains jours, on avait un peu perdu la motiv'.

7
7
Publié le 25 février 2019

15 février 2019

Arrivés vers 18h, nous avions réservé dans une guesthouse mais pour le 16 car nous ne pensions pas pouvoir faire toute cette route en une journée. Celle-ci étant complet ce soir, nous cherchons un autre endroit où dormir et posons nos sacs dans une petite homestay à 5€ la nuit avec petit-déjeuner compris. Après avoir mangé dans un petit restau sympa avec des petites terrasses / chapiteaux en bambou, nous allons nous couchés, crevés de cette journée de transport intense. Mais notre nuit sera bien gâchée par le concerto des coqs du village, à partir de 2h du matin !! Thibault est en train de développer une haine profonde pour ces bestioles x)

L'homestay de notre première nuit. 


16 & 17 février 2019

Au réveil on part en quête d'un endroit plus tranquille pour dormir (mieux isolé). Après avoir fait le tour des homestay et guesthouse, le meilleur choix reste celle que nous avions réservé. On retourne chercher nos sacs, mais qu'elle n'est pas notre surprise lorsque notre hôte nous réclame 100.000K au lieu des 50.000 annoncés la veille. Après discussion mécontente, nous comprenons que c'était 50.000 par personne mais comme ce n’était pas clair on lui donne juste un peu plus pour payer le petit dej et on s'en va, mécontents, en lui recommandant de mieux expliquer la prochaine fois (même si elle n'a pas du comprendre vu son niveau d'anglais mais tant pis).

Installés dans notre petite chambre avec balcon donnant sur les montagnes, s'ensuit plusieurs jours de farniente, balade dans le village, lecture, rédaction du blog, tranquillou pépère ! On est dans un petit havre de paix, beaucoup trop posé 😀.

Vue de notre terrasse sur les champs de tabac.


Thibault aime la nature ! 


La dernière photo est un séchoir/fumoir à tabac  (il fait 70 degrés la dedans !)

18 février 2019

Alors que nous avions demandé à rester une troisième nuit à la gérante qui avait approuvé, celle-ci vient le matin pour nous demander à quelle heure nous nous en allons. "Been, on reste ici jusqu'à demain..." "Ah ben non je suis complet aujourd’hui, vous pouvez pas rester". On s'explique, elle s'excuse, elle avait pas compris, mais ça ne change rien on doit quand même partir avant 11h ... Bon on trouve facilement une autre chambre dans la guesthouse d'en face qui est, en vrai, un ensemble de bungalows, chacun ayant sa petite terrasse, donnant sur les champs de tabacs et les montagnes : encore pluuuus posé !!! On décide donc de rester plus longtemps, mais cette guesthouse est de nouveau complet le lendemain. Comme on en a un peu marre de faire les girouettes entre les hôtels on partira donc le lendemain matin comme prévu.

Vue de notre terrasse sur les champs de tabac et les montagnes.

On profite de notre terrasse jusqu'au déjeuné et ensuite on va visiter la grotte (on est quand même venu pour ça à la base). Le village est juste à côté d'une grotte de 7km de long avec une rivière souterraine la traversant et un plafond parfois haut de 100m. Nous achetons les tickets, on nous donne des gilets de sauvetage et une lampe frontale (pas d'éclairage dans la grotte) et on embarque dans une petite pirogue. Une fois dans la grotte, on est débarqué pour visiter à pied une partie (éclairée) avant de reprendre le bateau jusqu'à la sortie. C'est assez impressionnant, car le faisceau de notre lampe, pourtant puissante, galère parfois à éclairer le plafond de la grotte tellement c'est haut, mais on a quand même du mal à se rendre compte de l'ampleur du lieu à cause de l'obscurité.


Gauche et milieu : Visite à pied éclairée. / Droite : Les faisceaux de nos lampes dans le noir.

Le conducteur nous dépose sur la berge où se trouvent des buvettes et on voit un panneau qui explique qu'on a 2h de ce côté de la grotte. On marche donc jusqu'au prochain village, où tout le monde nous dit chaleureusement bonjour. On se balade comme ça pendant 1h30 et on reprend le bateau qui retraverse toute la grotte. Nous rentrons bien contents de cette visite.

Avant d'être débarqués, on fait un bout de bateau à l'extérieur et c'est magnifique. 


Visite du village.

On se fait ensuite un apéro sur notre terrasse devant le coucher de soleil 💗 Restau dans le village et dodo, demain réveil à 5h50 pour quitter ce petit paradis.


