34 étapes
32 commentaires
Découverte de l’Italie... de Toulon à Punta Palascia, en passant par Mazara del Vallo et bien d’autres...
Du 1er octobre au 4 novembre 2019
5 semaines
Partager ce carnet de voyage
18
sept
18
sept

Mercredi 18 septembre, visite chez le chirurgien ; tout va bien, mon tibia cassé se remet plus vite que prévu.Il me confirme que je dois continuer à marcher avec les béquilles, faire du vélo, et tout ce que je souhaite, pour activer la consolidation, tout en restant a l'écoute de de mes sensations. Les douleurs se chargeront de me limiter.

Alors puisque l'été se termine en Aveyron, je vais partir chercher la chaleur un peu plus au sud.

2
oct

Ravitaillement

Marseille
Marseille
Navette
Navette
Première étape ; Marseille. 

Un peu de tourisme classique, puis baignade à Cassis, beau temps, mais il ne fait pas chaud dans l'eau.

Bercé par les vagues

3
oct

Hauteurs de la route de Bandol

À Sanary, l’eau est plus chaude, la baignade est bien agréable, et le soleil n’est pas au courant que l’été est fini, ça tape !






4
oct

Hier soir c’était La fête à Saint-Tropez, musique sur le port, feu d’artifice... beaucoup de monde !

Pour la nuit, j’ai décidé de faire une escapade à Tahiti, petite plage calme et sauvage sur la commune de Ramatuelle. Depuis Saint-Tropez, il m’a suffit de traverser la montagne du Capon pour me retrouver au calme. En prime, un super lever de soleil pour petit dej.

La mer est toujours chaude et belle à Tahiti.

Cette semaine c’est la fête des bateaux à voile dans le coin, ce samedi matin c’est la parade des vieux gréements qui sort du port de Saint-Tropez

Pause sieste 
5
oct

Après une ultime baignade, nous voilà prêt à embarquer... sur ce monstre :

Mega Express I - Sardinia Ferries 
Dimanche 6/10/2019, 8h30 
6
oct

Arrive comme prévu à Trapani dans l’apres-midi, je vais m’acclimater tranquillement, je découvre la ville à pied.

Le port
Un café mi-délabré / mi-propre, sur le port
Une rue typique, longue, droite et étroite, à angle doit exclusivement
La gare ferrovière
Grenade et jus de grenade frais
Une des rue commerçante, toujours dans le même style
Promenade sur la corniche nord, la mer s'énerve

Le temps se couvre en fin de journée, le vent se lève, la mer s'énerve.

Trapani vue dans haut, sur la route d'Erice
Le soleil fait bruler le nuages
Trapani au soleil couchant
Direction Erice, village très ancien perché au dessus de Trapani
7
oct

Matin pluvieux, après-midi nuageuse, soir pluvieux !

Les locaux ont l’air désespérés, je crois comprendre “C’est déjà l’hiver en octobre !!” dans une épicerie où il n’y a que des vieux habitants du village.

Depuis hier soir, je vois beaucoup de locaux arriver en voiture, monter rapidement en ville, puis revenir avec un petit paquet, certain font des selfies avec leurs paquet devant le panorama où la porte d’entrée du village... ils vont chercher des gâteaux dans les quelques pasticceria. Je vois en effet beaucoup de monde dans ces petite boutiques.

Fruits en sucre 

Mon repas de midi est presque prêt 😀

En route vers San Vito Lo Capo

La je comprends le sens de la phrase : "Tous les chemins mènes à Rome", dans ces condition, on ne risque pas de rater la route de Palemo

Tous les chemins mènes à Rome

Mon camping pour la nuit, seul au bout du monde

8
oct

Réveil tout aussi calme que le coucher

Grande plage, très belle, la mer est toujours chaude...

Ces jours-ci il y a une étape du championnat du ISF de Beach volley, ça fait de l’animation sur la plage.

5th edition of the Beach Volleyball World Schools Championship  

La rue principale est bien animé mal grès la saison avancée.

En chemin vers Palerme le paysage est magnifique, entre montagne et mer, on vois des carrières d'extraction du marbre, des vignes, des champs d'oliviers. La mer parfois a des couleurs étranges...

Je vais passer la soirée a arpenter la ville de Palerme, en Combi, puis à pied, c'est bien animé, beaucoup de monde, pas mal de belle bâtisses et un bon petit restaurant familial : La Tavernetta del Vicoletto (antipasti verdure à volonté, très bon).

