Carnet de voyage

Caminos "Olvidado" y "Invierno"

12 étapes
26 commentaires
3 abonnés
Dernière étape postée il y a 7 heures
Je lis ce titre à haute voix et je me dis que déjà c'est tellement exotique! L'idée de cette glissade direction Santiago me plaît terriblement. Je n'ai pas trop creusé le sujet, on va bien voir!
Juin 2024
5 semaines
Partager ce carnet de voyage

" Quasi premier jour " parce que m'est venue la sensation que le premier jour du voyage est sans doute celui où l'on quitte son domicile. Je tempère ce fait, malgré tout, par "quasi" parce que je vais faire beaucoup plus de train et de bus que de marche à pied. Une petite " journée " de marche suivie du transfert à la seconde (journée). 16kms puis je rallie Bilbao, point de départ du camino olvidado, que j'atteindrais en début de soirée (fin d'après-midi pour les espagnols). Dodo prévu dans un dortoir d'hostel plutôt central.

Il y a 2 ou 3 ans j'ai déjà rallié Bilbao à pied, départ de la maison. Je n'aime pas trop re-marcher sur mes traces... sauf pour le merveilleux sentier cathare. Cette fois-ci je la joue façon Tour de France qui régulièrement arrive à la ville étape et repart le lendemain de 200 kms plus loin!


Préparation du jour: 20 kms à vélo (légèrement électrifié) ce matin et 8kms à pied cet après-midi.


À demain si vous le voulez bien!

Ultreia !

2
2
Publié le 10 juin 2024

Petit clin d'œil à Bob Marley en cette journée estivale et gorgée de soleil.

Les 2 premières manches sont gagnées :

les 16 kms pedestres effectués en un peu moins de 3 heures, biscotte un léger stress à l'idée qu'il pourrait y avoir un bug dans la synchro.

train formé à Saint Yzan et précis; pas de contrôle de billet. Avec un peu de culot j'aurais pu économiser 9€60.

Attente du bus à Saint Jean. Un nœud routier coulant de dégueulasserie et de honte. Et encore ....je pars.

Mais pensons à ceux qui arrivent et découvrent Bx dans un recoin de quai, à moitié sous un pont sncf bruyant comme une rave party, et complètement derrière un chantier dont on n'est pas sûr de la date d'achèvement! Ça ne fait pas rêver.

Le changement d'opérateur téléphone se fait en douceur. 2 ou 3 messages pour confirmer que ça s'est bien passé et hop! l'affaire est dans le sac ! C'est tellement bien quand ca marche direct !

La traversée de la frontière a été un peu chafouine, nuages bas mitigés de vapeur pas très franche. Un temps idéal pour Pyréne cachée entre ses pics et ses plus basses cimes, ses monts ronds. Quelques poignées de kilomètres nous permettent de retrouver un temps plus convenable. Hargneux, des nuages blancs s'accrochent encore, mais je pense qu'ils sentent avoir perdu la partie.

Espérons que demain va astiquer les rayons bien comme il faut.


À demain, j'espère.

3
3
Publié le 11 juin 2024

J'avais prévu Gueñes, je suis à Zalla.

J'avais rêvé le soleil, la pluie n'a pas cessé.

Ça me fait légèrement penser à du Brel, mais ça n'en est pas! Simple réalité des choses. Il vaut mieux faire le dos rond et s'adapter gentiment.

De fait à Gueñes il y a un petit bug dans les infos qui circulent, et donc il n'y a pas (plus) d'albergue pour peregrinos. Voilà. C'est plus clair quand on le sait.

Donc Zalla, 4kms plus loin. Gîte tout nouveau tout beau. 1er français à bord! Quand je rajoute le trajet de ce matin, de l'auberge de Bilbao à la cathédrale j'arrive à un chiffre assez conséquent pour une première étape.

Mais je suis ravi; à part la sortie des pourtours de la ville (crades comme ils le sont presque tous), c'est une jolie balade qui commence par environ 4 bornes sur des quais totalement ouverts aux piétons et qui passe le long du musée Guggenheim. Belle mise en jambe!

