Pour la troisième et dernière fois nous partons pour 4 jours à la recherche d'aurores boréales après nos tentatives en Islande et en Norvège (kirkenes)
Mars 2019
5 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Hier lever 3h45 (aie aie aie). On passe chercher nos amis Patricia et Michel et nous partons pour l'aéroport. Premier vol à 7h. Trois étapes Lyon - Francfort puis Francfort - Oslo et enfin Oslo Tromso (le o est barré prononcer Trrrom se (en fait entre se et seu). C'est le paradis norvégien des aurores boréales ! C'est notre troisième tentative pour en voir. La première en Islande et la deuxième à Kirkenes (Norvège) s'étaient solder par des fiascos retentissants.

Nos bagages ne nous ont pas suivi et nous devons retourner les chercher à l'aéroport après un appel de la compagnie. Il fait un peu au-dessous de 0 mais c'est très supportable bien que nos vêtements chauds soient dans nos valises !

C'est très enneigé mais ce sont des experts en conduite sur la neige. Ici elle doit rester plus de 6 mois. Il y a par endroit des murs de neige impressionnants, même le long des pistes de l'aéroport.

Nous avons loué un appartement sur les hauteurs de la ville. Nous avons une vue magnifique sur le fjord. Nous allons chercher de quoi faire à manger ce soir. La ville est typiquement norvégienne. Des routes très larges, des maisons en bois coloré avec de grandes baies vitrées sans rideaux. Les piétons sont rois et on peut traverser les rues sans craintes.

Après un diner classique salade et pâtes bolognaises nous allons nous coucher après cette très longue journée.

Ce matin bon petit déjeuner à l'appartement puis on part en exploration pour organiser nos visites. A l'office du tourisme nous trouvons notre bonheur. Un grand et beau jeune homme (tout à fait du gout des filles) nous explique en long en large l'excursion à la poursuite des aurores boréales. Nous choisissons d'y aller ce soir qui semble le meilleur jour si l'on en croit les sites de prévision (temps et aurores). Puis nous réservons une petite excursion en bateau dans les fjords pour dimanche. Passage par les boutiques de souvenir et au supermarché pour compléter le ravitaillement.

Repas de midi à l'appartement et après midi tranquille pour être en forme pour l'excursion qui peut se terminer à 1h30 voir plus tard s'il faut galérer pour trouver les aurores.

2

Départ à 18h15 pour notre rendez-vous où nous attend le bus qui va nous emmener vers les spots pour voir ces fameuses aurores boréales.

Notre guide est un français d'Avignon (Kevin) qui bosse à Tromso depuis 2 ans dans une nouvelle agence. Son anglais est excellent et surtout avec un fort accent français qui nous est familier. Il complète en français pour nous lorsque les explications sont un peu compliquées. Il est très sympa. Nous sommes un groupe de 21 dans un car prévu pour 40.

Il fait nuit, bien sûr, et pas mal d'indicateurs sont au vert pour cette nuit. Nous roulons 1h45 jusqu'à un camp de l'agence constitué de deux tipis à l'indienne de belle taille prévus pour 20 personnes chacune. Nous allons attendre des trouées dans les nuages en espérant que les aurores se montreront.

En route il nous explique le phénomène. Tout vient du soleil dont les éruptions envoient des nuages de particules dans toutes les directions (en particulier vers la terre) appelés "vents solaires" ou "orages solaires". Pour ceux qui arrivent sur la terre ils rencontrent le champ magnétique terrestre qui agit en bouclier et en renvoie une bonne partie. Mais le champ magnétique est plus faible aux pôles et les particules qui arrivent à passer interagissent avec les atomes d'oxygène et d'azote de l'atmosphère terrestre. D'où les colorations verte et parfois rouge (oxygène) et bleu jaune (azote). Près du pôle nord aurores boréales et au pôle sud aurores australes.

Après ce petit résumé technique nous passons à la bouffe car l'agence a prévu de combler l'attente avec une petit frichti sur feu de bois. Saucisses genre strasbourg, galettes, fromage, légumes, ..... tous assis autour du feu .... très sympa.

Saucisses Barbecue - ca devrait rappeler des souvenirs a certains 😀

Kevin nous donne les indications pour régler les appareils photo.