Je ne vais pas rester en ville, je continue ma route pour me poser au sud de Palerme, sur une jeté tranquille devant la mer. Réveil au lever du soleil et au son des vagues, c'est une habitude😉

9
oct

Magnifique soleil des le matin, le thermomètre s’affole, et les baignades s’enchaînent.

Beaucoup de contraste on croirait des photo-montages. Une ferme en piteux état au pied d’immeubles d’habitation, un pont péage d’un autre temps collé à l’autoroute...

Les commerces sont plus spontanés, au bord des routes ou des rues, ici du poisson, là des coquillages, puis des fruits...

Sur le coup de midi, il fait vraiment très chaud, environ 30 degrés, la mer est elle aussi très chaude. Ma pause déjeuner / sieste se fera au bord d’une plage avec une belle vue sur la belle ville de Cefalù.

Ça suffit les baignades, il fait chaud, je prends la direction des montagnes. La route est magnifique, les collines et montagnes défilent, et plus je monte, plus le ciel se couvre.

J’arrive finalement à Enna, ville très haut perchée (900m)... dans les nuages, à peine le temps de traverser la ville que le temps bascule, la nuit tombe et le vent se lève. Le thermomètre affiche maintenant 15 degrés, je vais même allumer le chauffage pour cette nuit.

Voici le magnifique panorama qu’offre mon spot pour la nuit :

10
oct

La nuit a été très calme, protégé du vent par la falaise, au matin les nuages sont toujours là mais ils vont se dissiper petit-à-petit.

Logiquement la silhouette du volcan Etna devrait être devant moi...

La ville d’Enna est très haut perchée : 900m, on domine bien la région, c’est très joli.

Un pont effondré ???

Une des églises, pas la plus grosse, semble vouloir se démarquer en sonnant midi de toute ses force.

Vous voyez le point orange derrière les arbres ?

C’est bien beau la montagne, mais j’ai ma rééducation à faire moi... allez on reprend la route direction la mer.

La figue de Barbarie ! Aujourd’hui, je découvre un fruit. C’est bon, un peu sucré, très juteux... et surtout ça pique les doits ! (Gants obligatoire)

Il y a aussi beaucoup d’agrume ; orange, citron, mandarine, pamplemousse... je ne sais pas trop les distinguer. Il y a des champs à perte de vue, des plantations mortes, et des nouvelles.

Des gare qui ont l’air désaffectées 

Et me voilà arrivé au bord de la mer, juste avant le coucher du soleil pour mon bain quotidien.

Le spot pour la nuit sera partagé avec des allemands en camping car, ils m’ont demandé l’autorisation de camper près de moi, pour démarrer la cohabitation, ils m’invite à l’apéro, Bonne nuit !

11
oct

Réveil tardif ce matin, le soleil est déjà bien haut

Peu de route aujourd'hui, je ne suis qu'a quelques kilomètres de Syracuse, je vais y passer la journée. En bord de route, il y a toujours des vendeurs installés n'import'où : grillades de poissons, fruits, accessoires pour voitures...

Je suis un peu perplexe, je pensais trouver une belle plage en approchant Syracuse, certes la plage est belle... mais l'environnement est impensable ; des industries et raffineries gigantesques, ça sent très mauvais (du gaz ?). Il y a des ordures partout le long des routes, les routes sont dans un état pitoyable, elles sont surdimensionnés, a moins que l'été il y ai du monde ici, j'en doute fort. Je suis incapable de me baigner ici, on voit même les déversoirs des usines qui donnent directement sur les zones de baignade

La cité de Syracuse est très connue, il s'agit surtout de l'île d'Ortigia, qui doit correspondre à l'origine de la ville, j'imagine. Autour de cette magnifique île, on trouve une très grosse ville, avec son agglomération, et cela ne vaut pas vraiment le détour.

Je vais me concentrer sur Ortigia et oublier les environs.

J'ai usé les semelles aujourd'hui, à arpenter les rues de la vieille ville, je ne ferais pas de photos des monuments, il y en a partout, tous plus interessants, de belles pierres en pagaille, de l'antiquité jusqu'a maintenant. Il y a des pro qui en font de bien plus belles que moi.

