Carnet de voyage

Notre voyage en Croatie

31 étapes
31 commentaires
5
Découverte de la Croatie en camping-car avec notre petit Jack Russel, "Mango"
Avril 2017
7 semaines
Partager ce carnet de voyage
1



C'est donc par cette péninsule que nous commençons notre découverte de la Croatie...




Nous descendons le long le la côte ouest à la rencontre de Porec, charmante petite ville très ancienne dont les ruelles de la vieille ville portent encore les traces de ce passé lointain et tumultueux

Porec 



Porec 

Puis nous nous arrêtons à Rovinj, ville pittoresque, aux origines médiévales et vénitiennes. Dommage que le soleil ne soit pas de la partie... mais le vent, lui, ne nous épargne pas. Nous nous réfugions dans un des nombreux restaurants qui bordent le port.

Rovinj 
2

Pula est la plus grande ville de l'Istrie et son histoire remonte à plus de 3 000 ans. De nombreux monuments encore visibles témoignent de son importance culturelle et économique tout au long de l'histoire. Les fouilles archéologiques réalisées laissent à penser que la région est habitée depuis plus de 8 000 ans....


Pula 

Pula est une ville aux éléments archéologiques impressionnants et assez bien conservés. A contrario ce n'est pas une belle ville car c'est une impression de vétusté qui se dégage du reste des constructions, à l'exception du quartier des halles qui elles sont superbes.

Peut être est-ce le manque de soleil et de luminosité mais tout semble gris, mal entretenu. Cette impression a été la même en visitant Porec et Rovinj.

Sans doute n'est-ce qu'une impression car les gens, eux, sont chaleureux, souriants souvent désolés de ne pas parler français.

3

Nous continuons la route qui fait le tour de l'Istrie vers Medulin puis Labin en traversant des paysages de "petite agriculture" à l'emporte-pièce dans une campagne non organisée, oliviers, vigne, fruitiers, légumes.

Medulin 

En allant vers Labin, c'est la forêt de résineux qui prend le dessus.

Magnifique, superbe, bluffant, merveilleux.... Il faudrait inventer d'autres mots pour qualifier la beauté de ces paysages, que ce soient ceux de la côte jusqu'à Brestova (point de vue de Masnjak)

Masnjak 

Camping Marina à côté de Labin

4

A Brestova, on prend le ferry après une attente plus ou moins longue.

Après une traversée de 20 mn, on se lance à l'assaut de la route de montagne qui pénètre dans l'île au travers de paysages sauvages, typiquement méditerranéens. Tout est aride, il n'y a que des pins, des oliviers des chênes et toutes plantes de garrigue sèche. De nombreux murets de pierres sèches séparent des lopins où rien ne pousse ni n'est construit. La route traverse une nature sauvage et nous atteignons un point culminant qui permet de voir des deux côtés de l'île. Vue magnifique mais vent qui souffle très fort......

Cres est celle des "jumelles" qui est la plus étendue, sauvage et très peu peuplée.

Cres est aussi le nom de la ville principale de l'île. Petite ville lovée au fond d'une longue échancrure. C'est un vrai petit port de "carte postale", tout à fait souriant et charmant.


Osor est un village plein de charme situé à l'endroit où un chenal fut creusé à l'endroit le plus étroit entre les deux "jumelles"

Osor 
5

Mali Losinj, autrement dit "Losinj la petite" est en fait "grande" grâce à sa baie bien protégée. Vestiges d'une glorieuse époque, d'élégantes villas balnéaires, transformées en hôtels, bordent toujours les eaux cristallines. C'est le cas également du camping "Cikat" où nous nous arrêtons pour 2 jours.


Nous remontons vers Cres et descendons côté est vers Merag pour prendre le ferry vers l'île de Krk.

Ferry Merag-Valbiska 
6

Là encore après 30 petites minutes de traversée (mais 1 heure d'attente...) nous atteignons l'île à Valbiska et nous dirigeons vers la ville de Krk (prononcez "keurk")

La vieille ville conserve de charmantes ruelles au maillage étroit et d'importantes fortifications. Cependant à proximité s'étendent des faubourgs modernes.

Krk 

Nous passons la nuit dans un sympathique camping familial "Bor" au sommet d'une colline d'où nous dominons la ville et le port.

Camping Bor 


Nous quittons Krk en direction de Vrbnik en traversant l'île dans sa plus petite largeur. La route sillonne au sein d'une nature toujours sauvage et vallonnée. En approchant de Vrbnik nous découvrons des vignes qui donnent un vin blanc local sec et fruité, "le Vrbnicka Zlahtina". Je vous le recommande!!.......

Vrbnik 

Vrbnik est un charmant petit village aux ruelles tortueuses, perché sur la rive est de l'île, au sommet de falaises tombant à pic dans la mer.

