Carnet de voyage

Two for the road

59 étapes
217 commentaires
43 abonnés
Dernière étape postée il y a 1061 jours
Octobre 2017
34 semaines
Partager ce carnet de voyage
1

Nous commençons nos cours d'anglais avec un rythme effréné 4 heures tous les jours, faut que ça marche !

2
2
Publié le 14 octobre 2017

11 Octobre / départ pour les Cornouailles

Arrivés à Exeter, direction Boscastle Petit port de pêche

sur la route du château de Tintagel


Sophie avec nous pendant 2 jours, Great ! Thanks for your driving's lessons


Boscastle 
Château de la légende du Roi Arthur 
Château de Tintagel 
3
3
Publié le 14 octobre 2017
Plage du Watergate bay hôtel  

Watergate bay, Newquay : Mecque du surf en Angleterre, plages et côtes sublimes pour le surf ou marcher, marcher, marcher...10kms quand même !

4
4
Publié le 15 octobre 2017

Route côtière pour arriver à St Ives, par St Agnès, spot de surf et de promenade, conduite à gauche easy !

Paul assure en anglais, very comfortable pour commander bière, cidre, lunch, dîner, wifi and anything else, I'm very proud

St Agnes 
 St Yves
Meditation point 
Our room's morning view 
5
5
Publié le 15 octobre 2017

Dîner et nuit sur le port - Vers very noisy ! c'est Samedi soir et j'ai réservé une chambre au 1er étage de pub du coin avec concert 😩

6
6
Publié le 14 octobre 2017

Je profite que Paul termine ses saucisses, son bacon, ses toasts, ses fromages, sa salade de fruits, ses pancakes, jus de fruits et verre de lait... pour aller me promener à St Yves dans l'incroyable musée jardin de Barbara Hepworth.

7
7
Publié le 14 octobre 2017

Zennor- St Senara's church

Coussins brodés à la main sur tous les bancs, lovely !
Land's End 
8

Paul a beaucoup aimé ce jardin poétique, forêt vierge, labyrinthe mais aussi jardin à la française, potager ou pont suspendu se mélange

9
9
Publié le 15 octobre 2017

Sous la pluie

Déjeuner à 3h30, dans le délicieux "2 for Street", moules à la crème, soufflé au crabe et pâté de poulet... Cuisine de dingue ! dans un village de 697 habitants

4h30 le soleil est là 

En route pour le St Michael's Mount anglais pour l'ultime promenade sur la plage au coucher de soleil.

10
10
Publié le 16 octobre 2017

1h00 de route pour découvrir sous le soleil (enfin) le plus joli port d'Angleterre, capuccino, cake à l'orange au musée du coquillage, promenade rapide dans les hauteurs on y resterait bien très longtemps mais encore 2h00 de route pour le Bovey Castel où nous nous arrêterons 2 jours, donc faut y aller... on reviendra un jour.

11

Nous avons traversé des forêts, des hectares de fougères rouges, la steppe, le brouillard, des champs de pelouses vertes fluo, la savane... et sur les routes passaient des vaches à frange, des moutons par centaines, des chevaux : génial ! et nous sommes arrivés au coucher de soleil à Bovey Castle.

Dartmoor 
12
12
Publié le 16 octobre 2017


Our room view

Donc oui la tempête est bien là, il n'y a plus d'électricité au château ! Heureusement la coupure s'est produite après le petit dej, mais peut-on appeler "petit" dej : pains au chocolat(2) + toast + saucisses(2) + bacon + salade de fruits + assiette de fruits secs + yaourt avec compote de fruits rouges...?

Mais temps splendide et promenade au Parc

My Lord dans la tempête

13
13
Publié le 16 octobre 2017

... je découvre le "Sloe Gin", pas mal du tout quand la tempête gronde dehors et que l'électricité est revenue !

😂 Et la blague du jour : le film de faux feu sur le mur du restaurant ! J'adore les anglais 😂😂

(petit aparté pour Carole) j'ai essayé toutes les locales, mais grosse déception sur la bière 🍻

14
14
Publié le 18 octobre 2017

Nous quittons notre château sous la pluie, la Callas à fond et en boucle nous traversons lacs et forêts, pour rentrer à Paris, so British and romantic...



Beau mais limite plombant quand même ... 

Et on se dit que notre semaine sous le soleil pratiquement permanent avait tenu du miracle, Great.


Et derniers ponies pour la fin, on les aimait bien toutes ces bêtes poilues sur nos routes.

15
15
Publié le 17 novembre 2017
 Merci à François le pilote pour le surclassement de folie malgré nos 6 valises !

Porto-Novo

15 novembre 22h00 Arrivés à Cotonou et départ pour Porto Novo avec Barnabé notre guide pour 3 semaines, on a adoré la halte chez son ami Zola propriétaire d’un bar avec des cocas de 75cl et de la «Béninoise» LA bière locale.

Notre chambre 618 

Centre Songhai

Voilà où nous logerons 2 jours, on se sent un peu fatigués et Paul me dit :

« cet hôtel me paraît en solitude ... sans ambiance » j’approuve !



Ecole « l'Ile aux enfants »

1ère journée en classe de maternelle Paul aide la maîtresse avec les enfants.

« Ça danse et ça chante, il y a une grosse ambiance, ça semble plus facile que les maternelles françaises, paillettes, découpage, peinture et puzzle. »

• • •

Et le soir voilà où nous dînons...


pas de restos d’ouverts ... très épicé et même pas malade

16
16
Publié le 19 novembre 2017
Déjeuner à Bab’s Dock sur le lac de Nokoue

Nous sommes allés passé le week-end à Cotonou, destination La Maison Rouge, très bel hôtel sur la plage, c’est bien agréable, Xavier et Petra nous y reçoivent comme des amis.

Et tous les gens de l’ hôtel sont très très gentils avec nous.

Une journée au bord du Lac de Nokoue, et une journée à la plage, invités par Pertra et Xavier à déjeuner dans leur paillote avec leurs amis, trop de chance ! le rêve. Nous repartons demain matin à Porto Novo, ça va nous changer !

La cabane sur la plage de Petra et Xavier 

Bon le but de la semaine à venir c’est de trouver un resto ouvert le soir avec de l’éclairage et quoi faire en dehors des 4 heures d’école De Paul ????? Ça fait beaucoup d’heures quand même... on a un petit stress là tout de suite.

17
17
Publié le 20 novembre 2017

1er pari tenu : déjeuner dans le twinkling « Casa Dansa »

Restaurant Casa Dansa 
• • •

Et nous revoilà chez nous... jamais très loin finalement 🤓

Centre Songhai  
• • •

Cet après midi après l’école nous avons eu une jolie surprise en allant à la piscine du centre nous traversons l’ancien bâtiment et découvrons ces petites chambres qui donnent sur la piscine.

Alors... oui pourquoi choisir le nouveau bâtiment avec sa décoration japonaise et sa moquette de lion ?

1) parce que ces petites cellules font 8m2

2) parce que le wifi est de l’autre côté de la cour

3) parce qu’il fait 40 dehors donc 52 dedans et j’ai besoin d’une bonne petite clim qui fait du bruit et pas d’un joli ventilateur

et que j’aime bien les lions.

Et puis le style Martin Parr a du charme sous ces latitudes.


Donc (spécialement pour Marie W.) voilà notre nouvelle chambre la 614, dans le nouveau bâtiment avec son balcon en plexi bleu.

Tada !

La 624 dite la chambre du lion
18
18
Publié le 21 novembre 2017

Merci merci à tous pour vos commentaires on adore avec Boubou.

Le temps est un peu long ici avant l’arrivée de toute l’équipe des Hirondelles, vendredi prochain, mais je suis pleine de ressources.

Et puis on s’améliore de jour en jour, on commence à avoir des petites habitudes, Paul s’intègre à fond. Et je le prouve...

 Piscine du Centre Songhaï

Fin de journée au centre c’est la grosse fête, ampli au bord de l’eau et musique à fond, Paul hyper a l’aise 😎

• • •

Et à l’école aussi

L’école l’île aux enfants  


Et pendant ce temps je me promène avec Barnabé, sous une chaleur accablante, mais rien ne l’arrête quand il s’agit de nous faire plaisir, petit tour de la ville et des marchés et il y en a plein la ville. Alors des Wax, des wax de tous les pays d’Afrique, des perles, des sandales Gucci en plastique (avec un serpent rouge dessus, démentes!), des plateaux de minuscules tomates séchées rouges vermillon, mais aussi des têtes de souris momifiées, des insectes, des lézards séchés, des queues de... chèvre ? des petits tas de coquillages joliment posés par terre, des poudres et des herbes... car ici c’est le berceau du Vaudou, alors faut du matériel, et moi je me régale à regarder tout ça pendant que Barnabé mange tranquillement sa papaye à l’ombre d’une boutique.


