Carnet de voyage

lulosolilatina

34 étapes
548 commentaires
115 abonnés
Dernière étape postée il y a 28 jours
Un an en famille sur les routes d'Amerique du Sud avec "HAPPY-33", notre camping-car...parce que la vie est précieuse et que c'est maintenant que ca se passe!
Septembre 2018
335 jours
Partager ce carnet de voyage
34

Coucou tout le monde!

Finalement, nous sommes restés une semaine à Ouro Preto pris d'affection pour la gentille famille chez qui nous étions et puis la ville est sympa.

Ensuite on a trainé une semaine à Tiradente, une autre petite ville de charme qui nous a bien plu avec ses bons restau et ses jolies boutiques d'artisanats (on a faillit repartir avec plein de meubles mais les livraisons ne sont pas encore au point pour l'étranger). C'est ici que l'on a fêté mon anniv, petite sortie en buggy dans la campagne environnante pour l'occasion. Les enfants ont adorés les maisons penchées que l'on a visité. Un concept rigolo, poétique et farfelu basé sur l'amusement (jeux de sociétés, déguisements, marionnettes, jeux extérieurs, cirque, bulles de savon…).

Nous sommes arrivés à Rio de Janeiro le 10 juin avec toutes les recommandations possibles des Brésiliens rencontrés avant : "Rio de Janeiro é perigoso"(c'est dangereux); "cuidado" (attention); sortez sans rien sur vous (pas d'appareille photo, peu d'argents…); ne faite confiance à personne… Bon bon bon tout va bien!!

On ne vous cache pas que l'on appréhendait légèrement l'arrivée avec Happy dans la mégapole, on espérait ne pas se retrouver malencontreusement perdu dans un favelas. Mais finalement les axes sont grands, faciles et bien indiqués. La deuxième chose importante était de trouver un endroit sécu pour dormir dans Happy et pouvoir le laisser seul sans problème la journée. C'est sur le bord de la plage Sao Conrado que nous sommes restés une semaine. Une plage à 15km au sud du centre ville, l'une des plus belles de Rio, dominée par une immense falaise: la pedra da Gàvea. Ici c'est tranquille, pas de problème et dés notre arrivée on se fait aborder par pleins de curieux bienveillants. Rapidement on prend nos marques. Le type du Kiosque d'à côté est adorable, il garde toujours un œil sur Happy quand on part et il nous offre le plein d'eau tout les jours. On a prit l'habitude de prendre un jus de fruits ou une caïpirinha (boisson phare du Brésil) chez lui le soir. C'est notre copain. Le coin est fréquenté par les adeptes de parapente et de deltaplane, c'est bien trop cher pour que l'on en fasse mais on prend plaisir à les regarder tourbillonner au dessus de nos têtes.

Soan me suis en vélo pendant le footing

Les gens courent sur le front de mer alors je m'y mets aussi (opération bombasse power), Ludo fait des barres avec les gros balaises. C'est vrai, qu'à Rio c'est pas une légende, c'est le paradis des culs et des corps sculptés. Ludo est ravis!!

On aura bien profité de cette incroyable ville. Rio de Janeiro c'est une gigantesque ville de plus de 6 millions de Carioca (hab de Rio, plus 12 millions avec l'agglo) où les riches et les pauvres vivent les uns à côté des autres en prenant soin de ne pas trop se mélanger. La ville est au pied de belles montagnes, recouvertes de forêt tropicale, qui plongent dans l'océan. La côte est déchiquetée et enjolive le tableau. Soupoudrer le tout d'un immense nuage de pollution et ça donne: Rio des Janeiro!!!

-Le Corcovado et le fameux Christ rédempteur.

-Le Pain de Sucre et les téléfériques.

-Les plages ultra célèbres de Copacabana, Ipanema, Leblon.

Les Brésiliens jouent beaucoup à "la brésilienne" (se passer un ballon de foot sans qu'il ne touche le sol), ils sont super fort!

-Les escaliers Selaron

- La Pedra Bonita, rando mère/fils (pendant que Ludo et Lila s'amusent dans les vagues heureux de partager eux aussi un moment privilégié père /fille).

On a adoré Rio, bien sûr quand on vient en touriste on ne voit que le positif mais malgré tout on sent bien que la misère et la violence sont aussi une facette triste de cette ville. "Une jolie vache déguisée en fleur" (Brassens)

Nous voilà maintenant à Ilha Grande (29km sur 12km). Un petit coin de Paradis! Des plages de rêves, des forêts luxuriantes, de bons ceviches, du soleil… pas de voiture (Happy est resté sur le continent et nous on se paye des hôtels) … on profite!!!

Faut dire que l'Amérique du Sud est loin d'être la référence en plage. C'est plus montagnes, grands espaces, forêts mais les plages de rêves sont au Brésil (et probablement en Uruguay) et on y est enfiiiiinnn!

Ici c'est l'hiver, 28°C... ça va… mais il parait que dés qu'on passe sous Sao Paulo ça se refroidi donc on va prendre notre temps.

On a prit nos billets de retour et on arrive le 30 juillet!!!!!!!!!!!!!! Préparez le fromage et les huîtres!!!!!

Pleins de bises à tous.


PS: une pensée pour mon frère et ma soeur en pleine période de bac.

33
33
Publié le 29 mai 2019

Bom Dia!!

Et oui, après 8 mois d'Espagnol, il faut nous mettre au Portugais et c'est pas un mince affaire!!!

Que de temps passé depuis le Tranquilo du Paraguay. On va essayer de synthétiser à max.

Après 10 jours au Tranquilo les adieux ont été un peu rudes pour les mignons qui s'étaient attachés à leurs nouveaux copains (Lou-han et Anthony)… pauvres bichons.. donc échange de cadeaux, échange de mots écrits sur leurs cahiers, séance photos… quelques pleurs dés le départ dans Happy! "Mais c'est ça le voyage les mimis, on doit bien repartir à un moment!"

Donc, 650 bornes pour arriver aux portes du Pantanal Sud, à Bonito. Bonito c'est une bourgade habituellement très touristique mais en ce moment ce n'est pas la haute saison. La nature environnante est riche, sources d'eaux douces connues pour leur pureté, cascades, grottes… bref il y a des choses a faire et a voir c'est certain mais pour nous, voyageurs au long cours, ce n'est pas vraiment l'idéal car tout les sites sont privés donc chers et ils s'organisent depuis l'hôtel. Pour ne pas être venu pour rien, on va voir une grotte et surtout, on va se faire une partie de snorkeling dans les eaux translucides. Ca, les enfants ont adorés!!! Quel bonheur de les voir heureux comme ça, ébahis derrière leur masque et tuba, c'est vrai que les fond sont beaux et qu'il y a beaucoup de poissons. C'était extra de leur faire découvrir ça et puis en plus, ils avaient un combinaison...la classe!!! Comme Titou pour le surf 😘!!

C'est aussi à Bonito que nous avons rencontré Anaëlle. Une jeune femme de notre âge qui voyage depuis 7 ans a travers le monde en faisant du volontariat pour être logé/nourri/blanchi et des petits boulots pour se financer (massages dont on a bien profité, vente de bijoux qu'elle fabrique elle même, serveuse, hôtellerie…). Super sympa d'ailleurs on l'embrasse.

On a pas mal tergiversé pour trouver la meilleur façon d'explorer le Pantanal. Un tour tout inclus? Y aller pas nos propres moyens? Finalement, on a opté pour le Pantanal Sud avec Happy pour être plus libre et que ce soit moins couteux.

Le Pantanal, pour ceux qui n'en ont jamais entendu parler (comme moi avant, je dis "moi" parce que Ludo "fan de reportages animaliers" connaissait déjà) c'est le plus grand marais au monde. Il s'inonde pratiquement entièrement lors de la saison des pluies entre décembre et mars. Il s'étend sur 200 000km². C'est une réserve de faune et flore particulièrement riche. La plus grande partie du Pantanal ce trouve au Brésil mais il s'étend aussi un peu sur le Paraguay et la Bolivie.

Donc, en solo nous voilà partie avec Happy sur l'unique piste qui traverse le Pantanal Sud. Stop hyper agréable au "Passo lontra", lodge charmant sur pilotis avec arbres encore submergés à la fin de la saison des pluies, marécages, nénuphars, passerelles en bois, caïmans, iguane, oiseaux…et moustiiiiiquessss. Nous stationnons gratuitement sur le parking, on prendra quand-même le repas du soir (hyper méga trop bon avec la soupe de piranhas qui est une tuerie) et le petit déj buffet ultra complet. C'est de là que j'ai écrit l'article: mon père ce Héros!! Au passage merci pour tout vos messages réconfortant.

Nous faisons notre propre safari sur la piste, succession de ponts (évidement avec toute cette eau...), stop a chaque pont, à chaque oiseau et mammifère. Sur la piste on prend un mec en stop qui s'avère être guide, le top, il nous explique tout. Du coup, en soirée, petite virée en bateau à moteur avec lui pour un coût dérisoire.

Le Pantanal sud c'est un festival de caïmans et d'oiseaux.

Il y a environ 600 espèces d'oiseaux sur la réserve.

PS: Dans mon objectif bombasse actuel, me voilà a faire un footing en plein Pantanal… ca c'est fait..✔

Bon on adore les animaux c'est claire et net , et on a pas envi que ça s'arrête donc on prend la décision d'aller au Pantanal Nord. Il paraît que c'est encore plus fourni!!

C'est juste que… c'est pas la porte à côté… 1100km pour contourner la réserve et atteindre le Nord. Bon on est là, on est là! On a le temps, on a le temps!

Après 3 jours de route, c'est parti pour la mythique "Transpantaneira"! une piste de 145km et 122 ponts. Nous pouvons nous enfoncer que de 60km car la route est encore inondée plus loin et infranchissable sauf en 4x4. C'est un peu dommage car c'est après que ca devient plus sauvage et plus intéressant mais on peu pas savoir avant d'y être. Pas de regret.

On se lève tôt pour se donner plus de chance d'apercevoir la star des lieux: Le Jaguar. On verra des capybaras, des renards traverser, des oiseaux par centaines mais pas de jaguar.

Cap à l'Est, objectif Ouro Preto à 1800km. wouaaafff… c'est grand le Brésil!

Et bien on a le temps, on a le temps…

3 jours complets de route!! Moyenne de 500km par jour. Ludo a vu les levés du jour et les couchés de soleil au volant d'Happy.

Nous y voilà. Ville inscrite au patrimoine mondiale de l'Unesco. Ouro Preto: or noir. Il y a effectivement plein de mines d'or qui ont été creusées par des esclaves à la fin du XVIIIe siècle, aujourd'hui elles se visitent. Petit aperçu de la ville hier à notre arrivée où nous avons galéré pendant 2 bonnes heures pour trouver un endroit sécu où se poser. Après l'expérience de Cusco (…) on évite de s'engager dans les jolies petites villes pavées aux ruelles étroites.. donc nous sommes dans une pousada familiale et finalement on s'est même prit une piaule pour récupérer de toutes ces heures de route.

Visite de Ouro preto ce matin. C'est un petit bijou, les bâtiments datent du XVIIIe siècle pour la plupart, rues abruptes pavées, balcons en bois colorés, toits en tuiles, églises baroques…

Info des occupations sur la route: les enfants s'inventent des jeux, se déguisent, se maquillent, regardent des films, … bon Ludo conduit sans surprise, … moi, toujours dans mon objectif bombasse, je fais des abdos, du palper/rouler, des enveloppages au marc de café hyper anticellulite mesdames… on s'occupe comme on peu, mais c'est pas triste!! Stop pour le p'tit déj au bord d'un champ on se retrouve finalement dans le tracteur a récolter la canne a sucre, spot pour dormir parfois sympa.

Le Brésil, premières impressions: soleil et beau fixe depuis notre arrivée et ça requinque, les gents sont adorables, serviables, aidants, joyeux mais on comprend rien!! La bouffe archie sucrée, archie salée,... les Brésiliennes super bien dans leur peau assumant parfaitement leurs rondeurs. Le pays exploité à max, des champs de canne a sucre, de maïs, de coton.. des élevages de vaches partout même dans le pantanal.

Bon voilà, j'ai fait le tour.

Au programme après Ouro Preto, Tiradente puis enfin RIO DE JANEIROOOO!

On vous embrasse.

PS: notre Soan a perdu sa première dent au Paraguay et ...il l'a avalé où perdu?? Mais la petite souris est quand-même passée. Ouf

32
32
Publié le 17 mai 2019

Olà do Brazil!!

