13 étapes
30 commentaires
86 abonnés
Escapade Marocaine, avec Jolly, bien entendu, avec plein de pistes dans l'Atlas et ailleurs, accompagné de 2 compères.
Septembre 2022
3 semaines
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 21 août 2022

Bon Ok le titre dévoile la destination ☺.

Oui mais bon, il y a Maroc et Maroc, voyage touristique ...ou balade automnale, nan nan rien a voir, la balade automnale n'est pas un voyage touristique, juste une volonté de voir et revoir une partie de notre belle terre et de rencontrer une infime partie d'un autre peuple ... en dehors des sentiers battus.


Pour cette troisième fois en cette belle terre d'Afrique du Nord, ce sera le même objectif, ce qui me pousse à toutes ces escapades : accéder à une infinitésimale partie de la beauté du monde et du cœur des hommes...Ces paysages "waouhhhh" et ces rencontres que le destin porte à nous au fil de la "route" et qui ancrent ces souvenirs si précieux, nous rendant plus riches, plus humbles.

Au programme, pistes dans le moyen et haut Atlas, plateaux désertiques, une touche de Sahara (juste pour les yeux, vu le poids de nos pachydermes...) et le plateau du rekkam...quoi tu ne connais pas le plateau du rekkam ? Normal ...pas très touristique, et pourtant ...a suivre ...


Pas de voyage seul cette année, un trio, composé d'un duo éprouvé et validé plus d'une fois, avec Eric, qui en plus d'être un excellent compagnon de voyage est un cartographe hors pair, et Gilbert pour qui ce sera une première en Afrique.

Tiens les voilà tous les deux la dessous, la dessus; Eric qui cette année roule avec une anglaise, du coup il prend un air un peu british, mais celà lui va bien, et Gilbert avec sa vieille et enrobée teutonne (comprendra qui voudra :o).


Eric : "Tu vois la piste qu'est pas sur la carte, et ben c'est la qu'on passe "  Gilbert : "Ah ..."

Pas de bivouac non plus, 2 ans de covid, une crise touristique sévère, je préfère laisser quelques dirhams de plus sur place, surtout en dehors des sentiers battus...


Le prochain post sera réalisé depuis le bateau, 43 heures, ca devrait me laisser le temps de rédiger un petit mot ...

Si celà vous tente, abonnez vous sur MYATLAS, les autres étapes arriveront directement dans votre boîte mail dès leur parution.

Promis j'essaierai de ne pas être trop bavard et de mettre plein de jolies photos et de liens, qui marchent cette fois, vers des petits films.


Embarquement a Sètes le 10 Septembre après midi 🤩....ouh la la mais c'est très bientôt ça :0).

J'ai fais le plein de mer calme ..., mais je suis sur que la méditerranée sera une mer d'encre pour notre traversée.

So...on the road again 😉....et à très bientôt !






Content le Nico 😉, et puis Jolly de profil et de 3/4 en configuration ....encore propre 😁.
2
2
Publié le 12 septembre 2022

Lieu : salon de notre ferry en direction de NADOR.

Oui c'est celà, une immersion, une immersion progressive.

J'aime celà, ce que certains prennent comme "un mal nécessaire" ; une liaison autauroutière, une traversée en ferry ...journées que l'on pourrait considérer comme perdues ?

Je le prends comme une immersion progressive "dans le voyage".

Notre vitesse de croisière, bon Ok, de la croisère il n'y a pas grand chose, (mais il y a au moins le bateau !) ; notre vitesse de croisère disais-je est de 30 km/h. L'immersion est donc progessive, et j'aime celà, j'en ai besoin même je crois.

Du coup la rupture est "moins brutale".


Ca va pas trop de monde sur le ferry 🙂

Nous prenons le temps, de parler, de découvrir un peu plus Gilbert...C'est agréable de prendre le temps.

Le bateau est rempli à 10 % environ, la mer est d'un calme absolu (j'avais réservé le bateau avec option mer calme ...:o) ), bref des conditions idéales pour notre transfert.


Sur la route en allant rejoindre Eric pour le départ, j'ai été saisi par une image, je vous la livre ci dessous :


Feyzin - raffinerie total

Lyonnais d'adoption depuis 20 ans je connais cette vue par coeur : il s'agit de la rafinerie de FEYZIN, on passe presque "dedans" lorsque l'on pred l'autoroute A7 tout juste au Sud de Lyon.

En fait cette image me trouble, profondément.

En arrière plan le symbole de ce qui est en train de faire péricliter notre civilisation telle qu'on la connait à ce jour ; l'une des formes de production d''énergie carbonnée, responsable du dégagement irraisonné, de CO2 et donc de l'effet de serre ; mais il n'y a pas de climato scpetique en train de lire ces lignes j'imagine...aucun d'entre vous qui ne doute que nous sommes probablement les dernières générations avant que les chamboulements majeurs transforment notre monde tel qu'il est a ce jour ...et probablement que l'humanité sous la forme que lui connaissons n'y survivra pas ...

Donc en arriere plan la conscience aigue que le désastre est déjà la ....

Et en premier plan : je l'alimente

- je suis totalement conscient de l'augmentation de température que va connaitre notre siècle ; et des carnages qui vont l'accompagner...

- et pour autant je roule en moto.; pour mon plaisir, même pas par nécessité...

Et je ne sais pas trop quoi faire de ça ; si ce n'est que cette image m'a saisi...


Mais si je creuse un peu, (et je l'ai fait depuis longtemps ...), c'est bien plus que le simple plaisir de rouler qui me pousse à prendre la route, bien plus profond que cela, bien plus complet ...

Sinon je me contenterai de prendre un vol pour Marrakech et de louer une moyenne cylindrée pour aller faire le con dans les dunes...


Ceux qui m'ont déjà lu en ont probablement une petite idée, et j'y reviendrai, soyez sans crainte 😉.


Bien, assez de babillages, mais ce n'est tout de meme pas ma faute a moi si il faut plus de 40 h pour rejoindre NADOR !

La journée va se poursuivre tranquillement entre lecture, bavardages, repas, cafés...

Demain nous débarquons vers 9h, je devrais pouvoir publier; cette immersion demain soir apres une petite journée de roulage.


A suivre ...

3


La journée fut pour le moins contrastée, par ou commencer : tiens allez, par la fin.

Il est 22h au moment où je commence à écrire ces lignes, installé dans un havre de paix, dans un silence absolu.

Nous sommes dans le moyen Atlas, arrivé à notre hébergement par une piste d'environ 2 km apres avoir traversé le village...pour le moins authentique ...

http://www.ainsahla.com/situation.html

(je n'arrive toujours pas à insérer de lien hyper texte qui soit actif ...sorry)

Ci dessous la situation et les coordonnées.


l''étape du soir ...juste magique

Un petit coin de paradis, dans ce secteur, au Nord du parc national du Tazekka, plutôt dépouvu en hébergement.


Auberge Ain Shala par naturel du tazekka

Mais revenons au début de la journée :

les motos parfaitement arrimées ont bien vécu le voyage, nous restons en tenue légère le temps de descendre les motos et de réaliser les fomalités administratives.


Mais les formalités douanières furent plus que simples, celà nous a bien pris... 5mn :

- Rien a déclarer dans les valises ? pas de drone ?

- Non moi je n'ai rien, par contre les deux gars derrière moi en triumph et en BMW, ils ont un drone, de l'alcool et des trucs bizare, devriez faire attention ...


Ben non, j'y ai bien pensé à faire une tite blagounette à mes deux compères, mais bon...je les aurais attendus alors ...je me suis abstenu.


Nous nous posons à la sortie du port pour nous mettre en tenue de moto.



le trio du moment dans la cale puis au vestiaire avant de se remettre en route

Puis nous prenons la route, non sans qu' Eric insulte copieusement son GARMIN du nom de tous les saints que la terre a porté, enfin c'est une version soft ...osmand prend le relais depuis mon téléphone, une valeur sure ce osmand :o), faudra t'y mettre Eric et me balancer ton p.... (bip) de garmin là où tu voulais le mettre ce matin 😄.

