Carnet de voyage

Un grand tour et un petit vélo

30 étapes
99 commentaires
39 abonnés
Dernière étape postée il y a 191 jours
De rennes à rennes en passant par Singapour, principalement en train, en bateau et avec un petit vélo. (Au figuré aussi !) Un voyage intérieur et extérieur pour sympathiser avec mon futur
Novembre 2019
16 semaines
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 20 novembre 2019

Bonjour, ce petit site pour partager sans trop oublier de personnes. J’ai été sensible aux témoignages avant mon départ et je vous garde dans mes pensées. 

Ce n’est jamais le moment de partir et il y aurait toujours de très bonnes raisons de repousser. Puis vient le jour.

Je prends...je prends pas ? 

Lever tôt pour remplir le sac à dos puis métro, tgv pour paris et petit café très agréable avec Simon Gare de l’Est. Direction Karlsruhe, nuit à Hambourg, et ensuite Hambourg Stockholm, avec un arrêt à Copenhague. J’ai bien aimé le train transporté par le ferry au Danemark

Ça tient pas de place le vélo !  


Le petit vélo permet de découvrir les villes lors des arrêts, trouver un bistrot !

Et même de rencontrer des éléphants ! 
2
2
Publié le 20 novembre 2019

Première pause. 4 jours à Stockholm. Le temps de régler des pb de téléphone, et caler la suite du voyage en transport et hébergement....

Logé sur un superbe bateau 

J’ai bien aimé cette ville et cette ambiance de confiance et de souci de l’environnement. Un pays qui utilise de moins en moins de billets. Si tu n’as pas de CB, tu ne survis pas et du coup bien suivi aussi 🙄

3
3
Publié le 20 novembre 2019

Après une nuit en bateau et une expérience de sauna qui tangue, journée à Helsinki où je rencontre des passionnés qui me font découvrir l’imprimerie.

J’ai fait mes cartes de visite  

Une nouvelle identité...tout est à écrire !

C’est drôle que cela tombe à ce moment là ! 
4
4
Publié le 20 novembre 2019

Une ville qui m’a donnée une notion du beaucoup, du grand.

Et l’ermitage est impressionnant. 60 000 œuvres !

On marche sur ce parquet...c’est dire ce qu’il y a aux murs ! 

3 heures pour réserver mes billets pour Moscou, Novosibirsk et Almaty ! Et je me suis fait aider !

Je pose quelles lettres maintenant ?  
5
5
Publié le 20 novembre 2019

Saint petersbourg Novosibirsk en passant par Moscou. plus de 50 heures de train. Intéressant la vie dans un train. Dans un compartiment de 4 même si on a parfois du mal à se comprendre, on partage des photos, de la nourriture, et on s’entraide. de belles rencontres.

Les paysages défilent...et j’ai le temps de réfléchir...

Comme dans les films de cow boys on voit les rails entre deux wagons 
Est ce que ça annonce le froid ?  
6
6
Publié le 20 novembre 2019

Adaptation au grand froid...ça pique ! Hier soir -33 en ressenti. Mais c'est la siberie...

Malgre sa taille, Ville avec tout petit petit centre ville. Ça m'arrange, parce que le vélo sur la neige...encore quelques maison en bois, d'autres en briques et les constructions dont la vocation est de faire imposant...

Et le vélo ça m'a permis de l'équiper avec des pneus neige 😂...ou presque, en tout cas plus adaptés aux routes d'ici, ici et celles a venir

Opéra imposant...le plus grand de Russie

Je voulais voir la grande salle...j’ai eu une petite et le plaisir d’échanger avec qq musiciens

Mais le froid ça conserve...

7
7
Publié le 22 novembre 2019

Train pour almaty avec des militaires russes. Ça m'à permis de ne pas passer les contrôles !

C'est parti pour 38h de train. ..

Il faut casser la glace accumulée ... 

mais à l’intérieur c’est bien chauffé

Sauf entre les wagons...

En même temps ça donne dehors !

Quelques paysages de la steppe du Kazakhstan

Dont un cimetière...en haut 

Et j’ai chanté (euh fredonné) du Joe Dassin avec un Kazakh qui parlait très bien kazakh !!

A quoi ça tient l’interculturel !!

8
8
Publié le 24 novembre 2019

Arrivée à Almaty...

