Par mounie
Un immense coup de cœur pour la Namibie où nous avons voyagé en juillet 2017! Des dunes rouges à Etosha en passant par la côté atlantique, il y a tellement à découvrir...
Juillet 2017
2 semaines
Partager ce carnet de voyage
1

Les meilleures choses se laissent désirer...C'est un long voyage qui nous attend pour rejoindre la capitale namibienne, Windhoek, depuis Clermont-Ferrand. Après un premier vol pour Paris nous nous envolons pour le Qatar avant de poursuivre jusqu'à Johannesburg. Le dernier vol n'est plus qu'une rapide formalité!


Les charmes de l'aéroport de Doha

Une fois sur place nous n'avons plus qu'à prendre possession de notre petite voiture, trouver un centre commercial et nous diriger vers notre Guest house pour un repos bien mérité.

Le petit bolide et la vue sur Windhoek
2

Après une bonne nuit de repos et un super petit déjeuner c'est parti pour l'aventure! Une longue route (ou plutôt une longue piste) nous attend pour rejoindre le désert aujourd'hui. C'est la première fois que nous roulons sur les pistes du pays et malgré quelques secousses le trajet est très plaisant : entre les couleurs du paysage, les babouins et les phacochères il est impossible de s'ennuyer.


Presque seuls sur les pistes


Nous ne logeons pas à l'intérieur du parc mais le Sossuvlei Desert Lodge est très agréable. Nous profitons de la soirée pour observer les antilopes au loin (avec notre criquet de compagnie qui malheureusement pour lui n'était pas en très bon état) et profiter de notre premier coucher de soleil sur les paysages namibiens.


Où est l'antilope?


3

Même si beaucoup se pressent pour voir les dunes rouges à peine le jour levé nous préférons prendre notre temps et partir après la file des voitures. D'autant plus qu'un invité surprise se trouve devant notre logement et nous donne l'occasion de l'admirer dans le calme.


Un oryx bien matinal

Nous prenons finalement la route goudronnée et arrivons aux premières dunes. Même si le soleil est déjà levé depuis un moment c'est vraiment un superbe spectacle. Les autruches et les oryx accompagnent notre trajet jusqu'au parking des navettes (et oui avec notre SUV nous préférons ne pas prendre le risque de nous ensabler). Bon il faut attendre un moment car les passagers d'un bus doivent partir avant nous...En les voyant j'ai un peu peur qu'il y ait foule à Dead Vlei. Finalement il y aura bien un gros groupe en arrivant mais le temps de faire l'ascension de Big Daddy et le Vlei sera pratiquement désert. Il n'y a plus que quelques voitures en début d'après-midi. Un an à regarder les photographies de ce lieu sur internet et nous y sommes enfin! Se retrouver en haut de la dune et contempler le désert, descendre dans le sable puis naviguer entre les quelques troncs d'arbres est un grand moment.



L'ascension et la vue depuis Big Daddy

Sur le chemin du retour nous nous arrêtons pour profiter de l'ombre du Sesriem Canyon. Tout est sec en cette saison, c'est donc l'occasion de nous promener un peu avant de profiter du calme de la soirée. Demain une longue route nous attend pour gagner Walvis Bay mais nous n'oublierons jamais la magie de Sossusvlei.


4

En route pour gagner l'océan Atlantique. Le trajet de Sesriem à Walvis Bay va être l'occasion de traverser des paysages variés à commencer par l'incontournable Solitaire et ses carcasses de voitures.

Des oryx nous accompagnent en courant le long de la piste

Le paysage devient ensuite plus montagneux pendant un moment. Nous passons finalement le panneau indiquant le tropique du Capricorne mais il est bien difficile de faire une simple photographie car même si nous croisons peu de voitures il semblerait que tout le monde veuille sa photo souvenir à côté du panneau (et pour certains la pose est très longue). Nous passerons finalement assez vite, ce n'est pas l'attrait majeur du pays tout de même! Par la suite il y a du sable, du sable et encore du sable. C'est plus monotone...Mais finalement nous arrivons à bon port et le vent nous accueille. Dommage, le restaurant tant attendu est fermé, l'hôtel propose des repas, nous mangerons donc là mais ce ne sera pas le clou du voyage!

