× Chère communauté,
Suite à l’incendie au sein des bâtiments de notre hébergeur OVH, à Strasbourg mercredi 10 mars 2021, nous ne pouvions plus accéder au site ! L’accès a été rétabli par notre équipe mais nous n’avons pas accès aux photos pour le moment. Dans l’attente de réponses de la part d’OVH quant au devenir des photos mises en ligne avant le 10 mars 2021, vous pouvez de nouveau réutiliser le site sans risque et ajouter de nouvelles photos !
La Team MyAtlas
Par mitou
En retraite, l'idée de faire un tour de France est revenu à ma mémoire. Oui d'accord bien sûr, mais à condition d'emprunter les voies vertes et d'utiliser un vélo à assistance électrique (VAE) !
Du 15 février 2015 au 19 novembre 2017
1009 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Après quelques escapades en France depuis mon départ en retraite, l'idée de faire un tour de France a pris corps.

Voyager à vélo, oui d'accord, mais à condition d'éviter la circulation et tous ses problèmes. Alors mon projet c'est d' utiliser les chemins de halage le long des canaux, sinon longer les fleuves, les côtes avec comme priorité maximum emprunter les voies vertes.

Voyager d'accord, mais aussi pouvoir se permettre des étapes de 100 km tout en pouvant faire des visites le long du trajet. En effet, ce n'est pas très agréable de s’arrêter en "nage" et d'être obligé de se changer pour être présentable.

La solution qui a germée, c'est le vélo à assistance électrique. Un VAE !

J'envisage de passer par les voies vertes suivantes :

  • Rejoindre Nemours en Seine & Marne 77 prendre le canal du loing
  • Ensuite suivre le canal de Briare jusqu'à Beaulieu, puis la Loire Direction Gien.
  • Longer le fleuve par les voies dites "LA LOIRE A VELO" jusqu' à Nantes et l'estuaire
  • Descendre la côte par la voie verte dite "VELODYSSEE" jusqu'au bassin d'Archachon
  • Rejoindre le CANAL DE LA GARONNE et aller jusqu'à Toulouse
  • Ensuite prendre le CANAL DU MIDI jusqu'à Sète
  • Rejoindre la voie dite "VIARHONA" à Arles et la remonter jusqu'à Annonay
  • Puis, direction Saint-Etienne, les monts du Forez, prendre le canal de la Loire à Roanne et rejoindre le CANAL DU NIVERNAIS à Decize
  • Remonter le canal du Nivernais en direction d'Auxerre, et peut-être continuer à l'est avec LE CANAL DE BOURGOGNE
  • ............

Je n'ai jamais dépassé trois jours de suite seul en balade. Je ne suis pas certain d'avoir "l'esprit routard" pour tenir plus de 15 jours en vadrouille. Mais j'ai bon espoir que lors de mes passages chez des amis, des anciens collègues de travail ou dans ma famille, certains d'entre eux les plus courageux accepterons de faire un bout de chemin ensemble.

Mon VAE fabriqué en 2010 est d'occasion de la marque ISD. Il a été assemblé en France du coté d’Angoulême. C'est le modèle Exelsior. Son style un peu vintage cache du matériel à la fois moderne et résistant.

Ce VAE a déjà parcouru plus de 10000 kms, mais il est très robuste et confortable et toutes les pièces peuvent être remplacées. Ce n'est pas du made in China !

J'ai commandé une nouvelle batterie 16 A/h pour m'assurer une autonomie supérieure à 70 kms .

J'ai remplacé le garde boue arrière et installé un porte bagages avec deux sacoches ainsi qu'une petite sacoche de guidon. Un rétroviseur en plus m'est apparu nécessaire.

J'ai acheté une tablette et installé le logiciel SityTrail qui est "un progiciel GPS pour randonneur" avec la possibilité de télécharger toutes les cartes de l'IGN au 1/25000 ème pour la France entière. Je ne vous décrit pas toutes les autres fonctions de cette application. Je conseille à tous les randonneurs d'aller sur leur site pour le découvrir.

Il me permettra principalement de me repérer, de suivre des traces que j'ai téléchargé par avance, d'enregistrer ma trace et au final de l'importer dans mon blog.


Après modification, je vous présente le VAE du retraité randonneur.

Pour les novices, c'est quoi un VAE ?

Non VAE ce n'est pas la Valorisation de l'Acquis de l'Experience. Nous ne sommes pas en entreprise sur ce blog !

Sous la dénomination commune "vélo électrique", il faut entendre "vélo à assistance électrique ou V.A.E.". Cela signifie en d'autres termes que l'assistance ne peut fonctionner sans apport d'énergie humaine (ce n'est pas une mobylette).

Ainsi, dès que vous actionnez le pédalier, le moteur électrique se met en route et vient soulager votre effort. C'est ce qu'on appelle le "démarrage à la pédale", obligatoire selon la législation Française. Le moteur ne doit se mettre en route que par l'action du pédalage.

Il existe plusieurs conditions pour qu'un vélo électrique soit classé dans la catégorie cycle et non cyclomoteur au regard législatif:

- Arrêt du moteur dès que le cycliste arrête de pédaler,

- Arrêt du moteur lorsque la vitesse atteint 25 km/h (le vélo pouvant rouler plus vite),

- Moteur d'une puissance nominale maximale de 250 watts,

- Pas de poignée d'accélération, d'interrupteur, de bouton ou autre dispositif qui permette au vélo d'avancer tout seul (Un réglage d'assistance (25%, 50% etc...) est cependant possible).

2

Beau temps pour cette première étape. Départ de Nemours par le chemin de halage du canal du Loing.

Certains tronçons sont en mauvais état. Il faut faire très attention quand les herbes hautes n'ont pas été fauchées par les gens de VNF (voies navigables de France), il peut y avoir des obstacles assez gros cachés. Vous pouvez me croire, j'en ai fais l'expérience heureusement pour moi et mon vélo sans dommage !

A Rosny les 7 écluses, arrêt obligatoire devant la rampe des écluses maintenant désaffectée.

Ensuite à Montargis on continue tout droit avec le canal de Briare. Avant Montargis, il y a la possibilité en traversant de prendre le canal d'Orléans. Ce sera pour une autre fois !

Tout c'est bien passé. Me voici chez Gillou et Jozy mes hôtes pour cette nuit.Ils m'ont rejoint en vélo a Briare pour un verre devant le pont canal. Au retour nous avons fait un petit détours pour aller chercher des asperges direct producteur a la ferme.Voici ci-dessous ma trace du jour en langage de randonneur.

1ère étape Nemours Beaulieu sur Loire le 06-06-2015 
3

Beau temps, très peu de vent, pas un nuage !

Hier j'ai constaté que les plaquettes des freins à disques sont usées de manière inégales à l'arrière. Ce matin avant de partir, je décide de mettre les plaquettes de freins avant à l’arrière. Je me sentitais beaucoup plus en sécurité avec un freinage efficace à l’arrière.

Gillou et Jozy ont roulés avec moi jusqu'à Gien ou un petit resto nous a récompensé.

Ensuite je me suis envolé seul. Pour Corentin mon neveu, tu te souviens la chanson dans le film "la famille bélier" , hé bien c'est cool même à plus de 60 berges !

Mes chers parents je pars, je vous aime mais je pars ,vous n'aurez plus d'enfants ce soir Je ne m'enfuis pas je vole, comprenez bien je vole ,sans fumée, sans alcool , je vole, je vole ........

Cette étape peu se résumer ainsi : Chemin le long d'une Loire vivante et magnifique. La piste cyclable souvent située au sommet d'une digue permet une vue continue sur le fleuve. Aucun véhicule sauf quand on traverse sur les ponts pour passer d'une rive à l'autre.Une pause seulement à Sully-sur-loire pour visiter le parc du chateau et faire le tour de la ville.

Voici mon chemin d'aujourd'hui ci-dessous

4

Le temps est toujours top, mais le vent s'est invité. Heureusement la chance est avec moi, il viens du nord/est et me pousse dans le dos. Tout le contraire des vents dominants qui sont d'habitude de face venant de l'ouest ou sud/ouest.

La Loire est toujours Magnifique, Magestueuse, Majuscule, bon je suis à sec d'adjectif commençant par M.

Ce matin j'ai visité le chateau de Chaumont sur Loire. Il est en hauteur au dessus de la Loire, la vue et le parc méritent la pause.

Ensuite je me suis dirigé vers le chateau d'Amboise avec la ferme intention de le visiter. Et puis quand je suis arrivé sur la ville, j'ai vite reconnus les lieux, car pour ce qui était de la visite c'était déja fait il y a vingt ans ! J'ai terminé la route devant Tours et alors je me suis souvenu que la belle soeur de jean-pierre et martine (nos anciens voisins de l'allée vinsou) tenait des chambres d'hotes à Larochecorbon dans les vignes du Vouvray. Me voici donc en pays de connaissance pour ce court séjour.

Voici le chemin aujourd'hui

5

Bonsoir. Merci pour tous vos encouragements. Je roule depuis 4 jours et heureusement à part quelques crampes la nuit, tout va bien.Ce matin j'ai récupéré des plaquettes adaptées à mon VAE au centre de Tours chez un super "vélociste". Mes plaquettes sont rares, ce sont des Hope mini. Alors un peu de pub pour ce commerce (Cyclable 20 rue Gambetta). J'ai fais la pose moi-même, l'entretien des freins à disque, c'est à la portée de tous.

Récupérer la "Loire à vélo" ne fut pas trop compliqué avec mon GPS. Malgré le retard du matin, j'ai quand même fait la visite du château de Villandry. Après avoir vu les jardins il y a 20 ans il n'a plus de secret pour moi.

La Loire à vélo longe le Cher de Tours à Villandry et juste après elle rejoint le grand fleuve.

Château de  Villandry


Je suis repassé voir le château de Langeaisrien que pour le plaisir de le revoir de l'extérieur. Malheureusement il est actuellement en restauration partielle.






La route cyclable suis la Loire, puis la quitte en passant dans les collines pour rejoindre l'Indre. Et un peu plus loin on retrouve de nouveau la Loire avant de rejoindre Saumur. Ainsi on traverse le parc régional "Loire-Anjou-Touraine".

Trace d'aujourd'hui

Demain grosse étape pour rejoindre Daniel à Saint-Sébastien-sur-loire. Il va falloir beaucoup pédaler et mouiller le maillot car je serai au dessus de l'autonomie des batteries (+ de 130 kms).

Ce sera un autre jour.....

6

5ème jounée. Le temps viens de changer. Bruine bretonne ce matin, couvert dans la matinée, éclaircie vers midi, et la pluie menace pour l'arrivée.

Chalonnes-sur-Loire et Saint-Florent-le-Vieil 

La Loire à vélo, c'est un peu moins bien quand le temps n'est pas de la partie. Je n'ai pas fait de visite, car figurez-vous que pour faire ce chemin et arriver avant la pluie, je n'ai pas chômé.En effet les petits, je me suis tapé 140 bornes car hier je me suis arrêté trop tôt, et pour arriver chez Daniel à St-Sébastien sur Loire, j'ai du sérieusement appuyer sur les pédales.

Mais bon avec un VAE avec ma deuxième batterie de secours, c'est comme si j'avais fais 70 kms !

Demain direction la Vélodyssée qui est la voie verte pour les vélos entre l'Irlande et le pays Basque.

Grosse étape aujourd’hui

7


Je remercie mes hôtes, c'était trop bien, je me suis fais violence pour continuer ma route !

La journée a été à géométrie variable, normal comme le temps en Bretagne. Enfin vous verrez vous même !

Pourtant tout avait bien commencé car Daniel m'a accompagné jusqu'à la banlieue de Nantes pour me mettre sur la bonne piste cyclable, celle qui part en direction de Saint-Nazaire par le sud de l'estuaire de la Loire.

Mais après quelques kilomètres après que je soit redevenu seul, voilà que je perd un boulon qui tient le porte bagage ! Impossible de rouler ça bloque tout avec le poids des sacoches....J'essaye de réparer avec un bout de fil de fer, mais ça ne va pas tenir. Je suis obligé de chercher un garage pour réparer. Je galère pas mal pour trouver, mais les mécanos super chouettes m'aident à réparer.