Ça fait imposant (la gare pas le vélo !) mais on traverse les rails entre les trains...pas pratique pour les valises à roulettes  


Je n’ai pas visité de mosquée ( je vais avoir le temps par la suite) et le hasard m’a amené vers 2 églises orthodoxes. La seconde est toute en bois et assemblée sans clous. Une différence c’est le culte des saints...outre le signe de croix, le saint est embrassé, et une main mise à terre...

D’un coup y’a un plexiglass à embrasser ... 


Bon Almaty c’est grand...comme Paris...des bains immenses, ou l’on se fouette avec des fines branches de chêne, a la russe. C’est bien de le savoir avant ! Et l’occasion de mesurer l’ambiance locale en assistant à un match de la ligue UEFA des clubs champions de foot...en salle ! Le Kairat d’Almaty a perdu contre Benfica...

Vie de ma chambre d’auberge dans les étages...

Demain direction Samarcande, si je solutionne mon permis de résidence avant mon départ ...

9
9
Publié le 24 novembre 2019

Dans ce type de voyage, difficile d’éviter de réfléchir...le petit vélo...

En plus je note...

J’ai hésité, et je me suis dit, les partager...pas toutes... les conneries ? Et pourquoi pas quelques unes qui sont venues...

À Hambourg 


Si je ne supporte pas le silence, Comment je peux réellement écouter ?

Un visage de femme ou un saint de dos ?  

Voyager c’est changer son regard. Casser sa routine. La routine est sans doute la plus puissante des drogues. Elle anesthésie notre peur de la mort qui est pourtant notre seule certitude dans la vie.

Ça, ça veut rien dire ... 


Et un bout de texte de Carlo Carretto sur lequel je suis tombé vraiment par hasard et qui m’a parlé

« Si tu étais vraiment un enfant, un enfant authentique, au lieu de te préoccuper de ce que tu ne peux pas faire, tu contemplerais la Création en silence. Et tu t’habituerais à regarder calmement le monde, la nature, l’histoire et le ciel.

« Si tu étais vraiment un enfant, tu chanterais en ce moment l’Alléluia pour tout ce qui est devant toi. Alors libéré des tensions, des peurs et des questions inutiles, tu mettrais ce temps à profit pour attendre, curieux et patient, le résultat des choses dans lesquelles tu as tellement investi ton amour."

Les idées elles sont venues de cette rencontre ... 

Une dernière....

Qu’est ce que je laisse derrière moi de mon passage sur terre ? De sur des déchets 🤪



Prenez soin de vous

10
10
Publié le 28 novembre 2019

Train de nuit en VIP pour rejoindre Tachkent la capitale de l’Ouzbékistan, puis train dortoir pour samarkand. Billet acheté grâce à une employée de la sncf ouzbek qui est sortie de sa caisse pour aller me changer des dollars...et monté dans le train grâce au chauffeur de taxi qui a traversé la ville en 16 min...les resa par internet c’est plus tranquille ...

Peinture neuve...mais que la peinture 

Samarcande, une des plus vielles cités du monde, un point d’échange sur la route de la soie, et un centre scientifique majeur au 14eme siècle, notamment en astronomie...

Une architecture majestueuse  

Si vous voulez vous en faire une idée plus précise, vous trouverez des tonnes d’images sur internet

Je mets les images qui ont marquées mon œil...la chaîne du froid...le safran et les épices que je mange avec des noix et cacahouètes à l’apéro...

Après avoir soigné mon vélo en Russie j’ai fait soigner mes chaussures ...

J’ai beaucoup aimé les vieilles portes qui donnent le souvent dans des cours intérieures, ou parfois trône un grand lit en bois

Un cimetière où les visages sont gravés sur les tombes parfois dans des postures expressives comme ce sourire...ça m’a plu

Le mulet, il ne respecte pas les feux rouges...mais je l’ai doublé quand même avec mon petit vélo  
11
11
Publié le 1er décembre 2019

Accueilli par le maire dans un village au pied des montagnes à la frontière avec le Tadjikistan.

Partage d’un repas très convivial confectionné essentiellement avec des produits locaux.

Le plov...plat traditionnel avec autant de variations que d’imagination...ou d’ingrédients disponibles... 

les galettes de bouse sèchent sur le mur, elles serviront pour le fourneau...