Changement de décor mais la vue reste sympa
5

Ce matin nous sommes tout excités! C'est le jour de notre excursion pour voir les otaries et Sandwich Harbour. La journée s'annonce bien. Il y a énormément de monde sur le port, beaucoup de compagnies proposent des sorties. Nous trouvons le bon emplacement et embarquons avec une quinzaine de personnes. Il fait un temps magnifique et le personnel du bateau est très sympa. Nous ne tardons pas à avoir de la visite : en observant les bateaux autour on peut se rendre compte que chacun semble avoir ses habitués. Pour nous ce sera une otarie mâle (qui se montrera très intéressé par une des passagères) et lady Gaga le pélican. Il sera finalement difficile de le faire repartir, les oiseaux sont tellement habitués à être nourris qu'ils n'hésitent pas à venir réclamer une portion supplémentaire.

Otarie
Les gourmands arrivent

Le guide nous donne beaucoup d'explications intéressantes sur la pêche dans cette région, la colonie d'otarie et la vie des pélicans. Tout en l'écoutant nous approchons des otaries dont il est impossible d'ignorer les cris. Les plus jeunes produisent une sorte de bêlement qui n'est pas sans rappeler celui d'un mouton. C'est assez drôle à entendre. C'est aussi l'occasion de voir des chacals qui tentent d'approcher. Mais les petites otaries n'ont pas d'inquiétude à avoir car les chacals s'énervent finalement les uns sur les autres!

C'était une superbe sortie qui s'achève avec une collation à bord : l'occasion de continuer à boire (on nous avait déjà servi plusieurs bières namibiennes et du vin pétillant...apparemment ça aide à lutter contre le mal de mer 😀) mais aussi de goûter les huîtres du pays (du moins pour ceux qui aiment les huîtres!). Je m'abstiendrai donc mais monsieur m'affirme qu'elles sont très bonnes et surtout charnues.

Un petit échantillon de la colonie

Nous rentrons au port et c'est parti pour la deuxième étape de la journée : une sortie dans les dunes à Sandwich Harbour. Nous partons à deux véhicules. Nous discutons de nos voyages respectifs avec le coupe d'allemands qui nous accompagne pendant qu'à chaque pause le chauffeur insiste pour nous donner à boire (surtout des bières 😀). Malheureusement il n'a pas beaucoup de succès, nous sommes tous très raisonnables mais cela deviendra la blague du jour. Nous avons l'occasion de voir des flamands roses et de grimper certaines dunes. Regarder les dunes se jeter dans l'océan est tout simplement génial! La vue est dégagée et il n'y a pas beaucoup de vent. Nous sommes vraiment chanceux. Puis c'est le moment de s'amuser un peu dans les dunes en 4x4 : un vrai manège pour adultes. Nous rentrons finalement un peu plus tard que prévu et le guide nous dépose à notre hôtel pour nous éviter de rentrer à pied. Les organisateurs ont vraiment été attentifs à tout au cours de la journée pour nous faire passer le meilleur moment possible et cela jusqu'au bout! Merci à Mola-Mola pour cette journée!


Depuis le haut de la dune
6

Après un dernier au revoir aux flamants roses nous quittons la ville pour aller visiter rapidement Swakopmund avant de continuer notre route jusqu'à Henties Bay afin d'approcher au plus près de la colonie d'otaries à fourrure grâce aux passerelles prévues à cet effet.

Au revoir les flamants!

Nous n'avons pas prévu d'accorder beaucoup de temps à la visite de Swakopmund et pour moi c'est tant mieux car je ne suis pas tombée sous le charme des lieux. J'avais lu beaucoup de commentaires positifs sur la ville et les guides de voyage mettent souvent en avant les bâtiments mais après une rapide promenade en ville nous décidons finalement de faire des courses et de continuer notre route.

Swakopmund

Finalement nous avons bien fait de partir tôt car nous allons passer un temps considérable à observer les otaries. Beaucoup d'autres personnes ont eu le temps de longer les passerelles et de repartir alors que nous ne nous lassons pas du spectacle. Au point que nous ne faisons presque plus attention à l'odeur! Les poses de certaines sont vraiment très drôles, d'autres se montrent assez agressives envers les petits qui cherchent le chemin le plus court pour avancer même si cela nécessite de piétiner tous les autres.

Un oreiller moelleux?