Vrbnik 


Nous nous arrêtons à Klimno, les pieds dans l'eau, dans un charmant camping, au nord est de l'île que nous quitterons demain par le "Krcki most", pont de 1,5 km qui la relie au continent.

7

En approchant du pont, quelques industries sur la gauche gâchent un peu le paysage mais on aperçoit très bien Rijeka au fond de la baie, malgré la grisaille ambiante et les nuages accrochés à la montagne "Velika Kapela".

Nous prenons la nationale qui longe la côte en direction de Senj. Cette route côtière n'a rien de particulier sinon la beauté de la vue sur les îles.

Nous passons Senj sans nous arrêter pour ne pas arriver trop tard au Park Plitvicka. Nous rentrons donc à l'intérieur du pays par une route de montagne qui serpente entre "Velika Kapela" et le "Velebit". A nouveau un magnifique point de vue sur les îles...(alt. 700 m)

Puis nous arrivons dans une vallée verdoyante entre "Velebit" et "Lika". Nous traversons des villages où certaines maisons sont délabrées, en partie détruites ou portent des stigmates de la guerre d'indépendance (1990 - 1995)

8

Malgré la pluie de la nuit, nous nous préparons allègrement pour notre grande journée de randonnée dans le Parc des lacs de Plitvice. La navette du camping nous y emmène dès 9h00 et nous voilà partis pour un parcours raisonnable de 4,6 km, handicap physique oblige..... (parcours F 3-4 heures)

Malheureusement le temps frais et pluvieux ne nous aura pas permis d'apprécier à sa juste valeur cette "merveille de la nature".......Nous espérons cependant que les photos jointes vous donneront une idée de la beauté des lieux.

Niché dans la région montagneuse de Lika, le parc national des lacs de Plitvice est devenu un parc national protégé en 1949, et depuis 1979, les lacs sont également répertoriés comme site du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Ce phénomène naturel magnifique se compose de 16 lacs reliés entre eux et plus de 90 chutes d’eau et cascades de taille différente. Le parc couvre une superficie de près de 73.000 acres. Les lacs sont divisés en deux groupes : 12 lacs supérieurs et 4 lacs inférieurs. Les lacs supérieurs sont plus grands que les lacs inférieurs.

Le parc est accessible à pied par des chemins de terre et des allées. Le point du parc le plus élevé est à 1279 m, et le point le plus bas à 367 m. Les lacs se trouvent à une altitude entre 503 m et 636 m. La couleur de l’eau, changeant du vert émeraude au bleu, est tout simplement envoûtante. Et l’eau est si claire que l'on peut voir à travers, et repérer beaucoup de petits poissons.

Lacs et cascades de Plitvice 
9

Nous reprenons la route après une bonne nuit au petit camping "Bear" (l'ours étant le sigle du Parc). Ce matin, ciel bleu et grand soleil!....

Nous sommes samedi, alors la route de Korenica est très chargée de cars d'excursions qui vont au Parc. Finalement, malgré le temps, il valait mieux y être hier.....

Belle route de montagne avec dans une vallée très verdoyante. De temps en temps, en bordure de la route, quelques tombes regroupées, sans doute celles de personnes fusillées pendant la guerre....

A partir d'Udbina, nous redescendons vers la côte et le Parc National Paklenica. Au loin, sur les sommets de la chaîne du Velebit, on aperçoit quelques restes de neige (mais pas tant que sur la photo....)

Velebit enneigé 

Sur l'autoroute, nous empruntons un très long tunnel (5 à 6 km) au travers de la montagne pour rejoindre la côte. Autour de nous, ce ne sont que d'impressionnants paysages désertiques.

Nous faisons halte pour le reste de la journée à Starigrad Paklenica, dans un autocamp privé (Camp Popo), à deux pas de l'entrée du Parc.

La chaîne du Velebit est le massif le plus long (145 km), le plus important du pays et qui comporte de très hauts sommets, plusieurs à plus de 1700 m. En son sein, le Parc Paklenica se révèle le paradis des amoureux de la nature intacte, des randonneurs chevronnés, des fans d'escalade de haute montagne.

la montagne "vue" d'en bas 

Nous ne nous sentons pas suffisamment en forme pour nous confronter à pareille épreuve physique..... Dommage pour la flore et la faune.... Demain nous reprendrons la route vers Zadar et ses environs. Nous laissons le Velebit aux sportifs bien valides.

10

La météo ne nous est pas favorable.... Il a plu par intermittences toute la nuit et ce matin le ciel est très nuageux, à tel point que les sommets du Velebit ont disparu.

Velebit 

Nous décidons d'aller "en face" sur l'île de Pag......