Nouvelle construction à côté de la maison, la structure extérieure (la base et les angles sont en béton ferrés pour les tremblements de terre, et le reste est en terre et paille. Meilleur isolant en été et hiver...

Chez triballat nous avions eu la presse pour avoir construit un bâtiment en chanvre... 

sur le chemin, un atelier qui perpétue la fabrication du papier de soie transmis par des prisonniers chinois à la suite d’une bataille perdue...j’ai pu participer à lisser ma feuille de papier...

Le lissage se fait avec une corne de vache limée.  

Dans l’histoire si on résume...les feuilles du mûrier nourrissent les vers qui produisent les fils de soie, une partie de l’écorce sert à la fabrication du papier, le reste du bois alimente le feu, et les mûres blanches sont comestibles...du coup on a de quoi écrire, se chauffer, se nourrir et s’habiller !

Et accessoirement, ça fait réfléchir et stimule ma joie 😊


Trouvé sur la route, un moyen de se tenir au courant...

Ça me rappelle des souvenirs en bourgogne... 
12
12
Publié le 5 décembre 2019

Rencontres.

La rencontre dans un pays où l’on ne maitrise pas la langue, ni la culture amène à se focaliser sur l’intention.

Qu’est ce je fais quand je n’adopte pas spontanément la bonne intention...un bonjour, un sourire, un partage ?

J’ai été très agréablement surpris de l’accueil avec le plus souvent un sourire, du partage spontané de là nourriture ou de l’aide que l’on m’a apportée pour me sortir de mes impasses.

Et cela interpelle mes préjugés. Collectif, je m’attendais à vivre des situations tendues en Russie par exemple, et individuels ou la méfiance que la personne pouvait générer chez moi était finalement erronée.

Finalement de cœur à cœur il y a moins de différence que de cerveau a cerveau 

Et pourtant je pensais que mon passé à l’étranger m’avait déjà fait progresser sur le sujet. J’ai encore du travail...c’est plutôt une bonne nouvelle ...

Cultiver son jardin disait Voltaire   

Calcul mental...

La différence entre ces billets...ils valent à peu prêt la même chose.

Et cela me fait travailler le calcul mental, pour me rattacher à mes références...

 Et comme me l’a suggéré Etienne, je pourrais facilement jouer à « qui veut gagner des millions » !!

Écriture.

Le Kazakhstan va passer en 2025 de l’alphabet cyrillique à l’alphabet latin...ça m’a fait penser aux difficultés à réformer l’orthographe en France.

Pour ceux qui ne l’ont pas vue au TEDx de rennes, cette vidéo est excellente. Et très drôle en plus 

🤣

Portez vous bien

13
13
Publié le 7 décembre 2019

J’y suis allé car ça me faisait penser à mon nom. (En écrivant je réalise que mon nom est un palindrome, y’a mieux mais celui la était à ma portée !🤣) Déjà a Novosibirsk, les russes avaient eu l’élégance d’appeler le fleuve par mes initiales. Tout ca c'est Joke...😂

Plus de mosquées,et un centre historique bien mis en valeur  

Logé dans une ancienne résidence d’émir, avec le lieu pour moi tout seul...

Le buffet du petit déjeuner était  à ma table ... 

une expérience de bains vieux de 5 siècles très agréable...

Se faire laver, masser et terminer par une onction miel gingembre très tonifiante !

Au milieu la table de massage  

Au final une atmosphère où le temps n’a plus la même place

Les crépuscules sont doux... 

A 300 km de la frontière afghane, il va falloir changer de mode de transport pour passer de l’Asie centrale à l’Asie du Sud est...un renoncement...de toute façon il n’y avait plus de train...

14
14
Publié le 11 décembre 2019

Saut d’avion de tachkent à Bangkok, pour rejoindre le Myanmar et en passant par dessus l’Himalaya. J’aurais aimé passer par l’Inde, mais c’était compliqué en timing. Apprendre à renoncer. Pas le plus simple chez moi ! 🤣

Jusqu’a Tachkent, ca fait quand même 11 000 km environ en train et un peu bateau. (Avec un petit vélo aussi !😄)

Un apprentissage...malgré les langues, les alphabets et les cultures différentes, ça passe !

Des découvertes et de belles rencontres sur ce chemin. Et vous pouvez changer l’ordre, ça marche aussi 🤪

Un lâcher prise, moins de choses en même temps, moins vite et plus de confiance a priori...

