× Chère communauté,
Suite à l’incendie au sein des bâtiments de notre hébergeur OVH, à Strasbourg mercredi 10 mars 2021, nous ne pouvions plus accéder au site ! L’accès a été rétabli par notre équipe mais nous n’avons pas accès aux photos pour le moment. Dans l’attente de réponses de la part d’OVH quant au devenir des photos mises en ligne avant le 10 mars 2021, vous pouvez de nouveau réutiliser le site sans risque et ajouter de nouvelles photos !
La Team MyAtlas

Couleurs de Norvège

Fin du voyage d'un mois en Norvège. après la région des fjord, notre trajet nous mène plus vers l'intérieur des terres, à la découverte d'un pays mêlant de manière harmonieuse passé et modernité.
Août 2016
4 semaines
1

Notre carnet de voyage s'ouvre à Eidsdalen. Le carnet précédent nous avait conduits à la découverte des fjords. Nous sommes maintenant à quelques kilomètres au Sud d'Alesund. Nous prenons le ferry pour traverser le Norddalsfjord et arrivons à Linge. Nous remontons toujours plus vers le Nord. Nous traversons un haut plateau. Les ruisseaux environnants distribuent l'eau fraîche sans compter. Nous nous arrêtons à Ovrestol, charmant village où les maisons traditionnelles et le pont de pierre enjambant la cascade et nous incitent à nous promener.

Nous poursuivons en direction de la route des trolls.

En chemin, nous reprenons de la hauteur et les paysages deviennent plus arides et plus minéraux. Nous nous arrêtons auprès d'un petit lac glaciaire.

Quelque chose nous indique que nous avons touché notre but...

Nous déjeunons au point de vue avant de nous livrer à la descente des 11 virages qui sinuent à flanc de montagne : c'est la célèbre route des trolls. La vue est impressionnante, mais nous en avons vu d'autres...

Nous en profitons pour admirer la Stigfossen qui descend prestement vers la vallée depuis cette route des trolls. Nous bifurquons ensuite vers l'Ouest et longeons la rive Sud du Romsdalfjorden.

Le paysage s'ouvre et les fermes aquacoles sont de retour. Cette route nous conduit à Alesund.

2

Alesund signifie le chenal de l'anguille en Norvégien. Nous arrivons en ville vers 16 H 30 et partons vers le jardin public et ses sentiers qui grimpent vers Fjellstua : le chalet de la montagne qui doit nous offrir une vue plongeante sur le centre ville et la baie.

De là, on voit même notre appartement dans le bâtiment à la façade verte sur la dernière photo. De l'extérieur, on se dit que la bâtiment est un peu délabré, mais il a été refait à neuf il y a peu.

Selon une légende locale, c'est à Alesund que serait né Rollon, fondateur de la Normandie. On trouve donc sa statue dans un jardin public.

En 1904, Alesund fut dévastée par un incendie. Grâce à la générosité des autres pays d'Europe et notamment aux dons de Guillaume II, empereur d'Allemagne, la ville fut reconstruite en 3 ans, dans le style Art Nouveau.

Alesund est aujourd'hui un port de pêche important. Certains prétendent que l'on y a vu 3 beatles assez récemment...

Après l'ascension de "la montagne" et la découverte du centre ville, nous rentrons à notre appartement, propriété de l'auberge de jeunesse locale.

Ce dernier bénéficie d'un niveau de confort agréable.

Le lendemain, avant de quitter Alesund, nous nous rendons à l'aquarium sous un ciel d'un bleu azur. De là, nous commençons une promenade sur un sentier de randonnée pour admirer la baie. Alesund est une ville animée et ses alentours sont très beaux sous les rayons du soleil. Le tout a quelque chose de pimpant.

Cette petite promenade matinale nous a permis de nous aérer et d'admirer la baie sous un autre angle, au milieu des petits sentiers champêtres sur lesquels on croise quelques joggeurs.

3

Nous reprenons ensuite la voiture en direction de Furneset où nous prenons le ferry pour Molde. Sur le bateau, la mer se pâre des bleus lumineux et profonds que seule la Scandinavie sous le soleil sait nous offrir.