See you ! 😉

6
6
Publié le 21 février 2019

13 au 15 février 2019

Nous partons d'Ha Giang pour rejoindre le Laos et plus précisément un petit village paumé, Kong Lor, dans le sud. On avait la possibilité de prendre un bus de Hanoi jusqu'à la capitale, mais c'était 24h prévue + retard habituel, on avait pas du tout envie. On a plutôt divisé le trajet et d'Ha Giang on a d'abord pris le bus jusqu'à Hanoi, où nous sommes arrivé vers 16h, on a pu se balader un peu et on a dormi dans une auberge de jeunesse sympa dans le vieux quartier, avec rooftop donnant sur une cathédrale et petit déjeuné inclus.

Le lendemain nous avions un train à 13h pour Vinh, une ville plus au Sud. Après 6h de trajet confortable (bien mieux que le bus), malgré un bond de mon siège à cause d'un cafard (Thibault a bien rigolé...), nous arrivons à 19h et nous prenons un taxi pour aller à une petite station de bus. Nous avons lu que des bus partent le matin à 6h pour passer la frontière donc on préfère aller voir ce soir pour être sûr. Le taxi nous dépose dans un quartier vide et pas du tout rassurant, juste devant un hôtel où nous prenons une chambre avant d'aller à la station de bus, à 5min de là. Le mec au guichet nous confirme les infos, un bus part à 7h mais il faudra changer de bus en cours de route pour rejoindre le Laos.

Le 15 nous partons donc à 7h30 de la station, après que notre conducteur ait pris son petit déjeuner tranquillement, dans un bouiboui de la station. Nous changeons en effet de bus après 2 ou 3 h de route, nous passons la frontière sans problème, mise à part que la nana nous a enflé sur le taux de change en payant en Kip (la monnaie lao) et non pas en dollars. Nous arrivons à Lak Sao à 13h. Nous enchainons dans un taxi pick-up, pendant 1h jusqu'à une petite station de bus complétement paumée au milieu d'une étendue désertique. On aura le temps de manger dans un petit marché avant de reprendre un autre taxi pick-up à 17h jusqu'à Kong Lor on nous arriverons finalement après une autre heure de route poussiéreuse !

See you ! 😉


(Yeeey on rattrape notre retard !)

5

8 février 2019

Nous prenons le bus vers 11h. Le conducteur a carrément viré des locaux du bus pour faire de la place car ils avaient vendu plus de tickets qu'il n'y avait de sièges, sympa. Le trajet n'est pas agréable car nous sommes super serrés et le conducteur ne s'arrête qu'au bout de 4h pour nous laisser pisser dans les champs, merci pour les filles. Arrivé à Ha Giang, nous marchons directement vers la guesthouse réservée sur Booking mais mauvaise surprise, elle est fermée. Tout est éteint, pas un bruit, super... heureusement que nous n'avions rien payé en avance. Je trouve une homestay un peu plus loin dans la rue pendant que Sonia garde les sacs. On se retrouve donc chez une laotienne bien sympa qui nous offre l'apéro (nous sommes toujours dans la semaine de fête du nouvelle an lunaire). En discutant elle nous conseille fortement de prendre dès ce soir un scooter car il y a beaucoup de touristes voulant faire la boucle (locaux comme internationaux). Nous suivons son conseil (location d'un scooter semi-automatique 110cc) et prenons de la bouffe sur le retour. Après manger, on prépare nos sacs pour la boucle : les deux Eastpack partent avec nous pendant que nos gros sacs nous attendrons à l'homestay.

Carte de notre boucle (Point de départ et d'arrivée en G, première nuit en B et deuxième nuit en E).

9 février 2019

D'après les différents blogs lus par Sonia, ce n'est pas la peine de se presser. La petite boucle se fait tranquillement en trois jours donc on part vers 10h30. Notre principale appréhension était la pluie mais ce premier jour se passe sous un grand ciel bleu. On roule jusqu'à 13h où on fait une pause repas dans un petit restau avec un beau point de vue.

Paysages de la matinée et vidéo d'une traversée de village avec habits traditionnels.

Dans l'après-midi, un panneau nous indique qu'il est possible de visiter une grotte à 10min de la route principale donc on décide d'y aller. En arrivant au parking on se rend compte qu'il y a encore 15-20min de marche. On hésite car je ne veux pas du tout conduire de nuit dans la montagne. Un français qui revenait de la grotte nous dit que ce n'est pas foufou donc on repart. Mais le détour vaut le coup d’œil car les alentours sont vraiment beaux !