Pag 

En ce dimanche 7 mai, jour d'élection présidentielle en France, nous visitons la ville de Pag et déjeunons royalement à la Konoba Bodulo (guide du Routard) d'un formidable plat de poissons, calamars, moules, coques et langoustines grillés, le tout arrosé d'un excellent vin blanc local le Gra . Pour terminer ce repas un "sherry grappa" nous est offert par le sympathique patron.

Konoba Bodulo 
11

Ensuite, direction Zadar où nous pensons nous reposer afin d'être dispo pour visiter la ville. Ce que nous en voyons est plutôt laid.....zones industrielles, commerciales que nous traversons en long et en large car notre GPS ainsi que le guide ACSI ne sont pas à jour. Pas moyen de trouver un camping à Zadar! Très mauvais point.....

Nous finissons par en trouver un à Nin, le "Ninska Laguna", à 20 km de Zadar. Petit camping un peu rustique mais nous ne faisons pas les difficiles.

Très beau temps ce matin pour faire le tour de la vieille ville de Nin, adorable petite presqu'île aux nombreux vestiges romains.

Nin 

Toujours sous le soleil, nous entrons dans la vielle ville de Zadar, elle aussi presqu'île, ayant quelques vestiges mais moins de charme car très abîmée par les guerres. Nous finissons notre découverte sous la pluie.....

Mon seul regret....ne pas avoir vu ni entendu l'"orgue marin" unique au monde. Cet instrument de musique extraordinaire de 70m de long a été conçu par un architecte mélomane répondant au nom de Nikola Basic. Sa particularité : il fonctionne grâce au ressac de la mer. En effet, quand une vague percute la digue, elle pénètre dans des tuyaux, en chasse l’air et produit ainsi des sons très harmonieux.

"orgue marin" 

Nous reprenons notre CC pour poursuivre la route vers Sibenik, de nouveau sous le soleil. Mais nous sommes à peine installés au camping "Park Soline" à Biograd no Moru que l'orage menace...

Nous faisons un "crochet" vers l'île de Murter, juste rattaché au continent par un pont de quelques mètres.

Pont de Tisno (île de Murter) 

Sur cette île, Betina est un petit village charmant dont le port et les maisons sont en pleine restauration et amélioration. Dans quelques temps il sera superbe!

La petite ville de Murter a beaucoup moins de cachet mais il y a une grande et belle marina emplie de magnifique bateaux.

Nous reprenons notre route et filons vers le Parc National Krka, en "snobant" Vodice et Sibenik. Nous avons hâte de nous poser pour la fin de la journée. Le temps est lourd et nous sommes fatigués.

12

Superbe et très agréable journée!.....

Hier, nous nous étions arrêter au "camping Marina", à Lovozac, à deux pas du Parc National Krka. Très sympa petit camping familial très bien organisé. Les gérants nous ont proposé une excursion pour le parc, tout compris et nous avons accepté pour le côté "prise en charge". Grand bien nous en a pris.....

Le Parc Krka est une autre des merveilles naturelles de la Croatie. C'est un territoire de 109 km2 tout autour du bassin de la rivière Krka, magnifique rivière du karst ayant donné naissance à des sites naturels très exceptionnels. Tout au long de son cours la rivière a profondément entaillé le plateau karstique en une série de spectaculaires cascades. Il y a des moments magiques où l'eau sourd de partout, sous des formes extrêmement variées, paisible, bruissante ou furieuse, au milieu d'une végétation totalement folle, habitée par une faune bruyante (multiples oiseaux et batraciens).

Parc Krka 

On déambule tranquillement sur un réseau de passerelles en bois à travers un paysage gorgé d'eau. L'eau est partout, elle court, elle court un peu partout....Mares calmes, petits rapides courant entre les roches moussues, ruisseaux jouant entre les racines. Le tout avec des bruits, des musiques, des glouglous toujours différents.

Parc Krka 

Après cette "balade" d'1h30 au milieu de cette végétation luxuriante, nous reprenons notre navette pour tout un circuit permettant de découvrir les meilleurs points de vue de l'ensemble du parc et de ses alentours, sans oublier un frugal repas de charcuterie et fromages locaux, le tout bien arrosé d'un petit vin rouge du pays....

13

Après une bonne nuit réparatrice, nous repartons vers le sud en empruntant l'autoroute. Nous laissons la côte et Split que nous visiteront au retour. Tout le long de l'autoroute les éoliennes tournent à plein régime, il faut dire qu'il y a énormément de vent et un ciel très mitigé. Il fait bon, 20°. Toujours le même décor montagneux, rocheux, sec et aride.

Nous quittons l'A1 pour pénétrer un peu plus dans l'arrière pays, vers Sinj. Nous traversons des petits villages qui "vivotent", beaucoup de maisons abandonnées ou jamais finies, parpaings à nu, vraies déchetteries... Aspect un peu triste de la Croatie rurale encore marquée par les évènements d'il y a vingt ans.