Après 2 heures de résistance forcenée d'un temps juste maussade (voire chagrin), la pluie finit par gagner. Moyenne et irrégulière elle impose le port du poncho Action (le roi des ponchos, je le rappelle). À 3 reprises je l'enlève, le roule, le range et systématiquement la pluie s'est à nouveau invitée m'obligeant à déplier et ré-enfiler promptement mon poncho Action (le roi des ponchos).

Au final ce sont un jeune espagnol dynamique et 3 honduriens et honduriennes designés volontaires qui m'accueillent avec gentillesse. Le site a ouvert il y a 1 mois et je serai, si je les crois, pourquoi pas, le premier français parmi la trentaine de bénéficiaires hébergés. Du coup photo sur le seuil!

1 par jour, pour un chemin méconnu, ça me paraît un bon chiffre.


Pour demain, projet inchangé; je ne sais pas vraiment où je vais m'arrêter pour la nuit.


Passez une bonne fin de journée.

À demain j'espère.


Kilomètres parcourus 34,86kms

Heure d'arrivée 14h10

Je  (en rouge) retrouve à la cathédrale  le chemin de référence (en noir).
Je (en rouge) retrouve à la cathédrale le chemin de référence (en noir).
Partie en plein air du musée de la mer
Partie en plein air du musée de la mer
Matérialisation du doute.
Matérialisation du doute.
4
4
Publié le 12 juin 2024


Après une nuit calme et reposante, je commence à finir les préparatifs de départ sans quitter mon duvet. Puis je m'éjecte en souplesse du sac de couchage et finis par m'exfiltrer du bâtiment sans, apparemment, réveiller les hospitaleros honduriens qui ont dû rien entendre. Il est 7h1/4.

Café con leche et chocolatine. Je comprends tout ce qu'on me dit et je m'exprime plutôt facilement. Ça va être une bonne journée.

Un rien de brume, par nappes. Ça va se lever.

Le profil est assez plat, je n'hésite pas longtemps à y faire face, tant et si bien que j'arrive promptement à Nava de Ordunte, Nava de Mena sur certaines cartes.

Le propriétaire de l'albergue (donativo) est l'amabilité et la gentillesse faites homme. J'ai confusément l'impression qu'il m'a pris pour le messie et ce d'autant plus qu'il souhaite me photographier ici, devant l'entrée, tout de suite. Je me défais de mes illusions quand je comprends que ma photo va rejoindre les autres (la même avec seulement le sujet qui change) dans un dossier baptisé "amigos del camino". Assez émouvant.

Une armoire vitrée contient des dizaines de documents, objets, badges lui rappelant le temps où c'était lui qui pérégrinait et que l'on aidait. Il m'en fait rapidement le détail (oxymore) et nous nous en sortons en moins de temps que je n'avais craint.

Il me recommande un resto totalement local et qui est une pulperia. Là, on devient vraiment amis.

Le chef, barman, propriétaire et serveur m'en prépare une assiettée que je ne vais pas oublier de sitôt! C'est bien, ici.

Il faut en profiter parce que demain va être moins marrant. 35 kms annoncés et pas de solution intermédiaire.

Je crois que je viens de sortir du pays basque, de Biscaye précisément.


Bonne fin de journée

À demain j'espère


Heure d'arrivée 11h30

Distance parcourue 19,5 kms

Beaucoup de communication pro-palestinienne et pro- ukrainienne sur les murs.
Beaucoup de communication pro-palestinienne et pro- ukrainienne sur les murs.
Une belle porte romane qui défend un pont. Beaucoup plus belle que la photo.
Une belle porte romane qui défend un pont. Beaucoup plus belle que la photo.
Le pont sur la rivière Cadagua
Le pont sur la rivière Cadagua
Buey (bœuf espagnol)
Buey (bœuf espagnol)
5
5
Publié le 13 juin 2024


Décollage 10 mns environ avant 7 heures. J'ai mis ma polaire, ça pince sérieux. Je me sens détendu.