La route pour se rendre à la grotte est bien sympa !

Après une petite pause boisson fraiche, la route longe la rivière, c'est agréable et il n'y a pas grand monde.

Vers 16h30, nous sommes en plein dans les montagnes quand je sens que le scooter glisse un peu dans les virages. On s'arrête en priant que le pneu arrière ne soit pas crevé ... et si ! Il est déjà bien à plat donc continuer jusqu'au prochain village à deux risque de vraiment abimer la jante. On essaye d’arrêter des scooters ou voitures qui passent mais tout le monde nous ignore, je commence à perdre patience. Finalement, un jeune s'arrête et nous fait signe de continuer un peu plus loin où il semble y avoir un garage. Sonia prend un sac et continue à pied pendant que je roule tout doucement. Arrivés à un petit hameau le long de la route, les habitants nous font signe de continuer encore plus loin. Alors qu'on repart, un mec en scooter avec sa femme et son fils s'arrêtent et proposent à Sonia de monter. Super sympa, ils nous accompagnent jusqu'au garage où le gars change la chambre à air.

Pendant qu'il bossait, un couple en tenue traditionnelle s'arrête en nous voyant et vient nous prendre en photo. Le gars sentait carrément l'alcool, on sent que c'est la seul semaine de vacances officielle de l'année et que le nouvel an c'est important x). On repart vers 17h30 vers notre première ville étape, Yen Minh et y arrivons avant que la nuit ne tombe. On a déjà mal au cul après ces 100 premiers km et nous passons la nuit dans un hôtel vide et pas très chaleureux.

Pneu à plat, réparation et photo avec la family. 
En fin d'après midi, les familles ramènent leurs buffles au bercail.


10 février 2019

Départ à 10h, l'objectif est de passer la nuit à Meo Vac après avoir pris la traditionnelle photo au Pole Flag, tout proche de la frontière chinoise. Les paysages sont un peu plus rocailleux que la veille et nous passons par des lieux dits comme Sea Lions Rocks ou Moon Landings pour vous donner une idée.

Sur la route ...
A gauche "Sea Lions Rocks" et à droite ce sont les "Book Rocks" (mais si ! avec un peu d'imagination) .

Vers 13h, on se rend compte que le pneu arrière nous a encore lâché ... Le garagiste change la chambre à air mais quand je lui demande de changer le pneu (il y a plusieurs gros trous), il répond qu'il ne peut pas le faire mais double le pneu avec l'ancienne chambre à air coupée dans sa longueur. On repart en espérant qu'avec le doublage, ça tienne un bon moment.

On serpente entre les montagnes avec des arrêts sur des view point au top ! 

On s’arrête manger dans un petit restau avec une plateforme donnant sur les montagnes rocailleuses et la végétation, au soleil et au calme (première photo ci-dessous).

De paysages rocailleux en paysages bien verts ...

Le Flag Pole nous fait faire un bon détour mais la vue est plutôt cool malgré les 850 marches (oui oui, Sonia a compté).

Le Flag Pole, drapeau de 54 m² symbolisant les 54 ethnies vivant dans la région.

Au retour du Flag Pole, la route longe la frontière (littéralement à 20m de la route). On s'arrête et on prend un petit chemin passant une sorte de marché clandestin avec des camions vendant des trucs chinois (bières, boissons, gâteaux, jouets, etc.) ainsi que des groupes jouant à des jeux d'argent (paris sur des symboles avec trois dés) et nous arrivons sur une route bétonnée ; nous sommes en Chine ! Il y a aussi des gosses qui font explosés des "grappes" géantes de pétards.

Passage "clandestin" de la frontière avec la Chine. 

Au final ce n'est pas si tranquille que ça, il y a pas mal de kilomètres à faire et en trois jours ça ne nous laisse pas trop la possibilités de s’arrêter dans les villages ou faire les détours pour voir certains points de vue particulier, grottes, cascades etc. On a voulu continuer jusqu'à Meo Vac pour avoir moins de kilomètre à faire le lendemain, mais la route entre Dong Van et Meo Vac est magnifique, surplombant une rivière qui serpente au bas des montagnes, que nous ne verrons que dans la pénombre. La fin du trajet est d'ailleurs bien stressante car avec le retard pris à cause du pneu, nous avons roulé une demi-heure de nuit sur une route à flan de falaise... Après ces 110 km, nous arrivons enfin à Meo Vac pour la nuit.