Je me familiarise avec la peur...vais je trouver le transport, la correspondance, l’hébergement à destination ? cette pensée qui trottine, ce souci, il était vital pour nos ancêtres les sapiens, moins pour moi aujourd’hui. Je lui préfère la confiance. Ça me fait penser à cette phrase d’Alain, « le pessimisme est d’humeur, l’optimisme de volonté » un travail de chaque jour. Et on est jamais à l'abri d'une bonne surprise ...


Vélo empaqueté... et même si on ne sait pas jusqu’à l’embarquement si on est enregistré ça fini par rouler
15
15
Publié le 11 décembre 2019

Arrivée au Myanmar par la voie terrestre, après 500 km de bus de nuit...pour traverser le pont de l’amitié à pied !

Friendship bridge...si on l’appelle comme ça, c’est peut être que ça n’a pas toujours été comme ça ! 

Très bon contact à la frontière, c’est l’officier de l’immigration qui me trouve la boutique Orange locale !

Je l’aurais pas spontanément reconnue...polyvalente et efficace de surcroît...10 min au Max

 le temps de déjeuner avec sa copine qui propose des tranches de tofu, avec cacahouètes, verdure non identifiée et piment !

Taxi collectif pour hpa an. Comme une intuition. J’hésitais avec Yangon...pas eu besoin de réfléchir On a fini à 7 dans une 5 places, mais j’étais devant !

4 heures de route et de pistes !

 Mes co-voitureuses. ..qui m'ont bien aidé pour le repas 

Très beaux paysages à hpa an. Karstique et Rizières...

Loué le scout de la responsable de l’auberge...les grottes étaient un peu loin...

Les Rizières,  des exemples de  temples....Je suis pas mega fan. ..trop de jaune clinquant...?


La vache vient d’être lavée... sait elle qu’elle va passer à la casserole ?

Et ce regard...

Étrange  non ? 
16
16
Publié le 14 décembre 2019

Des temples...beaucoup de temples, difficile de les manquer !

J’ai bien aimé celui en construction avec son enchevêtrement d’échafaudages... 

Une belle végétation...l’impression d’être chez un fleuriste...on dit une fleuriste ?

D’ailleurs pour moi il n’y en a qu’une ! (private joke !)

Et des situations qui m’ont interpelées. A plusieurs reprises on m’a offert un service gratuit, des graines, des fruits, de partager un repas, sans même parfois qu’il y ait un rapport marchand.

Ça interroge notre culture dominante des rapports marchands. De quoi ai-je besoin en fait ?  

Ça m’a fait réfléchir au don et repenser à un livre que j’avais adoré quand j’étais étudiant. L’essai sur le don de Marcel Mauss. Il montre que le don engendre un contre don et donc crée du lien social. Dans le cas présent sans contre don il fait juste exister chacun différemment. Passer de l’avoir à l’être. La sensation est très agréable.


Du coup je ramène des graines de citrouille du Myanmar...elles vont avoir une saveur particulière

17
17
Publié le 20 décembre 2019

De Kalaw il y a un train qui amène au lac Inle. Un train lent me dit on. 3 heures pour une cinquantaine de km. La vitesse d’un vélo. Une expérience pittoresque, que j’ai refaite dans l’autre sens...

 J'ai bien aimé la façon de mesurer le niveau de carburant en route ...

Les arrêts peuvent être longs en fonction de la marchandise à charger ou décharger. Ça laisse de temps de goûter la vie d'une gare, avant de profiter à nouveau du paysage qui defile dans des compartiments très aérés !

Le cerf volant est un jeu international. .. 

Les abords du lac Inle étaient magnifiques au soleil couchant...et aussi plus calmes.

Le ponton en vélo était folklorique 

2 heures de marche en forêt pour arriver à un village...

Et ramené a Kalaw par un moine en camionnette...
La bise et à bientôt ! 
18
18
Publié le 23 décembre 2019

Dernier article sur le Myanmar, pour évoquer les moines. Présents partout où je suis passé. Vivent des offrandes de la population.


Mais chaque bouddhiste ou pas apparement, peux passer 45 jours par an dans un monastère pour y pratiquer la méditation en étant logé nourrit.


Et un vieux temple en teck que j’ai apprécié 

Bye le Myanmar, direction Bangkok pour aller en Malaisie en train...