Aucun camping ni autocamp sur les routes de l'intérieur. On trouve des "sobe" (chambre) à louer mais c'est tout!... Pour ce soir, nous dormirons dans un jardin chez l'habitant qui propose des chambres et repas en ferme-auberge. Le proprio, Ante Lantinac est un homme charmant qui parle assez bien français. C'est bien agréable! Au menu, rôti de porc, oeuf au plat, saucisse fumée avec purée maison et excellente salade aux petits oignons nouveaux. Et au dessert....surprise!...des "palacinke" fourrées au chocolat, donc des crêpes. Sympa pour des bretons!!...

14

Nous repartons vers Ploce et la côte en alternant route et autoroute. Route jalonnée de vestiges romains plus ou moins visibles, mais aussi de majestueuses éoliennes... Le choc des siècles!!

Impressionnants paysages de montagne en descendant vers l'autoroute. Sur celui-ci nous progressons au pied du massif Biokovo Rilic dont les plus hauts sommets dépassent les 1600 m. Il constitue une sorte d'ultime barrière rocheuse, une muraille infranchissable, parallèle à la côte dalmate et qui tombe brutalement dans la mer. Ce sont des montagnes calcaire, arides et rocailleuses.

Biokovo Rilic 

Nous laissons la Bosnie Herzégovine à notre gauche et descendons vers la côte, à Ploce d'où nous prenons un ferry pour la presqu'île de Peljesac. Nous arrivons "pile" pour monter sur le ferry, et après une petite heure de traversée, nous débarquons à Trpanj et empruntons la route qui traverse la presqu'île vers Orebic. Cette route est taillée dans la montagne avec par intermittence des vignes enchâssées dans les terrains pierreux.

Ferry et vers Orebic

Orebic est un village très étendu au pied des montagnes sèches qui le dominent. Il paraît que des générations de marins et de capitaines y ont vu le jour et se sont distingués sur toutes les mers du monde, avant de revenir passer leur retraite ici, en se faisant construire de belles demeures entourées de jardins exotiques. Certaines sont très fatiguées par les ans d'autres moins.

Orebic 

Après un excellent déjeuner au "Kapetan Stari", nous continuons jusqu'à l'extrémité ouest de la presqu'île, où se trouve le camping "Kamp Lupis" à Loviste. C'est un petit camping très sympathique et très calme, les pieds dans, avec d'excellents équipements. Nous y sommes tellement bien que je crois que nous y passerons deux nuits.

Loviste 
15

Ce matin nous rejoignons Orebic afin de prendre un ferry pour l'île de Korcula qui a conservé sa beauté naturelle, son charme sauvage, constituée d'une chaîne de petites montagnes couvertes d'une végétation de type méditerranéen. Son climat très très doux permet à la vigne de s'épanouir ( Grk et Posip )

Criques et baies aux eaux transparentes se succèdent tout le long de la côte vers Vera Luka à l'ouest, vers Lumbarda à l'est.

La vieille ville de Korcula est une des villes fortifiées médiévales le mieux préservé du bassin méditerranéen. Elle s'étend sur une petite péninsule et renferme derrière les restes de rempart de nombreuses et élégantes demeures serrées les unes contre les autres.

Korcula 

Les habitants de l'île la revendiquent comme lieu de naissance de Marco Polo, à contrario des Italiens qui le veulent Vénitien.

Mais quelle galère pour trouver un camping ou même un autocamp....Soit ils sont définitivement fermés, soit pas encore ouverts ou trop difficile d'accès. Nous finissons par être acceptés à Lumbarda au camp "Vela Postrana" qui n'est pas encore officiellement ouvert ( sanitaires! ) mais avec un accueil très sympathique. Nous sommes à deux pas du petit port et au milieu des vignes.

Lumbarda 
16

Après un petit tour chez un viticulteur de Lumbarda pour s'approvisionner en vins blanc et rosé, nous reprenons le ferry pour quitter Korcula.

A Orebic, direction Dubrovnik en traversant la prequ'île de Peljesac dans le sens de la longueur cette fois. Ce ne sont que montagnes rocheuses couvertes de maquis de la mer Adriatique. Les vignobles produisent parmi les meilleurs vins rouges croates (Dingac, Plavac Mali, Postup)

En remontant Peljesac vers Dubrovnik 

Nous arrivons à l'isthme de la presqu'île constitué de deux villages, Ston et Mali Ston, situés chacun au fond d'un fjord adriatique. Dans le fjord de Ston on extrait le sel dans des salines protégées par un parc naturel. Remontant à la préhistoire, ce sont les plus anciennes et les mieux préservées du bassin méditerranéen. Le mode de production n'a pas changé au cours des siècles.

