Carnet de voyage

13kg, 2 pieds et des envies plein la tête !

44 étapes
1 commentaire
4 abonnés
Dernière étape postée il y a 807 jours
Un petit tour en Amérique du Sud, départ de Buenos Aeres puis mes pieds me guideront !
Mars 2019
20 semaines
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 11 mars 2019

4 Mars 2019,

Départ de la maison avec mes deux pieds c'est parti pour 48h de voyage avec une pause à Montpellier pour passer dire aurevoir à ma rouquine Alice et un départ en avion de Barcelone !


C'est parti !
2
2

Petite visite de cette immense ville...

Le cimetière de la Recoleta 
 Le cimetière de la Recoleta 
La plaza de Mayo 
La plaza de Mayo 
La casa Rosada 

Le 8 mars est une journée de protestation mondiale pour le droit des femmes. En Argentine, la violence conjugale, le refus du droit à l'avortement ( y compris en cas de viol), le respect et l'égalité des sexes de manière générale sont des problématiques réelles et quotidiennes pour lesquelles les femmes se montrent unies et déterminées à faire avancer.

Petite pause gustative...

Plat typique péruvien Le Ceviche (bon on est en Argentine mais j'en rêvais..) est un plat à base de poisson cru mariné dans le citron et autres condiments, Un délice !

Chan chan - Ceviche mixte 

Dimanche est une fête en Argentine ! Beaucoup de marchés animés ont lieu dans toute la ville. Avec des amis australiens rencontrés en Auberge nous sommes allés à la Feria de Mataderos. Artisanat, restauration typique et un grand concert de musique traditionnel où les Argentin dansent toute sorte de tango.. magnifique !

Maté 


Pour le tango classique dans une ambiance chaleureuse et romantique, c'est dans le quartier de San Telmo que ça se passe !

Autre type de musique typique d'Amérique latine la batucada, un groupe de percussion sur lequel on danse la samba, plus répandue au Brésil pour le carnaval.

Une chose très importante en Argentine... La viande !! Réputé pour avoir les meilleurs Parillada (grillade) nous sommes allés dans un des meilleurs restaurants de la ville La Cabrera, 1h30 d'attente mais ça valait le coup !!

Miam ! 
Entranas - Onglet/Hampe
Boeuf Waygu 
Petite bière en attendant ! 

Autre petit aperçu des différents mets,

Locro -  plat typique de Buenos Aeres 
Viande viande viande... encore et toujours  
Empanadas - chausson fourré poulet/fromage.. 
3

Un petit voyage en buquebus, 1h15 de Ferry sous la brume et la pluie..

Buquebus Colonia express - Buenos Aeres à Colonia de sacramento 
4
4
Publié le 22 mars 2019

Arrivée sur Montevideo le temps n'est vraiment clément. Une petite sortie en fin de matinée qui finira rapidement par un thé au coin de la rue..

Attirée par plus de tranquillité je prend la route le lendemain pour Cabo Polonio.

5
5
Publié le 30 mars 2019

5h de bus plus tard me voici dans un petit coin de paradis.

Cabo Polonio est un ancien village de pêcheurs à l'écart du modèle sociétale moderne, au coeur d'une réserve protégée pour y parvenir il est nécessaire de s'y rendre en 4X4 car la route traverse les dunes impraticables. Ici l'électricité est limitée, le wifi est disponible quelques heures par jour alors on n'oublie les téléphones, les chaussures et on vit. On se nourrit des gens, des cultures, des arts et de la beauté de la nature.

Lobo marino - Cabo.P est une réserve naturelle pour les otaries à crinières

Cabo Polonio fait face à un désaccord politique sur le devenir du village. Le gouvernement souhaite reprendre la gestion de Cabo.P qui depuis quelques années est devenu une véritable destination touristique pendant la période estivale. Cependant de nombreuses maison ( disons cabane de pêcheur) ne respectent pas certaines normes législatives quand à leur emplacement sur l'île, superficie...etc et la volonté du gourvenement est de les détruire. Les villageois restent soudés face aux conflits car le noyau dur habitant sur l'île toute l'année (environ 70 personnes contre plusieurs centaines durant l'été) vit ici depuis des générations sans avoir de compte à rendre à l'état qui l'a d'ailleurs sans doute volontairement oublié avant qu'elle ne génère des bénéfices. C'est d'ailleurs ce qui fait son âme, sa magie, un véritable coin de liberté ou respect et partage sont les seuls préceptes existants.

Cabo Polonio n'est pas réellement une île mais une presqu'île connectée au reste du monde par ses dunes impraticables pour les véhicules motorisés. Elle est en forme de fer à cheval et de chaque côté de ce demi cercle se trouve une plage, l'une acceuillant le soleil couchant et l'autre la lune naissante simultanement. Incroyable moment à vivre du haut de son unique phare.

La famille ! 


Chucky Erez et moi  

Chucky et Erez deux compagnons de route pour le Brésil !

6
6
Publié le 21 juin 2019

Punta del Diablo est un village de surfeur, autre petit paradis ou règne encore "la tranquilidad"..

Ici c'est simple, le matin on boit un maté après on va surfer (pas trop pour moi mais j'ai essayé !) Après un petit empanadas sur la plage et en fin d'après midi on oublie pas la caipirina en terrasse !

Bon le surf c'est pas facile et mes jambes bleutés auront raison de mon courage mais il y a une chose que je sais faire c'est me balader de dune en plage et profiter de la vue...

La caipirina bien méritée ! 
7
7
Publié le 31 mars 2019

Après 24h de voyage et 3 bus nous voilà arrivés à Florianopolis au.. Brésil !!

Le temps est couvert mais la vue de l'hostel sur la Baia Norte est incroyable.

Baia Norte 

Tellement d'oiseaux au Brésil ! Difficile de les prendre en photo, mais en voici au moins un !

Après deux jours au Lago de Conceição nous changeons d'environnement pour un petit quartier familial de pêcheurs.

La journée surf et foot ! Le soir les anciens se réunissent à côté du pont pour jouer aux cartes ou aux dominos à proximité des pêcheurs et des jeunes artistes venus proposer musique et artisanat local.

Barro da lagoa 

Bonjour ! Ce matin c'est french crêpes pour mes amis Israéliens ! Succès garantie.

Praia  Mole 

Florianopolis c'est simple, c'est 42 plages magnifiques, du surf et de la bonne humeur !

Un brin d'évasion 


Ilhao do Campeche - Ile de Campeche 


Punta  do Meio


Praia da Galheta 

Bon je pense qu'après 3 semaines de voyage nuageux on peut officiellement dire que je suis un chat noir question météo...

Car comme pour Cabo.P, Punta del diablo et maintenant Florianopolis regardez le temps qu'il fait le jour de mon départ..

Pas un nuage... 

Bon il fait quand même 28°c, le short est de sorti je vais pas me plaindre !

8
8
Publié le 15 juin 2019

Me voilà de retour en Uruguay ! En effet, lors de mon séjour à Cabo Polonio j'ai rencontré Guillermo le manageur de l'hostel qui a mis en place un an auparavant un projet de volontariat / résidence artistique, et en lui montrant mes dessins il me propose de venir à la Pedrera pour le mois d'Avril afin de monter un projet avec lui et les autres artistes résidents.

1104 km et 16h de bus plus tard...