Une pensée toute spéciale pour le meilleur papa du monde qui est mort il y a deux ans aujourd'hui. Que le temps passe vite!! Le vide reste immense et irremplaçable mais il nous accompagne tout au long de ce voyage par la pensée. Encore plus où nous sommes actuellement, le pantanal du Brésil, des caïmans immenses, pleins d'oiseaux différents, des caïpibaras, des tatoos, des iguanes, le bruit des grenouilles la nuit et des oiseaux le matin... le bonheur aurait-il dit!!! Nous avons la chance d'être dans un endroit insolite pour cette journée particulière mais nous pensons trés fort à vous tous à qui il manque beaucoup et on vous souhaite une douce journée pleine de bons souvenirs passés avec lui et de son immense sourire qui rechauffera vos coeurs! Que sa philosophie de la vie irradie de partout!!!

❤❤❤

On fera un article spécial Pantanal dans quelques jours car aujourd'hui on part à la recherche des animaux avec Happy et Api (papi pour les mignons) !!!!! Dactariiiiiiiiiiiiiiiii!!! 😘

Gros bisous à tous!!!

31

Coucou tout le monde!!

Que c'est grand l'Argentine!!1400km pour relier Buenos Aires à Puerto Iguazu. C'est encore une petite semaine de route ça! Sauf pour nos copains "les Luclauvi" qui l'ont fait en 2 jours et sont arrivés avant nous alors qu'ils étaient partis de Buenos Aires 4 jours après. Bon, il faut dire qu'il ne leur restait plus qu'une semaine avant le départ de leur camion d'Uruguay à Montevideo pour la France. En gros, ils ont avalé 3000km en une semaine...pour cette splendeur a ne pas manquer: les fameuses chutes d'iguazu !!! Chapeau bas les Luclauvi!!!!

Les Luclauvi sont des copains voyageurs que l'on n'a rencontré tout au début de notre voyage, en Colombie. Lucas (10 ans), Clara (9 ans), Aurélie et Vincent voyagent avec un camion de pompier aménagé depuis le mois d'Aout 2018. Ils ont prit le large dés le début, si bien que nous n'avons pas réussi à se revoir. C'est, finalement à la fin de leur voyage que nous nous retrouvons enfin. Et c'est bien rigolo de se raconter nos aventures et mésaventures surtout!!! Nous passons ensemble deux soirées très sympa et la journée a Iguazu qui est un régal. Bon retour les copains et "suerte" pour la suite!!

Au passage, une pensée aussi pour les "Lali aux Amériques" qui finissent leur voyage aussi et que l'on n'a pas réussi à revoir une 3ème fois mais ce n'est que partie remise et on se retrouvera en Dordogne (…on sait tout) ou en Gironde ou au Pays Basque!!!...

Les chutes d'Iguazu se trouvent à la frontière entre l'Argentine et le Brésil. Le mieux est de les voir des deux côtés. Du côté Argentin nous sommes tantôt au dessus des chutes, tantôt aux pieds des chutes, tantôt en face, bref une vue globale sur les 3km de chutes, comme dit Ludo "y a du débit!!"... 6h sont nécessaires pour parcourir les trois sentiers qui offrent des panoramas bien différents. Nous avons eu, ce jour là, un temps splendide, ciel bleu, chaleur… le top pour embellir le tableau de plusieurs arcs-en-ciel et apprécier les embruns qui nous rafraichissent. Le site, bien que très touristiques, est génial. En plus des chutes spectaculaires, les ballades pour y accéder sont sympas, on a vu des singes, des coatis avec lesquelles Vincent c'est battu pour garder un morceau de son sandwich (sorte de raton-laveur), des pies gourmandes, des milliers de papillons qui viennent se poser sur nous, des magnifique toucans, des vols de perruches … le paradis des animaux pour le plaisir des enfants (et des grands).

Du côté Brésilien nous n'avons pas eu la même chance et c'est sous une pluie diluvienne, gelé sous nos k-way qu'on a eu un nouvel aperçu des chutes. De ce côté là on voit tout d'un coup, c'est une vue d'ensemble où l'on se rend mieux compte de la taille du site. Heureusement, il suffit 1h30 pour faire le tour.

Direction le Paraguay. Et nous voilà depuis 5 jours dans le camping Tranquilo bien connu des voyageurs comme nous. Charles et Aurélie et leurs enfants Lou-Ann (9ans) et Anthony (7ans), sont une famille de Savoyards installée depuis 2 ans dans un petit coin paumé pas loin de La Colmena. Enfin, on se pose!! Ouf, il était temps. Les parents de Charles sont là aussi et le mélange de génération est sympa.

Les enfants s'entendent super bien, danses, déguisements, spectacles, vélo, aventures et histoires a n'en plus finir… le bonheur!! Pour nous c'est l'occasion de remettre l'annonce pour Happy un peu partout, de rattraper le niveau d'école pour les enfants, de se remettre un peu au sport pour moi ("opération bombasse"), de faire la vidange et changement filtres et de se faire des bonnes bouffes entre adultes.

Ca ne se voit pas mais en ce moment nous sommes un peu lassé du voyage. 8 mois que nous en profitons beaucoup mais les bornes a n'en plus finir et dernièrement les jours de pluie a répétitions ont eu raison de nous ces derniers temps. Et puis, il faut bien l'avouer, vous commencez sérieusement a nous manquer aussi!!!! Comme dans la vie de tout les jours il y a des hauts et des bats. Nous savons que ce n'est qu'une passade mais ca fait aussi parti du voyage. Maintenant nous espérons vendre rapidement Happy pour imaginer de nouvelles perspectives et repartir de plus belle!!! Nous comptons bien profiter de nos 3 derniers mois A FOND!!!!

Pleins de bisous à tous

PS: on s'est embourbé pour la première fois après une pause repas durant le trajet Buenos Aires->Iguazu. 1h de galère a déplacer progressivement des cales en bois sous les roues et a avancer mètre par mètre. Au bout d'1h nous avions bien fait 10m mais ca représenté que la moitié du bourbier. Heureusement qu'un argentin nous a tiré avec son petit pickup 2X2. Il est parti comme il est arrivé après nous avoir sauvé!!! Des amours ces argentins!!!

30

Coucou tout le monde !

Voici une carte pour un aperçu de ce que l'on a fait en 7 mois de voyage.

Buenos Aires, 3 millions d'hab et 14,5 millions avec l'agglo soit 1/3 de la population totale du pays (44 millions). Je vous laisse imaginer l'immensité des espaces vierges sur le reste du territoire. Nature, nature et encore nature.

Finalement, ça fait du bien de voir un peu de bitume!!! Nous y sommes restés 5 jours. Buenos Aires c'est une ville moderne, dynamique où se côtoient les grattes ciels, les bâtiments coloniaux colorés, les monuments magnifique du XIXe siècle et les ponts d'archi ultras modernes du XXIe.

Nous commençons par un tour dans El Caminito. Deux petites rues bien clichées dans le quartier chaud "La Boca" (il est fort déconseillé de s'éloigner de la zone touristique et la police est partout). L'attrape tourisme par excellence!!! En faite, La Boca était le quartier populaire des immigrants espagnol et italiens au milieu du XIXe siècle, ceux qui travaillaient sur le port dans l'entretient des bateaux utilisés souvent l'excédant de peinture pour décorer leur façades en tôles ondulées. Si on arrive a faire abstraction des faux danseur de tango simplement là pour les photos souvenirs des touristes, du côté complètement sur-fait des lieux, on peut quand même trouver que toutes ces couleurs sont joyeuses et que l'endroit reste beau. Notre chance c'est que nous y étions en semaine et donc beaucoup moins de monde que le week-end. Alors, ca fait quand même de belles photos….mais c'est pas ce que l'on a préféré.

Mais nous ce qu'on a préféré c'est le quartier "San Telmo" et la place Dorrego. On se croirait un peu dans le quartier Saint-Pierre de Bordeaux. Centre historique avec rues pavées, belles boutiques, marché antiquaire,... c'est un peu le quartier bobo de Buenos Aires. Le Week end il y a une brocante sur la place centrale, des restau en terrasse et des couples super doués font des show de Tango au centre. C'est une ambiance que l'on a adoré et c'est comme ca que l'on imaginait Buenos Aires. Beaucoup de charme!!!!

Et puis, le Tango Argentin c'est quelque chose. Nous sommes envouté devant tant de sensualité et de classe... on en redemande!! Si bien qu'on décide de faire prolonger le plaisir en allant voir un spectacle de Tango au centre culturel Borges le soir. Prix très raisonnable et on a adoré. Les enfants se sont super bien tenu au premier rang, ils étaient captivés, Lila a même pleuré à la fin parce qu'elle aurait voulu que ça dur plus longtemps.

Il y a aussi le "microcentro" avec l'immense place de Mayo et sa fameuse Casa Rosada (les bureaux du président) et puis l'avenue piétonne Florida avec ses grands magasins et ses artistes de rues et les luxueuses Galerias Pacifico construites à l'intérieur d'un superbe bâtiment de 1889.

Les grands buildings du quartier des affaires, les quais avec une ballade sympa et la traversé du Puente de la Mujer (qui fait une rotation a 90° pour laisser passer les bateaux).

Vraiment beaucoup de choses à faire, à voir dans cette ville effervescente.

Nous avons trouvé un endroit sécu pour Happy dans le quartier Puerto Madero. Calme, devant des parcs où les sportifs entretiennent… Aucun problème de sécu.

découverte du métier de promeneur de chiens

Ce n'est qu'en repartant que l'on a aperçu la misère des ghettos sur le bord du périph.

Nous ne serons pas allés voir un match de football à l'ambiance folle, les enfants sont encore trop petits...mais aucun regret nous nous sommes bien imprégné de cette ville.

Décidément, l'Argentine nous plait beaucoup!!!


Maintenant nous sommes en route vers les chutes d'Iguazu!!

Grosse bise à tous

A bientôt

29

Coucou tout le monde

Nous venons de passer 5 jours au première loge d'un reportage animalier grandeur nature!!!

La péninsule Valdés c'est une immense réserve naturelle inscrite au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO, presqu'île ultra protégée d'environ 90km sur 45km, 4 000km² qui abrite une diversité animale maritime et terrestre incroyable. Elle se trouve sur la côte atlantique de l'Argentine à l'entrée de la Patagonie. C'est un des rares endroits au monde où l'on peut observer autant d'animaux dans leur habitat naturel.

Le rêve de Ludo, grand fan des reportages animalier et plus particulièrement DES ORQUES!! C'était un immanquable pour lui et même un objectif en venant voyager en Amérique du Sud. Depuis plusieurs mois son obsession de "Valdés" grandissait et nous devions absolument être là bas durant la période la plus favorable pour observer les orques!! De mi-février à mi-avril. C'est pour ca que nous avons été en Patagonie en bus plutôt qu'en Camping-car… pour gagner du temps et arriver dans les clous à Valdés. Ludo n'a pas mit longtemps à traverser tout le territoire Argentin d'Ouest en Est pour rejoindre la côte Atlantique. Il a fait 950km en 2 jours et a conduit 10h d'affilé avec qu'une seul image en tête: les Orques, les orques, les orques qui hantaient ses rêves depuis plusieurs nuits

Nous sommes arrivées sur la côte Atlantique il y a une semaine et nous avions eu écho d'un lieu privilégier, hors des sentiers battus, où nous pouvions apercevoir des orques. Un spot de pêcheurs méconnue des touristes et difficilement accessible :Punta Ninfas! Extrémité de la presqu'île qui se trouve a 150km au sud de la péninsule de Valdés. Effectivement, pas facile de faire les 60km de piste défoncés pour rejoindre la pointe. Mais Happy passe décidemment partout!! Nous sommes les seuls sur le spot sauvage en haut d'une grande falaise. En contre bas une colonie d'une soixantaine d'Eléphant de mer nous conforte dans la possibilité de voir des orques. Nous observons les mammifères vivre en descendant la falaise et surveillons la marée. Même si c'est incroyable de se retrouver à une quinzaine de mètres de ces animaux , c'est les orques que nous attendons de pied ferme et l'espoir qu'un des éléphants de mer se fasse bouffer sous nos yeux!!! Mais après 2 marais hautes en scrutant l'horizon, toujours rien. Un groupe de pêcheur nous dit qu'il n'y en a pas en ce moment. C'est la douche froide!! Ludo reste sans voix!