19
19
Publié le 23 décembre 2019

Issu de discussions de soirée...


We do not see things as they are. We see them as we are....


C’est la confrontation bienveillante avec les autres qui fait évoluer nos croyances, nos certitudes.

Or 26% des Français se sentent isolés, inutiles ou abandonnés. Et parmi eux les deux tiers pensent que l’on est jamais assez méfiant vis à vis des autres (Credoc2016)

Sans relation profonde, non conditionnelle, comment je peux me montrer tel que je suis, vulnérable et imparfait, mais unique ?

Ça tombe bien, c’est noël, l’occasion d’exprimer, pour moi ma gratitude, en mettant de côté ma pudeur...

Et une lecture qui résonne pour moi ...

« Pense à l’histoire de l’humanité et aux progrès matériels que l’homme a accomplis. Il a allongé sa durée de vie, il est allé sur la Lune. Mais en vérité, il n’a fait aucun progrès sur la voie spirituelle... Il a peur de tout, il se sent en insécurité, il ne sait pas qui il est »

Tiziano ternazi

Je souhaite à tous, de la joie partagée pour ce Noël

20
20
Publié le 30 décembre 2019

Retour à Bangkok pour prendre un train jusqu’a la frontière avec la Malaisie. Suggéré par Lucile, j’essaye un hôtel hors du temps

Il date de 1952, quasi inchangé. J’ai adoré le coin pour écrire son courrier ...

Train de nuit...pour les échanges, le lever et le coucher du soleil...

Toujours aussi ouvert... 

Arrivée à Kuala Lumpur. Après 15 000 km c’est agréable de retrouver la famille...

Et on passe Noël en forêt dans un très bel endroit...au milieu de la nature, même pour la douche !
21
21
Publié le 1er janvier 2020

Le nouvel an, le moment des vœux, et de passer en revue cette année qui se termine. Un an d’horizon me fait réaliser que je regarde plutôt « le faire » que « l’être.

Du coup je l’ai parcourue sous 4 angles.

- Qu’est ce que j’ai appris, ma capacité à agir ?

- Mes relations, à la famille, à mes proches, les autres .. en qualité et quantité ?

- Mon corps, comment je l’ai nourri entretenu, développé ?

- et le spirituel, mes prises de conscience de la vie, le sens que j’y met, mes questions, mes valeurs...

Et exprimer ma gratitude à la vie pour tout cela.

Ça m’aide à imaginer comment remplir le bocal 2020 en y mettant les d’abord les plus gros sujets, les grosses pierres, qu’elles forment un ensemble équilibré, pour laisser ensuite le sable remplir les interstices.

Je me rends compte aussi qu’écrire que ce blog m’amène à n’avoir qu’une seule voix, alors que j’avais plutôt la capacité à segmenter et m’adapter. Merci à vous pour cela.

Je vous souhaite un chemin d’énergie, de joie et de découvertes.

Prenez soin de vous.

22
22
Publié le 8 janvier 2020

La ceinture de sécurité doit tenir chaud...donc on invente une solution pour faire taire le bip bip sur les voitures récentes.


Ho Chi Minh, nourriture nomade. en premier plan le mode traditionnel, et en second plan Grab food, l’équivalent de Uber eat

Si tu ne viens pas à la rue, c’est la rue qui vient à toi !  


Un prêtre italien qui a vécu presque 70 ans a Kalaw en Birmanie.

Après la junte militaire l’école a rouvert sans les sœurs, et l’église subsiste avec quelques dizaines de familles pratiquantes.

Une vie consacrée à cette bourgade perdue dans la forêt birmane. Il ne devait pas rentrer en Italie tous les étés !  

Toilettes russes...et kazakh...

Le papier toilette ne se met pas dans les wc mais dans la poubelle à côté.

Ça incite à faire...propre !

23
23
Publié le 19 janvier 2020

Je suis moins assidu...désolé, séjourner en Malaisie est très agréable, et pas seulement par le climat (+60 degrés vs le dernier jour a Novosibirsk!) mais par la diversité des découvertes de ce pays.

L’architecture est variée entre les vestiges des comptoirs qui datent du 15eme siècle, et les tours de KL

Île de Penang 

Des bords de mer et des zones de montagne, avec des forêts denses

En haut des plantations de thé, à presque 2000 m... 