Quand je tente de retrouver la piste cyclable, je galère un max, car je suis entre de multiples croisements d'autoroutes et de voies rapides. Finalement je trouve, il est déjà 11h et je me dit qu'il est trop tard pour aller jusqu'au bout de l'estuaire de la Loire car alors avec ce retard je risque de perdre une journée sur mon roadbook. Alors je décide de prendre une route vers le sud-ouest vers Pornic ou plus au Sud. Vous pouvez voir sur ma trace ci-dessous.


C'est en arrivant sur la côte atlantique au sud de Pornic que de petites averses sont arrivées. Sale temps breton !

Ensuite plus au sud, je prend la direction du passage du Gois, c'est la route indiquée par la trace gps de la Vélodyssée.

Bien sur, c'était marée haute ! Bien fait pour l'amateur de l'océan que je suis. Il faut toujours se renseigner avant de passer le Gois. Donc encore un peu de temps de perdu, mais surtout de l'énergie électrique de gâchée !

C'est alors que je rencontre un piégé comme moi. Un randonneur Irlandais qui fait la Vélodyssée bien sur.

Alors compagnons d'infortune on décide de continuer ensemble jusqu'au Sables d'Olonnes.

Avec lui qui ne parlait pas un mot de la langue de Molière, vous voyer le binz sachant mes compétences dans la langue Anglaise ! Le soir restaurant avec une vue magnifique sur le port de pêche des Sables d'Olonnes à l'heure du coucher du soleil.

Alors finalement tout se termine bien, et demain sera un autre jour sur la Vélodyssée vers La Rochelle

8

Bonsoir. Décidement sur la vélodysée rien ne se passe comme prévu. Sauf les étapes finales que je me débrouille pour atteindre !

Ce matin départ des Sables vers 11h aprés les orages de la nuit et la pluie du matin. Rapidement le temps s'est dégagé et la première partie de l'étape fut un vrai plaisir. Visite du port et ensuite on longe l'océan sur plus de dix kilomètres. Et puis avant La Tranche sur Mer, deviner qui je trouve en panne sur le bord de la route ! Je vous le donne en mille, c'est mon Irlandais rencontré hier. Il se trouve avec un pneu éclaté à l'arrière de son vélo.Nous sommes au moins à 10 kms d'une ville. Je lui propose d'aller chercher un pneu et une chambre à air pour la réparation. Par chance, il y a un magasin à la Tranche. Avec ce dépannage, je rajoute 20 kms à mon étape que je croyais limitée au départ à 85 kms max.Je peux vous dire que l'Irandais était content. J'ai même sa carte si un jour je passe du côté de Bantry j'ai je pense un B&B gratos !

Ensuite, je reprend mon chemin en le laissant réparer car le temps tourne vite.Malheureusement après la Faute sur Mer, je manque un panneau directionnel qui était retourné et part dans le cul de sac de la pointe de l'Aiguillon. et je me prend encore un A/R de 10 kms de plus que prévu.

Ensuite, la piste rente dans le marais vendéen. Il est bien, mais je l'ai trouvé moins typique que le marais breton situé en dessous de Pornic. Il y a bien moins d'oiseau et beaucoup de grandes exploitations agricole avec des odeurs d'élevage porcins. Ce qui est gênant c'est la complexité des chemins du marais. Je conseille vivement de ne pas randonner dans ce lieu sans une carte précise ou mieux un gps. Malgré tout, je me trompe à nouveau à cause d'une barrière fermée sur la piste à cause des moutons lâchés dans un champs. Rebelote, encore quelques kms de plus pour moi.D'ailleurs si vous zoomez sur la carte, vous verrez que la route dans le marais est déjà assez chaotique et zigzagante sans avoir à en rajouter.....

Mais ce trajet très campagnard et bucolique permet de passer d'un paysage fait de résidences d'été à une campagne complètement vide de population locale et de touristes.

Au final, sur une étape cool qui ne devait pas dépasser 85 kms, je me retrouve avec 125 kms au compteur !

Mais comme la forme est au rv, pas de problème.

Demain visite de La Rochelle et direction Royan pour une nuit avant de passer l'estuaire de la Gironde avec le bac.

Aie, je viens de regarder la météo ça se gâte pour le w-e

9

Bonjour

Tout d'abord une explication pour ceux qui réclament des photos. Hé bien, j'ai un problème. Il m'est impossible d'en mettre dans le blog à partir de la tablette ! Il faut un PC, et encore faut-il qu'il ne tourne pas en windows 8. Alors je cherche un PC chaque soir pour faire la manip.

Ce matin j'ai visité La Rochelle de bonne heure avec du soleil. Avec le VAE, il est possible de parcourir le port partout sans se fatiguer. Le port maritime est le 1er d’Europe pour le bois et le 2éme pour la pâte à papier. Je comprend maintenant pourquoi mon fournisseur des bardages utilisés pour rénover ma maison est situé à La Rochelle.

Le vieux port est très célèbre grâce à ses deux tours médiévales. Je me suis photographié devant comme tout bon touriste...

Ensuite toute la descente vers Fouras est magnifique, il y des sentiers en front de mer sur 15 kms ou les vélos sont tolérés.

Après la bifurcation vers Fouras, il faudrait éviter la Vélodyssée car elle longe la voie rapide sur 20 kms. J'avais l'info et pourtant je n'ai pas pu le faire trés longtemps.

A Rochefort, pour éviter un gros orage, in extremis, je me suis réfugié dans une boulangerie ou il est possible de manger. Je repart avec un rayon de soleil, mais très rapidement arrive une grosse averse. Je suis alors à la sortie de Rochefort. Hé bien le test à la pluie diluvienne est fait maintenant pour mon équipement. Je peux dire maintenant que mes sacoches sont étanches, mais pas ma petites sacoche de guidon. Heureusement je m'en suis rendu compte tout de suite, car sinon ça risquait de craindre un max pour ma tablette et mon gps !

J'ai fais l'impasse sur Marennes, car j'étais invité à manger par un ancien collègue de travail qui est en retraite à Pont-l'Abbé-d'Arnoult. Pas plus mal, car les pistes dans Marennes sont parait-il glissantes quand il pleut.

Quand je suis reparti, le temps était presque dégagé. J'ai rejoint Royan par la campagne.

10

Bonjour.

C'était mal engagé ce matin. La traversée avec le bac entre Royan et la pointe Grave c'est passée dans un léger brouillard. A l'arrivée, le phare de Cordouan situé à 7 kms devant et au centre de l'estuaire était invisible. La visibilité était de 1 km environ.Il y avait près de 100 cyclistes sur le bateau, beaucoup de britanniques et des hollandais.


Nous sommes parti avec un crachin tenace qui a duré jusqu'au Montalivet. Aucun intérêt de s’arrêter pour voir le paysage ! Je suis parti devant. J'ai laissé derrière moi tous ces forçats du vélo.Vers Hourtin progressivement le temps s'est dégagé. Mais le soleil avait beaucoup de difficulté à percer. Entre Carcans et Lacanau, je suis sorti de la Vélodyssée, pour prendre une piste cyclable plus près de l'océan. Celle-ci, il faut l'essayer, elle est unique ! Sur 10 kms elle est en béton de seulement 80 cm de large, parfois moins. De chaque coté c'est du sable. Alors imaginez ce qui se passe quand on se croise. Celui qui sort de la piste fini à terre, car un vélo, ça roule très mal dans le sable. Avez-vous déja essayé ?

Ces petits chemins bétonnés datent de la seconde guerre mondiale. Ils ont été construits par l'armée Allemande pour ravitailler ses hommes basés dans les blockhaus !


A Lacanau, j'ai demandé quel était la distance pour rejoindre Arès par la piste cyclable, car il n'était que 15h. Quelqu'un me dit 25 kms. Hé bien c'est toujours ainsi, les gens du coin sont les moins bien placés souvent pour répondre, en réalité par la piste cyclable il y a 38 kms et par la route 35 ! Au final, j'ai eu des difficultés à finir avec les batteries vides. On imagine que c'est plat dans les pins, mais à cet endroit avec les dunes ça ressemble aux montagnes russes !

Demain en fonction de la météo, soit je prend le bateau de Cap-Ferret pour Acachon pour traverser le bassin, soit je prend la piste cyclable pour en faire le tour. Le bateau perd beaucoup de sont intérêt si le temps est comme ce matin!

A oui j'oubliai le plus important ! On est les champions, on est les champions......les supporters des rugbymans du Stade Francais comprendrons......

11

Aujourd'hui petite étape pour rejoindre Corine et Philippe à Sanguinet au nord du lac de Casaux


Très rapidement le ciel s'est presque dégagé sur le bassin d'Arcachon. Les locaux disent que c'est l'effet d'un microclimat. Je suis allé jusqu'au bout de la pointe du cap ferret pour faire la photo incontournable devant la dune du Pyla, mais il y avait des barrières !



Ensuite j'ai pris le bateau pour traverser vers Arcachon. Pour votre information, ils prennent les vélos à condition que les sacoches soient enlevées ainsi que les batteries. La raison, c'est que les vélos sont montés sur le toît des petits bateaux qui font la traversée.

Ponton au Cap Ferret 

Les pistes cyclables dans la région d'Arcachon sont ce qui se fait de mieux, du moins par rapport à ce que j'ai rencontré jusqu'ici. Les paysages autour du bassin sont magnifiques, la vue change constamment à chaque détours de la piste et puis il y a l'odeur des pins !


Arrivée de bonne heure dans ma chanbre d'hôtes du jour. Leur maison est très agréable parmi les chênes, au nord du lac de Casaux.




J'ai un doute concernant mon chargeur de batterie. Il me semble qu'il y a un problème car ma batterie n'était pas rechargée complètement. Je vais contrôler tout ça après le dîner. Voici ci-dessous le chemin d'aujourd'hui

12

Bonsoir


Il y avait bien un mauvais contact électrique coté basse tension du chargeur. Alors merci à Philippe qui a sorti son matériel de soudure hier soir pour refaire correctement les connexions dans la prise qui viens se connecter coté batterie. Là on voit le professionnel qui a de beau restes, il m'a fait deux belles soudures, pas des collages comme il m'arrive trop souvent de faire !

Sans lui, j'étais bon pour perdre un sacré bout de temps pour trouver un dépanneur à Sanguinet avant de repartir ! Et sans recharges des batteries, l'étape du lendemain était très compromise ou carrément réduite en distance....

Cette étape d'aujourd'hui c'est comme pour le tour de France, une étape dite de transition. Il était nécessaire de rejoindre le canal de la Garonne, et la route c'est par le département des Landes. Alors ce fut des lignes droites, un village tous les 10 kms et dans la deuxième partie, des averses toutes les 1/2 heure.

Regardez, ces photos prises dans un bar resto à midi. C'est rigolo, ces gens qui ne voyagent pas collectionnent les objets en rapport avec les voyages !

Demain je récupère le canal de la Garonne, le beau temps reviens, chouette !

13

Hello !

Le beau temps est revenu, et le canal latéral de la Garonne est équipé d'une piste cyclable parfaitement entretenue. J'y suis entré à Damazan en prenant la direction d'Agen. Vraiment le tronçon d'aujourd'hui était très agréable. Il ressemble un peu au canal du midi par moment avec une rangée de platanes de part et d'autre. Pour ceux que j'ai pu voir, ils n'ont pas la fameuse maladie qui les décime coté méditerranée.

Le pont canal d'Agen est imposant et magnifique, mais je préfère le coté plus vintage de celui de Briare !

AGEN le pont canal 

J'ai fais un détour à Auvillarqui a le label "Plus beau village de France". Il le mérite bien avec sa place qui ressemble à celle de Mirepoix en Ariège pour ceux qui connaissent. Au centre trône une halle au grains.

Un bout de chemin avec des cyclistes sympa de Bourgogne 

Le canal passe à Moissac. La ville est renommée, pour son vin bien sur, mais aussi pour son abbaye du 11ème. J'ai fais la visite de l’abbaye qui est incontournable. Certains diront que la visite des caves étaient préférables. Pas sur quand on est en vélo et qu'il reste du chemin à faire et que le risque mageur, c'est de tomber dans le canal !




Un magnifique pont canal après Agen





Pas de restauration aux chambres d'hôtes et rien à moins de 5kms car nous sommes le long du canal mais loin de la ville. Alors la propriétaire qui sait ce que c'est le vélo, viens de véhiculer les 3 cyclistes dans un resto en ville pour récupérer des plats à emporter. Un brin rétro l'établissement, mais super serviable !

