Carnet de voyage

Un tour en Asie (2)

3 étapes
5 commentaires
7 abonnés
Dernière étape postée il y a 12 jours
Deuxième partie de notre visite de l'Asie du Sud-Est. Après la Thaïlande, le Cambodge et le Vietnam, le voyage continue !
Octobre 2018
32 semaines
Partager ce carnet de voyage
6
6
Publié le 7 février 2019

1 février 2019

Après une journée de repos, nous partons pour notre prochaine étape : Sapa. Le trajet s'est fait en deux jours, un premier bus direction Dien Bien Phu, une ville vietnamienne proche de la frontière puis un deuxième jusqu'a Sapa. Sur le trajet nous faisons connaissance d'un québecois tout sympa avec qui nous mangeons le midi. Le passage aux douanes se fait sans problème pour une fois, ouf ! A Dien Bien, nous dormons dans une guesthouse un peu miteuse juste en face de la gare routière pour ne pas perdre de temps, notre bus pour Sapa étant à 9h30 le lendemain.


2 février 2019

Arrivée à Sapa à 17h sans aucun retard, les bus vietnamiens sont bien plus ponctuels que les laotiens, ça fait du bien. On prend un taxi jusqu'à notre hôtel et on découvre notre chambre confortable avec une super vue sur les montagnes et couverture chauffante pour 9€ par nuit, merci la promo Booking ! Après s'être installés, on part faire un tour en ville. Il y a énormément d'hôtels et de restau plutôt chics, on sent qu'il n'y a pas que les backpacker qui viennent ici. Dans le centre ville, on tombe même sur un centre commercial style BHV qui sert aussi de gare pour le téléphérique amenant au somment du mont Fonsipan, point culminant du Vietnam (30€/personne, on s'en passera).

Ambiance chicos dans la ville.

3 février 2019

Pour cette première journée (super ensoleillée), on fait une petite grasse mat avant de louer un scooter pour explorer les villages de minorités ethniques proches de la ville. Le premier que nous visitons (entrée payante) est très mignon avec ses maisons en bois, les petits ponts traversants la rivière et une belle cascade mais il fait aussi très faux, artificiel et touristique. On a l'impression qu'il n'y a même pas d'habitants mais seulement des petits magasins...

Après cette première étape un peu décevante, on repart sur la route pour une deuxième cascade, Thac Bac ou Silver Waterfall, bien plus grande que celle du village. On peut monter jusqu'à la moitié de la cascade grâce à un escalier en béton et il y a plein de petits coins pour se poser (Sonia trouve que ça gâche le site). On retourne ensuite vers Sapa en profitant des points de vue superbes qu'offre la vallée.

En arrivant, on profite du balcon de notre super chambre avec un petit apéro face au coucher de soleil sur les montagnes, le kiff !

4 février 2019

Même programme pour cette deuxième journée : visite de villages. Comme hier, le soleil est au rendez-vous et la route offre d'incroyable point de vue.

La vallée de Muong Hoa. 

Le premier village, Lao Cai, est bien différent de Cat Cat. On est ici dans un vrai village, avec les maisons en mélange de taule, de bois, de brique ; les cochons, les buffles, les poules, les canards et les chiens se baladent partout, les enfants s'amusent avec des pneus ou dans les rizières en friche, pas de doute c'est bien la campagne. On se balade entre les maisons, on s'aventurent dans les rizières, jusqu'à une rivière, où les buffles et les chèvres se prélassent au soleil et profitons de cette ambiance particulièrement agréable.


Ce village est habité par les Hmong noirs.



Après avoir mangé, on reprend le scooter pour se rendre au deuxième village, Ta Van. Celui-ci est plus grand, plus moderne et l’accès aux rizières est plus difficile donc on décide de ne pas s'y arrêter et d'aller se poser à l'hôtel/bar à flan de montagne que nous avions repéré à l'aller. La vue est, une fois de plus, incroyable et on s'y pose une petite heure avant de rentrer.