Hier soir j'ai terminé Aliéne, prix Inter 2024, et démarré La compagnie des spectres, de Lydia Salvayre. Bizarre, mais je sens que je suis rentré dedans.

J'aime beaucoup les paysages que je traverse ici. C'est une belle campagne, verte, boisée, offrant des dénivelés, des courbes, des forêts, des cultures, un peu de tout, en fait. Je ne pense pas que l'on puisse s'y ennuyer. Et le fait est que je ne vois pas le temps passer. Donc je passe par un chemin où je n'aurai pas dû me trouver; plus tard je grimpe indûment une pente rocailleuse, sans doute par excès de confiance et manque de contrôle. Ça ne m'énerve même pas. Une erreur compense l'autre et je n'ai pas l'impression de m'être "paumé" . Tvb.

J'ai appelé l'albergue de Espinosa en marchant et j'y arrive pour finaliser la location. Là j'ai failli avoir une crise de nerf; tout est piloté par informatique, reza, règlement et ..... ouverture de la porte. Je suppose que c'est moderne mais ça m'exaspère. Ce qui est sûr c'est cette p..... de machine refuse le numéro de ma CNI qui comprend 3 chiffres de plus que ce qu'elle attend. On veut compenser par mon n° de passeport. Je ne l'ai pas. Ça devient kafkaïen. Pourquoi ne l'avez-vous vous pas? Mais madame, je suis européen, ma cni est tout à fait suffisante, c'est votre programme informatique qui ne fait pas son boulot. Oh la la, ça ne s'est jamais produit. Etc etc jusqu'à obtention d'un code de dépannage par téléphone.

Actuellement la porte s'ouvre si je le demande à un service, qui est peut-être au Bangladesh, à partir de mon téléphone que je tiens prudemment devant la gâche. Jusqu'ici ça marche.

À part ce détail le village est plutôt joli, avec un centre ancien tout à fait agréable. Ici les gens sont sympas, souriant et communiquent sans chichis. L'albergue est confortable.

Je vais quand même les quitter demain matin pour je ne sais où, à 23/24 kms d'ici, en fonction de l'ouverture ou non d'une albergue en concurrence bien innocente avec une casa rural, les deux étant espacées de 800 mètres environ, dans deux villages aux noms évidemment différents ! Cornélien !


Je vous souhaite une bonne fin de journée.

À demain j'espère


Heure d'arrivée 13h50

Distance parcourue 36,2kms

On peut deviner la gâche informatisée sur la porte! Grrrrr
Préparation de la fête du Malabar dans un proche pueblo.
Mon sympathique hôte d'hier, Adolfo. Il a pas l'air en forme sur cette photo...
Étonnante cérémonie musicale avec 12aine de guitares et danseurs, dans l'église.
6
6
Publié le 14 juin 2024


Démarrage vers 7h.

Il ne fait ni chaud ni froid. Le temps est moyen. une haute couverture de nuages nous protège. J'entends les chiens qui aboient à proximité et je sens clairement cette odeur merveilleuse du foin en train de sécher.

Ça va être une bonne journée !

J'ai un peu de mal à démarrer, mais je m'applique à profiter pleinement, encore une fois, des paysages que je traverse. Pendant plusieurs kilomètres, plutôt qu'en "pèlerinage" je me trouve en randonnée, voire en course d'orientation. En effet il ne faut pas perdre le terrain des yeux, qui peut révéler de petits indices sur l'orientation, la direction à prendre. Il faut bien considérer que je ne décèle guère de traces de marcheurs dans les herbes qui sont bien dressées, à la recherche de la lumière. Sur les sites ouverts, comme hier des plateaux enherbés, ou aujourd'hui de vastes pâturages, il faut y aller a visto de nase ou les yeux vissés au Gps. Étonnant de constater ce manque. À plusieurs reprises, malgré la qualité globale du fléchage, je me trouve au bord du doute.