Demain direction la ville rose par le canal.

14

Aujourd'hui deuxième et dernière petite étape sur le canal latéral de la Garonne dont le terminal est à Toulouse.

Au risque de me répéter, la piste cyclable est très bien entretenue et le canal est magnifique. Un seul bémol, son profil parfaitement rectiligne entre deux écluses rend la route un peu monotone.

Sur le trajet, il y a des indications répétitives qui disent que ce canal fait partie d'un ensemble dit le canal des deux deux mers. Un touriste Anglais érudit m'a dit que c'était grâce à eux que cet immense ouvrage avait été construit. Que c'était un moyen utilisé par les Français pour contrer le blocus commercial des Anglais et des Espagnols en passant directement les marchandises de l'atlantique à la méditerranée et inversement.

Sur le trajet un ouvrage particulier, la pente d'eau de Montech. Je laisse les curieux techniciens consulter grâce au lien les caractéristiques du système.

Au nord de Toulouse les ouvrages en briques se multiplient

Ensuite c'est le retour aux nuisances avec l'aglo Toulousaine. On traverse aisément la ville en suivant le Canal. En aval se trouve le port et l'écluse de Ramonville. Sur ce tronçon on trouve le long du canal, plus de 300 péniches immobiles sur les berges.

Pour aller chez ma fille à Roques, je suis sorti du canal un peu plus loin que Ramonville et j'ai coupé par les colinnes. Hé bien une fois n'est pas coutume, je suis monté à 300 mètres d'altitude pour passer du côté du confluent de la Garonne avec l'Ariège.

Pour les statisticiens, ce soir 1500 kms au compteur. Demain jour de repos comme dans le tour de France

15

Après une journée de Repos bien mérité, aujourd'hui randonnée familiale en direction de Carcassonne.

Je vais vous là décrire du mieux possible :

Je suis parti en traversant les collines vers la ville de Mongiscard ou passe le canal du midi. Une heure et demi plus tard ma petite famille en voiture à rejoint Castelnaudary à l'écluse Saint-Roch. A partir de là, j'ai été accompagné par mon gendre et Gaël l’aîné des petits fils.



Pique-nique en famille à l'écluse de Bram et à dix kilomètres de Carcassonne. A l'occasion de cette pause j'ai retrouvé le groupe de cyclistes Agennais rencontré au beau village d'Auvilar.

Un peu plus loin ma fille à déposé la voiture et nous avons terminé tous ensemble les dix derniers kilomètres pour entrer dans Carcassonne.



10 kms pour le petit Evann de 5 ans 1/2, c'est bien, mais 43 kms par Gaël de 8 ans 1/2, ce n'est pas banal pour un enfant de cet age. Le chemin de hallage était souvent en gravier ou avec de l'herbe au milieu et sur les côtés. Et le lendemain dimanche les petits courageux ont refait le même trajet en sens inverses pendant que je poursuivais mon voyage.


Le canal du midi que j'avais découvert il y a deux ans reste un émerveillement. Le tronçon de Naurouze (lieu de partage des eaux) est un peu plus difficile.

Ce soir visite et dîner dans la cité médiévale de Carcassonne.

16

Bonsoir

Journée mouvementée aujourd'hui. J'ai enfin compris que le canal du midi possède beaucoup de charme parce qu’il est partout sinueux. Le paysage est toujours changeant.

Mais cette particularité, viens de me poser problème aujourd'hui. En effet, j'ai complètement sous évalué la distance qui sépare Carcassonne de Frontignan. Le canal serpente, les routes sont presques droites. C'est bien trente cinq kilomètres que j'aurais du prévoir en plus ! Soit 160 kms au lieu de 125 !

La sanction est tombée immédiatement. Plus de batterie dès Marseillan à 30 kms du but. Alors avec un VAE de 40 kgs, un vent latéral, l'homme à la massue, vous savez celui qui sévi sur le les cyclistes du tour m'est tombé dessus !

Il y a 17 kms entre Marseillan et Sète et bien j'ai mis bien plus d'un heure pour les parcourir. J'avais l'impression que le mont Saint-Clair s'éloignait constamment !

Alors la voiture balai en la personne de Joseph mon frère aîné est arrivée à l'entrée de Sète. J'avais parcouru quand même 145 kms. Je pense que la cause de cette défaillance est aussi pour beaucoup la chaleur et le vent latéral.

Mais ce qui devait bien se terminer, a provoqué un autre problème. Pour la première fois nous avons installé mon VAE à l'arrière d'une voiture les sièges rabattus. Erreur, un VAE, c'est fragile, voir très fragile. Il n'aime pas la rotation du guidon car sous la tension, les soudures cèdent au niveau des micro contacts sur les freins qui arrêtent le moteur lorsque l'on freine (obligatoire pour la sécurité). Alors rebelote, vous vous souvenez, c'est Philippe à Sanguinet qui est devenu réparateur. Ici c'est avec Joseph que nous avons réalisés les 4 petites soudures. Lui aussi comme par miracle avait dans sa cave un fer à souder du fil de soudure et tout et tout. Merci les conservateurs, c'est bien utile.

Sur le canal du coté de Capestant, il y a un éclusier sculpteur, regardez c’est burlesque ! Il y en a tout autour de l'écluse. Regardez de plus près, il y a Brassens ! Dernièrement il a ajouté dans un espace fermé des sculptures mobiles qui se déclenchent quand on s'approche !

Plus loin on trouve Homps avec son port fluvial ou stationnent les pénichettes, et Capestan

Sur le trajet, il y a beaucoup d'ouvrages techniques, mais celui qui m'a le plus interressé, c'est celui sur la rivière Libron près de Vias. Pour ceux que ça intéresse voici le lien ----> Les ouvrages du Libron

Voici le chemin. énorme 162 kms, 145 en VAE, la fin en voiture.

17

Ce matin reste encore un problème sur le VAE ! Le régulateur de vitesse, lui aussi a été endommagé avec les capteurs de freins la veille dans la manœuvre de chargement. Lorsqu'il est débranché, l'alimentation du moteur se coupe et il n'y a plus d'assistance au pédalage.

Alors j'ai contacté le fabricant Français du coté d'Angoulème ISD, qui à fait le maximum par ses conseils pour me permettre de continuer avec un VAE opérationnel. La solution : Débrancher le régulateur, faire un petit shunt électrique là ou il faut et il est possible de continuer sans pouvoir faire varier la puissance pour économiser la batterie. Bien, pas de problème je m'adapterai !

Formidable ce SAV, vous imaginez que ça n'aurait pas été possible avec un vélo importé de Chine ! Je ne manquerais pas dès que possible de leurs faire un mail de remerciements.

Aujourd'hui tournée des plages entre Frontignan et Vendargues. Pas plus de 60 kms avec mes Ray-ban !

Mon frère Joseph m'a accompagné sur les 15 premiers kms le long des plages, des ports et des lagunes jusqu'à Vic la Guardiole.

Petite étape en goguette avec une arrivée difficile par Mauguio ou il y a énormément de travaux en ce moment (autoroute et Tgv en même temps). En plus c'était l'heure de la sortie du travail !

18

Ce matin départ de Vendargues à une quinzaine de kms à l'est de Montpellier ou j'étais hébergé chez Martine & JP. Réveil matinal pour Martine qui connait encore les joies du travail.

La région de Montpellier deviens de plus en plus dense, Jean-Pierre me guide sur les quinze premiers kilomètres sur de petits chemins de traverse pour m'extraire des routes dangereuses et des embouteillages des travailleurs. Il me laisse partir vers la direction de Lunel par de petites routes départementales.

Ensuite pour éviter les grands axes, je zigzague sans toutefois pouvoir en éviter certains tronçons sans bande latérale pour cyclistes.

Je dois rejoindre la ViaRhôna à Arles en passant par Vauvert et St-Gilles. C'est ainsi que je traverses des vignobles, des exploitations fruitières, des mas et en me rapprochant d'Arles, des manades et sur la fin des rizières. Hé oui il en reste encore un peu en Camargues !

En arrivant à Arles sous le cagnard, je me précipite dans un resto situé dans une ruelle pour manger au frais un excellent poulet basquaise au riz camarguais.

l'AM, visite de la ville en vélo. Il y a une belle cathédrale et il faut entrer voir les arènes.

Arles 

Ensuite direction le nord par la Via Rhôna. Mon élan est vite coupé, quand je constate que le mistral souffle pas mal. Je fais 20 kms et je m'arrête à Tarascon en espérant qu'il sera calmé demain. Si ce n'est pas le cas, mon planning risque de s'allonger d'une étape pour remonter la vallée du Rhône !

Je dors à Tarascon. Je n'ai pas rencontré Tartarin, je n'ai vu que sa statue ! Pas grave, comme disait Alphonse Daudet des Tartarin il y en a partout en France ! Le chateau est particulièrement imposant.

Voilà le fameux Tartarin de Trascon !  
19

Merci pour vos encouragements. Mais dramatisons pas, à part quelques moments un peu difficiles, c'est seulement un voyage un peu pigmenté en quelque sorte.

Départ tôt ce matin à 8h car il va falloir lutter contre le mistral.

Hé bien du mistral il y en a eu, avec des rafales à planter un cycliste au ralenti !

25 kms et je suis arrivé à Avignon qui est une grande ville avec un centre historique difficile à atteindre par le sud. Visite rapide du Palais des Papes, et cap sur le nord.



Ensuite, je suis parti vers les vignobles et rapidement un des plus renommé. C'est là que je me suis restauré pour recharger mes batteries perso.




Le mistral n'a décru que vers 15h lorsque j'ai traversé les Côtes du Rhône villages divers et variés sans pouvoir y goûter. Car vous savez à quel point les cyclistes doivent faire attention pour pouvoir continuer leurs route.

Au bout de ma route, on m'a conseillé Bourg-Saint-Andéol pour une étape. Effectivement c'est un très charmant village chargé d'histoire.

J'ai constaté que dans la même journée, j'étais parti des Bouches du Rhône, qu'ensuite j'ai alterné entre le Vaucluse et la Drôme, pour finir en Ardèche. Quatre départements dans la même journée en vélo, c'est assez rare pour être signalé !

Demain je pense que le vent se réduira.

Pour les cyclistes, j'ai oublié de vous dire que lorsqu'un VAE est sans régulateur de vitesse (ce qui est mon cas depuis mon incident à Frontignan), le moteur électrique fonctionne en tout ou rien. Ce qui n'est pas très bon pour l'autonomie des batteries. Encore une raison en plus pour réduire les étapes à moins de 100 kms.

Demain direction Valence, on me dit que la température va encore monter dans les prochains jours. C'est ce que je redoute. Je suis fâché avec la chaleur !

20

Bonjour.

Aujoud'hui le mistral à progressivement disparu.

Le Rhône est majestueux, mais il est trop canalisé et exploité si je puis dire. Il faut dire que je deviens difficile après avoir suivi la Loire et la Garonne ! A intervalles régulier un barrage hydroélectrique de la Compagnie Nationale du Rhône (CNR) viens barrer le fleuve.

Je m'arrête à Rochemaure pour visiter le site, je met mon vélo à l'abri chez un habitant et je visite à pied car il y a du dénivelé ! A l'arrivée coté piste cyclable il y a une magnifique passerelle métallique qui traverse le Rhône pour les piétons et les vélos. Les piliers ont vraisemblablement été récupéré d'un pont de chemin de fer abandonné.

chateau de Rochemaure 

A Cruas, il y a deux éoliennes qui semblent narguer la centrale nucléaire. Mais il en faudrait mille pour pouvoir remplacer les quatre réacteurs (3600Mw). Et encore faudrait-il que le vent souffle en permanence...

Centrale de CRUAS 

Ensuite, je traverse les grands crus de côtes du Rhône, Saint-Perey, Cornas, L'hermitage, Croze-L'hermitage et je termine par le Saint-Joseph ou je m'arrête pour la nuit. Le Côte Rôtie Gilles c'est plus haut, je ne traverserais pas, je tourne demain à gauche direction Annonay, Bourg-Argental, Sainté.

J'ai fais une grosse étape pour me rapprocher le plus possible de la difficulté de demain, le col du grand bois pour basculer vers le département de la Loire. La température est en hausse. Cela commence à atteindre mon niveau maximum de tolérance. Demain ça monte, donc il fera plus frais j'espère.

