Carnet de voyage

A la découverte du monde

27 étapes
35 commentaires
10 abonnés
Dernière étape postée il y a 2 jours
Désolé pour ce changement de blog, il a fallu trouver une nouvelle aventure blogeuse car l'autre n'est plus dans nos moyens. Donc c'est partie pour l'Indonésie.
Mars 2018
25 semaines
Partager ce carnet de voyage
1

La lassitude commence à se faire sentir, on est plutôt fatigué de bouger. Donc on choisit de se poser quelques temps. Mes parents devaient nous rejoindre mais malheureusement ils n'ont pas pu alors on décide de s'installer un peu sur Yogyakarta, histoire de poser nos valises. Pour ça, il faut choisir un bon hôtel et ici ce n'est pas ce qu'il manque. On vous le présente, grande piscine , de grandes fenêtre dans la chambre, du linge propre et beaucoup de farniente.

Voilà une esquisse pour voir si il est simple de naviguer sur ce blog. Merci de nous faire un retour en cas de problème ou si c'est vraiment pas simple pour vous. 😀😘

2

Il existe de nombreux temples en Indonésie, dans cette région nous sommes allés en visiter deux. Le premier est une construction bouddhiste, le temple de Borobudur.

Accompagnés de notre super guide et Mathias ayant revêtu la tenue de circonstance, nous voilà partis à la découverte de l'histoire de ce temple datant de l'an 800 environ.

Il fut abandonné puis recouvert par la forêt, ce n'est quand 1814 qu'il est remis à jour. Le monument est en forme de mandala avec plusieurs étages qui représentent les étapes à passer pour atteindre l'illumination, c'est une représentation cosmique du bouddhisme. Sur chaque niveau il y a des sculptures représentants les étapes de la vie, il faut les passer afin d'atteindre la sagesse. Les bouddhas représentés ont différentes postures selon la direction où ils sont, représentant les cinq étapes importantes de la vie de bouddha.

bouddha au zénith
1)Au Sud 2)Au Nord  3) Au zénith 4) A l'ouest deux mains réunis 5)A l'Est, une main vers le sol, il prend la terre comme témoin

Avec la guide, nous avons fait notre pèlerinage jusqu'au sommet afin de méditer sur notre propre existence et sur le sens de la vie.

Sous chaque cloche un bouddha 

On en a aussi profité pour faire une séance photo, le site est très photogénique avec cette verdure qui l'entoure.


Le deuxième temple visité est celui de Prambanan, il est hindou. Il n'est pas fait que d'un seul bâtiment mais de plusieurs temples. De nombreuses structures restent encore en rénovation à cause des séismes mais elles sont peu à peu remontées.

Ce coup ci le guide est un peu particulier et nous avons des difficultés à le suivre. A la fin de cette visite nous n'avons pas compris toutes les subtilitées de la culture hindou. Ce que j'en retiens c'est que ce n'est pas une religion comme on la conçoit, c'est plutôt une philosophie, enfin ça reste très vague quand même.

Voilà notre guide , il a le style quand même et Mathias est un bon éléve

Nous avons fait cette visite avec une amie, Céline que nous avons rencontré au volcan Bromo. Une super fille avec qui nous nous sommes bien entendu. On a donc passé quelques jours avec elle le temps où nous étions sur Yogyakarta.

Merci Céline 
3

Nous quittons notre belle hôtel pour partir vers l'Est de l'île de Java, voir le volcan Bromo. C'est une longue route qui nous attend. D'abord il faut prendre le train, nous en avons pour 9 heures de trajet. Il y a différentes classes dans le train, on choisit celle du milieu, avec des banquettes un peu plus grande, dans la première Mathias n'a pas la place pour ses jambes.

La gare de Yogyakarta 

Jusque là le voyage est agréable, nous arrivons le soir dans la ville de Probolinggo à quelques kilomètres de notre destination. Là, commence le vrai défi, la recherche du fameux bus qui doit nous amener jusqu'au terminus. On se rend au terminal de bus, commence le harcèlement "vous allez où" "je vous emmène" ..... beaucoup de rabatteurs à des prix démentiels. Dans tout ça on apprend que notre bus ne part que le lendemain, c'est en fait un mini bus qui démarre que lorsqu'il est plein. Donc tant pis on cherche un hôtel pour la nuit demain nous serons plus en forme pour affronter toute cette oppression.

Le temps pour nous d’apercevoir les célèbres "voitures coccinelles" revêtues de lumière.

On nous avait dit qu'il régnait une drôle d'ambiance ici, effectivement c'est vraiment le cas, les gens ne sont pas sympathiques dans cet ville par rapport au reste de l'île,c'est très pesant de rester ici. Le lendemain on cherche le bus, mais nous ne sommes que quatre même au bout d'une heure d'attente donc si l'on veut partir il va falloir payer triple. Là, c'est la goûte d'eau de trop. On prend nos sacs et on part à pied de la ville. C'est donc en stop que l'on entreprend notre chemin.

Sur la route on est interpellé par des "Hello" très souvent, puis on rencontre un groupe d’élève sortant de l'école, ils nous courent après pour nous serrer la main, faire un bout de chemin avec nous et bien sûr prendre une photo. On est aussi arrêté plus loin pour un selfie, de vrais stars 😉

Les écoliers 

Lorsque nous étions en ville personne ne s'est arrêté mais des la sortie, on retrouve des gens agréables et prêts à nous aider. De quoi retrouver le sourire et nous aider à marcher sous la chaleur.

Transport 

C'est donc à l'arrière de plusieurs véhicules que nous atteignons notre but en début d'après midi. OUFF. Il a juste fallu faire le dernier kilomètre à pied, le temps d'admirer la végétation luxuriante et mon beau chéri.

Dans la montée vers le village 

C'est étrange mais bien que touristique le coin reste authentique avec des personnes souriantes.