Les 3 premières heures (comment on a fait pour mettre 3 h ?) furent éprouvantes et peu intéressantes, et lorsque la température dépasse les 40 °C, tous les motards savent quelle épreuve celà devient. Mais bon, le maroc n'est pas la Norvège ni l'Ecosse alors celà faisait partie du champ des possibles, devenu réalité le premier jour.

Nous faisons donc une pause ici dans un boui boui local, et refaisons le plein des camels bags avant de repartir.



pas de commentaires sur les poses à la pause je vous prie ...faisait trop chaud !

Mais comme d'habitude ou presque la route nous réserve de belles surprises :

un peu de savane :

Comme un air de savanne

Un peu de platitude désertique ...

Visière fermée, la tempéraure attient 43°C et y reste collée !

Et puis nous aurons de la pluie en attaquant le masif du TAZEKKA...et une autre surprise moins drole...


La toute petite route est tres glissante avec cette "première pluie", je ferme la marche comme assez souvent, Gilbert est devant moi et Eric encore un peu plus devant.

Dans un virage Eric est arrété, une petite moto est béquillée en plein dans le virage et son pilote ramasse ses légumes.

Nous béquillons à notre tour, car je vois la moto un peu cassée.

Le pauvre jeune type pisse la sang d'une jambe, il vient de tomber en fait ...


Eric balise, (au sens réalise le balisage, Eric n'est pas un pleutre diantre !), car nous sommes en virage, je sors ma trousse de secours, Gilbert le fait assoir, et nous soignons le pauvre bougre qui a une belle entaille sous la cheville (plusieurs centimètres). Gilbert désinfecte avec compresses et biseptine (comme il me restait un peu de place, j'avais emmené un grand flacon en plus des dosettes habituelles) et je lui pose quelques strip, pour refermer un peu la plaie avant de mettre des pansements.

Il n'a rien d'autre, a l'air d'aller un peu mieux (il était en état de choc et a eu tres peur...). Je lui laisse quelques sachets de biseptine en "serviettes", sa moto redémarre et nous reprenons chacun notre route ...


Il m'a fait mal au coeur ce pauvre jeune gars.

Mais au moins il a pu redesendre (nous étions à plus de 1000m), rassuré et sans pisser le sang dans sa petite chaussure usée...

Je pense encore à lui ce soir et à sa vie, passée, future ...


Je mesure encore une fois ce que le "destin" met comme capital différent entre nos mains lorsque nous naissons ici, ou ailleurs ...au fin fond de l'Atlas par exemple...

Mais qui est donc ce destin ...


Ce sera tout pour ce soir, je profite encore un peu du calme de la nuit qui débute ...un calme de campagne comme je les aime avec des bruits d'animaux au loin.

Deux photos sans rapport ...mais nous n'tions pas les seuls à table ce soir
4
4
Publié le 14 septembre 2022

D'habitude, j'écris le soir, mais j'avoue qu'hier, apres notre arrivée, la douche et le couscous à midelt, mon corps demandait grace et mes yeux ne voulait qu'une chose, se fermer pour quelques heures de repos.


Un peu chargé mais c'était ....

Hier matin, il faut dire que nous avons eu un peu de mal à quitter notre havre de paix, cette auberge Aîn Shallah, nous somme onc partis, il est vrai un peu tard.


Les deux premières heures de roulage dans le parc naturel du Djbel TAZEKKA est plutôt verdoyante, nous déambulons sur cette toute petite route qui regorge de courbes au milieu des chênes lièges.


Nous poursuivons notre descentre plein Sud à travers le moyen Atlas, les cols se succèdent, la piste est fraichment revêtue d'un bitume (ils sont encore en travaux).


C'est une bonne chose, certes il est plus agréable pour nous qui sommes en touristes dans ces contrées arides de circuler sur une belle piste sèche qui a la couleur des zones que l'on traverse, tantôt ocre, tantôt brune, tantôt jaune, c'est même un sentiment extraordinaire...

Mais lorsque l'on voit le niveau d'isolement, les conditions d'accès de ces fermes totalement isolées (encore nous sommes à la belle saison), oui c'est une bonne chose que l'asphalte gagne du terrain.




les cols s'enchainent sur de la roupiste

Et puis il y a la roupiste...

Quoi tu ne connais pas la roupiste ?

Nan pas la roupie, ça c'est la monnaie indonésienne.

La roupiste, cette petite route qui redevient piste, Jolly adore !

Les cols s'enchainent entre 1500et 2300 mètres.

Nous roulons sans nous voir, chacun à son rythme en nous attendant au rythme des pauses ou des carrefours ...mais les carrefours ...resttent rares.


Quelques habitations s'égrennent le long de ces payasages d'une aridité extrème.

Quatre gamins de moins de 6 ans sont sur la route et forment un vrai barage, tu ralentis, mets pied a terre, et ils commencent à tripoter les sacoches...tu repars aussi doucemnt que possible...dérangeant. Dérangeant au sens usurpateur de leur lieu, impuissant a faire quoique ce soit, et peur d'un accident.


Quleques km plus loin je m'arrète une nième fois humer l'atmosphère des lieux, il y a une maison assez loin, une petite silouette vêtue de rouge court, court court, dans ma direction.


Elle arrive toute essouflée à ma hauteur, rejoins par une autre.

Elles sont belles, de cette beauté enfantine.

Je ne pouvais alors que prendre le temps pour elles.



Je repars avec toujours ce sentiment partagé : la beauté de la simplicité de cette "rencontre" et l'interrogation quand à l'avenir de ces gamines.

J'ia trouvé qu'il y avait plus d'écoles, plutôt récentes, éparpillées un peu partout, et les gamins ont tous le mˆme sac probablment fourni, c'est rassurant.

Mais ces deux petites là, sauf à aller ailleurs dans la vallée, ne pourront pas accéder à l'école.

Notre trajet se pousuit ainsi dans ces payasages incroyables d'aridité.

C'est tres roulant, ABS déconnecté, antipatinage aussi, le plaisir de conduire est à son maximum. Oui il y a aussi beaucoup de plaisir à conduire "au milieu de ces éléments".

Nous en prenons plein les mirettes, celà ne s'arrète pas ...




Et puis nous redescendons, à enciron 1500 mètres pour rejoindre BOULEMANE et terminer à MIDELT.

Changement de décor, les cols laissnet placent à un ruban d'asphalte traversant une aridité désertique.



Eric et sa triumph tiger
Gilbert et sa 1150 GS customisée :o).

Sur ce, sans avoir pris le temps de relire, (je corrigerai les probable fautes de frappe lors d'une prochaine relecture) je vais charger le paquetage avant le petit dej.

Bonne journée aux courageux travailleurs ...et aux autres aussi.

Au programme pour nous : plage et pina colada

Je déconne : ce sera le cirque de jaffar par la piste pour rejoindre agoudal ce soir.

Jolly trépigne :o).

5

Pffttt, journée de roulage tres moyenne, avec des paysages bof bof bof...

Mais nonnnnnn ! Bien au contraire.

Je vais faire soft et court celà va vous changer (ajout à la relecture, désolé c'est loupé !!!)

En carto et roulage celà donne ceci :

Oui oui, tu as bien lu ... 174 km en ...presque 8h !! Un bon ptit 20 km/h de moyenne ça !

Pas mal, non ? Bon Ok celà inclu les photos et le 3 étoiles de midi :

au menu de midi : pomme et oeuf dur

Bon ça va, nous n'avons pas perdu trop de temps au resto et n'étions pas trop lourd pour repartir, parfait.


Ce matin, le départ de MIDELT pour le cirque de JAFAR commence par une piste tres roulante et stabilisée, sur environ 20 km.


Puis elle traverse un oued gorgé de galets, avec une difficulté moyenne (galets sur 200 à 300 mètres) ; puis redevient roulante mais bien que plus bucolique ; rie na voir avec l'autopiste du départ (hybride enre revêtement de piste et largeur de 2 voies !!)

Les panoramas sont somptueux, mais go-pro fait des siennes ce soir pour la synchro, je n'ai donc de disponible à cette haure ci, que celle prises avec mon tel.


début de la piste du jafar

On évolue entre ce paysage semi désertique et des cèdres, tantôt déplumés tantôt en bosquets...j'ia de supers clichés, dans la go pro :o((((


Nous rejoignons la route en bas du jafar et le festival se poursuit.