Salines de Ston 

Ston et Mali Ston sont reliés par la fortification la plus longue d'Europe (5,5 km) qui épouse le relief. Cette formidable muraille de pierres en forme de W enjambe une colline très abrupte. Elle servait à protéger l'arrière pays des Ottomans. Les travaux commencèrent en 1333 et s'achevèrent vers 1506. Cet ensemble colossal comportait 40 tours et 5 forteresses. La rénovation de la muraille est en cours mais elle est cependant presque totalement visitable par son chemin de ronde. Des centaines de marches à gravir... Très peu pour nous!!........

La grande muraille de Ston 
Ston 

Ce midi JP n'a pas pu résister à la curiosité et au plaisir de goûter aux huîtres locales....

"Oysters" 

Alors, verdict?!.....pas mal, voire même bonnes mais...elles ne valent pas les Cancalaises (il est né à St Malo!) et autres Bretonnes!!

Peu de campings dans les parages immédiats alors nous nous replions vers le "Camp Prapratno" situé un peu avant Ston dans une toute petite baie. Nous sommes "les pieds dans l'eau", alors nous en profitons pour "essayer" de nous baigner dans cette Adriatique si belle, si tentante...mais si fraîche!!...


Mali Ston 
17

Peu après Mali Ston, nous retrouvons la route côtière que nous avions quitté à Ploce. Toujours le même type de route taillée dans la roche avec en contrebas la mer et à peu de distance les îles Elaphites...magnifiques points de vue!

Plus nous progressons vers Dubrovnik plus l'aspect touristique des lieux se renforce. Grands hôtels, immeubles... Nous dépassons Dubrovnik en le surplombant et poursuivons jusqu'à Mlini où nous espérons trouver le "camping Kate", déjà repéré car raisonnable en prix (nous y resterons 2 ou 3 nuits) et pas trop loin en bus ou en bateau de Dubrovnik.

18

C'est donc en bateau que ce matin nous allons à la découverte de la citadelle de Dubrovnik. Surprise, en longeant la côte à partir de Mlini, de grandes constructions hôtelières complètement laissées à l'abandon et à la désolation depuis la guerre avec la Serbie. Quelle tristesse et quel gâchis...Mais d'autres constructions récentes ont pris la relève à proximité comme pour montrer que malgré tout la vie continue.

de Mlini à Dubrovnik 

Nous abordons dans le vieux port au pied de la forteresse et partons à la découverte de cette ville-musée. Des maisons couvertes de tuiles, des palais, des églises, un dédale de ruelles dallées de pierres blanches et des rues dont les pierres polies brillent au soleil.

Dubrovnik, "Perle de l'Adriatique", les pieds dans l'eau et la tête au soleil...

Nous rentrons de Dubrovnik ravis mais épuisés par la chaleur surprenante (30°) et la foule, inhabituelle jusqu'à présent. Nous sommes cependant un peu contrariés car notre condition physique ne nous a pas permis de faire le tour des remparts (nombreux escaliers à monter et descendre) mais nous aurions aimé pouvoir en parcourir un peu mais l'accès est pour l'ensemble =100kn !!

Idem, 110kn par personne pour le téléphérique mais un point de vue sans doute formidable du haut du mont Srd qui les vaut vraiment. Nous pensions y revenir le lendemain mais...

Ce ne sont pas nos photos...(snif!) 

après une "bonne grimpette" pour prendre le bus de retour, accès refusé!! Pas de chien...même petit comme Mango et tenu dans les bras. Alors...il ne reste que le taxi mais avec lui c'est la même chanson. Cependant ok avec un supplément!!...Conclusion, 200 puis 180kn en taxi au lieu de 40kn en bus. Nous ne sommes pas radins mais il y a une certaine exagération et surtout de la mauvaise volonté.

Heureusement c'est la première fois. Jusque là nous avions toujours trouvé des personnes aimables, souriantes et cherchant à rendre service. C'est sans doute l'effet de la grande ville...A Dubrovnik, il n'y a qu'un seul camping et à 50 euros la nuit!! A zadar, c'est encore plus simple, il n'y a plus aucun camping! La Croatie est pourtant un pays qui compte beaucoup sur le tourisme, or le vrai "tourisme de masse" n'est pas celui qui remplit les "Grands" hôtels. Heureusement, ailleurs sur la côte, d'autres ont compris, ouvrent des autokamps très corrects et font de l'agrotourisme très typique, ce qui permet d'être au plus près des habitants et des coutumes du pays.

