Carnet de voyage

Asie du Sud-Est de 1990 à 2011

3 étapes
4 commentaires
69 abonnés
Dernière étape postée il y a 1216 jours
Mes anciens voyages en Asie du Sud-Est, de 1990 à 2011
Avril 1990
1 jour
Partager ce carnet de voyage
Publié le 31 mai 2019

Un petit rappel historique pour comprendre dans quel contexte j’ai été au Cambodge.

En 1975 les khmers rouges rentrent dans Phnom Penh et vide la ville de leurs habitants. En janvier 1979 les vietnamiens chassent les khmers rouges de Phnom Penh. En 1989 les vietnamiens retirent officiellement leurs troupes mais en 1990 le pays est encore dirigé par le parti communiste sous tutelle vietnamienne. Le gouvernement n’est pas reconnu par l’occident, il n’y a pas d’ambassade française au Cambodge.

Pour obtenir mon visa j’ai été au consulat du Cambodge à Saigon (Hô-Chi-Minh-ville). Ils me l’ont donné, mais à condition que je n’aille pas de Saigon à Phnom Penh en transport en commun mais avec une voiture du consulat.

Sur le trajet on s’est arrêté dans un petit village après la frontière.

Phnom Penh

Dans le centre de Phnom Penh où j’avais mon hotel de gros batiments en béton bordent les rues. On se déplace grâce aux très nombreux cyclo-pousses. Il y avait un couvre-feu mais j’ai dépassé de temps en temps l’heure limite pour faire le cours trajet pour rentrer à l’hotel après avoir dîné.

Il y a aussi quelques batiments coloniaux qui datent des français, mais certain après avoir été abandonnés sont laissés aux herbes folles.

La ville est à la confluence du Tonlé Sap et du Mékong. La sortie du soir pour les cambodgiens est de se promener au bord de l’eau.

Le principal monument est le palais royal. Il n’y avait pas de roi, on pouvait visiter librement. Les batiments datent du 19ème siècle. Sur la deuxième photo un kiosque offert par Napoléon III. Les fresques de Reamker font 640 mètres de long et raconte le Ramayana.

Beaucoup de monument bouddhiste dans la ville, dont le Wat Phnom sur une colline artificielle.

Je voulais aller à Angkor mais ce n’était pas facile. Il me fallait bien sûr un permis, j’ai été à l’organisme de tourisme pour me renseigner.

C’était possible mais il fallait que je prenne un taxi jusqu’au site. Les seuls hotels ouverts aux étrangers étaient très chers, mais personne ne pouvait me dire le prix. Le ticket d’entrée sur le site semblait à la tête du client. Est-ce qu’il fallait en plus payer un guide ? là aussi les réponses étaient variables.

Cette visite pouvez valoir très chère sans pouvoir en connaître le coût exact à l’avance.

Et en plus il n’y avait pas de distributeur de billet, il fallait que je paye uniquement avec les dollars que j’avais sur moi. Je n’avais pas envie de me retrouver sans argent au Cambodge, j’ai donc renoncé à ma visite d’Angkor, il faudra que je retourne au Cambodge.


Publié le 20 mai 2019

En 1990 le Laos communiste s’ouvrait tout juste au tourisme. C’était impossible d’avoir un visa en le demandant dans une ambassade sans acheter un voyage organisé très cher. A Bangkok on pouvait tout acheter, même des visas pour le Laos, c’est ce que j’ai fait. Mais il fallait que je retrouve un thaïlandais à Nong Khai, la ville frontière sur le Mekong, coté thaïlandais, et que je prenne le bateau (depuis on a construit un pont) avec lui pour passer la frontière et rentrer au Laos. Visiblement il distribuait quelques petits billets sur son passage, mais j’ai pu rentrer au Laos. Je me demande encore si ce visa était un faux ?

Vientiane

La capitale du Laos est au bord du Mékong, sur l'autre rive c'est la Thaïlande.

Vientiane était un petite ville très calme à l'époque avec à peine 200 000 habitants, il y en a 4 fois plus aujourd'hui. Quelques voitures, mais pas beaucoup de circulation. Il n'y avait aucune présence policière, je pouvais me promener et prendre des photos tranquillement. On n'a jamais contrôlé mon passeport.

En plus de déambuler sur ces trottoir défrichis, où de regarder le fleuve, j'ai visité les beaux monuments bouddhistes de la ville. Le Pha That Luang, et son grand Stupa doré de 35 mètres qui renferme un cheveu du Bouddha. Parmi les nombreux autres temples, le Vat Ongteu qui protège un grand bouddha de bronze.

J'ai été invité à visiter une école.

J'étais à Vientiane pour la fête des fusées qui marque le début de la saison des pluies. De belles fusées sont envoyées crever les nuages à partir de pas de tir de fortune.

Vang Vieng

Pour voyager à l'intérieur du Laos il fallait un permis qu'on ne pouvait obtenir qu'avec un voyage organisé, que je n'ai pas acheté bien sûr. J'aurai voulu aller à Luang Prabang, mais on m'a dit qu'il y avait beaucoup de contrôles sur la route. Par contre c'était possible d'aller à Vang Vieng, au pied des montagnes. Je me suis donc contenté de voyager jusqu'à Vang Vieng avec un bus local.

Vang Vieng était un gros village qui ne voyait pas beaucoup de touristes, il parait que c'est maintenant une des villes les plus touristiques du pays.

La campagne autour de Vang Vieng est magnifique, on est entouré par les massifs karstiques plongés dans la brume.

J'ai marché jusqu'à un village de la minorité des Hmongs. Les enfants se sont enfuis quand ils m'ont vu.

Je suis allé un peu trop tôt au Laos, je n'ai pas vu tout ce que je voulais visiter. C'est un des pays où je voudrais retourner.


Si vous voulez savoir les régions que je vais visiter en 2019, cliquer ici : Mon Tour du Monde.

Il n'y a aucune ambiguïté sur le nombre de pays de cette région depuis l'indépendance du Timor de l'Est. Ils sont tous à l'ONU et reconnus par l'ensemble de la communauté internationale.

Il y a 11 pays en Asie du Sud-Est, j'ai déjà été dans 9 pays.

Il y a plus de 600 millions d'habitants dans ce sous-continent.

Il y aura deux carnets de voyage pour l’Asie du Sud-Est, il y en aura un autre où je raconterai mes voyages en direct au jour le jour, comme d’habitude.

Ce carnet de voyage est consacré aux anciens voyages dans les 9 pays où je suis déjà allé.

J'ai fait deux grands voyages, un premier en 1990 au nord de l'Asie du Sud-Est (Laos, Cambodge, Viêt-Nam et Thaïlande) et faisant un passage à Singapour au retour. Un deuxième en 2009 dans le sud de l'Asie du Sud-Est (Malaisie, Indonésie, Brunei et Timor). Et je suis retourné en Malaisie en 2011.

Je vais écrire au moins une étape par pays, par ordre chronologique.