Nous décrochons rarement des 2000 mètres et franchissons les 2500 m d'altitude ; le tout se fait en enchainant les piroutes (routes devenues plus ou moins pistes).



pour donner une idée du relief, cet écran mont le relief sur 1OO km, le vert est passé, le bleu a venir (au moment de la photo)

Dans les Alpes, on monte, on fait une photo au col, on redescend, on remonte un autre col ...

Ici, et bien ....on ne redescend pas, on est scotché à 2000 mètres, pas plus bas, pour plusieurs jour de roulage si on le souhaite.


Les oueds forment des oasis horizontales de verdure entre les barres rocheuses et les pommiers, les peuplieurs et les cultures s'y épanouissent.



Et l'atlas est juste MAJESTUEUX, ni opressant, ni écrasant, il tolère l'homme et ses habitats qui sont batis de la couleur de la terrre avec laquelle ils sont construits.

Selon les endroits, selon la densité du village traversé, le dénuement se fait plus ou moins sentir.

Les contacts sont fréquents à chaque pause photo, toujours amicaux...parfois précieux ("par là ca passe pas, passe la bas ...") a quelques enfants un peu trop insistants pres ...mais comment leur en vouloir ...



Et parfois le dénuement se rapelle à toi un peu cruellement ...avec ses femmes qui lavent leur linge dans le "cours d'eau" à moins de 10 m de la décharge du village qui déverse ses jus dans le cours d'eau...

Pourquoi et comment le chef de village autorise ce genre de pratique, je m'interroge...

Ce soir en dinant une tagine à l'auberge AFOUD à AGOUDAL, nous échangions avec Gilbert et Eric sur les conditions de vie et l'enclavement que doivent subir ces villages pendant les mois durant lesquels l'Atlas revêt son manteau blanc...


Parfois, souvent, on a l'impression que le temps s'est arrété...

Et je l'avoue, j'aime ce sentiment, et je m'en trouve égoiste.


Mais par dessus tout c'est l'harmonie visuelle qui s'en dégage que j'apprécie ...

Bon, désolé, j'ai été encore un peu long ...mais zavez vu ? Malgré ma gopro qui fait des caprices je vous ai mis pas mal de photos de la journée, sans trop de moto en premier plan :o).

allez encore une piroute pour la fin ...

Demain direction le Dades et un peu plus au Sud.

3 jours de roulage derrière nous et j'ai l'impression d'être parti depuis un mois, dans le bon sens du terme.

Je m'interrogeais si, 10 ans apres, je retrouverais ce bonheur tellement inédit, de rouler ici, j'ai la réponse ...:o).

6

Je viens de commencer ces lignes, un peu claqué, mais j'aime bien ce moment ...

Lorsque je voyage seul je commence plus tôt quand je ne me loupe pas sur le prévisionnel.

Tiens une petite apparté : lorsque je voyage seul, j'ai un cap final, qui n'est pas forcément une destination , juste une option. J'ajuste au jour le jour les étapes. Seul il n'y a pas de contrainte, celà donne une dimension inouie au voyage. Certains peuvent trouver celà égoïste, d'autres dommage, d'autre stupide..., ce n'est pas grave...celà s'appelle une divergence de point de vue ou de pratique.

En revanche voyager à plusieurs, nous sommes 3, pour ceux quin 'auraoent pas suivi, permet de sortir plus facilement du bitume. Avec nos bestiaux de plus de 250 kg, une piste qui devient difficile peut se transformer en (grosse) galère lors de chutes à répétition.


D'ailleurs j'aspire à une moto bien plus légère afin de pouvoir sortir plus facilement des sentiers battus en voyageant seul...le modèle est déjà sélectionné ...mais ce sera pour une autre fois.


Je pense que le trio que nous formons, a trouvé son rythme de roulage : quelques centaines de mètres entre nous sur les portions "délicates", quelques km sur les portions piste ou bitume "normales".

Et puis être trois est aussi sympa aux étapes.


piste facile car roulante et onne visibilité : ici ce qu'il reste de la piste du dades ....

Mais je manque à tous mes devoirs :

la route du jour en plan :

c'est petit comme celà hein ?
Ca va mieux là ?

Nous sommes partis d'Agoudal...et là devines un peu ...

le plus gros réservoir du groupe (pas de nom, c'est pas bien de cafter) de nous dire :

- heu je suis pas sur d'avoir assez pour la journée ...😬.

Pour sa défense pas de station au programme du roulage ...et on avait tous fait le plein la veille (sauf le plus gros réservoir :o))).

- Merde Gilbert, (ho mince j'ai cafté :o)) , t'as pas 40 litres dans ton réservoir plein ?

Pffttt je le soupçonne d'avoir voulu cette photo en fait :o)



Bon en fait ça m'a bien fait marrer ...

Donc les routards non prévoyants, à Agoudal (comme n'importe ou ailleurs), le précieux liquide se trouve à qui en a besoin sous diverses formes ....

Cette formalité remplie (sans mauvais jeu de mot), nous prenons la piste du dades ...

Ah ben non en fait, la route pour le dades ...une bien belle route flambant neuve qui nous menera jusqu'au col à 3000 mètres.

Et là ...surprise : la piste reprend, nous apprendrons plus tard à la pause dej de midi, que le deuxième versant sera pour l'année prochaine, descente coté gorges du Dades.

Nul doutes que cette route sera empruntée, elle pourra se faire en routière pour le bonheur de tous les motards et motardes....

En attendant :


la vue sera la même avec du bitume pour arriver :o).
peut être juste un peu moins harmonieux en bitume demain ...cherches bien il y a une moto bien cadrée...

Une vue a couper le souffle changent sans arrêt, et le plaisir inoui de rouler sur un sol aux couleurs changeantes de la roche ...

Tiens c'est un gros mouton ça, mais nan pas la moto, à droite !!

Bref nous nous régalons d'autant plus que c'est la dernière fois que nous prenons le col du dades par la piste.


Gilbert nous fera le coup de l'homme qui murmure a l'oreille des chameaux. Dommage pas de photo 🙃.

Bon c'est pas tout ça mais 3000 mètres, ça creuse !


Hein quoi une omelette bèrbère, mais c'est parfait, ca nous changera des pommes :o)


heu non Eric on va les laisser cuisiner stp ...
Auberge tres sympa a mosaique psychadélique

Nous enchainerons par une liaison route et une quarantaine (?) de bornes de piste pour terminer.

Eric l'avait dégotée en 2016 et nous en a fait profiter ...

Alors on dit merci Eric :o).


Et pour terminer, petit rinçage de bottes ...et un peu plus pour quelqu'un mais là je ne cafterai pas ..

Pas de sa faute, la moto (qui a un gros réservoir...c'est un indicce pour ceux qui ont suivi) avait un peu trop chaud ...alors .... :o))

Ah bah ça fait du bien une tite trempette
petite reco a pied pour laver les bottes, elles en avaient besoin et deuxième passe avec jolly pour le rinçage

Toujours une grande frustration à rétrécir ces paysages immenses, par ces clichés oh combien réducteurs.

L'atlas et ses replis si typiques, tantôt proches, tantôt lointains est juste extraordinaire.


Ce soir l'étape est parfaite, encore une trouvaille d'Eric, aors encore merci Eric :o)



Etapde su soir : Kasba Chems à TAMALOUTE / BOU THANAR

Encore une bonne excuse pour ne pas relire , en plus de la fatigue : plus de batterie ???juste le temps de mettre en ligne.

Demain route pour NKOB via le TIZI N TAZARET ...


A suivre ...:o)

7

Dire que je n'étais pas passé dans ce massif lors de mes deux précédents voyages...en cette terre magique d'afrique du nord...

Tu sais celà fait partie des ces paysages qui te font dire : rien que pour celà le voyage valait le coup. Ou encore, celà fait partie des merveilles absolues que notre terre extra ordinaire met à notre dispostion, juste là ...et c'est devant moi, partout totu autour, là ...

On se sent ridiculment petit, ridiculement humain, tellement éphémère, et le panorame est à 360 degrés au sens littéral du terme, renouvellé sans cesse.

Notre terre se livre à nous, nue, entière, écorchée, rocheuse et magnifique.

Je crois que c'est un des paysages les plus beaux qu'il m'a été donné de voir de toute ma vie...vraiment.