Mais l'un d'eux reste optimiste sur la possibilité d'en voir sur la Punta Norte de la Peninsule Valdés. Reboosté a fond on s'enfile sans tarder les 270km qui nous en sépare et c'est vers 17h que l'on atteint Punta Norte, pleine marée haute. On restera 3h à scruter le large. Ici c'est pas un, pas deux, pas trois mais quatre groupes de lions de mer qui s'étend sur 2km de plage. Et là c'est une véritable garderie ou plutôt un véritable garde-manger!!! Des nouveaux nés partout!! Et c'est bien ca le repas favoris de nos amis les orques. Mais toujours rien! Pourtant ils ont été vu ce matin selon les gardes. C'est pas possible! Flute! Zut! Crotte!!!

La péninsule est très protégée et pour ne pas déranger les animaux il est interdit de dormir sur place. C'est ainsi que long se tapera les 75km de piste poussiéreuse 8 fois (4 aller-retour). Je peux vous dire qu'on a fait le plein dans Happy, la poussière s'infiltre partout et nous vivrons 4 jours dans un nuage permanent. Mais qu'importe!!!

Bredouille on rejoint Puerto piramides, la seul zone où l'on peut dormir sur la peninsule. A 6h du mat Ludo est déjà levé pour retourner à la Punta Norte déterminé comme jamais. C'est reparti pour 1h30 de piste. Arriver à l'ouverture du site, 8h, à peine le temps de se garer que l'on devine un aileron!!!!! Là c'est la panique! on saute de Happy, tout débrayé, on court vers le mirador comme des dératés et ….. wouaaaaaaw !!! Ils sont là!!! Il arrive parfois qu'ils ne fassent qu'une apparition mais ce matin là nous les avons admiré 3h. Ils ne sont malheureusement pas juste devant nous mais a l'extrémité de la plage, interdite d'accès, mais avec le zoom de l'appareil photo et les jumelles c'est quand-même un régal!!! Il y en a 6 ou 7, des bébés aussi et le grand mal dont l'aileron dépasse 1m50. On verra même des scènes de chasse impressionnantes. Quelle excitation!!! C'est une sensation et une émotion intense de voir ces animaux magnifiques dans leur milieu naturel! Quelle chance nous avons!!

Difficile après ca de repartir! Alors nous restons sur place toute la journée pour attendre la marée haute du soir. Ca vaut le coup parce qu'a marée basse c'est un tout autre paysage. Le récif de découvre, recouvert d'une couche d'algue verte et des piscines naturelles se forment un peu partout, les couleurs sont belles et l'ambiance est très différente. Tout s'apaise, la tension retombe et les bébés barbotent tranquillement dans les piscines, font leurs petits expériences… les plus intrépides s'aventurent au delas de la barrière rocheuse pour resentir les sensations du grand bleu et les parents se repose comme des loques sur la plage. Rien a voir avec le stress de la marée haute!! L'heure d'attraper du poissons pour les uns, l'heures d'attraper des bébés lions de mer pour les autres… pas facile a gérer tout ca.

Et puis, les revoilà, les chasseurs des mers, invisible, imprévisible, mais cette fois ils nous font le plaisir de passer juste devant nous, nous ne sommes plus qu'a 30m parfois, plus besoin de jumelles. Ce soir là ils chasserons jusqu'à la nuit mais aussi patient et persévérant qu'ils sont, il n'y aura pas de prise. Juste pour nous rappeler que ce n'est pas si facile que ca. Que ce que l'on voit dans les reportages n'est qu'un condensé des meilleurs scènes de chasses mais que la réalité est éprouvante et parfois laborieuse pour eux aussi. Les orques ont développé une technique de chasse propre à la configuration des lieux et ce n'est qu'ici qu'ils s'échouent sur les plages pour attraper les bébés lions de mer se trouvant au bord. C'est la technique du "beach"! C'est fascinant de voir une bête de 6m s'élancer sur le sable puis se trémousser pour repartir. Incroyable! Après 4h de spectacle nous repartons rassasié. Bon on ne les aura pas vu attraper mais c'est déjà tellement exceptionnelle que l'on est comblé...enfin presque!

Le lendemain c'est la découverte des pingouins. Un autre endroit de la péninsule. Ils sont des milliers et certains s'approchent jusqu'au passerelles. Les petits sont ravis. On voit aussi pleins de guanaco (entre la vigogne et le lama), des renards, des tatoos, des autruches… mais l'envie de revoir les orques est plus grande et puis merde…

C'est repartiiiii!

On arrive a la marée haute du soir, ils sont bien là, mais loin, très loin… grrr. En plus, on nous dit que le matin ils ont attrapés 4 bébés .. on est dingue!!! OK on revient demain matin!

Quatrième jour que l'on fait la route. On devient accro… et on croise les doigts! Ce matin ils attraperons!!! On y croit!

Et nous sommes déjà devant la barrière a 7h30. Le garde nous ouvre avant car les orques sont là. Juste là!

Juste devant nous et a peine arrivé que ca "beach" et un bébé attrapé puis un deuxième dans la foulée! INCROYABLE! On y crois pas tellement c'est arrivé vite. Mais il y en aura 4 autres par la suite. Ils sont comme des fauves, vont et viennent, accélèrent, repassent, les lions de mers ne savent plus où donner de la tête, c'est la panique dans la colonie, les mamans tentent de rabattre leur petits, c'est le carnage ce matin. A chaque prise les orques se réunissent pour se partager le butin. C'est vraiment un esprit de famille!! Ils sont tout content! Ils tapent l'eau avec leur queue! C'est époustouflant! Un vrai festival!

Pour finir, rassasiés, ils chopent un bébé lion de mer et là ….(âme sensible s'abstenir)...30min de torture...c'est en fait la demi-heure éducative. Les plus grands apprennent aux plus petits a chasser. Pour cela ils ne tuent pas la proie, au contraire, ils la gardent bien vivante pour la laisser s'échapper puis s'entrainer a la rattraper. C'est aussi cruelle à voir que fascinant. On perçoit toute l'intelligence, la technique, de ce magnifique animal. C'est hypnotisant de le voir glisser dans l'eau, presque invisible, seul l'aileron nous permet de le deviner alors qu'il n'est qu'a quelque mètre du rivage, une discrétion parfaite jusqu'à bondir d'un coup. Excellent!!!! Nous n'imaginions pas voir ca une fois dans notre vie… nous sommes tellement heureux!!!! Des images pleins a la tête et ce sentiments d'avoir retrouvé un instant notre âme d'enfant!!!

Actuellement nous sommes a Puerto Madryn, Happy est au garage pour se faire reconstruire l'arrière qui a morflé à cause du porte à faux.

Nous entamerons notre remonté vers le nord et la chaleur dés les réparations terminées.

Gros Bisous à tous de notre petit nuage!!!!

28

Coucou les printaniers!!!

La Patagonie...coup de cœur! coup de foudre! Beau, Grand, Pure!!! Un régal! Bref, magnifique, splendide, grandiose, majestueux… vous avez compris!!!

Ca valait bien les 54h de bus sur la RN40 aller/retour! Comment s'est passé le bus? Donc ca a fait une nuit + une journée entière pour chaque trajet. Et bien, on essaie de dormir, on regarde des films, on joue aux cartes, on lit, on mange, on discute avec tout le monde, on regarde des films, on mange, on dort, on regarde encore des films et on re-re-re-mange…et puis si sympa: on a goûté à notre premier maté…

Alors le maté, c'est LA boisson des Argentins (aussi beaucoup consommé au Paraguay, Uruguay, Brésil), leur Elixir, leur fierté ...plus qu'une boisson c'est une tradition, un art de vivre de partage et d'échange, le maté crée des liens, rapproche... ils boivent du maté partout et plusieurs fois par jour (au moins 4/5 fois par jour). C'est une boisson chaude qui ressemble beaucoup à un thé fort et un peu acre, c'est en faite de la Yerba, qui se boit dans une calebasse, avec une Bombilla (une paille en métal). Le thermos est indispensable car il faut re-remplir la calabaza d'eau chaude entre chaque personne, elle est vidé en 2/3 gorgées par quelqu'un qui la redonne au préparateur pour qu'il la re-remplisse et continu a la faire tourner à d'autre. C'est vraiment convivial!! On est ravit d'avoir vécue ce moment avec ces jeunes Argentins. Ils allaient à Ushuaia pour travailler la saison d'hiver et partir à l'aventure à 3 potes. On leur souhaite "Suerte"!!

Voilà, sinon dans les traditions et sous le conseil bien appuyé de nos 3 jeunes argentins, nous avons goûté aux Alfajoles, biscuits fourrés au dulce de leche. Trop bon!!!

Bon et pour rester dans la bouffe, évidement, toujours les asado ou parilla :la succulente viande grillée argentine!

PERITO MORENO:

Dès notre arrivée à El Calafate à 10h du matin, nous avons décidé de partir le jour même voir le Perito Moreno, en faite, il risquait de pleuvoir le lendemain donc tant pis pour la fatigue, on veut profiter de ce géant sous le soleil!! Après nos 27h de bus il fallait 1h45 de plus pour rejoindre le glacier. Mais c'est sympa parfois d'accélérer le rythme et l'intensité du voyage, ca change.

Le Perito Poreno c'est un énorme glacier de 30km de long, 5km de large, 70m de haut au point le plus haut et il faut imagine les 110m immergé. Un monstre qui avance de 2m par jour mais se reconstitue en permanence donc pas de soucis climatique ici, pour le moment c'est bien équilibré. La conséquence c'est un spectacle fabuleux car des gros morceaux de glaces tombent régulièrement. Le bruit est impressionnant. Ca couine, ca craque, ca grince, ca tonne et ca splatch!! Excellent!!

Donc foutu pour foutu, on s'est payé la sortie bateau pour se rapprocher du mur de glace et ressentir la puissance du glacier mais c'est aussi bien et aussi fort de rester sur les passerelles qui sont même plus proches. Le temps était parfait, pas de vent, de belles couleurs, un régal. Nous en avons profité 3h.

Puis dés le lendemain et cette fois sous les bons conseils de Romain et Sarah nous sommes partis a El Chalten. Merci 😉

+3h de bus. Mais on s'en fiche.


EL CHALTEN:

El Chalten, le paradis des rando et de la montagne! Un village maintenant ultra touristique mais très agréable car mignons et pleins de restau super chaleureux et surtout les rando partent directement du village et ca c'est top!

Bon bah là on s'est Gavéééééé! Grand bleu! Paysage de pic neigeux déchiquetés. Pfff je sais pas moi comment décrire tant de beauté.

- dés notre arrivée petite ballade vers le mirador del condor 1h30 tranquilloux pour se mettre en jambe

le lendemain seul journée nuageuse et pluie donc début de ballade vers la laguna Capri mais au bout de 2km les petits en on marre et on veut les préserver pour le lendemain donc je redescends avec eux et Ludo fini seul. Mais c'est bouché là haut.

-Rando Laguna Torres=> 20km aller/retour, heureusement petit dénivelé de 250m seulement. Les petits ont été incroyable. De vrais petits montagnards! Et sans râler en plus. Pour tout dire, heureusement que sur le retour nous avons rencontré Nico et Nath, un couple qui voyagent pour un mois mais en fait de grands voyageurs qui ont fait le tour du monde avec leur fils qui avait 9 ans à l'époque, il y a 10 ans. Ils nous ont motivé les mignons comme jamais, jeux, discussions… le retour est passait tout seul grâce à eux. On se voyait déjà porter les mignons sur les 9km restant ...l'horreur, on peut dire que Nico et Nath sont tombés a pic!!! Merci! Du coup on a mangé ensemble le soir avec eux et Julie (la jeune fille en vélo qui avait dormi dans Happy sur la routes des 7 lacs) que l'on a retrouvé avec grand plaisir.

Et Grand évènement, Lila a perdue ca première dent sur le trajet. Trop génial!! La petite souris est passait sans problème. Encore un bon moment en famille ca.

Dédicace à Aurel qui passe sa thèse de dentiste aujourd'hui 😉

Et puis le lendemain, les enfants ne voulaient même pas entendre parler de marche et Julie nous avait proposé de les garder alors on a accepté avec Grand plaisir et on est partis faire une petite rando en amoureux. Celle que Ludo avait fini tout seul.

-Rando Laguna Capri et mirador de Fitz Roy=> 9km, 350m de dénivelé. Superbe point de vue et ca fait du bien d'être un peu seul, de ne penser qu'a nous. Je me suis jamais autant reposé en faisant une rando. Ca valait vraiment le coup de la refaire celle là. Le Fitz Roy c'est quand même LA montagne mythique de la région.