Et trois communautés, malais, chinois, indiens...3 cultures pour 4 religions, bouddhistes, hindous, chrétiens et musulmans pour la religion d’état.

Et on peut même assister à un concert philharmonique...(25 nationalités)...merci Lucile !

 Ou un concert de rue...
24
24
Publié le 9 février 2020

Pays impressionnant et juste à côté. Je me laisse tenter ...

Plutôt envie de me laisser surprendre et ne pas aller sur des îles clichés...

Pays surprenant, dense, 270 millions d’habitants, (proche de l’Europe et des USA) + de 1000 îles, dont une grande partie menacée par la montée des eaux. Le plus peuplé des pays musulmans

Hébergé à Surabaya, 2 eme ville du pays, dans un hôtel de 1910 qui fut le théâtre de l’indépendance du pays.

l’ambassadeur néerlandais assassiné, le drapeau hollandais dont on arrache le bleu pour en faire le drapeau indonésien ! 

Immergé une journée dans le travail de Lucile. Pour découvrir les contraintes de l’élevage laitier bovin dans ce pays...Marche conso en croissance importante, importations majoritaires, production de lait par vache très disparate...

mono race de vache...holstein...la même que chez nous !  Elle transpire !! 


Des rencontres éphémères et attachantes...

Je ne me rappelle plus le nom. mais c’était bon 

Le musée de la sante...

Le préventif

Je vous laisse deviner ... 

Le palliatif

Un coran, une vierge et un bouddha  

Et quand ça marche pas ...

La vie est belle.. 
25
25
Publié le 9 février 2020

Tout au long du voyage, la question du plastique et de la pollution que cela génère m’ont interpellé.

La production de plastique dans le monde était de 1,5 million de tonnes en 1950, 370 millions de tonnes environ auj. Et elle s’est accélérée dans les années 2000. (Source Statista.)

Ce qui m’a particulièrement choqué c’est que des modèles d’emballage naturels existent encore dans certains pays (feuilles de banane notamment) et qu’ils soient remplacés par un mode de consommation occidental sans qu’il y ait de système de traitement des déchets en place. (Résultat pour l’Indonésie, environ 8 millions de tonnes de déchet dans la mer par an.)

Et pour les pays qui devraient savoir trier on retrouve en Malaisie des conteneurs de déchets envoyés d’Europe...🙄

Une fois que l’on a conscience de cela on peut regarder ce que les autres ne font pas ou faire un peu soi même. Et j’ai été alimenté de belles initiatives inspirantes qui donnent envie pour mon retour.

https://preciousplastic.com/

Ou

https://colibris-universite.org/mooc-zerodechet/


Et ce qui m’a particulièrement touché c’est de voir des jeunes adultes concernés par le sujet alors que c’est ma génération qui a le plus contribue à cette situation...(cf https://plasticodyssey.org/actus/ ou brandon un jeune américain rencontré à Bangkok et qui travaille sur une solution pour remplacer des emballages plastiques par des emballages papier...et merci Brandon, Pol et Armand pour cette soirée à refaire le monde )

J’avais envie de le voir différemment ...
26
26
Publié le 9 février 2020

La dernière étape de l’aller du voyage, et le retour qui démarre lundi avec rdv au port pour embarquer sur le TITAN

Au revoir Malaisie  

Un week end accueilli par Ayu et Bruno...

Aujourd’hui mariage

Et demain matin embarquement pour 3 semaines de mer...à écouter, lire, écrire, regarder, m’interpeller...

Je suis heureux de ce temps peu commun qui va me permettre de creuser des sujets que j’ai préparés.

Il y a du temps pour manger, faire du sport , dormir et rien faire aussi !  

Je vous dit à bientôt, prenez soin de vous.

27
27
Publié le 26 février 2020

Singapour. Embarquement dans un port immense ou l’on touche du doigt la masse de produits qui sont transportés

Le plus grand du monde à ce que l’on dit  

Sur un bateau tout aussi géant...on pourrait y mettre 15 terrains de tennis dans sa longueur et 5 dans sa largeur. Une hauteur équivalente à un immeuble de 15 étages (on utilise que 9 en tant que passager !)


Plus de 6000 « boites »...il faudra autant de camions pour les transporter.  

