Carnet de voyage

La vélodyssée de bayonne à Royan

8 étapes
6 commentaires
6 abonnés
Dernière étape postée il y a 38 jours
J'en avais envie depuis longtemps. Le rêve devient réalité. Je pars modestement pour une semaine le long de la Vélodyssée entre Bayonne et Royan. Mon destrier est un "vieux" VTT Giant, cadre alu.
Juillet 2022
7 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 2 juillet 2022

Ça y est. C’est parti! Léger! Je suis surpris d’avoir aussi peu de bagages. Encore beaucoup de place dans mes sacoches!

Ce matin, j’ai perdu mes clés de maison. Je suis donc parti en laissant ouvert. Le voisin viendra fermer!

Le train à 6:36. Lever à 5:15. Ça pique.

Je suis donc dans le train qui roule vers Bayonne. Ce sera là bas que les choses sérieuses vont commencer: un petit 40 km pour se mettre en jambes.

Pour ce soir, pas de plan. La liberté quoi!

Béquille maison 

Ça y est: j’y suis. Au milieu des pins où chantent les cigales. Des voies cyclables en bon état et énormément de cyclistes: randonneurs mais surtout du vélo de loisir , loué à la journée. Des personnes de tous âges, beaucoup de retraités.

Déjà 39 Km au compteur. A priori, l’étape est un peu plus longue que prévu. Mes jambes subissent l’absence d’entraînement… et mon c… aussi. Ça ira sans doute mieux dans trois jours!

Camping les acacias à Messanges 

Arrivée en début d’après midi au camping des acacias à Messanges. Y’a pas foule. Se poser, déballer tout mon bardas pour refaire le paquetage de façon rationnelle (j’avais tout amassé et bourré à la hâte dans les sacoches. Je devais initialement partir dimanche matin…mais…pas de train…ça rime!)

Montage de tente, bonne douche, lessive…et lecture. Dîner et gros dodo. C’est le programme de ce soir.

2
2
Publié le 4 juillet 2022

Il fait beau. Pas de rosée, ce qui change du Béarn! Nuit … pas terrible! Sur le lot de petits matelas gonflables que nous avons à la maison, j’ai naturellement pris celui qui ne tenait pas la pression. Et comme j’ai passé l’âge de dormir à même le sol, je vais aller m’équiper d’un bon vieux matelas en mousse qui ne se dégonfle pas, lui!

Heureusement, le petit dej requinque. Je teste une recette éprouvée par de nombreux cyclos que je suis sur YouTube: porridge, raisins secs, banane. Ça doit tenir au ventre!

A priori, ça doit tenir au ventre 

Le beau temps: le prix à payer, c’est un vent continu NNO de 15 km/h…de face.

Des longues lignes droites 

Après Messanges, la Vélodyssée emprunte une ancienne voie ferrée et présente de longues lignes droites un peu ennuyeuses.

Enfin après le plat, les dunes! Et là, c’est plus la même histoire. Les coups de cul, et le chargement du vélo me tire en arrière. Le cœur monte dans les tours et les poumons cherchent l’air.

Je rencontre un gars qui vient du cap Finistère en Espagne. Une mois et demi de ride sur le chemin de Compostelle. Clairement, on ne joue pas dans la même catégorie. On fait une dizaine de kilomètres ensemble. Arrivés à la plage Conti, il me propose de l’accompagner dans un camping à la ferme, c’est à dire faire 9 km vers l’intérieur des terres. Je suis déjà cuit. Je refuse poliment, et j’opte pour le bivouac. C’était prévu dans le plan, histoire de voir ce que cela donne.

J’ai donc trouvé un joli coin discrètement caché, éloigné de la véloroute. J’ai planté la tente et après le repas, j’y ai passé la nuit. Je me suis demandé si je mettais le double de toit. J’ai pris cette option et grand bien m’en a pris: j’ai eu un orage pendant la nuit.

Petit bivouac tranquille  
3
3
Publié le 4 juillet 2022

Outre l’orage, il a pas mal plu cette nuit. Le double toit a tenu et la pluie s’est arrêtée au petit matin. Je me suis dirigé vers Mimizan plage. J’ai confié mon téléphone à charger au Poste de secours, et je suis allé prendre le petit déjeuner au café d’en face.

Plage de Mimizan au petit matin 

Je récupère mon téléphone et vais m’assoir sur un banc auprès de trois papys. Poliment, j’engage la conversation. Erreur fatale. Une demie heure plus tard, je n’arrivais plus à m’en dépêtrer. J’ai dû couper la conversation par un bref “Bon Ben, c’est pas tout ça mais la route m’attend!”

