Carnet de voyage

Trois semaines en Roussillon (2021)

8 étapes
11 commentaires
17 abonnés
Dernière étape postée il y a 113 jours
Visites dans les Pyrénées orientales lors de notre cure à Amélie-les-Bains (3ème année). Le pass sanitaire sera exigé dans beaucoup d'endroits, nous sommes vaccinés Pfizer, 2ème dose le 5/05/21
Du 26 juillet au 17 août 2021
23 jours
Partager ce carnet de voyage
1

La forteresse de Salses est un ouvrage militaire construit entre 1497 et 1502 par les rois catholiques espagnols, Ferdinand II d'Aragon et Isabelle de Castille. Construite par le commandeur Ramírez, grand artilleur du Roi et par l'ingénieur Francisco Ramiro López, elle aurait coûté pas moins de 500 kg Gardienne de l'ancienne frontière entre la Catalogne et la France, elle faisait face au fort de Leucate place forte stratégique, fidèle au pouvoir royal français, qui fut détruit en 1664.

Au cours de la guerre de Trente Ans (1618-1648), elle sera assiégée à de nombreuses reprises jusqu'à ce 15 septembre 1642 ou elle sera conquise par les Français.

En 1659, le traité des Pyrénées entérinant l'appartenance définitive du Roussillon à la France, la forteresse perdra son intérêt stratégique se retrouvant bien loin de la nouvelle frontière .En 1691, Vauban lors d'une visite jugera la forteresse inutile et préconisera de la faire démolir, mais devant l'ampleur et le coût d’une telle opération il se ravisera.Elle servira tour à tour de prison d'État notamment pour les responsables de l'affaire des poisons en 1682 sous Louis XIV, de caserne afin d'accueillir des troupes de passage, et le donjon de magasin à poudre au 19e siècle.

2

Sur le bord de l'étang de Canet-Saint-Nazaire, le village des pêcheurs de Canet se compose de 10 cabanes en bois roseaux, elles ont été réhabilitées en 1993. Elles sont le reflet des cabanes traditionnelles "barracas" dressées autrefois en bordure d’étang ou de mer par les pêcheurs.

3

Une petite randonnée de 5,5 kms dont l'intérêt est de découvrir une très belle vue sur le site d'Amélie les bains et sur toute la vallée du Tech constituant la région du Vallespir, coincée entre le massif du Canigou et la crête frontière.

4

La Bastide ( La Bastida en catalan) est un petit village de 70 habitants, à 780 m d'altitude, situé dans les Hauts Aspres au sud de Prunet et Belpuig à la limite du Conflent et du Vallespir. L'altitude de son territoire varie entre 545 m et 1 780 m.

Jadis Mollet, le nom de La Bastide apparaît à partir de 1267 lorsqu’il fut reconstruit et fortifié au cours du 13e siècle.

Ce petit village est très bien placé au pied du Canigou et conserve une belle église fortifiée, une fontaine et un lavoir et aussi de belles maisons bien conservées dans des ruelles bien fleuries.

5

Nous reprenons aujourd'hui nos sorties visites, la semaine depuis mardi a été perturbée par un temps très maussade, la deuxième semaine de cure plus fatigante et les jeux olympiques qui nous ont bien occupés. Aujourd'hui la météo semblant meilleure nous décidons de nous diriger vers Port-Vendres sur la côte vermeille. Nous commençons par la visite de cette ville, à la fois port de commerce, de pêche et de tourisme. Les principales curiosités sont l'église Notre Dame de Bonne Nouvelle du XIX ème siècle, la tour de l'horloge, l'Obélisque érigée au XVIème siècle à la gloire de Louis XVI et les maisons le long du port toutes colorées

Après un bon repas aux sardines dans un excellent restaurant

nous partons vers Collioure par le sentier du littoral. Après 3,5 kms de marche de criques en criques, nous parvenons à la magnifique ville de Collioure, malheureusement envahie de touristes en ce mois d'aout. Heureusement nous avons choisi la meilleure façon d'y parvenir c'est à dire la marche, car il est pratiquement impossible d'y stationner en voiture en plein mois d'aout.

Les photos que nous pourrons faire manquent un peu de soleil, le ciel étant resté couvert ou voilé toute la journée.