L’Ancienne mosquée  
19
19
Publié le 23 novembre 2017

Dernier jour pour Paul à l’école.

classe de 1ere maternelle 
Ouidah 

Après nous filons à Ouidah pour 2 jours,

• • •

Arrêt à la fondation Zinsou, fondation d’art contemporain.

Expo de Joël Andrianomearisoa : « Sur un horizon infini se joue le théâtre de nos vie ».

Evidemment le contraste est saisissant l’expo incroyable, on est sous le charme et déboussolés, tout est poétique et plein de sens.

Paul au début ne comprend pas bien... et puis il me dit que « l’art contemporain au début on comprend rien, et puis après on ressent. L’art on peut le ressentir en pensant,l’exposition est belle mais un peu sinistre »

Voilà tout est dit.

C’est une histoire de voyage et de départ, de tristesse et de vide. Jeanne Moreau chante dans une salle, dans une autre des fleurs poussent dans un jardin, des poèmes sur des livres... très beau.

David notre petit guide 
• • •

Ensuite on découvre la « route de l’esclavage », sur 4 km un guide nous explique les conditions, l’ histoire, toutes les étapes que vécurent les esclaves : de leur capture à leur embarquement sur les bateaux.

On est effarés par toutes ces horreurs ! Pas de photos pas envie.

Sur la route la sculpture  « L’homme est un loup pour l’homme » 
• • •

La beauté du diable sur le chemin de notre hôtel

• • •

Hôtel Casa del Papa

Réveil !

1 expresso après un bain, le luxe ! (pas le bain, l’expresso)


Morning view, bungalow 8D 

Des kilomètres d’une piste qui longe, longe, longe cette plage sublime et totalement déserte du Sud, Barnabé nous dit que c’est l’or du Bénin cette plage, leur seule richesse, il n’y a que des pêcheurs dans des cabanes en paille et le soir leurs filets bleus étendus sur le sable.

Paul me dit que ça fait du bien un peu de silence que c’est joli d’entendre Le bruit des vagues, c’est agréable après tout ça, ce calme.

On traine seuls dans ce grand complexe vide avec ses 3 piscines et son Spa, au bout du monde... entre mer et lagune, on se baigne, beaucoup, on essaie une balade en VTT, sur une piste de sable 🤨 sous le soleil de 11h 🤪 finalement on arrête assez vite, on se rebaigne, un morito, un coca, ballade à Ouidah et retour à Porto retrouver notre Lion !


alone à la piscine  
• • •

la ville de Ouidah et sa basilique, ses temples, ses légendes et ses serpents...

• • •
Basilique de Ouidah  

Et juste en face de la Basilique : le temple Vaudou des Pythons. Les adeptes du temple sont tous baptisés et communiants, ils vont à l’église en face tous les dimanches, et les chrétiens eux vont vénérer chaque mois les pythons, voilà c'est simple et c’était la seule condition pour que les missionnaires aient le droit de construire leur basilique, une entente parfaite !

Des centaines de pythons dorment dans le temple

Une fois par mois la porte du temple est ouverte pour que les pythons partent trouver en ville de la nourriture, quand ils rentrent dans les maisons les gens les nourrissent et les rapportent au temple ou les gardent... donc dans la ville il n’est pas rare de se trouver nez à nez avec des pythons !

20
20
Publié le 25 novembre 2017

Petit post spécial pour Pascal...

Il est 6h00 du matin départ pour Parakou , normalement 9 heures de voyage pour le Nord mais, mais, mais....

Petit bruit bizarre ! Clim foutue, 1er arrêt chez un mécanicien: pas la pièce,

2e mécanicien ça se complique... on doit changer une courroie puis une autre...

Esther, Gédéon et Dokas nous tiennent compagnie. On regarde les poules et c’est très drôle cette habitude des poussins de se mettre sur le dos de la poule à l’Africaine, pas dessous comme en Normandie ! et puis elles courent, comme toutes les poules mais... dans les arbres, tout ça nous occupe, il est maintenant 9h30 la clim fonctionne on repart, Yeah !

Non Paul le monsieur n’est pas mort, il dort !

Et oui Pascal j’ai une glacière pleine de cocas, de bières, d’eau mais aussi du pain brioché (oui,oui), des dattes séchées et on a acheté sur la route jus d’orange, bananes et pommes.

Tu serais fier de moi !

Avec en boucle, la bande son des musiques locales de Barnabé surtout du zouk et des chansons d’amour, (Barnabé est un sentimental) qu’on commence à chanter à tue-tête avec Paul, on est au top !

Déjeuner sur la route

Enfin Parakou ... arrivés au village de Tourou à 18h00 pour la distribution des cadeaux, énorme accueil !

Mais là il est 23h00, on dort avec Paul à l’Hôtel « Les Routiers » avec en bruit de fond la musique du bar du coin, c’est un bled mais grosse ambiance.

21
21
Publié le 24 novembre 2017

Juste un aparté pour ma Lou :

C’est le correcteur Apple qui ne sait pas écrire Mojito, pas ta mère ! Moi juste je ne sais pas me relire !

Et pour ceux qui en douteraient Paul écrit tous les jours une partie des textes avec moi et à un regard sur tout, tout ce qui est posté.

22
22
Publié le 25 novembre 2017

✂️📐✏️📕🎒🤡😸 Derniers préparatifs, sacs, kits scolaires, de paquets de bonbons 🍭, mille et une choses dérisoires et utiles pour ces enfants qui n’ont rien.

Et derniers achats au marché de Porto Novo avant le départ 

Paul : « Journée splendide et très émouvante c’était la première fois que j’entrais dans un orphelinat. Les enfants n’ont pas l’air trop triste ils sont joyeux avec tous les cadeaux qu’on leur donne.

Cela semblait un moment exceptionnel pour eux.

L’ambiance était très gaie, bonbons, masques, ballons tout le monde s’y est mis pour faire la fête.

« Mémé » la mère supérieure est très aimée des enfants et particulièrement gentille, très proche des Hirondelles, du coup il y avait de la joie. »

Certes mais l’arrivée de ces 46 petits c’est bouleversant.

Thérèse, sa maman et les triplés  
23
23
Publié le 27 novembre 2017

Notre convoi est accueilli triomphalement par une escorte de chevaux, des danses, des chants, tout le village est là sous un chapiteau à fêter notre arrivée c’est évidemment fou et encore bouleversant, on adore !


Martin Parr n’est jamais bien loin !

Ensuite ma contribution est de prendre en photo chaque enfant parrainé par les Hirondelles de l’avenir, ils sont ici plus d’une cinquantaine, Sophie et Rodrigue les connaissent tous, leur prénom, leur vie, suivent leur parcours parfois depuis 10 ans, et surtout ils s’assurent qu’ils sont toujours scolarisés, Sophie a un petit mot pour tous, les prend en vidéo, les incite tous à continuer à aller à l’école ce qui devient problématique pour les filles devenues adolescentes, elles sont mariées, enrôlées, forcées à travailler pour leur famille. Le travail et l’engagement de Sophie sont époustouflants.

Et tous les autres ... 
24
24

Même accueil de chants, de danses au bruit des tambours joué par des ados, ici il y a des petits mais aussi des plus âgés, des jeunes filles graciles, des « beaux gosses », ça s’éclate comme au bal, même la Soeur danse le zouk et puis tout d’un coup tout le monde quitte en courant la salle des fêtes, c’est l’arrivée du PADRE, on n’existe plus, une rock star n’aurait pas fait mieux...

Appelé PADRE mais en fait archevêque de toute la région, c’est lui qui a monté cet orphelinat, il arrive en éclatant de rire, embrasse les enfants (et moi aussi 😊), fait 3 pas de danse... le charisme d’Obama, la joie de vivre, l’oeil pétillant : l’intelligence, on est immédiatement sous le charme de cet homme.

Tout le monde se calme et l’écoute religieusement, plus un bruit le PADRE parle : il rappelle aux enfants que nous vivons dans un pays froid, que nous avons traversé les mers pour venir les voir eux, que là où nous vivons nous pensons à eux, la preuve nous sommes là pour les aider, en leur donnant accès aux études, en leur donnant les moyens d’apprendre, parce que oui ils ont une vie un peu difficile en ce moment (sic) mais que ça peut changer grâce à l’éducation et l’argent que nous leur apportons.

Il est question de Dieu, (un peu), mais surtout d’amour, de chaîne, de partage, de remerciements et il passe l’autre moitié de son discours à leur expliquer qu'eux aussi quand ils seront grands ils devront aider les autres, tout ça dans un grand éclat de rire ! car il ne fait aucun doute dans la tête de cet homme que tous ces enfants s’en sortiront et continueront la chaîne d’entraide commencée par Sophie et tant d’autres... et quand je les vois tous, joyeux et déterminés je me dis que oui c’est possible grâce à nos dons et aux parrainages.

Tout ça n’aura duré que 5 minutes, l’art du discours !