La Engaña est tout près de l'entrée de Pedrosa. C'est un Hostal rural. Je héle un gars qui y fait des travaux. La maîtresse de maison me reçoit et nous faisons affaire. Pas d'auberge localement , donc je casse la tirelire. Ça reste raisonnable mais je note un changement de standing!

Réalisant que nous entrons dans le week-end je passe des coups de fil, au cas où, à mes supposés futurs points de chute. Les 2 jours à venir sont maintenant assurés.


Je vous souhaite une bonne fin de journée.

À demain j'espère.


Heure d'arrivée 11h58

Distance parcourue 23kms

La Engaña.
Pont de bois ou pont de pierres?
Passage sur rondins pour équilibriste.
7
7
Publié le 15 juin 2024

Hier en fin d'après-midi 2 mecs sont arrivés à la Engaña. Mila (signifiant miracle??? dixit Mila) nous met en contact, poliment. Échanges verbaux d'usage puis chacun repart dans son monde. Ça a pris moins de 5 mns. Ça mange pas de pain.

J'ai dormi comme un bébé. Il est tôt lorsque je me réveille. J'attends un peu, couché ; je finis de boucler mon sac, tout doucement ; je me force à ingurgiter un café franchement dégueulasse et je mets les bouts, en n'omettant pas de mettre ma clef à l'endroit convenu.

1,5 km de bitume pueblien (néologisme) et me voilà embarqué dans une succession d'allées cavalières, de pistes, de chemins déroulant la trame de ce camino dans des cadres variés du plus bel effet. Je règle un compte avec moi-même en décidant que à partir de maintenant c'est mon corps seulement qui décide du rythme de la progression. Pas ma tête. Ca me fait un bien fou.

Quelques belles rencontres, dont un homme qui cultive son potager tout en calculant mon approche. Il parle comme robinet, passant du castillan au français avec allégresse. Tout y passe, sa fille à Juvisy, ses vacances à Biganos et le temps enfin beau, enfin on croit...

Une dizaine de kms de bitume plus loin, à un carrefour où je me figeais dans une hésitation déplorable un employé Smurfit Kappa me confie ne plus avoir que 2 ans à attendre la retraite. Il ne sait pas trop si il doit en être heureux. Puis il me dit de prendre à droite et à la voiture grise à gauche. C'est plus beau, par là.

Encore 2 rencontres de ce tabac en remontant Arija. Je pense que "les gens" ont besoin de ces rencontres avec de parfaits inconnus pour évacuer sans risque ce qui leur tourne dans la tête, serait-ce futile et sans importance.

Bon accueil au camping. J'ai du mal à totalement intégrer que je suis en Espagne sur une belle plage ..... à 840 mètres d'altitude.

Le resto a des difficultés à se re-mettre en ordre de marche. Il faudra une heure d'attente pour recevoir un sandwich léger comme une plaque de fonte. Je ne sais pas comment on fait ça. Faut avoir très faim et pas de choix sérieusement envisageable pour se décider à l'attaquer. Le gros avantage c'est que après, tu es calé.

Demain Olea, à 32 bornes. Je vais voir si je peux pas couper le fromage. Juste un peu. Une petite tranche.


Bonne fin de journée !

À demain j'espère


Heure d'arrivée 12h20

Distance parcourue 27,7kms

Au carrefour de mr Smurfit. La modification du panneau me plaît beaucoup !
Batterie d'éoliennes battant des ailes
8
8
Publié le 16 juin 2024

Loger dans un cabanon en bois, ça me plaisait bien. Je me suis calmé vers 4 heures du mat, réveillé par le froid. Niveau thermique ces cabanons de base sont nuls: il fait à l'intérieur la température de l'extérieur à peine modulée.

Je me mets en mouvement un poil avant 7h. Il fait froid, mais je sens que ça va se lever.

Ça se lève.

13kms de trait de côte par route sinueuse en quelque sorte. Ca fait assez "riviera". Il est temps de passer à autre chose et précisément s'ouvre le champ des possibles!

Je suis à la sortie de Las Rosas.

