Une semaine à la découverte non seulement d'Amsterdam, mais aussi des petits villages qui font le charme du plat pays
Octobre 2012
7 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Octobre 2012 : nous avons jeté notre dévolu sur les Pays Bas pour nos vacances de la Toussaint. Nous avons un bon filon pour le logement: un bungalow à Heiloo située à 40 km au Nord d'Amsterdam. Le loyer n'y est pas élevé et comme on peut facilement atteindre notre destination en voiture, cela fait des vacances à budget modique. Cette localisation a pas mal d'avantages: nous sommes à distance des bruits de la grande ville et nous profitons des transports en commun et notamment du système P + R. nous laissons en effet la voiture sur un parking d'une gare à quelques kilomètres d'Amsterdam et prenons le train qui nous emmène au centre ville. Là encore le coût est modique et cela évite d'avoir à circuler en voiture en ville.

La gare est un beau bâtiment néo-renaissance de 1889. En sortant, nous prenons la grande rue et longeons la Beurs Von Berlage : l'ancienne bourse qui abrite aujourd'hui des expositions.


Le damrak nous emmène jusqu'à la place du Dam où trône le monument en mémoire de la seconde guerre mondiale, encadré de deux lions qui symbolisent les Pays Bas.

De suite, nous nous dirigeons vers les canaux. Il fait beau, il faut donc en profiter. Ce sont quelques dizaines de rues, parallèles les unes aux autres qui longent ce réseau hydraulique. Ces rues sont bordées d'immeubles à redents, si typiques de l'architecture de ce pays du Nord.


La promenade est agréable, mais entre les petites rues étroites, les vélos fort nombreux qui circulent sans faire attention aux piétons, il n'est pas aisé de circuler avec une poussette.

Dans ces petites rues où les immeubles semblent se blôtir les uns contre les autres, quelques fiacres et calèches circulent également.

C'est en tout cas l'occasion de faire quelques photos typiques.

Une belle journée ensoleillée qui nous laissera un très agréable souvenir. Nous passons d'une rue à l'autre en empruntant les petits ponts au charme si romantique.

Sur certaines façades, les crochets en haut de l'édifice traduisent l'ancienne fonction d'entrepôt de marchandises des bâtiments. Ces derniers servaient en effet à hisser les marchandises à l'aide de cordes et de poulies. C'est tout le passé commerçant d'Amsterdam qui a fait sa richesse qui refait surface.

La pause du midi se fera autour de friands à la saucisse ou au fromage qui semblent être une spécialité des Pays Bas.

Notre déambulation nous amène face à la statue de Kokadorus : négociant amstellodamois devenu populaire au XIXème siècle. Là encore, le passé marchand de la ville est mis en exergue sur cette place de l'Amstelveld où se tient un marché aux fleurs tous les lundis ainsi que des marchés aux puces de manière plus ou moins régulière. Sur cette place, un petit café a installé sa terrasse et on trouve également des jeux pour enfants ou encore un petit terrain de football et un boulodrome.

Au pied des ponts, de petites boutiques ont installé leurs étals, à l'image de ce fleuriste.

Un peu plus loin, nous arrivons au bord de l' Amstel : certainement le principal canal de la ville. En vieux néerlandais, aeme-stelle signifie : "la zone aquatique". L' Amstel est en fait un fleuve sur le bord duquel, au XIIIème siècle s'est installé un village de travailleurs de la tourbe. A l'embouchure de la rivière, une digue a ensuite été construite et un village de pêcheurs s'est installé en ce lieu qui deviendra plus tard Amsterdam qui signifie "digue sur l'Amstel." Le fleuve est enjambé par la Magere Brug : un beau pont à bascule qui est en fait une réplique du XIXème siècle d'un pont dont l'original date quant à lui du XVIIème siècle

Nous basculons pour notre part vers le centre ville où on voit quelques coffeeshops, moins célèbres pour leurs breuvages que pour les herbes que l'on y vend. La place Rembrandt est ornée d'une statue du célèbre peintre qui a fait les beaux jours du clair obscur et de la peinture néerlandaise.

Nous débouchons ensuite sur la Munttoren : la tour de la monnaie et son célèbre carillon.