On s'installe à l'hôtel qui nous apprend que nous ne pourrons rester que deux nuits ici car le 17 mai c'est le Nouvel an Balinais, Nyepi, appelé aussi jour du silence. Ce jour là ce n'est pas comme notre nouvel an où l'on fait la fête, personne ne travail et tout le monde médite chez soi. Interdiction de sortir dans la rue et pas de lumière. Ils font la fête les jours précédents. Donc nous devons accélérer nos projets, on dépose nos affaires et partons directement voir la bête.

A l'instant où nous arrivons près du volcan, nous oublions tout, la vue est fantastique, un drôle de paysage s'offre à nous, c'est assez irréel.

Le Bromo 

Aller, vite on descend, j'ai envie de voir ça de plus près et surtout les entrailles du monstre fumant.

La plaine au pied du volcan 

Après la descente et la traversée de ce paysage lunaire, l'ascension commence.

Nous voilà au sommet, l'odeur du sulfate envahie nos narines.

Aux portes du gouffre 

Le soleil commence à descendre et le froid se fait sentir. Il y a bien longtemps que nous n'avons pas eu froid (Non il n'y a aucune nostalgie dans cette phrase). Il va falloir redescendre.

Le soleil teinte les volcans 

On s'installe dans un Warung pour un dîner avant un bon dodo.

Warung au bord de la route 

Le lendemain nous nous levons à 3h15, c'est un peu dur et l'air est frais. Mais nous devons être en haut de la montagne avant 5h pour ne pas louper le lever du soleil sur la vallée. Malgré la fraîcheur on arrive trempé de sueur en haut et l'attente ressemble à ça.

Le soleil commence a faire son apparition, le ciel se teinte de rose et doucement la vallée nous apparaît.

Ça fait du bien de sentir le soleil réchauffer nos visages.

La montée et l'attente ont été éprouvante mais le paysage fut une belle récompense.

Vers 10 heure nous sommes en bas, après une bonne douche on se repose et en début d'après midi il faut de nouveau chercher un mini bus et attendre qu'il se remplisse pour partir, cela a pris 3 heures. Les joies du voyage passe aussi par les galères.:)


Nous sommes contant de retrouver la belle piscine en rentrant, après une nuit passé dans un bus pour retourner sur Yogyakarta où nous avions laissé nos gros sacs.

Ah de vrai routard 😉
4
4

Nous sommes ici depuis quelques temps mais nous n'avons toujours pas aperçue la mer, alors que nous sommes sur une île. Si on partait dans le Sud en chevauchant un scooter.

Voilà la bête et l'autre bête dessus 

Moyen très économique et passe partout pour circuler, il y a juste nos fesses qui en gardent un mauvais souvenir. Sinon, on a adoré, ça nous a permis d'aller et de s'arrêter quand on voulait au milieu de la verdure.

On fait une halte sur le chemin afin de visiter une grotte, c'est parait de nos casques, nos lampes et nos bottes que l'on part à l'assaut de ce grand trou.

Là, on a la classe 😉
C'est tout mouillé que l'on retrouve la lumière 

On remonte sur notre bolide ça nous séchera. Voilà ce que l'on a rencontré sur le chemin.

On ne vous cache pas que l'on a aussi eu le droit à notre dose de pluie, quand ça tombe il faut vite se mettre à l'abri, car en deux minutes nous étions trempés.

Le soleil revient peu à peu

On peut reprendre notre chemin, pour atteindre la côte et ces belles plages.

Pendant que certains se baignent, d'autres ont sorti la canne à pêche.

On quitte les belles plages, pour aller faire un tour sur la plage des pêcheurs.

Avant de quitter la côte on prend un peu de hauteur afin d'avoir une vue panoramique

Gare à l'orage qui se profile à l'horizon 

On ne va pas trop traîner par ici car il faut rentrer sur yogyakarta

5
5
Publié le 27 mai 2018

Bientôt un mois que nous sommes en Indonésie le temps est passé à toute vitesse.

Nous n'avons pas le droit de rester plus d'un mois sur le territoire Indonésien sans visa, il nous faut donc sortir et revenir dans le pays pour pouvoir y rester un mois de plus. Nous avons donc choisi un aller-retour pour Kuala Lumpur, ce n'est pas trop loin et le billet n'est pas trop cher.

Avant de prendre l'avion, on passe quelques jours sur Jakarta, une très grande ville avec beaucoup d'animation. Pour rejoindre la ville il nous faudra faire 9 heures de train.

vidéo prise du train 

La première chose étrange fut les bus, très modernes et propres avec une séparation entre hommes et femmes. Au début je m'assois avec les femmes laissant Mathias au fond du train « SNIFF » , après observation, en faite il y a une zone exclusivement réservé aux femmes mais elles peuvent très bien, si elles le souhaitent, s’asseoir ailleurs. Le pays est à 80 % de religion musulmane, c'est peut être l'explication. En tout cas elles n'ont aucun risque d'être importuné par un homme car le Monsieur du bus veille bien à cette séparation.

Mathias au fond du bus 

Nous sommes allés visiter la place principale de la ville avec ses vélos multicolores et son café colonial.

Sur cette place nous attend une armée d'écolier qui viennent à tour de rôle faire des interviews en anglais afin de s'exercer, on ne peut pas faire deux pas avant d'être interpellé.

Trop de succès auprès des femmes 

On est obligé de fuir la place. L'occasion d'aller faire un peu d'histoire au National History Museum placé sous une grande tour la Masuk Monas.

Masuk Monas 

Très beau musée qui regroupe l'histoire du pays sous forme de maquettes. Après nous sommes montés en haut de la tour pour avoir une vue d'ensemble de la ville.

De là-haut on voit la grande mosquée d'Istiqlal, elle peut accueillir 120 000 personnes.

mosquée d'Istiqlal 

De l'intérieur ça donne cela.

C'est sur cette touche religieuse que se termine notre séjour à Jakarta, il nous faut prendre l'avion pour la Malaisie.