Paul a dansé avec tout le monde et trouve le discours du PADRE très émouvant, drôle et joyeux.

« PADRE »

Alors allez-y parrainez, donnez aux « Hirondelles de l’avenir », ça marche !

PS: Pour les meilleurs, ceux qui ont de bons résultats scolaires l’association continue à les suivre et leur procure des bourses pour venir faire leur études en France.

Sur Facebook pour les dons : Hirondelledelavenir

Par mail pour le parrainage : hirondelledelavenir@hotmail.fr

Un selfie avec un saint ... je n’ai pas résisté 
25
25
Publié le 28 novembre 2017

« Merci pour tous vos commentaires, maman et moi on adore vous lire, nous sommes très contents que vous soyez intéressés et nous esperons que peut être une fois certains viendront avec nous. »

On adore aussi les commentaires qui nous font rire car ça nous nous manque un peu tout ça...

Merci à « Marrrie Therrrèse » pour sa playlist là tout de suite j’écoute The Kills : last goodbye et j’adore 😊

Chambre 8, hotel les Routiers de Parakou 
26
26
Publié le 29 novembre 2017

De la route on commence à saturer ! Nous sommes à Natitingou et on doit retraverser le pays dans l’autre sens, descendre au Sud, d’autres orphelinats nous attendent à partir de jeudi.

2 jours de voiture, d’hôtels improbables Boubou me dit qu’il vaut mieux en rire et qu’il voudrait retrouver le luxe de notre chambre du Lion à Porto, c’est dire...

la preuve en images :

A Djongou, Hôtel Donga

chambre 122 
Reception et chambre 

À Abomey, l'Hôtel Carrefour doit son nom a sa situation : sur un rond point, là on atteint des sommets ! On prend la suite à 20€, clim et wifi.

La réception match de foot à fond et guirlande de Noël, c’est vrai on avait oublié avec Boub, c'est bientôt 
Suite 300 avec écran plat, kiki on t’attend...
• • •

Sur la route:

Beaucoup de brousse, des baobabs, des trous, des petits villages avec leurs mosquées très colorées partout, partout, et des centaines de dos d’ânes qui ralentissent énormément la cadence.

Un 1er arrêt: le moteur chauffe j’entends le mot joint de culasse ??? On remet de l’eau, on retire une bestiole du radiateur, on repart, oufffff.

Nouvelles chaussures à 2,50€ dommage 2 clous me transpercent le pied droit.

Pendant ce temps Olivier N’Goma chantonne :

« Quand l’homme est content c’est le bonheur à la maison, si tu es sérieuse je t’offre une voiture et te donnerai une maison si tu es gentille... dans la maison il y a de la joie quand l’homme est content... si l’homme est content tes désirs sont réalisés.... quand l’homme est content, content, content.... »

Paul la trouve très sexiste cette chanson, suis très fière il est bien élevé mon garçon 🤗

Paul continue : « c’est considérer cette femme comme sa bonne. Cet homme veut se satisfaire lui seul. »

Olivier N’guema continue de chanter :

« Quand il rentre à la maison fatigué de sa journée de travail il faut qu’il soit content car alors il fait des promesses, Chérie si tu veux voyager je t’amène à Paris et si tu es sérieuse....etc...

« C’est un peu trop facile » continue Paul. 😜

Barnabé lui dit que si c’est bien, ce sont des conseils pour les femmes (sic) pour avoir la paix !

Paul rit et dit que non c’est quand même sexiste.

Remarquable !

🙊 Zen, Je ne suis même pas intervenue 🙌🏻

Bon Demis Roussos, le Zouk et les chants chrétiens, on commence à craquer, on décide de faire découvrir à Barnabé notre musique. On commence par M « Lamomali » pour rester dans le ton, évidemment gros succès Barnabé adore, (je rappelle que Barnabé aime les chanteurs à texte) on enquille sur la Callas, bon c’est moins entraînant on change, Vinicius de Moraes.. Coldplay il tapote sur son volant, emballé, un peu de Sébastien Tellier 😊

Mais un moment d’égarement et 🚌🎼🎼🥁 « ...Souffrir moi pas souffrir aimer moi plus aimer confiance moi pas confiance mama doue père de mes enfants pourquoi tu m’as fait ça...aimer moi pas aimer trahir moi pas trahir 🎼🥁

🤭 J’en peux plus 🤫🤐

27
27
Publié le 1er décembre 2017

On continue en traversant des champs de Tecks, de bananiers et puis des rizières, les palmiers ont remplacé les mosquées c’est magnifique, mais la réalité de ce pays, de tous ces enfants nous rend un peu tristes...

• • •

Arrêt au bord d’un lac pour déjeuner au même moment on voit la transhumance des bœufs, « vraiment paisible ».

• • •

Et nous arrivons à l’orphelinat de Houeyogbé.

En fait nous sommes chez le maire du village qui a regroupé pour l’occasion tous les petits orphelins chez lui sur sa terrasse. Il nous fait en baillant un speech dans son salon sous la peinture d’un lion, à côté de lui un immense écran plat retransmet en direct les infos du jour où l’on voit Trump s'exciter sans le son, c’est irréel !

le maire du village 

Accueil par des « mamas » et on danse, on danse et toujours distribution en main propre, des petits paquets pleins de surprises pour les enfants, c’est touchant et toujours émouvant évidemment...

Après 3h de distrib on repart à Porto chez nous... allez 2h de route, Barnabé a rempli la glacière de glaçons, cocas, bières, Fantas, bananes... on est parés.

Paul est exemplaire pas un mouvement d’impatience sous cette chaleur accablante, il a même eu le droit à une petite ovation de tous les enfants : Mercciiiii Paauuullll !

« Trop bien » 👏🏿👌🏿👍🏿👏🏿

28
28
Publié le 2 décembre 2017

Fin du voyage - Terrible nouvelle

Notre Marie-rose nous a quittés très subitement ce matin... nous rentrons immédiatement à Paris épauler Daddy. Sommes bien bien tristes.

29
29
Publié le 22 décembre 2017

Oups 😬 j’avais oublié d’appuyer sur le bouton... c'était il y a 3 semaines :

Nous n’avions pas fini notre voyage quand nous avons dû rentrer à Paris mais l’essentiel avait été fait...

Ce vendredi là, une fois encore j’ai fait mon job en photographiant ces petits visages sérieux à qui on demandait encore de sourire quand ils avaient peut-être envie de pleurer, à qui on demandait d’aller à l’école et de bien travailler... mais est-ce vraiment une priorité quand on n’a même pas de quoi s’habiller et qu’on dort par terre ?

Ça me paraisait dérisoire, inutile et complètement à côté de la plaque...

Marie, arrivée à 1 jour

Alors que non, en fait c’est très important pour eux, ils sont courageux tous ces enfants que nous avons croisés, très, très courageux ils ont envie de s’en sortir et sur un tableau noir dans l’arrière cour une petite chanson illustrait ce courage.

• • •

Fin de l’aventure très précipitée et pas bien le temps de dire au revoir 👋👋 au pays... on pense que ça va nous manquer tout ce bazar, on s’y était bien faits et puis ces hirondelles elles apportent de la joie partout, une petite goutte de joie mais de la joie et de l’espoir, et nous avons été très heureux d’avoir pu y participer.

au revoir Manane... 
Bye 👋
30
30
Publié le 26 décembre 2017

Nous n’oublions rien de ce que nous avons vécu mais reprenons bien vite nos habitudes... à Paris, avant Noël, c’est le grand écart...

Pour Paul ce voyage était « merveilleux et ennuyeux, beau et laid, dur et très joyeux ». Constamment balancés entre le plus et le moins, nous nous sommes adaptés et de ça je suis très fière, fière de mon Boub toujours partant, actif, serviable et de bonne humeur, un merveilleux compagnon de voyage ! « Et quelle chance aussi d’avoir eu Barnabé avec nous »

Et comment oublier quand je reçois... quasi quotidiennement des messages de Barnabé « pour me plonger dans le souvenir du pays » : des petites chansons, des poèmes, des citations sur le christ, Jésus, l’amour et la joie... ça me réjouit !

• • •

Alors notre prochain départ est le 11 janvier, visas, vaccins, hôtels, yoga, guest house, Orchard Farm, tout est prêt, booké, planifié et n’attend qu’à être bousculé par les imprévus de la vie indienne !

Nous sommes prêts et très contents de repartir. Un mois à Pondichery, cette fois pour travailler aux champs dans les fermes communautaires d’Auroville, un tout autre trip !


Allez je ne résiste pas...

si ça pouvait marcher !  
31
31
Nous y voilà 

Je ne sais pas bien par quoi commencer... depuis notre arrivée tout est bizarre et pas bien simple

Pourtant j'aimais l'Inde avant !

Sur la route pour Pondi arrêt au Shore sea temple à Mahabalipuram c'est beau, la route borde des palmiers, paisible, on s'endort un peu.