Le soir venu, nous nous en retournons vers la gare, en passant par les petites rues commerçantes dans lesquelles les fromageries sont nombreuses, le fromage de Hollande étant bien entendu une autre spécialité locale. Nous avons d'ailleurs appris lors de notre séjour que les meules jaunes étaient destinées à la consommation sur le marché local alors que les rouges étaient destinées à l'exportation.

Voyagez en circuit individuel, personnalisé et abordable

Plus de 50 circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation facile en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires
2

Le lendemain, nous nous rendons dans la ville d'Alkmaar au charmant centre ville historique. C'est à 5 kilomètres de Heiloo et cela vaut vraiment le détour.

Le coeur historique de la vieille ville est complètement entouré de canaux qu'enjambent de petits ponts. il a ainsi été transformé en quasi presqu'île.

La Waag Gebouw : une ancienne chapelle a été transformée en musée du fromage. Elle a conservé un joli clocheton.

Quelques commerces sont d'ailleurs entièrement consacrés à la spécialité locale.

Les petites rues du centre ville et les jolis ponts à bascule ont beaucoup de charme, même sous un temps couvert.

La première mention du village apparaît au Xème siècle. C'est l'élevage de vaches laitières sur les polders et la transformation du lait en fromage à pâte pressée, facilement transportables au loin sur les bateaux ou les chariots qui firent la richesse d'Alkmaar.

Le vendredi se tient un marché au fromage mondialement connu. La ville comporte une guilde des porteurs. Tous habillés en costume similaire, ces derniers étaient chargés de transporter les fromages jusqu'à la pesée communale, accrochée à une solive du Waag Gebouw. La pesée s'éffectuait avec les poids publics, sous le regard de l'officier de pesée.

En ce lundi matin un peu pluvieux, le centre de cette ville de Frise occidentale n'est pas très animé, mais la promenade est agréable.

Les belles façades des principaux édifices de la grande rue valent à elles seules le détour, même si ce ne sont pas les seules curiosités à découvrir.

La Grote Kerk d'Alkmaar est dédiée à Saint Laurent. Elle a été édifiée dans le style gothique brabançon et elle abrite une collection réputée d'art sacré ainsi que deux orgues dont le plus ancien date de 1511. Outre les tombeaux de banquiers, elle contient également celui de Florent V de Hollande.

L'hôtel de ville arbore également une belle façade gothique avec un magnifique perron et une tour octogonale striée de calcaire blanc. Deux statues à l'entrée représentent la justice et la vérité.

Dernière petite déambulation dans les rues avant de reprendre le chemin du port et de rentrer dans notre location.

3


Et oui, notre visite du quartier rouge commence par une étape au vert. Notre location à Heiloo se compose d'un bungalow au milieu des espaces verts. Le propriétaire possède ainsi une dizaine de bungalows et il exploite une mini ferme avec des animaux que mon fils en bas âge me demandait d'aller voir tous les matins. C'est plutôt sympa avec de jeunes enfants. La location était bien si ce n'est le réglage du chauffage : 13 ° la première nuit, c'est quand même très froid !!!

Cette nouvelle journée commence pour nous comme la première par l'arrivée du train en gare d'Amsterdam.

Nous nous dirigeons d'emblée vers le quartier rouge à la réputation si sulfureuse.

Non, la réputation n'est pas uniquement dûe à cette tireuse à bière installée en pleine rue.

Elle est due à ces boutiques dans les vitrines desquels de grands rideaux rouges sont parfois tirés et dont les seules marchandises exposées sont des femmes en petite tenue.

Nous passons ensuite devant la Waag : dernière porte médiévale de la ville aujourd'hui transformée en café restaurant. Le bâtiment a eu plusieurs utilisations au cours des siècles : il a abrité une guilde mais a aussi servi de salle d'escrime, de prison, d'atelier de restauration de meubles, de caserne de pompiers, de théâtre anatomique. C'est d'ailleurs là que Rembrandt peignit en 1632 sa toile : "la leçon d'anatomie du professeur Tulp".

Comme partout à Amsterdam, les vélos sont présents, y compris pour les petites livraisons du quotidien qui demandent parfois à ce que la machine soit spécialement aménagée.

On trouve aussi dans ce quartier pas mal de bars, dont ce "temple bar" qui ne ressemble pourtant pas à son homologue dublinois.

Un peu plus loin, nous sommes devant l'université d'Amsterdam, la plus prestigieuse des Pays Bas qui a abrité pas moins de 6 prix nobels.