On retrouve Julie et les petits pour un restau. Et puis on lui souhaite de belles aventures a suivre et c'est pas les idées qui lui manque à Julie. Que vaya muy bien Julie!!! Merci encore.

Dans les rencontres il y a aussi eu Sarah. Que l'on a rencontré au Perito et qu'on a retrouvé à El Chalten. Un trekkeuse de haut niveau, qui enchaine des randos de fou les uns après les autres. Incroyable!

Bon ce qu'on a remarqué et qu'on savait déjà c'est qu'on rencontre beaucoup plus de monde en sac à dos. On est plus proche de la population aussi et c'est bien de laisser un peu Happy pour vivre ca. Les enfants parlent a tout le monde c'est génial, parfois on entend Soan discuter en espagnol avec un Argentin. Il comprend et répond aux questions simples sans notre aide, c'est cool de voir ca. Lila aussi mais elle est un peu plus timide que son frère… en même temps c'est pas difficile.

Voilà, de retour à Bariloche. Ludo vient d'aller au garage pour récup Happy. Le mec a bien bossé et on en profite pour changer la batterie de l'habitacle.

Là Ludo et Soan sont chez le coiffeur🤞

Direction l'Est vers Peninsula de Valdes.

Groooos bisous à tous

27
27

Buenas Dias Todos!!

Nous avons passés une petite semaine dans la région de Pucon avec un temps mitigé qui ne nous a pas permit de profiter à fond de la beauté des lieux. Quand même une belle rando de 6h dans le parc national Huerquehue, assez physique (3 jours de courbature pour moi), 600m de dénivelé au milieu d'une forêt de majestueux hêtres et découverte des Araucarias, le fameux arbre de la région qui est recouvert d'épines (aussi appelé "le désespoir des singes"). Les enfants nous ont encore impressionnés par leur résistance même s'il faut être inventif pour les distraire et éviter qu'ils ne craquent (histoire de pirates, combats de bâton, cache-cache en redescendant...).

Après plusieurs spots sympa et une très belle route pour rejoindre l'Argentine nous arrivons au début de la "Ruta de los Siete lagos" (route des 7 lacs) que nous attendions avec impatience. Elle relie San Martin de los Andes à Villa Angostura, 110km sur la mythique RN40 d'Argentine.

Par chance le beau temps était avec nous. Une semaine de grand bleu!!!! Très peu de route entre deux lacs. Eaux cristallines!! Encore une fois l'Argentine est vaste et nous sommes peu, une impression de toujours être tranquille n'importe où, très agréable!! On aura dormi sur 6 lacs différents. Petit défi familiale: se baigner dans tout les lacs. Défi relevé par Ludo et moi…gla gla mais fallait bien montrer l'exemple (chose dite, chose faite)! Une nuit à la belle étoile où nous avons sorti les matelas sur la plage, bien froid au milieu de la nuit mais ça restera un souvenir extra où on a vu plusieurs étoiles filantes. Ballade jusqu'à une cascade, les enfants sont bien rodé et 2h de plat c'est trop fastoche pour eux alors on a fait tout le retour en courant pour vider un peu les batteries lol! Sinon, rencontre super de Julie, 24 ans , qui voyage seul, en stop, pleins de projets intéressants, hyper positive et dynamique...elle avait décidé de faire la route des 7 lacs en 3 jours de vélo et s'était engagé dans un chemin caillouteux de 2km de descente pour rejoindre un lac en contrebas, nous y étions et elle nous a demandé si on pouvait la remonter sur la route principal et c'est comme ca qu'on a fini par se faire un barbec ensemble le soir et qu'elle a finalement dormi dans Happy car dehors ca caillait grave!!! On a aussi fait la connaissance de Claire et Marc un couple de Lyonnais de 51 ans qui voyagent 1 mois 1/2 par an et laissent leur camion en gardiennage entre temps. On a passé 2 soirées très sympa ensemble.

dernière photo: lago espejo (lac miroir)

Nous sommes maintenant dans la station de ski de Bariloche et on prévoit de descendre en bus jusqu'à El Calafate (tout au Sud ) pour aller voir l'incroyable glacier, le Perito Moreno. Demain matin départ 6h, 26h de bus pour faire 1400km. On a préféré ne pas ajouter toute cette route au compteur d'Happy et à Ludo aussi qui est content de pouvoir se laisser conduire tranquillement et puis ca fait un voyage dans le voyage et on aime bien ca. Happy sera dans un garage en attendant pour quelques travaux de soudure + vidanges..

Lila a sa dent qui bouge de plus en plus mais qui reste accroché.

Les enfants ont bien reprit l'école mais au bout de 10 jours d'assiduité ils craquent et n'en peuvent plus...ca promet!!

école

Bise à tous et à bientôt!!

PS= le 21 Mars vous passerez au Printemps et nous ...en Automne ;-( grrr !!! A vous les barbec et bières en terrasse !!!

PS BIS= un peu désagréable, on s'est fait forcer la portière avant droite de Happy à Bariloche.

Bisous bisous

26
26
Publié le 4 mars 2019

Hola tout le monde!!

La famille est repartie le 24 février après 9 jours extra!!

Aprés notre expérience d'astronomie avec la gentille passionnée Manuela, nous avons continué a nous enfoncer dans le cayon del Maipo jusqu'aux thermes de Colina (à 10km de la frontière avec l'Argentine).

Nous montons à 2500m, changement de paysage, jolies prairies entourées de montagnes et volcans, chevaux et troupeaux de chèvres. Là-haut, 6 bassins laiteux, de 26 à 42°C, surplombent la vallée. Les installations sont sommaires et s'intègrent parfaitement aux paysages rocheux. Nous dormirons en contre bas. Première nuit de camping sauvage pour la petite famille qui est ravie. Titou et Ludo nous font un bon barbec, on chante, on boit, on danse et on est bien... c'est la fiesta dans Happy. Thermes nocturnes avant le levé de lune observé aux jumelles.

Pour ne pas trop s'éloigner de Santiago, en vue du départ de Lou, Titou et Bri 3 jours plus tard et du retour de Yannou, on opte pour la vallée de Maipo (à quelque km au Sud-Est de Santiago) pour ses vignobles et possibilité de visiter des domaines viticoles. On choisi le domaine de Vina Concha y Toro à Pirque. La maison la plus connue du Chili qui exploite une dizaine de vignobles autour de Santiago (d'autres en Argentine et en Californie), commercialisé dans 147 pays c'est le premier exporateur de vin du Chili. Visite privée des caves et du domaine, immense jardin et maison familiale du 19ème siècle, dégustation dans le parc d'un blanc Cabernet Sauvignon, puis du fameux Casillero del Diablo, l'un des meilleurs crus de Concha y Toro. Passage en boutique et on repart avec 2 bouteilles pour nous, 4 pour Bri (dont une qui se brisera durant le voyage du retour... en plus, évidemment, la meilleure... pauvre Bri!!!! va vite acheter un petit "Gato" pour les consoler !!! Elle a prévue une soirée dégustation "vins Chiliens"!!).

Yannou nous rejoint le 23 matin pour une dernière journée/soirée tous ensemble. Aprés ses 18h de voyage, 1300km depuis Chiloé, il reste en forme et lance un concour de fabrication de bateaux biodégradable pour s'amuser sur la rivière de notre camping. Titou et Yann se livrent a une bataille acharnée et Lila avec mon aide ne démérite pas. Tout ca fini avec Titou en bodyboard dans la rivière. C'est a l'image de ces derniers jours ensemble... Parties de cartes (deutsche), piscine et balançoires pour les mignons, freesby 3 soirs de suite 1h pour Ludo et Titou suivit de leur douche exterieur de robinson, parties de prisonniers (espèce de cache-cache-trape), lecture pour Bri qui entamme son 3ème livres de la semaine, atelier pompons pour Lou et Lila, barbecue encore et toujours, bref on profite au max des uns des autres!!!!!

Et nous avons reussi a dormir à 8 dans Happy!!!!


C'est malheureusement et inexorablement le départ de la Famille le 24. Heureusement que mon frère était là et a permit de mieux supporter leur départ.Cap vers le Sud!!!! On descend sur la côte à Pichilemu (200km de Santiago). Station balnéaire prise d'assaut par les vacanciers Chiliens et les surfeurs. On s'éloigne un peu vers la plage plus tranquille de Punta de Lobos. Camping au bord d'un lac, pêche ...C'est là que nous passerons les derniers jours avec Yannou. Dernière nuit sauvage pour Yannou, vue mer, vue vague et vue surfeurs!!! Nous le quittons le 28 après-midi, il regagne Santiago et nous continuons la descente vers le Sud.

Super mois en famille qui se termine!!! C'était vraiment top de vous avoir et d'avoir partagé un peu de cette aventure avec vous!!!

Objectif Pucon à 790km au Sud de Santiago, début de la région des lacs. Nous y sommes depuis 2 jours. Lieux trés touristique, cher, au bord d'un lac entouré de montagnes dont le magnifique volcan Villarrica cône parfait enneigée, construction en bois type chalet, restau sympa, un peu comme une station de ski en début d'autonne. On retrouve de la fraicheur, beaucoup de vent et aujourd'hui...il pleut.

Mais tout va bien, le moral des troupes est au beau fixe, on retrouve nos habitudes à 4, les enfants ont reprit l'école et Lila a sa première dent qui bouge bien.

Grosse bise à tous!!!

25

Coucou tout le monde

Nous avons achevé notre étape dans la vallée d'Elqui par une journée vélo. 18km à travers la jolie campagne avec visite d'une distillerie de Pisco et dégust' de bières artisanales. Nous ne ferons pas d'observation des étoiles ici finalement.

Puis direction Valparaiso que l'on atteindra en 2 jours.

En arrivant à Valparaiso on se rend vite compte qu'avec Happy c'est pas le mieux, les locaux nous parlent d'insécurité. On opte pour un petit camping excentré dans la laguna verde (Camping Los Olivos) à 15km au Sud de Valparaiso. Oscar et Nancy sont adorables et Yannou est rapidement adopté par le couple. Il dormira dans leur maison lorsque Bri, Lou et Tit seront arrivés. C'est parfait!! Le camping est super, nature, feux de camp, …

Premier contact avec Valparaiso après 45 min de bus. Nous sommes un peu paumés dans cette grande ville et on ne sait pas vraiment par où commencer, en plus, comme une idiote, j'ai oublié le guide alors on se réfère aux icônes de "maps me" et aux endroits où sont concentrés le plus de Guesthouses/Restau pour décider de descendre du bus. On s'apprête a grimper vers un quartier qui ne nous inspire que moyennement confiance, un peu déçus de ne pas trouver les fameuses peintures murales tant vantées dans les guides. Bon on est vraiment pas sûr de nous, on demande à un passant des conseils, finalement il est adorable et devant notre enthousiasme, il restera 45 min avec nous. Il nous fait découvrir la colline "Cerro Concepción". C'est un véritable musée vivant à ciel ouvert. Petites rues pavées, bordées de maisons en tôles toutes de couleurs différentes, peintures murales, escaliers décorés, artistes de rues (marionnettiste, petits orchestres, peintres,..), du charme, du charme et encore du charme!!!! On a les yeux grands ouverts, les enfants adorent et je mitraille de photos!!!

C'est bien, nous avons repéré les lieux, le bus (n°520) pour amener la famille dés leur arrivée.

Enfin les retrouvailles tant attendues avec Ma famille d'Amouuuuuur!!!!! Ils prennent un taxi pour nous rejoindre directement au camping. La table est mise, la braise est chaude et c'est dans la joie qu'on s'attable pour ce déjeuner familiale. Ils sont tout de suite mis dans le bain. Journée de repos après leurs 20h de voyage pour nous retrouver. Distribution de cadeaux des uns et des autres avec bonnes victuailles. Yannou dort chez Oscar et Nancy (les proprio du camping) et nous faisons notre premières nuits a 7 dans Happy.

Le lendemain départ en bus pour Valparaiso. Sacrée bande (lulosoli+ yannou+ bri-lou-tit)!!

Cette fois on monte dans le quartier "Cerro Alegre" que l'on atteint en empruntant le funiculaire "El Peral".

-Je laisse le clavier à Bri.