Molde ne vaut pas le détour et nous poursuivons en direction de l'Atlantic drive. Nous trouvons une aire de pique nique en bord de fjord à Bud, où nous choisissons de faire escale.

Nous passons un merveilleux moment à Bud, où une autre famille, arrivée à vélo pique nique à côté de nous. Nous reprenons ensuite la route de Farstad.

Notre destination est plus exactement Storholmen, hameau de Farstad et petit port de bout du monde où se trouve notre hôtel. Nous avons réservé une petite hytte rouge au toit couvert de gazon dans un cadre idyllique, où nous respirons l'air marin à plein poumons et où la quiétude n'est troublée que par le bruit de la mer et le cri des mouettes.


Nous prenons un café sur la terrasse de notre hytte avant de nous lancer à la conquête de la route de l'Atlantique qui enjambe les îles au travers de 12 ponts qui offrent une vue magnifique sur le rivage et les montagnes en arrière plan.

Nous profitons d'une halte sur une aire aménagée près d'un pont pour nous promener un peu et profiter de ce soleil tant attendu qui nous donne à voir les bleus intenses de la Norvège, ceux qui se marient si bien avec le rouge des hytte.

Nous profitons pleinement de ce moment de quiétude et nous promenons sur les rochers.

Les eaux froides de la Norvège peuvent aussi abriter des méduses...

L'Atlantic drive est vraiment un lieu à voir lors d'un voyage en Norvège. Quant à l'hôtel de la crique de Storholmen, ce fut mon coup de coeur hébergement lors de ce voyage...

Avant de revenir vers notre hytte, nous faisons un petit détour par la plage, où les habitants de Farstad se retrouvent pour une petite promenade, une baignade avec les enfants ou une séance de kite surf...

A Storholmen, un navire suédois a jeté l'ancre et le soleil illumine le paysage en cette fin de journée.

Le lendemain, après avoir pris le petit déjeuner sur la terrasse et avoir visité les bâtiments communs de l'hôtel, nous reprenons la route et quittons à regret Storholmen en direction de Trondheim. La route s'est peu à peu aplanie. Nous sommes entrés dans le Trondelag avec ses vastes espaces boisés. Nous avons fait la route d'une traite. Arrivés à Frosta, nous avons un peu cherché la maison, avant que Magne : le propriétaire nous explique qu'il fallait aller tout au bout de l'île jusqu'à Traura et que sa maison était située près du monastère. Avec ces informations, nous avons finalement trouvé.

Je suis ensuite allé faire quelques photos des ruines du monastère. Le repas sera composé de saumon (découverte pour Maël, au même titre que les cônes à la glace à la fraise) et de fraises en dessert. Les fraises sont un peu la spécialité de la Norvège. Nous avons vu beaucoup de plantations eu cours de notre voyage, au même titre que les framboises ou les cerises charnues dont nous nous sommes régalés. Pour clore la soirée : petite partie de trampoline chez Magne.

4

Nous voici maintenant à Trondheim. Cette ville était plus connue dans le passé sous le nom de Nidaros et a été capitale royale. La ville a été fondée par la lignée des Olaf. Le centre : Midtbyen est presque entièrement cerné par le fjord et la rivière : la Nivelda. Nous commençons par visiter le quartier de Bybrua : le quai du pont.

Les quais situés à l'embouchure de la Nivelda furent très tôt consacrés au commerce. A de nombreuses reprises, les entrepôts qui s'y trouvent furent ravagés par le feu. Aujourd'hui, restaurés, les bâtiments longent les deux rives. Les maisons disposées en terrasse permettaient d'attaquer au canon l'ennemi arrivant de la rivière. Du côté de Bakkalndet, les entrepôts bordent les rues Fjordgata et Sandgata : les plus vieux d'entre eux remontent à environ 1700.

Aujourd'hui, la rivière est bordée de magasins d'antiquités, de restaurants et de bars. Nous déjeunons d'ailleurs dans un petit café du quartier.

La cathédrale a été édifiée pour conserver les restes de Saint Olaf, roi prosélyte qui n'avait sans doute rien d'un saint selon les critères chrétiens d'aujourd'hui et qui fut baptisé à Rouen.

