Carnet de voyage

Le Grand Sud

Dernière étape postée il y a 1022 jours
Ces terres rouges arides, striées de lacs et de rivières, entourées d’une flore préhistorique, sont un appel à l’évasion et aux activités de plein air.
Novembre 2018
20 semaines
Partager ce carnet de voyage
1

Direction camping des Bois du Sud, parc de la rivière Bleue et Blanche. Le parc de la rivière bleue fait plus de 9000 ha permettant d’aller à la découverte de la flore et faune endémique: Kaori, Houpe, Notou et Cagou.


Le 23 octobre départ de Nouméa avec ma soeur et sa famille à 10h, Arrivée à 11h au parc des Bois du Sud (ancien site d'exploitation du bois de houppe, chêne caoutchouc et kaori utilisés pour la construction des pirogues et des habitations, aujourd'hui ces espèces sont préservées) .Beau trajet avec des routes serpentées entourées des paysages authentiques et atypiques: de la terre rouge, des rivières, une végétation à la fois aride et humide. De quoi nous en mettre plein la vue et nous rappeler que nous sommes venus ici pour la découverte d’une culture différente, plus primitive où l’homme a eu moins d’impact sur la nature. Après notre installation au camping, nous visitons les bois du Sud et nous nous baignons dans la rivière.Le 24 octobre Visite du parc de la rivière bleue et blanche et baignade.Le 25 octobre pliage des tentes et départ vers 10h du camping pour un détour par Plum en passant par la source du Mont Dore. Pique Nique sur la plage de Plum avant un retour sur Nouméa.

2
2
Publié le 17 janvier 2019

Rattachée à la commune de Mont-Dore, l'île Ouen est située au sud du canal Woodin, quasiment à mi-chemin entre Nouméa et l'île des Pins. Découverte par un santalier anglais au XIXème siècle, l'île abrite aujourd'hui une population d'une centaine d'habitants concentrée dans le village de Ouara, nichée au cœur d'une cocoteraie.

ile Ouen baie intérieure accessible par une toute petite passe entre deux récifs. La terre est rouge et le sable noir. Tout est désert on y trouve des noix de cocos, des nautiles échoués, des bois morts. Une atmosphère marsienne loin de la civilisation. Un coin de tranquilité et de belles trouvailles.Le lendemain, nous décidons d’aller voir le seul village de l’île: Ouara.Ile de seulement 80 habitants et pourtant une école maternelle et primaire ainsi qu’une église dans le village.Nous sommes accueilli par le chef de tribu avec qui nous parlons de l’île, des activités journalières des habitants qui sont essentiellement le travail des cultures surtout de l’igname. A cette période, fin du passage des baleine, il prépare la terre pour planter et enfin récolter en mars l’igname pour la saison des mariages de Mai à Août. Nous faisons «coutume» avec un manou (morceaux de tissus) en leur demandant si nous pouvons visiter leur terre. Nous arrivons à l’heure de la sortie de l’école 11h30:20 enfants scolarisés, nous en profitons pour discuter avec l’instituteur qui habite sur l’île la semaine depuis 11 ans, il dit «être tombé amoureux de la mer», les relations avec la tribu ne sont pas toujours facile apparement.Nous visitons aussi l’église simple mais très colorée par les manous et des tressages. Nous ne pouvons pas accéder au village de la tribu car nous sommes considérés comme des étrangers et l’accés en tribu ne se fait pas facilement.Départ pour Nouméa pour réparer le pilote et faire encore quelques travaux pour améliorer notre voilier afin d’être plus confortable sur les plus longues traversées.

Un havre de paix loin de la ville
3
3
Publié le 17 janvier 2019
Ilôt magnifique avec une très belle végétation 
4
Moment très agréable dans cette source d'eau chaude et dans les mangroves 

Situées à l’’embouchure de la Rivière Bleue dans la baie du Carénage, les sources thermales génèrent une eau légèrement sulfureuse à 43°C. Elles sont au nombre de trois et ont été mises en service lors de la période pénitentiaire du village de Prony vers 1871.

En 1881, la construction d’’un sanatorium restera, finalement, à l’’état de projet. En approchant du débarcadère en bois construit sur la rive gauche, il se prolonge par un petit chemin débouchant lui-même sur un bassin rectangulaire luxueusement aménagé par la province Sud : deck en kohu, passerelle en inox, table en bois massif avec abri. Ici, l’’eau légèrement alcaline, chlorophosphatée, silicatée, magnésienne jaillit à une température moyenne de 33 °C et dégage de nombreuses bulles. Ce bain, particulièrement relaxant et bienfaisant, est un véritable moment de bonheur avant un « somptueux » pique-nique.

5
5
Publié le 1er novembre 2019

Construit au XIXe siècle pour ravitailler Nouméa en bois, l'ancien bagne de Prony est aujourd'hui envahi par la végétation luxuriante. D'immenses banians recouvrent les bâtiments de leurs racines envoûtantes. Dans le dernier quart du XIXe siècle, un village se greffe sur le site où l'exploitation du bois perdurera jusqu'en 1911. Une association de mordus de la restauration a réhabilité la poudrière bâtie en 1884 et un sentier a été aménagé pour profiter pleinement des vestiges.

vestiges du bagne 
6
6
Publié le 1er novembre 2019
Un village non habité à l'année,  on y trouve des maisons secondaires et un gîte.