6

C'est partie pour un tour express dans la capitale de la Malaisie.

départ imminent 

Lorsque l'on dit express c'est vraiment rapide. Nous avons parcouru la ville qui, on ne s'y attendait pas, est très futuriste avec d'immense magasin.

J'ai même trouvé un joli doudou mais pas le droit de l’emmené, snif la vie est trop injuste (surtout mon sac bien assez lourd).

Et pour la FiveTime et ce qui aime les escape game, regardez ce que l'on a trouvé, un petit escape game ça vous tente.

Nous sommes allés voir les tours jumelles Petronas, hautes de 452 mètres. De jour et de nuit ce n'est pas la même ambiance.

Le soir c'est spectacle de lumière et d'eau dans les jardins aux pieds des tours.

Voilà, voilà le petit tour de ville est fini.

7

Mathias les attend de pied ferme pancarte à la main, au cas où ils ne le reconnaissent pas.

Et ça y est ils sont là, enfin

Juste le temps de se retrouver que l'on reprend tous ensemble un avion pour Denpasar sur l’île de Bali.

Plus on est de fou plus on rit 

Arrivé à Denpasar, on passe une nuit ici pour qu'ils se remettent du décalage horaire, 6 heures de plus qu'en France, en profitant des massages Balinais. Qui sont plutôt vigoureux, surtout la réflexologie des pieds où ils nous ont tordu dans tout les sens, ça réveil les sens 😉

8

C'est partie pour 15 jours en Indonésie avec la famille.

On commence par la ville d'Ubud, assez touristique et célèbre pour son sanctuaire de singes. Pour l’occasion on loue une magnifique villa. On aimerait bien avoir la même en France.

Voilà la porte du paradis 

Le soir, on fait un tour en ville et c'est le bar à chicha qui attire la petite troupe.

ambiance tamisée 

Le lendemain, on part à la découverte de la forêt des singes avec des bananes dans le sac et attention à toutes nos affaires car se sont de vrais pickpockets.

Un tour des gardiens du temple.

drôles de gardiens 

Ceci nous met déjà dans l'ambiance. Passé les portes ce n'est pas un singe mais une cinquantaine qui nous entour, on entre en plein cœur de leurs environnements et de leurs vies.

Nous n'avons pas résisté à la séance photo avec distribution de bananes. On a bien rigolé surtout quand les attributs du singe se sont retrouvés sur la tête de Ari.

Il y a quand même de drôles de statues au milieu de tout ce monde.

Maintenant nous allons décerner quelques palmes d'or aux singes

Celui de la mauvaise humeur, nous n'avons pas le droit de jouer avec lui sous peine de représailles, je me suis approchée de lui et il m'a poursuivi avec ses belles dents de sorties et Mathias qui me crie "Mais ARRÊTE de courir", comment voulez vous vous arrêter de courir lorsqu'une bête féroce vous suit.

Il a l'air gentil comme ça, se méfier de l'eau qui dort

Ensuite nous avons le chapardeur rapide, il nous a dérobé une bouteille et impossible de lui reprendre car "reprendre c'est voler" 😀

La dernière palme sera décernée aux ingénus, comment se désaltérer aisément.

Celui qui trempe sa queue pour avoir de l'eau et celui qui patiente au robinet attendant qu'on lui ouvre 

Après cet intermède animalier nous partons dans les rizières, nous avons de la chance c'est la bonne saison, elles sont toutes vertes, le paysage est magnifique.


On va finir cet article avec une belle photo de famille.

Ahah c'est peut être pas celle là que vous attendiez 
9
9
Publié le 6 juin 2018

Aie aie aie, après les massages place à la randonnée. Toute la famille est motivée, il va falloir se lever tôt pour prendre une voiture jusqu'en bas du volcan et monter avant que le soleil se lève.

Le matin, réveil difficile tout le monde est un peu endormi devant son verre de jus de fruit. Puis c'est le départ en voiture, chacun se rendort un peu car il y a 1 heure de route. On arrive à 3h du matin au pied du volcan, notre guide nous attend donc c'est parti on ne perd pas de temps, deux heures de montée nous attendent.

L’ascension est difficile mais tout le monde y va à son rythme et le sommet est enfin atteint. On peut être fière de notre maman qui est pratiquement la seule en haut, autour de nous que des jeunes. S'en suit une longue attente dans le froid, on le sait pourtant mais c'est toujours aussi saisissant se froid qui vous glace après avoir bien marcher, en faite il ne faudrait jamais arrêter de marcher.

Après un sandwiche à l’œuf, on part s’asseoir d'en l'attente du soleil. Doucement il se profile à l'horizon.

Il est notre sauveur et va nous réchauffer.

Le paysage est magnifique, il valait bien un peu de souffrance et d'attente.

Il est temps pour nous de redescendre et c'est un peu la chaîne Indienne.

On a bien le temps de poser pour le photographe histoire de reprendre tous notre souffle, car la descente se n'est pas plus facile que la montée.

En chemin nous rencontrons de nouveau nos """"amis""""" les singes ( je crois que je les aimes un peu moins)

Arrivé en bas, voilà la photo de l'équipe de choc avec notre guide.

La journée n'est pas finie, d'ailleurs elle ne fait que commencer, on reprend la route direction la ferme de café. Ici c'est un café particulier, le Kopi luwak, la graine de café est ingéré et digéré par un animal le Luwak. Ses excrément sont ensuite récupéré puis traiter pour obtenir se café, aux arômes particuliers.

Après la découverte des lieux, nous avons le droit à la dégustation, du café mais aussi du thé.

Personne n'a vraiment adhéré au café au goût un peu spéciale.

10
10

On s'arrête sur la côte à Amed dans un petit hôtel au bord de l'eau.

Sur la plage juste en face c'est un ballet permanent de bateaux qui prennent la mer en quête de bons poissons.

Nous sommes plutôt là pour les observer ces beaux poissons donc on part à la recherche d'un club de plongée.