La cathédrale a été érigée sur l'emplacement de Kristkirken. L'édifice remonte à 1320. C'est le plus grand édifice médiéval de Norvège. Il fut endommagé à plusieurs reprises et restauré dans le style gothique.

A proximité, Erkebispegarden : le palais de l'archevêque devint le siège du pouvoir politique et religieux de Norvège.

Dans le palais, des maquettes montrent l'évolution de la cathédrale à travers les siècles.

Une partie de l'aile Nord du bâtiment principal fut conçue comme un palais fortifié et date des XIIème et XIIIème siècles. Le reste de l'édifice fut construit entre 1430 et 1530. Après la Réforme, le palais devint la résidence privée du gouverneur danois. Par la suite, il devint une base militaire.

Le bâtiment abrite également les joyaux de la couronne. A une époque, il a également abrité l'atelier de frappe monétaire de l'archevêque. Le musée contient également différents ustensiles de l'époque, liés notamment à l'archevêché.

Nous avons atteint le point le plus septentrional de notre voyage. En quittant Trauta, nous retournons donc vers Trondheim avant de bifurquer vers l'Est du pays. Nous parcourons d'abord une région boisée avant de retrouver les petits torrents.

5

Nous suivons la vallée de la Gamla et peu à peu, la route prend un peu de hauteur.

Ce ne sont plus les paysages montagneux du début de notre voyage, mais des montagnes érodées, couvertes de lichen, ce qui donne des touches de vert clair au paysage. Nous faisons route vers Folldal. Cette petite ville située près d'un parc national et son économie étaient tournées vers la carrière de pierre que l'on peut toujours voir. La région de l'Osterdalen est assez méconnue et vivait de l'exploitation forestière.

Nous logeons pour notre part à Lokken Fjellgard : une ferme traditionnelle. Lorsque nous arrivons, une grande fête se tient dans le bâtiment principal et les invités sont en costumes traditionnels.

Nous prenons possession de notre location : probablement l'ancienne étable transformée en logement. En soirée, nous partons pour une petite randonnée.

Maintenant que nous avons de l'entrainement, c'est une partie de plaisir...

Nous passons ensuite faire quelques courses dans le village avant de rejoindre notre ferme d'altitude pour faire quelques photos dans un style très "gentleman farmer..."

6

Le lendemain, nous quittons Lokken Fjellgard et poursuivons toujours plus vers l'est. Nous faisons halte le midi à Roros, petite ville minière classée à l'UNESCO. Avec ses nombreuses maisons colorées et sa belle église octogonale, cette ville vaut vraiment le détour. De nombreuses boutiques d'artisanat se sont installées dans les anciennes maisons de mineurs. Nous commençons par visiter une faïencerie.

A Roros, on exploitait le cuivre. Cette activité avait drainé une population nombreuse et notamment beaucoup d'allemands devenus experts dans l'exploitation des moines de cuivre. Des lorrains sont également venus s'installer à Roros. Nous abordons la ville par une rue aux grandes maisons qui sont les plus éloignées de la fonderie. Ces habitations étaient réservées aux directeurs de la mine. La rue va en s'étrécissant, procurant ainsi aux directeur un sentiment d'importance.

Toutes les maisons sont peintes dans des gammes de rouge et d'ocre. Les habitants n'étaient pas autorisés à en utiliser d'autres. L'église de forme octogonale date de la fin du XIIIème siècle et porte l'emblème de la compagnie minière sur son clocher.

A côté de l'office du tourisme, la statue du mineur et de sa femme rappelle le passé de la ville. En tout cas, nous ne regrettons pas le détour par cette partie de la province de l'Osterdalen qui ne ressemble à rien de ce que nous avons pu voir jusqu'ici.

Après cette visite culturelle, nous reprenons notre route vers Elga, à quelques kilomètres de la frontière suédoise.

7

Nous traversons une région de forêts, de lacs et de lichen.

Nous longeons le lac Femund, le second plus vaste de la Norvège. Nous pénétrons dans le Gutulia National Park et la route se transforme en piste.

Nous croisons des rennes en liberté. Les mères sont suivies par les jeunes.