Les otaries , un spectacle permanent 

Nous nous acheminons finalement vers Haus Estnic Bed and Breakfast où nous avons réservé pour la nuit. La propriétaire est adorable, nous avons l'impression d'être accueillis par une des nos grands-mères en arrivant! Mais le plus urgent est de rincer nos vêtements et de prendre une bonne douche car nous ne nous en étions pas aperçus sur place mais nous somme imprégnés d'une affreuse odeur de marée ou de poisson! Une petit souvenir de nos amies à fourrure 😉

7

Il faudra décidément que nous revenions en Namibie et que nous passions plus de temps dans le Damaraland. Nous n'avons pas pu randonner dans la région, ni nous rendre au Spitzkoppe ou voir la Dame Blanche… Nous nous sommes contentés de rouler et de visiter Twyfelfontein qui nous a vraiment plu. Notre guide était très sympa et nous étions dans un petit groupe réunissant cinq français. Le soleil tapait fort et nous avons mieux compris pourquoi le jeune homme qui gardait les voitures nous avait demandé si nous avions de l'eau sur nous! Heureusement que nous l'avons pris au sérieux et chargé plusieurs bouteilles dans nos sacs à dos 😀


Les gravures

Nous continuons notre périple en nous rendant à Organ Pipe et Burnt Moutain avant de rouler jusqu'au Vingerklip lodge. Le début du trajet nous plaît vraiment, nous ne croisons pas une voiture (mais une autruche en revanche) et les paysages sont magnifiques. Néanmoins c'est la première fois que nous devons nous presser, la nuit commence à tomber et nous sommes encore sur la route. En plus notre niveau d'essence commence à être franchement bas 😦 et je n'ai pas noté les coordonnées GPS précises du logement. Heureusement un panneau nous indique qu'il se trouve encore à plusieurs kilomètres (enfin heureusement car nous ne sommes pas perdus mais c'est moins cool pour l'essence) Nous arrivons finalement alors qu'il fait nuit ce qui ne nous permet pas d'apprécier la vue. En plus la porte de notre logement était restée ouverte et je retrouve des crottes sur mon oreiller (il semblerait qu'un rongeur soit venu se mettre à l'abri…) Bon ce n'est pas grave, ce soir un repas chaud est compris dans le prix et mis en confiance par une délicieuse soupe nous décidons de goûter ce que le cuisinier a désigné comme de l'impala. Ce n'est qu'en avalant la première bouchée que je me souviens avoir entendu le mot "liver"... Et le foie d'impala ce n'est pas vraiment pour moi (ceci dit depuis cette mésaventure nous sommes passés de flexitariens à végétariens ce qui m'évitera toute mésaventure culinaire.)


Le lendemain matin nous permet tout de même de profiter un peu du panorama autour de Vingerklip. Faute de coucher de soleil ce sera le lever de soleil que nous pourrons admirer. Mais il faut tout de même se dépêcher car aujourd'hui nous entrons dans Etosha et pour nous c'est vraiment le clou de notre voyage. Nous avons la chance de pouvoir faire le plein en route (et de pouvoir payer par carte parce que pour le liquide aussi c'est la pénurie…). Je commençais à vraiment m'inquiéter!

Pour admirer la vue il faut oser emprunter le petit escalier en ferraille le long de la paroi et monter tout en haut!

Et nous entrons dans Etosha! Nous passons rapidement régler la paperasse (et heureusement qu'ils sont arrangeants car nous n'avions plus assez d'argent liquide pour la caution 😦) Puis nous nous lançons sur les pistes. Nous croisons surtout des springboks et des gnous quand un chauffeur nous indique avoir vu des lions en tournant un peu plus loin! Nous suivons la direction indiquée et ne tardons pas à trouver la scène attendue. Tout un groupe de lion près de leur repas : un zèbre. Nous allons rester un long moment à les admirer (se relayant tour à tour pour manger ou éloigner les chacals et oiseaux qui s'obstinent à vouloir leur part du butin ou s'allongeant à l'ombre pour digérer).


Ils semblent repus...Une bonne sieste bien méritée!

Le retour au camp est calme, avec une succession de zèbres. Mais nous sommes plus motivés que jamais après cette journée et décidons d'aller nous installer pour observer le point d'eau. Nous ne bougerons pas de là pendant plusieurs heures, nous ne nous lassons pas du spectacle. La timidité des girafes devient presque comique, tous les photographe attendent qu'elle aille boire mais elle mettra un temps infini à oser s'approcher de l'eau. Ensuite quelques éléphants arrivent et la nature sera très généreuse ce soir-là : des rhinocéros, des lionnes, des éléphants et des hyènes viendront s'abreuver. Malheureusement notre appareil ne nous permet pas de faire de bons clichés de nuit...Quand soudain, rompant le calme, le cri des hyènes retentit et un lion leur répond, cela n'aura pas duré très longtemps mais je suis heureuse de ne pas être seule et d'être dans un camp à ce moment-là!