Je vous livre ci dessous quelques clichés, qui me paraissent aussi limités pour restituer ce gigantisme et cette beauté absolue, aussi limités que des mots pour décrire un seul sentiment dans toute sa subtilité ...




Juste un apercu ....
Alors ...?

Alors lorsque l'on descend sur le frein moteur, et que d'une épingle à 180 degrés à l'autre on a l'impression que la terre tourne autour de nous en changeant sa parure rien que pour nous ...

Alors oui, si j'avais été seul, moi aussi je l'aurai refais dans l'autre sens ...et j'y serais peut être encore.


Bon vous avez compris mon émerveillement je pense ...

Et ce qui est incroyable c'est que ce sentiment si fort éprouvé est encore présent, aussi vif et aussi émouvant en écrivant ces lignes.

Nous ne sommes qu'un battement de cil sur le corps du monde ...et pourtant conscients et capable de capter ces merveilles.

Lorsque je ressens celà, cet ébahissement de gosse devant le sapin, qui est persuadé que le père noel existe, je me sens tout à fait terrien, absolument terrien, à ma place, ici et maitenant.

Et quel privilège avons nous, de pouvoir nous assoir là, pour boire un thé avec cette famille si simple, en nous absorbant du paysage pour nous en imprégner au mieux ....




Alors oui Eric, avant, la dernière fois que toi tu es venu en 2016, c'était une piste pour y accéder, mais cette merveille de notre terre ne peut que faire du bien à tout humain ayant la chance, le privilège d'y accéder... :o), alors le dicton du jour sera :

- Mon ami tolérons le goudron :o)


Je sais que notre monde regorge de ces lieux qui n'attendent que notre venue...


Voilà donc au delà du plaisir de rouler, une partie ce qui me pousse à voyager :

- m'imprégner de la beauté du monde.

Voilà aussi peut être pourquoi je me sens inadaté, indifferent, au milieu urbain...à quelques rares exceptions historiques près, là où l'humain a exprimé le meilleur de lui en respectant notre monde ...


Alors forcément l'avant et l'apres djbel Sargho se met en perspective ...

Donc avec Eric, nous en avons repris une petite louche en tachant de nous approcher de ces édicules naturels, histoire d'amortir un peu la descente émotionnelle, un peu moins brutalement.



En bas du jbel sargho coté accès NEKOB



Ah et puis au sommet il s'est produit un miracle :


Mais non je n'ai pas vu un buisson ardent ni parlé à dieu, (ça, ça se passe tous les jours dans mon casque ...:o)). Nan nan, on a réglé un problème MAJEUR au sein de notre trio ...

Oui je trainais, moi au moins, ce problème depuis le départ, et mes sollicitations pour le régler étaient restées vaines ou insatisfaisantes jusque là !

La monture de Gilbert n'avait pas de petit nom...

Non de non, pas de nom !!!

Du coup un miracle s'est produit la haut : Gilbert a enfin baptisé sa moto en lui trouvant un nom ! Je trouve que pour un baptème le lieu était plus que respectable.

Et alors ?

Attends un peu !

D'abord je te présente sa moto :


Bon là c'est un mauvais exemple , on la voit pas tres bien ...pardon Gilbert ...:o).



Là c'est un peu mieux mais un peu loin pour qualifier la bête ...


Bon, on s'approche un peu alors ? un ptit 3/4 avant, sois pas timide Gilbert ...


Allez un ptit 3/4 arrière ...et là j'ai perdu tous les non motards ...

Allez un tite dernière

Bon vous avez saisi la tounure globale de la bête ?

Son coté sobre, racé, dépouillé ...? (:0))


La première tentative de baptême de Gilbert pour sa monture fut :

"terminator "

Ouais il y a de ça, un ptit coté mad max aussi ...

Mais bon pas trop vendeur, et puis elle n'est pas si méchante ...même si a certains arrêts elle a fait peur aux gosses :o)) Je t'assure !!


Nan j'ai adoré quand il nous a sorti son VRAI petit nom :

"Gazelle"

Au début quand j'ai entendu ça, je me suis dit que gilbert avait mis une substance illicite à notre insu dans son thé, ou fumé une substance interdite sous son casque, je sais pas moi, maché de la feuille de coca pour lutter contre l'altitude... et puis les secondes passant, avec son grand sourire, sa détermination farouche matinée de tendresse et ses yeux rieurs, tu voyais que c'était ça ...et pas autre chose.

OK Gilbert, : ce sera donc Gilbert et sa "gazelle", j'adore le contraste : mais c'est parfait, derrière son apparence de pachyderme, elle peut être gracile et légère (enfin en image :o).


Le trio est donc doté à compter de ce jour :

- d'une gazelle en complément du :

gentil tigre en la personne de tiggie la tiger d'Eric, mais faut pas trop la chatouiller la tigresse ...

et de mon fidèle destrier en la personne de Jolly, qui sait me parler et que je comprends ...


Ce sera la conclusion pour ce soir et je vous laisse sur le symbole ci dessous que j'adorais sans en connaitre la signification, décliné sous différentes formes ...avec toujours la même signification ...une idée ?

Je l'aime encore plus maintenant que je sais le lire ...


8
8
Publié le 17 septembre 2022

Pffftt, j'avais dit dodo, claqué...

Cette étape, épuisante :

Quoi on voit rien, ah oui c'est vrai ça...

C'est mieux la ?

Un gros 100 bornes, de route, oui je sais c'est plus un road trip ca ...mais bon, j'avoue que c'était très bien, journée relache en somme.

Nekob, zagora ...

Et puis il fallait poursuivre la digestion du djebel sargo par le col de tizi n'tazazert...

Pas trop de choses a dire du coup...

Ah si, ce matin j'ai regardé de plus près la casba baha baha où nous avons dormi hier.

Au premier coup d'œil tu te dis que c'est un truc a touristes ...

Et puis dans ta chambre tu regardes le sol et tu vois ça :

Et puis tu regardes la porte interieure de la chambre et tu vois ça :

Et alors tu visites la maison de la kasba initiale et tu vois ceci ...

Puis cela,

Et la vue de la terrasse donne ceci

Et tous les détails y compris aménagements extérieurs respectent le mode de construction traditionnel en torchis ...

Bref, nous étions dans une kasba à touristes mais authentique, rénovée et étendue avec goût.

Du coup je me dis que NEKOB peut être un bon point fixe de quelques jour pour revenir sillonner le djebel sargho en long, en large et en travers, tout en découvrant plus en détail l'histoire de ces kasbas ...


Sur la route, rien de spécial...

Ah si, ça :

Triste spectacle

Oued a sec, normal en cette période, plus de canaux, pas de pluie, puits à secs, = palmeraie HS = zone désertée..

Triste spectacle.


Normalement une palmeraie ressemble à cela :


La route demeure pour autant, belle ..., et nous buvons un sucre au thé ...si si regardes bien le truc blanc dans le verre ...:0), nickel pile la bonne dose ...bon en même temps ça a fait notre déjeuner !



Et puis nous arrivons a Zagora ...

Vous ais-je dit que je n'étais pas fan des villes (ma chérie dirait que c'est un doux euphémisme...je vais même jusqu'à faire mes tracés en les contournant ...sauf exception, par exemple, j'ai adoré CORDOUE, j'ai bien aimé BERGEN...mais je m'éloigne du sujet...!!)


Ah zagora ...

Ses rabatteurs si peu insistants ...

Ses ruelles pittoresques ...

- rentre juste pour voir ma boutique

- Non non je ne veux pas rentrer, les gars m'attendent...

- Pour le plaisir des yeux juste tu rentres

- nan nan les copains m'attendent plus haut

- si si juste rentre pour voir, tu es d'où en France ?

Et la tu es mort si tu réponds...😅

Ce que bien sûr je n'ai pas fait ...


Ben si que crois tu, que je suis plus malin que toi ?? 😁.

J'ai craqué lorsque il m'a debité tout un tas de patelins autour de chez moi, (tarare, l'arbresle...). Il avait, sois disant fait une expo la bas ...

Lard ou cochon (oups pardon, chevrette ou chameau...), j'en sais rien, mais il était tellement bon ...que je suis rentré, suivi, ou précedé par Gilbert, sais plus.