Vue depuis la terrasse sur la route. 

5 février 2019

Troisième journée de visite : les villages Ma Cha et Ta Phin de l’ethnie Dao. Dès notre arrivée, des femmes en tenues traditionnelles nous abordent et nous proposent de nous faire visiter. On marche donc avec elles et nous visitons même leurs maisons très rustiques. Après ces visites, elles nous font vite comprendre qu'elles s'attendent à ce qu'on leur achète une de leur conneries en tissu ou des bracelets. Il fallait s'y attendre mais j'aime vraiment pas ce coté financier trop présent.

Tous les Dao sont habillés avec ces vêtements traditionnels. 

Il y a aussi une grotte un peu plus loin mais je me sens fatigué donc on repart vers l’hôtel. Sur le retour, la route est bien déglinguée et humide, je négocie mal un virage et on se ramasse ... Rien de grave (un petit bleu pour Sonia et même pas de pète sur le scooter) mais ça me rappelle à quel point il faut être vigilent sur ces routes de montagnes.

Golden hour sur les montagnes.

On voulait partir le lendemain mais on apprend qu'avec le nouvel an lunaire, il n'y a aucun bus qui circulent vers Ha Giang avant le 8 ... Bon bah deux jours de glandouille, c'est pas trop grave car la ville et notre hôtel sont vraiment agréables. Par contre, on s'attendait à du monde et à de l'animation pour leur nouvel an, mais les rues n'ont jamais été aussi vides que ce soir, yey c'est la fête !


6 et 7 février 2019

RAS, glande, billards et ballades en ville x)

Sapa et, à droite, les beaux habits des Hmongs.

Voyagez en circuit individuel, personnalisé et abordable

Plus de 50 circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation facile en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires
5
5
Publié le 3 février 2019

Nous sommes allé à Luang Namtha pour trekker dans le parc naturel de Nam Ha. Mais cette fois-ci nous nous embarquons dans un trek de 3 jours avec nuits dans la jungle ! Au programme : randonnée dans le parc pour les deux premières journées et kayak avec arrêts dans des villages de minorités ethniques pour le dernier jour.

28 janvier 2019

Nous avions RDV à 8h30 à l'agence pour rencontrer notre guide et les autres éventuels copains de trek. On dépose nos gros sacs à dos dans l'arrière boutique de l'agence et on attend. Notre guide, Sing (lion en lao) est super jeune et nous explique dans un anglais approximatif qu'il risque d'y avoir pas mal de sangsue au plus grand bonheur de Sonia. Il y a d'autre touristes mais en partant, vers 10h, on se rend compte qu'on sera seuls avec lui pour les trois jours. Après une petite demi-heure de tuk-tuk, et un arrêt au marché pour faire des provisions, nous arrivons au point de départ. Sing nous distribue trois grosses bouteilles d'eau et un énorme sac de couchage, nos sacs à dos deviennent super lourd... La matinée se passe tranquillement, on longe une rivière mais nous ne sommes pas recouverts de sangsues. Pause midi sur une petite plateforme en bois, riz, tomates en sauce et mélange de légumes plutôt bon. L'aprem n'est pas aussi facile, ça monte beaucoup et les sacs nous scient les épaules. En discutant avec Sing, on apprend que c'est son premier trek sans guide expérimenté pour l'accompagner, on croise les doigts pour qu'il ne nous arrive rien x). En traversant une rivière, Sonia glisse et trempe ses chaussures, c'est l'aventure !

Vers 16h30, nous arrivons devant une petite structure en bois recouvert de feuilles de bananier et Sing nous préviens que nous passerons la nuit ici. C'est parti pour la préparation du camp : on coupe des feuilles de bananiers pour faire un matelas et des "assiettes", on part chercher du bois pour le feu et on récolte quelques plantes pour faire une soupe. Pendant que Sing prépare à manger, on s'occupe du feu et Sonia essaye de faire sécher ses chaussures. Le repas est super bon, il y a du riz collant, des légumes cuits dans du bambou et de l'omelette cuite en papillote. Après le repas, on discute avec Sing et il chante un peu puis dodo à 20h30.