Dans le quartier, on dénombre aussi pas mal de coffeeshops qui vendent des substances interdites en France. Un musée a même été entièrement dédié au hash et à la marijuana...

Notre promenade nous ramènes vers les quais et ses troquets qui ont pas mal de caractère.

Nous arrivons ensuite face au jardin zoologique situé dans le quartier du plantage, qui nous concernant port bien son nom puisque le jardin est fermé et que nous ne pourrons en observer qu'un des plans d'eau au travers des grilles.

Nous revenons peu à peu vers le centre ville tout en contemplant ces vastes façades où s'ouvrent de petites fenêtres sans rideau. Nous sommes en pays protestant et la tradition est de ne pas occulter les fenêtres pour que Dieu puisse voir chacune de ses ouailles....


En soirée, nous nous retrouvons sur la place du Dam : centre historique de la ville. C'est en effet en cet endroit que fut construite une première digue en 1265, couplée à un pont exempt de péage qui permettait de franchir l'Amstel et c'est sur la partie en aval de ce barrage que s'édifia le premier port d'Amsterdam. Sur la place actuelle, on trouve le paleis op de Dam qui servit d'hôtel de ville jusqu'en 1655, puis de résidence royale. La palais fait face à la Nieuwe Kerk : une église et tout autour, on trouve des hôtels et des magasins de luxe ainsi que le musée de madame Tussauds.

Nous rejoignons enfin la gare par les rues commerçantes où les boutiques de liqueur font face aux fromageries dans lesquelles le procédé de fabrication est en cours...

4

Le lendemain, nous prenons la route du Waterland, qui nous permet de découvrir la campagne au Nord d'Amsterdam, sillonnée de canaux et sur lesquels des moulins sont transformés en sites touristiques. C'est certes une image d'Epinal des Pays Bas, mais elle vaut le détour. Il ne faut pas oublier que ce sont justement les moulins qui ont permis d'assécher les polders et qui ont offert aux néerlandais des terres arables. La visite réjouit notre fils de deux ans qui nous chante "ton moulin" dans la voiture.

5


Le temps est clément. Nous décidons donc de faire route vers Enkhuizen au bord du Markeermer, qui est l'un des principaux lacs du pays.

A sa porte principale, la ville rend hommage à un enfant du pays : le peintre Paulus Potter. La ville a connu, au XVIIème siècle, une période d'immense prospérité lié à la compagnie des Indes et à son accès à la Zuydersee : la mer du Sud

Nous sommes intéressés par la visite du Zuiderzeemuseum. Nous apercevons une joli bâtiment qui abrite des maquettes anciennes de bateaux en bois, mais nous décidons de nous diriger vers la partie plein air du musée.

Nous sommes le 31 octobre et le musée a fermé le 30.... pour la fin de sa saison ! On ne peut donc qu'entrevoir les bâtiments qui retracent l'histoire de l'habitat traditionnel néerlandais au travers des siècles en jetant quelques coups d'oeil par dessus le mur d'enceinte.

Dommage, cela avait l'air super sympa et intéressant, ce que nous a d'ailleurs confirmé une personne qui est allée aux Pays Bas après nous et qui a pu visiter.

Le musée est réparti sur plus de 130 maisons, magasins et ateliers authentiques. On peut y découvrir la vie des habitants de la région entre 1880 et 1930. On peut notamment visiter des ateliers de filetiers ou encore ceux du fumage du poisson.

Bon, certes, nous avons loupé la visite, mais nous n'avons pas fait ces kilomètres pour rien. Nous trouvons un petit restaurant en ville qui sert des produits très frais et nous nous réjouissons de trouver en dessert des pancakes à la pomme parsemés de sucre en poudre.

Après le déjeuner, visite du centre ville qui vaut aussi le détour.

Nous terminons par le port de cette petite ville située au bord de deux lacs : le Markermeer et le Ijselmeer.

Quelques belles embarcations sont là pour nous rappeler le glorieux passé de marins et de commerçants des néerlandais.

Adieu Enkhuizen, il nous faudra revenir si nous voulons visiter ton musée.

6


Nous poursuivons notre route et arrivons en milieu d'après-midi dans le charmant village d'Edam, mondialement connu pour son fromage.