Vue de La Pedrera 

La Pedrera est un petit village sur la côte près de La Paloma, ici il fait bon vivre, la paix règne, les habitants ouvrent leur porte à qui souhaite partagé un bout de vie dans le respect des humains et de la nature. Le premier jour je suis invité à un cercle de lecture sur le thème de l'interprétation des rêves... Difficile entrée en matière en espagnol mais c'est aussi pour cela que j'ai choisis de me poser un peu, apprendre et partager. Je capte pas tout mais les échanges sont intéressants et profonds chacun partage son ressenti, son histoire et son point de vue dans le respect de chacun. Apprendre à s'ouvrir aux autres et se trouver soi-même.

La rue principale  
Coucher de soleil sur La pedrera. 

.

 Playa del desplayado

.

Playa del Barco 

La playa del barco ou plage du bateau porte son nom suite au naufrage du Cathay VIII le 15 septembre 1977. Un navire venant de Chine qui rejoignant l'Atlantique. Il ne résistera pas à une impressionnante tempête en mer, heureusement l'équipage survivra.

Vue du toit de l' hostel Piedra Alta  

On oublie pas le projet ! Ici on dessine, on peint, on cuisine on fait de la musique, de la photo, des massages, de l'artisanat et on échange !

Session création 
L'équipe ! 

.

De gauche à droite : Guillermo de la Paloma, Aitana de Barcelone, la nono, Sofia de Montevideo, Gonzalo de Montevideo, Ines de Madrid et Dario d'Italie. (Il manque Hannah qui nous vient d'Allemagne !)


J'ai passé un mois au près d'une équipe formidable qui sont aujourd'hui des amis dans un milieu magnifique. Un mois au calme à prendre le temps, prendre le temps d'apprendre la langue, la culture, apprendre à être seule et s'écouter, développer ma créativité et nouer des liens uniques.

9
9
Publié le 15 juin 2019

Bon... on m'avait prévenu et aujourd'hui je peux le confirmer, il y a des lieux dans le monde qui vous attrape. Je m'explique pour beaucoup de gens Cabo c'est un bout de terre entouré d'eau avec plus ou moins d'électricité, un phare et du vent du matin au soir, si on ne sait pas où regarder il n'y a rien à voir... Pour moi et pour la plupart des gens de cette île je pense, c'est un lieu magique ou tu te lève avec le soleil :

Puis tu vas voir tes copains :

Rodolpho ! Rip.. 

.

.

Puis petite balade sur les Dunes avec une vue magnifique sur toute l'île (photo trop dense pour le site désolé...) un petit détour par le bosquet cueillir des champignons pour le repas du midi..

Risotto poisson crevette et champignons tout frais !!

Petite sieste, tu bouquines, tu apprends le macramé, le dessin, la guitare, tu fais des gâteaux et tu partages un maté avec les copains sur deux pieds et tu repars faire un tour pour voir ça :

Playa Sur - photo de @Belen 

.

Tata, Belen et Guille 

.


Paya sur 

.

Sans oublier la magie de la nuit... "Las noctilucas" le phytoplancton luminescent, très difficile de prendre en photo.. mais je peux vous montrer ceci :

 Photo de @rbotija

Les vagues deviennent fluorescentes, avec le mouvement le sable devient paillettes... Difficile à expliquer c'est quelque chose à vivre... (Venez voir!!)

Il y a aussi les étoiles... pas d'électricité, pas de lumière, peu de commodités, peu de pollution... Un ciel illuminé chaque nuit ou les étoiles filantes sont quotidiennes.

Et sans oublier les soirs de pleine lune !!

Concert Brésilien au Viejo Lobo Hostel 

.

Sphère de pluie

BREF, gros Bref je suis amoureuse ! Ahah

Non sans blague, c'est un lieu avec une énergie particulière et une connexion profonde avec la nature. Sans parler du lieu en lui-même magnifique et surprenant chaque jour, il y a quelque chose de difficile à expliquer mais je peux vous dire que c'est ici que le voyage à commencer, un voyage spirituel que je viens seulement de commencer.

10
10
Publié le 15 juin 2019

Deuxième essaie, je pars de Cabo Polonio avec deux amis Belen de Mendoza et Carlos de Montevideo. Ce dernier nous proposant de nous accompagner et de nous héberger pour visiter sa ville. Ainsi, je ne reste pas sur l'échec de ma première visite !

Vue de la plage 

Montevideo est la capitale de l'Uruguay elle compte 1,5 millions d'habitants ce qui représente... la moitié de la population !! Je vous laisse imaginer la tranquillité du reste du pays...

Le truc chouette à Montevideo c'est ses kilomètres de plage au sein de la ville ! Par moment difficile de se croire dans une capitale...


Je vous présente Carlos !

"Que personaje !" Carlos c'est le parfait latino-américain avec un cœur gros comme... pas d'exemple ! Ca fait 2 jours que tu le connais et il t'ouvre sa baraque veut dormir sur le sofa pour que les invités dorment confortablement, t'invite à sa table et prends le temps de te montrer sa ville tout en cherchant à te connaître à philosopher sur la vie et te raccompagne à la gare quand tu t'en vas... En faite, il a raison, quand tu t'ouvres à la vie, la vie s'ouvre à toi, et le matériel ça va, ça vient et tu n'emmène rien dans la tombe mais c'est souvenirs oui. On nous le dit souvent mais aujourd'hui ça prends tout son sens.

"Vivre dans l'amour de l'autre et non dans la peur" merci Carlos !

Une rencontre qui me marquera profondément, une petite semaine à philosopher, travailler sur soi, comprendre le sens du voyage, et des pistes sur celui de la vie.

Coucher de soleil sur Montevideo  

.

Street art a méditer  
Les copains ! Carlos Belen et la nono 
11
11
Publié le 15 juin 2019

Córdoba, 2eme capitale de l'Argentine, c'est ce qu'on appelle une GRANDE ville... Si grande, si dense (moins que Buenos Aires je dois l'admettre) après 3 mois en Uruguay et ses rues désertiques l'arrivée est un peu difficile.

Alors je fais un petit tour, j'en profite pour faire des emplettes pratico-pratique mais très vite je m'enfuie vers la Sierra sur les conseils de Candela, une amie de Cabo Polonio venant du coin.

Cathédrale de Córdoba 

Premier stop, Cuesta Blanca un petit village à l'ouest de Córdoba, magnifique.

Cuesta blanca 

.

Rio San Antonio 

.

Rio San Antonio 

Je me promène le long du Rio San Antonio, visite un peu les alentours et croise au bistrot du coin, German. Quelle chance ! Encore une si belle âme on discute cinq minutes, c'est un passionné de nature, très vite il me propose de me montrer un peu le coin et voilà 2 heures à arpenter les montagnes faire un détour en camionnette pour voir le panorama... Merci German ! Tant d'amour entre les humains ici, et la nature merveilleuse, le sourire ne me quitte plus.

Diquecito Cuesta Blanca 
Rio San Antonio  

.

Playa de Los hippies 

.