Arrivée fin d'après midi au 1er hôtel à Pondichery, 1ère erreur, ancienne maison indienne sûrement très belle car tout le hall est pris d'assaut par un groupe qui écoute fasciné une conférence sur ladite maison et nous empêche de nous enregistrer à coup de "Chuuuut" excèdés, ça tombe bien nous elle nous donne trop le cafard cette baraque, c'est tout sombre, tout triste, tout petit, on deal un changement d'hôtel de la même chaine et nous voila repartis en dehors de la ville à l'hôtel Dune, un ovni au milieu de la plage.

La chambre est grande comme un petit studio, jolie toute bleue, mais pourquoi l'éclairage est encore au néon du coup c'est un peu cafardeux... on y accède en bicyclette car le domaine est grand, on va dîner au très bon restaurant, bonne ambiance, Paul adore la cuisine indienne yeahhh ☺

Chambre surhia au Dune hôtel 
Sur la route, plein de petits temples très colorés avec des gens très concernès dedans...

On passe le week end à Dune au bord de l'eau, massage, baignade, piscine, coolitude. Paul vient me chercher en disant : "viens voir quelque chose d'incroyable !" Et là une énorme tortue sur le bord de l'eau, vraiment dingue de voir ça !

Au bout... La mer chouette !
Dune  
32
32
Publié le 22 janvier 2018

Grâce à Martine - amie d'amie d'amie - nous sommes invités très gentiment Paul et moi à un vernissage puis à une mojito party puis à un dîner avec une petite bande de français vivants à Pondichery et bien heureux de l'être, tout ça est très bien Paul est à l'aise, il mange des pâtes bolognaises et nous des cigales de mer, good, on commence à prendre nos marques.

"L'exposition semblait un peu comme un rêve, c'était un mélange de réalité et de photos imaginaires"

Vernissage 

Dimanche

Après un dernier bain à Dune, balade et déjeuner à Pondi, promenade dominicale en bord de mer, plein de couleurs, plein de monde, plein de vent, des foulards s'envolent, des ballons... "une belle ambiance pour les touristes" il fait très bon dans ce pays, pas trop chaud, du vent et la mer.

Il est 16h00, nous voilà prêts à aller nous installer à Auroville où nous sommes attendus à Vérité Guest house.

Notre chambre 

Bon alors là, la question est POURQUOI ?

. Pourquoi tout ce qui est healthy, zen et engagé est forcément moche ?

. Pourquoi quand on est en Inde où tout est si coloré, si délicatement sculpté, si délicieusement kitch, la norme européenne est toujours triste et grise ?

. Pourquoi il n’y a pas d’eau chaude le matin mais juste le soir, hein ?

. Pourquoi les cours de yoga sont à 5h00 du matin ou 6h45 quand il fait nuit noire et froid ? (déjà on trouvait que le potager pour Paul à 7h00 c’était raide) ! Ben donc j’irai pas au yoga, c’est con en Inde !

. Pourquoi au dîner qui commence à 18h30 et où nous arrivons à 19h30 (donc plus rien) il y avait du chou rouge, des feuilles de laitue et des pennes froides et pas un bon curry ? "C'était très moyen"

. Et ça oui Pourquoi j'ai bêtement demandé ce qu'il y avait à boire ? on m'a répondu eau et tisane - ah pas de bière 😬 ? Non, ni alcool ni cigarettes "c'est conscencious ici" me répond le monsieur sans l'ombre d'un sourire.

Bon ben je vais pas non plus venir là pour déjeuner.

Buffet du dîner 


. Pourquoi doit-on forcement être sinistre quand on est baba cool ??

Et puis avec tous leurs accents là, canadiens, allemands, indiens, tout ça en anglais 😳😳 on ne comprend riiiien avec Paul, du coup on parle avec personne, too bad pour la communauté !

Alors la vrai question oui c'est pourquoi pourquoi j’ai eu cette idée d'Auroville ? 🤨😣🤭

Paul s’inquiète et ne se sent pas très bien... j’en suis désolée suis complètement d’accord avec lui cette chambre sans salle de bain toute rikiki "c’est vraiment pas terrible" et "le reste non plus", bon mais il y forcement de trucs bien peut être même formidable sinon on ne serait pas venu hein ?

Paul me dit qu'il ne faut pas baisser le bras, il a raison mon petit gars, mais va falloir vite trouver les trucs bien, très vite...

Alors demain on va essayer de changer de chambre (notre sport principal) et puis on fait du vélo, on loue une mob, on essaye de comprendre et de s'intéresser à Auroville, on va se balader dans la forêt, on va se baigner à la plage, et ça ira mieux et dès mardi Go to the Farm.

Paul a le dernier mot: "Quel bled !" 😆 Suis bien d'accord avec la grosse !

33
33
Publié le 25 janvier 2018
7h00 du matin Auroorchard farm 

Alors voilà pourquoi nous sommes venus de si loin, jusqu'ici...

Il est 6h30 nous partons boub et moi en scooter à travers la forêt et les champs rejoindre "Auroorchard farm" le plus ancien domaine d'Auroville, pour travailler comme volontaires.

On traverse des petits villages, le soleil vient à peine de se lever il y encore de la brume, on est les rois du monde !

Arrivés à Auroorchard, Christian (que je n'avais eu qu'1 fois au téléphone il y a 2 mois) nous accueille avec naturel et gentillesse comme si nous étions attendus, et nous met direct au travail avec une équipe d'autres volontaires travaillant ici depuis quelques temps, car dans cette "ferme" on vient quand on veut depuis toujours et autant de fois qu'on veut, sans planifier.

Donc Alma, anversoise ravissante, 21 ans, est là depuis 3 mois, Thibault, la petite trentaine canadienne depuis 3 jours, Alain lui depuis 20 ans et ça se voit à ses dreadlocks grises jusqu'aux pieds, ses lunettes rondes, son débardeur rose indien, il nous explique très précisément nos tâches du matin.

Tout ça est très simple mais minutieux, l'endroit est magnifique il y a de la douceur dans l'air, c'est très calme et au loin on entend le chant lassif d'un chamane. Paul trouve ça "très intéressant de découvrir et travailler dans la nature, on se rend compte que le jardinage demande beaucoup d'ordre et de précision c'est même maniaque". C'est vrai que tout est d'une minutie incroyable et c'est très délassant, même le désherbage.

Voilà, on bine, on butte, on arrache, on tasse, on sème, on coupe... et puis à 9h00 on nous annonce LA pause à coup de cloche ! La pause est en fait un petit déjeuner servi sous un arbre, café (enfin !) massala thé, pain, confiture maison, yaourt indien, petites spécialités du coin, fruits... c'est trop bon tout ça et tellement bienvenu ! levés depuis 5h30 on a faim 😋, très faim même, tout ça prend presque une heure on discute on discute mais il faut y retourner.

Bon, il est 10h00, le soleil est là et moi maintenant je m'occupe du compostage 😬, c'est moins drôle mais comme dit Paul très intéressant toutes ces brouettes de bousses de vaches, fientes de poules et branchages à entasser, Paul lui a plus de chance il aide à élaguer, chacun son job.

Il est 12h00, on est bien fatigués mais tout contents de cette nouvelle expérience c'est vraiment vraiment bien, (si seulement on pouvait commencer à 8h00 ... 😁 ça serait juste parfait).

Alors à ma question POURQUOI d'il y a 4 jours, nous avons la réponse, pour tout ça, yeahhh !

Auroville commence sérieusement à nous séduire, si ce n'est cette vilaine petite chambre que l'on ne peut pas changer, mais tant pis on n'y reste jamais très longtemps, là on prend nos maillots et hop à "Serenity Beach".

Petite plage de pêcheurs où parait-il on déjeune très bien, on y accède par la route des palmiers qui porte bien son nom car il y en a des milliers, c'est magnifique.

Donc oui chez Theevu, on déjeune super bien de poissons grillés et de calamars frits qui nous rappellent "chez Anna" le rêve.

Voilà il est maintenant 16h00, après un bain on attrape vite fait un rikshaw pour aller au cours de méditation : "Heart energy meditation" avec Suryamayi (ben oui on est en Inde).

Ensuite dîner et au lit, on est claqués avec tout ça.

A demain 🙈
34
34
Publié le 25 janvier 2018
Verite program 

La méditation avec Suryamayi se fait dans une très belle maison à coté de Vérité Guest house, nous sommes une dizaine, que des visages nouveaux, le cours doit être réputé enfin j'espère car Paul est venu avec moi et ça dure 1h30.

C'est une méditation active, on fait plein de mouvements différents censés nous détendre pour accéder à un état méditatif, je connais bien ça car c'est un des principes du kundalini yoga, Paul suit hyper bien l'affaire, très concentré, très sérieux même pour l'exercice du "Tantra blanc", qui est loin d'être évident il a été parfait. Le principe du Tantra Yoga Blanc est le suivant : il se pratique par deux, on s'assied face à un partenaire et on se regarde dans les yeux pendant... très longtemps ! évidemment sans bouger, sans éclater de rire, sans fermer les yeux... c'est pas si simple et bien nickel on a tenu mieux que certains que l'on entendait glousser derriere nous.