Voici mon chemin du jour.

21


Aujourd'hui changement de programme, je quitte la vallée du Rhône pour basculer du côté de la vallée du département de la Loire. Je vais rentrer dans mon pays natal.

Mon frère Paul (dit pounet) est au RV que nous nous sommes fixé à la limite du département en haut du col de la république. Le temps d'une photo, mais comme j'ai terminé les trois derniers kilomètres sans assistance élec à l'agonie, je me pose des questions ! Enfin pas trop au départ, car je suis cuit, et je ne pense qu'à me restaurer avec lui dans une auberge du col.

Vous avez remarqué, mon frère est un vrai cycliste, un vrai sportif aussi de soixante dix berges !


Ensuite, comme il me dit que jusque chez lui, il n'y a que des descentes, je décide de ne pas rechercher la cause de l'incident. Je passe chez ma sœur Bernadette à St-Rambert sur Loire pour une visite. Elle est avec deux de ses petites filles. Belle photo, et un litre de liquide mini absorbé car il fait très chaud.


A l'arrivée chez mon frère, je fais des tests pour connaître la cause de la panne. Catastrophe, l'alimentation (37volts) arrive bien au moteur, mais celui-ci ne répond pas. Bon demain sera un autre jour, le SAV du fabricant sera contacté et on verra bien.....

Voici le chemin aujoud'hui

22

Ce matin, il faut prendre une décision. Les tests pratiqués montrent que le problème est bien interne au moteur électrique. La tension arrive bien lorsque l'ordre est envoyé par le variateur. Le moteur ne réagit pas. Il doit y avoir une coupure électrique interne ou un balais du moteur est HS. Pour vérifier il faut démonter entièrement le système arrière et accéder à l'intérieur du moteur.

Nous sommes samedi, même si dans le meilleur des cas je trouve quelle est la piéce HS, pas de commande prise en compte avant lundi, et pour la livraison ce serait mercredi ou plutôt jeudi et encore au plus tôt.

Je décide de rentrer. Je me renseigne auprès de la SNCF qui me confirme qu'il n'est pas possible de prendre avec soit un vélo dans un TGV sur cette ligne. Il doit être partiellement démonté et mis dans un sac spécifique d'une dimension conforme aux règles en vigueur. Le retour alors ne peux se faire qu'en train Intercités, à partir de Clermont-Ferrant. En effet dans les trains Intercités et les TER, il y a un compartiment pour les vélos, c'est top !

C'est alors qu'intervient le service rapatriement "Pounet et Cie". Pour savoir qui est Pounet, lire ma prose d'hier !



Je suis réceptionné à la gare de Bercy par mon fils Antony, un expert pour ce qui est de la circulation en vélo dans Paris, car c'est ainsi qu'il se déplace dans la capitale. Ce sera donc une liaison en vélo de Bercy à la Gare de l'Est pour prendre le transilien direction Chelles.

Le retour aux embarras Parisien est extrêmement brutal pour moi, d'autant plus que je tombe en plein dans le défilé de la GayPride. On le contourne un peu par l'est.


La gare de l'Est est beaucoup plus calme, mais c'est un dimanche !






Mais on est toujours trahis en son pays, car je me retrouve prisonnier à la gare de chelles. Les deux sas de sortie pour les vélos sont en panne en même temps ! Finalement après 1/2 heure d'attente je suis enfin libéré.

Malgré ces derniers contretemps, je suis extrêmement satisfait de mon voyage. Vingt jours en vadrouille le long des canaux, les rivières et par les voies vertes, c'est une autre vision de notre beau pays. Une vue par l'arrière en quelques sorte sans la circulation et avec un minimum de bruit et de gêne. Je ne peux que vous conseiller ce loisir.

Pour ce qui est de ne pas avoir terminé la boucle, je ne suis pas déçu, il y aura bien un autre projet pour aller faire le canal du Nivernais qui est l'un des plus beau de France. Et puis on nous annonce une petite canicule à partir de lundi. Et le vélo, je n'aime pas trop sous la chaleur, je laisse ça au forçats du tour !

Ce voyage, c'est quand même 2250 kms parcourus à 80% hors les voies routières. Ceci pendant 20 jours. Intéressant n'est ce pas !

Ce voyage ce fut aussi et surtout les arrêts chez mes hôtes (amis, anciens collègues retraités, famille). Je les en remercie.

Aussi des rencontres improbables en temps normal. Ces Anglais en famille sur la Loire à vélo, des Niçois avec des véloslib prêtés par leur ville du coté d'Angers. Un routard Irlandais que j'ai dépanné à la Tranche sur Mer. Des retraités Allemands qui visitaient la france en vélo depuis 10 ans. Un couple de suisses qui remontait dans leur pays après une descente vers la camargue par la via Rhôna. Et enfin dans le train du retour un "couple" de lesbiennes qui montaient à Paris pour le défilé de la Gaypride.

• • •

Hé bien voila, des explications sur la cause de la panne du moteur. En fait c'est exactement ce que je pensais.

Un moteur à courant continu est de construction par principe extrêmement robuste. Ce ne peut être qu'un accessoire du moteur qui soit la cause de la panne ou éventuellement les soudures de contact.

Et en effet au démontage, j'ai découvert un des deux balais très usé, mais surtout avec sa tresse dessoudée.

Mon VAE A 5 ans d'age, et que je pense que le précédent propriétaire (c'est une 2ème main) a parcouru 25000 Kms à minima (il disait 10000kms). En effet pendant 3 ans il a utilisé ce vélo pour faire 5 fois par semaine 50 kms A/R pour aller travailler. Ceci pour dire qu'il faut remettre cette panne dans le cadre d'une usure pas complètement anormale.

Voilà, il me suffit de retrouver un jeux de balais identique et ce moteur que le constructeur garanti pour 80000 kms retrouvera un état de fonctionnement normal.

J'ai donc sollicité le SAV ISD en priorité pour qu'il m'indique s'il est en mesure de me fournir un jeux de balais compatible avec la référence du moteur.

J'en profite pour signaler que réparer un moteur électrique ISD est parfaitement possible à condition que la panne se situe au niveau du collecteurs à balais.

Franchement je doute qu'il en soit ainsi avec des moteurs bas de gamme que l'on trouve sur les VAE d'importation venant d'Asie !

Merci au SAV ISD

  • Lundi demande par mel au SAV,
  • mardi envoi d'une photo pour préciser le modèle de charbons/balais,
  • mercredi réception devis et paiement par virement bancaire
  • livraison samedi matin

Enfin, je pense qu'il faudra bien prochainement parcourir la fin du voyage que j'avais prévu. C'est à dire en particulier le début du canal de la Loire de Roanne à Digoin et ensuite le très beau canal du Nivernais. Ce sera un autre voyage .......

23

Près d'un an après, c'est avec beaucoup de plaisir que je reprend la route en repartant de l'endroit ou mon VAE est tombé en panne et ceci malgré les problèmes d'innondation qui touche le sud de la région Parisienne.

• • •

Hier grosse galère avec la SNCF en grève pour essayer de rejoindre le département de la Loire afin de reprendre mon périple interrompu l'année dernière.

Le train intercité que j'ai rejoint à la gare de Lyon en vélo est parti en retard en évitant les inondations en seine et marne. Nous avons pris la direction d'Orléans, Vierzon, Bourges pour rejoindre Nevers. Résultat 3h de retard et plus de TER en arrivant à Vichy. J'ai décidé de commencer la route vers chez mon frère à saint-Marcellin, mais il y a 140 bornes et un petit col à franchir. Alors mon frère Paul à pris pitié de moi et il est venu me récupérer à mi distance.

Avec les 30 du matin, c'est donc 90 km que j'ai parcouru pour une petite mise en jambe pas inutile, car avec le temps pourrit, il y avait bien 10 jours qui étaient passés sans faire de vélo.



Aujourd'hui, départ vers Feurs à 35 km avec Pounet pour casser une croute rapide chez un autre de mon frère Pierrot à Feurs et ensuite je suis parti seul comme un grand pour mon périple.




Si vous avez suivi la saison 1 et que vous vous êtes pris au jeu, alors peut-être que vous serez toujours là pour m'encourager pour la suite.

Ce n'est pas sans une certaine nostalgie que j'ai parcouru ces routes du département ou je suis né. J'ai trouvé particulièrement vallonnées les petites routes pour rejoindre Roanne en passant par Pinay, Saint-Jodard et le barrage de Villerest.

Chateau de la Roche
Le barrage de Villerest 

Ensuite j'ai rejoint le canal de Roanne à Dijon. Il porte le nom de Canal Tranquille et c'est bien vrai Très peu de bateaux, surtout des pêcheurs et quelques amoureux !

Une curiosité, le pont-rivière d'Oudan, ou "pont Pisserot", c'est une rivière qui passe au dessus du canal. D'habitude c'est l'inverse avec le pont canal.






Fin de ballade à Iguerande en chambre d'Hôtes. Établissement tenu par un couple de Belges super sympa et repas avec des Bikers Anglais avec leur humour si particuliers.

24

Après une bonne nuit en pleine campagne, et un solide petit-dej comme on les a dans la plupart des chambres d'hôtes, j'ai pris la voie verte qui longe la Loire jusqu'à Marcigny, et ensuite j'ai rejoint le canal. Très rapidement, j'ai constaté que suite à toutes ces pluies et puisque l'herbe haute de 1m n'avait pas été fauchée, le chemin de halage était la plupart du temps impraticable. J'ai donc zigzagué entre les petites routes et l'ancien chemin de halage. Je n'ai pas pris de risque, car j'ai vu ce que cela à donné l'année dernière avec une chute suite manque de visibilité entre Neumours et Montargis !

Pour les amateurs de géographie, à partir d'Iguerande on entre dans le Brionnais.

Arrivé à Digoin avec le passage le long du canal latéral à la Loire, idem j'ai repris mes zigzags pour éviter les tronçons à pièges. Mais les petites routes ont aussi leurs charmes !

A 17h arrivée au port fluvial de Décize entièrement rénové par la région. Après la douche, visite du vieux Decize ensuite resto avec trois cyclistes de passage, mais dans l'autre sens.

Voici ma route d'aujourd'hui ci-dessous.

25

Ce matin beau temps avec une poussée orageuse dès midi. Bien arrivé à Clamecy entre les orages.

Donc le canal du Nivernais commence au sud à Decize. Pour passer du canal latéral à la Loire au Nivernais, il faut pour les bateaux emprunter la Loire sur deux kilomètres, entre une écluse et un petit plan d'eau délimité par un barrage. Merci Gilles pour la bonne information.


Le pont à Decize et l'écluse de franchissement de la Loire

La première partie du canal est noyée dans la verdure mais avec un tracé rectiligne. Ensuite on entre dans une zone qui serpente, un peu comme le canal du midi par endroits, mais sans les cigales les platanes et les vignobles.

Et on arrive à Chatillon-en-Bazois avec son beau château. Plus loin on trouve les étangs de Baye et Vaux.

C'est là que j'ai failli me prendre l'orage de grêle. Heureusement Gillou mon pilote (vous savez celui qui guide le navigateur autour du monde pour les vents et la météo) me signale par téléphone que de gros orages arrivent. Juste le temps de sortir du canal de rentrer dans un village, de me réfugier sous l'ancien préau de l'école et 5 cm de grêle arrive ! Merci Gillou, même pas mouillé le randonneur, c'est vachement important car j'ai horreur de ça.

Ensuite on arrive à un endroit unique en France. Mieux que les écluses de Foncerane sur le canal du midi, ou les 7 écluses de Rosny sur le canal de Briare, voici qu'arrivent l'échelle de 16 écluses de Sardy. Impressionnant !

Ici que ce trouve le point de partage des eaux avec son lac d'alimentation du canal. Vers le nord, on commence une très lente descente vers Auxerre.

C'est ici à coté que le bois destiné à la capitale remontait l'Yonne par flottage au 19ème siècle

Il y a de nombreux petits ponts électrifiés que les riverains peuvent manœuvrer eux- même pour traverser (les randonneurs également).

Terminus à Clamecy

Voici la route parcourue aujourd'hui.

26

Le canal du Nivernais, c'est 180 kms jusqu'à Auxerre. J'ai parcouru 120kms, ce matin 40 jusqu'à Cravant. C'est le village natal de Claude il me semble.