La trace gpx que je suis continue tout droit par la côte, à gauche une portion de gr99 qui me plaît bien, doublée maintenant par un marquage officiel camino olvidado. Je penche à gauche et donc vote à l'unanimité pour cette option qui va retrouver de la montagne basse, de belles pistes et finalement sur l'altiplano des sentes effacées par l'enherbement naturel. Un troupeau de chevaux, juments et quelques poulains est là, vivant sa vie sans que je ne les gêne le moins du monde. Je passe au milieu du groupe sans qu'ils ne manifestent de désapprobation; juste un léger mouvement pour me laisser passer. Magnifique. Plus tard je croise quelques vaches au comportement équivalent. Environ 6/7 kms sur ce plateau me collent aux alentours du 7ème ciel.

Retour sur terre mais pas que. Il me faut grimper la hauteur qui se dresse paisiblement devant moi. Le gps m'indique l'emplacement de la piste. Nada. Je croise, je zig et je zag tout en avançant dans les herbes hautes et au bout de quelques dizaines, peut-être 100 mètres la voici. Je ne la lâche plus et après 1,5 ou 2 kms elle me pose sur un chemin curieusement herbeux et rocailleux à la fois.

Cervatos est à ma disposition. J'y prends, au foyer local me semble-t-il, une mousse, un bocadillo chorizo fromage. Un café solo et la cuenta.

Plus que 5 bornes dont 2 en sous-bois assez difficiles au niveau navigation.

Village ancien dont une partie est vraiment très jolie, bien restaurée entretenue, mais qui a été atrocement mutilé par la traversée d'une carretera qui le défigure.

Mon logement est une maison ancienne refaite façon catalogue déco. On doit pouvoir aimer, mais l'âme n'était pas comprise dans le devis. Ca manque.

J'ai peur que la daronne ne se soit plantée dans le tarif annoncé. On va voir ça !


Je vous souhaite une bonne fin de journée

À demain j'espère


Heure d'arrivée 14h30

Distance parcourue 31,7 kms

Déco patchwork. Le bled et ses environs en sont plein. C'est à vomir!
Au bord de la retenue d'eau de l'Ebre. Bucolique.
Panneau de région. Métal perforé. Même méthode pour le camino olvidado.
Ma niche. Au bord d'une fenêtre une chaussette finit de sécher. C'est beau aussi
9
9
Publié le 17 juin 2024

La dame qui m'a logé dans sa casa rural a bien rigolé hier soir en passant pour les formalités administratives. Elle me dit Je ris parce que je suis née la même année le 01/01! Du coup elle est allé chercher de quoi me faire un bon desayuno ce matin.

J'ai donc pris la route un peu plus lourd que d'habitude mais d'extrémement bon poil.

Ça a déroulé gentiment en intercalant une petite marche d'orientation de 3 4 kms. Temps très beau avec un léger voile d'altitude blanc et ajouré, si j'ose dire. Un léger vent me maintient agréablement à une température "raisonnable ".

À Aquilar, ne trouvant pas de logement qui me convainque je décide de faire quelques courses puis de partir au camping à 4kms de là. Ce sont typiquement les kilomètres les plus longs. Le Monte Royal. Une espèce de gros machin qui a un caractère très bonne franquette et qui actuellement tourne encore au ralenti. 10 € ttc le cabanon.

Passons les détails d'installation.

Le Monte Royal n'est pas sur la route de demain. Hors de question de retourner à Aquilar, pour en repartir aussitôt. Ça ferait 4kms de aujourd'hui ET demain juste pour dormir. Flûte. J'ausculte mes cartes, je tire sur la loupe comme pas permis, je dessine ce qui pourrait être mon nouveau départ de demain qui rattraperait le "normal" au niveau du 3ème km. Au café bar du cpg, qui pourrait contenir 2 salles de bal à lui seul, j'entreprends poliment 2 petits jeunes de mon âge. (Faut pas être géné, avec mon charabia !) Ils sont d'ici, ils voient bien le projet trajet et le valident !

Merci les gars!