Et la traversée de l’océan indien, la mer, le soleil, les étoiles, pas de téléphone, pas d’internet...je dirai plus tard mes impressions

Difficile de prendre les étoiles avec un iPhone...mais cela imprime ma mémoire 
28
28
Publié le 8 mars 2020

On me demande souvent: que fait on sur un bateau pendant 3 semaines ?

On lève l’ancre ?  

Le bateau c’est un isolement. Surtout lorsque la wifi est en panne...

Les seuls rythmes qui restent sont le jour et la nuit, les repas et les escales.

La chambre, la cuisine et l’escale à Malte avec déchargement et chargements de conteneurs 

Et après chacun fait son rythme. Le mien était composé de lectures, discussions avec l’équipage sur la vie du bateau...et du vélo.

Le vélo c’était à la salle de sport ! 

Jusqu’à Malte, nous étions 3 passagers. Janina et Anja avec qui je partageais de belles discussions.

Et les nuits étoilées, les levers et couchers de soleil dont je ne me lasse pas

Et des histoires de pirates, de criquets, d’exercices d’incendie, de corona virus...

29
29
Publié le 10 mars 2020

Le voyage, et particulièrement le bateau c’est du temps pour sortir de l’hyper sollicitation, du « plus, plus vite« pour regarder à l’intérieur...

a suivre quelques réflexions ...et les images de l’intérieur du cargo...

Si je ne fais pas le travail de me connaître qui le fera pour moi ? 

Ralentir pour mieux ressentir, s’apaiser pour laisser venir, et renoncer pour mieux choisir.

Comment je peux accepter l’autre si je ne m’accepte pas tel que je suis ?

Engine room... 

Est ce que chercher à tout comprendre n’est pas une forme d’orgueil ?

Il y a ce que je perçois et ce que je ne perçois pas. Ce que je ne perçois pas existe cependant.

Et ce que je perçois n’est pas la réalité. Qu’est ce que je fais quand j’essaye de tout comprendre ?

Passer moins de temps à comprendre et plus à accepter.

En conscience et responsabilité.

Je ne suis pas que mes pensées, ni que mes émotions. Cependant j’en suis responsable. Comment je peux être mon meilleur ami ?

Estime de soi et besoin de reconnaissance sont deux vases communiquants dont l’un est percé...

30
30
Publié le 12 mars 2020

Partir est agréable, revenir aussi.

Après 120 jours de voyage, 35 000 kms parcourus dans 15 pays. 14 000 en bateau, presqu’autant en train, 5300 en avion, 2200 en bus et moins de 1000 en vélo !!

Plus de vingts livres, une cinquantaine de podcasts, 6 cartes SIM, 5 alphabets différents, 60 degrés d’amplitude de température, des rencontres et des émerveillements.

Ce voyage m’a certainement changé. M’a permis de mieux me connaître. Sans rôles à porter, de réaliser chaque jour l’importance d’être proche de mes valeurs. Humilité, responsabilité, solidarité, gratitude.


Débarquement à Barcelone.  

Regarder chaque instant pour s’en nourrir, et être tiré par l’énergie d’un futur porteur de sens. Le travail réalisé auparavant sur ma raison d’être m’a guidé dans mes réflexions sur ce que je voulais pour moi.

Je vais à présent consacrer du temps sur l’impact positif de mon métier. Comment le pratiquer pour qu’il ait un impact positif sur l’entreprise et son territoire ?

A la manière de la légende du colibri racontée par Pierre Rabhi, faire ma part et regarder la nature, comme ma nature. « Cultiver mon jardin » avec humilité et la joie de la gratitude.

L’environnement m’est extérieur, alors que la nature est le tout dont je suis la partie 

Tout a une fin. Tout est cycle. Les battements du cœur, la respiration, les plantes, les saisons, les humeurs, la vie...

Cette impermanence garde en éveil et donne de la saveur.

Life is all about cycles, and i’m fond of cycling !😊

Je clos ce blog. Merci Christian de me l’avoir suggéré. Ce voyage m’a fait rencontrer la beauté du monde et la bonté des gens m’a aidé à amadouer mes peurs inutiles.

Voyager seul renforce les liens.

Par ce blog aussi, je réalise la chance de vous avoir tous. Vous m’êtes précieux. Merci d’être là.


Prenez soin de vous


PS. N’attendez pas trop longtemps pour qu’on se voie...j’ai hâte !