Eléphant à gauche, rhinocéros à droite (qui semble se camoufler dans les cailloux) et lionne au fond!
8

Deux journées entières à consacrer à Etosha! Une nuit supplémentaire est prévue à Okaukuejo et une à Namutoni. La matinée est très tranquille, nous verrons le seul vautour de notre voyage et pas mal d'herbivores autour des points d'eau notamment (pour ne pas tous les nommer!) des zèbres qui prennent la pose, des impalas bagarreurs, des girafes gourmandes et une des nombreuses outardes croisées durant le voyage.


Le soir nous retournons au point d'eau. Après le festival d'hier soir nous voulons vraiment en profiter le plus longtemps possible. Une fois encore la girafe prend tout son temps...mais celle-ci ne pourra même pas boire car au bout d'un moment un grand nuage de poussière s'élève et c'est alors qu'apparaît un groupe d'éléphants. Ils semblent tous très déterminés et vont rester un bon moment à se désaltérer nous offrant un superbe spectacle. On voit très bien l'organisation du troupeau et c'est un vrai plaisir de regarder le plus petit des éléphanteau profiter de son bain 😀


Le lendemain nous avons prévu de rouler tranquillement jusqu'à Namutoni en faisant une petit pause au camp d'Halali. C'est une journée riche en émotion qui nous attend. Alors que nous attendions tranquillement à un point d'eau deux hyènes sont venues s'abreuver, et même si elle sont souvent peu appréciées elles font partie de nos animaux préférés. Nous sommes donc ravis de les voir en plein jour même si elles restent éloignées. Le trajet effectué l'après-midi passe à travers des herbes plus hautes mais nous sommes vraiment seuls sur cette piste. Nous pourrons admirer les éléphants qui sont allés se désaltérer. Jusqu'à -ce qu'un groupe de lions passe près de notre voiture et nous laisse tranquillement les observer avant qu'ils ne s'allongent pour une petite sieste et deviennent complètement invisibles!

Le soir nous ne passerons que rapidement au point d'eau où seuls quelques oiseaux sont visibles. Toutes cette rencontres animalières nous ont épuisés et nous voulons être en forme pour profiter de la dernière matinée dans Etosha. Celle-ci sera consacrée à la bien nommée dik-dik drive et aux alentours du camp, riches en koudous ce jour-là.

9

Nous passerons la nuit à Otjiwarongo et visiterons le Cheetah Conservation fund le lendemain matin. La visite est très instructive entre les guépards, les explications sur la recherche génétique, l'élevage de chiens afin de permettre aux éleveurs de protéger leurs troupeaux.

Nous continuons ensuite notre route jusqu'au Waterberg Wilderness Lodge. Nous profitons de la fin d'après-midi pour randonner un peu et en apprendre plus sur l'importance de cette région dans le massacre des Hereros.

Après un repas chaud au restaurant du lodge, surprise! Une dizaine de geckos se sont faufilés entre les murs en dur et la partie en toile du logement! Et ils semblent bien décidés à rester sur les murs pour dormir! Au réveil le lendemain matin ils ont déjà tous disparu. Pour bien finir notre séjour ce matin nous avons réservé un rhino tracking. le guide se présente et notre groupe de six le suit à pieds pour essayer de débusquer les rhinocéros. Après trois heures de marche rapide et de silence, à se faufiler des les buissons et à éviter les épines toujours pas de rhinocéros 😦 Le lodge nous envoie alors une voiture et nous faisons un tour afin d'essayer de les débusquer. Plusieurs pisteurs sont mobilisés et ils trouvent finalement un couple, bien tranquille, en plein milieu d'une piste principale. Nous descendons du véhicule pour nous approcher et prendre quelques photos. Finalement c'est assez rassurant de savoir que la voiture n'est pas loin derrière!

10

Nous terminons finalement notre boucle en repartant en direction de Windhoek. Après un arrêt rapide au supermarché afin d'acheter de quoi manger le soir nous retournons à la Guest House où nous avions séjourné la première nuit. L'état d'esprit est bien différent : nous sommes très heureux de notre séjour mais il y a toujours un peu de nostalgie à l'idée de quitter le pays.

On reviendra hein? Nous n'avons fait qu'une boucle très classique, il nous reste encore tellement à découvrir dans ce pays. Nous sommes désormais tombés sous le charme de la Namibie et il serait dommage de résister!