Notre bonheur trouvé, on se lance pour deux jours de plongée afin d'obtenir l'open water pour aller jusqu'à 18 mètres de profondeur.

C'est un peu le retour à l'école mais en mode pouf, sable, mer et soleil. (Et sieste pour Ari)

Après de bonnes explications, on s'équipe et on plonge.

Voilà nos débuts sous l'eau, on est pas aussi gracieux que nos amis les poissons mais on se débrouille.

Très belle expérience pour nous et Cathy veille sur nous juste au dessus en snorkeling.

Voilà l'équipe hors de l'eau 

C'est stylo à la main, devant notre feuille et ses questions que l'on valide notre examen. On est tous les trois de futurs poissons. Merci à Valérie (notre instructrice) on se reverra surement sur d'autres plongées.

Merci Valérie 

J'ai gagné un bébé en plus. Mais c'est pas juste elle est plus bronzée que moi.

11
11
Publié le 11 juin 2018

On part sur le bleu de l'océan en direction de Gili Trawangan, une île non loin de celle de Bali. Elle est connue pour être fêtarde. La nuit on y boit et on y danse, le matin tout est calme à part quelques palmes au large à l'affût de beaux poissons.

Il nous faut prendre le fast boat pour la rejoindre, accrochez vos ceintures.

Nous sommes là pour une nuit donc on s'installe dans nos bungalows en arrivant puis un saut dans la piscine rafraîchissante avec la chaleur qui règne ici.

Visite de l'île, nous tombons sur une immense mosquée, on ne s'attend pas à un si grand bâtiment sur une petite île.

On ne va pas quitter l'île sans tester son ambiance nocturne, on se lance à l'assaut des bars. Coktails à la main et danses endiablées sur la piste, il y en a un qui n'est pas rentré bien frais (on ne cite pas de nom).

Il a fallu aller se rafraîchir pour tenir le coup, les gens sont déchaînés ici.

Heureusement qu'il n'y a pas grand chose de prévu le lendemain.

Nous reprenons ensuite le bateau pour Gili Air avec une excursion d'une journée sur Gili Meno pour faire de la plongée.

Cette île est un petit paradis sur terre, les gens sont calmes et souriants, il y règne une ambiance décontractée comme si le temps s'écoulait plus doucement. Puis nous sommes entourés de sable blanc et d'eau turquoise.

Voilà un aperçu du paradis

Nous profitons beaucoup de cet environnement paisible et de ces beaux fruits qui nous rappellent où nous sommes.

le fruit du dragon 

Nous partons ensuite pour une journée sur Gili Meno, on embarque sur un bateau direction le club de plongée.

C'est partie pour une nouvelle aventure aquatique

snorkeling pour les filles et plongée pour les garçons 

De retour sur l'île, nous laissons nos bouteilles et partons en expédition pour découvrir les environs. L'environnement est semblable à celui de Gili Air sauf qu'il y a un lac au centre.

Sur le chemin Ari trouve son bonheur, une famille est entrain de casser des noix de coco pour les faire sécher donc il part en négocier une.

Pour finir la journée, un tour de balançoire et on reprend le bateau.

Au revoir Gili Meno et j'espère à une prochaine fois.

Nous rentrons sur Gili Air pour cette dernière soirée, on part voir le coucher du soleil les pieds dans le sable.

Au coucher du soleil ils allument des feux, l'ambiance est encore plus magique.

C'est l'heure aussi de la dernière photo en famille, demain ils prennent l'avion pour rentrer en France

Merci d'être venu nous voir. Le retour a été difficile pour eux car l'avion les ramenant sur Bali a eu deux heures de retard, ils ont donc raté celui pour la France et ont du attendre le prochain le lendemain soir.

12
12
Publié le 13 juin 2018

Après avoir déposé la famille à l'aéroport, nous allons rester quelques jours sur Lombok et faire tout le tour en scooter.

Le 15 et 16 Avril nous restons à Kuta Lombok, c'est une ville très touristique en bord de mer où nous pourrons facilement trouver un scooter à louer. La ville en elle même n'est pas très intéressante, sa plage est tout de même un endroit propice aux promenades, on y retrouve les enfants qui jouent.

On y voit aussi des personnes qui grattent le sable à la recherche de coquillages.

L'endroit est très photogénique, il y tout beaucoup de locaux qui viennent faire un tour par ici et ils n'hésitent pas à venir réclamer leurs photos.

Les alentours de la ville sont très inintéressants, c'est à cheval sur notre scooter que nous partons les découvrir.

D'abord le travail, entre mécanique, séchage du riz et pâturage des vaches.

Puis la visite d'une grotte avec ses chauves souris.

Et enfin le tour des plages, spécialement une, Pantai selong belanak, vraiment fantastique, une gigantesque plage de sable blanc avec une eau translucide et chaude. Nous n'avions plus envie de partir.

Je ne sais pas si j'ai envie de partir un jour de ce pays, c'est un peu le coup de cœur.

13
13
Publié le 15 juin 2018

On a vu les gilis du Nord alors pourquoi ne pas aller voir celles du Sud. Pour cela il faut se diriger vers la péninsule à l'ouest c'est deux heures de trajet toujours sur notre destrier.


Le décor est différent, il y a moins de monde et pas un seul touriste à l'horizon. Juste des vaches locales.

On voudrait faire du snorkeling autour des îles Gili Asahan et Gili Layar. Pour cela on dort chez une famille, c'est retour au source 😀 le soir on se lave dans le noir avec un seau d'eau froide et les crapauds autour de nous, puis c'est opération chirurgicale à la lampe torche et pince à épiler pour enlever une épine.

Merci  Docteur Mathias 

Le lendemain, nous devions partir à 7h30 avec un groupe d'étudiants venu plonger autour des îles. Malheureusement, ils sont partis plus tôt que prévu, nous étions donc seul sur notre petit bateau qui nous emmène un peu partout à la recherche de beaux fonds marins.