Une découverte l'Arancino à l'encre de sèche 
La marina en soirée
Un Caravage qui n'avait pas vu l'Europe depuis bien longtemps
Une boutique de patchwork, matériels, fournitures et produits finis
Deux dédicaces... Les intéressés se reconnaitrons 
Petit appartement en duplex, avec une très belle vue sur le port touristique (pas coté industrie). 
12
oct

Ce matin je suis encore à Syracuse, et je vais encore faire chauffer mes semelles ; hier 17000 pas (10km), aujourd’hui presque 16000 pas... Je comprends mieux pourquoi je commence à avoir mal au bras, et les pieds qui chauffent.

Des arbres géants dans les un mini jardin
Petit déjeuner

Syracuse, toujours Syracuse...

Après avoir crevé de chaud a arpenter les vestiges grecs, je me désaltère de jus d’orange local, et fini l'après-midi en bouquinant sur la plage de Naxos.

13
oct

Buongiorno

Baignade matinale devant le très jolie île d'Isola Bella

Messina, une ville, des arancino, un ferry.

Comme toutes les zones urbaines que j’ai pu voir en Sicile, les abords sont vraiment sales, des ordures traînent dans les coins moins fréquentés, beaucoup de maison à l’abandon, et des quartier à la limites du bidonville. Je n’ai pas osé faire de photos de ces zones.

C’en est fini pour mon périple en Sicile, c’est une très belle région, très chaude en ce début octobre. La mer y est claire et chaude (24 degrés). Les siciliens (pour ceux que j’ai pu rencontrer) sont plutôt gentil serviable et ouvert, que ce soit avec moi piéton, camping-cariste ou avec les autres italien/siciliens. Je n’ai pas sentit d’arrogance ou méfiance, par contre ils sont fier, et susceptible.

Voilà une jolie carte qui résume un peu la géographie et l’économie de l’île.

Au revoir Sicilia, bonjour Calabria.

Vous pouvez faire Milan-Palermo en train direct avec le RFI (Rete Ferroviaria Italiano), voilà à quoi ressemble le train sur une portion du trajet (les wagons sont dedans, jusqu’à 12 wagons).

Bateau-train 

La mer est aussi chaude de côté-ci...

Et voilà mon dernier coucher de soleil sur la Sicile, vu depuis la pointe Calabrese.

14
oct

Pas trop de tourisme aujourd’hui, une grasse mâtinée pour commencer, puis divers entretiens...

😬J’ai testé le dentiste Calabrese, c’est à peu près comme un dentiste en France... avec le matériel que les dentistes français avaient il y a trente ans. Un cabinet propre, une dentiste très aimable et serviable, j’ai perdu un plombage, et le problème était de savoir si la dent était dévitalisée, à défaut de radio dans la cabinet, j’ai appelé ma dentiste pour qu’elle me donne des détails sur ma dent : Elle est vivante et ce n’est pas simple, il faudrait plusieurs rendez-vous pour bien faire. S’en est suivit une réparation de fortune, qui devrait tenir en attendant mon retour à la maison. La dentiste a refusé tout paiement, trop gentille 😀.

Ensuite je me suis laissé tenter par un barbier pour voir comment ils s’y prennent dans le coin, puis les cheveux aussi tant qu’on y est.

Après c’est Vaninou qui a eu droit à quelques soins, un coup de karcher en insistant dessous, pour bien élimer le sel qui pourrais s’inviter, je suis souvent en bord de mer et même sur la plage, j’ai du utiliser des bouts de bois pour me désensabler il y a quelques jours. Puis une fois propre je lui ai changé les vis platinés, il ronronne maintenant, tellement il est content. J’ai vérifié les joints de cache culbuteur, ils commencent à se déformer, je les ai remis en place, il me faudra bientôt les remplacer. Puis un demi litre d’huile (pour le moteur) et 70 litres d’eau (pour la cuisine). On est au point pour continuer sereinement.

Je prends la décision de longer la côte sud de la Calabre, elle semble plus sauvage.

15
oct

Ce matin le balcon de ma chambre est envahi de pêcheurs, à pied, en bateau, et même un plongeur en apnée. Je chausse le masque et le tuba pour voir ça, mais le temps que je me bouge le soleil commence à bien taper, les pêcheurs rangent leurs matériels... les poissons sont plus matinaux que moi, je suis tout seul dans l'eau.

Je prends la route le long de la mer, c’est beau mais un peu monotone, la route est large et il n’y a que peu d’accès à la plage. La région est peu peuplée, elle est en pleine expansion, ça construit partout, des villas, des immeubles de divers standing, pour des locaux mais aussi pour le tourisme.