La aussi, le marché au fromage fut la principale activité au Moyen âge. C'est d'ailleurs en 1520 qu'Edam reçu officiellement le droit d'organiser un marché. Cinquante ans plus tard, la maison de la pesée fut construite. Le marché a fermé en 1920, les fromages étant produits en usine. Edam a cependant remis le sien en activité plus pour montrer son fonctionnement aux touristes qu'autre chose. Tous les mercredis de l'été, vous aurez donc droit à une démonstration de la vie du marché d'autrefois.

Les devantures des magasins affichent clairement la couleur...

Dernière vue sur une petite cour joliment arborée avant de filer vers notre dernière étape de la journée : Monnickendam

7


Nous arrivons dans ce petit port au bord de l'Ijsselmeer au moment où la nuit tombe.

Monnickendam fut autrefois réputé pour ses anguilles, mais on peut également y déguster des harengs fumés.

8

Le lendemain, nous quittons notre bungalow et retournons vers la grande ville : Amsterdam.

Nous commençons notre visite par la Oude Kerk : la vieille église en français, qui est effectivement le plus vieil édifice religieux d'Amsterdam. Elle fut construite sur les ruines d'une chapelle en bois que les pêcheurs dédièrent à Saint Nicolas.

C'est au sein de cette vaste église qu'est enterrée la femme de Rembrandt.

Nous sommes toujours dans le quartier rouge avec ses cofeeshops aux devantures colorées.

Bien sûr, les d'autres spécialités sont également présentées dans les différentes boutiques comme ces sabots de bois.

Il y en a pour tous les goûts....

Sur la place du Dam, une calèche attend les touristes...

Nous continuons en direction du quartier du Joordan.

C'est ici et plus exactement dans la West Kerk qu'est enterré Rembrandt. L'emplacement exact de sa sépulture reste cependant inconnu.

Là encore, une toute petite fromagerie est accolée à l'édifice religieux.

Non loin de là se trouve un musée dédié à Anne Franck, construit à l'emplacement où se trouvait sa maison.

Dans ce quartier, les maisons ont beau être étroites, parfois très étroites..., elles traduisent une forme d'opulence. Presque toutes ont un crochet accroché à une solive et quelques unes arborent les pignons à redents si typiques des Pays Bas.

Les moyens de locomotion ont aussi une touche très locale.

La porcelaine de Delft fait également partie des articles qui firent la renommée des hollandais de par sa finesse. Elles fut inspirée des porcelaines ramenées de Chine par la compagnie des indes orientales néerlandaise.

Un peu plus loin, dans Leidesplein, les façades commencent à prendre de l'ampleur.

Nous ne tardons pas à traverser le fleuve pour accéder aux musées les plus réputés de la ville.

Le Rijksmuseum présente les oeuvres d'art majeures du siècle d'or de l'art flamand avec 12 toiles de Rembrandt et 4 de Vermeer.

Le bâtiment est situé non loin de deux autres beaux musées : celui dédié à Van Gogh et le stedelijkmuseum. Sur l'esplanade, les touristes aiment à venir se faire photographier face au "I amsterdam"...

A deux pas de là se situe le Vondelpark, poumon vert de la ville qui est devenu un lieu de promenade pour les citadins. Le soir tombe et il nous faut songer à quitter Amsterdam. Demain, nous rentrons en France.

Sur le chemin du retour, nous faisons un crochet pour aller visiter le béguinage. Le quartier n'est pas facile à trouver. Il se situe juste à côté de la Kalvertstraat : l'une des plus grandes artères d'Amsterdam. Il faut cependant passer sous un petit porche pour accéder au béguinage qui prend des allures de havre de paix.

Nous sommes dans l'une des plus anciennes cours intérieures de la ville. La plupart de ces bâtiments sont aujourd'hui des habitations privées.

La cour abrite l'ancienne église réformée des anglais, construite au XIVème siècle et qui sert de chapelle. Elle abrite également la plus vieille maison d'Amsterdam.

La dernière béguine a avoir habité le quartier y est morte en 1971.

Ce petit quartier est très agréable. C'est un îlot au centre de la ville. Il ne faut d'ailleurs pas oublier qu'à l'origine, le béguinage était justement entouré par les canaux, lui donnant un caractère insulaire.

C'est la fin de notre voyage : good bye le Dam, good bye Amsterdam...