Voilà l'heure et demi est passée hyper vite et quand on nous demande à tour de rôle nos impressions après le cours paul répond: "I feel good". J'adore ! so proud, and me, I feel happy. Et en sortant du cours il me dit : 😅 "Je pense que, si tu veux bien, je ne vais pas refaire tout de suite de la méditation..." 😉

Ce bâtiment de Vérité Program est réservé aux bureaux et aux cours, j'ai quand même demandé si il n'y avait pas une petite chambre libre qui trainait mais non il n'y loge que le personnel ! Les blaireaux vont dans les maisons de schtroumpfs à coté, alors je redemande encore une fois, pourquoi ?

Dommage je m'y serais bien vu là 
35
35
Publié le 26 janvier 2018

Aujourd'hui c'est la fête nationale donc pas de jardinage ce matin, on se réveille à 10h00, ça fait trop de bien. On dej vegan sur la route et on part en scooter à travers Auroville, les palmiers et les villages, se baigner à la plage on est quand même assez fiers de se débrouiller tout seuls pour le chemin, Auroville est un vrai casse-tête, tout se ressemble les routes ne sont pas indiquées elles sont en sable en terre ou barrées et pleines de vaches !

Alors la plage... c'est une plage de pêcheurs, elle est propre, elle est chaude il est 14h30, je commence à me déshabiller et je me rends compte que tous les gens dans l'eau sont habillés !

Ils sont en tee-shirt au pire des cas, alors je garde ma robe, j'attends Boub qui est allé se balader au bout de la plage et j'ai très chaud...

Paul revient, aide les pêcheurs à mettre leur bateau à l'eau et j'hésite encore moi à me mettre en 2 pièces Princesse tamtam sur cette plage à majorité masculine.

Bon Lou que j'ai à l'instant sur WhatsApp me dit qu'une blanche de toute façon c'est exotique pour eux alors tee-shirt ou maillot faut y aller. Ok j'y vais.

Ça se passe très bien tout le monde s'en fout et si les Indiens nous regardent c'est parce qu'on nage, car eux jouent et se trempent au bord mais personne ne nage, on pense qu'ils ne savent peut-être pas et qu'on a de la chance nous de savoir.

On reste deux heures à regarder la plage se remplir de familles entières venues prendre le frais, de bandes de potes, de couples, d'enfants qui s'éclatent et nous on passe une bonne journée, on va y aller, le temps de se perdre un peu je veux rentrer avant la nuit et faire les valises, car bonne nouvelle demain c'est samedi et après le jardinage on part à Pondichery passer le week end à l'hôtel, se faire chouchouter, prendre des douches chaudes, aller à la piscine, boire du coca et de la bière, yeahhhh

36
36
Publié le 28 janvier 2018
Palais de Mahé 

Réveil au Palais de Mahé definitely

luxury is good !

Il est 9h00 et même pas besoin de se reveiller yeeessss !
37
37
Publié le 30 janvier 2018

...à Pondi, c'est le bord de mer avec des régates - optimistes et lazers- , les marchés du dimanche sur les trottoirs, c'est la ville blanche, la ville noire...

c'est le fameux Pothy's, magasin de tissus sur 4 étages 🤗!!! où il y a tellement de tissus chamarrés, brillants, d'écharpes, de guirlandes, de saris multicolores que Paul croit qu'ils fêtent encore Noël...

Mon Boub a été remarquable, suis restée 1h30 à choisir serviettes de toilette à fleurs et tissus rayés.

Chez Pothy's 

Pondi c'est des restaurants dans des cours de maisons débordantes de fleurs, c'est vivant, gai et toujours incroyablement bon, on est aux anges.

On revient plusieurs fois par jour arpenter le bord de mer qu'on adore, et où l'on se fait prendre régulièrement en photos : "selfie, selfie,selfie mam", c'est reposant, car la ville est très très bruyante.

Voilà nous sommes requinqués pour attaquer une nouvelle semaine a Auroville, même si l'idée du réveil à 5h45 nous plombe encore un peu (c'est drôle en fait, c'est faux ce qu'on dit on ne se fait pas à tout ).

• • •

Comme on a de la chance un jour de promenade à Auroville on découvre le Mango Hill hôtel, très joli petit hôtel, plein d'expats, une merveilleuse piscine et une bouffe de dingue, il reste juste une chambre, on réserve tout de suite, "trop de chance, il est ravissant cet hôtel" me dit Paul, donc c'est sans l'ombre d'un regret que ce soir nous ne retournons pas à Vérité mais arrivons tout contents au Mango Hill, YESSSS.

le Mango Hill hôtel 

et comme notre chambre est sur les toits nous voyons couchers de soleil et la mer au loin, Paul jubile.

Vue de la chambre 27 
38
38
Publié le 31 janvier 2018
Plant de tomates Aurovillien 

Aujourd'hui c'est jour de cueillettes, nous sommes en charge des citronniers.

Donc les consignes là encore sont strictes, en aucun cas on ne touche aux fruits dans l'arbre 😳 ah bon ? non on ne ramasse que les fruits tombés, si par hasard un citron très très jaune nous parait mûr on peut lui donner une petite tape à l'aide d'un bâton et si il tombe bingo ! surtout ne pas tirer dessus ni secouer l'arbre ça ferait tomber les fleurs et donc pas de fruits... ohlala une grosse honte monte en moi quand je pense à la manière dont je maltraite mes citronniers en Corse, comme je tire dessus, comme je les bouscule 😬

30mn après une brouette entière 40 kilos de citrons, on les trie et on passe aux tomates.

Alors là c'est magnifique !

Quand le plant de tomates commence a pousser pour le maintenir à la verticale en Corse on trouve un vieux bâton un bout de ficelle et on accroche comme on peut.

Ici, on prend la ficelle et le noeud est obligatoirement un noeud de chaise ! (comme tout marin qui se respecte, on sait qu'il ne comprime ni ne coulisse et se défait facilement)

Donc voilà j'ai du réapprendre pour la centième fois comment le serpent sort du puit, s'enroule autour de l'abre, etc, etc... et j'ai fait toute la rangée.

Alors l'été prochain sur le port de Centuri, serai imbattable à l'amarrage, YEAHHH suis contente de mon voyage en Inde !

"Ce noeud de chaise c'est difficile et barbant" dit Paul "mais il fait très bon vivre dans cet endroit"

Pour revenir aux tomates, une fois le noeud de chaise fait, on entortille la ficelle délicatement à la tige et on la tend à la verticale pour l'accrocher à un câble qui surplombe tous les plants de tomates.

Voila c'est un peu fastidieux à raconter et sûrement à comprendre mais le résultat est très joli et ça m'a fait du bien de réviser !

Pendant ce temps Paul aidait a préparer le terrain avec les ficelles car je ne vous le raconte pas mais là aussi il y l'art et la manière d'Auroorchard.

Voilà la matinée est finie, chouette il commence à faire chaud, on file au Mango se rafraichir a la pistoche et manger des pâtes à la bolo, super ! "Cet hôtel est vraiment charmant, c'est génial de faire un voyage en Inde"😃

39
39
Publié le 1er février 2018

Merci, merci pour vos commentaires, vos conseils, votre intérêt comme toujours cela nous fait du bien car comme l'a compris ma douce Anne, derrière toutes ces (jolies) photos on a eu au début un gros blues.

Il faut de l'énergie pour organiser notre bien être... kiki a raison on a quand même des goûts de luxe et l'habitat du baba est résolument moche et plombant, on s'est rendu compte avec Paul que les lieux où nous dormons sont excessivement importants pour notre moral, pas du tout en terme de luxe on veut bien du simple mais on a besoin d'un minimum de beauté, pour le reste on arrivera toujours à s'intégrer.

Chambre 27, une cabane sur les toits avec vue sur la mer et la pleine lune  

Pour ma Gline, le matin à 6h00 quand nous prenons café et lait chaud il fait encore nuit noire et le temps de s'habiller le jour se lève ce qui heureusement nous permet d'y aller en scooter.

6h30 
7h00 Le temps d'arriver à la ferme il fait bien jour 

Aujourd'hui cueillette de "wings beans", de citrons, de salades... et tri de la collecte du matin c'est mon moment préféré on trie, on pèse, on empaquette.

et voilà le lemon grass est en petit tas bien ficellés, les citrons rangés, maintenant petit dej 

Ensuite désherbage, on est en bande, ça discute, c'est cool j'apprends plein de trucs car je suis à coté du boss (éric) et malheureuse que je suis, je réalise que je ne suis pas du tout dans une ferme de permaculture mais dans une ferme agro-écologique ou ferme organique... c'est bon à savoir !