Une belle aventure remplie de poissons multicolores

Après cette belle journée ensoleillée nous reprenons la route vers Mataram, la plus grande ville de l'île. C'est juste une étape pour dormir mais on peut dire qu'elle fût pluvieuse. Comme si la ville nous dit, "Partez vite"

14
14
Publié le 17 juin 2018

Après Mataram, nous remontons vers le nord, sur la côte. On fait étape à Senggigi, dans un hôtel qui nous offre une superbe vue sur la mer. Nous avons un peu l'air de deux pacha sur la terrasse quand même 😀

Dans l'après midi, il pleut mais on s'accorde une petite baignade sous la pluie, ça rafraîchit les idées.

En fin d'après midi le soleil est revenu, il est temps de découvrir la plage avec ses pécheurs d'un côté et sur la pointe les surfeurs qui attendent la bonne vague.

Il est agréable de promener le long de la plage avec le soleil qui doucement descend. On apprécie toujours ces moments de calme. L'esprit vagabonde, on pense à nos proches et à notre vie.

Le lendemain, nous continuons le long de la côte mais ça fait mal aux fesses le scooter. Nouveau stop dans un hôtel au bord de l'eau, mais ici la mer n'est pas très propre beaucoup de pollution, c'est la que l'on se rend compte de toutes les saletés que l'on peut produire. On s'est donc tournés vers la piscine. Puis c'est repas local sur la terrasse, riz, légumes, poulet, sans oublier la sauce chili qui remonte jusque dans les narines.

Le soir, les lumières s'allument dans le jardin, doucement la mer et le ciel prennent de nouvelles couleurs. Il ne reste plus qu'à s'asseoir pour participer à ce changement de décor.

Pour les pêcheurs, il est temps de rentrer à la maison.

15

Nous vous emmenons sur notre deux roues le long des routes de Lombok, qui sont plutôt bien entretenues. Le paysage se compose de rizières et de palmiers.

C'est partie pour le petit tour de manège.

Nous arrivons en pleine nature. Il faut plonger au cœur de cette forêt pour atteindre les chutes. Mais attention aux singes, ils ne sont jamais bien loin.

Nous nous arrêtons sur une première cascade qui fait un peu brumisateur au milieu de la jungle.

Il faut marcher encore un peu pour atteindre les plus grandes chutes. Sur la route, il y a des jeunes prêts à secourir les demoiselles en détresses afin de traverser la rivière.

Maintenant que l'on a bien marché et qu'aucun singe ne nous est tombés sur la tête, on peut aller se rafraîchir.

D'abord de loin avec un bel effet brumisateur.

Puis s'est le grand plongeon.

Un rafraîchissement bien venu avant de faire le chemin en sens inverse.

L'aventure, ça creuse, alors on fait un arrêt dans un restaurant qui surplombe la jungle. On vous présente une spécialité culinaire d'Indonésie, le Gado Gado, c'est des légumes avec une sauce à la cacahuète, un pur délice.

Bon appétit !!!

16
16

Nous prenons un peu d'altitude, c'est vraiment rafraîchissant. Bizarrement on retrouve l'envie de bouger et d'escalader des sommets.

On s'installe dans un hôtel duquel on peut observer le mont Rinjani qui culmine à 3726 mètres.

Par contre il faut être rapide car il s'entour vite de nuage et vous ne le voyez plus de la journée.

Le lendemain, nous ne sommes pas partis conquérir son sommet, nous sommes revigorés mais quand même, il est impressionnant. On s'est contentés d'une montagne non loin. Donc nous partons pour 1h30 de grimpette. Pour monter le mont Rinjani c'est 3 jours/2 nuits Ce sera pour la prochaine fois 😛

Finalement nous trouvons qu'il fait chaud 😉 . Nous arrivons complètement trempés là haut.

Un petit temps de méditation au son des chants des mosquées (très bizarre comme ambiance) puis nous irons admirer la vue.

Le son résonne partout dans la montagne.

Il faut se rapprocher du bord pour voir les environs.

C'est derrière tout ces nuages que se cache le mont Rijani, heureusement que nous avons pu le voir plus tôt ce matin.

Il est temps de descendre, ce n'est pas les mains dans les poches que nous l'entreprenons mais sac poubelle à la main afin de ramasser un peu les papiers et plastiques qui traînent.

La descente n'est pas de tout repos 

Nous reprenons ensuite la route vers Praya afin de récupérer nos affaires que l'on a laissé pour pouvoir circuler plus aisément en scooter. Qu'est ce que l'on croise sur la route ???

les singes 

Il vaut mieux ne pas s'arrêter près d'eux car ils ont l’œil mauvais. Vraiment flippant ces singes.

Nous récupérons nos affaires et on a bien le temps de se faire une dernière partie de ping pong, juste histoire de casser un verre. 😦

17
17
Publié le 17 juin 2018

Aujourd'hui c'est la fête des papas et il n'y a pas longtemps celle des mères.

Nous pensons chaque jour à vous, plus spécialement en ces jours de fêtes.

Il est difficile d'être loin de vous mais on vous aimes, de gros bisous du bout du monde mais tout près du cœur.

18

On retourne sur Kuta Lombok afin de rendre le scooter, nous allons juste faire un dernier tour sur la plage de sable blanc. Je ne peux pas partir d'ici sans la revoir.

Le lendemain, nous disons au revoir à l'île de Lombok, c'est en férie que nous la quittons afin de rallier l'île de Bali.

C'est donc à Kuta Bali que nous passons notre dernier jour. Rien de comparable avec Kuta Lombok. Ici beaucoup d'hôtels, de boîtes de nuit, de restaurants et de gens partout. La plage est immense avec beaucoup de monde aussi.

Dernière baignade et ça y est c'est le départ.

C'est l'heure du bilan pour ces deux mois passés en Indonésie.