On termine par café, thé, chocolat chaud. Régulièrement Kevin va vérifier s'il y a de l'activité solaire mais pas l'ombre du début du commencement d'une aurore.

Kevin, qui est en relation avec ses collègues qui font le même genre d'excursion décide de refaire un petit bout de route pour aller près de la frontière finnoise (Finlande) qui est un spot possible. Après une petite heure de route on s'arrête. Le ciel est assez dégagé mais au début pas de manifestation solaire. Puis quelqu'un voit quelque chose. Honnêtement il faut être habitué pour le voir ! en cherchant bien il y a une zone blanche un peu plus intense que les nuages et qui se déplace bizarrement. Ô miracle de la technique quand on prend cette zone en photo elle apparait verte sur l'image. C'est tout ce qu'on aura à se mettre sous la dent pour ce soir.

4 critères définissent la chance de voir des aurores : l'activité solaire bien sur, le temps dégagé, la température (plus il fait froid mieux c'est), et qu'il fasse nuit noire (en particulier éloigné des villes : comme pour voir les étoiles). Nous rentrons à Tromso restant un peu sur notre faim.

Il faut ensuite faire les 30mn à pied pour rejoindre notre appartement à 3h00 du matin avant de s'écrouler de sommeil.

Au réveil on a un peu retrouvé le moral et nous décidons de tenter d'y retourner dimanche où les indicateurs semblent meilleurs !!!

Nous récupérons les photos faites par Kevin sur le site de l'agence et nous voyons celles prise lors du groupe de la veille. Plein d'aurores ce jour là ! Mais pas de regret nous n'avions pas nos valises donc pas d'affaires chaudes ! (il faisait quand même -8°C à la frontière finnoise)

.... Affaire à suivre ........

3

Réveil difficile après s'être couchés à 3h du matin. On avait dit lever 11h. Biquette me réveille avec fracas en disant qu'il est 11h20. En fait il est 10h20. On la soupçonne d'avoir volontairement avancer sa montre bien qu'elle s'en défende farouchement. Il faut dire qu'elle a encore un iPhone !!!

Michel et les filles partent en balade pendant que je fais le compte-rendu de la journée d'hier avec les deux micro aurores que vous avez pu voir sur les photos

Vous vous doutez que l'on est resté sur notre faim en termes d'aurores boréales. Nous n'allons pas en rester là.

Nous décidons que ce soir nous irons au sommet du téléphérique de Tromso qui nous amène sur la colline à 700m au dessus du niveau de la mer. Il nous faut prendre un taxi pour traverser le pont et aller sur la colline environnante.

Le téléphérique n'est pas français (Poma qu'as tu (pas) fait ?) Il faut dire que les norvégiens doivent être équipés en la matière. On voit de la ville des tremplins de saut à ski, des télésièges et des téléskis.

On nous annonce des possibilités d'aurores boréales entre 20h et 21h. Arrivés en haut on sort et on constate un vent violent et glacial. Pas simple d'essayer de mettre l'appareil photo sur le pied. Avant ça on va sur la terrasse pour admirer la ville de Tromso copieusement éclairée (95% de la production d'électricité de Norvège est hydraulique et le courant n'est pas cher ici contrairement à la vie en général) .

Nous suivons les quelques photographes qui visent le ciel avec leur appareil sur pied en tentant de repérer ceux qui ont l'air le plus chevronnés. Après s'être enfin installé c'est le Canon qui fait des siennes et qui refuse de déclencher l'obturateur. J'ai beau essayer plein de manips : rien à faire. Lorsque je rentre dans le café qui est à l'arrivée du télécabine après être réchauffé il remarche sans problème.

ça doit être le froid ! De toute façon il n'y a pas l'air d'avoir d'aurores boréales à photographier. Un peu dépités nous redescendons et décidons de nous consoler avec des pizzas qui nous apportons chez nous.

4

En ce dernier jour avant le départ nous commençons par une excursion en bateau dans le fjord de Tromsø. C'est un petit bateau (pour 40 personnes quand même) où nous sommes un groupe de 20 et qui va pendant 3h tenter de nous faire voir la faune caractéristique du coin.