Ce coin d’Italie risque d’être complètement dénaturé très bientôt : Entre deux plages désertes, un énorme centre commercial au millieu de rien ?

Accès un peu serré pour la plage, mais ça en valait le coup

Menu sympathique, les spaghetti à la cour d’assise, c’est dément (piment, tomate, ail, huile d’olive... et spaghetti).

Allé, j’en ai marre de cette plage qui n’en fini plus, je quitte la mer Ionienne, je vais voir comment est la mer Tyrrhénienne.

Direction les montagnes, je traverse le parc naturel d'Aspromonte, pour retrouver la face nord ouest de la Calabre.

Je pense qu’il doit y avoir plein de champignons dans ces forêts...

Et hop, me revoilà sur la mer, à Tropea

16
oct
16
oct

Café du matin... je découvre un drôle de bidon, selon mon informateur, ce serait un réservoir de café moulu ?? Je suis sceptique...

Promenade sur le port de pêche




Rééducation, le moment difficile


Une découverte culinaire de plus : La Nduja !


Le resto tant recommandé ne sert que le soir, et il est midi, j’ai faim ! Devant le resto fermé un italien tente de communiquer avec moi, parce que lui aussi s’est cassé la jambe, à moto, ivre... Il s’avère que c’est le resto de ses parents et toute la famille y travaille, il me conseille néanmoins un autre resto où on me servira un plat à base de cette andouille locale. J’en redemande et le patron m’apporte un peu de bonus, c’est très pimenté et j’adore.


J’aurais même l’adresse du fournisseur... qui lui aussi sera fermé 😢


Les cèpes sortent ! La voiture devant moi s'arrête, le vendeur sort des cageots... Le temps que je fasse demi-tour pour voir ce qu'il vend, c’est la ruée sur les cèpes, il en a de plus beau dans le coffre, et les acheteurs se disputent pour les avoir. Je n'arriverais pas a avoir le prix, il est fonction de la quantité et ça négocie dur. Comme je ne vais pas en prendre, je ne saurais pas. Je vois quand même un billet de 20€ qui passe de la main de la mamie au vendeur, et elle repart avec un cageot des plus jolis.


Il est tard (17h), il fera nuit dans un peu plus d'une heure, je vais traverser les montagnes pour rejoindre la mer Ionienne. Je n’aurais pas de coucher de soleil sur la plage aujourd’hui, même si j’arrivait assez tôt, l’orientation des plages ne correspondent pas. Par contre si le temps est clair, j’aurais un beau lever de soleil dans ma chambre.


17
oct

Comme prévu, le soleil est au rendez-vous, un peu en retard à cause des nuages, mais ils ajoutent un peu au spectacle.


 7h04, l’heure officielle du lever de soleil

Je suis sur une grande plage (environ 15 km) de cailloux, déserte, bordée par des pins. C’est idéal pour ma baignade du matin, personne ne viendra me déranger dans ma salle de bain privée.

C’est parfait pour un petit déjeuner tranquille.

La signalisation est parfois surprenantes, voilà sur quoi je tombe dans aucune information préalable.Après une petite observation, je vois que c'est le pont qui s'est effondré. Ce n'est pas le premier pont que je vois effondré, et on se souvient d'un drame du a un pont en Italie il n'y a pas si longtemps. Je pense avoir une petite idée de la raison pour laquelle les ponts tombent en Italie ; il y a des pont partout, je ne sais pas pour quelle raison, mais il y a des autoroutes et même de petites routes qui sont sur des ponts de plusieurs dizaines de kilomètres de long, alors qu'ils auraient pu les construire au sol avec un minimum de terrassement. et vu le nombre de voies qui sont sur des pont, ça augmente sérieusement les probabilité pour qu'un pont ai un problème.

Pause pique-nique et baignade.

Voici les premières oranges qui ne sont pas verte :

Pause du soir dans une ville de contrastes ; ancien moderne, industries, tourisme, abandonnée et surpeuplée :Taranto

18
oct

Cette nuit encore j’ai fait une infidélité à Vaninou, on est en ville c’est un peu obligé, sinon il me faut ressortir.

Visite du château et suite de la visite de la ville de Taranto.

Puis direction la petite ville de Grottaglie, en fait c’est une très grosse ville, avec un petit centre ancien, dédié aux métiers de la céramique.

Petites rues blanches où le contraste avec Vaninou est parfait.

La campagne Pugliaise est monotone dans ce coin. Par contre les champs ne sont pas protégés comme en Sicile ou Calabria, ici de simples murets délimités les plantations, il est possible de s’approcher.