On a bien joué la carte Eric nous attend plus haut ...mais il avait raison ...Eric a fini par nous rejoindre, on est resté 1h...🤣😅et avons dépensé quelques billets (chut, dites rien c'est pour des cadeaux). 🤫

Ils sont très très très forts ! Il faut leur reconnaître, une pratique commerciale qui relève de la perfection (enfin pour les bons clients comme moi ... toi bien sur tu ne serais pas rentré ...) 🤭🤔.

Mais tu sais quoi, j'ai.passé un bon moment, sans savoir au final (comme toujours) si on a payé 10 fois ce que ça vaut ou juste 2 fois après avoir divisé le prix par 2 (je sais je sais, diviser par 2 c'est pas assez ...).

M'en fous, il était bon, atypique, ses yeux étaient perçants, plein d'humour, et certains objets très jolis, et le premier pendentif qu'il m'a présenté était le symbole de l'homme debout, alors ...

(Pour ceux qui ne comprennent pas retour au chapitre 7, jour 5..et 150 drh de gage :0)), je mettrai mon rib en fin de récit 🙂).


Dans zagora, nous sommes aussi tombés par hasard la dessus :




Oui il y avait de la belle mécanique et même de belles motos...

Mais je me sens tellement éloigné de l'esprit rallye raid ...


Nous nous sommes ensuite un peu perdus dans les ruelles du vieux zagora toujours habité, nos traboules lyonnaises sont de la rigolade au regard de leur traversées de sortes de tunnels noirs, d'un bloc à l'autre.

Et a un détour on tombe la dessus, un habitat traditionnel en ruine.

Comme le bruit du passé qui hurle de douleur ...


Nous retrons a pied par les quais de Saône,


Mais en traversant le fleuve a pied...


Et la palmeraie habillé ses grappes de figue de la couleur du couchant ...

C'était la touche poésie...et ce sera le mot de la fin ...

Ah non... : je crois que je ne reviendrai pas a Zagora, sauf pour une etape indispensable...

Ah si encore un truc, nous savons tous que la condition de la femme a encore du boulot, ici ou ailleurs, mais quand tu remplis ta fiche de suivi a l'hôtel (quelle connerie d'ailleurs ce truc...), et que tu vois ça, tu te demandes si c'est pas une blague ou un stock de formulaire des années 20 ...(1920 !!) mais non ...(tournes ton tel en paysage pour lire sinon c'est trop petit...), et tu te dis que pour se sentir obligé d'écrire cela, il y a un peu plus de travail ici...comme ailleurs ...


Tournes ton téléphone si tu n'arrives pas à lire ...😉
9

Dans les surprises, il y a les bonnes et les mauvaises ...


Ben devines ...


Mais non j'ai rien cassé !

Et nan je n'ai pas la gastro (pas encore et ce ne serait pas une surprise, c'est une habitude au Maroc au moins une fois !).

Ce matin en chargeant Jolly, comme je l'avais un peu malmené hier sur des pistes un peu cassantes, je fais une petite inspection visuelle de routine, et je vois plein d'huile sur la jante avant, l'étrier de frein ...et merdum ...de boudelum de merdum...(je trouve que les gros mots en latin c'est plus soft...quoi 'est pas du latin?)

Le diag est vite posé : un joint spy de fourche HS.

En attendant de savoir comment / ou / quand reparer, on prodigue les premiers soins au blessé, histoire que l'huile n'arrose pas trop le disque de frein, parceque quoi qu'il en soit on ne peut pas réparer sur place...même si je voyais déjà les yeux brillants de joie de Gilbert à l'idée de désosser mon Jolly en plein mileiu de nulle part :o)) !

Nan Nan Nan Gilbert, on fait du provisoire, on tente pas la réparation ...😆

Du coup tout de meme, avec la contribution engagée de Gilbert : jolly a son pansement ! Ça va absorber l'huile un moment ! Histoire que j'ai un minimum de freinage ...



Merci Gilbert !

Le diag et les premiers soins, c'est fait, c'est bien beau, mais faut trouver un toubib et opérer ! Et pas question de faire ca sans anesthesie en dehors d'une clinique !

Option HONDA : on est trop loin, ca reste une option, non retenue pour le moment.

On interroge notre hote, il me recommande un gars, dont Eric a entendu parler ou l'a rencontré sur un bateau, sais plus j'étais inquiet pour jolly, et j'avais des problèmes pour me connecter afin de le contacter par watsap, ce gars, Kamal, a son garage dans une ville au Nord, sur notre route : TINERHIR, première vraie ville depuis l'endroit où nous sommes, à moins de 3 heures de route, banco !

Je l'appelle pour le prévenir, on prend la route ensemble, on se quitte à l'entrée de la ville et je me pointe à son garage, et voilà :


Ni une ni deux Jolly est démembré de l'avant !

Apres démontage, Kamal est parti en ville avec le dit joint spy, afin de tacher d'en trouver un.


Du coup et bien, j'en profite pour écrire, "a chaud", en direct , confortablement installé sur une chaise en plastique 😇, avec un thé à la menthe qui avait un petit gout de 10WD40 ...ou 10WD50 peut être ...(comprendra qui pourra :o).



Et le Kamal revient, sans joint spy, mais avec une tagine !

Entre temps Gilbert m'a rejoins, il est tout content de voir la mécanique locale 🙂.



Il a même, je crois, fait un effort pour manger de la Tagine, j'ai passé mon tour ce coup ci 😉.


Bon en attendant le précieux joint spy, un petit retour en arrière.


Hier, j'avoue, j'ai pris du plaisir, le pied complet en fait de rouler ici ...piste roulante; piste cassante, et hors piste sur plateaux stabilisé ...à allures prohibées !

Et la

Et encore la !

Bref, une super journée de roulage, avec des petits relevés de moto, seul ou a plusieurs !

Posé de moto, pas de chute, lors de 1/2 tours pour revenir sur mes pas, des que tu sortais de la piste, sable + basse vitesse (au pas) + rayon de braquage trop serré = jolly pique du nez !

le mec de gauche devrait se faire couper les tifs non ?

J'ai réalisé un ptit montage de la journée d'hier assez sympa visible ici, mais je n'ai toujours pas trouvé la combine sur MYATLAS pour que le lien soit actif.

Les plus mordus pourront recopier ...oui je sais c'est pire qu'un code de connexion wi-fi...mais vraiment il est sympa ...:o).

https://youtu.be/zanewmkhhEI


XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX


Reprise du récit a l'hôtel : Jolly va mieux, ne boite plus, même si le réglage est approximatif et que le joint spy a été reparé et pas remplacé. Ca tiendra sans problème (validé par Gilbert et mon copain Raph).

Le tout dans une ambiance tres sympa comme je vous l'ai déjà relaté, ah si aussi j'ai essayé leur scoot à vitesse, ben oui sans casque et sans gant comme tout le monde ici, c'est rigolo.;;de rouler sans casque à fond de 4 sur leur bolide de 90 cm3.



Ah quand même un ptit mot sur le tracé des deux jours (hier et aujourd'hui) :




Le camp Serdrar a côté de TAZZARINE fut une superbe étape...dégotée...par Eric bien sur.

Avec tous les points de chutes sympa qu'il nous trouve je lui pardonne (presque), tous ses nombreux défauts...😊.


Une ancienne ferme victime, encore, des sécheresses a répétition, de la disparition de la nappe phréatique, reconvertie par le père de Brahim en camp et camping.

Tout y a été aménagé avec harmonie et respect, du passé, de la nature...


De plus comme nous sommes en début de saison, nous sommes seuls !

Nous nous offrons donc le luxe de 3 chambres climatisées sur les 4 : leur truc ce sont les tentes berbères, et l'aire de stationnement pour 4x4.

Quelques images de ce coin étonnant perdu au milieu de nulle part.




M'ouias, je sais ça donne envie...d'y aller, ou d'y retourner, 2-3 jours en point fixe pour rayonner dans le secteur...le prix pour nous cette fois ci : 450 dh soit 45 euros pour la demi pension ...une raison de plus non ?

En plus le couscous était merveilleux, et il y avait des oiseaux au petit déjeuner ...et un tapis sous la table.

Et puis Brahim est intelligent et subtil.