Lac de Biscarrosse, des marinas…

Marinas et forages pétroliers  

Le gisement de Parentis a été découvert par la compagnie des pétroles d’Aquitaine (futur Elf) dans les années 50 et a longtemps été le plus gros gisement d’huile français. Il a été revendu à Vermillon, une société canadienne qui l’exploite toujours, d’où la présence de ces mats d’appareils de forage sur le lac.

Après Parentis, j’ai dû me cogner la pire section du trajet jusqu’à présent : une ligne droite a n’en plus finir bordée par une route très passante.

Tout ce que j’aime 

J’ai poussé jusqu’au camping des petits écureuils de Biscarrosse. Piscine et jacuzzi pour 19 euros. Je ne suis pas privé.

4


Depuis que je suis parti ce matin, je n’arrête pas de m’arrêter. Deux kilomètres après mon départ, une charmante dame s’avança à ma hauteur et hurla par la portière de sa voiture « Eh, il y a des pistes cyclables » à laquelle je n’ai pu m’empêcher de lui répondre « qu’est-ce que ça peut vous foutre ». Après réflexion, il aurait été plus élégant et pédagogique de répliquer « Il y a aussi la politesse et la cordialité, madame! » mais bon…

Après cela, j’ai voulu prendre un Raccourcis: je me suis retrouvé dans une piste ensablée à pousser mon vélo sur 600 m.

La piste à pousser le vélo. 

Au niveau de l’étang de Sanguinet, je découvre une Marina à la française, avec des bateaux et pontons privatifs…

A propos, l’étang de Sanguinet est vraiment superbe.

Les plages de l’étang de Sanguinet  

Dure la traversée des dunes entre Biscarrosse et Biscarrosse plage! J’ai rencontré à nouveau le couple d’Espagnols que j’avais vu hier. J’ai pu vérifier que mon niveau était encore suffisant pour comprendre et raconter des histoires avec quelques mots d’anglais en dépannage .

Donc dur dur la traversée….donc pourquoi pas ?

Pourquoi pas? 

Biscarrosse plage - embarcadère du Moulleau: 25 km … de galère ! Vent de face, la chaleur, des raidillons pas possibles, mon mal de c… et le manque d’entraînement ! Bref j’en j’ai bavé mais j’ai fini par y arriver à ce satané embarcadère ! Une petite demi-heure de croisière donc pour traverser l’embouchure du Bassin en contournant les bancs de sable.

L’embarcadère du Moulleau et la plage du même nom et au loin la dune du Pilat
La fameuse dune! 

Je suis arrivé au Cap Ferret et j’ai pensé immédiatement au film « Les petits mouchoirs » emprunt d’un parisianisme un peu puant que j’ai pu percevoir en conversant sur le bateau avec des parisiens justement, propriétaires d’une résidence secondaire dans ledit Cap.

Ce soir, je suis au camping du Truc vert à 7 km au nord du Cap Ferret. J’y ai revu une dame qui était dans le même train que moi avec son vélo. Une Tarbaise. Demain est un autre jour.

5
5
Publié le 7 juillet 2022

Départ tranquillou du camping du Truc Vert vers 10:00 pour aborder la petite étape du jour: 37 km jusqu’à Lacanau Océan. Une piste cyclable dans la forêt, sans voitures mais parfois très détériorée du fait des racines et des plaques de béton sous-jacentes à l’enrobé. Battage de c… assuré !

Donc poses régulières pour soulager les fessiers.

Pose salvatrice des fessiers  

Arrêt pique-nique vers 12:30 à La Porte.

Arrêt pique-nique  à la porge

J’ai rencontré un couple de retraités en VAE qui faisaient la même route que moi. Nous avons pas mal discuté. Je ne les ai pas revus sur le parcours.

Par endroits, juste avant Lacanau, la Vélodyssée est vraiment très détériorée. Finalement, arrivée à Lacanau Océan. Première tentative pour un camping: complet… même pour un vélo et une tente… et un gars exténué. Deuxième tentative plus concluante. Ce soir une petite baignade…et au lit.

6
6
Publié le 6 juillet 2022

Petit déjeuner ce matin près de mes copains allemands d’un soir. Le gars, 64 ans, pour travailler sa mémoire, a appris par cœur les préfectures de tous les départements français. Je n’ai pas réussi à le coller y compris sur Mayotte que je ne connaissais même pas: Mamoudzou!

A côté de mes copains allemands. 

Il faut quand même que je raconte la soirée de la veille. À côté de l’emplacement où j’étais, il y avait une tente avec trois vélos en vrac. Je me suis dit qu’il S’agissait de jeunes qui parcourraient la Vélodyssée. Effectivement, c’était des jeunes, mais qui étaient là pour picoler du whisky coca et fumer du chichon. Je me suis dit que la nuit n’allait pas être terrible. Entre-temps, un couple de gars anglophones est arrivé et a planté sa tente juste à côté de la leur alors qu’il y avait de la place sur l’emplacement où j’étais. Je me suis donc dit qu’ils seraient les premiers à sévir. En fait, les jeunes sont allés se finir ailleurs et ont mis un peu le bazar en rentrant tard dans la nuit. Je n’ai pas regardé ma montre, histoire de ne pas m’énerver.