Ce pays nous a tout d'abord permis de recharger nos batteries qui commençaient vraiment à faiblir à tel point que l'on envisageait de rentrer. Une fois reboosté, nous avons pu partir à la découverte de ses paysages magnifiques et plutôt féeriques, c'est aussi un peuple chaleureux et souriant que l'on a rencontré. Nous regrettons de ne pas pouvoir plus communiquer avec eux car très peu parle anglais et nous pas du tout leur langue surtout que chaque île à son dialecte. Nous n'avons pas apprécié l'effet de masse touristique qui engendre un drôle d'échange entre les habitants et nous, un rapport d'argent s'installe dans certains coins et de vraies relations amicales sont difficiles.

Malgré tout, cela n'empêche pas de faire de belles rencontres, il faut passer au dessus de ça et ce pays reste très beau surtout par sa mixité, il y a quand même beaucoup de religions qui se côtoient en grande harmonie, un exemple qu'il faudrait peut être suivre.

19

Nous laissons derrière nous les îles et leur sable blanc pour attérir dans la grande ville de Hong Kong et y retrouver ma cousine qui a passé son année scolaire ici.

Nous sommes là pour 10 jours normalement car nous devons faire nos visas pour la Russie et la Mongolie.

Voilà Hong Kong, mais caché sous les nuages. 😉

Première impression, l'aéroport est énorme, il nous faut prendre un métro pour rejoindre l'endroit où l'on récupère nos valises. Ensuite, nous achetons notre carte de bus qui va beaucoup nous servir durant tout le séjour, vous pouvez prendre bus, métro, payez dans certains restaurants et magasins. C'est le pass magique. Nous allons prendre le bus qui est climatisé avec WIFI pour rejoindre ma cousine Thelma qui nous attend en centre ville.

Elle est là.

C'est vraiment chouette de se retrouver au bout du monde. Pour la première soirée, Thelma nous fait découvrir le métro, très propre et moderne puis le férie. Il est très facile de se déplacer ici et les transports sont peu cher.

Ça nous permet d'avoir un premier aperçu de la ville et d'apprendre un peu à se diriger.

La soirée passe vite, nous laissons Thelma, elle a encore un examen le lendemain puis nous la retrouverons dans 6 jours avec son père car il partent pour le Japon le lendemain soir.

On s'installe dans notre mini chambre. 6 mètres carrés Mathias ne rentre même dans le lit et pour la salle de bain on se douche sur les toilettes.

En faite nous allons vite nous rendre compte qu'ici niveau logement ce n'est pas merveilleux, très petit et cher. Il est difficile pour les habitants d'Hong Kong de se loger, ils sont 7 millions mais sur une petite surface pour comparer en France il y a 100 habitants par kilomètre carré à Hong Kong c'est 6500 habitants. Donc pas vraiment de place pour la petite maison individuel.

Malgré les logement la ville est vraiment sympa. Lorsque l'on s'imaginait Hong Kong, on pensait à une grande ville pollué, sale avec du monde partout. Mais en faite, oui il y a du monde mais tout est rodé ici et il n'y a pas de pollution car très peu de véhicule circulent mis à part taxi et bus, la majorité des habitants prennent les transports en commun qui sont propre et très bien organisé. En heure de pointe dans le métro c'est pas un métro toutes les 5 minutes mais toutes les 30 secondes 😀

Voilà pour un premier aperçu.

20
20
Publié le 29 juin 2018

En attendant que Bruno et Thelma reviennent du Japon, nous allons nous renseigner pour faire nos visas au consulat. Nous commençons par celui de Russie, la dame nous apprend que ce n'est pas trois jours mais dix, sans compter les weekends, qu'il faut pour faire ce visa et qu'elle garde nos passeports. Il nous est donc impossible de faire les deux visas en même temps, nous avons choisi de faire celui pour la Russie et remettons le voyage en Mongolie pour plus tard.

Finalement ce n'est pas une semaine que nous passerons à Hong Kong mais un mois. C'est avec plaisir que nous sommes restés ici à découvrir toutes les facettes de cette ville.

En attendant les cousins, on se lance à la découverte de la ville. Nous reprenons le férie pour aller sur ce que l'on nomme l'île de Hong Kong.

Nous avons ensuite pris un peu de hauteur pour avoir un autre angle. Je crois que nous sommes cernés par des immeubles plus grands les uns que les autres.

Nous vous emmenons faire un petit tour en ville.

J'oubliais les échafaudages en bambous. Est ce que c'est solide ??? Il paraît que oui 😉

Au milieu de toute cette agitation et ces bâtiments, il y a de grands parcs arborés où l'on peut se détendre, faire du sport et prendre un peu de fraîcheur.

Mathias fait toujours une drôle de tête !!!! 

Dans les rues on peut tomber sur des spectacles.


Une chose qui nous a intrigué c'est le rassemblement des femmes philippiennes dans certains lieux de la villes. En faite elles viennent travailler sur Hong Kong chez les familles aisées pour un meilleur salaire que dans leur pays mais elles sont complètements coupées de leur famille donc elles se réunissent chaque dimanche.

En journée, il y a peu de monde qui circule dans les rues mais le soir c'est un tout autre décor, les rues sont bondées, les marchés ouvrent et les karaokés de rue aussi. C'est l'effervescence.

Ce séjour à Hong Kong nous a permis de reprendre un certain rythme de vie, dormir au même endroit et faire du volley plusieurs fois par semaine. Et ça fait du bien.

Pour la nourriture c'est une autre histoire, on a testé des trucs plutôt louches, genre des gros spaghettis qui ont l'air vivants, pas forcément bon et d'autres vraiment bons comme le riz-ananas et les boules de riz avec de l'haricot rouge. 😀

J'allais oublié de parler d'un fruit bien connu en Asie, le Durian. C'est le fruit le plus horrible que j'ai pu voir et surtout sentir, vous savez lorsqu'il y en a un pas loin de vous. Il sent tellement mauvais qu'il est interdit dans certains lieux publics et dans tout les transports en commun. Vous vous dites que le goût sera meilleur que l'odeur, mais NON !!!!!!! c'est pire, j'ai cru mourir en gouttant une cuillère de glace au durian.