"Camp serdrar" pour ceux que celà intéresse, google connait.

Allez re retcheque mes photos afin de voir si je ne loupe pas un truc essentiel :

YESSS trouvé:

La première bière du séjour 🥰😍🤩. Si si c'est important !! Surtout apres 1/2 journée sur une chaise en plastique a regarder 3 gars démembrer Jolly ...


Et ecore plusieurs palmeraies victimes de ce qu'ls appellent sécheresse, qui est une conséquence directement visible des changements climatiques déjà installés ...2 ans qu'il ne pleut pas dans ces contrées ...et sécheresses à répétition de puis 20 ans selon brahim, date de conversion de la ferme de son père en camp d'accueil.

Et pour terminer sur une note plus positive ...j'ai retrouvé la 4 L à Bernard ...😆 (private joke)

et pour terminer ...

vue d'ensemble, cadre serré, et zoom ...

Demain petite surprise, je devrais revoir Mustapha recontré 2 fois en 2012 ...inch allah 😉.

10
10
Publié le 22 septembre 2022

Je sais ce n'est pas bien, mais j'ia " jours de retard, demain journée off, dans le seul gite existantà DEBDOU, arrive tardice ce soir.

Le rekkam aurait pu nous prendre beaucoup, il nous a tout donné, y compris, un ange de Dubaï en jelabba et chech blanc, des dates et du waouhhhh à n'en plus finir.

Il aurait pu me prendre aussi une cheville, nan nan nan, pas tombé; mais les bottes klim m'ont bien aidé à m'en tier avec une entorse (ou un truc dans le genre, tu sais qui fait que tu ne peux plus bouger le pied, mais qui te permet tout de même de marcher en claudiquant.


Pas de photos non plus le wi fi est à coté, j'en aurai demain.


Plein de belles images à sortir aussi de la go pro.


Waouhhh...quelle journée de délire ...


to be continued ...je sens que les 2 isalgi comment à faire effet ...

11

Pfft, allez mon installation du moment.

ca va pas trop mal :



Et oui nico a fait bobo à la papate !

J'y reviendrai, dans l'étape suivante, mais malgré le bobo à la patate, je suis super bien à tout point de vue, et je m'en vais donc vous conter ces lignes relatant les 3 derniers jours...je vais être probablement un peu long ...

Le tracé a donné ceci :



Les 3 derniers jours de roulage

Oui le roulage, j'y reviendrai.

Mais à l'instant, je suis installé comme un coq en pate, la cheville bandée avec de l'élastane que j'avais pris soin d'emmener comme à chaque fois, (cf photo ci avant), et voilà qui arrive pour m'amener un café que je n'avais même pas demandé :


La petite princesse des lieux

Elle est la fille et la soeur de nos hotes, le frère lui est parti accompagner Gilbert pour faire un tour de DEBDOU et quelques emplettes.

Nos hotes ci dessous, à DAR SBYLIA, Debdou, gite solidaire...et seul hébergement à Debdou :


https://www.facebook.com/dar.sbylia


La maman (fichu rose) rayonne de bonté et de gentillesse, elle a perdu son mari il y une dizaine d'année d'un AVC...

C'est sa fille qui cuisine, ce matin, durant notre petir déjeuner que nous prenons chez eux, elle a pétri le pain.

Auparavant, lui demandant où nous pouvions laver notre linge, elle nous a sorti un paquet de lessive et a insité pour prendre notre linge à nous deux ...afin de le laver...pas moyen de refuser ...




Pétrissage du pain

Pour ceux qui ont suivi, je vous ai relaté une de mes motivations profondes au voyage :

- trouver et m'imprégner de la beauté du monde,

au travers ces extraordinaires espaces naturels demeurés vierges de toute trace humaine, que nous pouvons alors percevoir au delà du visible (cf jour 5 pour un des plus beaux exemples).


Ce petit café servi par la demoiselle en jaune, l'accueil de sa grande soeur qui va laver notre linge tout en préparant la tagine de midi, la bonté qui rayonne du sourire et du visage de sa maman, l'ange de la route que nous avons rencontré hier (promis je vous raconte après), illustre à merveille ma deuxième motivation profonde au voyage :

- le coeur des hommes ,

il me pénètre autant que ces paysages extraordinaires.


J'ai longtemps cherché à synthétiser simplement ce qui me pousse à prendre la route, pas une envie : un besoin fondamental, au fil du temps et des reflexions j'ai compris:

j'ai un besoin fondamental de me nourrir de ces deux éléments :

- la beauté du monde et le coeur des hommes.


A la question, réflexion de ma chérie Virginie qui me lit, et me dit lors de nos discussions sur le sujet :

- le coeur des hommes, tu peux le trouver partout ; chez nous aussi.

je lui ai répondu,

- tu as raison, mais dans certains voyages, il apparait directement comme un joyau qui brille sur le flanc de la montagne...; là juste devant toi, à chaque occasion il se présente à toi, accueil, solidarité, entraide, chez nous, et la plupart du temps dans notre monde occidental, il est enfoui dans la montagne ...

Ce n'est que ma perception.

Mais l'évidence que tout voyageur a pu, je pense, vérifier, est la suivante :

- plus le dénuement est important, plus les conditions sont rudes, plus ce sentiment de fraternité est perceptible.

Je sais que ceux d'entre vous qui sortent de leur confort matériel pour prendre la route, avec une moto, une voiture, un sac à dos ...comprennent ce que je veux dire ...et l'ont bien des fois vérifié.

Je poursuis un poil ma digression :

Notre société occidentale, notre monde moderne, et notre consumérisme a outrance, notre monde basé sur le Matérialisme, a enfoui ce qui fait de l'être humain ce qu'il Doit être :

- un être humble se souciant de son prochain comme de lui-même.

Je sais, je dois être un poil idéaliste et naïf, et je compte bien le rester jusqu'à la fin de mes jours ...:o).

Mais ne vous méprenez pas, je suis conscient de faire partie de ce monde consumériste, et de l'alimenter aussi ...


Bon allez, je reprends le fil du voyage : liaison Tinerhir - Merzouga, joli mais je zappe.

Pour notre étape Merzouguienne, (je saisxcaxn'existe pas, mais je fais ce que je veux, vu que c'est moi qui écris :0)), ayant pris contact avec Mustafa que nous avions eu comme guide avec Eric en 2012, puis à l'occasion d'un deuxième voyage en solo en wrangler la même année, il me propose une nuit dans un camp implanté, comme de nombreux autres à la limite Sud de l'erg Chebbi, plus communément appellé "Dunes de merzouga".

Nous posons donc les motos dans un riad en cours de construction et sommes convoyés en Toy pour arriver dans un truc a touristes ...

Pas trop mon trip, mais bon c'est mustafa, je sais qu'il aura sa com, et une nuit, donc un lever de soleil là, ça ne se refuse pas :


Parti à 06h à la frontale, celà m'a permis de monter sur la plus haute dune, du coin au moins, avant tout le monde pour profiter du lever de soleil seul, avant de voir arriver, les quads et les chameaux de touristes (jeu de mot ??).


Mais où qu'il est Nico ?

Tout la haut :o), peinard ...un moment au moins, merci Eric pour les photos.

Ah l'Erg Chebbi, une merveille et un anachronisme, que l'on ne peut comprendre qu'en se souvenant que notre si merveilleuse terre que nous saccageons si méthodiquement, et si rapidement, a mis 5 milliards d'années pour en arriver là ...

La bonne nouvelle c'est qu'il lui en reste quasi autant...

L'Erg cherbi, est un erg très vaste : du nord au sud il fait à peu près 40 km sur environ 7 de large.

Certaines de ses dunes atteignent une hauteur remarquable de 170 m.

"Cet erg est le résultat géologique de la désagrégation des sols par les pluies torrentielles à l’époque quaternaire. Le vent a ensuite créé d’immenses tas de sable."

(Source internet non verifiée).

Les massifs rocheux forment eux, une source inépuisable de fossiles en tous genres, témoins indiscutables de ce passé revolu.

Si un géologue me lit, je veux bien des précisions, compléments...


Alors pour en profiter encore un peu et partager celà avec mes compagnons de voyage, j'ai demandé à Mustafa, si nous pouvions faire le tour de l'erg Chebbi, avec lui et nos motos, comme nous l'avons fait en famille en jeep en 2012.