Mélange de belles demeures du XIXe style anglais, alignées sur des belvédères surplombant la baie, de maisons bois et tôle peintes de toutes les couleurs de l'arc en ciel, enchevêtrements de volubilis violets, de géraniums grimpants, de palmiers, ruelles pavées…et partout les superbes "murales" colorés. cà monte, ca descend. Un petit air de San Francisco, mais en moins léché, plus roots/ baba. Des toiles d'araignées de fils téléphoniques, de la poussière, qq vielles voitures et masures aux toits rouillés, et partout des tavernes, des petits restau-terrasse accrochés à la colline, au sommet des immeubles, retapés avec plus ou moins de moyens, style traditionnel local ou au contraire branché-industriel. Et toujours des échappées aux coins de rues sur un dégringolade des bâtiments, de toits, de murs végétaux, d' escaliers peints confluant vers la rade où se cotoient porte-containers, grues géantes, flotte de gros bateaux de pêche colorés, quelques paquebots, et dans le fond, plusieurs gros bâtiments militaires gris. On se régale à découvrir chaque coin de rue. On déjeune en terrasse sur les toits avec vue sur la rade et on se régale. Petite glace délicieuse à la descente, puis découverte du port, très animé. Après avoir contemplé les bateaux, on prend le bus pour rejoindre une longue digue assez éloignée où des colonies d'otaries se prélassent au soleil sur un gros cube de béton dans l'océan. Et c'est spectacle garanti ! ces grosses bêtes ne sont pas si gentilles que çà, et c'est la guerre des mâles pour préserver leur harem en refoulant sauvagement tout nouveau bellâtre qui tenterait de se hisser sur son ilôt !

Vers 18H, c'est l'heure des embrassades avec Yann qui nous quitte à la gare des bus pour tracer sa route en solo quelques jours, en commencant par un long trajet de nuit vers le Sud. Il rejoindra Ludo et Lorrie à la fin de nos vacances. Nous retrouvons notre camping après un petit trajet en bus. Achat des traditionnelles bières pour notre apéro. Et oui, Lou et Titouan boivent leur pinte!!!

-Je reprends les manettes.

Direction "cajon del maipo" à 55km de la capitale. Premier trajet en famille. On est maintenant à 4 devant (Lu, Tit, Lou et moi) à chanter à tue-tête. Happy porte vraiment bien son nom!!! Nous nous arrêtons à El Melocoton dans un petit camping "Los Nogales" à l'ombre des noyers.

Hier, super sortie rafting pour nous 4 pendant que Bri garde les mignons dans le joli site naturel écolodge de "Cascada de Las Animas". Petite glace dans le restau surplombant le rio puis piscine pour Bri, Soan et Lila, pendant que nous nous faisons secouer dans tous les sens sur notre raft. C'est à la hauteur de nos attentes et la force 3/5 nous ravit !!! On cri, on rigole et on se jette à l'eau gelée (7°C). Super moment !!!!!

Et ce n'est pas terminé, il se trouve que notre camping est tenu par des passionnés d'astronomie et qu'ils ont un petit observatoire amateur. Pour couronner le tout, ils parlent Français. Hier soir, c'était "une nuit à la belle étoile". Après 30 min de théorie, observation avec un télescope de Newton et des jumelles puissantes, du ciel. Ce ne sont pas les meilleurs conditions pour voir le ciel car dés 11h la pleine lune a fait son entrée. Mais nous avons quand même découvert quelque "objets célestes" avant que la lune ne sorte. Petite nébuleuse observée avec différents filtres, étoiles jeunes, étoiles anciennes. Mais la lune, c'était le plus impressionnant, on voit super bien les cratères et on devine d'autres reliefs, on a pu faire de belles photos.


Petit paragraphe Problème Happy:

Sur la route pour Valparaiso avec Yannou, avant l'arrivée de la famille notre pot d'échappement est tombé. Avec une chance incroyable ca c'est passé juste devant un mécano soudeur sur une petite route où il n'y avait rien d'autre. La famille est adorable et on sort le repas dans leur garage que l'on partage avec eux. Il nous fait un super boulot et on repas comme ci de rien était.

Dans 4 jours nous retrouvons Yannou pour une dernière soirée tous ensemble.

Gros bisous a tous !!!!

24
24
Publié le 10 février 2019

Coucou tout le monde!!! 2 semaines a résumer?! Purée, ca ne va pas être simple...

Donc, nous avons continué notre route vers le Sud du côté Argentin puis nous avons emprunté le "paso de San Francisco" (perché à 4500m d'altitude au milieu de la cordillère des Andes) pour repasser au Chili et retrouver mon frère, Yann, à Caldera sur la côte. 1000 bornes super sympatique.

Une succession de beaux paysages et de belles routes, de camping charmant, un climat d'été avec des journées à 45°C, des barbecs et toujours le plaisir de rencontrer des Argentins aussi gentils les uns que les autres.

Petites adresses a retenir pour nos copains routards qui passerait dans le coin:

-Camping "El sol" à Santa Maria

-Camping "los olivos" à Tinogasta

-Thermes de Fiambalà où nous nous sommes régalés. C'est beau et que c'est bon!!! Au milieu d'un faille dans la montagne...une source chaude émergant de la roche alimente une dizaine de bassins de plus en plus chauds. On débute à 26° et on fini par se faire cuire à petit feu dans l'eau à 45° (45° on y reste même pas 5 min mais fallait bien aller au bout!!! lol). Et surtout, grande nouvelle, c'est ici que Lila et Soan ont fait leurs premières brasses sans les boués!!!! Et oui, ça grandi, ça progresse et ça apprend a nager au mois de janvier dans des sources chaudes naturelles en Argentine...si c'est pas hors du commun ça?!!

Passage au Chili par le Paso de San Francisco avec succés! On redoutait de ne pas y arriver parcequ'il y a une portion raide et à 4600m le moteur manque sérieusement d'oxygène. Mais ca n'a pas arrêté notre Happy et il a passé le col sans problème...un vrai tracteur!!( les Argentins nous avaient prévenus:"si vous arrivez a monter aux thermes de Fiambalà vous pourrez passer, sinon faudra trouver un autre chemin". Ils avaient raison). Le trajet est splendide, on serpente au milieu de magestueuses montagnes colorées. C'est a couper le souffle!!! Les photos peuvent donner un aperçu de la beauté du paysage mais la nature est tellement immense!! L'Argentine est LE pays des grands espaces, la nature est reine, des kilomètres sans infrastructures, les vigognes, chevaux, ânes et troupeaux de biquettes se partagent l'immensité. Pour avoir une idée: 120hab/km² en France contre 16hab/km² en Argentine. On se sent, encore une fois, tout petit... 480km parcouru sans rien, pas un magasin, pas une station service...il faut s'organiser un minimum et faire le plein au max dés qu'on croise une station service.

Petite bataille de neige avant de redescendre au niveau de la mer et de retrouver 40° à l'ombre coté Chilien.

Baignade dans une retenus d'eau thermale a 30°,en pleine nature, à 4200m d'altitude, l'air gelé rajoute du plaisir.

On passe 5 jours à Bahia Inglesa en attendant Yannou qui est arrivé le 5 février. On se rend vite compte que tout est cher. En plus on est en pleine haute saison. Les Chiliens sont en vacances d'été et les prix sont multipliés. Les Chiliens sont adorables aussi. Ils nous donnent des infos sur les choses "à faire" "à voir" et ils sont toujours prêt a nous rendre service. On a eu un petit soucis avec Happy. Notre transformateur d'élétricité nous a lâché. Happy fonctionne au 110V et la plupart des pays d'Amérique du Sud sont alimenté en 220V donc le transformateur permet de transformer le 220V en 110. Sans ca on peut pas se brancher au secteur sinon ca grillerai tout. Et ce petit boutier ne se trouve pas partout. Nos voisins Chilien on passé la journée a nous aider. Finallement, après avoir essayé d'en trouver un, en vain, ils ont commandé une nouveau boitier et avancé l'argent pour nous. On doit le récupérer à La Serena. Vraiment sympas ces Chiliens!Et puis, c'est aussi à Bahia Inglesa qu'on a retrouvé, pour la troisième fois, Charles et Ophélie, nos copains d'Equateur. Cette fois c'était la dernière puisqu'ils partent vers le Nord. Super soirées/barbecs. On éspère se revoir en France!! Yannou les a rencontrés.

Donc super retrouvailles avec Yannou, les mignons attendaient leur tonton avec impatience++++Ca fait déjà 5 jours que l'on voyage à 5. Yann est ravis et nous aussi. On enchaine les bons spots et les bons moments.

-Son premier Ceviche au terminal Pesquero (port de pêche) de Caldera. Un délice!!! Frais de chez frais. Du pêcheur au consommateur. Directement mangé debout, dans des gobelets , dans le hangar de retour de pêche. Plus Coquilles Saint Jacques crues. On se fait plaisir!!

-Rencontre avec un énorme Eléphant de mer de 3,5 m et 2 tonnes. Il vient 3 à 5 semaines par an sur la plage de Bahia Inglesa pour changer de peau. Pendant cette mutation il ne mange rien et puise dans ses reserves de graisses. Adulte il pourrait peser jusqu'a 4 tonnes et atteindre 6m de long.

-Playa Virgen avec camping sauvage en haut de la falaise au milieu de rien. Coucher de soleil avec une petite bière et beau ciel étoilé.

-Playa Salado, camping sauvage sur la plage avec plein de locaux. Pêche aux bigorneaux pour l'apéro sur la plage.

-Punta de Choros avec sortie en mer dans la réserve national Pinguino de Humbolt. Comme son nom l'indique nous avons bien vu les petits manchots gris de Humbolt mais aussi des lions de mer, des otaries et des oiseaux marins.

-Yann goûte son premier empanadas

-On a vu des renards sur la route, pas farouche en plus.

Et puis nous sommes maintenant à Vicuna à 60km à l'Est de La Serena, dans la vallée de l'Elqui (camping Rancho Elquino). Belle campagne vallonée et beaucoup de vignes. La région est spécialisée dans le Pisco, une eau-de-vie de raisin, on prévoit de visiter une distillerie. C'est aussi une région connue pour son ciel étoilé. On va aller dans un des observatoires demain soir.

Et bien j'ai fait le tour. Il y en avait des choses a raconter.

Dans 5 jours on retrouve la famille (Bri, Lou et Titou) vers Santiago du Chili !!!!!! Hâte!!!!!!!!!!!!!!!

Pleins de bises à tous

23
23
Publié le 24 janvier 2019

Coucou tout le monde!!!

Aprés avoir récupérés Happy à Coroïco nous sommes allés directement à Uyuni. 60km de montée pour retrouver les hauteurs de l'atliplano (on se gave d'homéopathie à base de coca) puis on enchaine en 2 jours les 640km de plateau.

Nous voila au Salar d'Uyuni. Pour ceux qui n'en ont jamais entendus parler, c'est un immense désert de sel à 3650m d'altitude, de la taille de deux départements Français (12 000km²), 120m d'épaisseur et une douzaine de couches de sel,sédiments et minéraux qui s'alternent: une étendue blanche à perte de vue...

Nous ne sommes pas à la meilleure période car en saison des pluies le Salar peut se recouvrir d'eau et on troc la blancheur du sel contre un immense miroir inaccessible. Ce que nous redoutions se présente, dés l'arrivée aux portes du Salar des grandes flaques d'eau nous bloquent le passage. Avec un 4x4 ca passe mais avec Happy... on est pas trés serein..si on s'enlise ici on est mal. De plus,on ne sait pas si c'est partout comme ca ou si aprés c'est mieux??? Le Salar est plutôt déconseillé en solo car risque de se perdre et sol parfois dangeureux (si la 1ere couche se casse, le véhicule peut rester bloqué dans le trou). Bref, réflexion nécessaire++ On part en éclaireur à pieds, on observe les chemins empruntés par les 4x4, on tâte le sol, on pose des questions aux locaux... c'est plutôt dur sous les flaques, sauf ici et là où faudra pas aller. On se laisse une nuit pour murir l'idée mais on est un peu frustré aux portes de cet endroit mytique que l'on rate. Crotte de bique!! Le lendemain Ludo est catégorique, on y va!!!!! Youuuuhouuuuu!!!Après un passage magistral de Ludo "mon pilote préféré" on passe une journée enchanteresse (pour ne pas dire enchanterresque lol 😉 Marie) dans ce décor unique.


Lavage sous haute pression + lubrification de tout les axes nécessaires après tout ce sel

Puis, nouvelle réflexion sur la suite du voyage sachant que Yannou, mon frère, nous rejoint le 5 février quelques part sur la route (et qu'il atterrit à Santiago du Chili). Nous avons prit notre dose d'Altiplano et malgrés le désert d'Atacama qui nous tente bien côté Chili, on préfère descendre côté Argentin pour ne pas rater la belle région de Salta. C'est sans regret que nous empruntons la route vers l'Argentine. Une route splendide avec des pics rocheux magestueux , on se croit un peu dans le far west.