11 février 2019

Ce dernier jour ne fut pas de tout repos. Nous avions 150 km à faire pour retourner à Ha Giang et avec ce pneu arrière de merde, il fallait prévoir large. Il s'était dégonflé pendant la nuit donc nous avons directement été dans un garage où le garagiste nous a une fois de plus changé la chambre à air et dit qu'il ne pouvait pas changer le pneu... Nous prenons finalement la route vers 10h et après quelques km dans une forêt de sapin, nous sortons de la route principale pour prendre un chemin censé nous amener à Yen Minh. Plusieurs blogs et un autre volontaire au Vietnam nous avaient conseillé de faire cette variante de la boucle pour éviter les routes pourries plus au Sud. Mais nous nous retrouvons sur un petit chemin de terre et commençons à douter de notre direction.

Après s'être carrément retrouvé dans un cul de sac, nous croisons Marion, une française faisant aussi la boucle et qui semble aussi perplexe que nous. Nous décidons tout de même de continuer un peu car Maps.me nous situe pas loin de la bonne route. Après 45min à se dire "on va voir un peu plus loin et on fait demi-tour", on se pose et les filles regardent la carte.On se rend alors compte que le chemin à prendre était juste après Meo Vac et non pas 20km plus loin, on est paaas du tout où il faut ! Nous sommes donc obligés de revenir jusqu’à Meo Vac pour retrouver la route. Une fois sortie du chemin merdique, Marion part devant car elle est plus rapide mais on se donne rdv pour un verre en ville le soir. On mange rapidement à Meo Vac et je trace pour essayer de rattraper notre retard (Partis le matin à 10h, nous reprenons la route dans le bon sens à seulement 14h !). Sonia n'est pas du tout en confiance car je roule vite et avec le pneu de merde c'est pas très sécure mais je ne veux vraiment pas faire comme hier et rouler de nuit. Malheureusement, nous avions trop de retard et avons du faire les 30 derniers km dans le noir. Certains moment étaient surréalistes car une partie des locaux pratiquent la culture sur brulis et il y avait des dizaines de feux brillants sur les flans des montagnes alentours.

Nous arrivons épuisés à Ha Giang vers 19h30. En rendant le scooter, nous expliquons la galère du pneu arrière mais le proprio semble n'en avoir pas grand chose à faire. On insiste et demandons à être remboursé d'au moins la moitié de ce que nous ont couté les chambres à air. Il accepte et s'excuse mais ne semble pas déterminer à changer le pneu, merci pour les suivants... On rentre enfin à l'homestay se reposer, en laissant tomber le verre avec Marion, elle aussi étant de toute façon KO.

Cette boucle fut incroyable, des paysages grandioses et merveilleux chaque jours, mais elle fut aussi éprouvante et stressante. Sans ce putain de pneu et le mal de cul (j'ai découvert le mot escarre, c'est pour dire x) ) l’expérience aurait été grandiose mais on essaiera d'oublier cette partie 😛.


12 février 2019

REPOS !


See you ! 😉

4
4
Publié le 7 février 2019

1 février 2019

Après une journée de repos, nous partons pour notre prochaine étape : Sapa. Le trajet s'est fait en deux jours, un premier bus direction Dien Bien Phu, une ville vietnamienne proche de la frontière puis un deuxième jusqu'a Sapa. Sur le trajet nous faisons connaissance d'un québecois tout sympa avec qui nous mangeons le midi. Le passage aux douanes se fait sans problème pour une fois, ouf ! A Dien Bien, nous dormons dans une guesthouse un peu miteuse juste en face de la gare routière pour ne pas perdre de temps, notre bus pour Sapa étant à 9h30 le lendemain.


2 février 2019

Arrivée à Sapa à 17h sans aucun retard, les bus vietnamiens sont bien plus ponctuels que les laotiens, ça fait du bien. On prend un taxi jusqu'à notre hôtel et on découvre notre chambre confortable avec une super vue sur les montagnes et couverture chauffante pour 9€ par nuit, merci la promo Booking ! Après s'être installés, on part faire un tour en ville. Il y a énormément d'hôtels et de restau plutôt chics, on sent qu'il n'y a pas que les backpacker qui viennent ici. Dans le centre ville, on tombe même sur un centre commercial style BHV qui sert aussi de gare pour le téléphérique amenant au somment du mont Fonsipan, point culminant du Vietnam (30€/personne, on s'en passera).