Le canal était particulièrement calme, pas de bateaux de plaisance, certaines écluses étaient fermées, il était tristounet avec ce temps couvert. En questionnant un riverain à ce sujet, j'ai vite compris. Comme sur ce tronçon, par endroit l'Yonne et le canal ne font qu'un et que l'Yonne est encore en crue, alors la navigation est interdite.





Les tagueurs artistes sont coquins dans le coin !!




Passage par Arcy-sur-Cure ou se trouve des grottes à visiter et il est possible de faire de l'escalade.

Arcy-sur-Cure 

Je suis sorti du canal à Cravant, et pris la direction de Noyers. J'ai visité sur les conseils de Pascal ce village médiéval qui est dans la liste des plus beaux villages de France. Ci-dessous quelques photos.

village de Noyers 

Après direction la vallée de l'Armançon ou se trouve le canal de Bourgogne.

Bien arrivé à Lézinnes sur le canal de Bourgogne chez Pascal. La chambre d'hôtes est top top, mais y a pas de barbecue on est parti au resto.

La route de la journée

27

Merci Pascal pour ta chambre d’hôtes particulièrement calme. Ce matin départ à 9h car l'étape sera longue !

J'avais prévu de suivre le canal de Bourgogne jusqu'à Dijon, mais j'avais mal évalué la distance. Il y a 140 kms pour rejoindre le terminus du canal à Dijon, et presque 40 pour retrouver ensuite le canal de la Saône à la Marne. Conclusion, c'est un jour de plus nécessaire pour mon escapade ! Et la météo ne s'arrange pas à partir de samedi.

Alors après cogitations avec Pascal, je décide de modifier mon trajet. Au lieu de redescendre aussi bas par le canal, je sortirais du canal au niveau de Vitteaux en ensuite je traverserai la côte d'or pour passer au nord de Dijon. Ainsi j'évite là circulation de l’Agglomération Dijonnaise et je réduit les kms. Et puis Dijon je connais déjà, donc je ne serais pas frustré.

Et nous voilà parti tout les deux pour les 30 premiers kms. On ne visite pas le château d'Ancy-le-Franc qui est très beau car Pascal connaît et il faudrait au moins 2h !


Je trouve le canal de Bourgogne plus vert que le Nivernais, et puis il commence à revivre avec les bateaux de tourisme qui commencent à circuler. Et quand les bateaux circulent, les éclusiers qui sont maintenant itinérant circulent aussi avec leurs petites motos. Sur ce tronçon, il y a de nombreux vestiges de l'exploitation de la pierre de Bourgogne utilisée dans de nombreux châteaux et édifices Parisiens.

Pascal me laisse partir un peu après le village de Cry.

Le canal reste verdoyant encore pendant une vingtaine de km ensuite il passe dans la campagne mais il ne perd pas trop de son charme.


Ci-contre mon trajet partiel le long du canal. Départ juste de en dessous de Tonnerre et sortie un peu en dessus de Pouilly-en-Auxoix.




Le canal de Bourgogne 

Après la sortie du canal et un petit repas mérité à Vitteaux, surprise, en pleine digestion il faut monter sur les coteaux de la côte d'or. C'est presque un petit col qu'il faut grimper. J'ai oublié de redémarrer de suite l'enregistrement après le casse-croûte, les puristes constateront une anomalie d'enregistrement. C'est une ligne droite sur 15 kms !

La côte d'or est magnifique, très vallonnée, mais les dénivelés sont assez fatiguant. Je termine à Bretigny au nord de Dijon car je suis au bout de la capacité des batteries et de mes forces également. Je n'aime pas la chaleur, on avait 28 degrés en fin de journée.

Ci-dessous la route aujourd'hui

28

Bien arrivé à Vignory au nord de Chaumont.

Hier AM, j'ai trouvé la chambre d'hôte tout à fait fortuitement. Comme j'avais plusieurs refus au téléphone concernant les adresses de ma liste, je demande à une dame qui était devant une boulangerie. Elle me répond qu'elle tient des chambres d'hôtes et qu'elle viens d'ouvrir son établissement. Hé bien figurez-vous que j'ai été son premier client. Elle venait d'obtenir seulement en début de semaine son label chez gîtes de France !

Au matin , départ pour rejoindre le canal de la Saône à la Marne. Ce canal est très tranquille, le meilleur qualificatif pour le décrire à mon avis, c'est champêtre. On roule en pleine campagne entre les cultures agricoles et les troupeaux. On est loin des routes et tout est silencieux. Le paysage varie régulièrement avec des passages en forêt. un lien pour le découvrir ----->Canal de la Saône à la Marne


Ce canal à une particularité très spéciale. Il n'y a pas des éclusiers , mais des éclusières. Elles sont itinérantes car elles s'occupent de 3 ou 4 écluses non automatisées. Chez VNF (voies navigables de France), ce sont les femmes qui sont l'avenir. Du moins tant que les écluses ne seront pas toutes automatisées....


Aujourd'hui, j'ai fait une "fausse route" faute d'avoir vu le panneau indicateur et regardé le GPS. Je me suis retrouvé dans le cul de sac qui abouti au tunnel du canal qui passe sous la ville de Langres. 6Kms dans la vue !

Je me suis dégonflé devant les escaliers à monter. Pas facile quand VAE + sacoches = 40kgs


J'ai visité la ville fortifiée de Langues. Pour les amateurs de pierres, il y a de quoi faire ! Mais quel plaisir la ballade en ville en VAE

Langres  

Ensuite j'ai retrouvé le canal sur lequel, j'ai rencontré deux phénomènes aux écluses. Le premier est en train de faire le tour de France des voies navigables avec un petit bateau de 3m de long et à la rame ou la pagaie. Il ne passe pas inaperçu dans les écluses!

Mais ne vous y trompez pas, ce type est un baroudeur, un aventurier. Il a effectué plusieurs raids en milieu hostile. Prenez le temps d'aller voir son site sur internet dont voici le lien ci-dessous

Charles Hedrich


Charles Hedrich 3000 kms tour de France des canaux 

Le deuxième est un ancien légionnaire qui fait comme moi le tour des voies navigables de France, mais avec seulement un sac de 6kg et un VTC. Il dort dehors dans un sac de survie depuis 30 jours ! Lui, il n'aime pas se faire photographier.

Grande étape aujourd'hui avec du dénivelé. Je pense que suis arrivé aux limites de mon VAE pour les batteries que j'ai mises à plat.

Demain je pense que je vais passer voir le général pour lui parler de l'état de notre beau pays !

29

Colombey étant à moins de 30 km du canal, il m'était difficile d'éviter le pèlerinage dans le village du général.

Comme tout bon Français, j'ai donc visité le mémorial imposant avec sa croix de Lorraine, la Boisserie et j'ai terminé par un tour au cimetière. Visite émouvante mais rapide quand on circule en vélo.

A la sortie, la petite pluie est là. Je décide de ne pas retourner sur le canal, mais de partir par la route des vins de champagne en direction du lac du Der-Chantecoq. Der pour le pays du Der et Chantecoq pour le village qui à été englouti avec la création de ce lac destiné à réduire les crues en région parisienne. Tout est relatif, car le Der et les quatre autres lacs ne réduisent que de moins d'un mètre les crues en RP.

Aïe, la petite pluie est toujours là, je regarde la météo, et les prévisions sont catastrophiques pour dimanche et lundi.

Je me dis que ce ne sera pas du plaisir de rouler pendant ces deux prochains jour sous les perturbations atmosphériques. Personnellement je n'aime pas ça du tout.

Pour rentrer sur Chelles, il me faut deux jours si je cherche à rejoindre le début du canal de l'Ourq (ce que j'avais prévu). Je décide seul, c'est évident, de tenter le retour en un jour par le nord de l'Aube et le milieu de la Seine et Marne. C'est possible si je me rapproche le plus possible aujourd'hui de la frontière de la Seine et Marne.

Je part dans la direction de Sézanne, mal informé je butte sur le camp militaire de Mailly. Il pleut de nouveau, batterie à plat, je suis aussi à plat, je stoppe dans Mailly dans un hôtel qui travaille surtout avec l'armée ! Tout autour du village, l'armée occupe tout l'espace. Il y a en plus un grand nombre de campement. Ils doit y avoir des manoeuvres en cours. Je sort mon appareil pour faire quelques photos, immédiatement un militaire m'indique que c'est strictement interdit. Dommage, ça aurait eu de la gueule, moi et mon vélo devant des tanks Leclerc !

Au resto aussi que des militaires en civil qui ne parlent que missions, expéditions, guerres, morts de leurs collègues....Bon finalement ils parlent boulot ! Je vais me coucher car je n'ose pas entamer la discution.

Demain, pluie en prévision et retour au bercail

Voici la route sinueuse du jour

30

Fin du tour. Trajet de retour effectué au plus court pour échapper aux pluies. Manqué !

Journée à gommer de ce tour.

Quelques photos avant les pluies !

L'Aube département bucolique ! 

J'ai fais sur le chemin ce jour quelques rencontres incongrues que seuls les voyages permettent. Et finalement le temps n'est pour rien dans les rencontres, la preuve !

Près de Coulommiers pendant une averse, j'ai rencontré un inventeur un peu fou, un personnage atypique. Sa dernière invention, primée au concours Lépine :

pour la découvrir ---> La fourchette incurvée

Avant dans un resto du coté de Sézanne, j'ai mangé avec un sourcier qui déjeunait avec le foreur. Un pro qui ne se fait payer que si le forage est positif. Voir ce lien ----> Sourcier

Comme quoi, il y a toujours quelques chose d'intéressant dans chaque jour qui passe !

Après ce que j'ai pris sur la tête aujourd'hui, je peux confirmer que ce vélo à assistance électrique est étanche. Au moins IP 44 mini, voir IP 45. Les spécialistes comprendront !

• • •

Épilogue prématuré !

Exercice difficile pour moi qui se débrouille comme il peut avec la communication écrite...

Je ne peux que me féliciter du choix d'un vélo à assistance électrique pour tenter de faire un tour de France des voies vertes. Si je met de coté la panne électrique du moteur qui a interrompu mon périple l'année dernière, mon VAE très robuste a parfaitement répondu aux besoins quelques soit les types de chemins.

Son style "vintage" est un atout, car il intrigue et provoque les conversations. Mon choix d'une deuxième batterie se justifie si l'on souhaite dépasser les 100 kms par jour où s'il y a du dénivelé . Ainsi on ne se trouve pas pénalisé pour faire un détour pour une visite ou pour mieux choisir ses lieux d'hébergement.

Sur les 3300 kms parcourus lors de ces 28 étapes, 80% environ étaient sur des voies vertes. Par endroits j'ai galéré sur des chemins de halage qui n'étaient pas encore fauchés. Ces passages sont dangereux, car au delà du problème de roulage, s'ajoute la perte de visibilité. Alors attention, l'obstacle peut-être caché dans les herbes hautes ! Les éclusiers disent qu'il leur est demandé d'attendre fin juin avec la fin de la reproduction des oiseaux pour entretenir les parcours herbeux....

Les points de vue sur nos paysages que nous avons à partir de ces voies sont complètement différents. La vision de nos campagnes se fait par l'arrière, avec un tout autre angle ! Par exemple, ce sont les jardins que nous voyons, et lorsque l'on arrive en ville, on est très vite au centre en évitant toutes ces horribles zones industrielles toutes identiques situées en entrées et sorties de nos métropoles. Les canaux ont chacun leurs propres personnalités à l'image de la province traversée. Plusieurs régions font de gros efforts pour attirer sur ces voies un nouveau tourisme qui reste assez confidentiel.

J'ai bien aimé le principe du carnet de route avec un blog, ce fut un réel plaisir de l'alimenter chaque jour. Le fait de ne pas pouvoir télécharger les photos à partir d'une tablette est un handicap, mais pas de quoi abandonner. Hé puis quel plaisir de ne plus avoir ces coups de fil du style "t'est où".....

Surtout merci à tout mes hôtes, famille, amis avec un bonus particulier pour ceux qui ont pris leurs vélos pour venir à ma rencontre ou m'accompagner sur le départ du lendemain. Et puis il y a eu toutes ces rencontres impromptues sur la route, toutes différentes avec quelquefois des phénomènes que l'on a aucune chance de rencontrer dans la vie de tout les jours.