Cascada y German

Le soir, je reprend la route vers Capilla del Monte, la famille de Francisco me reçoit pour deux nuits. Je rencontre Gabriela sa femme et ses enfants Pedro 2 ans et Clara 5 ans. Une famille souriante qui m'accueille à bras ouvert dans leur jolie maison et m'invite à leur table. Ils me conseillent pour les visites et nous parlons culture mais aussi de la situation économique et politique de l'Argentine. Je commence un peu à comprendre et c'est pas toujours beau à voir. Les argentins vivent dans une incertitude profonde du lendemain chaque fois qu'il gagne en croissance, tout s'effondre avec la politique suivante. Francisco me confie que pour lui l'Argentine vit aujourd'hui une crise mesurable à celle des années 90 et que les prochaines élections qui auront lieu en Octobre seront déterminantes pour savoir s'il quitte le pays, son pays. Ce n'est pas le premier à me dire ça et je mesure au vue du nombre de gens dans les rues, des vendeurs à la volée et des prix pratiquement équitable à l'Europe les difficultés qu'ils traversent. Cependant, les sourires et la joie de vivre règnent dans cette jolie maison et la porte restera ouverte.

San Marcos Sierras 

San Marcos Sierras est un petit village a quelque kilomètres de Capilla del Monte. Touristique l'été, aujourd'hui tout le monde me regarde avec mon plan dans les mains ahah !

Couleurs, artisanats, école alternative...

Et un paquet de balades magnifiques !

Cerro de la Cruz 

.


Je vous présente David ! Un compagnon de route, il ne pouvait malheureusement pas me recevoir chez lui mais m'a proposé de profiter de la journée à San Marco ensemble, fraîchement arrivé dans la région, nous avons découvert le coin ensemble et partagé le déjeuner ! Une belle âme !

Rio San Marco 

Troisième stop, La Cumbrecita ! Petit village dans le même esprit, touristique en été mais très joli ! Très imprégné de la culture occidentale en particulière allemande, on trouve dans la région et notamment à La Cumbrecita des influences architecturales de Bavière mais aussi certaines festivités comme le Oktoberfest.

Un peu plus mystique, on y croise elfes, chamanes, champignons sculptés en bois et autres créatures imaginaires !

.

Pour cette journée je suis accompagnée par Alexis, un ami de Candela de C.Polonio. Quelle journée !! Des heures en voiture à rire car Alexis, si généreux, voulait me montrer la région mais le temps n'était pas clément... Un brouillard si intense qu'il a fini par me proposer d'imaginer ce qu'il me contait en regardant googlemap... Mort de rire, on a fini par trouver ce joli village épargné du brouillard ! Et j'ai quand même pu profiter de la vue par moment soyons honnête ! Grand merci à Alexis pour sa bonne humeur, son humour et sa générosité ! On se voit en France pour pratiquer ton français qui, en aparté, est très bon !

La nono et Alexis 
12
12
Publié le 20 juin 2019

Salta, me voilà dans le nord de l'Argentine aux pieds de la cordillère des Andes. La capitale de la province, c'est une ville animée et plutôt jolie. Je note tout du changement, ici la population indigène est plus présente et on note également plus de pauvreté.

Salta la Linda  

En me baladant, je remarque que le street art est très présent, je découvre une ville aux milles couleurs...

Salta se trouve au pied du cerro de San Bernando, il y a une petite balade à l'ombre des arbres, je grimpe et découvre une magnifique vue !

Cerro de San Bernado 

Le temps est couvert mais je profite quand même !

Cerro de San Bernardo 

La nuit tombée, je décide de faire un tour à La Casona, un bar/restaurant où se réunissent les musiciens flokroriques du coin ! Ici pas de scène ce sont les clients qui animent, jouent de la musique, danse... Il y a plusieurs salles avec c'est les chaises musicales en fonction de tes affinités ! Je partage ce moment avec Gabriel, un américain venant des états-unis rencontré en Uruguay ! Et oui, un peu plus tôt dans la journée, dégustant un énième empanadas sur la place principale qui me tape sur l'épaule ?! C'est lui, un voyageur à la recherche d'un nouveau toit pour une nouvelle vie, loin de son cher Trump, le voilà installé à Salta comme prof' d'anglais !

La Casona  

.

13
13
Publié le 21 juin 2019

Cafayate mon amour ! Là commence les choses sérieuses...

Je vous présente la Quebrada de las conchas ! MA-GNI-FIQUE.

C'est une vallée encastré où le río de las conchas passe au milieu reste peu visible en saison sèche. La couleur rouge s'explique par la présence d'oxyde de fer dans la roche. Le paysage est désertique et magnifique je prends conscience de la richesse de l'Argentine. Un pays gigantesque qui renferme de magnifique trésors variés !

.

La Garganta del diablo 


.

Los Castillos - Les châteaux  

Un petit tour dans le centre ville, le Nord est définitivement coloré !

Et vous savez pourquoi est réputé la région de Salta et notamment Cafayate ?

Son vin !

Alors ni une, ni deux, visite d'une bodega Vasija Secreta ! Et biensure on termine sur une petite dégustation, je confirme, on est pas trop mal ! Il est 10h30 et je prends la route pour San Salvador de Jujuy, un carton sous le bras et les joues rosées... par le soleil ! Évidemment.

14
14
Publié le 20 juin 2019

Purmamarca se trouve dans la province de Jujuy, un peu plus au Nord au sein de la Quebrada de Humahuaca. Le paysage est de plus en plus merveilleux... Les gringos (les blancs) commencent à se faire rare, on se rapproche de la Bolivie et ça se voit, ça se sent, ca se mange ! Du lama pour la pause déjeuner, muy rico !

Artisanat  

Et Pumamarca est connu pour sa montagne aux sept couleurs, pour en profiter pleinement il est possible de grimper sur une petite colline, c'est un peu la queue leu leu mais la vue est magnifique !


Et Ta-Dam !

Los sieste colores 

.

Los sieste colores 
15
15
Publié le 21 juin 2019

Le village suivant de la Quebrada, Tilcara ! Très joli... et animé ! On y trouve bars, restaurants, magasins, artisanats des petites places toute mimis... Mais comme toute bonne touriste je me balade les yeux écarquillés, et rien sur la tête... En milieu d'après-midi je me sens mal, bonjour l'insolation ! Je rentre à la maison de Sébastian prendre soin de moi. Je n'aurais pas fait les alentours mais ce sont les aléas du voyage...

La place du marché artisanal...

.

Vue des hauteurs 
16

Holà ! Je vous présente la sympathique famille de Sebastián, qui m'aura héberger deux jours ! Encore des argentins avec le cœur sur la main, merci pour tout ! La bonne humeur, les conservations, les échanges culturels, les succulents repas et les nombreux aller-retours en voiture !

Sebastián et sa famille  

Après les aurevoirs, et non les adieux ! ;)

Je reprends la route pour Humahuaca, la dernière ville touristique de la Quebrada et le paysage... le paysage...

C'était un cactus qui piquait, qui piquait... 

.

.

17
17
Publié le 16 juillet 2019

Humahuaca, le village bordant la montagne au 14 couleurs... Mais d'abord un petit tour dans le pueblito !

Vue de  Peña Blanca

.

.

Monument de l'indépendance  - Place centrale

On est à deux doigts de la Bolivie et là il n'y a plus de doute ! Les infrastructures, l'esthétique la nourriture sont typiquement Bolivien.

Belle illustration de la vibration sud-américaine. 

.

La tortilla, une spécialité de la rue, une galette de pain fourré au fromage et au jambon ! Un petit délice pour quelques pesos.

.

Un indépendantiste !  