Nous allons alors directement sans nous enliser aux meilleurs spots, laissons quelques dirhams aux vendeurs de souvenirs, fossiles, zapons la pause thé chez les nomades, et prenons un plaisir inoui à rouler ici, sur ces plateaux semi sable semi roc, glisse magique ...


Hauteur autour de l'Erg Chebbi
Vue d'une ancienne mine de plomb

Puis nous filons sur TAOUZ, le bout du monde pour partager une pizza Berbère avec Mustafa, 37 ans, qui vit ici avec sa femme, sa sœur et sa mère.

Mustafa et son fils.

Le lieu est plus que modeste, et quand Mustafa te dit que "c'est un petit peu dur la vie ici", tu n'as aucun mal a le croire.

Il travaille comme "chargeur" a la mine en plus de ce qu'il peut faire en tant que guide.

Alors si vous passez par là et que vous vous voulez allier découverte personalisée des lieux et entraide locale, contactez le ...

https://www.facebook.com/mustapha.ouattou


L'étape d'hier dans le prochain article, cet après midi, notre traversée du rekkam mérite une page à elle toute seule ...

To be continued ...

12
12
Publié le 23 septembre 2022

J'en étais où moi ?


Ah oui, liaison Boudnid-Debdou par le centre du plateau du rekkam.

Depuis le camping rekkam boudnid, décision est prise de rallier en une journée, 400 km environ de route suivie d'une piste tres roulante.

La carte donne ceci :


Entre Talsinnt et Anoual, j'oblique à gauche sur la piste, qui effectivement ne peut pas se louper, même si je n'en ai pas trace sur osmand. Elle est carossable, roulable en voiture et tracée sur la michelin.

Bon au bout de 7 ou 8 km on tombe sur un pont effondré, sur un mètre de large, on prend l'oued qui a déjà été officialisé en déviation. Rien d'anormal ici, qui te rappelle que piste ou roupiste de nuit = risque potentiellement majeur !! Le trou d'un m de large ...tu le vois quand t'es dessus, soleil et casses garanties !!

Les paysages sont grandioses avec en alternance, plaines à perte de vue et fonds montagneux ; vallées rocheuses ...entre mongolie et far west, on alterne ...

C'est grandiose, et super roulant, le pied complet ...


Juste waouhhhh en enroulant la dessus ....

Et puis, je ne sais pas quand ni comment, probablement aux abords d'un hameau qui a toujours une piste qui le dessert et deux au moins qui le contourne, j'ai du me planter, non, non, je me suis planté ! Mais sans le savoir ni m'en apercevoir, et là osmand que j'avais calé sur debdou et qui s'écrivait a me faire faire demi tour plein sud par la route, me recalcule, yes, piste plein nord, ca colle. Je uis sur une bonne piste référencée, ben allons y alors, il reste 170 km, ça va le faire.

Sauf que ...et bien c'était probablement une vieille trace...enfin a au moins une ou deux crues d'oued pres ....

Nous sommes sur un plateau, nous longeons un oued a sec, et puis tiens, la piste disparait, a tiens elle traverse l'oued, enfin ce qu'il en reste, reco à pied, ça passe, ...et ça recommence une fois , deux fois, trois fois ...et entre les deux la piste avec des traces fraiches de 4x4, et toujours ma trace qui colle, et les km qui diminuent. Pas assez vite du tout par rapport à la nuit.

Bon on pire on improvisera un bivouac, sans tente, mais les températures sont clémentes ...mais quand même ça devrait tenir.


Ah je dois préciser un détail qui va avoir son importance dans la suite du récit :

Depuis un accident de moto un peu costaud il y a une quizaine d'années, je n'ai plus de rotule à la jambe droite (ben non ça ne se voit pas pardi, et on vit tres bien sans rotule, juste une pouilie en moins) et mon pied droit à tendance à vouloir regarder à 14h-15h, dison qu'il a un angle ouvert par rapport au sens de la marche.

Et sur le cale pied aussi.

Pas génant du tout, sauf que du coup sur les passages roulants, hé bien, je roulais ...


Sur des passages plus ou moins larges bordés de celà :


Ce sont des touffes d'herbe qui poussent sur des monticules de terre d'environ 50 cm de haut, l'herbe retombe autour, tu ne vois pas la terre...ça y est t'as deviné la suite ...

A 70 ou 80 km/h, debout de mes 80 kg sur les cales pieds, ce qui fait ...oui c'est ça, un appui bien stable de 40 kg sur chaque cale pied crantés, mon pied dépasse ...juste un peu trop, je passe un peu trop pres de ces p...bip de mottes qui n'ont aucune responsabilité dans l'histoire ...et ça y est t'as mal ... en fait non, plus que ça, l'impression qu'on t'explose le pied, ou qu'on te l'arrache ...impact et pivot forcé sur l'extérieur avec un angle qui n'est pas naturel ...

J'hurle de douleur dans mon casque, je ralentis au plus vite, je m'arrète, je descend comme je peux de mon Jolly, béquille, coupe le contact et met en route l'auto diag...


L'angle reste normal, je peux encore poser le pied a terre, les bottes ont fait leur office, il faut que je m'assois, la douleur est telle que j'ai peur de perdre connaissance.


Gilbert me rejoins.


L'auto diag se poursuit, normalment il ne devrait pas y avoir de casse, "juste" une contrainte anormale sur cette belle articulation qu'est la cheville...


Avant le départ, je me revois hésiter à changer mes vieilles bottes "trail" BM, des vrais chaussons, tout en cuir avec un renfort tibial et renfort maléole, certes mais si souples ...

Et puis j'ai pris la décision d'investir dans une paire de bottes klim, que je choisis pour leur robustesse, leur rigidité, la qualité des protections, tout en étant capable de marcher avec, rigides mais plus confortable que des bottes d'enduro pour un long voyage...


Grand bien m'en a pris, je pense que de l'entorse un peu costaud de la cheville je serai passé à bien pire ...


Apres avoir inspecté sans botte ni chaussette, l'auto diag se confirme ; ca ira ... Gilbert me sort du niflugel, ca pourra pas faire de mal.


Les endorphines ou autre hormone, doivent arriver, la douleur est toujours intense mais devient supportable, endurable. je remets la botte et nous repartons.


Nous sommes toujours sur la piste secondaire, je fais plusieurs points gps pour trouver une autre piste, que dalle ...ça se dégrade encore, nous sommes sur un plateau, l'oued est toujours là et a dévasté la piste ...on monte on redescend,la piste disparaît, inspection a pied, merde ca fait un mal de chien ...ca passe, ca reroule, puis ca recommence, encore et encore ...


J'ai commis deux erreurs consécutives :

- Ne pas faire demi tour dès lors que la dégradation s'est confirmée,

- ranger mon pied, ou prendre de la marge /à ces touffes ces monticules de terre...quoique ...


Bilan je ne peux plus freiner du frein arrière, et ai beaucoup de mal a tenir debout sur les cales pieds, et impossible de prendre appui sur mon pied droit au sol pou stabiliser Jolly.

Mais, merci ma chérie d'avoir bien voulu faire tant de piste derrière moi, parpaillon compris, du coup, j'ai plutôt une bonne maitrise en pilotage assis sur piste, au bassin, alors en réduisant l'allure, ça passe.


Mais il reste encore 120 km sur osmand ...on poursuit les passages, dont certains sont tres trialisants pour descendre/remonter dans l'oued...


Mais c'est quoi au loin ...on dirait un 4x4... bon allez, je remonte jusqu' à lui ...on ne sait jamais, il pourra nous dire si ça passe devant ...on quitte l'axe de la piste pou remonter a lui ; et là l'incroyable se produit.

Me voyant dans son rétro et Gilbert aussi, il s'arrète bien avant que je remonte à son niveau.

Le temps que je béquille et enlève mon casque, un grand type en djelaba blanche et chech blanc, immaculés, descend avec une boite blanche avec un logo doré.

- Salut, ca va, content de te voir (ça c'est moi)

- Tiens prends une date

me dit il en me tendant sa boite blanche qu'il a pris soin d'ouvrir


Gilbert me rejoins et prend deux dates ...