Arrivée en Argentine, on traverse la Quebrada de Humahuaca, encore une belle route au milieu d'un canyon asséché, on serpente entre des montagnes tantôt déchiquetées, tantôt ondulées. Premier stop à Humahuaca, au coeur de la vallée où l'on découvre, avec plaisir, l'Argentine en pleine été. Super première impression, des sourires, la chaleur, camping et 1er barbecue, les vacanciers argentins, les enfants sont tout de suite integrés à la bande de petits argentins...ouf fini le froid, 38°C (Sandrine vient "alerte canicule"), on a l'impression d'être en vacances d'été en France. On retrouve des routes nickels, des villes propres et jolies, un super accueil...

PS: 5,5 Euros/kg de boeuf!! mmmmm

Salta, deux nuits, jolies bâtiments, places animées, cafés en terrasse... on retrouve les plaisirs urbains avec un mode de vie similaire au notre... quel plaisir de regarder les gens passer en sirotant une bonne pression. En plus il y a un télécabine que les mignons adorent!!!


On remarque que c'est les grandes vacances d'été et il y a beaucoup d'étudiants Argentins qui voyage dans leur pays en faisant du stop. On prend 3 auto-stoppeurs sur la route et on apprend plein de chose sur l'Argentine.

Nous voilà à Cafayate, à 188km au Sud de Salta en empruntant la route spectaculaire de la Quebrada de Cafayate. Deuxième région viticole d'Argentine, réputée pour son "torrontés" cépage produisant un vin blanc sec sucré et parfumé (parenthèse pour Pierro) . Ici il fait 40°C à l'ombre, on se croirait en Toscane au mois d'Août, on se renverse des bouteilles d'eau entière sur notre tête pour nous rafraichir. Charmante ville au milieu des montagnes et des vignes. On passe une excellente soirée, restau avec concert et danseurs, spectacle de clown sur la place centrale puis danse folklorique un peu plus loin, Soan et Lila se font caricaturer. Aujourd'hui, visite de la Copra de Cafayate producteur de fromage de chèvre et vache et visite du museo de la vid y el Vino avec achat de vino blanco (cépage torrontés) y tinto (cépage malbec). Musée super ludique que les enfants ont adorés.

C'est drôle de voir du raisin en plein mois de Janvier-Vendange en Mars 

Et voilà, encore une belle étape!!

Groooos Bisous

22
22
Publié le 8 janvier 2019

Coucou a tous et Bonne ANNEEEEEEEEEEEEEEEEEE!!

On vous ecrit d´un cybercafe (desolé pour les accents, je ne m´aitrise pas le clavier Bolivien).

Voilà, après l´au revoir á Chacha et No direction Rurrenabaque 336km en 12h (18h-6h), 28km/h de moyenne, je vous laisse imaginer la route. C'est la continuité de la route de la mort que l'on avait faite en vélo avec Chacha, en pire, car détrempée, boueuse, avec en prime un glissement de terrain sur les coups de 3h du mat, déblayage à la force des hommes, 1h30 de boulot de nuit, trempés, les pieds dans la boue...je leurs tire mon chapeau. Heureusement que c'était la nuit pour ne pas voir le précipice. On positive en se disant qu'on a eu raison de ne pas s'engager dans cette galère avec Happy (laissé dans le parking de l´hotel a Coroico).

Bien arrivé, le 31 decembre, ville déserte, il pleut, on nous prévient qu'il y a beaucoup de moustiques...on a fait tout ca pour rien? Finalement le jour se léve, la ville s'anime, la pluie s'arrête et on se retrouve dans une ville chaleureuse, tranquille oú il fait bon vivre...ca me fait penser à la Guyane et ca me fait plaisir. C'est cool, les gens sont gentils, pas de stress, tout le monde se déplacent en 2 roues, des familles entières sur la selle rallongée (évidemment sans casque). Chaleur humide, on est moite, on et bien, la forêt tropicale autour de nous. Le bonheur ne fait que commencer!!!

Nouvel an calme mis à part les feux d'artifices et les pétards pendant les 30 premières minutes de l'année 2019!! Bonne annee a tous, du Bonheur, de l'Amour et la Santé!!!

Donc, on trouve une agence sérieuse pour faire un tour en forêt(selva)+pampa, label ecotourisme responsable, ca nous plait!! On a pas envie de nourrir les caïmans et les singes, on préfère les chercher et les observer discrètement. On part avec Mashaquipe!!! Une association créée par des communautés qui vivent dans la foret. Rodrigo notre guide de 28 ans est lui même né dans la Selva. Mafé (notre pseudo traductrice) nous accompagne aussi pendant ces quelques jours de pur bonheur. 3jours/2nuits dans la Selva et 2 jours/1 nuit dans la Pampa. Deux milieux bien différents. La forêt est dense, écrasante, imposante, immense, ca grouille mais ca se cache. Des bruits d'insectes, d'oiseaux (notre cher paio-paio=paypayo), des singes hurleurs au loin, des branches qui se cassent, on se sent si petit...c'est magique!! On transpire, on sent la forêt (en vrai on fouette grave). Nos répulsifs anti-moustique fonctionnent bien. Première nuit au camp general, charmant et confortable.

Deuxième nuit dans un carbet (un campement), après 4h de marche pour s'enfoncer davantage dans la "grande verte". Lá c'est souvenirs souvenirs, le reve! Cuisine au feu de bois, pas de douche, on se lave dans le cour d'eau, matelas extérieur protégé d'une moustiquaire, tout est simple et sommaire mais on est plus proche encore de la nature. On voit plusieurs colonies de singes différents (singes araignés ou attelles, singes lioncito , singes capuchino), un fourmilier, un paca...le soir a la frontale les yeux des araignées brillent et les lucioles rendent l'instant féerique. Perroquets, traces de jaguar et pour finir on embarque sur un radeau...c'est sympa de naviguer sans bruit de moteur et porté par le courant.

Ensuite, Pampa, c'est des hectares de plaine inondee de part et d'autre du rio Yacuma, tout se fait en pirogue. On a encore la chance d'avoir un guide perso et en plus on garde Rodrigo et notre gentille Mafé qu'on commence a mieux connaître (c'est l'avantage d'être en saison des pluies, basse saison touristique et franchement nous ne sommes pas très dérangés par la pluie, il fait toujours au dessus de 30 degrés ). Dans la pampa les quelques grands arbres sont concentres sur les rives du rio et les animaux sont plus facilement visible. On a enfin vu les singes hurleurs et quelques caïmans, surtout le soir (c'est excellent de voir leur yeux jaunes s'illuminer comme des spots a la lumiere de nos frontales), de nombreux capibaras, des oiseaux, des dauphins roses (avec lesquels nous avons barbotés) et un joli porc-épic sur le camp. La nuit le ciel est limpide et au milieu de notre pirogue pas de nuisance lumineuse...c'est tres beau, tres calme..on s´avoure...

Voila comment bien commencer l'année 2019!!

Grand coup de coeur du voyage... on repousse notre départ en changeant la date de nos tickets de bus achetés le matin ...on ne veut pas quitter ce petit coin de paradis.

Pleins de bonnes choses pour l'année 2019!!!!!! Groooos bisous a tous.

PS: Pour ceux que ca interesse j´ai rajouté des photos sur l´article precedent

21
21
Publié le 29 décembre 2018

Coucou tout le monde, désolé pour l'attente connexion très très rare!!!! Joyeuses fêtes à tous!!!

Voilà maintenant 2 semaines que nous voyageons à 6 dans notre joyeux Happy!!

Chacha et No se sont remarquablement bien adaptés à la promisciuté, à l'organisation dans Happy et au manque de confort.La répartition des tâches se fait naturellement et la cohabitation est un succés. Chaque soir ils réorganisent leur "petit" couchage sur la table amovible. Chacha a rapidemment pris ma place de co-pilote et parfois la place de pilote. No est ravie de voyager pour la première fois de sa vie en camping car. On est trop heureux d'avoir fait partager un peu de notre aventure à Chacha et No.

Retrouvailles à Arica où l'on comprend rapidemment que le début de voyage de Chacha et No a été un peu monotone, des kilomètres de désert austaire et des villages fantômes sans charme. Pour nous retrouver, plus de 2500km depuis Santiago du Chili (avion+voiture). Heureusement, il y a eu Atacama pour remonter le curseur de satisfaction. Et on les sent un peu inquiets pour la suite. Le programme initial étant l'Altiplano, comme son nom l'indique, cette région avoisine les 4000m d'altitude partout, ça veut dire possible "mal des montagnes", températures négatives la nuit, ...c'est vrai que c'est loin du transat au bord de plage paradisiaque. Ici c'est baroude, ici c'est rude!! "c'est pas un voyage de fi-llette"!!!

Donc, c'est dans notre superbe hôtel avec piscines et vue mer offert par Chacha et No que l'on réorganise le périple.On décide de traverser rapidemment le Nord Chilien, rude, pour passer en Bolivie et arriver le plus vite possible au Salar d'Uyuni puis remonter tranquillemnt jusqu'à la Paz en passant par les jolies villes de Potosi et Sucre.

Avant d'affronter la rudeur du climat de l'Altiplano, on profite d'Arica, piscine, petite ballade sur un chemin escarpé au sud de la ville où l'on voit des otaries!!! Et apéro de luxe avec Champagne et foie gras ramené de France. Pour l'occasion, j'ai fait un pain maison et nos taosts sont délicieux!!!!

Allez, c'est parti! Direction Putre (1ère étape) à 3600m. Ca fait beaucoup de dénivelé d'un coup donc on est un peu flagada!! Maux de tête pour les uns, fourmillements des extremités pour les autres, palpitations et sensation de manquer d'air. On s'oblige à boire, No a prévu de l'homéopathie à base de coca et on proscrit l'alcool. Le village est authentique, rien d'exceptionnel mais on s'y sent bien. Petit restau sympa où on goûte l'alpaga.

Objectif frontière dès le lendemain parce que le magnifique parc national de Lauca, classé à l'Unesco, est caché par les nuages et l'on devine une belle plaine habitée par les alpagas, vigognes et flamants roses; de beaux lacs où normalement se reflètent les deux volcans géants enneigés: Parinacota (6342m) et Pomerade (6282m). Le vent est glacé et en s'arrêtant caresser un alpaga Chacha se fait cracher sur la main!! Oh putain les vacances de rêve!!Bon on se barre de là, on arrive à la frontière dans un paysage enneigé (c'est pas une blague) et ce qui devait être une simple formalité se transforme en une galère de 3h bloqués dans le froid: un ancien propriétaire de Happy est rentré en 2016 en Bolivie mais n'a pas fait la sortie administrative du véhicule donc ils ne peuvent pas nous autoriser à passer. La procédure veut que l'on paye une amende de non respect des lois. Ca commence à serieusement nous gonfler ces amendes qui ne nous sont pas destinées!!!! Allez 150 euros de plus!! Grrrr

Voilà, la Bolivie, début de saison des pluies et changement radical de niveau de vie. On sent tout de suite que c'est un pays moins développé. Toutes les femmes sont en habits traditionnels et même les hommes dans certains villages reculés; pratiquement pas de wifi (d'où pas de blog); maisons en briquettes rouges non enduites qui donnent l'impression d'inachevé, terre battue, flaque d'eau... No est contente d'être dépaysée même si un peu de propreté et de charme lui ferai plaisir. Première nuit dans un village "à boules" sur notre route. On garde le sourire, on positive et le soir les illuminations de Noël nous rechauffent le coeur. Les enfants en ont marre de rouler autant. Il faut dire que depuis le début du Pérou on trace pas mal et ils subissent. Donc discussion+++ réflexion sur le périple que l'on avait prévu. Finalement aller à Uyuni (au Sud) pour remonter à la Paz (au centre) puis redescendre vers le Chili ce n'est pas le plus logique et ça ajoute beaucoup d'heures/jours de trajet. Donc on opte pour La Paz, Lac Titicaca puis Sud.