Préparation du camp et de la bouffe (à droite, omelette en train de cuire dans des feuilles de bananiers). 

29 janvier 2019

Reveil vers 6h, la nuit n'a pas été super pour moi, j'ai eu très froid et vachement de mal à m'endormir car les feuilles de bananiers ne remplacent pas un bon matelas x). Sonia a passé une meilleur nuit mais pas top non plus. Pour le petit-dej c'est encore du riz collant avec le reste d'omelette et des bananes. On lève le camp dans la brume vers 9h mais ça se dégage très vite. Très rapidement on se retrouve encore à grimper et Sonia en chie pas mal. Ca s'empire et on doit même "escalader" sur une portion du chemin qui était au moins à 45° ! Heureusement on arrive assez vite sur une route de terre qu'on suit pendant une demi-heure environ. On passe dans une plantation d'arbre à caoutchouc avant de retourner dans la jungle. Il fait beau, la foret est superbe et il y a beaucoup d'oiseaux qui chantent. Au détour d'une rivière, on tombe sur le "Papa de la forêt", un arbre immense avec plein de lianes aussi large que nos torses. Truc encore plus incroyable, une partie des lianes ou plantes grimpantes forment une échelle naturelle qui permet de monter super haut. Le kiff !

Après cette pause de fou malade, on marche un peu avant de s’arrêter pour la pause midi : salade de Ratan (tronc d'une plante qui pousse partout dans la jungle) et riz collant (yahou !). La ballade de l'aprem est tranquille et nous arrivons au camps vers 16h. On va chercher ce qu'il nous faut pour la soirée (double couche de feuilles de bananiers cette fois !) et profitons de la rivière pour se laver un peu. Enfin, ultra rapidement car l'eau est glacée mais cela fait tout de même du bien. On se réchauffe près du feu avant de manger et de se coucher.

Deuxième camp, repas qui cuit dans les bambous et cuillère en feuille de bananier.
La rivière/salle de bain et la vue au réveil. 

30 janvier 2019

Réveil vers 7h après une nuit bien plus reposante que la première pour moi mais pas pour Sonia qui a eu super froid, décidément... Omelette et riz et on est reparti. Après une quinzaine de minutes, nous sortons de la jungle pour rejoindre la route où nous attend un tuk-tuk avec notre canoë sur le toit. On pensait ne pas être très loin du point de départ pour le kayak mais au final on repasse carrément dans Luang Namtha pour reprendre de la bouffe, pas top les déplacements pour un soi-disant eco-treck... On regonfle le canoé (2 places pour 3 d'ailleurs) et on se prépare devant les yeux médusés de 6-7 mecs ! Les deux première heures sont vraiment pas ouf : il y a du plastique partout (dans l'eau et dans les arbres qui bordent la rivière à causes des crues) et l'eau semble vraiment dégueulasse. On s'arrête un petit moment dans un village de la minorité Lanten qui ont de beaux vêtements traditionnels bleu nuit. Après la pause midi sur une grève, on se retrouve vraiment dans un petit bout de jungle et le décor est bien plus beau. En plus il y a des rapides bien sympas pour faire mumuse (Sonia était tout devant et en a pris plein la gueule xD.

Fin de la ballade en kayak vers 14h dans un village Khmu où vivent des cousins de notre guide. On entend de la musique et les gosses qui jouaient au bord de la rivière expliquent à Sing qu'une des familles du village fêtent le retour d'un de leur enfant de l'armée. Cette famille nous invite à entrer dans la maison où se passe la fête et nous fait boire pendant une petite demi-heure ! Deux verres de Beer Lao avant d'entrer dans une pièce blindée, du wisky de riz (les jarres en photo, chaque jarre est plus ou moins sucrée) et re-Beer Lao avant de partir : on se met bien 😛



On est de retour à la guesthouse vers 15h30 et on s'étale sur le lit de notre chambre, épuisés !