Ambiance chicos dans la ville.

3 février 2019

Pour cette première journée (super ensoleillée), on fait une petite grasse mat avant de louer un scooter pour explorer les villages de minorités ethniques proches de la ville. Le premier que nous visitons (entrée payante) est très mignon avec ses maisons en bois, les petits ponts traversants la rivière et une belle cascade mais il fait aussi très faux, artificiel et touristique. On a l'impression qu'il n'y a même pas d'habitants mais seulement des petits magasins...

Après cette première étape un peu décevante, on repart sur la route pour une deuxième cascade, Thac Bac ou Silver Waterfall, bien plus grande que celle du village. On peut monter jusqu'à la moitié de la cascade grâce à un escalier en béton et il y a plein de petits coins pour se poser (Sonia trouve que ça gâche le site). On retourne ensuite vers Sapa en profitant des points de vue superbes qu'offre la vallée.

En arrivant, on profite du balcon de notre super chambre avec un petit apéro face au coucher de soleil sur les montagnes, le kiff !

4 février 2019

Même programme pour cette deuxième journée : visite de villages. Comme hier, le soleil est au rendez-vous et la route offre d'incroyable point de vue.

La vallée de Muong Hoa. 

Le premier village, Lao Cai, est bien différent de Cat Cat. On est ici dans un vrai village, avec les maisons en mélange de taule, de bois, de brique ; les cochons, les buffles, les poules, les canards et les chiens se baladent partout, les enfants s'amusent avec des pneus ou dans les rizières en friche, pas de doute c'est bien la campagne. On se balade entre les maisons, on s'aventurent dans les rizières, jusqu'à une rivière, où les buffles et les chèvres se prélassent au soleil et profitons de cette ambiance particulièrement agréable.


Ce village est habité par les Hmong noirs.



Après avoir mangé, on reprend le scooter pour se rendre au deuxième village, Ta Van. Celui-ci est plus grand, plus moderne et l’accès aux rizières est plus difficile donc on décide de ne pas s'y arrêter et d'aller se poser à l'hôtel/bar à flan de montagne que nous avions repéré à l'aller. La vue est, une fois de plus, incroyable et on s'y pose une petite heure avant de rentrer.

Vue depuis la terrasse sur la route. 

5 février 2019

Troisième journée de visite : les villages Ma Cha et Ta Phin de l’ethnie Dao. Dès notre arrivée, des femmes en tenues traditionnelles nous abordent et nous proposent de nous faire visiter. On marche donc avec elles et nous visitons même leurs maisons très rustiques. Après ces visites, elles nous font vite comprendre qu'elles s'attendent à ce qu'on leur achète une de leur conneries en tissu ou des bracelets. Il fallait s'y attendre mais j'aime vraiment pas ce coté financier trop présent.

Tous les Dao sont habillés avec ces vêtements traditionnels. 

Il y a aussi une grotte un peu plus loin mais je me sens fatigué donc on repart vers l’hôtel. Sur le retour, la route est bien déglinguée et humide, je négocie mal un virage et on se ramasse ... Rien de grave (un petit bleu pour Sonia et même pas de pète sur le scooter) mais ça me rappelle à quel point il faut être vigilent sur ces routes de montagnes.

Golden hour sur les montagnes.

On voulait partir le lendemain mais on apprend qu'avec le nouvel an lunaire, il n'y a aucun bus qui circulent vers Ha Giang avant le 8 ... Bon bah deux jours de glandouille, c'est pas trop grave car la ville et notre hôtel sont vraiment agréables. Par contre, on s'attendait à du monde et à de l'animation pour leur nouvel an, mais les rues n'ont jamais été aussi vides que ce soir, yey c'est la fête !


6 et 7 février 2019

RAS, glande, billards et ballades en ville x)

Sapa et, à droite, les beaux habits des Hmongs.
3
3
Publié le 3 février 2019

Nous sommes allé à Luang Namtha pour trekker dans le parc naturel de Nam Ha. Mais cette fois-ci nous nous embarquons dans un trek de 3 jours avec nuits dans la jungle ! Au programme : randonnée dans le parc pour les deux premières journées et kayak avec arrêts dans des villages de minorités ethniques pour le dernier jour.