Je fini la journée a Punta Prosciuto, les plages sont toujours très belles, l’eau chaude (25) et claire...

19
oct
19
oct

Lever de soleil, ce n’est plus très original, vous commencez à vous lasser un peu... Pas moi !

C’est samedi, cette ville ne le sais pas, elle hiberne !

Il n’y a personne dans les rues, c’est une ville de vacances, pour l’été exclusivement. Parmi la multitude de bars et restaurants, un seul est ouvert, et un n’y a pas foule.

Après un peu de bricolage et de lecture, je me perds en campagne, vers Nardò.

Puis sur les conseil d’un local (qui a un Combi !) je reviens sur la côte, à Santa Caterina puis Santa Maria al Bagno, pas de doute c’est samedi, ici il y a des habitants à l’année et ils se détendent sur les multiples petites plages, ou sur les rochers de ce beau littoral.

Rencontre avec un autre local qui a un beau Combi... deux dans la journée, c’est énorme. Surtout que ce sont les premiers VW anciens rencontré en plus de deux semaines en Italie.

Toujours aussi cliché... la photo du soir...

20
oct

Le soleil ne lèvera pas de mon côté ce matin.

Un surprise dans un magasin, du fromage aveyronnais : le vieux Rodez s’exporte au pays du parmesan. Le vendeur me le conseille, « C’est mieux que le Parmigiano, c’est plus sec » me dit il.

Gallipoli, petite vile très touristique, entouré de ports et de plages.

En chemin,

Je vais passer la nuit à la Punta Ristola, c’est la pointe la plus au sud de la région des Pouilles.

Sa lumière est encore là, mais le soleil est déjà couché.

21
oct

Buongiorno

Petite marche matinale (au point précis ou Saint Pierre est supposé être parti ou arrivé ?). Je grimpe sans béquille les 288 marches du Scalinata Monumentale di Santa Maria du Leuca.

LE fjord italien 😄 : Baia Ciolo

Encore un dérivé WV flat

Je ne les ai pas mentionné, pourtant il y a des lauriers partout, sans exception. Et cela depuis le sud de la France.

Je vous vous emmène pour une petit bout de route, on cherche un coin pour la nuit ...

Ça y est, j’ai trouvé : la pointe de la Torre dell’Orte, c’est une zone où les pêcheurs se garent, je serait tranquille pour la nuit. Au fur et à mesure que la nuit tombe, je vois revenir les pêcheurs qui rangent leur matériel dans leurs voiture, et s’en vont. Demain matin, je pense qu’il seront au travail avant que le soleil et moi ne nous réveillons.

C’est quoi cette plante ?
22
oct

Ce matin c’est grasse matinée, réveil à 8h par la chaleur du soleil à travers les vitres.

Salle de bain avec vue
Drôle de fleurs

Excursion dans une carrière de bauxite, ça donne des couleurs éclatantes.

Beaucoup de baignades aujourd’hui, je ne sais pas dans quelle plage plonger, elles sont plus belles les une que les autres...

Une construction typique, que l’on trouve dans tous les champs d’oliviers.

Fin de journée à Lecce, la grosse ville du Sorento. Le centre ancien est vraiment très sympa, beaucoup de vestiges de différentes époques. Et grosse activité en soirée, essentiellement des locaux.

Je crois que les petits gâteaux du coin ce sont les Taralli, il y a des boutiques spécialistes du Tarallo partout.

L’édition italienne du Petit Prince ne doit pas se lire à la française, ça fait moins classe : le “principe du piccolo” :

Un principe assez simple que je partage et pratique sur le champs :

Maintenant il fait nuit, je fonce vers la mer pour retrouver mes bonne habitudes...

23
oct
23
oct

Cette nuit la mer été agité, le temps se couvre, au réveil les nuages cachaient le soleil.

Après de multiples tests très rigoureux, je décerne le premier prix du Tarallo au « Tarallo nucciolina »

Avec une noisette entière au milieu, c’est mon préféré  !

Le ciel couvert me donne l’idée de montrer les paysages moins clichés, la version « hors saison » de certaines zone est plutôt triste...

Une centrale électrique

Un pêcheur qui n’a pas perdu sa matinée

Un village sympa, Carovigno

Et encore un village sympa, et tout blanc : Ostuni


En soirée le ciel est étrange, il est « laiteux »

24
oct
24
oct

Ce matin le littoral est pris dans une épaisse brume, les pêcheurs sont très nombreux mais ils n’ont pas pris grand chose aujourd’hui.