Mais vous allez me dire, après ça quelle suite à cette histoire ? Hé bien, comme il faut avoir des projets en réserve, je compte faire cette année la véloroute du Lot, 160kms entre Cahors et Aiguillon. Pour plus tard, j'irai bien rouler dans la Bretagne des canaux ou le paradis pour les vélos (du coté des Pays Bas et du Danemark) ....Maintenant que je connaît la véloroute 6 de Digoin à St-Nazaire, je suis tenté pour faire l'autre côté de Digoin à Bâle en Allemagne et pourquoi pas plus loin puisqu'elle continue jusqu'à la Mer Noire !

Faut bien rêver un peu !

31

Objectivement, c'est vrai, mon tour de France n'est pas bien équilibré. Les Bretons sont frustrés, mais il manque aussi la Normandie, les Hauts de France et aussi le Grand Est !

Alors je tente de profiter de ce beau temps qui aux dernières nouvelles ne va pas durer pour combler quelques lacunes sur la carte de France.

Immédiatement une direction c'est imposée, la "Véloscénie" qui relie Paris au Mont-Saint-Michel par 450kms de voies adaptées aux cyclistes randonneurs.

La Véloscénie 

Je suis parti de Chelles par les bords de Marne et le bois de Vincennes pour rejoindre les boulevards extérieurs. Comme il bruinait, j'ai pris le RER B à la station citée U pour aller à son terminus Saint-Rémi-les-Chevreuses.

J'ai rejoint la Véloscénie à Limours. A partir de là jusqu'à Rambouillet, il n'y a aucun repérage, rien. La région Île de France ignore superbement cette voie. Le GPS est alors vraiment indispensable sur ce tronçon !

Ensuite, on entre en Normandie et les repérages sont presque parfaits.

Je suis passé à Clairefontaine là où se trouve le centre national de l'entraînement de foot, mais ça ne se visite pas !


J'ai visité le parc du château de Rambouillet. Très beau parc, mais le château est "empaqueté" pour cause de rénovation. Seul un coté justifie une photo.




Ensuite on emprunte des petites routes que l'on partage avec les voitures jusqu'au nord de Chartres. On termine par 10 km de pistes cyclables qui longent l' Eure.

En passant sous la cathédrale de Chartres, je constate que les échafaudages extérieurs ont disparu et je suis allé voir de plus près. Effectivement le travail de rénovation extérieur est presque terminé. A l'intérieur le travail est bien avancé pour la nef, mais le déambulatoire est juste commencé. Pour information, huit ans de chantier déjà !

Si vous observez la trace ci-dessous vous constaterez que la Véloscénie fait beaucoup de détours, mais ceux-ci se justifient je vous le garanti.

Demain direction Alençon pour le deuxième tiers de la Véloscénie

32

Très belle étape, trop longue (150kms) trop chaude !

Ce tronçon de la Véloscénie quitte Chartres par une voie verte qui serpente au long de l'Eure. La véloroute traverse ensuite la Beauce le grenier à grains de la France pour rejoindre le beau village d’Illiers-Combray. A Thiron-Gardais déjà le Perche est tout proche. On est dans le département de l'Eure et Loir.

La Véloscénie continue d’emprunter des petites routes, les contreforts du Perche demandant parfois à s’employer car il y a quelques dénivelés inattendus . Mais en contrepartie les points de vue sont splendides. Au final, passage devant le château St-Jean à l’arrivée à Nogent le Retrou. Visite rapide du parc du château.

Après Nogent on entre dans l'Orne, les petites routes longent l'Huisne. Ensuite sur près de 70kms, vous avez bien lu, la Vélocénie emprunte le tracé d'une ancienne voie de chemin de fer désaffectée.

On quitte le Parc du Perche pour entrer sur le territoire du Parc naturel régional Normandie-Maine.

Je perd du temps pour revoir Mortagne au Perche mais C'était justifié.

Rouler sur cette voie en pleine campagne pratiquement toujours ombragées est très bucolique. Mais dans la durée, à moins que ce soit du à la fatigue, j'ai ressenti un peu de monotonie.

Demain je visiterai Alençon de bonne heure

33

Avant de partir ce matin, un tour en vélo de la vieille ville d'Alençon, la collégiale, le château.....

La Véloscénie emprunte les petites routes du Pays d’Alençon pour rejoindre le château de Carrouges, siège du Parc Normandie-Maine. De plaisants points de vue sur la forêt d’Écouves. Ce château mérite le détour.

Chateau d'Ecouves  




Ensuite passage à Bagnoles de l'Orme station thermale avec son casino, RAS



Après la traversée de la magnifique forêt de chênes des Andaines, cette étape passe au village médiéval de Domfront

Ce tronçon de la Véloscénie emprunte à travers le bocage normand, la voie verte qui fut jadis une voie de chemin de fer menant au Mont-Saint-Michel.

Ensuite on roule dans le bocage entre les pommiers à cidre et les poiriers à poiret.

L'orage menace, les insectes attaquent, une abeille me pique à travers le maillot ! Juste avant de prendre la flotte, je sort de la piste à Saint-Hilaire-du-Harcouët pour trouver une chambre. Juste à temps !

Le Mont est à trente kilomètres, ce sera pour demain en espérant que le temps ne se dégrade pas trop.

34

Dès le départ de nouveau je roule sur une ancienne voie ferrée sur 20kms, ensuite on entre dans la baie du Mont-St-Michel. Et c'est la fête pour moi (Saint-Michel quoi !) mais surtout pour les yeux.

Place au grand spectacle. Ce tronçon c'est l’apothéose de l’itinéraire. Le Mont-Saint-Michel, omniprésent, découpe sa silhouette mythique entourée de sables. La voie verte finale le long du Couesnon permet de savourer en ligne de mire et pendant un très long moment, ce symbole merveilleux du patrimoine mondial de l’humanité. Quand j'arrive au bout du Couenon il est déjà 10h. Je passe en force car les vélos sont interdits à partir de 10h (voir photo). Au bout de la voie majestueuse, la maréchaussée est sympa, ils acceptent de croire que je n'ai pas de montre !

Le Mont Saint Michel  

Difficile de quitter ce monument en majesté, mais je continue vers Cancale en passant par les polders (terrains gagnés sur la mer). La baie est très belle, le temps n'est pas terrible, mais c'est mieux pour les couleurs. Je fais le tour de la ville et je termine à la pointe du Hoc, haut lieu du débarquement Américain.

La fin de la journée se fera par la visite de la cité corsaire. Quel plaisir de circuler à vélo dans la vielle ville. C'est impossible l'été me dit un autre cycliste car dans les rues c'est comme à la sortie du métro !

La cité corsaire 

La trace GPS m'indique que je dois traverser la Rance en Bac entre le port et Dinar. Il est tard, c'est déjà hors saison le dernier bac pour touriste viens de partir ! A partir de maintenant c'est la galère pour un cycliste, il faut faire le tour par le pont de l'usine EDF marémotrice (2x2 voies) ! Arrivée tardive à Lancieux.

Mauvaise nouvelle, la météo s'annonce très médiocre pour les jours suivants. Un temps à ne pas mettre un cycliste dehors. Demain je pense revenir par le train à partir de la gare de Saint-Malo. A bientôt pour la suite de mon périple en Bretagne et retour par la côte Normande si Saint-Christophe me protège

Visualisation carte interactive de l'étape ------> De Saint-Hilaire à Lancieux

La vie, c'est comme en bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l'équilibre. "Albert Einstein"

• • •

Voici la carte récapitulative qui permet de visualiser les 3800 kms parcourus en 32 étapes (en 3 voyages successifs). Je l'ai réalisée en compilant les traces (fichiers .gpx).

Je suis moi-même assez impressionné par le chemin parcouru quand on sait que les voies ne sont pas toutes au même niveau de roulage. La répartition que j'ai évaluée à la louche est proche de :


- 15% goudron sur routes partagées avec voitures

- 40% goudron sur pistes cyclables et voies vertes

- 30% voies vertes en terre ou gravillonnées

- 15% chemin terre et en herbe le long des canaux.

35

Hello ! Et merci de suivre le randonneur. Sept mois se sont déjà écoulés depuis ma dernière escapade sur la Véloscénie. Il était temps d'essayer de réaliser mon engagement qui était de compléter mon tour de France des voies vertes par la Bretagne.

Vous avez remarqué un changement ! Suite à la fermeture du site top-départ.com, j'ai transféré mon carnet de voyage sur myatlas.com. Enfin maintenant il sera possible de rentrer des étapes directement à partir d'une tablette ou d'un smartphone et de profiter de nouvelles options intéressantes.

Le voyage a commencé hier en TGV pour rejoindre Saint-Malo. Regardez comme il est bien mon VAE dans le train. Il prend la place de quatre petits sièges rabatables. C'est du luxe et pourtant ça ne coûte que 10€. Pour ce qui concerne l'effet de lumière c'est tout à fait involontaire !

Dodo à Saint-Servan sur Mer pas loin de la tour Solidor.

Tour Solidor 

La journée a débuté par la traversée de la Rance en bateau bus pour rejoindre Dinard la ville en face

Les remparts de Saint-Malo 

La voie verte descend vers le sud et emprunte une ancienne voie de chemin de fer. Je discute avec des Anglais (je pécise en Francais !). Il partent vers Rennes et je manque la direction vers le cap Frehel ! Je descent 5kms trop bas. Ceci explique mon slalom ensuite pour rejoindre la voie verte vers le nord-ouest.😤

Avant Frehel, je visite le fort Lalatte. Ne justifie pas le détour.....

Mais après c'est le cap Frehel et là c'est du trois étoiles, car le temps est magnifique. Dommage qu'il y ai ce méchant vent du nord-est ! 🔆🔆

Cap Prehel 

Ensuite cap à l'ouest vers Erquy et ses belles plages

Plus loin en direction de Pleneuf et Saint-Brieuc, on emprunte une majorité de voies partagées avec les voitures, on traverses la campagne Bretonne avec ses odeurs porcines si caractéristiques. Des fois on pousse une pointe pour y échapper...😷

Ci-dessous ma route de ce jour en vert sur une carte IGN

Trace en vert 122 kms 
36

🔆Aujourd'hui le temps est resté à l'identique. Donc pas de temps à perdre avant l'arrivée de la dépression.🔆

Je suis sorti de l'aglo de Saint-Brieuc à toute vitesse par le port dit "le légué", et je me suis retrouvé directement sur la voie verte direction Binic. Après une dizaine de kms on traverse une passerelle, c'est le viaduc du parfond de Gouët qui servait il y a longtemps pour le petit train Saint-Brieuc/Plouha. Impossible de prendre du recul pour le photographier, il est noyé dans la végétation, il faudrait prendre le GR34 à pied. Alors voici la photo du panneau expliquatif !

Viaduc de Gouët (nom de la rivière) 

Plus loin on traverse Binic très beau petit port.

Binic 

Ensuite Saint-Quai-Portrieux, ses belles maisons et ses grèves.


Saint-Quai 

La voie verte zigzague dans le canton des falaises de Plouha. Il faut être vigilant pour ne pas sortir. La zone est truffées de chapelles et d'enclos paroissiaux. Voici celui de Saint-Loup.

Saint-Loup 

La côte du Goëlo ensuite recèle de mignons petits ports de pêches. Avant l'arrivée à Painpol, je visite l'Abbaye de Beauport

Abbaye de Beauport 

Après l’anse de Paimpol, la voie verte suis la côte parsemée d’îlots et entaillée des fleuves Trieux et Jaudy qui se vident et se remplissent au gré des marées. Ils servent de petits ports de plaisance.

A Tréguier le mini port sur l'embouchure du Jaudy

A Tréguier belle ville d'histoire, j'ai photographié la rue Ernest Renan l'homme célèbre de la ville

Tréguier rue Ernest Renan 

Au final je m'arrête au port de plaisance de Perros-Guirec après 100kms d'une très belle randonnée. Voici le tronçon d'aujourd'hui de la voie verte

37

Bonsoir. La journée était prévue avec des averses orageuses pour l'après midi, c'est pourquoi je suis parti dès 8h30 pour visiter la côte de granit rose. J'ai pris la route qui fait le tour complet de Perros-Guirec. Un promeneur matinal que j'interroge m'explique que Perros en breton provient des mots penn (cap) et roz (colline qui descent vers la mer) et Guirec le nom d'un moine venu de l'autre côté de la manche. Comme vous le voyez, ciel était clair sans nuage. Ça ne va pas durer...