!!!!!!! Goutez si vous osez !!!!!!!!!

Dommage que je ne puisse pas mettre l'odeur avec. Pour ceux qui connaissent vous vous en souvenez surement.

21
21
Publié le 1er juillet 2018

Comme nous vous le disions Hong Kong n'est pas juste une grande ville de building. Elle possède beaucoup de belles plages. Nous sommes allés voir celle de Chung Hom Kok, c'était pas le meilleur des jours car beaucoup de nuage mais la plage est tout de même agréable avec son sable blanc et son eau claire.

Après la baignade, on fait une balade vers Staneley Market, c'est un petit marché touristique.

Mathias a trouvé un bon gros sac de randonnée. Idéale pour la rando en montagne, il est juste un peu encombrant.

Le jour suivant nous sommes partis à la rencontre des bouddhas dorés au temple des 10 000 bouddhas. On ne les a pas compté pour savoir si il y en a vraiment dix mille. C'est une longue ascension jusqu'au temple sous le regard de grandes statues.

Vous devez être sage car peut être que l'un d'eux peut se mettre à bouger 😉

Le temple est niché tout en haut, il est entouré d'énormes statues. C'est le règne de la dorure ici.

A l'intérieur on peut observer les dix mille bouddhas, ils forment une grande tapisserie sur les murs du temple.

Les gens montent ici pour se recueillir et faire des offrandes. Il n'y a pas que les humains qui viennent profiter de cette atmosphère spirituelle.

D'en haut nous avons une superbe vu de la grande ville.

22
22
Publié le 4 juillet 2018

Nous partons tous ensemble sur l'île de Cheung Chau, c'est un petit bout de terre situé à une dizaine de kilomètre de Hong Kong. Il nous faut 30 minutes en ferry pour la rejoindre. Il n'y a pas de voiture sur l'île, on croise donc beaucoup de vélos qui se créent un chemin au milieu des piétons.

Toute une aventure en famille autour de ce petit bout de terre. Nous promenons au milieu des temples bouddhistes et des constructions en bambou.

Ensuite on se transforme en ronbinsons entre escalade et grotte.

Nous avons perdu Bruno à deux reprises. Sur la plage et lorsque la pluie s'est interposée entre nous.

Malgré la pluie on se lance tout de même à l'eau, enfin surtout les hommes, ils se sont donnés du courage pour atteindre la plateforme au milieu de l'eau. Les filles, nous les avons encouragé depuis la plage.

Nous repartons le soir en ferry sous les lumières de Hong Kong.

23
23
Publié le 7 juillet 2018

Nous nous sommes lancés dans une randonnée vers le réservoir de Aberdeen, en 5 minutes tout le monde est trempé, l'air est humide et malgré le ciel couvert il fait une chaleur monstre.

au milieu des arbres, il n'y a pas d'air qui passe 

Arrivés au point culminant de la randonnée, nous pouvons tous prendre nos t-shirts pour les essorer. La vue n'est pas vraiment dégagée là-haut mais nous sommes fiers d'y être arrivés avec quelques litres d'eau en moins. 😛

C'est partis pour la séance photo des vainqueurs de cette ascension haute en humidité.

Bruno s'est réincarné en statue de la liberté hongkongaise.

Ce n'est pas tout de monter. On redescend de notre perchoir au milieu des nuages.

Aller une dernière séance photos, mais qui est qui ???

On s'amuse bien avec la famille Arcelin 

La journée se finie, retour en bus, une bonne douche nous attend, on en rêve tous.

24
24
Publié le 8 juillet 2018

Avec Mathias, nous étions aller à Happy Valley, c'est un champ de course de chevaux, mais au bout de une demi heure toujours pas de chevaux à part sur les grands écrans. En faite, on se rend compte que les courses se déroulent sur un autre terrain de l'autre côté de la ville. Ahah 😡 la blague, donc ça ne sera pas pour cette fois.

Nous y retournons un autre soir avec Thelma et Bruno. Malgré la pluie, l'ambiance est toute autre, il y a beaucoup de monde dans les tribunes et de personnes qui font leurs paris.

Cette fois si les chevaux sont bien là. Ils se préparent sur un petit terrain à côté pendant que l'on observe le champ de course et son starting block.

Nous voyons les chevaux et leurs cavaliers passés devant nous pour aller se ranger derrière les portes.

La sonnette retentit, s'est partie pour le départ. On s'en le sol vibrer et le son des sabots qui raisonnent.

Aller, on vous met dans l'ambiance.

Nous sommes montés dans les tribunes pour voir la course d'en haut. D'ici on peut voir l'ensemble du terrain.

Soirée pluvieuse, nous regardons trois courses puis nous prenons le tram pour rejoindre l'appartement de Bruno et Thelma.

Nous buvons un verre à l'appartement, mais Bruno en a décidé autrement et se lance dans la réparation de la porte de la salle de bain car il est perturbé, elle ne fonctionne pas correctement. C'est une bonne partie de rigolade pour nous qui le regardons faire.

Le lendemain nous profitons d'une dernière plage en famille après ils retournent à Lille.

L'eau fraîche nous a tous mis en forme.

En vrai on se moque un peu de tout les gens sur la plage qui font des pauses très inspirées. Au final je ne sais pas trop si nous sommes très doués.

25
25
Publié le 11 juillet 2018

Nos aventures sur Hong Kong continuent sans la famille. 😥 Mais on se revoit rapidement en France.

Nous avons continué le volley-ball deux fois par semaine, ça nous fait énormément de bien physiquement et mentalement. La pluie et les nuages sont partis, nous allons donc profiter des belles plages ensoleillées. On se lance sur celle de Big Wave Bay, nous n'y avons trouvé aucune grande vague mais une mer calme et une plage de sable blanc.