Eric et Alain organise l'irrigation des salades sans toucher aux tomates ! Alma et sa   grelinette et Paul en plein désherbage
Les salades, lemon grass, piments, potirons, maïs..et ici les mauvaises herbes sont des fleurs, trop chic ! 

Voilà ma Gline des idées pour ton jardin mais il faut un peu de main d'oeuvre.

40
40
Publié le 2 février 2018

"Cet endroit était indispensable ça faisait du bien d'y être. C'était beau, toute l'équipe vivait en harmonie en plus d'être très drôle. Ils vont nous manquer, on a vraiment bien aimé. Christian et Erik nous disent qu'ils vous nous regretter aussi, qu'ils nous attendent quand on veut et nous on aimerait bien un jour y retourner."

Petit dej chacun son coin 

Voilà Paul a tout dit, c'est la fin de l'aventure Aurovillienne et c'est une réussite, on se fondait bien dans le paysage à la fin, et quand je dis à Christian les difficiles réveils de 5h45 il me répond qu'il envisage peut-être de commencer à 8h00 🤗, alors vraiment plus rien ne nous retient d'y revenir un jour.

Alors oui j'ai des courbatures, un peu mal au dos, mal aux mains surtout qu'aujourd'hui j'ai taillé des petits arbres et c'était beaucoup plus dur que d'empaqueter du lemon grass, j'ai le genou gauche qui a bizarrement enflé 🙁 j'ai des ongles épouvantables... mais je sais faire une pelote de ficelle (très belle toute ronde) d'un écheveau de 10m sans l'emmêler en 10 minutes chrono, je sais maintenant que les poules ne pondent que pendant 2 ans après c'est pour le curry, je sais désherber, tailler, cueillir, je sais mulcher, pailler et composter, je sais greliner, faire des noeuds de chaise... donc je suis contente et ça valait la peine, même si - et ça je vous entends déja - ne va pas forcement me servir à Paris. Paul 19 ans, même traitement, n'a aucune courbature, c'est beau la jeunesse !

Maintenant on part avec Boub une semaine à Pondi, pour se la couler douce, avant de rentrer à Paris.

41
41
Publié le 3 février 2018

Alexandre qui devait venir nous rejoindre est coincé à Paris pour un problème de visa, le micmac sans fin de changements d'hôtels pour trouver des chambres libres dans une ville bondée n'aura servi à rien 👏🏾😩 et l'intérêt pour Paul de rester à Pondi sans son père encore 8 jours n'est pas évident, donc... Paul rentre mardi matin avec des amis français qui retournent en France retrouver famille, chat, amis, et grisaille mais moi je reste encore un peu, pour honorer toutes ces chambres d'hôtels réservées avec passion (et patience) et que je ne peux plus annuler, pour aller voir un orphelinat pour qui je me suis engagée à prendre des photos et surtout pour le plaisir car j'adore cette ville, évidemment avec Alex et Paul ç'eut été plus fun... ils vont me manquer (et je ne parle pas de ma Loulou !).

42
42
Publié le 4 février 2018

Ce matin j'emmène mon très chic Paulo au marché, je jubile ! Je lui explique que quand je voyage c'est ce genre d'endroit que je préfère et où je passe un max de temps, cette fois ci j'ai passé mon temps à la ferme, c'est très bien mais si je peux revenir à mes premières amours le temps d'un week end avec lui c'est le Nirvana.

Paul adore aussi YESSS, il m'aide à choisir des masques pour les petits orphelins de la semaine prochaine et mes couleurs de sacs (0,25€), j'achète aussi des petites pochettes en tissus, des pinces à linges aux couleurs démentes, car oui le luxe se niche dans ce genre de détail... Paul demande le prix d'une icône de Jésus, et moi de petits verres gravés, il y des gros tas de fleurs fraiches tellement fluos qu'on dirait du plastique, c'est dément. Tout ce qui est vendu est en couleur et quand ce n'est pas le cas (genre vendeur de noix de coco) l'échoppe est peinte en rose, vert, bleu, voilà pas de jaloux !

Ça je ne sais pas du tout ce que c'est ? 

1h30 après on part en rickshaw à la plage où les coquillages ont les couleurs de la gamme "Farrow and Ball", la classe !

Le temps d'un massage et on partira pour notre dernier dîner à la trendy Villa Helena

"On a passé une vraiment bonne journée, pas vrai?" me dit Paul, "Ah si, suis toujours, ben d'accord avec la grosse !".

43
43

Comme nous avions Barnabé notre ange gardien au Bénin, nous avons à Pondi, Martine. Bonne fée qui veille sur nous, de très près. Pas un jour sans un coup de fil pour s'assurer que nous allons bien, elle nous fournit en adresses et bons plans, avec sa bande nous sommes invités à les rejoindre à la plage, à un concert, à un vernissage, à un dîner, à la piscine.... nous déclinons avec Paul beaucoup d'invitations car nous ne tenons pas la cadence de ces dames en pleine forme.

Terrasse rue La Bourdonnais 

Mais avant hier nous allons à une "party" sur la ravissante terrasse toute illuminée, enguirlandée de Martine en plein coeur de Pondichery, c'est la pleine lune, il y a du monde, du pastis, du vin rouge, rose, blanc, des mojitos, des petits fours et une marmite de fruits de mer à la noix de coco à se damner ! car en plus Martine est un cordon bleu, son amie Crapette, elle, est plutôt sucré donc énorme flanc au caramel, Paul boit du vin blanc, fait le service, se sert et se ressert... ravi.

La playlist et l'ambiance sont digne des soirées du Cap mais on part les premiers - rapport à l'heure du réveil - et pas question d'arriver encore éméchée devant mes plants de tomates. Quand on sort, France gall hurle "résiste, résiste....", ça nous fait bien rire.

💡J'apprendrai le lendemain qu'ils ont terminé assez tard et que Martine distribuait à ses invités des petits cachets pour éviter la gueule de bois du lendemain...!!! donc oui évidemment ma Mawi-Thewez je m'empresse de me renseigner sur ces cachets pour l'été prochain. Si seulement ça pouvait t'aider à reboire de la vodka ! 😀🍸🍾 !

44
44
Publié le 6 février 2018

👩🏼 :" Please please, may I have three chapatis ?

Mon geste suit ma parole et montre trois doigts.

👳🏾‍♀️: Ok mam, two chapatis

👩🏼 : Bein non, three 😳

👳🏾‍♀️: Srrrri ?, thri ??

👩🏼 : Look, we are three, so yes three chapatis 😫

👳🏾‍♀️: Thrrrri 😶?? Aaaah TRI💡

👩🏼 : YEESSS, tri chapatis pliz👌🏽

👳🏾‍♀️: Ok mam tri chapatis

👩🏼 : Voilà, thank you 🖕🏼


🙏🏾 et tout est comme ça 🙏🏾

3 mn après arrivent 3 délicieux chapatis, oufff j'aurai pas à recommander 3 naans... heureusement nous étions souvent "tou" au resto et maintenant que je suis "ouane" ☝🏼c'est encore plus simple - simple mais triste 😔

Boubou I miss u so much !

Le resto toute seule c'est la loose, on a l'impression que tu viens de débarquer, que tu n'as pas d'amis, pas de mari, pas d'enfants... ce qui est loin d'être mon cas, mais je ne vais pas raconter ma vie à tout le monde.

Dans les restos indiens pas de bière, pas d'alcool, pas de clopes... mais de l'eau "vivante", concept Aurovillien 😶 pas toujours funky l'indien !

45
45
Publié le 7 février 2018

Martine en a assez de Pondi et me propose une escapade à Gingee, site archéologique à 1h00 de voiture, "et prends ton maillot, après on ira se baigner chez mon frère qui a une maison de campagne dans le coin".

Ah bon ?? dans le coin ! Ça tombe drôlement bien dis donc ! Moi mon frère il avait une maison de campagne à Auffargis.

Il fait nuageux aujourd'hui donc parfait pour les sites qu'on traverse doucement en se prélassant, il n'y a pas un touriste que des singes, c'est très beau.

Comme souvent à travers les ruines, apparait un petit temple où des chamans vous bénissent en faisant une "pûjâ", cérémonie d'offrande, ici pour Shiva, dont tu sors avec des marques rouges sur le front et des petits présents : des fleurs, un petit paquet ou ici carrément des feuilletés aux légumes ! c'est délicieux, il est midi, ça tombe à pic! (c'est con je me le suis fait piquer illico par un singe en remettant ma sandale (petite pensée pour Anne !), hilard le chaman m'en redonne un autre, very smart ce chaman).

Voilà tout ça est très joli mais on a envie de s'arrêter un peu, so...