28 janvier 2019

Nous avions RDV à 8h30 à l'agence pour rencontrer notre guide et les autres éventuels copains de trek. On dépose nos gros sacs à dos dans l'arrière boutique de l'agence et on attend. Notre guide, Sing (lion en lao) est super jeune et nous explique dans un anglais approximatif qu'il risque d'y avoir pas mal de sangsue au plus grand bonheur de Sonia. Il y a d'autre touristes mais en partant, vers 10h, on se rend compte qu'on sera seuls avec lui pour les trois jours. Après une petite demi-heure de tuk-tuk, et un arrêt au marché pour faire des provisions, nous arrivons au point de départ. Sing nous distribue trois grosses bouteilles d'eau et un énorme sac de couchage, nos sacs à dos deviennent super lourd... La matinée se passe tranquillement, on longe une rivière mais nous ne sommes pas recouverts de sangsues. Pause midi sur une petite plateforme en bois, riz, tomates en sauce et mélange de légumes plutôt bon. L'aprem n'est pas aussi facile, ça monte beaucoup et les sacs nous scient les épaules. En discutant avec Sing, on apprend que c'est son premier trek sans guide expérimenté pour l'accompagner, on croise les doigts pour qu'il ne nous arrive rien x). En traversant une rivière, Sonia glisse et trempe ses chaussures, c'est l'aventure !

Vers 16h30, nous arrivons devant une petite structure en bois recouvert de feuilles de bananier et Sing nous préviens que nous passerons la nuit ici. C'est parti pour la préparation du camp : on coupe des feuilles de bananiers pour faire un matelas et des "assiettes", on part chercher du bois pour le feu et on récolte quelques plantes pour faire une soupe. Pendant que Sing prépare à manger, on s'occupe du feu et Sonia essaye de faire sécher ses chaussures. Le repas est super bon, il y a du riz collant, des légumes cuits dans du bambou et de l'omelette cuite en papillote. Après le repas, on discute avec Sing et il chante un peu puis dodo à 20h30.

Préparation du camp et de la bouffe (à droite, omelette en train de cuire dans des feuilles de bananiers). 

29 janvier 2019

Reveil vers 6h, la nuit n'a pas été super pour moi, j'ai eu très froid et vachement de mal à m'endormir car les feuilles de bananiers ne remplacent pas un bon matelas x). Sonia a passé une meilleur nuit mais pas top non plus. Pour le petit-dej c'est encore du riz collant avec le reste d'omelette et des bananes. On lève le camp dans la brume vers 9h mais ça se dégage très vite. Très rapidement on se retrouve encore à grimper et Sonia en chie pas mal. Ca s'empire et on doit même "escalader" sur une portion du chemin qui était au moins à 45° ! Heureusement on arrive assez vite sur une route de terre qu'on suit pendant une demi-heure environ. On passe dans une plantation d'arbre à caoutchouc avant de retourner dans la jungle. Il fait beau, la foret est superbe et il y a beaucoup d'oiseaux qui chantent. Au détour d'une rivière, on tombe sur le "Papa de la forêt", un arbre immense avec plein de lianes aussi large que nos torses. Truc encore plus incroyable, une partie des lianes ou plantes grimpantes forment une échelle naturelle qui permet de monter super haut. Le kiff !

Après cette pause de fou malade, on marche un peu avant de s’arrêter pour la pause midi : salade de Ratan (tronc d'une plante qui pousse partout dans la jungle) et riz collant (yahou !). La ballade de l'aprem est tranquille et nous arrivons au camps vers 16h. On va chercher ce qu'il nous faut pour la soirée (double couche de feuilles de bananiers cette fois !) et profitons de la rivière pour se laver un peu. Enfin, ultra rapidement car l'eau est glacée mais cela fait tout de même du bien. On se réchauffe près du feu avant de manger et de se coucher.

Deuxième camp, repas qui cuit dans les bambous et cuillère en feuille de bananier.
La rivière/salle de bain et la vue au réveil. 

30 janvier 2019

Réveil vers 7h après une nuit bien plus reposante que la première pour moi mais pas pour Sonia qui a eu super froid, décidément... Omelette et riz et on est reparti. Après une quinzaine de minutes, nous sortons de la jungle pour rejoindre la route où nous attend un tuk-tuk avec notre canoë sur le toit. On pensait ne pas être très loin du point de départ pour le kayak mais au final on repasse carrément dans Luang Namtha pour reprendre de la bouffe, pas top les déplacements pour un soi-disant eco-treck... On regonfle le canoé (2 places pour 3 d'ailleurs) et on se prépare devant les yeux médusés de 6-7 mecs ! Les deux première heures sont vraiment pas ouf : il y a du plastique partout (dans l'eau et dans les arbres qui bordent la rivière à causes des crues) et l'eau semble vraiment dégueulasse. On s'arrête un petit moment dans un village de la minorité Lanten qui ont de beaux vêtements traditionnels bleu nuit. Après la pause midi sur une grève, on se retrouve vraiment dans un petit bout de jungle et le décor est bien plus beau. En plus il y a des rapides bien sympas pour faire mumuse (Sonia était tout devant et en a pris plein la gueule xD.