C'est comme ça que l'on se retouve à Mallasa, la vallée de la lune, à 12km au Sud-Est de La Paz. Trés bel endroit au milieu de montagnes ocres et de surprenantes formations naturelles de colonnes de terre friable qui donnent un air d'"aiguilles de Bavella"au paysage, au loin au aperçoit l'énorme Capitale. Nous sommes dans un hostal où Chacha et No ont pu se prendre une mignonne chambre avec jolie vue. Enfin une bonne douche chaude!!! On y restera 2 nuits. Les enfants sont ravis, il y a des toboggans dans le jardin. Super journée ballade sur le sentier de la Luna puis découverte de La Paz. Un bordel indescriptible, des voitures partout, du monde partout (2 millions d'hab) sur une ville construite sur 800m de dénivelé à flanc de montagne, la pauvreté de certains qui nous rappelle la chance que l'on a...et puis quelques rues qui se détachent de ce brouhaha. Les rues de Linares et de Sagarnaga avec toutes leurs boutiques d'artisanat aux couleurs chaudes. La rue coloniale de Jaén avec ses facades colorées où l'on se croirait en Espagne. Et puis partout les murs décorés par de jolis dessins d'artistes de rue. Avec No on a envie de rentrer dans toutes les boutiques et de tout dévaliser!!! Ludo m'offre une superbe peinture pour Noël! Pour finir et pour le plus grand plaisir de Soan et Lila on emprunte 4 télécabines différentes qui survolent toute la ville. Une journée de régalade comme on les aime!!!Nous avons de la chance avec le temps ce n'est que la nuit que la pluie et l'orage se déchainent.

Une nuit au bord du lac Titicaca avant de traverser en radeau Happy vers la presque île de Copacabana. Magnifique couché de soleil...!!

Le lendemain on se présente comme prévue à l'ambarcadère. Mais deux policiers nous expliquent qu'il y a des barrages de l'autre côté empêchant l'accés à Copacabana pour réclamer la construction d'un pont à la place des radeaux de fortune dangereux. Bon réflexion+discussion++

On décide d'aller à Sorata et de revenir passer Noël à Copacabana quand le mouvement des "gilets jaunes Boliviens" sera terminé. Donc 80km en 6h autant dire qu'on s'attendait pas à ça. -1200m nous nous retrouvons à 2600m d'altitude, le paysage change, plus verdoyant, plantations diverses, on retrouve un peu de chaleur. Et on se trouve un joli écolodge où Chacha et No prennent une chambre, nous on reste fidèles à Happy (on vous passe la galère pour accéder à l'écolodge). Il y a une piscine et le farniente du matin recharge les batteries. Le village est animé en ce samedi, marché, mariage, ballade sympa, on est les seules touristes.

Nous voilà enfin à Copacabana, arrivée superbe sur la presque île du lac Titicaca, belles couleurs, village animé, pas mal de touristes donc petits restau sympas. Nous fêtons un Noël atypique, restau kitschissime avec serveur déguisé en père Noël, champagne et trucha (truite du lac). La magie de Noël opère parfaitement bien dans nos 10m². Le Père Noël a bien bu son jus de fruit et le renne Speedo a bien mangé sa carotte avant de rejoindre les alpagas… (😉 Bri)! Le 25 décembre hyper animé, la ville se remplie, les familles pique-nique au bord du lac, ascension du roque et ballade en pédalo cygne.

Nous achevons ces 15 jours en famille par 4 jours à Coroico au Sud de la Paz. 1700m d'altitude. Début de la forêt tropicale, chaleur, humidité,...le rêve!!!!! Ruta de la muerte pour Chacha, Lu et moi pendant que No profite encore un peu de ses mignons!!!

45km de descente 

Demain No et Chacha repartent 😦 nous on part en forêt amazonienne!!

On vous embrasse tous très fort, Joyeuse fête à tous!!!!!!

PS: les connexions internet sont tellement minables ici que les photos ne se chargent pas, elles viendrons plus tard quand la wifi sera bonne.

20
20
Publié le 14 décembre 2018

Coucou tout le monde

Dans quelques heures nous retrouvons Chacha et No donc nous sommes sur-excités!!!! Mais, je prends le temps de vous raconter un peu nos derniers jours parceque c'était vraiment sympa... Pour commencer, dans la vallée de Colca, on a bien vu les Condors et pas qu'un peu!! Ils nous ont offert un magnifique ballet majestueux. C'était extraordinaire!!! Le soir de notre arrivée nous étions seuls sur les lieux. Spectacle privé naturel et on s'est approché de trés près de leur refuge (Ludo à moins de 10m). Le lendemain matin c'était carrement un festival!!! Une dizaine de condors prenaient les ascendants aux dessus de nos têtes et planaient à flanc de canyon...là nous étions moins seuls, mais c'était toujours aussi fascinant et envoûtant.

C'est aussi une région où les femmes portent des tenues traditionnelles avec des chapeaux spécifiques.

Ensuite, direction Arequipa où nous étions attendus pour l'apéro par nos copains "lali aux amériques" qui devaient initialement repartir le lendemain matin... bon finallement ils sont restés les trois jours avec nous!!! C'est ça qui est bon en voyage!! Si on est bien, on reste...prendre le temps d'apprécier les bons moments c'est un luxe délicieux! Donc, Arequipa c'est une ville coloniale agréable!! Déjeuner tous ensemble en ville puis visite avec ma copine Marie et tous les enfants (4+2) de la ville, cloître de l'église où les enfants s'inventent des passages secrets et cavalent dans tous les sens, on empreinte les petites ruelles de charme, Marie nous offre une glace dans le meilleur glacier de la ville ... un régal cette journée... Bon, mis à part l'arnaque au marché central où nous (toujours Marie et moi) avons acheté 4kg de fruits et légumes à 26euros avec le grand sourire... ce n'est qu'aprés coup qu'on s'est rendu compte de l'énormité, le temps que la conversion monte au cerveau et puis ils nous ont fait goûter tous les fruits inconnus de leur étallage alors on était toutes contentes et on les a même pris en photo tellement ils étaient sympa... tu m'étonnes ils ont fait leur journée avec 2 dindes comme nous!! Ah Ah en tout cas on a passé un bon moment!!! Et puis un peu moins drôle quand même un pickpocket à volé le portefeuille de Ludo. Heureusement il n'a pas pris les passeports qui étaient dans la même poche. Du coup Ludo est rapidemment parti avec Sébastien faire opposition des cartes de crédits. Au final c'est pas trés grâve, on a juste perdu l'équivalent de 100 euros, le porte monnaie que j'avais offert à Ludo lorsqu'on avait 15 ans et quelques papiers (permis français, cartes de crédits..) mais c'est surtout cette idée d'avoir été volés qui est désagréable.Sinon évidemment apéro tous les soirs, times-up avec Emilie et Jeanne, les enfants jouent comme des bien-heureux... on existe plus, tellement ils sont bien entre eux!!! Couchés tard tous les soirs sans voir le temps passer!!! On peut dire que c'était vraiment génial d'être tous ensemble!!! Encore une fois on espère vraiment se recroiser et pourquoi pas leur présenter Chaha et No!!

Et puis ils nous ont gardé les mignons pour qu'on puisse aller au monastère Santa Catalina en amoureux!!! Ca nous a fait du bien d'être que tous les deux. Un couvent immense de 2 hectares construit sous la direction d'une riche veuve dans les années 1580 où les recluses vivaient dans le luxe et les privilèges. Leurs cellules n'étaient pas sordides, c'étaient plutôt des appartements 3 pièces et des esclaves d'origine africaine faisaient les tâches ingrates. Aujourd'hui l'égalité est rétablie et quelques sœurs vivent toujours isolées dans une partie du couvent interdite au public.

Et un GRAND merci à Sébastien qui à aidé Ludo a arpenter la ville pour trouver une nouvelle pompe à eau pendant qu'on mangeait des glaces pénardes!!! Ca n'a pas été une mince affaire. Ils l'ont installée le soir même!!!! Efficacité maximum!!!


Oh putain!!!! on vient de croiser Chacha et No en pleine ville!!!!! Je vous laisse!!

juste une dernière phrase pour vous dire que j'ai fait mon premier pain!!!!! Youhouuuuuu!!!

Gros bisous à vous tous le prochain article sera "exclusif family"!!!


Première nuit de Chacha et No dans Happy-33!!! Trop heureux de se retrouver
19
19
Publié le 7 décembre 2018

Coucou tout le monde!!

Trois jours de route de montagne pour rallier Ica à Cusco, 800km à travers des plateaux à 4000m d'altitude où vivent des vigognes sauvages, des troupeaux d'Alpagas, des lamas, des canards sauvages, des flamants roses… Puis ca monte pour redescendre et remonter à nouveaux puis redescendre et remonter…

vigognes, alpaga, lama

Arrivée à Cusco le 28/11 vers 16h et c'est parti pour 2h30 de cauchemar pour tenter de rejoindre l'unique camping pouvant accueillir Happy. Mais quelle idée de suivre "Maps Me" qui ne donne aucune notion sur la largeur des rues proposées. C'est comme ca que l'on s'engage dans le vieux Cusco et dans cette rue de malheur... Plus on avance plus la rue devient étroite et moins nous pouvont faire marche arrière. C'est jolie avec les petits balcons colloniaux bas qui donnent du cachet, mais je vous assure que dans ces moments là on en a plus rien à faire et on pense plutôt à les éviter. Il y a déjà une file de voiture derrière nous et ce que l'on redoute arrive, maintenant les 2 pneus arrières touchent les trottoirs des deux côtés. Nous voilà au carrefour, impossible de continuer tout droit il faut absolument tourner à droite, impossible de tourner à doite directement car l'angle est trop petit. Quel Bordel!!! Me voilà au milieu du carrefour à essayer de contenir les autres conducteurs qui claxonnent et qui n'ont aucunes envie de nous faciliter la tache et tentent de forcer le passage à tout prix... Ludo s'engage en force dans la rue d'en face dans l'idée de prendre l'angle en marche arrière et tenter de rejoindre la rue de droite grâce à plus d'amplitude. Les pneus couinent, se déforment et claquent sur les trottoirs impossibles à monter, ca glaxonnes dans tout les sens, Ludo s'enerve et cri par la fenêtre "vos gueules bordel de merde" (incroyable c'est très rare), moi je ne sais plus quoi lui conseiller. Sans trop avoir d'autre choix Ludo engage une marche arrière comme un gros bourrin ce qui permet de monter enfin le trottoir côté droit, il freine de justesse avant que l'avant doit ne touche le mur puis redresse et ré-amorce la marche arrière, il freine de justesse avant que l'arrière droit ne touche puis ré-avance puis re-recule et ... ouf c'est la libération. Bon aprés on évite les rues qui nous semblent risquées mais avec tout les sens uniques pas facile de récupérer le périph. 2h30 de galère et de stress, nos nerfs sont mis à rude épreuve et pour faciliter les choses les enfants nous répètent sans cesse la phrase culte de fin de journée de voyage "quand est-ce qu'on arrive". Grrrrr ... Nous n'arriverons au fameux camping que le lendemain car il fait nuit et nous avons dû aviser : un hotel avec un garage securisé un peu à l'exterieur du cente ville.

Bon ca vallait le coup de poursuivre notre objectif d'atteindre ce camping, nous sommes enchantés par les lieux. Camping surblombant Cusco à 10 min du centre historique, tout confort, bon rapport qualité/prix, c'est le RDV des voyageurs véhiculés (Camping Quinta Lala). Endroit parfait pour fêter le plus important des ANNIVERSAIRES!!!!!!

Donc le 30 nov nous fêtons les 5 ans de nos mignons... les enfants n'attendaient que ca depuis des jours, ils sont sur-excités!!! Comme promit gâteau au chocolat et Crumble maison, déco... les autres voyageurs se joingnent à nous et ont le droit à leur part de gâteau. C'était vraiment chouette!! Véro et Daniel arrivent même avec 2 poches de bombons qu'ils ont acheté pour les mignons!!! C'est adorable!


Petit à petit nous sommes une bonne bande de Français et on a un super feeling. Il y a Daniel et Véro, une soixantaine d'années qui voyage depuis 18 mois en camion agricole mercedes de 1985 aménagé avec goût par leurs soins; puis Pascal et Martine, à peu près le même âge qui voyagent 4 mois par an et qui viennent "finir" leur camping-car Iveco qu'ils ont depuis 18 ans; et la Famille "Lali aux Amériques" (Marie 42 ans, Sébastien 41 ans, Emilie 14 ans, Jeanne 11ans, Anouk 6ans et Pierro 3ans) qui sont partis depuis un an à bord de leur petit camion utilitaire Suzuki aménagé et il leur reste encore 8 mois de voyage avant de rejoindre le Pays Basque. Ils se connaissaient déjà tous et nous nous sommes greffés au groupe avec grand plaisir. Repas commun, ballade entre filles (+Daniel qui sait bien s'entourer) à Cusco pour visiter la Cathédrale et faire du shopping, Anouk et Lila ont passées des heures à se raconter des histoires avec des petits personnages... tout le monde est ravis. Bonne osmose!!! Nous avons dû nous quitter car nous avions nos billets pour le Machu Picchu qu'ils avaient déjà fait avant, mais nous éspèrons nous revoir probablement au Chili avec la famille "Lali".