Perros-Guirec Plage 

Il y a une superbe côte pour basculer vers Ploumanac'h. Derrière, j'ai emprunté le sentier des douaniers sur près de 10kms en bord de mer au milieu des amas chaotiques de rocher de granit rose. Aïe, le ciel se couvre, la mer est calme, c'est moins bien pour les photos !

Pour la petite histoire, les vélos sont interdits sur le sentier, mais à cette heure et hors saison, c'est presque désert, et aucun risque de rencontrer un garde du site.

Ploumanac'h 

Ensuite on continue avec le sentier sur la commune de Tregastel et son petit port. Je suis le GR34 en bord de mer jusqu'à l'aquarium marin. Il commence à pleuvoir, je prend la direction de Trebeurden ou je compte me réfugier avant la grosse averse annoncée pour 11h30. Merci pour la prévision et l'écho radar, j'évite la douche de très peu !

Port de Caouet à Tregastel 
Aujourd'hui 40kms enregistrés seulement 

Après deux ou trois grosses averses, et profitant d'une acalmie, je suis parti faire quelques visites dans le coin.

La pointe de Bihit  et belle vue sur le port de Tregastel
Le Menhir christianisé de Saint-Uzec avec sa croix incongrue scellée dessus ! 

Et j'ai terminé ma journée par la visite du radôme de Pleumeur Bodou. Aujourd'hui le radome est classé monument historique (inutilisé depuis 1980), il se visite à travers la Cité des télécoms, qui est le plus grand centre européen dédié aux télécommunications actuellement. Regardez l'engin sur la bulle. Je plains le gars qui passe le karcher, quand il a fini, il doit falloir recommencer !

Je me suis posé la question, alors pour ceux que cela intéresse, en cliquant précisions concernant Radôme

Le radôme de Pleumeur Bodou 

Demain le temps prévu semble bien pire qu'aujourd'hui, je me demande si je ne vais pas rester bloqué sur place car je n'aime pas la pluie en vélo, bretonne ou pas ! Mauvais temps = carnet mis à jour de bonne heure, une fois n'est pas coutume !

38

Ce matin départ tardif vers 10h pour attendre la fin d'une ondée qui j'espère sera la dernière de la journée.

La voie verte zigzague en direction de Lanion en évitant la route à grande circulation. Certains cyclistes se perdent, il faut leur expliquer qu'il faut suivre exclusivement les petits panneaux sans numérotation et bannir les autres. Un panneau avec No indique une boucle locale particulière.

Bonne direction ! 

Sur le bord de la route je trouve ce magnifique animal qui s'est fait écraser cette nuit. Si quelqu'un le reconnait, il en déduira le surnon du grand champion cycliste national Bernard Hinault. Le premier qui trouve en se signalant dans les commentaires gagnera quelque chose d'important....

La traversée de Lannion qui est une très belle ville se fait très facilement en vélo.

Lanion 

Ensuite je comptais longer le Leguer jusqu'à la mer. Je me renseigne, et bien m'en a pris, un couple m'explique que ce n'est pas la bonne heure car nous sommes à marée basse. Conclusion, la Bretagne possède les rivières parmi les plus belles de France, mais seulement à marée haute !

A Saint-Michel-en-Grève je découvre l'immense baie à marée basse. Un jogger me dit que la machine au loin, ramasse tous les jours les algues vertes, et qu'il y en a toujours autant.

Saint Michel en Grève 

Plus loin, un papy grille un stop, j'ai encore de bons réflexes, regardez ma trace de freinage, 2,5m !

Cette partie nord-ouest des Côte d'Armor, est rocheuse ou plutôt rocailleuse, on traverse Locquirec et on trouve ensuite Plougasnou qui se présente avec une côte comme la Bretagne en a pas mal ! Quelques photos sur le traget.

Je termine la journée avec la visite du Cairn de Bardenez. Cette sépulture en tumulus est pour le moment le plus grand d'Europe. Le détour est justifié, les commentaires de la visite guidée excellents. Terminus à Morlaix. Finalement belle journée avec une météo Bretonne, je suis passé entre les gouttes.

Cairn de Bardenez
90 kms aujourd'hui  de Trebeurden à Morlaix

Dernière minute, y 2 ans pendant que je commençais ce tour de France, le Stade Français Paris gagnait la finale du championnat de France de rugby (top 14). Et cette année mon équipe gagne de nouveau une finale (challenge européen). Finalement je roule, ils gagnent, sinon ils perdent.....

39

Bonsoir. Bravo à Claude qui n'ignore rien en ce qui concerne le cyclisme. L'animal mort est un blaireau. S'il vient me rejoindre lors de ma dernière étape, il aura droit au resto. Normalement je dois rentrer par la voie verte Dieppe/Paris qui se terminera pour moi à Claye-Souilly. Faut-il encore que j'arrive à atteindre l'objectif !

Au matin, visite de Morlaix qui est une ville très encastrée dans une vallée. Le viaduc du chemin de fer barre la vue. Ce viaduc est partout malheureusement. Il n'y a pas beaucoup de place même pour l'église.

Morlaix 

A partir d'ici, la voie verte se nomme la "Vélodyssée". Jusqu'à Carhaix, elle est sur le tracé d'une ancienne voie de chemin de fer qui serpente dans la forêt. Comme il a plu toute la nuit, elle est gorgée d'eau. Ça glisse, par endroits on enfonce, des pneusVTC c'est limite, il faudrait des pneus VTT.

Ancienne gare de Scirigniac transformée en gîte d'étape 

Devant c'est les monts d'Arée, ça monte régulièrement. La voie est un peu monotone, je décide de sortie et d'aller visiter la forêt de Huelgoat qui est renommée.

Forêt de Huelgoat 

A partir de Carhaix la Vélodyssée rejoint le canal de Nantes à Brest. Le chemin de halage est nickel, sera t'il pareil jusqu'à Nantes ?

Je termine ma route à Glomel. Je me rend compte après coup que c'est un mauvais choix, c'est une zone blanche. Pas de GPS et la wifi est pourrie !

86 kms aujoud'hui 

Je joint le dénivellé de l'étape pour vous montrer les petites montagnes Bretonnes !

40

Hier après le repas j'ai trouvé une liaison wifi presque correcte. Pluie une grande partie de la nuit, mais ce matin le ciel était entièrement dégagé et avec un tout petit vent d'ouest. Une bonne journée en perspective 😉

À Gouarec, la voie verte fait place au chemin de halage du canal de Nantes à Brest jusqu’au majestueux site de l’Abbaye de Bon Repos. Très beau pont avant.

Pour contourner le lac de Guerlédan, l'itinéraire à vélo La Vélodyssée remonte sur les hauteurs et emprunte une ancienne voie ferrée jusqu'à Mûr-de-Bretagne. Je passe au centre ville et je fais une photo pour Robert et Marie-Suzanne.

Eglise de Mur 

Sur le tronçon suivant de la Vélodyssée pas moins de 54 écluses et la Rigole d’Hilvern nous montrent la complexité hydraulique d’un ouvrage aussi titanesque que ce canal !

Un pensionnaire du canal ! 

Une rencontre anachronique, des sportifs sympas font du paddle sur le canal entre les écluses.

Aujourd'hui 140kms dont 20 non enregistré pour cause de fausse manip à Josselin.

41

Bonsoir. La nuit dernière la chambre d'hôtes c'était chez Jean-Marc le chti exilé à la périphérie de Ploërmel. Un grand merci pour son accueil. Il s'en sort bien, pas de vélo chez lui, il ne m'accompagnera pas pour le début de cette étape !

Aujourd'hui emploi du temps chargé, je rejoins le canal pour un restaurant près de Malestroit avec Daniel et Marie-Thérèse les Vernois près de Rennes. Merci d'être venu m'encourager. On se reverra dans moins d'un mois en Corrèze.

Les Vernois habitants de  Verne-sur-Seiche 

Le canal sur ce tronçon s'anime avec l'arrivée des loueurs de pénichettes.

Près de Malestroit 

Avant Redon, des machines nettoient le canal. Au deuxième plan une espèce de moissoneuse avec des roues à aubes ramasse les algues au fond et devant une faucheuse coupe les herbes au dessus et en dessous de l'eau des bords du canal.

Autour de Redon le canal est franchement sans intérêt, mais plus loin on traverse un ŕégion très verte car très humide malgré le déficit d'eau cette année en Bretagne. Il y a des Iris à profusion sur les rives.

Des iris et des nénuphars à profusion 

Etape de 100 kms aujourd'hui et arrêt sur le bord du canal à 8 kms de Blain à Saint-Omer-de-Blain. Ici pas de téléphone zone blanche, mais suffisament de wifi pour alimenter le carnet. On est à une quinzaine de kilomètre maximum de la zone de projet du fameux aéroport de Notre Dame des Landes. A propos où on en est à ce sujet, je m'y perd et vous ?

42

Hello, la météo annonce une superbe journée pour aujourd'hui 😎

J'ai passé la nuit dans une chambre d'hôtes tout près du canal. Vous pouvez noter l'adresse vous ne serez pas déçu : La chambre d'Omer à Omer sur Blain.

Encore plus rétro que le mien

Pour rejoindre Nantes, la vélodysée continue de suivre le canal presque jusqu'à l'Erdre au sud de Nord-sur-Erdre. Ensuite elle serpente vers Sucé-sur-Erdre ou il ya un beau petit port en eau douce.

Sucé sur Erdre 

C'est là que mon compagnon de voyage (le vélo) retrouve son frère après 4500kms de recherche sur les voies vertes de France. Le proprio est jean-françois un collègue fraichement à la retraite (un de plus). Son VAE est tel qu'était le mien avant que je l'adapte aux randonnées.

80 kms seulement aujourd'hui 

Malheureusement au vue des prévisions météo, mon voyage sera interrompu. Retour à la maison demain par TGV. Je suis chez j-f à Orvault. Cette fin de circuit ça s'arrose ! 😋

C'est la cata pour un cycliste ! 

J'avais comme objectif de rejoindre une nouvelle voie verte, La Francette qui relie La Rochelle à la Normandie. La météo en a décidé autrement. Ce sera un autre voyage !

43

Bonjour ! Enfin, il était temps, l'hiver approche. Une dernière fenêtre s'ouvre !

Alors je saute dans un TGV via Nantes, afin de poursuivre le voyage interrompu fin mai.

Jean-François, toujours fidèle m'attend à la gare. Avec son VAE frère jumeau du mien, il m'accompagne sur la Loire à vélo en direction d'Angers. Ce lancement me donne le punch nécessaire pour remettre le pied à l'étrier !

🔆Il me laisse partir seul au pont de Mauves. Le temps est magnifique, pourvu que ça dure 🔆

Il doit rentrer à Orvault, c'est à au moins 30kms

Voici ci-dessus le petit morceau de la Loire à vélo parcouru cet AM (55kms). Après les 37kms de Chelles pour rejoindre la gare Montparnasse ce matin, j'ai décidé de m'arrêter à Saint-Florent-le-Vieil, ça suffit amplement pour un premier jour !

Saint-Florent-le-Vieil et son abbaye et un beau coucher de soleil sur la loire vu du pont 

Demain, comme le tronçon de la Loire à vélo jusqu'à Angers ne m'est pas inconnue, je compte éviter l'aglomération en passant par les petites routes à l'ouest pour rejoindre la voie verte dite la Francette (la Rochelle/Ouistream vers Longuemée en anjou.

44

Ce matin sur la Loire, il y a du brouillard. J'attend qu'il commence à se dissiper avant de partir. A 9h30 le soleil perce doucement. Je me lance sur le bord du fleuve, le spectacle des bancs de brume qui disparaissent très lentement poussés par une légère brise est extraordinaire. Malheureusement pour vous, il n'y aura pas de photo, car l'effet ne passe pas, sans doute parce que je ne suis pas un bon photographe.

Il ne fait pas plus de 6 degrés. Heureusement le thermomètre remonte vite. Vingt kms de bord de Loire et ensuite je prend les petites routes Angevines à l'ouest d'Angers pour rejoindre la Fancette que voici ci-dessous. Je vais l'emprunter du nord d'Angers à Ouistreham.