Après un détour par Elga : le petit village où nous allons loger, nous partons en randonnée.

Nous commençons par emprunter des sentiers boisés et croisons bon nombre de petits cours d'eau. Au fur et à mesure que le paysage prend de la hauteur, les arbres deviennent plus rares. Nous traversons une petite rivière sur un pont constitué de rondins de bois juxtaposés... Quelle aventure !

C'est un peu au hasard de ces pérégrinations que nous parvenons à un sommet depuis lequel la vue sur le lac est tout simplement splendide. Nous sommes récompensés des efforts de notre ascension.

Sur ce sommet a été installé un petit refuge d'altitude.

Après avoir laissé un petit mot dans le carnet de bord du refuge et avoir contemplé la vue à satiété, il ne nous reste plus qu'à redescendre, tout en évitant les moustiques qui en soirée se font plus nombreux dans cette région de lacs.

A Elga, nous nous sommes fait une petite peur concernant l'hébergement. Nous avions réservé sur internet comme d'habitude, sur le site de booking et avions reçu une confirmation de réservation. Pour autant, les propriétaires ne semblaient pas nous attendre. Ile nous expliquent ne plus travailler avec booking depuis environ un an. Heureusement, ils avaient encore un chalet de libre, sans quoi, vu l'étendue du village, il ne nous restait plus qu'à dormir au refuge du sommet...

Après nos deux heures et demie de marche durant lesquelles Maël n'a pas calé un seul moment, nous rentrons chez nous vers 20 heures et dînons d'une soupe. Il n'y a pas de commerce ouvert après 17 heures dans le petit village qui possède tout juste une petite épicerie.

Le lendemain, en quittant le village lacustre de Elga, nous reprenons notre piste de terre sur laquelle nous croisons à nouveau des rennes en liberté.

Nous pénétrons dans la région du Rondane, où les paysages se font plus désertiques. Les vents balaient les landes qui s'étendent à perte de vue.

8

En quittant le Rogaland, nous passons par Ringebu où nous visitons l'église en bois debout à l'intérieur baroque.

Nous avons également pris un café dans le presbytère transformé en salon de thé.

9

Nous voici maintenant à Lillehamer. Notre hôtel se trouve au coeur du parc olympique, au pied des tremplins de saut à ski. En soirée, une petite visite du centre ville nous a permis de nous rendre compte que la ville est plutôt sympa et animée.

Visiblement, l'organisation des jeux olympiques de 1984 a durablement marqué l'histoire de la ville.

Nous profitons de la petite ville animée avant de rejoindre notre appartement. Un peu plus loin, des logements sont occupés par des équipes de sport.

Le lendemain, nous partons visiter le parc de Maihaugen : la colline de mai. C'est le plus grand musée en plein air de Norvège. Le musée contient 200 édifices répartis sur trois grandes sections. La communauté rurale est composée de bâtiments provenant essentiellement de la vallée du Gudbrandsdal.

On y trouve même une église en bois debout provenant de Lom et datant du XIIIème siècle.

On peut visiter dans cette partie du parc différentes fermes et une ancienne école dans laquelle on découvre à la fois la salle de classe et le logement de l'instituteur.

Dans la cour d'une ferme, des enfants en costume jouent de la musique et chantent des chansons traditionnelles.

Dans la salle principale de la ferme, une femme fait cuire le repas dans l'âtre. Sur la table, du fromage blanc attend les convives et dans un coin, la laine attend d'être filée. Un petit garçon cueille les baies qui poussent sur les végétaux couvrent le toit des maisons et qui jouent le rôle de friandises.

Dans une seconde ferme est installée une petite chapelle en bois dont les murs sont entièrement décorés. Ce bâtiment et le logis du prêtre traduisent l'aisance du propriétaire terrien.

Plus loin, nous pouvons observer différents travaux quotidiens des fermiers de l'époque et notamment la manière dont ils se servaient des écorces de bouleau.

Nous voici maintenant dans l'intérieur typique d'une ferme d'il y a un siècle ou deux.

Les bâtiments d'habitation succèdent aux granges et aux étables.