Et voilà le moment tant attendu ! Le point culminant de mon passage en Argentine, la montagne aux 14 couleurs... culminant c'est peu dire, 4350m d'altitude !


Une jolie rencontre sur la route, Yanina et son amie Yalila qui me propose de monter en voiture et de partager un maté ! Arrivées là-haut, on nous propose gentiment de tester la feuille de coca pour le mal d'altitude... Un peu réticente au début, on finit par accepter. Pas de folie seulement un goût un peu et nous sommes au final très reconnaissante car la remonter de 200 mètres à peine ne se fera pas sans peine...

Et il y avait des copains sur la route !!

Les copains Lamas 
18
18
Publié le 17 juillet 2019

Bon je pensais que les montagnes aux 14 couleurs seraient l'un des paysage les plus magnifique du Nord de l'Argentine mais c'était sans compter sur Iruya ! Un petit village niché au cœur d'une quebrada splendide.

Les teintes de ses falaises sont magnifiques et se révèlent changeante avec l'intensité de la lumière.

Et le petit plus magique... El Mirador del Condor !

Une heure et demie de montée... Hard ! On grimpe jusqu'à 3090m autant dire que je pense sérieusement à arrêter de fumer...

Parceque la vue...

Je vous présente Leonardo alias Leo ! Rencontré à Humahuaca accompagné de Julieta et Sofia. On a peu près le même itinéraire et le courant est tout de suite passée alors tout naturellement on fait un bout de route ensemble.

Les petits nouveaux 

Bon par contre niveau "orga" on est tout aussi bon les uns que les autres alors on arrive au sommet au coucher du soleil et pour la descente... bah on attend la lune !

Mais au final c'est tout un spectacle qui nous attend...

Et Iruya c'est aussi l'occasion de retrouver Belen ! Mon amie de Cabo P. avec qui j'ai voyagé jusqu'à Montevideo. Quelle bonheur de se retrouver... Cookies, macramé et maté, notre philosophie !

Et une autre petite surprise et pas des moindres. Comme nous restons quelques jours nous assistons à la Feria mensuel du village qui se termine par.... un bal dansant !! Alors ni une ni deux, deux verres de rouges plus tard nous voilà en route pour le bal mais arrivée là bas, surprise ! C'est l'anniversaire de Ricardo et pas n'importe lequel les 50 ans ! Alors tout le monde est sur son 31, les rubans sont de sortie... mais on se démonte pas et on enflamme la piste de danse...vide ! Le chanteur nous invite sur scène et me demande gentiment de chanter joyeux anniversaire en français !! Quel moment, la gringa en train de chanter face à 100 boliviens tous dubitatifs de la situation... je dois avouer qu'on a bien rigolé !

19
19
Publié le 17 juillet 2019

Dernier jour à Iruya car nous apprenons qu'il existe une balade au coeur de la quebrada, trois heure de marche qui nous mène à San Isidro. C'est un joli petit village de quelques maisons, ce qui vaut le coup c'est la balade !

Alors bon toujours pareil, niveau "orga" on aurait pu mieux faire que partir a 11h, parce que le soleil de midi... Mais pas bête dans notre désorganisation, nous sommes équipés pique-nique et rivière pour se rafraîchir, on mettra 4 ou 5h mais on est au top !

.

La petite vue  

La vue de notre tente ! Et l'auberge !

20
20

De retour d'Iruya on fonce tout droit a Humahuaca pour rejoindre la route du Chili. Oui, c'était pas dans mes plans, mais celui des argentins, seulement j'ai vite changé mes plans car il m'explique que dans le désert de Atacama, la vue du cielest unique et que dans une semaine a lieu une éclipse ! Alors ça suffit à me convaincre, de plus on apprend que des camions partent à 6h du matin et prennent des voyageurs, vu le prix du billet on tente ! Alors levé 5h30, plein d'espoir jusqu'à... 10h, car nous croisons un gentil conducteur qui nous explique que le Chili... et bah c'est dans l'autre sens...

Alors heureusement on prend ça à la rigolade ! On comprend mieux pourquoi il y avait tant de camion "dans l'autre sens" et si peu dans le notre... on tente encore jusqu'à 12h mais on finit par avouer qu'on a perdu le coche, alors sieste et on profite de la journée. En rentrant le soir !! SURPRISE ! Un peu de douceur pour mes 29 ans et mes proches sous les yeux ( pas facile le réveil à 5h après 4 mois...) !


Et finalement , le lendemain... 10 min de stop et hop ! On traverse la cordillère des Andes... sublime.

Alors on arrive à San Pedro de Atacama, super, la ville est très jolie, les gens super... mais... euh on est en Europe ?! Une pizza 12e et là c'est le drame, on cherche activement pendant deux jours un moyen de bosser un peu mais rien ! NADA! et les finances sont au plus bas alors tanpis, plan initial, direction Bolivie !

21
21
Publié le 17 juillet 2019

Une énième nuit de bus plus tard...


On arrive à Uyuni et son célèbre desert de sel ! On paye un tour de deux jours et là vous êtes pas prêt !!!


On commence doucement avec le cimetière des trains et Colchani et ses artisans, bon c'est sympa mais hyper touristique j'ai un peu de mal tout le monde prend la même photo alors vous m'excuserez mais je me suis pas formalisée.



Enfin on arrive au Salar !! Alors pareil c'est déjà bien connu ce type de photo mais bon on s'amuse bien avec notre groupe bolivo-franco-colombiano-argentin. Et la vue est juste impressionnante... du blanc à perte de vue.

.

Un petit tour dans l'hôtel de sel !

.

Et là c'est le clou du spectacle... tout le tour n'a de sens que pour ce moment, le coucher de soleil sur les miroirs d'eau, incroyable.

Le lendemain on se fait une petite rando, montée de deux heures pour une vue imprenable sur le salar ! Et la montagne est sublime, je vous laisse admirer !

Ah oui! Sur la route on visite une petite caverne où repose des momies de plus de 800 ans ! C'est une famille de avec trois jeunes enfants, bon j'ai pas tout compris... mais l'état de conservation est assez impressionnant. Et je vous présente le petit groupe !

.

Le dernier jour, au petit matin on va dire bonjour aux flamands roses !


Bon c'est sans doute mon côté plasticienne mais les couleurs... les matières... cest un environnements unique, je suis émerveillée !

Bon app' !

La nuit tombée nous offre un ciel incroyable... là je ne regrette pas Atacama car je sais que je suis dans un lieu tout aussi magique !


La petite vidéo de Leo !

@Leo 

Un petit tour par la ville pour que vous vous imprégnez de l'ambiance bolivienne mais nous partirons rapidement car excepté le Salar il n'y a pas tant à voir, et en plus Leo a trouvé des billets de bus moins cher ahah !

.

22
22
Publié le 17 juillet 2019

Sucre, ça sent bon ! Nous sommes tombés littéralement amoureux de son marché, ses couleurs, ses odeurs, ses saveurs... nous y passerons la plupart de nos journées à dévorer tout ce qui passe sous le nez.

Sucre est surnommé la ville blanche, pour son architecture et c'est sans doute ce qui a inspiré son nom. Ses rues sont très animée même la nuit, on y croise danseurs, chanteurs, vendeurs ambulants bref il y fait bon vivre ! Meme si une fois de plus, la pauvreté se trouve à chaque coin de rue, atteignant apparament en premier lieu les personnes d'un certain âge et les enfants que l'on voit vendre ou animer les touristes avec tout ce qui leur tombe sur la main.