La Francette au nord d'Angers 
La belle Mayenne 

Comme les photos le montrent ci-dessus, la Francette longe la Mayenne. Ce fleuve est adapté au traffic fluvial avec un barrage et une écluse tous les dix kilomètres environ.

Les coteaux de la Mayenne dévoilent, à chaque méandre, un château, ou un moulin ou encore sur la rive opposée un village et son port fluvial. On ne s'ennuie pas !

Peu avant Le Lion-d’Angers, il y a l'abbaye du port du salut. Je fais la visite sans perdre un instant avant la fermeture. A la sortie, je ne remonte pas sur le vélo car il y a des chambres d'hôtes logis de France juste à coté !

✌Le parcours aujourd'hui avec un temps magnifique. 🔆Un été indien ? Pas sûr, à suivre

110kms 
45

Hello ! Ce matin deux heures de beau temps, ensuite le temps s'est dégradé tout le long de la journée. Pour finir avec une petite bruine. Il était temps d'arriver !

Le parcours de ce jour est toujours le long de la Mayenne. Je passe Laval, la Mayenne est belle, hier c'était presque encore l'été, ce matin je constate que nous sommes en automne, des oiseaux commencent à se rassembler pour la migration.


Laval, sa basilique, son chateau

Au nord de Laval le lit du fleuve se réduit, la pente aussi, il y a un barrage avec son écluse tous les 3 kms. Sur le côté, il y des retenues d'eau bizare, quelqu'un semble connaître. Je l'interroge, et voilà que je tombe sur un spécialiste de la reproduction des brochets en frayère (bassins peu profonds sur une prairie). Au bout d'une demi-heure j'ai presque tout compris. Pas sur ! Alors si ça vous interesse, vous cliquez sur le lien qu'il m'a indiqué : Frayères à brochets

Enormément de pêcheurs sur cette rivière et il semble qu'il y a du poisson !

Ensuite arrive la ville de Mayenne.

Mayenne, sa basilique avec la statue de Jeanne, son Chateau 

Après Mayenne, la Francette abandonne le chemin de hallage et on bifurque sur une ancien voie de chemin de fer désafectée. Sauf sur un tronçon ou un "vélo-rail" subsiste pour amuser le touriste. Plus tard, on quitte cette voie provisoirement pour des petites routes bucoliques. Au nord de Mayenne, c'est le département de L'Orne.

Le chemin est très vallonné parmi les champs ou paissent les vaches laitières. Il y a beaucoup de pommiers à cidre. C'est le début de la saison du ramassage.

A droite une sorte de lière d'une couleur pas banale 

Je fait une pause à Domfront. C'est près de ce village que je croise la "Véloscénie" que j'ai parcouru en septembre de l'année dernière (Paris/Mont Saint-Michel).

Je pose le vélo chez un riverain pour aller voir la cité médiévale.

Domfront citée médiévale
Au dessus, une petite famille rencontrée sur le bord de la voie SNCF désafectée 
Aujourd'hui 115 kms au compteur
46

Bonjour. La pluie est passée cette nuit et ce matin le soleil est de la partie. Mais quelques degrés ont disparus et un petit vent froid viens du nord. Ce matin je rajoute une couche de plus !

Et une couche de connerie aussi car je fais une fausse route dès le départ. Je conprend après coup qu'il existe une variante pour rejoindre Pont d'Ouilly en passant par Condé sur Noireau. Il me faut 5 kms pour comprendre et revenir en arrière prendre l'autre voie par la Roche dOëtre.

Une étape sportive qui mérite l’effort consenti pour atteindre La Roche d’Oëtre. Du haut de ses modestes 118 mètres, un panorama grandiose sur les gorges boisées de la Rouvre se dévoile. Petites routes bocagères agréables mais pentues.

La roche d'Oëtre , pas de quoi faire le détour !
Pont d'Ouilly 

Entre Pont-d'Ouilly et Thury-Harcourt, une étape très nature dans la Suisse Normande. On longe les méandres de l’Orne et ses gorges de granite sculptées.

Entre Thury-Harcourt et Caen, on reprend le tracé de l'ancienne voie ferrée. Il y a un deuxième vélo rail après celui de la Mayenne, celui de l'Orne !

Arrivée sur Caen par l'hippodrome et le parc. Le plus beau monument est sans aucun doute l'abbaye aux hommes. Pas le temps de visiter, je passe mon chemin, j'en ai visité une l'autre jour !

Abbaye aux hommes 

Pour terminer son parcourt la Francette longe le canal jusqu'à Ouistreham. Et j'arrive sur le fameux Pegasus bridge. Enfin ce n'est plus lui, car il est à coté posé au sec pour le musée. A sa place il y a le pont de Benouville qui est plus long et reconstruit en lieu et place après la guerre.

Mais dites donc, que viens faire Pegase le cheval ailé pour le nom de cet ancien pont. Réponse avec ce lien pour les plus curieux d'histoire : PEGASUS BRIDGE

A partir de Ouistreham je tourne à droite sur le fameux pont pour récupérer la piste cyclable de la côte fleurie. Au début ça va, mais dès qu'arrive les villes balnéaires, pas de piste cyclable ! Franchement c'est une honte, car ces villes "bourées de fric" ont quelques voies cyclables, mais toutes petites, pour aller "acheter le pain". Rien pour les traverser ! Terminus Villers-sur-Mer, car je n'ai presque plus de batterie. Il faut dire que l'étape était très vallonnée et au final il y avait un petit vent du nord de face ...

Demain temps correct prévu, attention aux pluies en fin de journée. Je vais essayer de passer le pont de Normandie et rejoindre la côte d'albatre.

120 kms 
47

Salut la compagnie ! Chouette, le temps est resté beau mais froid jusqu'à 14h. J'ai suivi la côte fleurie pour passer le pont de Normandie.


Hé Gaël et Evann il y a des diplodocus vert à Villers sur Mer






Je passe en vitesse dans les cités balnéaires hupées. Je ne foule pas les planches de Deauville, j'y roule carément dessus.





Après Trouville, je trouve la côte plus naturelle, moins bétonnée. J'aime bien le petit port de Honfleur

Honfleur 

Après Honfleur je prend la direction du pont. L'accès pour les vélos est très mal indiqué et je tourne un peu en rond. Ce pont est très impressionnant quand on roule sur la bande cyclable de un mètre de large. Aussi le tablier est franchement bombé d'au moins 20 à 30m, une petite pente en quelque sorte.

Il y a aussi un passage piéton des deux cotés et sous le pont un passage pour des visites pour touristes.

Après l'impressionnant ouvrage, en vélo, il faut une demi-heure pour traverser l'immense zone portuaire et encore autant pour traverser Le Havre.

Le pont de Normandie 

Le tramway est beau dans cette ville. J'ai pu voir de plus près toutes ces constructions refaites en urgence après la guerre après la destruction presque totale du centre ville. Auguste Perret l'architecte à reconstruit en osature béton armé. Aujourd'hui la critique est facile, mais c'était très moderne pour l'époque.

Le Havre 

Au nord de la métropole, j'accède à coté de l'aéroport à la voie cyclable de la côte d'albatre. Elle est constituée de petites routes vicinales plutôt glissantes en cette saison ou les agriculteurs sont en plein travail (betteraves). La Côte d'Albâtre est constitué de 130 kilomètres de bordures maritimes et de falaises entrecoupées de valleuses. Ce sont des saignées qui descendent à la mer. La descente est fun, mais après il faut remonter, et il y en a beaucoup. Je termine avec la pluie à 16h à Etretat. Ce n'est pas très chouette sous la pluie Etretat et pourtant les hôtels sont plein, pas de crise içi ! C'est seulement au 4ème hôtel que je trouve une chambre, la dernière avec douche sur le palier !

Etretat sous la pluie 

Demain le beau temps devrait revenir et je vais essayer de rejoindre la véloroute LONDRES/PARIS à Dieppe. Ce sera un autre jour !


90 kms 
48

Ce matin après les pluies de la nuit, le ciel s'est découvert progressivement. Je quitte Etretat avec un petit rayon de soleil. Ça grimpe immédiatement de 100m et celà va se reproduire à chaque visite de ville située au fond d'une valleuse ----> Valleuse

C'est pourquoi je recommande au cyclistes du dimanche de ne pas se lancer dans cette voie verte sans vélo à assistance électrique. Regardez le profil de l'étape d'aujourd'hui et vous comprendrez que la multiplication de ces petites côtes finiront par vous user !

Je trouve ces petites routes de campagne plutôt banales car on trouve les mêmes partout dans nos régions. Je m'imaginais que la route se situait plus près de la fallaise et je suis déçu. Et puis j'arrive par la corniche ouest sur Fécanp et je suis emmerveillé par la vue et les contrastes de couleurs.

Fécamp 

Ensuite direction Saint-Valéry-en-Caux et c'est toujours aussi bien...

Saint-Valéry-en-Caux 

Sur la lancée, direction Veules-les-Roses pour confirmation...

Veules-les-Roses 

Une discution avec un touriste me décide de faire l'impasse de Dieppe. Je coupe en dessous et je rejoint à Arcq-la-Bataille la voie verte Londres/Paris.

Elle longe la rivière Bethune et des base de loisirs ensuite elle emprunte une ancienne voie SNCF. Elle est balisée "avenue verte", elle mérite bien son nom car elle est entièrement goudronnée et en parfait état. Terminus à Neufchatel-en-Bray.

125 kms 
49

Bonjour. Départ matinal sous un ciel pluvieux. Beaucoup d'humidité dans l'air. Mon optimisme est au plus bas, quand je reprends l'ancienne voie SNCF jusqu'à Forges-les-Eaux.

Ensuite la voie verte reprends les petites routes campagnardes et bucoliques du pays de Bray. Et ce qui devait arriver arriva ! Une averse durable me tombe dessus et je me réfugie dans un abribus avec des écoliers qui partent en ville. Un père de famille, un agriculteur me propose de me faire avancer pendant la pluie car il possède un porte vélo à l'arrière de sa voiture et il se dirige dans la même direction que moi. Nous voilà donc partis pour visiter un peu le pays de Bray en voiture sur 25kms quand-même !

Le pays de Bray est à cheval entre la Seine Maritime et l'Oise

Le pays de Bray 

Il me dépose quand la pluie cesse à 20 kms de Beauvais. Ainsi je suis devant la cathédrale à 10h30. Après une visite rapide, je me dis qu'il est peut-être possible de rentrer vu tout le temps qu'il me reste pour cette journée.

Cathédrale de Beauvais 

Le soleil est maintenant compètement revenu. Je prends la direction de Clermont. On y retrouve un peu les caractéristiques du pays de Bray. Ensuite quelle belle étape à travers la forêt d’Halatte, par la chaussée de Pontpoint (de la majestueuse abbaye du Moncel à Senlis). Ce tronçon est commun avec la véloroute européenne des Pèlerins (EV 3).

Je passe Senlis sans perdre de temps car je connais déjà cette ville. Pour rentrer il faut traverser la forêt d'Ermenonville et passer à côté de la mer de sable. Après Dammartin-en-Goële ça devient difficille pour cause de batteries presque à plat. Heureusement nous sommes en terrain plat. Je fais une pose d'une heure à Claye-Souilly pour boire un panaché me reposer et recharger un peu la batterie dans un bar.

Ce petit coup de pouce d'énergie me permet de finir cette énorme étape en assez bon état. Je termine avec 156kms au compteur et plus de 7h de vélo ! Sans ce départ matinal et les 25kms parcouru en voiture pendant la pluie, je pense que j'aurais du faire une étape pour la nuit vers Senlis.

Bilan de ce voyage demain après un repos bien mérité !

155kms  

Voilà la ballade de ces 7 derniers jours que j'ai additionné. 770 kms pratiquement en totalité sur voies vertes. Un petit bout de Loire à vélo + un gros morceau de la Francette + la voie verte de la côte d'Albatre + la partie française de l'avenue verte Londres/Paris. J'ai bénéficié d'un temps clément pour les premiers jours et j'ai eu une dégradation sur les trois derniers jours. J'ai beaucoup apprécié cette nouvelle voie verte la Francette que je recommande car elle est très variée et très sécurisée.

770 kms  

A l'heure ou j'écrit, je ne sait pas si mon tour de France est terminé. Mais s'offre à moi encore pas mal de possibillités au nord et à l'est ! Alors "Hasta la vista" ou alors en français à la revoyure peut-être sur ce carnet de voyage ou bien un autre ........