L'écurie de Slette à Heidal a été reconstituée ici. Au premier étage, au grenier de l'étable, on entreposait le foin. On avait aussi 4 lits fixés au mur. C'est là que dormaient les garçons d'écurie et les journaliers de la ferme.

On trouve également des greniers avec l'entrée en hauteur, si caractéristiques de la culture paysanne norvégienne.

Dans le parc, la maison de Mytting à Ringebu reconstitue l'intérieur du logement d'un fonctionnaire. Les peintures réalisées par un artiste local ont pour thème les saisons et les 5 sens.

Un peu plus loin, une petite grand mère fait de la vannerie. Elle nous explique qu'elle est allée en forêt la veille ramasser des racines de bouleau qu'elle a fait tremper avant de réaliser son petit panier qui demande des heures de confection.

Nous poursuivons par la prison, dans laquelle sont exposés des uniformes et des armes à feu.

Après avoir visité la cabane des défricheurs datant du XIXème siècle, avec son modeste terrain, nous nous dirigeons vers le lac avec les habitations de pêcheurs.

Le long du lac, on peut pêcher. Nous visitons les habitations avant de rejoindre une autre partie du parc.

Un peu plus haut, ce sont les fermes de montagne avec leurs enclos pour le bétail.

Enfin, nous finissons cette partie du musée avec les habitations des bucherons.

Une autre partie du musée est réservée à l'exposition de maisons datant du début du XIXème siècle jusqu'aux années 1980. Les acteurs en costumes nous donnent l'impression d'entrer chez eux. Nous avons même hésité devant la porte de la première maison en nous demandant si nous n'étions pas arrivés chez des particuliers.

La troisième partie du parc est consacrée au musée de la poste. On peut y admirer les évolutions des costumes des facteurs au cours des différentes époques, mais également des véhicules utilisés.

Entre voitures à chevaux et Harley Davidson, le facteur norvégien a toujours su utiliser différentes sortes de véhicules pour livrer les plis quel que soit le temps et le lieu où se trouve le destinataire.

Une gare a même été reconstituée dans le musée et le train qui est à quai comprend non seulement une partie pour les voyageurs, mais également une partie dédiée à l'activité postale. On se croirait plongé dans un vieux film et l'on s'attend à voir débarquer les gangsters pour l'attaque du train postal.

Ce sont ensuite de vieux commerces qui s'offrent à la visite. Cette colline de mai offre la possibilité d'un vrai voyage dans le temps. Elle semble restée figée deux siècles en arrière.

Le soir, nous rentrons à notre chalet dont nous occupons le premier étage.

10

Le lendemain, nous quittons Lillehammer en direction d'Oslo. Il ne fait pas beau et nous ne regrettons pas d'avoir la route à faire. En arrivant sur la capitale norvégienne, nous décidons de nous rendre sur la presqu'île de Bygdoy, où l'on trouve de prestigieux musées. Nous déjeunons d'ailleurs dans le restaurant de l'un d'entre eux.

Nous consacrons notre après-midi à la visite du Vikingskipshuset : le musée des bateaux vikings qui possède trois superbes bateaux de cette époque et qui retrace le ode de vie des hommes de l'époque.

Le musée possède des épaves du IXème siècle découvertes dans trois vastes tumuli au milieu des champs. En entrant, nous découvrons la proue élancée du bateau d'Osberg. Ce navire fut trouvé par les archéologues en 1904 et il contenait la dépouille de deux femmes ainsi que de nombreux objets. Une autre aile du musée abrite le bateau de Gokstad.

Ces navires funéraires qui servaient à inhumer les grands chefs (qui pouvaient être des femmes) pour leur dernier voyage vers le royaume des morts montrent que les artisans vikings excellaient dans le travail du bois.

Le bateau de Tune comprenait quant à lui une chambre funéraire. La tombe d'Osberg abritait un magnifique charriot ouvragé certainement utilisé par les femmes de haut rang. On a également retrouvé ce type de charriot en Allemagne ou au Danemark.

La tombe d'Osberg contenait un remarquable traineau ouvragé.

Cuir, bois, artefacts en fer, construction navale : la civilisation viking fut autant raffinée que ses fiers guerriers pouvaient se montrer cruels.