6

Aujourd'hui nous sommes restés à Amélie et nous avons parcouru à pied la voie verte. Elle a été aménagée sur l'ancienne voie ferrée construite en 1895 qui partait d'Arles sur Tech et se terminait à Elne, en passant par Amélie les Bains, Reynès, Céret. Les derniers trains ont circulé jusqu'en 1965. Nous avons parcouru le tronçon entre Amélie et le Pont de Reynès, soit environ 6 kms. La piste domine au début le Tech et le traverse une première fois.

Le long du trajet nous faisons un petit détour pour voir l'église Sainte-Marie du Vila. C'est une église romane, mentionnée dès 1021. Malheureusement fermée nous ne pourrons la visiter. Son escalier extérieur, permettant l'accès au clocher, est daté de 1775. Il donne une certaine originalité à la façade.

La voie ferrée traversait à nouveau le Tech sur un pont de style Eiffel. Sur la partie supérieure, circulaient les trains de marchandises et de voyageurs, et, sur la partie inférieure les véhicules. Seule la partie inférieure est utilisé pour le passage de la voie verte de nos jours.

Enfin nous faisons un autre détour pour nous rendre à 1 km à la Chapelle Saint-Paul du Vila. C'est un ancien ermitage dédié à Saint-Paul (Sant Pau d'Envistadors), mentionné dès 1147.La chapelle est entourée d’oliviers bicentenaires.

Du parc entourant la Chapelle, on a une belle vue au loin sur le Canigou.

7

Prieuré Santa Maria Del Vilar : Voici une très agréable surprise que cette visite d'un monument situé sur la commune de Villelongue-dels-Monts, dans un endroit frais comme savaient les trouver les communautés de chanoines et de moines. C'était un bon choix de visite par cette grosse chaleur qui s'est installée depuis quelques jours.

Le prieuré fut fondé en 1083 par une communauté de chanoines au pied des Albères au lieu dit Vilari à l'emplacement d'une enceinte fortifiée dotée d'une église.

Ruines de l'ancienne église  

Ils bâtiront une nouvelle église et un cloitre, et orneront l'abside principale de fresques remarquables. Les chanoines occuperont les lieux jusqu'en 1535. Après avoir servi de ferme agricole dès 1802 puis abandonnée en 1942, l'ensemble fut acheté par une aveyronnaise, Lucette Triadou en 1993. Avec l'aide d'une centaine de bénévoles, sous l'égide des Monuments Historiques, elle entreprend la restauration du prieuré jusqu'en 2004. Il est ouvert depuis à la visite toute l'année. Pendant les fouilles il fut même découvert un sanctuaire romain du 1er siècle avant J.-C. Le site est maintenant confié à une communauté monacale orthodoxe roumaine qui en assure l'entretien et la gestion.

 sanctuaire romain du 1er siècle avant J.-C
8

Très beau temps aujourd'hui mais il va faire très chaud. Nous decidons d'aller sur la côte, au Barcarès, 20 kms au nord de Perpignan. Nous choisissons la plage du paquebot le Lydia, échoué sur le sable.Le paquebot Lydia (baptisé Moonta) fut construit en 1931 au Danemark. Après avoir navigué dans les mers australes jusqu'en 1955 puis en Méditerranée, il fut désarmé en 1967. Il est maintenant la propriété de la municipalité qui y a établi un bureau de l'office du tourisme. Le long de la même plage se trouve le "Musée des Sables"

Nous terminerons la matinée par un bon bain de mer très rafraichissant et un beau plat de poisson sur le port de plaisance

Dans l'après-midi nous nous sommes dirigé vers Saint-Cyprien, village côtier juste au nord d'Argelès-sur-Mer. Nous n'y trainerons pas très longtemps dans les ruelles tellement il fait chaud, juste le temps de contempler l'église

et de se réfugier dans le petit musée de peintures les Collections de Saint-Cyprien qui lui est climatisé. Cette collection a été constituée par le peintre François Desnoyer qui en fit don à la commune à sa mort en 1972.

C'était notre dernière journée de visite dans la région. Cette année a été moins fournie que les deux précédentes, temps très moyen les deux premières semaines et bien trop chaud la dernière semaine.A bientôt pour d'autres récits de voyage si toutefois la situation sanitaire nous le permet