Du coup je rentre dans les terres, en quelques kilomètres le soleil brille de nouveau, et je découvre les Trulli, ces maisons avec des toits en pierres de forme conique. Souvent plusieurs connes composent un seul toit.

Je découvre un nouvel arbre, le kaki, ils ont l’air à point, certains sont limite translucide.

Bari. Capitale de la région des Pouilles (Puglia), c’est énorme et j’hésite à y entrer... j’y entre !

Je ne vais que dans la vieille ville, il y a quelques rues typiques, c’est joli, mais je ne m’y sens pas à l’aise.

Il y a pleins de petits ateliers de pattes fraîches et de gâteaux, les pattes sèchent dehors sur des grilles, dans la rue ou au balcon.

C’est très surprennent, tout autant que ces petits gâteaux exclusivement pugliaise, les Cartellates (ceux la sont au vin, c'est pas mal) :

Finalement je m’échappe avec mes pattes fraîches et mes Cartellates dans une jolie petite ville portuaire : Giovinazzo.

Ce soir Vaninou et moi dormons dans un petit palais de la vielle ville, avec chacun notre chambre. La famille de mes hôtes cultive l’olive et vient tout juste d´en presser hier. J’assiste aux premières dégustations, c’est super bon. C’est très fort, ça pique un peu et le goût reste longtemps en bouche, je vais repartir un peu plus chargé je crois.

Petit tour dans la ville au coucher du soleil.

Les anciens discutent sous les lauriers devant l'église
25
oct

Ce matin encore la brune cachait le lever de soleil, j’étais pourtant sur le port pour la photo... tant pis, pas de photo.

Un peu de lessive ce matin, puis je repart tout propre dans les terres à travers les champs d’oliviers. Certains ont eu l’idée de planter des choux entre les oliviers astucieux, j’espère que ça ne modifie pas le goût de l’olive.

Au détour d’un chemin... un dolmen.

On vois de très loin la silhouette de cet étrange château : Castel Del Montes.

Je reviens vers l’ouest pour aller faire un tour dans le Gargano, sur mon chemin. La route n’est pas passionnante, rien ne m’inspire une pause ou une escapade. Je filerais donc jusqu’à Manfredonia, une ville très peuplé et animé, mais elle ne me plais pas.

Je me trouve une petite plage presque déserte, puisque j’y passerai la nuit à côté d’un autre vieux camping-car. Un Belge qui voyage seul et adore le flamenco.

26
oct

Ce matin le temps est de nouveau clair, je peux enfin voir de nouveau le soleil se lever.

Après le bain, j’attaque la montagne, on entre dans le parc du Gargano.

‘La ville de Monte Sant’Angelo, est bien sympathique parce qu’elle est perché sur la montagne, et qu’il y a de magnifique monuments, mais une marée d’autobus touristiques avec la foule qui va avec vont vite m’en éloigner.

Ensuite la route qui longe la mer jusqu’à Vieste, est très jolie, on monte et descend le long de la mer. Le truc étrange c’est l’absence de village, uniquement de complexes touristique (fermé), les plages sont presque inaccessibles, il faut trouver LE petit passage entre deux grosses grilles, pour accéder à la plage, aucun parking en cette saison, on se gare exclusivement sur les parking privés payant en été. Sinon c’est le long de la route qui n’est pas large.

Et puis, plus vite que prévu, me voilà à Vieste, très jolie ville de prime abord. La plage en arrivant est magnifique, on devine la ville derrière. Puis à l’intérieur, un port, une autre plage en centre ville, avec une autre exposition.

Je visiterai mieux demain, j’ai trouvé un emplacement pour la nuit au plus près de la vieille ville, au bout de la Punta Sant Francisco.

27
oct
27
oct

Ce matin on a changé d’heure, ici ils ont une technique pour ne pas rater le changement, et arriver à la bourre ou en avance... ils titrent un feu d’artifice énorme à 3h00 du matin. Je ne vois aucune autre explication au vacarme qu’il y a eu à 3h00 précise.

Bref, cela n’a pas empêché le soleil de se lever toujours à son rythme.

Petite promenade en ville tout le monde dort encore...

Puis ma baignade quotidienne...

Je ne sais pas si je vais pouvoir maintenir le rythme de mes bains quotidiens, l’eau est de plus en plus froide, et le soleil met plus de temps à chauffer...