Le bus en Bolivie c'est tout une expérience ! Tu t'assoies (si tu peux) à côté du moteur, la porte reste ouverte alors prépare toi pour la montée ou la descente parce qu'il s'arrête pas ! Et si t'as un petit creux pas de soucis le chauffeur aussi fais ses courses sur le trajet avec les vendeurs aux feux rouges !

Bon comme tout bon mochileros nous voilà à l'étape intoxication alimentaire ! Je vous passe les détails mais j'ai eu le droit a la petite visite de l'hôpital !

Je me disais aussi que jusque là j'avais pas croisé de frigo...

23
23
Publié le 17 juillet 2019

La Higuera se situe sur la route du Che ( Guevara), à l'endroit où il fut capturé, nous rencontrons ici Auda, une française expatriée depuis 16 ans qui vit ici avec son fils et tiens un hôtel restaurant. Nous resterons une semaine, aidant à la cuisine, au service et pour l'entretien des extérieurs. C'est un lieu magnifique, restauré par ses soins qui retrace la vie du Che à travers conte et exposition photographique. Mais pour y arriver c'est encore toute une histoire...

Nous prenons un bus jusqu'à Villa Serrano, jusque là tout va bien la route est magnifique et bien que nous arrivons de nuit sans option de logement, nous frappons à la porte d'une église qui nous accueille avec le sourire. Le deal, une chambre mais nous assistons à la messe. Bien, on finit béni par l'assemblée dans un mélange d'espagnol et de quechua et nous comprenons enfin qu'il s'agit plus ou moin de témoin de Jéhovah mais bon nous sommes chouchoutés et on a même droit à une nuit avec le prêtre !

.

Lendemain, 6h nous voilà sur la route et très vite une camionnette nous prend en stop jusqu'au prochain village mais c'était sans compter la pause pipi qui se transforme en chargement de vache et de veau pour le prochain barbecue !

On rigole, on rigole mais on est pas devenue copine, chacun dans son coin et sur ses gardes, Leo lui est comme un poisson dans l'eau et me parle de volontariat pour apprendre à gérer un troupeau et faire son fromage...

.

Ceci dit j'oublie vite car la route est splendide à travers les nuages.

10h, nous arrivons à Nuevo Mundo, "un village" une route à vrai dire, si le nouveau monde ressemble à ça et bah on va bien s'amuser ! Parce qu'il n'y a strictement... rien ! Et pas de voiture non plus... nous resterons 6h, heureusement que la bonne humeur ne nous quitte pas.

Finalement nous voilà reparti sur cette magnifique route du Che.

.


Arrivé à presque destination, il nous manque 10km, je suis un peu réticente à marcher mais Leo est confiant "on y est dit-il !"

Ouais bah on y sera 3h plus tard et chargé comme des mules car il n'y a pas e quoi se ravitailler sur place ! On arrive à 20h sur les rotules, après un joli vol plané pour ma part et Leo cassé en deux d'avoir porté une parie du temps un de mes sacs, mais Aude nous accueille sourire au levre, repas du soir et chambre privative avec salle de bain dans un lieu magique ! On oublie vite tout ça et nous nous reposerons une semaine bien au calme.


La pleine campagne !

.

24
24
Publié le 26 juillet 2019

Samaipata, petite ville à 3h de Santa Cruz qui compte 34 nationalités différentes alors rien d'étonnant dans le fait de croiser français, suisse, autrichien, allemand ou autre sur le marché... Mais, c'est assez agréable car c'est aussi plus facile de tisser des liens lorsque les habitants sont habitués aux têtes blondes. L'ambiance est cool plutôt hippie et la nourriture incroyable, on a testé le "sonsa" (pas d'infos sur l'orthographe) farine de manioc et fromage... un régale ! L'Api, une boisson chaude a base de maïs, parfait pour le p'tit dej' et l'empanadas de queso, farine et fromage soufflé mais sucré curieux mélange mais on en redemande !!!

Après avoir profité du marché, on décide se rendre à la Pajcha une cascade à 40km de la ville. Pas de bus, mais on nous affirme que le stop fonctionne bien dans cette direction. Alors on allège les sacs dans le doute et dès le lendemain on se lance !

On marche un peu et on profite du paysage... la Bolivie, c'est quand même magnifique !

Et puis on marche encore, on croise des copains...

Et là bah on a déjà fait 20km et pas une bagnole... alors on commence à se dire que on doit pas avoir le même concept du stop ici ! ahah ! Bon, il commence a faire nuit, on plante la tente en espérant que le lendemain sera plus productif !

Et la réponse est mitigée ! On trouve une voiture qui nous avance sur 7km alors la chance c'est que ce sont les 7km de monter les plus hard de la route... donc on se considère chanceux et on oubli les crampes pour les derniers 15km...

Après une trentaine de kilomètres à pieds en 2 jours, la récompense est là...

On trouve un petit coin de paradis et des copains ! (Des humains cette fois..) et quelle chance il y a UNE voisine qui nous approvisionne en nourriture alors on finit par se prendre au jeu et on restera presque une semaine..

.

Parce que te réveiller comme ça, ça a pas de prix..

Et oui, musique, cuisine au feu, macramé, échecs, plage... euh c'est le rêve ? Ah oui, j'ai malheureusement pas de photo mais on a pu grimper en haut de la montagne avec vue sur la rivière... je vous passe les détails, ce n'est pas à raconter mais à voir !

Une semaine au milieu de la nature, on devient plus créatif !

Bon dans tout ce qui a du bon, il y a du moins bon. Alors je vais vous raconter une histoire... en image.

.

Pour être un peu plus clair, le dernier jour nous voilà réveiller au milieu de la nuit par des sensations de mouvement dans le sol... En faite, c'est juste la cascade qui a triplé de volume !! Et l'eau est à 3m de la tente... Parce que, oui parenthèse, c'est tellement magnifique qu'en arrivant on s'est dit "oh bah c'est si peu profond, on traverse avec le matos et on se pose direct sur la plage ! (Qui est plus ou moins une cuvette...) " Et là, après 24h de pluie, on s'est pas dit que la rivière allait monter... Alors, il est 4h du mat', il fait nuit noir et nous voilà à tout balancer dans les sacs, la tente sur la tête et en culotte parce que l'eau nous arrive aux hanches avec bien évidemment "un peu" de courant...

Mais bon, on survit, trempés, plein de sable, on passera les 2 prochaines nuits dans nos sacs de couchages trempés sur la route du retour mais tout va bien, le soleil reviendra enfin à Samaipata.

25
25
Publié le 16 septembre 2019

Retour à la ville ! Nous voilà à Cochabamba une des cille principales de Bolovie connu encore une fois pour... son marché ! Mais attention on parle ici de kilomètres de marché, enfaîte plus on avance et plus on se demande si c'est la ville qui délimite le marché ou le marché qui délimite la ville ! On y trouve de tout ! On mange, on s'habille, on bricole on boit un jus, bref on vit a flâner entre les stands. Et bien sûr, encore une fois on ne peut pas s'empêcher de saluer la force de travail de ses vendeurs quotidiens qui sont là de 6h à 20h tous les jours... sans compter les femmes qui trimbale enfant et/ou marchandise sur le dos du matin au soir !