- tu veux un peu d'eau...

- merci on a nos camels bags

Son gros pick up toy est flambant neuf, sa djelabah est d'un blanc immaculé, c'est sur, c'est pas un éleveur de chèvre habitant ces petits chapelets de ferme croisés tous les 10-15 km...

- on a perdu la psite principale il y a une bonne heure, on a dévié un peu à l'ouest, et ma nouvelle trce pour debdou est un peu compliquée ...

- debdou ? oui vous êtes loin de la psite principale, par la c'est compliqué, si je passe devant et que je vous guide, pour rejoindre la bonne piste, ca va pour vous ?

- Tu parle mec, je t'embrasse tout de suite ou j'attends un peu ? Bon j'ai dit en fait

- of course, thanks a lot ...

Nous l'avons suivi une bonne heure en revenant sur nos pas une bonne demi heure puis en obliquant, il a lui même fait deux fois demi tour. une fois il s'est arrété, est descendu, il m'avait vu faire bondir un peu jolly dans son rétro, et il voulait savoir si tout allait bien.

Nous arrivons finalement à la perpendiculaire de la piste qui est un fin sillon bitumé...aprez une grosse heure ...

- Bon là je peux t'embrasser mon pote !

Non,non, je l'ai juste pensé très fort et avons posé les casque pour discuter un moment.

Il est de Dubaï, il connait la france, il a travaillé avec l'armée française (acheteur à mon avis :o), et semble être venu en jet privé au Maroc, comme tout le temps, un falcon.

Mais je t'avoue que quand il nous a montré une photo de perdrix, j'ai eu un peu de mal à suivre.


Avant de repartir il ressort sa boite de dattes, nous nous réservons, et il m'en donne un paquet d'un kg, sous vide, en m'expliquant que c'était pour ramener chez lui, mais que ça lui fait plaisir ...

Merde on a donc une si sale gueule que ça ...?


Je lui demande la pause photo, qui est devenue la pose photo, il m'a demandé 2 mn, il a réajusté son turban, sa djelaba ...





Notre ange gardien du jour ...

Il a pas la grande classe rachid ? Notre ange de la route, notre ange gardien du jour.

Il a aussi une poignée de main franche avec de longs doigts....

Quelle était la probabilité de tomber sur lui ici, au milieu de nulle part ...?

Je ne crois pas au hasard (au fait que la vie n'est qu'une suite de circonstances aléatoires que l'on exploite plus ou moins intelligement,) ni au déterminisme (au fait que quoique l'on fasse tout est déterminé à l'avance et l'on ne peut influencer sur le cours de sa vie).

Pour ceux qui sont familiarisés avec ces concepts, pour les autres, hé ben tant pis:o)...je dirai que ...hé ben non ...c'est un récit de voyage pas un traité de philosophie ...peut être une prochaine fois ...


Ce qui est sur c'est que si je n'avais pas accroché cette motte, nous n'aurions pas été synchro avec notre ange gardien ...et qui sait ce qui serait arrivé alors, à minima une nuit dans le rekkam...


Donc oui le rekkam nous a donné le meilleur de lui-même, jusqu'à nous envoyer un ange gardien ...


Mais quand même merdouillum, quand est-ce que j'ai quitté cette putouillum de piste principale ?

Il faut que je la refasse en sens inverse !

Inch allah 😇.


Demain direction FES, j'ai fais un essai, la cheville rentre encore dans la botte en serrant un peu les dents quand même 😅.


To be continued...

13
13
Publié le 24 septembre 2022

Bon allez, on va crever l'abcès tout de suite ...vais encore me faire charrier en rentrant !

J'ai déjà dit ci-avant que je n'aime pas les villes ...de manière générale, et que dans le cadre de mes voyages je recherche les grands espaces ?

Oui je crois m'être bien apesanti la dessus...et j'en ai pris une méga dose pour mon plus grand bonheur...et j'espère bien que ce n'est pas fini.

Avant hier nous avons traversé le rekkam (ça c'est pour ceux qui ne suivent pas ou qui ont la mémoire courte), hier journée off, dans un no-mans land adorable pour reposer ma papate ...à DEBDOU dans un gite familial.


Et la devines où je suis ??


Quel contraste ...

Bon allez, j'ose même pas le dire alors je te le montre ...

M'ouiap, t'as bien vu : dans une médina, LA médina, à FES...un véritable dédales de ruelles, et du coup avec nos traboules lyonnaises on passe pour des tout tout petits joueurs ....!

A quelques centaines de mètre de l'hotel "blue sky".

Pour les motards de passage, parking à 1 mn à pied de l'hotel, couvert et gardé pour 30 DRH, concernant l'hotel, petit prix pour FES : 800 DRH pour 2 nuits avec petit déjeuner ... . à 1 mn à pied du centre de la médina...ça va : 40 e la nuit avec petit dej pour les nuls en calcul mental !


Seul, je ne serai jamais venu à FES, (je contourne généralement les villes), mais il me semble avoir compris que Gilbert voulait une découverte complète ....alors, le Maroc, sans une médina ce ne serait pas pareil non ?

Et quelle médina du coup, je crois que je vais l'attendre ce soir, il ne va jamais retrouver notre hotel où nous nous sommes donnés rv...!


Et tu sais quoi, j'adore cette ambiance.

Je ne peux pas trop marcher vu que le rekkam s'est imprimé en moi par les rétines ...et par la cheville ! Je tire bien la patte ma cheville étant bien gonflée des 2 cotés et bien raide avec un hématome digne de ce nom.


Alors je me suis posé ici pour écrire ces lignes et je m'imprègne de l'atmosphère.

Devant moi il y a cet arbre histoire de garder tout de même un peu de verdure...avec mes pieds je peux toucher son tronc, il a mroflé mais est toujours là, amputé mais vivant ...il s'accroche...



Tiens, Jolly est solidaire, coté patoune, la fuite a repris de plus belle au niveau du joint spy réparé à Tinerhir par Kamal. Je ne lui en veux pas, (ni à Jamal ni à Jolly), c'était une réparation provisoire, et je l'ai un peu malemené (Jolly :o)) que ce soit autour de l'Erg Cherbi, ou avant hier avec nos 200 bornes de pistes en traversant le Rekkam...

Mais compte tenu du fait que nous avons encore 10 jours de vadrouille avant le bateau de retour, soit potentiellement 2000 bornes avant de rentrer à la maison, je n'ai pas envie de retenter du provisoire....les pansements avec les colliers rilsans ça va bien 5 mn ...

L'assistance ?

Tu rigoles j'espère ?

Suis même pas assuré ...


Je blague, ça la foutrait mal pour quelqu'un qui bosse pour un assureur ...

Mais la meilleure assistance au Maroc, c'est le réseau !


Nourredine, organisateur de voyages motos à marrakech avec qui je suis en contact sur fbk, a eu a gentillesse de me recommander un fournisseur de pièces à casa, ce fournisseur livre même sur marrakech...

Donc Lundi, direction CASA, et on verra bien.


Du coup c'est pas mal non plus, nous remonterons par la cote Atlantique, puis nous longerons la cote méditéranne jusqu'à Nador, le top !

J'ai réservé deux nuits à notre hôtel, ce qui laissera le temps à Gilbert de vadrouiller un peu et à ma patoune de récuperer encore un peu.

J'en profiterai pour faire un petit montage vidéo.

Cette ambiance te plairait mon fils 😉.


Tiens, en face de moi il y a ceci :


Ben ouais, pas raisonnable à presque 18 h, mais ...

J'ai craqué, non en fait j'ai pas hésité une sesonde...c'est super bon ...


J'ai dit quelle heure à l'hotel à Gilbert ? 20 h ? Nickel ça me laisse 2 heures pour un footing ....ah mince je ne peux pas courir avec ma patte ...Bon tant pis...😅.

Nan t'as raison je vais plutôt choisir le resto pour ce soir !!


Entre temps j'apprends que la Médina de FES serait la plus grande du Maroc ?

Merci à Olivier qui est à une table derrière moi et résident semi permanent à FES depuis 17 ans pour ses précieuses informations.

Je ne regrette pas cette étape, loin s'en faut ....et celà méritera de revenir ...ok ma chérie...mais pas en avion...inch allah !