Donc demain va commencer par un jeu de piste dans les bois et se terminer en longeant le mur de containment de la retenue d'eau locale. Pas mal.

D'ici là, soyez sage


Bonne fin de journée

À demain j'espère


Distance parcourue 23,3, puis 3,8 (-> camping)

Heure d'arrivée 11h55 puis 13h20

Arrêt bus équipé hiver!
Ben oui. Il doit neiger sérieusement ici, on voit ces poteaux partout.
Déplacements romains antiques; je voulais surtout montrer les coloris des fleur
10
10
Publié le 18 juin 2024


La pluie me réveille doucement vers 6h. Ça me fait légèrement râler. Je me tourne, me retourne; rien à faire, je traîne un peu, finalement me lève; il est 20.

Décollage vers moins le quart. Je mets en œuvre les projets initiés hier sans aucune difficulté particulière, si ce n'est le passage d'une montée rugueuse en diable qui casse bien les jambes. À la demi je suis de l'autre côté de la zone à traverser, les deux pieds sur le camino proprement dit.

Il fait doux, le sol est encore luisant de pluie. Alternance de route et de piste. L'ensemble est agréable et plutôt facile à marcher. Et puis la pluie revient et ne lâche plus l'affaire. Elle est comme une ligne pointillée, même quand elle ne tombe pas, je sais qu'elle est là. Une fois ceci compris je ne fais plus que mettre ou rabattre la capuche de mon poncho (A....n). Au début je l'ai enlevé puis remis 2 fois; trop rapide le rythme, je fais plus que ça. Marcher ou se changer, j'ai choisi.

À Salinas je fais une petite pause. Un petit papy fume le cigare à l'extérieur du café. On refait le monde 2 minutes. Je commande un café, un croissant en sachet. Dans les cafés je ne prends pas de madeleine industrielle de peur, ensuite, d' avoir des souvenirs aseptisés et sans saveur emballés sous papier transparent.

Encore 12kms de piste droite sur la carte, gentiment sinueuse en fait.

Hostal, ce soir. Ce ne sont pas les hébergements qui manquent ici, mais pour une raison que j'ignore il n'y a rien de vraiment dédié aux petites gens, du type randonneurs ou pèlerins.

Vous le voyez, une journée sans grand rayonnement passée la tête dans une poche plastique. Demain sera sans doute l'étape la plus longue avec ses ~38kms.


Bonne fin de journée

À demain j'espère !


Heure d'arrivée 13h15

Distance parcourue 30,6kms

Ma niche d'hier, à gauche.
Des rouleaux de pailles pas près d'être secs.
Voilà ce que donne une exposition excessive au soleil. La pluie ne peut rien.
11
11
Publié le 19 juin 2024

Flash dans la nuit. Au petit matin plutôt.

Vers 6h je consulte Gronze ( ref espagnole des caminos). Ils préconisent Santibañes comme étape, à une distance qui s'équilibre bien dans l'ensemble. Mais pas d'albergue suggérée. Le matin on est plus lucide. Je secoue le cocotier dans tous les sens et apparaît une bonne possibilité abordable. Il "suffit" de s'inscrire à un site. On sait comme j'aime ça. Bref, je fais tout qui faut, et ça marche. Reza faite en marchant vers 10h. Youpi !

Dès les premiers mètres j'ai légèrement modifié mon chemin. Hier, alors que je m'étais encore une fois trompé de chemin (grrr!), je vois sur la route une fléche jaune qui indique un fourré touffu et totalement humide en bordure de forêt. Plus tard j'ai compris que c'était le fléchage du lendemain. Me souvenant de l'état des lieux j'ai donc réagi en passant par une route parallèle pendant 1km.

Excusez ces considérations un peu techniques qui font partie du quotidien du marcheur et prennent de la place. Je ne raconte pas, j'évacue!