Ici comme dans tout le pays on peut admirer les femmes vêtues de leur habits traditionnels, la jupe bouffante, les sandales en cuir les deux nattes et le chapeau souvent melon ! Elles sont sublimes et quelle plaisir à voir et à connaitre une culture ancestrale encore très imprégnée.

En Bolivie, et ici à Cochabamba on admire les gâteaux... toujours plus de couleurs, de déco ils sont présents dans presque toutes les vitrines.

Cochabamba est une ville agréable, riche pour sa gastronomie de la rue et ses "mamitas" (mamies) haute en couleurs.

Mais bon, on doit reconnaître qu'on est pas trop grande ville alors quelques jours suffisent et en route pour Villa Tunari !

26
26
Publié le 16 septembre 2019

Quelques heures de bus pour changer, et nous voilà à Ville Tunari, où l'on peut apprécier un climat plutôt tropicale !

On s'installe dans un hostel avec vue sur la rivière et tout de suite on sent le changement, la végétation, les animaux, la température...les moustiques !

Un petit tour de notre nid douillet ;)

C'est une petite ville très agréable, on y reste dix jours à admirer fleurs, insectes, animaux,.. En plus, l'hostel a recueilli chatons et paon, alors on devient un peu gaga !

On profite, on profite et un beau jour, SURPRISE ! Et de taille, je reçois un message d'Emma, une amie des beaux-arts que je n'ai pas vue depuis 7 ans !!! Comme la vie est curieuse, il faudra attendre la Bolivie pour se retrouver, mais la vie est belle et les liens toujours aussi fort, on se retrouve avec joie et émotion, un grand câlin et on se raconte la vie !!

Alors on profite d'être ensemble pour aller visiter le Parque animalier de la ville. Rien à voir avec un zoo, Villa Tunari est connu pour ses centres de soins animaliers qui s'occupent particulièrement de singes. Le parque est en faite le lieu de repos qui suit leur prise en charge, il est totalement ouvert et les singes sont libres daller ou ça leur chante !

Et Leo s'est fait un ami !

.

A Villa Tunari la végétation est impressionnante.. on se balade dans un décor démesuré, les feuilles d'arbres font presque 1 mètre, on se sent tout petit mais comme dans un cocon doux et chaud où la vie et les couleurs sont présents dans chaque recoins.

Un petit bonus réveil dans la tente au son des oiseaux... mais je vous préviens c'est pas ceux que vous attendez !

27
27
Publié le 16 septembre 2019

Coroico, deuxième étape sur la route tropicale !

Nous sommes un peu plus à l'Ouest, près de la capitale La Paz, on continue dans un décor majestueux.

Ici on blague pas, on bosse ! On est accueilli dans la Cabania d'Eugenia et Raoul, le responsable des travaux nous enseigne comment construire un toit pour finaliser son mirador. La photo au-dessus est la vue du mirador... pas dégueu hein ?

On est toute une équipe, Argentin, Urugayen, Chilien et bien sûr française ;)

L'ambiance est la rigolade au rythme des seaux de ciment, et des histoires, blagues et enseignements de Raoul. Quel personnage ce Raoul ! Une vie bien remplie et un humour pincé à la bolivienne, on en gardera de merveilleux souvenirs.

Le jardin d'Eugenia... c'est comme un nouveau monde qui s'offre à moi, j'y passe des heures à épier faune et flaure, alors j'ai tenté une petite sélection sinon vous en avez jusqu'à demain !!

.

.

Bien sûr, qui dit équipe de choc, dit dinner de rêve !! Et Eugenia, une cuisinière incroyable qui nous fait goûter les plats typiques boliviens : la sopa de mani (soupe de cacahuète), api (boisson à base de maïs), la torta frita con miel de caña ( biscuit frit au sucre de Canne.. )... un DE-LI-CE.

Et on oublie pas les alentours, il y a pleins de petites balades, des cascades... ou tu ramasses en chemin bananes, avocats, mandarines, et admire le couché de soleil sur les Andes.

Bisou !

.

28
28
Publié le 26 septembre 2019

Tocaña est une communauté afrobolivienne à quelques kilomètres de Coroico, nous avons entendu que ce week-end avait lieu avait la fête annuelle du village et que nous ne devions pas manquer ça alors ni une ni deux on grimpe dans un mini van et une demi-heure plus tard on commence à entendre les percussions qui résonnent dans le village.

Les plus costumes traditionnels sont de sortie, on assiste à un petit défilé avec la vierge en-tête de gondole et les danses, les chants et les percussions accompagne tout ce beau monde.

La communauté est issue de l'esclavagisme colonial espagnol. Et le mélange de culture afrobolivienne est toujours aussi présent et magnifique. Et quel ouverture d'esprit, quel accueil ! On nous offre à manger, à boire, à danser ! On imagine la souffrance de ce peuple arraché à sa famille pour realiser le travail difficile des hautes montagnes bolivienne, aujourd'hui tourné vers la bienveillance de l'étranger plutôt que la haine ou la rancoeur, je suis en admiration, le sourire ne me quitte plus. Et pour être honnête ça nous change un peu car les boliviens sont pour la plupart plutôt fermé voir même raciste (en vers les blancs) pour certains... alors la on profite ! (Enfin surtout moi, Leo passe quand même bien généralement... ahah)

Un petit aperçu !

.

.

Fin d'après-midi, après le défilé de la vierge, les chants et les danses on laisse place à la fête !

Et on en apprends un peu sur le fonctionnement de la communauté et de la fête. Chaque année, une famille est sélectionnée pour financer le buffet, la musique... on lui remet comme un trophée et lors de la soirée il remis il est remis à une autre famille pour l'année suivante. Alors effectivement c'est beaucoup d'argent, mais lors de la soirée, pendant des heures on observe un défilé de tous les invités qui viennent remettre présents (à 90% des caisses de bières) et argent. Le principe, je vous le montre en image, la famille se présente avec 1, 2, 3,...20 caisses de bières, la moitié est offert pour la fête et l'autre moitié est emmené par les invités et on oubli pas de glisser un petit billet dans le chemisier de la dame ;) ! Tout ça dans une parade de confettis et de shot scrupuleusement respectée. On observe une communauté réellement soudée, qui vit sur les principes de partage, de respect et de bienveillance ! Quelques valeurs fondatrices du peuple des andes.

Bon ça fait des mois qu'on a pas fait la fête, alors ce soir ça y va et sur un air de cumbia !

29
29
Publié le 23 novembre 2020

.

30
30
Publié le 27 septembre 2019

Hola le lac Titicaca !!

Et oui, Copacabana est la ville côtière du fameux Lac Titicaca, le lac le plus haut de la planète ! Il se trouve à 3812m d'altitude !


Copacabana est une jolie petite ville touristique où l'on profite du couché de soleil sur le lac après avoir pédalé ou barboté dans l'eau et mangé du poisson frais !

On trouve un magnifique hostel qui donne directement sur le lac et surprise ! Nous croisons de nouveau un couple d'amis argentin rencontré à Coroico en Bolivie, alors on l'a refait à l'ancienne avec une soirée "Sopa de mani" (soupe de cacahuète) notre petit coup de coeur gastronomique bolivien.

Au milieu d'un petit coin de paradis...