Quand je fini de sécher, il y a foule dans la ville, les gens se promènent le long de la mer, dans les rue principales, les terrasses sont pleines, les enfants font péter des pétards : ce ne sont que des locaux, il n’y as plus de touriste ici.

La ville est très animée et c’est plutôt agréable de partager ce dimanche matin avec les Viestani (malgré les pétards à 3h00).

La route qui longe la mer vers Peschici est magnifique, on est sous les arbres, à travers des forêts de grands pins, chênes, châtaigniers, et autres arbres.

Ensuite c’est moins joli, alors je prends la grosse route et je file vert Termoli.

Le soleil se couche vraiment trop tôt maintenant : 17h !

28
oct

Aujourd’hui je quitte le continent, je passe la journée sur les îles Tremini.

A une heure de bateau il a y a la trois petites îles vraiment très jolies. Bien sûr, comme partout, j’imagine la foule qu’il peut y avoir été, ol y a plein de crique et de petite plages, l’été elles sont accaparé par les plagistes et les rare espace laisse libres doivent être bien convoités. Ce n’est pas le cas aujourd’hui, je pense être le seul touriste du bateau, tout le monde se connaît.

Effectivement, les îles sont désertes, les nombreux commerces sont tous fermés, sauf un restaurant café, une épicerie et la pharmacie.

Cela me convient tout à fait, c’est un peu physiques mais je tache d’explorer chaque recoins.

Je rejoins même les autres îles à la nage, (200m maximum entre chaqu’une).

Une découverte : un buisson de géranium !!

Il semble bien acclimaté parce qu’il y en a un peu partout.

Je croiserai quand même deux couples de touristes (anglais et français) qui sont dans un hôtel (je vais même donner un de mes livres aux français qui est à cours de lecture 😉)

J’ai bien fait de ne pas embarquer Vaninou avec moi, le climat insulaire ne lui aurait pas plus, surtout en voyant ce qu’il arrive à ses congénères.


Juste avant de quitter l’île, je fais connaissance avec un collègue à 4 pattes, autochtone.

29
oct

Journée bien remplit, avec pour commencer 3 heures de route entrecoupées d’une heure de piscine. Puis 4 heures de déambulation dans la cité ancienne de Pompéi.

C’est impressionnant de circuler dans ces ruines...

Difficile de discerner ce qui est intact, de ce qui est reconstruit.


Je retrouve la ville de Naples où j’ai passé quelques jours l’an dernier, j’ai l’impression de me retrouver un peu chez moi, du moins en terre connue. J’aime bien cette ville, ça grouille, c’est vraiment vivant tout le temps (sauf le matin au lever de jour).

Ce sera concert d’airs d’opéra par 3 ténors et 4 musicien, dans une mini église de la vieille ville, puis fin de soirée dans les quartiers animés, au cœur de Napoli.

Je suis exténué

30
oct

Journée napolitaine, pour repasser dans les quartiers que j’aime bien et continuer de découvrir cette ville.

Le baba, une institution ici 

Les incontournables Sfogliatelle calde d’Attanasio. Le message d'Attanasio : "Napule tre cose tene e belle... o mare, o 'Vesuvio, e è sfugliatelle."


Le magnifique théâtre de San Carlo

31
oct

Encore une journée napolitaine.

Il doit y avoir un événement militaire, sur le Lungomare et la piazza del Plebicito, il y a des animations, les différentes forces armées tiennent des stands avec des véhicules et divers matériels militaires de démonstration. Il y a des hélicoptères, des jets, des blindés, des drones (géants), et plein de matériels modernes high-tech.

Beaucoup de monde semble se presser autour de ces attractions.

Pendant ce temps je continue mes flâneries culturo-gastronomiques...

C’est bientôt Noël, il y a un quartier qui ne a pas manquer d’activité : San Gregorio Armeno. Il y a plein des boutiques de crèches et santons. Il y a même des ateliers de fabrication.

Le soleil se couche, il est temps pour moi de retrouver Vaninou, et d’embarquer sur un bateau pour la Sardaigne.

Petit problème d’enregistrement de ma réservation, alors que j’ai déjà embarqué, garé Vaninou dans les cales du bateau, on me dit d’attendre au bar, le personnel n’est pas encore prêt pour les personnes sans ticket (physique). Ma réservation a était faite en ligne, et j’ai le billet sur le téléphone ???