See you ! 😉

4
4
Publié le 28 janvier 2019

17 janvier 2019

Quelques heures après avoir passé la frontière du Laos, notre mini-bus s'arrête au milieu de la jungle derrière une file de voitures. Je sors pour voir ce qu'il se passe et découvre que la route est tout simplement en construction. Il y a un énorme trou que des pelleteuses se hâtent de reboucher. Je retourne prévenir Sonia et nous observons la lente avancée des travaux. Au bout d'une demi-heure, on voit des scooters impatients, qui étaient bloqués de l'autre côté, descendre la montagne pour contourner le trou ! Certains se cassent la gueule mais rien de grave heureusement.

Le trou et les scooters descendant la montagne. 

On repart après 2h environ et atteignons Sam Neua en début de soirée.

18 janvier 2019

Nous nous sommes reposés toute la journée et sommes sorti juste pour réserver le bus du lendemain pour Luang Prabang. Durant notre petite balade pour aller à la gare routière, nous profitons pour la première fois depuis une vingtaine de jours d'une journée vraiment ensoleillée, quel plaisir !

Jolis points de vue sur la route qui grimpe bien jusqu'à la gare routière. 

19 janvier 2019

Nous savions que les 12h de bus allaient être fatigantes (surtout après les 9h d'il y a deux jours) mais la musique super forte du conducteur pour ne pas s'endormir et la route bien sinueuse les ont rendu éprouvantes... Le bus quasi-vide au départ, se rempli peu à peu et, vers la fin du voyage, les nouveaux passagers sont obligés de s'assoir sur des tabourets dans l'aller centrale.

Partis de Sam Neua à 8h, nous arrivons à l’extérieur de Luang Prabang le soir à 22h30 avec 2h30 de retard. La gare routière est déserte et personne ne peut nous rapprocher du centre ville. Heureusement un tuk-tuk passe au bout de quelque minutes et accepte de nous prendre en nous faisant bien comprendre que si on négocie le prix il part se coucher x). Il nous dépose à l'adresse supposée de l'auberge où nous avions réservé mais impossible de la trouver. Après une 1/2h de marche, nous trouvons finalement l'auberge et son proprio endormi. Coup de chance, nous somme seuls dans le dortoir de 4 lits, gros dodo.

20 janvier 2019

Petite journée tranquillou à visiter la ville : temples, jardins, lèche vitrine dans la rue commerçante et repérage des bibelots/tissus intéressants.

Visite de la ville bien agréable ! 
Petites surprises dans les temples : une fleur poilue et un chien caméléon !
On découvre un nouveau style d'ornementation des temples, en mosaïque de miroirs colorés. 

Vers 16h, on choisit une terrasse au hasard sur les rives du Mékong, jus de citron pour Sonia et bière pour moi. Petit à petit, la terrasse devient blindée et on comprend que c'est en fait un des meilleurs spots de la ville pour admirer le coucher de soleil. En effet, le soleil descend lentement derrière les montagnes au loin, c'est superbe.

En retournant au dortoir, on découvre que nous ne sommes plus seuls car un couple d'anglais bien bruyant (peut-être bourré aussi) s'est installé avec nous.

21 janvier 2019

Nouvelle journée de visite de la ville, cette fois nous montons sur le mont Phousi, petite colline de 100m d'altitude qui domine la ville et où se trouve une stupa. En montant les escaliers, nous sommes un peu refroidis par des vendeuses d'oiseaux au bord des escaliers. Chaque mini-cages en osier (genre 10cm max) contenaient 1 ou 2 petits oiseaux censés porter chance s'ils sont libérés au sommet de la colline. Sauf qu'on a l'impression que c'est plus un truc pour touriste qu'une tradition locale, ce qui a le don d’énerver Sonia au plus haut point. Arrivés en haut, la vue est bien dégagée et on se rend compte que la ville est vraiment grande. On profite un moment de la vue avant de redescendre.