19

Petite étape aujourd'hui, nous faisons un saut de puce jusqu'à Cilipi où demain nous viendrons admirer le spectacle folklorique du village. Après Cilipi, la route vers le Monténégro descend dans une large vallée verdoyante où paissent tranquillement des vaches (!!) mais aussi des moutons. Nous continuons jusqu'à Molunat attiré par son aspect "bout du bout"!... et c'est bien la réalité ou presque car c'est le village (minuscule) le plus au sud de la Croatie. Nous y trouvons l'autocamp "Adriatic", très simple mais sympa et réellement les pieds dans l'eau.

large vallée 

En allant vers le phare du "bout du bout", de nombreuses belles maisons proposent des locations. Dommage, le pire côtoie le meilleur (pas dans les locations!). Petites îles en face de la baie et très jolis panoramas. L'entrée des "Bouches de Kotor" (Monténégro) est là.....

Molunat 

Ce matin nous remontons par une autre route pour retourner à Cilipi, là encore de superbes points de vue nous en mettent plein les yeux.

A Cilipi, les parkings sont pleins, les terrasses des cafés aussi et la place du village grouille de monde. En été, cela doit être infernal!...

Un spectacle folklorique de 45 mn est présenté sur la place du village chaque dimanche matin à 11h15 de mi-avril à fin octobre. Ce sont les habitants, en costume local, qui assurent le spectacle présentant des chants et danses traditionnels.

Folklore à Cipili 

Sympathique et "bon enfant", ce spectacle est idéal pour mettre en appétit...

Nous reprenons la route vers Gruda pour trouver la "Konoba Vinica" indiquée dans le guide du Routard. C'est un petit resto familial que nous finissons par découvrir en retrait dans la vallée, au bord de la rivière Ljuta.

Une bonne adresse chaleureuse pour un repas traditionnel, bercé par le chant de l'eau, brochettes d'agneau pour moi et truite grillée pour JP.

Au bord de l'eau... 

Un peu plus loin, un autre resto plus "chic", toujours au bord de la rivière qui court et cascade. Un petit havre champêtre, très apaisant et rafraîchissant.

La rivière Ljuta 

Retour à Molunat pour une fin de journée au calme.

20

La "Magistrale" ou encore le "Collier de perles", c'est la route côtière n°8 qui va de Split à Dubrovnik, ainsi nommée à cause des petits ports et des petites plages qui se succèdent. La mer avec ses eaux bleues limpides, les villages enfouis dans la végétation exubérante et les sévères éperons rocheux qui se dressent fièrement en surplomb de l'Adriatique...

Une petite "perle" 


Aujourd'hui nous remontons toute la côte depuis Molunat vers Split mais nous nous arrêtons à Zaostrog, au camping "Viter", afin de prendre demain matin un ferry pour l'île Hvar.

Avant Ploce, la route contourne le delta de la rivière Neretva qui descend de Bosnie-Herzégovine . Ce delta constitue une grande plaine fertile très favorable à l'agriculture.

Delta de la Neretva 

Les lacs de Bacina sont un ensemble de 6 lacs situés à 2 km de Ploce dans l'immédiat arrière-pays de la ville portuaire. Ces lacs sont situés dans une région rocheuse entre la rive droite du delta de la rivière, la mer et l'extrémité sud du massif du Biokovo. Ces 6 lacs, reliés entre eux forment un "collier" vert bleuâtre.

Lacs de Bacina 
21

A Drvenik, nous prenons un nouveau ferry pour l'île Hvar située juste au-dessus de Korcula.


Ferry entre Drvenik et Sucuraj 

Hvar est, paraît-il, la plus connue et la plus séduisante des îles de l'Adriatique. Elle s'étire d'est en ouest sur 68 km de long pour 11 km de large dans sa partie la plus ventrue. En majorité les habitants vivent à l'ouest où se trouvent les ports abrités et le terres fertiles.

Nous débarquons sur l'île à Sucuraj, complètement à la pointe est, et prenons une route traversant la partie centrale aride, rude, très peu peuplé. Au programme, des senteurs chaudes de pin, des collines sauvages tapissées d'un épais maquis et vierges de toute construction.

maquis 

Les villes les plus importantes de l'île sont toutes situées à l'ouest, Jelsa, Vrboska, Stari Grad et surtout Hvar.

C'est à Vrboska que nous nous arrêtons pour déjeuner et découvrons ainsi un adorable petit port tranquille, niché dans une baie étroite.

Vrboska 

Nous continuons vers Hvar pour trouver un camping car malgré nos recherches ils sont très rares. Nous apercevons la Forteresse Espagnole que nous reviendrons visiter demain

Forteresse Espagnole 

Après être repassé versant nord nous arrivons au camping Vira. Nous y resterons 2 nuits car il est très confortable et au bord de l'eau.

au camping Vira 

Ce matin, en descendant à Hvar, nous nous arrêtons à la forteresse d'où l'on a point de vue extraordinaire sur la ville et les îles de l'archipel des "Pakleni Otoci"

La Forteresse Espagnole 

Hvar est située au fond d'une baie abrîtée par les "Pakleni Otoci". C'est une ville magnifique, un port ancien aux eaux limpides au ras des quais avec de belles dalles calcaires lustrées, une place centrale piétonne bordée de belles maisons, de ruelles et d'escaliers. Ceci explique sans doute que Hvar soit récemment devenue le St Tropez de la côte croate.