Fin de la ballade en kayak vers 14h dans un village Khmu où vivent des cousins de notre guide. On entend de la musique et les gosses qui jouaient au bord de la rivière expliquent à Sing qu'une des familles du village fêtent le retour d'un de leur enfant de l'armée. Cette famille nous invite à entrer dans la maison où se passe la fête et nous fait boire pendant une petite demi-heure ! Deux verres de Beer Lao avant d'entrer dans une pièce blindée, du wisky de riz (les jarres en photo, chaque jarre est plus ou moins sucrée) et re-Beer Lao avant de partir : on se met bien 😛



On est de retour à la guesthouse vers 15h30 et on s'étale sur le lit de notre chambre, épuisés !

See you ! 😉

2
2
Publié le 28 janvier 2019

17 janvier 2019

Quelques heures après avoir passé la frontière du Laos, notre mini-bus s'arrête au milieu de la jungle derrière une file de voitures. Je sors pour voir ce qu'il se passe et découvre que la route est tout simplement en construction. Il y a un énorme trou que des pelleteuses se hâtent de reboucher. Je retourne prévenir Sonia et nous observons la lente avancée des travaux. Au bout d'une demi-heure, on voit des scooters impatients, qui étaient bloqués de l'autre côté, descendre la montagne pour contourner le trou ! Certains se cassent la gueule mais rien de grave heureusement.

Le trou et les scooters descendant la montagne. 

On repart après 2h environ et atteignons Sam Neua en début de soirée.

18 janvier 2019

Nous nous sommes reposés toute la journée et sommes sorti juste pour réserver le bus du lendemain pour Luang Prabang. Durant notre petite balade pour aller à la gare routière, nous profitons pour la première fois depuis une vingtaine de jours d'une journée vraiment ensoleillée, quel plaisir !

Jolis points de vue sur la route qui grimpe bien jusqu'à la gare routière. 

19 janvier 2019

Nous savions que les 12h de bus allaient être fatigantes (surtout après les 9h d'il y a deux jours) mais la musique super forte du conducteur pour ne pas s'endormir et la route bien sinueuse les ont rendu éprouvantes... Le bus quasi-vide au départ, se rempli peu à peu et, vers la fin du voyage, les nouveaux passagers sont obligés de s'assoir sur des tabourets dans l'aller centrale.

Partis de Sam Neua à 8h, nous arrivons à l’extérieur de Luang Prabang le soir à 22h30 avec 2h30 de retard. La gare routière est déserte et personne ne peut nous rapprocher du centre ville. Heureusement un tuk-tuk passe au bout de quelque minutes et accepte de nous prendre en nous faisant bien comprendre que si on négocie le prix il part se coucher x). Il nous dépose à l'adresse supposée de l'auberge où nous avions réservé mais impossible de la trouver. Après une 1/2h de marche, nous trouvons finalement l'auberge et son proprio endormi. Coup de chance, nous somme seuls dans le dortoir de 4 lits, gros dodo.

20 janvier 2019

Petite journée tranquillou à visiter la ville : temples, jardins, lèche vitrine dans la rue commerçante et repérage des bibelots/tissus intéressants.

Visite de la ville bien agréable ! 
Petites surprises dans les temples : une fleur poilue et un chien caméléon !
On découvre un nouveau style d'ornementation des temples, en mosaïque de miroirs colorés. 

Vers 16h, on choisit une terrasse au hasard sur les rives du Mékong, jus de citron pour Sonia et bière pour moi. Petit à petit, la terrasse devient blindée et on comprend que c'est en fait un des meilleurs spots de la ville pour admirer le coucher de soleil. En effet, le soleil descend lentement derrière les montagnes au loin, c'est superbe.

En retournant au dortoir, on découvre que nous ne sommes plus seuls car un couple d'anglais bien bruyant (peut-être bourré aussi) s'est installé avec nous.