Les nuages font quand même leur apparition en fin de journée.

Nous finissons la journée par une petite marche dans la forêt. Nous avons une belle vue sur les îles en face.

Dans la forêt, il y a pleins de papillons qui volent autour de nous, peut être la saison des amours, Mathias veut ça dose d'amour et tente une approche.

Le lendemain, c'est au musée des sciences que nous retrouvons les papillons mais cette fois si ils ne volent pas vraiment.

Ce musée est un véritable terrain de jeux, nous y avons passé l'après midi sans voir le temps passer. Il y a énormément de sujets abordés, lumière, son, mouvement, électricité et magnétisme, mathématiques, sciences de la vie, géographie, météorologie, informatique, transport, communication, science alimentaire, économie d'énergie et technologie domestique. Tous cela de façon participative.

J'ai testé le lit aux aiguilles deux fois, la première très bizarre, la deuxième j'ai réussi à me détendre, ça n'a pas l'air comme ça mais ça pique vraiment.

Mathias a essayé les branchements électrique et la conduite à vélo. Arrivera t'il au bout du chemin et à allumer l'ampoule.

Bon on ne peut plus vous le cacher, nous avons pris un peu de poids...

Les miroirs ne nous mettent pas en valeur aussi, vous avez le classique déformant.

Mais bien d'autres mettent le cerveau en ébullition entre ce que l'on voit et comment c'est possible.

Mais où est passé notre corps? 
Le clonage 
les miroirs de l'infini 

Si vous avez l'occasion de passer par Hong Kong c'est une visite intéressante et ludique.

Ça s'est nos têtes après la visite, je vous l'accord, on a pas forcément l'air plus intelligent.

En ville aussi ils font des testes scientifique sur les lois de la gravité.

26
26
Publié le 13 juillet 2018

Une nouvelle île à visiter, Lamma island, c'est la troisième plus grande île de Hong Kong.

On peut voir trois grandes cheminées sortir de terre, c'est une centrale moderne au charbon.

Elles font un peu tâche dans ce paysage, mais n'empêche tout de même pas de profiter de la plage surtout que l'eau est bonne et le soleil brille.

Nous flânons dans les rues du village, ici beaucoup d'activités autour du poisson avec de nombreux restaurants.

Il y a aussi de belles balades à faire au milieu de la végétation luxuriante, la chaleur et l'humidité aidant bien à son développement. Il y a même des bananiers.

Nous sommes montés jusqu'à l'éolienne perchée au sommet de la montagne et une drôle de bête est venue nous rendre visite pendant la randonnée.

Nous terminons la journée par un tour en ferry pour rejoindre la ville.

Une belle balade bien chaude et pleine de verdure.

27
27
Publié le 16 juillet 2018

La journée est belle le soleil brille c'est parti, on chausse nos baskets et on se lance dans une randonnée de 20 km autour du réservoir. La première moitié pour atteindre le barrage se fait sur la route donc un peu moins inintéressante, on voit les taxis passer avec tous les touristes. Mais il n'y a pas que des taxis ici 😀

Des belles vaches Meuhhh 

Le soleil tape bien par ici, je crois que nos réserves d'eau vont vites descendre, nous sommes partis avec 3 litres.

Ça y est nous voyons le barrage, il est temps de reposer un peu les jambes. Derrière le barrage c'est la mer et de l'autre côté le réservoir à perte de vue, on en voit pas le bout d'ici

Là vous avez la mer.

Et là le réservoir. Difficile de faire la différence comme ça.

Allez, on se remet en route car après une bonne montée et une bonne descente, nous savons qu'une belle surprise nous attend. Arrivés en haut nous pouvons déjà l’apercevoir, ça redonne du courage.

waouh la plage 

Vite, on veut descendre et se jeter à l'eau pour sentir un peu de fraîcheur car là il est 13 heures et on fond au soleil.

Et si nous devenions des poissons et on ne sortait jamais de là. Un vrai bonheur après 3 heures de marche avec 32°C .

On partage un peu de ce moment avec vous.

Nous sommes restés ici une partie de l'après- midi puis nous avons repris le chemin parce qu'en faite nous n'avons fait que la moitié ahah 😛 c'est aussi pour ça que je n'ai pas envie de repartir, il fait toujours aussi chaud et il ne reste plus qu'un litre d'eau à part si l'on compte l'eau de mer. La deuxième partie de la randonnée est plus sympa, au milieu de la verdure, dans les chemins de terre avec une superbe vue. Ça nous fera peut être oublier la soif.

Nous traversons la plage et ça monte directement après, de là haut on a une belle vue sur la mer et sur nos poumons que nous avons laissés en bas.

Maintenant nous sommes entourés de végétation et nos corps sont déjà montés en température, il faudrait peut être redescendre à la plage 👎 ...

Mathias n'a pas voulu, il va falloir se contenter de quelques marches pour se reposer.

Heureusement le paysage est tout aussi reposant.

Aie aie aie, il fait vraiment chaud et on est arrivé au bout de notre bouteille d'eau, tel un gentleman Mathias m'en a laissé une bonne partie et porte le sac. Pas trop mal cet homme là.

Nous ne sommes pas les seuls à promener par ici, nous croisons un petit serpent.

Finalement au bout de deux heures de marche, nous atteignons la route complètement à sec mise à part tout notre corps pleins de transpiration. Mais qu'y a t'il là qui attend ???? Le bus magique. J'avoue, j'ai craqué et dis à Mathias qu'on le prenait. Au final, nous avons parcouru 15 km, bu 3L d'eau et perdu surement autant. Mais cela n'est rien par rapport aux paysages rencontrés et cette eau limpide dans laquelle nous avons eu la chance de nous baigner.

Envie de prolonger votre lecture ?

Découvrez ces carnets de voyage de la sélection MyAtlas ou cherchez une destination.