Le lendemain direction Isla del sol et Isla de la luna !

31
31
Publié le 27 septembre 2019


Le lac Titicaca, berceau de la culture inca, tous les jours de Copacabana partent un certain nombre de bateau pour visiter la Isla de la Luna ( L'île de la Lune) et la Isla del Sol ( L'île du Soleil).

Alors hophophop on embarque pour la Isla de la Luna !

C'est une petite île où se trouve quelques ruines d'une ancienne cité inca.

On en apprend un peu plus sur la culture andine. Notamment, que la isla del sol et de la lune représente respectivement l'homme et la femme et comme représentation symbolique le Cruz andina, la croix andine qui existe sous deux formes : la cruz de la isla del sol et la cruz de la isla de la luna.

La cruz de la isla del sol 

Elle représente les 4 saisons (les 4 côtés formés d'escaliers), les solstice à chaque changement (4 pointes) et chaque versant formé de 3 "montagnes" forment également les 3 animaux totems, les 3 valeurs sociétales, les 3 mondes (ciel, terre, souterrain), et les 3.... je me rappelle plus ^^' !

.

La cruz de la luna

Elle est presque identique mais comporte 1 "escalier" supplémentaire. Car cette fois-ci, chaque versant compte 7 arêtes qui sont les 7 jours de la semaine et donc les 4 semaines du mois pour un cycle de 28 jours, cycle lunaire, cycle menstruel, représentation féminine et calendrier inca.


Bref, je vous fait un résumé mais expérience très riche, que l'on poursuit en bateau jusqu'à la isla del sol !

On arrive sur une île nettement plus grande mais on apprend qu'il est seulement possible de visiter la partie sud de l'île. Depuis 3 ans, la communauté vivant au centre de l'île bloque l'accès au Nord pour les touristes. Il réclame une répartition des bénéfices touristique de l'île réalisé au Nord et au Sud la où se situe la plus grande partie des vestiges culturels incas, il y a sûrement d'autres points de désaccord que je n'ai pas entendu ou compris mais tout ce que sais c'est que l acces est impossible (on a eu vent d'une coréenne violée et tuée pour avoir essayé...) donc on reviendra quand l'état décidera de statuer...

Après cette petite déception, car bien sûr, la plus belle partie de l'île est au nord, on rencontre un guide qui est enfaîte un habitant de l'île, et nous fait profiter de tout son savoir de la culture inca.

On en apprend sur l'architecture connectée à l'espace et au temps, la faune et la flore, et la culture sous toutes ses formes.

 muña 

La muña, utilisée en tisane ou simplement à frotter entre les mains pour sentir son parfum à des propriétés décongestionnant, broncodilatatrice,... pour faciliter la respiration, plutôt pas mal à 4000m d'altitude !

Vue sur la Isla de la luna ( à gauche) 

Après une très jolie promenade d'une heure et demie on termine sur 2 contes, à l'origine de la naissance de la communauté.

Le premier raconte l'histoire d'un peuple très riche qui possédait toutes les richesses du monde si bien qu'ils se suffisaient à eux-mêmes et ne s'ouvraient à personne. Un jour deux personnes bienveillantes sont venues les avertir que de malheureux jours s'annonçaient mais le peuple ne veut rien entendre et les rejettent. Ce couple s'enfuit dans la montagne la plus haut pour prier aux dieux de les épargner et s'en suivirent 40 jours et nuits de pluies diluviennes, le peuple noyé formerait aujourd'hui le lac Titicaca.

Le 2ème conte sensiblement différent, raconte l'histoire d'un peuple très riche vivant au pied de la montagne de la haute. Un jour, un étranger est venu à leur rencontre pour savoir pourquoi ils ne grimpaient jamais au sommet. Le peuple respectait scrupuleusement la règle des dieux car ils pensaient que le dieu des enfers vivait en haut de cette montagne et qu'il ne devait pas le déranger. L'étranger curieux finit par les convaincre d'enfreindre la règle, mais le dieu des enfers était bien présent et en colère. Il provoqua une énorme tempête et tous se retrouvèrent noyés au fond du lac Titicaca.


Allez c'est fini les histoires... on rentre !

Et oui car demain... on passe la frontière !

32
32
Publié le 27 septembre 2019

Bien arrivée au Pérou !

Cusco ! Quelle belle ville ! On va pas se mentir ça fait du bien de retrouver un certain confort... après 2 mois en Bolivie avoir un matelas qui a moins 20 ans, du papier toilette et une douche chaude ça fais rêver !

Alors Cusco est une ville très touristique, ça parle dans toutes les langues, il y a un nombre de tours à faire impressionnant, des lacs, des montagnes, des villages typiques, de l'artisanat à chaque coin de rue... Bref, on le savait mais ça se confirme, on pose les valises pour 3 semaines, un mois !

Alors on a fait l'incontournable free walking tour un peu à reculons mais finalement ça valait plutôt le coup ! On en apprend un peu pour ce qui est le centre de toute la culture inca. Que ce soit de l'architecture avec le fameux imbriquement méticuleux à la tetris de chaque pierre, à la construction même de la cité selon une forme de Jaguar symbole protecteur incas ou chaque partie (la tête, le corps, le coeur, la queue, les parties génitales) est un lieu avec un symbolisme qui ne laisse rien au hasard. Mais on en apprend aussi sur leur façon de vivre, leur langage, leur croyance et bien sûr l'invasion espagnol.

Bon on en a vu peu pour le moment mais on se rend compte a quel point la culture andine est imprégnée et présente aussi bien dans la ville que ses habitants. C'est un doux mélange ou la tradition est presque aussi présente qu'en Bolivie mais qui a bien sa place dans le monde moderne, différence avec la Bolivie ou tu as la sensation de reculer dune bonne cinquantaine d'années... Bon place principale, Mc Do, Starcbucks et autres marques du capitalisme sont là disons que c'est pas pour rien qu'on est moin perdu...

On découvre et comprend et devine tous ces édifices majestueux qui étaient à l'époque des palais. On goûte cette nouvelle gastronomie, proche de ce qu'on a connu mais avec un peu plus de finesse.

C'est une ville très attractive, agréable à vivre, elle reste à échelle humaine, très animée de jour comme de nuit, on découvre la musique moderne péruvienne (un mélange de reggae, métal et instruments traditionnels) et ils sont plutôt bon !! C'est totalement différent, innovant ça me fais rêver ! C'est bon de se retrouver dans ses marques, de retrouver comment sortir boire un verre entre amis mais dans une culture totalement différente !

Bon Cusco, c'est aussi le départ pour le Machu Pichu, alors ça fait des mois qu'on hésite on entend que ça a perdu de sa magie, " c'est hyper touristique ". Alors on navigue, entre le respect de ce lieu et de cette culture qui nous invite à détourner notre chemin et notre tête qui nous dit "mais c'est une des 7 merveilles du monde p***** !"

Et c'est la que l'on en apprend un peu sur le trek du Salkantay, une rando de 5 jours pour arriver au Machu Pichu qui est apparemment incroyable... alors on finit par se dire... GO !

33
33
Publié le 26 septembre 2019

MISSION SALKANTAY

Jour 1 : c'est le grand départ !

Levé 4h30 arrivée à Mollepata 8h30 2800m d'altitude, on a déjà les poches sous les yeux mais on est content !