Après Carcans, j’ai roulé sur ce qu’on appelle les pistes à l’allemande. Il s’agit de plaques de béton de 80 cm de large et 5m de long posées bout-à-bout. Ça ressemble aux autoroutes construites par Hitler à partir de 1933. C’est aussi tape-cul que les voitures allemandes d’une certaine époque.

Piste à l’allemande 

Un Peu plus loin, avant Montalivet, j’ai roulé sur mon chemin préféré : une ligne droite de 10 km, Le long de la route.

Une belle ligne droite, bien monotone  

Aujourd’hui, j’ai pris l’option d’aller jusqu’à Montalivet pour me laisser une dernière étape de 30km jusqu’au Verdon où je prendrai le bac pour Royan.

7
7
Publié le 8 juillet 2022


En partant de Montalivet, une erreur d’itinéraire m’a fait bénéficier de 6 km supplémentaires. La Vélodyssée n’est pas toujours bien fléchée et une vérification régulière sur Google Maps n’est pas inutile. J’ai encore eu droit à quelques lignes droites comme je les aime

C’est droit et c’est long…. 

Soulac sur Mer et ses villas soulacaises typiques. Pour moi, cette station balnéaire a un parfum d’enfance. Quand j’étais petit, je suis venu plusieurs fois en vacances avec mon oncle Henri, ma tante Micheline et ma cousine Nelly.

Soulac et ses fameuses villas soulacaises 

Je ne peux pas passer à Soulac sans faire une photo du Signal. Le Signal est un bâtiment résidentiel des années 70 qui était situé à 200 m de la plage. La mer a Petit à Petit grignoté les dunes, si bien qu’aujourd’hui les fondations du bâtiment sont presque sapées par les vagues. Tous les propriétaires ont été expropriés.

Le Signal 

La promenade du bord de mer a été emportée par les tempêtes.

C’est selon moi, une preuve irréfutable du changement climatique : la montée lente de la mer et l’intensité, la fréquence augmentées des tempêtes modifie la physionomie des côtes à l’échelle humaine.

Ce bac qui traverse l’estuaire de la Gironde ainsi que Royan sont imprégnés de souvenirs.

Le bac au Verdon 
Arrivée sur Royan 

Voilà, fin du voyage à vélo. Ce soir, je me suis offert un airBnB, histoire de dormir dans un vrai lit.

Si je dois tirer un bilan de cette semaine de vélo, il est le suivant :

  • toutes les sacoches Ortlieb font le job. Seul Problème, sur le porte-bagages avant, elles ont tendance à glisser. Il faudra trouver une astuce pour les empêcher de se déplacer vers l’arrière.
  • Sacoche guidon super pratique. Elle se déclipse et peut se porter en bandoulière.

Équipements supplémentaires à prévoir:

  • une sonnette.
  • Un petit rétroviseur.
  • Un bon matelas pneumatique gonflable, indispensable pour bien dormir.
  • Remplacer la serviette microfibre par une vraie serviette de bain bouclettes.
  • Un porte bidon supplémentaire
  • La selle est super inconfortable. Soit il faut tester une autre selle, ou alors peut-être monter une tige sur ressort.

Pour le bonhomme, l’ennemi est le poids, donc no comment…vous avez compris.

Pour partir une semaine ou même plus, il vaut mieux s’entraîner un minimum. J’ai commencé à me sentir mieux au 6e jour. Quant au reste…la selle…

En l’état actuel des choses, ma distance journalière confortable, avec le chargement, se situe entre 40 et 50 km par jour. Pour le projet Cap Nord de l’an prochain, je vais sans doute être obligé de réviser la distance totale à la baisse.

Que le vélo soit avec vous!

8
8
Publié le 9 juillet 2022
Royan 

Royan est une ville qui a été fortement bombardée pendant la deuxième guerre mondiale. Comme au Havre, le front de mer a été reconstruit dans les années 50, faisant surgir des barres de béton. Ces bâtiments, à Royan, ont plutôt bien vieilli et sont rénovés avec goût, dans une bonne harmonie d’ensemble . En conséquence, la promenade du front de mer avec ses voies cyclables, ses pins parasols, ses bancs et ses massifs de fleurs est un endroit agréable.

La nuit passée, j’ai dormi chez Marie-Claire et Rémi qui louent une chambre en Airbnb. Leur jardin est rempli de mille fleurs. C’est un couple aux moyens modestes d’environ 70 ans. Là, j’y ai découvert l’amour. L’amour inconditionnel d’une femme usée par la vie pour son compagnon, lourdement handicapé.

Leçon de vie…