Hvar 

Pour finir la journée nous nous "égarons" vers Brusje et ses environs, connus pour sa production de lavande. Malheureusement, il est trop tôt dans la saison pour que la lavande soit en fleur...et en odeur!!

Lavande 

Nous redescendons avec une très belle vue sur Stari Grad, la mer et le continent.

22

A Stari Grad, nous prenons un énorme ferry qui en 2 heures nous ramène vers le continent, à Split qui nous apparaît toute blanche dans un magnifique rayon de soleil.

Split 

Ce que nous voyons de la ville à la descente du ferry est pourtant assez laid... grands immeubles de type "cages à lapins", aucune élégance, aucun esthétisme. J'espère que le coeur de la cité, face à la mer, ne nous décevra pas...

Nous prenons la direction de Trogir pour nous échapper de la grande ville tentaculaire et trouver un petit camping à proximité mais au calme. Nous quittons la D8 entre Split et Trogir pour nous rapprocher de la mer à "Kastela" et trouvons le "Camp Bilus" à Kastel Stari. C'est un tout petit camping familial à l'équipement rudimentaire mais il n'y a qu'à traverser la rue pour être sur la "plage" - artificielle en béton et gravier comme presque partout!

Kastel Stari est un des 7 petits ports qui se succèdent entre Split et Trogir, et constituent dorénavant une seule commune, celle de Kastela. Il s'agit en fait de la région côtière de 17 km située au pied d'une la ligne de collines karstiques (calcaire). Chacun de ces petits ports a la particularité de posséder chacun un "château" (kastel). Ces manoirs maritimes furent édifiés par de riches bourgeois et nobles de Trogir et Split. Certains possédaient même des ponts-levis (menace Turque).

Kastels 
Kastela 

Malheureusement ces édifices, autrefois rutilants, ont, eux aussi, été victimes des outrages du temps et des féroces combats qui ont endeuillé ce pays et défiguré, en partie, les villes et les villages.

23

Au nord, la ville reliée à la terre ferme par un pont, au sud la presqu'île de de Ciovo avec un autre pont, et entre les deux, la belle cité médiévale de Trogir. C'est tout le Moyen-Age dalmate concentré dans une petite ville-musée très active. Nous ne sommes qu'à la mi-mai et déjà les touristes sont nombreux. Il est vrai que Trogir est une ville très lumineuse et souriante, à l'image de ses habitants.

Superbe journée, au grand soleil et au grand air!...

24

Comme nous l'avions déjà appréhendé, Split est une grande ville très animée mais.....très laide. Il n'y a que le vieux centre (Grad) et le port qui méritent le déplacement.

Pour cela, il faut se diriger vers le coeur de la cité, face à la mer. C'est un petit carré abritant un labyrinthe de ruelles, avec de restes de remparts.

Par la simple contemplation des ruines, le visiteur est amené à travers plusieurs époques en un instant. En fait, la cité est installée dans le palais de l'Empereur Dioclétien, édifié aux alentours de l'an 300 apr. J.C. Il réunit les avantages de la villa romaine et l'aspect défensif d'un castrum romain (lieu fortifié). Puis au fur et à mesure, le palais se métamorphosa en bourgade médiévale, en récupérant les pierres des monuments et vestiges romains. C'est donc une cité faite de "bric et de broc", accumulant tous les âges et tous les styles.

de l'Antiquité au Moyen-âge 

La façade méridionale regarde la mer Adriatique. C'est là que se trouvaient les appartements impériaux, alignés en enfilade. Du côté de la terre ferme, le palais était fermé par de hauts remparts, gardés par des tours. Des lambeaux de ces remparts existent encore ici et là.

alignement des appartements 
Remparts 
Remparts 

Le port de Split est stratégique. A la fois port militaire, marchand et touristique, c'est lui qui rythme l'existence de la ville.

Le  port 

Mais Split, c'est aussi une ville moderne animée, vivante dynamique et jeune, résolument tournée vers l'avenir et le tourisme.

25

Nous repartons tout doucement vers Sibenik en nous arrêtant pour visiter Primosten, un "gros" village implanté sur une presqu'île rocheuse qu'un mince passage relie à la terre ferme. D'où le nom "Primosten" = "relié par un pont".

Village "presqu'île" de Primosten 

Sympathique petit village aux toits de tuiles, lui aussi tourné vers le tourisme mais sans excès.

Primosten 
26

Nous repartons doucement vers Sibenik en nous arrêtant à Rogoznica pour y déjeuner puis pour y trouver un camping car nous n'avons pas envie d'aller plus loin, tous ces petits ports et ces criques sont tellement agréables.