Il nous reste à découvrir la capitale Norvégienne...

11

Le lendemain, la journée est chaude et ensoleillée et nous allons la consacrer à la visite de la capitale : Oslo. Le matin, nous prenons le bus pour nous rendre au centre ville. Nous descendons en plein centre et nous dirigeons vers Karl Johansgate : artère centrale d'Oslo, bordée de restaurants, grands magasins, boutiques...

La Karl Johansgate tient son nom du roi de Suède et de Norvège : Karl Johan (1818-1844). Face au théâtre national se dresse un petit jardin fort agréable. Le bassin et les jets d'eau apportent un peu de fraîcheur à cette chaude journée.

Les statues qui parsèment le quartier rendent hommage aux grands hommes des arts norvégiens : Ibsen, Henrik Wergeland...

L'avenue conduit au Slottet : le palais royal.

Nous nous dirigeons ensuite vers le Radhuset : la mairie qui fut inaugurée en 1950. C'est là qu'est remis le prix Nobel de la paix. De grands artistes norvégiens ont participé à sa décoration intérieure. A côté, le square princesse Märtha offre un espace fleuri aux passants.

Derrière la mairie, le quartier d'Aker Brygge était l'ancien quartier des docks. autrefois mal famé, il est devenu depuis ,plusieurs années un lieu chic et branché attirant la foule les beaux jours. Des architectes ont donné le meilleur d'eux mêmes pour créer des édifices qui font aujourd'hui référence dans le monde de l'architecture moderne.

Du quai où trône un homme grenouille argenté, des navettes partent vers Brygdoy. quant à nous, nous prenons un petit train touristique, Maël étant fatigué.

Nous faisons ensuite un petit tour dans le quartier avant de nous diriger vers la presqu'île de Tjubvhol, où un tout nouveau quartier vient d'être édifié.

Ce quartier est très animé est vraiment agréable. Il offre une belle vue sur la baie et le port. Les petits restaurants et les quais sont aménagés pour offrir des espaces de repos aux promeneurs.

Autour du musée d'art contemporain Astrup Fearnley, des bureaux, des appartements, des lieux de rencontre de toute beauté ont pris place dans un cadre résolument moderne.

Au bout du quai, une petite plage attire les familles. De là, nous avons aussi une jolie vue sur l'autre partie de la ville et sa forteresse.

Après une petite glace dégustée sur les quais, nous rejoignons Aker Brygge.

Nous nous rendons ensuite vers le quartier appelé Kvadraturen, avec sa forteresse Akerhus. C'est là que fut édifiée la nouvelle ville de Christiana en 1624, après l'incendie qui ravagea la capitale.

La citadelle semble assez ouverte aux expressions artistiques.

Ici où là, quelques jeunes filles statufiées jouent à cache cache.

Côté modernité, le nouvel opéra n'est pas en reste.

Nous rentrons à notre appartement bien fatigués, d'autant que nous n'avons plus l'habitude des grandes villes et des foules grouillantes. Nous avons loué un appartement à des jeunes qui semblent être partis en vacances non loin de là. Maël occupe la chambre de la petite fille et le propriétaire nous a indiqué qu'il pouvait jouer avec ses jouets.

12

Pour notre dernier jour en Norvège, nous avons choisi de quitter la grande ville et de nous diriger à 40 KM au Sud d'Oslo, dans un petit village appelé Dobrak. De là, nous avons une belle vue sur l'Oslofjord.

Ce petit village possède quelques belles maisons avec figure de proue et de belles sirènes. Il n'y a donc pas qu'à Copenhague que l'on en trouve...

Les impressionnistes norvégiens appréciaient ce petit village.

Après le petit port et ses pontons, nous allons voir la place du marché. La station balnéaire fait le bonheur des habitants de la capitale depuis un siècle.

La maison du père Noël attire une foule d'enfants et leurs parents.

Nous parcourons les petites ruelles aux maisons joliment décorées.

Nous avons passé une magnifique journée sur les pontons de Dobrak. Nous y avons retrouvé la quiétude de la Norvège. C'est sur cette dernière sortie que s'achève notre voyage.