Avant de manger, nous visitons le musée national qui se situe dans l'ancienne demeure du roi. Honnêtement la maison est vraiment pétée pour un ancien palais à l'exception du hall de réception qui en impose. Le jardin est par contre très agréable et joli !

Temple dans le parc du palais-musée (à droite).

Pendant l'aprem, nous visitons encore quelque temples et retournons à la même terrasse que la veille (bière et fresh spring rolls). En rentrant, on passe à côté d'un pont en bambou installé pendant la saison sèche qui amène sur l'autre partit de la ville. Pendant la soirée, Sonia ne se sent pas bien, ça sent la belle intoxication alimentaire et cela me prend également pendant la nuit.

Galette de riz séchées au soleil et pont de bambou. 

22 janvier 2019

Après une nuit difficile, nous ne sommes pas guéris et pas du tout en état pour aller visiter la cascade à une heure de la ville et décidons de rester à la guesthouse pour la journée.

23 janvier 2019

Nous somme de nouveau d’aplomb et partons donc en scooter (manuel cette fois si ! Mais ça va je m'y habitue assez vite) visiter la cascade de Kuang Si ! La matinée fut un peu couverte mais dès midi le ciel s'est dégagé et nous avons pu profiter du soleil sur ce lieu incroyable. Avant d’accéder aux cascades, le chemin passe par le sanctuaire des ours lunaires. Plusieurs enclos et des plateformes permettent d'observer une dizaines d'ours tout fluffy qui ont été confisqués à des braconniers. Il ont l'air un peu ballot et font penser à des pandas mais quand ils se lèvent pour se mettre des patates, ça rigole pas du tout !

Après les ours nous arrivons devant les premiers bassins. C'est magnifique, l'eau est littéralement turquoise (à cause du calcium disent les petits panneaux), les bassins, alimentés par plusieurs petites cascades, sont sur plusieurs niveaux et la jungle nous encercle.

Petit coin de paradis !

Il est possible de se baigner mais nous décidons d'abord de faire le petit trek pour aller au niveau de la grande cascade principale et ensuite de monter à son sommet. La balade nous permet de profiter de beaux point de vue sur la jungle et est encore plus plaisante car c'est assez clean malgré les hordes de touristes. De retour en bas, on se trouve un petit coin et c'est parti pour la baignade. L'eau n'est pas super chaude mais c'est une expérience géniale de se poser sous les cascades pour se faire faire masser par cette eau turquoise.

La grande cascade ! 
Posey !

Nous repartons vers 15h30 et nous faisons un arrêt à une ferme pour gouter leur fromage. On explore un peu la ferme et en profite pour nourrir les lapins et les buffles. Sonia se prend d'affection pour un lapin (qu'elle appelle Babouche) qui se fait victimiser par les autres et passe une bonne dizaine de minute avec lui x). Nous ne croisons personne du staff et les petits cris d'un jeune buffalo séparé de sa mère dissuade Sonia de gouter le fromage.

"Babouche doudou bibou !"

Une fois de retour à la chambre, on se pose une petite heure avant d'aller dans un bar où des françaises nous avaient donné RDV pour une discussion/rencontre autour de la permaculture. Le bar (Utopia) est super agréable (coussins thai triangle, poufs, terrasse au bord de l'eau, coin avec des braseros, plein de végétation) et on y passe toute la soirée.

L'Utopia 

24 janvier 2019

Pour notre dernière journée à Luang Prabang, nous avons visité le petit musée ethnique pendant la matinée et fait du shopping l'aprem : cadeaux, bibelots, tissu, timbres postes. La journée s'est finie par un verre à l'Utopia et l'organisation de la suite de notre périple à Luang Namtha !

La vue et la terrasse du bar.

See you 😉