21 janvier 2019

Nouvelle journée de visite de la ville, cette fois nous montons sur le mont Phousi, petite colline de 100m d'altitude qui domine la ville et où se trouve une stupa. En montant les escaliers, nous sommes un peu refroidis par des vendeuses d'oiseaux au bord des escaliers. Chaque mini-cages en osier (genre 10cm max) contenaient 1 ou 2 petits oiseaux censés porter chance s'ils sont libérés au sommet de la colline. Sauf qu'on a l'impression que c'est plus un truc pour touriste qu'une tradition locale, ce qui a le don d’énerver Sonia au plus haut point. Arrivés en haut, la vue est bien dégagée et on se rend compte que la ville est vraiment grande. On profite un moment de la vue avant de redescendre.


Avant de manger, nous visitons le musée national qui se situe dans l'ancienne demeure du roi. Honnêtement la maison est vraiment pétée pour un ancien palais à l'exception du hall de réception qui en impose. Le jardin est par contre très agréable et joli !

Temple dans le parc du palais-musée (à droite).

Pendant l'aprem, nous visitons encore quelque temples et retournons à la même terrasse que la veille (bière et fresh spring rolls). En rentrant, on passe à côté d'un pont en bambou installé pendant la saison sèche qui amène sur l'autre partit de la ville. Pendant la soirée, Sonia ne se sent pas bien, ça sent la belle intoxication alimentaire et cela me prend également pendant la nuit.

Galette de riz séchées au soleil et pont de bambou. 

22 janvier 2019

Après une nuit difficile, nous ne sommes pas guéris et pas du tout en état pour aller visiter la cascade à une heure de la ville et décidons de rester à la guesthouse pour la journée.

23 janvier 2019

Nous somme de nouveau d’aplomb et partons donc en scooter (manuel cette fois si ! Mais ça va je m'y habitue assez vite) visiter la cascade de Kuang Si ! La matinée fut un peu couverte mais dès midi le ciel s'est dégagé et nous avons pu profiter du soleil sur ce lieu incroyable. Avant d’accéder aux cascades, le chemin passe par le sanctuaire des ours lunaires. Plusieurs enclos et des plateformes permettent d'observer une dizaines d'ours tout fluffy qui ont été confisqués à des braconniers. Il ont l'air un peu ballot et font penser à des pandas mais quand ils se lèvent pour se mettre des patates, ça rigole pas du tout !

Après les ours nous arrivons devant les premiers bassins. C'est magnifique, l'eau est littéralement turquoise (à cause du calcium disent les petits panneaux), les bassins, alimentés par plusieurs petites cascades, sont sur plusieurs niveaux et la jungle nous encercle.

Petit coin de paradis !

Il est possible de se baigner mais nous décidons d'abord de faire le petit trek pour aller au niveau de la grande cascade principale et ensuite de monter à son sommet. La balade nous permet de profiter de beaux point de vue sur la jungle et est encore plus plaisante car c'est assez clean malgré les hordes de touristes. De retour en bas, on se trouve un petit coin et c'est parti pour la baignade. L'eau n'est pas super chaude mais c'est une expérience géniale de se poser sous les cascades pour se faire faire masser par cette eau turquoise.

La grande cascade ! 
Posey !

Nous repartons vers 15h30 et nous faisons un arrêt à une ferme pour gouter leur fromage. On explore un peu la ferme et en profite pour nourrir les lapins et les buffles. Sonia se prend d'affection pour un lapin (qu'elle appelle Babouche) qui se fait victimiser par les autres et passe une bonne dizaine de minute avec lui x). Nous ne croisons personne du staff et les petits cris d'un jeune buffalo séparé de sa mère dissuade Sonia de gouter le fromage.

"Babouche doudou bibou !"

Une fois de retour à la chambre, on se pose une petite heure avant d'aller dans un bar où des françaises nous avaient donné RDV pour une discussion/rencontre autour de la permaculture. Le bar (Utopia) est super agréable (coussins thai triangle, poufs, terrasse au bord de l'eau, coin avec des braseros, plein de végétation) et on y passe toute la soirée.

L'Utopia 

24 janvier 2019

Pour notre dernière journée à Luang Prabang, nous avons visité le petit musée ethnique pendant la matinée et fait du shopping l'aprem : cadeaux, bibelots, tissu, timbres postes. La journée s'est finie par un verre à l'Utopia et l'organisation de la suite de notre périple à Luang Namtha !

La vue et la terrasse du bar.

See you 😉