"Please Sundrah, let's go to my brother's house - yes mam - but not too fast because i am very afraid by car - ok mam !" 😫

La maison de Jean-François donc est une ancienne maison Tamoule restaurée, dans un parc où se promènent poules, chiens (8 braques de Weimar dont la robe grise s'associe très bien au vert fluo de la pelouse...) pintades, perroquets apprivoisés, un âne ravissant, il y a aussi une gigantesque volière, une mare aux nénuphars et la piscine au loin où nous attend pour une orangeade, Gigi, la maman de Jean-François, tout ça est incroyablement beau, raffiné, calme.


Et quand on ira prendre un thé dans la maison, ça sera un peu comme si je me retrouvais plongée dans une version de Peau d'âne aux Indes... je jubile.

Gigi reste ici 3 mois par an, elle y est bien... on la comprend !

En repartant sur la route on s'arrêtera chez un antiquaire pour m'acheter une statuette de Ganesh (quoi tu n'en as pas encore un chez toi ???? Le fameux éléphant qui protège ta maison ! Ici les gens en ont minimum 20 😲 chez eux toutes les tailles, toutes les couleurs - Ben non ! chacun son truc moi c'est les saintes vierges). Voilà qui est réparé, j'en trouve un tout vieux en terre cuite qui me plait bien.

Cette journée aura été parfaite de bout en bout, mon amie est vraiment délicieuse, il ne manquait que Boub.

PS : les chapatis sont de petits pain sans levain, that's it.

46
46
Publié le 8 février 2018

... on a de la neige 😜

47
47
Publié le 11 février 2018

Ils ne sont pas orphelins tous ces garçons avec qui nous avons rendez-vous aujourd'hui mais très pauvres, l'association pour laquelle je vais faire un reportage leur permet l'accès à la scolarité et ils sont internes dans l'école.

Mais le prêtre qui en avait la charge est mort brutalement et tous ces enfants ont dû changer d'école et nous nous apercevons que le minimum de salubrité et propreté n'est pas respecté.

Comme en Afrique, leur immense pauvreté ne les empêche pas d'être joyeux, ils nous reçoivent avec des fleurs, ils sont en bandes de potes, c'est franchement le bazar, ils s'entendent tous super bien et c'est très compliqué de les canaliser devant un appareil photo tant cela les excite de se faire photographier, avec nos lunettes, avec nous, en bande, en grappes...

Nous leur apportons des jeux et des gâteaux c'est la fête, nous espérons qu'après notre venue quelques travaux seront entrepris pour améliorer leur quotidien... demain un menuisier doit venir poser des moustiquaires dans le dortoir afin qu'ils ne dorment plus dans la salle de classe ! il faudrait aussi des étagères, et des fans car les grosses chaleurs arrivent dans moins d'un mois et le toit est en tôle.

Good luck boys 

On reviendra avec ballons de foot, de basket et badminton.

48
48
Publié le 11 février 2018
Ma maison à la Villa Helena 

Ma Marie W m'offre à chaque voyage une playlist de chansons, musiques de son choix selon son humeur du moment et j'imagine ce qu'elle pense correspondre à mon voyage.

Ce cadeau est merveilleux, je ne le découvre qu'après mon départ, c'est comme une boite à surprises il y des airs que je connais mais aussi beaucoup de découvertes ( Nana Mouskouri : Hold me, Thrill me, Kiss me, des duos improbables...) c'est génial ! hier je me suis endormie en écoutant un lettre d'amour de Sagan à Jean Paul Sartre, c'est quand même la classe ! Merci merci ma Mawi 😍

PS: Bon, les Chants processionnels suis pas fan !

J'en profite à fond en ce moment où je n'ai plus de voisins Aurovilliens où je ne m'endors plus à 10h00 du soir et où je traine dans mes chambres Pondicheriennes.

Un petit tour d'horizon :

Hôtel La Villa, chambre "Gate on heaven", dernier week-end avec mon Boub 
• • •
Hôtel Dune de l'Orient 
Ma chambre monacale "Balasore" 
• • •
Villa Helena guest house 
Room 1, ma préférée je crois... 

A la Villa Helena les serveurs sont raccord avec ma chambre, et je ne suis jamais seule le chat blanc et (le moustachu a turban rose de ma chambre) veille sur moi 😂

49
49
Publié le 19 février 2018

« C’était un très beau voyage, intéressant surtout nos matins à la ferme », moi aussi c’est ce que j’ai préféré les départs en scooter dans la brume, le travail à Aurorchard et puis... on a aimé tout le reste à Pondi...

le rose partout même sur les bouts de ficelles...

mon tailleur...impec

le bon Dieu partout, toujours...

la poésie...

« Pondi c’était très gai, pauvre et très beau aussi, la plage super ! il y avait une belle ambiance pendant ce voyage. »

Bonne ambiance grâce à tous les contacts d'Aygline et Valérie sans qui ce voyage n'aurait pas été le même, grâce à Martine et sa bande, grâce à Christian, accueil, bons plans, mojitos... merci merci à tous.

Bye 
50
50
Publié le 27 mars 2018
Hôtel Rio Perdido, room 9 dans les arbres

PAUL :

Coucou, nous voilà au Costa Rica depuis une semaine.

Une semaine de vacances pleine d’action avec Papa.

On a traversé tout l’ouest vers la Péninsule de Nicoya en s’arrêtant dans le Guanacaste, au Rio Perdido pour faire : ponts suspendus, tyroliennes de jour, de nuit, on en redemandait c’était génial, Papa a adoré, vraiment très amusant et impressionnant, mais très très haut quand même...il y avait aussi des rivières à 40 degrés, beau mais beaucoup trop chaud surtout quand il fait déjà 35 dehors, les bains de boue uniquement pour maman ; papa et moi on s’amuse pas à ça...(Virginie : et moi j’aurais pas du, j’ai eu une petite allergie au visage 😬, ça m’apprendra a tout essayer.)

Voilà, le Costa Rica c’est un parc d’attraction géant

Et nos amis les singes hurleurs, devant les chambres au resto partout...

51
51
Publié le 27 mars 2018
Logarta lodge

On repart direction la mer, Nosara une journée de voiture pour Lagarta lodge.

De nos chambres très très belle vue sur la mer dans la nature, seuls au monde pas une maison en vue.

« Paddle et kayak le matin dans les mangroves, ça fait vraiment aventure de faire tout ça » dit Paul.

On apprend à notre retour que c’est plein de crocodiles ! Mais qu’on se rassure ils ont à manger donc n’attaquent pas l’homme, trop sympas les bêtes !!!

Criques, plages désertes ou de surfeurs au choix c’est la coolitude totale, Pura Vida ! mais on trouve que ça manque de restos de plage, de musique, pas trop d’ambiance, le Costaricain est sage, très sage, ils roulent à 40 à l’heure, se couche tôt, ne déjeune ni ne dîne sur la plage, ne fume pas, les mini bars sont vides, dans les chambres eau et café, Pura Vida !

Surf, Morey boogie le matin sur la plage de Guiones
52
52
Publié le 27 mars 2018
Glamping a Isla Chiquita  

On repart de Nosara pour une petite journée de voiture direction îsla Chiquita, île déserte pour pêche, paddle, snoorking...

Nos chambres sont des tentes, les singes sont nos voisins, nos terrasses leurs maisons... comme le singe est hurleur ça peut faire très peur !

Tentes 9 et 10 en hauteur c’est mieux pour le sunset

Les tentes sont sublimes, il y des bières, du vin blanc, du coca et des cacahuètes dans les mini bars, le resto s’appelle le Harry’s bar, yeessss ! on est totalement conquis.

la pêche du soir est miraculeuse, « tout le monde attrape plein de poissons sauf maman qui les nourrit au lieu de les attraper ! » 🐠🐟🐠 bein oui je comprends pas ils mangeaient tous mes appâts et repartaient sans s’accrocher a l’hameçon 😕 sauf un, très beau tout doré, le con de la bande !

Heureusement on relache tout le monde à l’eau 
Couleurs non trafiquées ça ferait presque peur

Le lendemain Isla Tortugas, bateau, snorkeling et pique-nique la base ! « les poissons étaient vraiment splendides » mais pas de tortues, grrrrrr.

En revanche, en fin de journée quand la plage se vide, petits sangliers, biches et iguanes gros comme des crocodiles 🐊 viennent tranquillement sur la plage finir les restes de fruits, très près de nous... et tout le monde trouve ça normal !🙃 Pura Vida 🦄

Bon on découvre aussi les singes araignées on aurait aimé que Lou et vous tous voyez ça... tellement ils sont drôles... et habiles !

moi j’veux être un singe !

Sinon aucune bête désagréable pas l’ombre d’une araignée justement, ni serpent, ni rien... pour l’instant.

Photo spéciale pour mon Titi ! La gamme rose  Farrow and Ball
53
53
Publié le 28 mars 2018
Aéroport de Playa Tambor 
Embarquement et réception de l’aéroport, Narcos n’est pas loin...

Voilà fini les vacances 😞 ce matin Papa est reparti pour Paris, et nous on continue notre voyage.