Le capitaine est très clair : aucune chance de voir des baleines, des orques et des dauphins, ils sont partis fin janvier vers d'autres lieux. Ces bestioles viennent par ici d'octobre à janvier parce que les eaux grouillent de krills et de harengs. Nous auront peut être la chance de voir des phoques, des aigles, des rennes et toutes sortes d'oiseaux. Nous sommes assis à coté d'un couple : lui est italien de Turin et elle française (sa famille est de Lyon), ils habitent la région parisienne.

Ils nous racontent avoir vu des aurores boréales la veille en choisissant une petite structure véhiculant de petits groupes dans des minibus sans barbecue dans des tipis. ça nous sort un peu de notre abattement sur le sujet et nous décidons de passer par l'office du tourisme après la croisière.

Les paysages le long du fjord sont magnifiques d'autant plus que le temps est beau et que l'éclairage est parfait.

Le capitaine ralentit le bateau et nous annonce deux aigles sur une petite ile. Deux spécimens de belle taille sont posés sur l'île. Un peu loin pour la photo mais on tente quand même.


Un peu plus loin un phoque a la tête hors de l'eau mais il est à bonne distance et ça serait une boite de conserve flottante que je ne verrais pas la différence.

Le bateau s'approche de le rive et nous y voyons 2 rennes de belle taille visiblement bien nourris et à la robe magnifique.

Nous rentrons vers midi et nous allons à l'office du tourisme.

Nous réservons une excursion pour le soir en minibus qui durera de 19h à minuit. En suite nous rentrons buller en attendant l'heure fatidique de la dernière chance

5

Nous descendons vers le lieu de rendez-vous avec Eindride qui nous a donné les instructions pour se retrouver.

Une première bonne nouvelle : nous serons que tous les 4 et Eindride va nous véhiculer dans sa Mercedes 7 places.

Il nous explique qu'il nous amène dans sa maison où il y a une cabane de pêcheur au bord du fjord. Nous arrivons après une petite heure de route dans le confort douillet de la Merco. On arrive à sa propriété : il a une maison immense toute éclairée au bord de la route. Il y a une maison derrière qu'il loue pour les gens qui veulent voir des aurores boréales, une ancienne grange dans laquelle il a un musée qu'il a réalisé et enfin une ancienne cabane de pêcheur qui date du début du XIXème siècle.

Nous descendons de voiture et là miracle ! une aurore boréale juste au dessus de nos têtes. Elle est immense et nous restons bouche bée. Elle ne dure pas et nous espérons qu'il y en aura d'autres.

Un petit complément sur les aurores : ce sont des électrons qui nous viennent du soleil et qui interagissent avec les atomes d'oxygène (qui donnent les couleurs verte et rouge) et d'azote (couleurs bleu et rouge) de l'atmosphère. Le nombre d'atome d'oxygène représente 3 à 4 fois celui des atomes d'azote d'où la couleur verte prédominante. Ce qu'il faut savoir c'est que l'oeil humain voit tout cela comme des trainées blanches avec de légère teinte de vert mais c'est vraiment très léger.

Ce sont les capteurs photos qui enregistre cette couleur verte intense. C'est pour cela que c'est beaucoup plus visible dans un ciel sans nuage que dans des trouées entre les nuages : blanc sur blanc c'est pas évident !

Nous allons nous installer dans la cabane ancienne au bord du lac. Elle a été modernisée avec parquet neuf et chauffage au sol. Il y a une cheminée. Il fait chaud il y a une table, des chaises et une baie vitrée donnant sur le lac où l'on peut attendre de voir les aurores avant de sortir dans le froid. Nous installons les appareils sur pied et après quelques tests nous rentrons bien au chaud. C'est vraiment le grand luxe, Eindride est au petit soin et nous raconte l'histoire de cette cabane qui servait sans doute à entreposer la viande et le poisson et également pour leur salage.

Et là enfin nous voyons de très belles aurores boréales qui ne sont pas de très grande intensité mais bien suffisantes pour annihiler notre frustration de 5 ans. C'est pas facilement racontable. Les photos parleront d'elles mêmes. Encore une fois toutes ces manifestations sont plutôt blanches à l'oeil nu. Mais leurs mouvements et leurs évolutions sont impressionnantes à voir.

On a vraiment l'impression d'être chez un ami. Nous restons jusqu'à 11h.

On retourne à Tromsø heureux et comblés. Cerise sur le gâteau Eindride nous ramène jusqu'à l'appartement !