Rogoznica 
27

Nous devons commencer à être "blasés" car nous n'avons pas été très sensibles au charme de Sibenik. C'est une ville de moyenne importance au passé industriel déchu mais qui bien sûr recèle des petits trésors architecturaux dans sa partie ancienne.

Sibenik 

A la différence des autres grandes villes du pays, elle fut fondée au Xe siècle par les Croates, et non par les Grecs ou les Romains.

La cathédrale St Jacques est une des plus belles de Croatie, c'est un magnifique exemple de transition gothico-renaissance. Elle est classée au patrimoine de l'UNESCO. Elle a été construite à partir de 1431 en trois étapes par trois architectes différents. On peut admirer le superbe portail typiquement Renaissance et les 71 têtes sculptées qui représentent les gens ordinaires de l'époque qui avaient des "tronches" intéressantes.

Cathédrale St Jacques 

Juste en face de la cathédrale, l'ancien hôtel de ville est un magnifique édifice Renaissance construit en 1533.

Ancien Hôtel de ville 

Le château Saint-Michel n’est rien d’autre qu’un amas de ruines mais d’où vous avez une superbe vue sur Sibenik et la mer.

Château St Michel 

Autrefois véritable moteur de l’économie yougoslave, Šibenik a vu toutes ses usines fermer les unes après les autres après la désintégration de l’ancienne fédération. Aujourd’hui, elle renaît de ses cendres grâce à la culture et au tourisme.

Sibenik 
Le port 
28

Juste en face en face de Brodarica, Krapanj est la plus petite des îles de l'archipel de Sibenik (O,36 km2) et la plus basse de l'Adriatique, à peine 1,50 m d'altitude.

Ses 170 habitants permanents ont un mode de vie quasi insensible aux influences extérieures. Jadis une des grandes activités de l'île était la pêche à l'éponge.

A cette saison, il y a peu de petits cafés ouverts. Le seul hôtel de l'île qui a ouvert en 2004 commence pourtant à se remplir.

De part et d'autre de l'église, deux cimetières dont un tout en longueur, regroupent des tombes impressionnantes ressemblant plus à des mausolées.

Retour à Brodorica sous un soleil de plomb...

29

A environ 10 km au nord-est de Split, la forteresse de Klis s'élève sur un éperon rocheux, tel un nid d'aigle. D'épaisses murailles, de grandes portes, des tourelles défensives, le tout en ruines, Klis servait à surveiller la route qui relie le littoral à l'arrière-pays.

Forteresse de Klis 
30

C'est la fin de notre voyage en Croatie....

Nous sommes à Stobrec, à 5 km de Split, et patientons en attendant dimanche.


Eglise et clocher "séparés" 
Camping Stobrec 

Demain soir, nous prenons un ferry-boat pour Ancona en Italie. Après les 11 heures de traversée, nous prendrons la route pour rentrer directement en France. L'Italie sera l'objet d'un autre Carnet de Voyage...

Ferry-boat "Aurelia" 

Rentrés chez nous en Bretagne, je prendrai le temps de faire un petit bilan de notre voyage de découverte de la Croatie, alors...à bientôt!

Jean-Pierre                                                   Mango                                                        Marie-Y...
31

Nous avons commencé notre voyage par une des "vitrines touristiques" de Croatie, l'Istrie et la côte du golfe de Kavner, continué par une autre, les parcs nationaux naturels, Plivitce, Paklenica et Krka, superbes et totalement authentiques. Nous n'avons pas oublié de faire une petite incursion dans l'arrière pays, ce qui nous a permis de nous rendre compte du "chemin" qui reste à parcourir... Loin de la côte, les villages et lieux-dits sont toujours très isolés et un peu oubliés.

Notre découverte nous a ensuite emmenés le long de la côte vers Dubrovnik, la "perle" de l'Adriatique. Sans oublier les îles de Cres, Krk, Pag, Korcula, Hvar... et toutes celles que nous n'avons pas eu (ou pris) le temps de visiter.

Les aménagements touristiques sont évidemment concentrés tout le long de cette côte Adriatique et des Parcs naturels Nationaux, Plivitce, Paklenica, Krka... Le tourisme est la principale "manne" économique de la Croatie.

Dans tout le pays, les moyens de communication modernes ont fait leur oeuvre. La télévision et internet sont partout. Ce qui fait que toute la population a une vraie volonté de progrès. On ressent malgré tout que c'est un peuple qui a été profondément meurtri et marqué par la guerre d'indépendance de 1990 à 1995. Ils en parlent peu mais partout on en voit les nombreuses traces.

La Croatie est un magnifique "petit" pays, avec de nombreux contrastes mais fier de ses traditions et en plein devenir. Espérons que les dirigeants de ce pays feront en sorte qu'il ait un avenir plus souriant que son passé...