🎧🎸🎼 En route pour le Rancho Humo où Paul est attendu pour travailler un peu, alors on retraverse la péninsule de Nicoya vers le Nord, direction le Parc National Palo Verde, la route une fois encore est sublime, on écoute à fond les ballons la playlist de Loulou, génial! Il y a même Voulzy et Véronique Jeannot 😎 !!! beaucoup de routes de terre on se croirait dans Madmax, camions, poussière, sur des dizaines et des dizaines de kilomètres c’est sans fin 🌵 mais on adore, Paul s’endort un peu et moi je fredonne avec Véronique, Juliette Armanet, Despasito, Pink martini, Les Brigitte, L’impératrice, Fishbach...

Two on the road again and again 

On arrive au ranch en fin d’après-midi on se croirait en Afrique c’est grandiose et magnifique vivement demain!


Vue de notre chambre, la classe !
54
54
Publié le 29 mars 2018

6h00 du mat - rendez vous avec Santiago pour la traite des vaches.

Santiago ne parle qu’Espagnol il explique avec ses mains la technique à Paul. A le voir faire ça paraît évident, dans la pratique beaucoup moins quand un geyser sort du pie de la vaca sous les mains expertes de Santiago, Paul et moi arrivons à un tout petit jet, voire à rien 🙁 bon on expérimente, on essaie de palper, de tirer, de bousculer tout ça et ça vient ... et puis plus rien 🤨 on change de pie mais pas très concluant... « c’est énervant quand Santiago le fait ça sort hyper bien », alors Paul recommence et recommence, il change plusieurs fois de vaches 🐮 et ça y est ça marche 👌 on laisse un peu de lait pour tous les petits qui attendent sagement qu’on arrête de tripoter leurs mamans !

« C’est très amusant quand même » me dit Paul, et là encore suis bein d’accord avec la grosse !

A deux c’est mieux... 

Ensuite on passe le lait dans une écumoire et évidemment on veut le goûter, c’est un peu tiède, Paul le trouve très bon, (moi je crois que ça me dégoûte un peu le côté non pasteurisé...) allez on y retourne, il y a toute une étable à traire !

Ça fait deux heures qu’on y est, Paul voudrait bien rester mais on a un tour organisé sur la rivière avant qu’il ne fasse trop chaud, pour voir crocodiles, birds and parrots, pas trop dur le volontariat au Rancho Humo !

Demain Paul revient et restera toute la matinée.

Rancho Humo c’est clairement une réserve ornithologique, costaricains avec appareils longs comme le bras et objectifs camouflages pour traquer les oiseaux planqués dans les buissons nous accompagnent, on est sur du pro !

Nous on se cantonne à regarder les crocodiles de 4 mètres la rivière en est infestée, encore une fois je demande ce que ça mange un croco et Alexander notre guide « amigo de Paolo » me répond que ça mange des iguanes, des oiseaux, plein de trucs mais pas d’hommes, mais que c’est interdit de se baigner !! Ah bon sans rire ??? je pense qu’Alexander m’a prise pour une blonde 💁🏼‍♀️

Je me prends au jeu car avec les jumelles de Paul, on peut observer aussi des vautours qui pêchent, des perroquets, des faucons, d’énormes iguanes perchés dans les arbres, et toujours nos singes qui se balancent par la queue et ça, dit Paul, c’est muy muy divertisante y Alexander muy sympatico.

Il commence à faire très très chaud on rentre, j’apprends que c’est la région la plus chaude du Costa Rica, plaine entourée de montagnes qui empêchent les nuages d’approcher mais balayer par un très fort vent chaud (mon GSM n’adore pas !)

Il y a une petite piscine et comme c’est une bonne maison quand je demande une bière, Roy me sert celle du domaine « la Rancho Humo », la classe ! (Et oui ma Taupe, elle est très bonne ici aussi)

15h30 - Petit road trip avec Alexander sur les terres du Rancho Humo (1028 hectares), un genre de camargue pleine de crocos, muy muy bonito, on est perchés sur notre range rover, le nez à l’air, les Rois du Monde !

Ok ça fait un peu reportage de Géo magazine mais c’est si beau !

« Les choses sont trop parfaites ici ! » résume mon Boub ce soir, non c’est jamais trop mais oui ça s’en approche.

Definitivamente amamos a Costa Rica !

55
55
Publié le 29 mars 2018

Une pensée pour ma Lou qui passe ses exams à 9 000 kilomètres d’ici.

Et une mention spéciale dans ta playlist pour : Dope de Synapson et Thérapie Taxi...

56
En attendant Santiago... au village de  Puerto Humo

C’est notre dernière promenade sur le Rio Tempisque, (après la traite des vaches de Paul), et on ne s’en lasse pas.

On est sur un bateau mais Paul trouve qu’on s’approche un peu près quand même...

Ce matin il y a beaucoup de bêtes toujours des crocos, mais aussi des iguanes verts, gros comme des moutons qui prennent le frais dans les arbres, des oiseaux, beaucoup, des gros, des petits, des kingfishers vert émeraude, des petits noirs qui chassent en bande et font beaucoup de bruit (toujours)..., des « kiskidis » au ventre jaune, des nocturnes avec des yeux énormes, des graciles comme le « Blue Heron » que Paul trouve très distingué, on voit aussi son cousin, le « Tiger Heron », qui parfois mange des petits crocos 😒!! drôle de pays où le croco n’attaque pas l’homme, où l’oiseau mange le croco, et les Ticos se régalent d’horribles iguanes (la variété marron)!

👧🏼🐊🦆🐊👨🏾🦖🙈🙉🙊

L’aprem on se promène encore dans la pampa balayée par Le vent chaud, des biches nous barrent la route, on voit traverser des iguanes gigantesques (décidément horribles), on est arrêtés par des troupeaux de vaches, c’est l’heure où tous les oiseaux s’excitent, ça crie très fort, ça vole dans tous les sens, c’est le Far West et la Camargue...

Ensuite arrêt (inévitable avec Boub) devant le coucher du soleil et puis c’est la pleine lune alors «on profite encore un peu», yes my love, on va en profiter car c’est sublime tout ça et puis c’est nos derniers jours au Costa Rica...

  En contemplation toujours 

... derniers jours car nous rentrons par le prochain vol de lundi.

Paul devait travailler 10 jours au « Jaguar rescue » à Puerto Viejo, pour s’occuper des animaux malades de la pampa mais notre Daddy ne va pas très bien alors on décide de rentrer s’occuper de lui plutôt... tant pis pour les animaux, ils attendront bien.

57
57
Publié le 1er avril 2018
Miss u already Rancho Humo  

On recommence dans l’autre sens, pour prendre notre avion lundi à Santa José, une journée de voiture, 1 stop au pied du volcan Arenal, la fierté du Costa Rica.

Arrêt dej aux « 3 Hermanas » very famous routier sur la N1 l’interamerican
Yeah, Arrivés ! 

Pas dans le mood je trouve qu’à Arenal il y a trop de monde, trop d'hôtels, trop d’attractions, mais bon peut être que je ne suis pas vraiment partiale...

Le volcan est partout même dans la chambre ! 

Je préfère la Pampa aux paysages alpins, sorry ça m’angoisse, mais c’est très beau.

58
58
Publié le 3 avril 2018
En attendant le retour 

Pas de vol avant lundi on s’occupe l’esprit... et comme ici tout est un parc d’attractions géant...

Tyroliennes le matin avec une bande de 🦃 de Washington DC ! qui riaient très fort, Paul maintenant hyper a l’aise dans ses 700 m de descente...

Encore le volcan derrière nous 🤙🏾...
... et encore devant...

Aprem balade de 7 kilomètres dans le parc du Volcan 🌋 (toujours lui) nous partons seuls tous les 2, c’était beau mais un peu flippant... c’est très dense, très chaud, très loin, très long... donc Lou je te laisse le GR20 cet été, bon courage !... sous le soleil en montée c’est un peu ... euh con ? mais c’est beau, enfin là-haut j’avais très envie de redescendre, j’crois que j’aime pas du tout les volcans !

My Prince 
moi si je regarde beaucoup en l’air c’est pour échapper aux bêtes...

A notre retour dans la chambre Rrrrr ! il est même dans mon lit le volcan ... à coté d’un éléphant... très créatif cet hôtel !

Ce matin on pars et pas de volcan... yeess enfin

Mardi back to Paris

Daddy nous revoilà.

59
59
Publié le 6 avril 2018

Le Costa Rica on a adoré, on s’est promis avec Paul de finir une autre fois notre voyage... on reviendra pour travailler au « jaguar rescue » pour traverser le pays encore et encore, paul trouve ça magnifique, on en redemande... encore une fois adaptation parfaite, c’est son voyage préféré, Paul me dit qu’on a de la chance d'être libre et qu’il aimerait continuer... moi aussi.

« Pura Vida amigos ! »