Après ce détour le chemin (et moi avec) plonge dans une magnifique forêt, dégoulinant encore des pluies de la veille. Quelques grosses flaques, mais surtout immensément de plaisir. Je fais face, puis je longe des sommets pelés, sans trace de végétation apparente. Sans doute de la mousse, du lychen. Cela donne un aspect vraiment majestueux à ces montagnes. J'ai tenté une ou deux photos sans conviction. Les monts cantabriques, peut-être ? À voir.

Je suis depuis plusieurs jours aux alentours de 1100m. Les matins sont frileux, vers 18h on se couvre à nouveau. Des traces d'animaux dans la boue récente. Une partie de la piste est composée de terre noire. Plus loin des panneaux de danger entourent une grande zone profondément innondée qui n'est autre qu'une ancienne mine de charbon abandonnée peu à peu au tournant du siècle me dira plus tard mon hôtesse.

Accueil chaleureux de ces basques implantés ici depuis un an. En travaillant beaucoup ils ont réussi à ouvrir cette albergue, simple et de belle qualité à la fois dès juin 23. 3 randonneurs dans la saison. Le basque est un battant, ils le prouvent. Je leur ai glissé des suggestions de communication dans des apps spécialisées. Placé comme c'est, ils doivent ramasser tous ceux qui passent. Affaire à suivre.

Du coup demain devrait également tourner autour de 28kms. Je trouve ça mieux que 37 puis 19.


Bonne fin de journée

À demain j'espère


Distance parcourue 28,8kms

Heure d'arrivée 12h40

Pan pelé.
Pan peint.
Pan oramique.
12
12
Publié le 20 juin 2024

La dame de l'albergue m'a monté un plateau de petit déjeuner hier, malgré ma résistance. J'ai fait quelques prélèvements et laissé un petit complément avant de quitter El Txoko. Ni chien ni chat à l'horizon, alors que la maison en grouille!

Il a dû pleuvoir dans la nuit. La campagne paraît toute propre, rincée. Je me dis que je prendrai un petit kawa à Guardo, à 10kms. Presque que de la piste, souvent en calcaire. C'est facile et agréable à marcher; ça oblige presque à accélérer le pas.

A l'entrée de Guardo une jeune femme me pose 2 3 questions sur le chemin, prend une photo et repart dans son reportage. Traversée et sortie de la ville sont assez space, pour la 1ère fois. Ça tourne, ça vire, je bouffe des ronds-points à n'en plus finir. Comment ont-ils pu faire un truc aussi compliqué dans un endroit modeste comme celui-ci?

Retour à la nature. Je m'enfonce dans une grande forêt de pins, sur des allées de belle taille. Ça me fait étonnamment penser à mon GPS et sa précision affichée de 4 mètres. À ce moment-là son principal défaut serait de ne pas savoir si je suis à gauche ou à droite de l'allée. Ça me paraît supportable.

À propos de GPS je trouve je moyen de manquer un embranchement, nigaud. Je me rattrape grâce à quoi .....? à 4 mètres près !

À 4kms seulement de l'arrivée, en quelques secondes tonnerre et pluie serrée s'installent et ne décrochent pas.

J'entre dans la forêt toute proche. L'orage a cessé, il pleut à verse malgré les arbres, le niveau monte sur le chemin. Je commence à me dire que c'est un jour à se mettre au canopée-kayak.

Encore une de ces villes façon western ; la carretera au milieu bordée de ses commerces, bars, terrasses de salon de thé. Les habitations derrière. À peu près rien d'autre.

L'albergue est à côté de l'ayutamiento, dont elle dépend. Remise du code qui ouvre la boîte qui contient la clef.

Vers 17h30 passage de la dame en charge. Elle n'est pas marcheuse, mais bien informée. Je prends des notes et des photos de documents.

À présent j'écris mon papier du soir en têtant une mousse. 6 dames très bien, dont la plus jeune doit avoir plus que mon âge, s'installent à la table voisine et tapent le carton. Je vous dis pas le bruit!

Je bats en retraite !


Bonne fin de journée

À demain j'espère


Distance parcourue 28,7kms

Heure d'arrivée 12h45


C'est quoi cette plaque ?
Ça a pas de la gueule, ça ?