En fait après coup je réalise que je suis monté dans le bateau sans passer par le bon endroit, la où l’on vérifie les billets, et où l’on donne les informations de cabines, repas, parking, et tout le nécessaire. Et c’est vrai que sur les quais personne ne m’a contrôlé. Quand j’ai annoncé « Cagliari » au premier docker croisé, il m’a répondu : « Cagliari? Segui questo camion! »

Je me suis exécuté si naturellement que personne ne m’a dirigé vers les guichets.

Le personnel très gentil ne comprenant pas bien pourquoi j’étais là sans le billet habituel, voyant ma réservation effective (il n’avait pas accès au détail de ma réservation), m’a donné une cabine luxe, une suite avec un vrai grand lit, une grande salle de bain avec baignoire, un coin salon avec des fauteuils confortable, le mini bar remplit (inclus), et le top : deux grands hublots sur mer sans vis-à-vis.

Bref, me voilà embarqué, je quitte Naples, et j’amorce le retour, par la Sardaigne.

1
nov

Le jour se lève mais le soleil se cache...

Dès la sortie du bateau, je prends la route au sud ouest de Cagliari, je vais longer la mer.

Une végétation que je ne connaissais pas, ce sont des boules d’herbe ou de mousse, elles sont parfaitement sphérique, et toute mole (Aegagropila linnaei).

Puis une escale étonnante, après la lecture du récit de la vie du Facteur Cheval, je ne suis pas du tout surpris, c’est ici une autre forme d’expression artistique, qui ne mérite aucun jugement. Celle-ci est gardée par une armée de chats.

Et puis la journée se finira au bord de l’eau, et dans l’eau, je ne pense pas y retourner, elle est froide maintenant.

2
nov

Aujourd’hui le temps se gate, quelques rayons de soleil, mais surtout du ciel couvert avec quelques averses violentes.

Culurgiuones

Encore des vestiges romains... puis des forêts de chênes lieges, il ils n’ont pas du tout la feuilles feu chênes, et l’écorce est un épais manteau de liège moelleux.

La région est truffée de mines abandonnées pour la plupart.

Les lignes de la routes ont été repeinte récemment, la végétation aussi.

Un vendeur d’escargots au coin d’une rue.

Il y a aussi des vestiges plus anciens que l’époque romaine, les Nuraghes.

Ma journée se terminera dans le fossé. Avec la pluie je n’ai pas bien vue le bords de la route et en manœuvrant j’ai mis une roue dans l’herbe, puis deux... Et me voilà planté dans un fossé sur une route de campagne, au milieu des montagnes. Il pleut, il fait nuit, et le téléphone mobile ne passe pas, ça ne va pas être évident de dormir avec une telle inclinaison !!

Heureusement, une voiture de Polizia Rurale passe par là, au début ils ne veulent pas m’aider, puisque je n’ai ni blessure ni dégât, tout va bien alors ça ne les concerne pas. Finalement après une dure négociation, ils utilisent leur radio pour m’appeler une dépanneuse... 20 minutes après je suis tiré hors du fossé, et je peux reprendre ma route pour trouver un parking plus plat pour passer la nuit.

3
nov

Ce matin le soleil est toujours aussi timide, il jouera à cache cache toute la journée, entre deux averses.

Puisque l’on parle d’eau, je crois que c’est le moment de visiter les thermes Romain de Fordongianus, l’eau y sort très chaude, lorsqu’elle se mélange à la rivière la température est idéale.

Après mon bain naturel, je me rends compte qu’il y a un établissement thermal juste à côté, parfait pour une série se Salus Per Aquam.

Des tas de pierres... vestiges ?

Vient finalement l’arrivé à Porto Torres, m’a dernière étape italienne. Le temps est très sombre et couvert, et pourtant l’eau est magnifique, je n’ose pas imaginer ce que ce doit être avec un rayon de soleil.

Me voilà embarqué sur le bateau qui me ramène à Toulon, à cause des mauvaises conditions météo, le bateau ne partira que demain matin, c’est pour ça qu’on m’a annoncé 18h de voyage.

Au départ la mer est très calme, il y a bien quelques averses et du vent, mais pas des vagues. On va bien voir ce qui nous attends demain...

La traversée sera plutôt agité, moi je n’aurai pas de soucis gastrique, mais le personnel de bord est bien présent avec des sacs à vomi à disposition un peu partout.

Et voilà le dernier coucher de soleil sur la route de Toulon pour rentrer à la maison.