On commence doucement... nan mensonge ! On commence par 8h de marche dont 6h de mo montée... Mais on a la niak, alors on y va doucement mais on y arrive et le paysage commence déjà à nous régaler.

Première nuit à Soraypampa, on est à 3850 m d'altitude, belle montée ! On a trouvé un petit dôme pour dormir à l'abris du vent et de l'éventuel pluie et je crois qu'à 18h30 Leo ronflait déjà, et je l'ai suivi peu de temps après... on est juste mort !

2ème jour: en direction du lac Humantay ! 1h30 à grimper toujours plus haut ! C'est magnifique on est partis à 6h du mat, dur dur pour les gambettes mais on est tous seuls et on se régale !

.

Bon par contre il y a 8h de marche jusqu'au prochain village alors on décide qu'après le lac la journée sera off pour partir en meilleur forme le lendemain.

Et on a bien fait ! Parceque jour 3 : passage du col du Salkantay a 4600m d'altitude ! Alors l'oxygène se fait rare, les sacs sont lourds et la fatigue est bien présente mais on a le sourire jusqu'aux oreilles !

.


Le col est splendide... on s'applaudit parcequ'on le mérite et on continue pour une descente jusqu'à Chaullay 2900m d'altitude.

Le lac du Salkantay ...

C'est parti !

.

On descend durant des kilomètres... et l'environnement change peu à peu, on quitte la neige pour les moustiques, la jungle commence à se faire sentir.

.

.

34
34
Publié le 27 septembre 2019

(2ème partie)



On arrive à Chaullay, ce petit "village de camping" caché au milieu des montagnes verdoyantes. Il fait chaud, on est fatigué mais on peut dire que le corps s'habitue rapidement, ce troisième jour s'est finalement bien passé. Après une séance d'étirements, des pâtes et une bonne douche on s'endors une fois de plus très rapidement.


Jour 4: Direction Santa Teresa et... ses bains thermaux !!!


On est parti pour un peu plus de 15km ! Et la nature nous offre pleins de belles surprises...

.

.

.

On marche pendant un peu plus de 10km le long de la rivière et on arrive au moment où l'on doit traverser... Mais le seul moyen est une genre de tyrolienne à nacelle à je ne sais pas combien de mètres de hauteur. Alors voici la petite vidéo souvenir, si on fait abstraction de mes cris c'est plutôt joli ! Ahah

.

Heureusement de l'autre côté de la berge un mini van nous attend et nous propose de nous emmener au prochain village. Alors on triche un peu mais on s'imagine déjà les pieds dans l'eau chaude, ni une ni deux on grimpe !

Jour 5 : Arrivée à Machu Pichu pueblo, sur les derniers 15km, les 5 premiers nous les feront en voiture car on longe la route en plein soleil rien de très agréable et les 10km suivant nous les feront à pied car nous devons longer la voie de chemin de fer ou payer un train une fortune. Nous n'avons pas de photos, ce n'est pas la partie la plus jolie et nous avons hâte d'arriver !

On se repose une journée et on grimpe la merveille très tôt le lendemain pour arriver les premiers sur le site.

Alors oui, c'est incroyable, la conservation de ce lieu ! On écoute les histoires, on tente de s'immerger mais c'est tout de même très difficile de se sentir transporter avec tout ce monde. On se croirait au concours du meilleur selfie, on ne peut pas s'arrêter 5 minutes sans que quelqu'un nous demande de s'écarter de son champs photographique ou nous bouscule pour passer... bref on a du mal à profiter.

.

.

Bon après, la magie on l'a vécu toute la semaine, après tant d'efforts, de paysage incroyable, de rencontre on est heureux d'être là ! Et finalement, la prochaine fois on se contentera d'un site moins touristique pour ressentir cette énergie particulière.


Petit bonus vidéo de Léo :

35
35
Publié le 27 décembre 2019


Chinchero est un petit village près de Cusco connu pour son artisanat et ses ruines incas.

Nous arrivons un jour de fête et profitons du défilé ! Toutes figures traditionnelles sont représentées dans les costumes d'époque (parfois toujours actuels). Les filles présentes sur la photo porte le costume des artisans textiles. Toujours très présents, la communauté est réputée pour cela.

On visite une fabrique, tout est fait à la main ! Les tissus sont incroyable et les couleurs vives !

Toutes les teintes sont naturelles et réalisées à partir d'éléments naturels (végétaux, insectes...). Un châle, c'est environ 3 mois de travail !

Presque tout est en alpaga, et les prix bien justifiés sont tout de même bien élevés ! Mais bon, si il y a un endroit où ça vaut le coup, c'est ici ! Alors on partira avec un petit souvenir quand même ;)

36
36
Publié le 27 décembre 2019

Le voilà ! Le seul, l'unique ! Le ceviche péruvien et son pisco sour, boisson nationale. Un délice...

Et oui, nous voilà sur la côte alors on en profite ! Nous sommes accueillis comme des rois par notre couchsurfing dans son appartement qui se situe un complexe hôtelier dont il est le propriétaire, piscine, petit dej et excursion... on se fait dorloter !

Nous visitons las islas ballestas où règnent lions de mer, oiseaux, pingouins...

.

.

.

Puis la réserve nationale...

.

.

.

37
37
Publié le 27 décembre 2019

Huacachina est une oasis artificielle touristique. Nous y allons pour découvrir ce lieu insolite mais pour être honnête en dehors des quelques tours dans le désert et la petite plage rien de transcendant... un petit check de plus sur la map et une matinée sympa !

.

.

.

38
38
Publié le 27 décembre 2019

Lima, Lima, Lima, tu as sûrement de jolis atouts mais on sera passé à côté je crois. Alors oui le quartier Miraflores est plutôt sympa, mais malheureusement les 3h de transports en commun aller-retour depuis la maison de Franck aurons eu raison de nous. Nous ne resterons pas dans la ville reconnue mondialement pour son traffic infernal...

.

Alors, le petit (grand) réconfort de Leo seront ces "alfajores" argentin que nous rencontrons au hasard des rues. Bon c'est décidé, Lima sera signe de repos à la maison et de chocolat !

39
39
Publié le 27 décembre 2019

Huaraz, on retourne un peu dans la montagne !

Petite ville connue pour son parc nationale Huascaran qui compte plus de 300 lacs, des rivières et des sommets tous plus beau les uns que les autres !

.

.

.

.

.

.

.

40
40
Publié le 27 décembre 2019

Huanchaco, ville côtière connu pour ses surfeurs ! Il "paraît" que le surf est né ici, effectivement on aperçoit un peu partout des petites embarcation en bois, feuillage d'époque et des cheveux long et décolorés !

Huanchaco c'est le voisin de Trujillo, capitale culturelle du Pérou, jolie ville mais un peu remuante comme les grandes villes du Pérou, d'où notre élection pour sa voisine. Mais c'est avec grand plaisir que je retrouve Ambre et son amoureux ! Une française expatriée il y a 5 ans maintenant, alors on partage des fruits de mer avec le sourire !

.

.

Huanchaco, c'est aussi synonyme de changement, adieu la montagne, le froid alors on apprend à se détacher des objets et on avance plus léger, direction le soleil !

41
41
Publié le 27 décembre 2019

.

42
42
Publié le 27 décembre 2019

.

43
43
Publié le 27 décembre 2019

.

44
44
Publié le 27 décembre 2019

.