Pour parler vite et bien de la ville de Cusco: ville à 3400m d'altitude, mélange armonieux de fondation Inca et de bâtisses coloniales qui se fondent les unes aux autres à merveille. Rues étroites pavées, balcons en bois scultés, belles couleurs, toit en tuiles, calme et vivant à la fois, magnifiques églises, le tout entouré de montagnes. Et le fameux mur Inca avec ses énormes pierres taillés à la perfections qui s'ajustent au millimètre près les unes aux autres si bien que l'on ne peut même pas y glisser une feuille de papier.

Machu Picchu, LE GRAND, LE BEAU, LE MERVEILLEUX Machu Picchu. C'est cher, trés cher, c'est difficilement accessible, mais OUI ça vaut vraiment le détour. Ne serait-ce que pour traverser la vallée sacrée. Le Machu Picchu est sur le versant amazonien et n'est qu'a 2400m d'altitude. Les montagnes environnantes sont donc recouvertes de forêt semi tropicale et il fait chaud le jour et doux la nuit. On a eu la chance d'avoir un temps dégagé et nous sommes en période basse au niveau du tourisme donc nous en avons vraiment bien profité. 2h de visite, sans guide mais le Routard et l'Emission de Jamy "c'est pas sorcier" nous ont bien renseignés (c'est Sébastien et Marie qui nous ont donnés toute une serie de "c'est pas sorcier" sur plein de thémes du voyage: tremblement de terre/volcan/glacier/cordillère es Andes...). Donc les Incas ont construit cette cité vers 1400, la cause n'est pas réellement connue. C'est encore une fois une prouesse de construction et d'architecture avec ces pierres énormes, polies et ajustées parfaitement bien sans mortier, il y a des canaux d'irrigations alimentant la cité en eaux, des places centrales séparant le centre religieux, le palais royale et les serviteurs… toute une partie du site était consacrée au culture en terrasse (notamment la coca qui motivée les travailleur). Cette cité semble sculptée dans la roche et s'intègre merveilleusement bien au paysage et à la nature.

Juste pour info, pour y accéder au Machu Picchu de Cusco:

Cusco -> Ollantaytambo 2h de route avec Happy

Ollantaytambo-> Aguas Calientes 1h40 de train tout confort (Happy reste dans un parking sécu)

Aguas calientes-> Machu Picchu 15min de bus.

Sur le retour petit arrêt aux Salinas. Bassin de sel en terrasse à flan de montagne provenant d'une eau salé sortant de la roche. Trés athypique.

Autre arrêt dans le sanctuaire des animaux bléssés ou maltraités qui sont ensuite réintroduit dans la mesure du possible. On y a vu de magifiques Condors, quelques Pumas et Chats Sauvages et des singes adorables.

Voilà nous sommes maintenant dans le canyon de Colca, l'un des plus profond du monde 3400m pour espérer voir demain les fameux Condors dans leur milieu naturelle. Sur la route, une nuit à 4700m c'est tout de même notre record, Ludo m'a acheté des feuilles de coca contre le mal des montagnes parce que je me sentais oppressée… ca c'est bien passé en limitant au maximum les efforts. Pour la coca, on mâche 2 feuilles séchées jusqu'à les avaler, c'est dégueu mais il parait que ca peut aider alors on test.

Enfin, Marie m'a transmit le "levain" du voyageur. C'est la levure naturelle qui se renouvelle indéfiniment et qui permet de faire son propre pain… c'est la tendance ici et je suis heureuse d'appartenir à la communauté!!! Même si j'avoue que je n'ai pas encore fait mon pain. Mais promit vous verrez la photo de mon 1er pain. Le principe est rigolo et je le transmettrai à mon tour à quelqu'un lorsque j'en aurai l'occasion et que je maitriserai le sujet 😉

Et puis j'oubliais, après les déco d'anniversaire, les déco de Noël et voici notre joli sapin du voyageur!!!

Voila J-7 avant les retrouvailles avec Chacha et No qui viennent de fouler le sol Chilien et remonte à notre rencontre pendant que nous prenons la direction du Sud.

Gros bisous à tous

18
18
Publié le 26 novembre 2018

Coucou tout le monde

Nous sommes en plein désert, dans l'oasis de Huacachina. Le 15 janvier 2019 le Dakar passera à 15 min de là où nous nous trouvons. C'est improbable d'être entouré de dunes de sable comme si nous étions au milieu du Sahara… Nous pensions nous retrouver en pleine cordillère des Andes, emmitouflé dans nos blousons de ski et nous sommes parachutés dans le désert, en maillot de bain au bord d'une piscine… sympa la surprise contrastée!! On est dans un "éco camp" charmant au pied des dunes avec une piscine à la "jet 7" qui change de couleurs et tabourets de bar dans l'eau .. c'est frisou (😉guigui)!! On grimpe les dunes pour prendre de la hauteur et admirer le paysage. On saute, on se roule dans le sable, on dévale les pentes en courant...on s'amuse… Ici c'est vraiment très très très touristique… il y a des buggy partout qui proposent des tours dans les dunes. Ce qui est très drôle c'est les cours de surf des petits locaux sur les dunes le samedi, ici c'est un sport à part entière.

Nous avons fait, nous aussi, notre tour de buggy mais dans un autre endroit où nous étions seul au monde. Une superbe ballade de 2h dans le désert de California à côté de Paracas. Départ à 16h sans s'attendre à rien. Quelle surprise quand on a vu que le chauffeur se prenait pour un pilote de rallye et qu'il bombardé dans les dunes. Adrénaline euphorisante et qu'elle beauté se paysage avec les couleurs du soir… un moment de pur bonheur et une grande pensée pour Pap'. Notre pilote était super et a freiné ses pulsions de vitesse pour s'adapter aux enfants. Puis stop, silence de 30 min où il nous a sorti des planches de surf pour qu'on s'éclate en dévalant les dunes… Le top top top!!! Les enfants ont a-d-o-r-é-s ...et nous aussi.

Le lendemain matin départ 8h pour les îles de Ballestas. Certes, c'est touristique mais nous sommes content de faire une excursion, c'est rare et nous étions émerveillés par ce paradis des animaux. 2h de ballade en bateau pour découvrir des rochers recouverts de milliers d'oiseaux (Pélicans géants, Cormorans, Sternes Inca, Fou péruvien, Guanay), voir un vingtaine de lions de mer par groupe de 2 ou 3 entrains de siester au soleil ou de nager, des colonies de manchots … un reportage animalier en direct… Ludo est aux anges!!

L'après-midi on part avec Happy à la découverte de la réserve nationale de Ballesta. C'est encore un émerveillement devant ces paysage grandioses et multicolores. Nuit dans la réserve, sur le bord d'une falaise, vue océan, vole d'Ururbus, Huitiers… on savoure…c'est bon bon bon!!

Et pour Romain chapitre Happy méca:

Nouveau problème de pompe à eau qui re-déconne. On se rend compte que les fils de connections sont tout oxydés et couvert de calcaire et que c'est lié à une fuite. Donc c'est reparti, on redémontre tout. Ludo s'occupe de la pompe, la nettoie dans le détail et constate que les joint sont bien usés. Moi je suis sur les fils de connexion que je coupe et reconnecte puis j'étanchéise toutes les vis avec du ruban d'étanchéité… Bon, échec total ca ne suffira pas les joints sont à changer. On achètera ca dés qu'on retournera dans une grande ville. Sinon toilette générale de Happy. Lavage, graissage, anti-rouille, vidange et changement du filtre à huile. "nettoyer, astiquer, Happy toujours pimpant". Happy est tout neuf et glisse sur la route (dixit Ludo), fini les grincements angoissant.

PS: On a trouvé une grande surface et on a jamais été aussi content de faire les courses. On s'est fait tout les rayons et on a rempli un caddie entier… ca change des petits markets où on ne trouve pas toujours se qu'on veut.

Aujourd'hui on part en direction de Cusco !! J-4 avant l'anniv des mignons...on compte les dodos!!!

A bientôt!! Gros Bisous

17
17
Publié le 21 novembre 2018

salut a tous!! Nous sommes bien vivant!!! Enfin de la connexion internet alors voici les nouvelles..

Incroyable mais vrai nous avons parcouru 1200km depuis le dernier article et venons d'arriver à 50km au Sud de Lima. "On trace la route!!"

Pour ceux qui ne savent pas, Chacha et No (les parents de Ludo) viennent passer Noël avec nous 😀 et nous nous retrouvons autour du 12 décembre au Nord du Chili pour notre plus grand plaisir🎄=🌴!! Donc il a fallut accélérer un peu le pas puisque le Pérou est un grand pays. Nous avons décidé de privilégier le Sud du pays où se trouve les principaux sites d'intérêts. Nous sommes entrain de descendre rapidement jusqu'au Sud par la Panamérica en parfaite état qui longe toute la côte. On se fait environ 250km/j, ca représente 5h30 de route parce qu'on traverse des villes qui nous ralentissent, qu'ils ont un sérieux penchant pour les dos d'âne et que nous sommes un peu sur le "qui vive" avec Happy donc on dépasse pas les 80km/h. Du coup on s'arrange pour faire des stops dans des endroits sympas sur la route. Souvent nous dormons sur une place de parking donc pas de service et par la même pas d'internet.

Dimanche dernier (11/11) passage de la frontière avec le Pérou à Macara. Trop fastoche!! Tout s'est enchainé sans encombre et en 1h c'était fait… le rêve!! Si toutes les frontières étaient aussi simples ce serai génial!!

Au final, l'Equateur en chiffre pour nous c'est: 54 jours/2 546 km(ça paraît peu car les distances sont petites mais il faut beaucoup de temps pour les parcourir)/59Euros par jrs pour 4/+775Euros de réparation Happy et 16 spots différents.Petit pays très varié, aussi bien par les paysages que par les différents climats selon l'altitude. On en a vraiment prit plein les yeux!! Population discrète mais très gentille, agréable et curieux même s'il manque un peu de chaleur et de sourire. On a trouvé que les habitants étaient un peu sur la retenu même lors d'évènements festifs. (Involontairement nous comparons avec l'Asie où les gens sont tellement souriants et heureux que c'est difficile de rivaliser! "la barre est haute"). Enfin, ce qui est agréable c'est que s'est propre et qu'on sent qu'ils sont attentifs à l'environnement et la nature.


Gracias y Adios Ecuador!!! Hola Péru!!

Grande surprise pour nous que de constater que toute la côte péruvienne est bordée d'un immense désert qui descend apparemment jusqu' au Nord du Chili. Encore du changement, on adore ca..!

Donc en route vers le SUD voici nos étapes:

Nous avons passés les 4 premières nuits au Pérou dans un camping (Swiss Wassi) sur la plage prés de Zorritos tout a fait au Nord. L'eau y est bonne (24°C) réchauffée par le courant de Humboldt. Petit oasis paradisiaque au milieu du désert chez un couple très gentil. Lui est Suisse, elle est Péruvienne, ils ont passés 30 ans en Suisse et ca fait 6 ans qu'ils sont venus s'installer ici dans une magnifique maison tout confort où ils accueillent des voyageurs sur leur terrain. 4 journées de détente entouré de routard: un couple d'Irlandais avec leur petit Charly de 4 ans qui voyage en Combi VW depuis 6 mois et ils leur restent encore 6 mois de voyage/ un couple d'Allemands ayant une soixantaine d'années partie pour 2 ans et demi faire la Panamerica d'Alaska à Ushuaia avec un prototype unique de camping car Iveco construit sur mesure/ un couple de 60 ans, Argentins, sur les routes de leur continent pendant un an avec leur pickup camper/ et un couple de Français d'une quarantaine d'années avec leur fils Ulysse de 8 ans qui vivent en Colombie depuis 30 ans et qui se font un voyage en camping, sous tente, pendant 4 mois environ. Des journées paisibles, sans problème mécanique, les enfants libres sur la plage, lecture, …Melba la propriétaire est bonne cuisinière et on a pu goûter notre premier Ceviche en amoureux pendant que les mignons étaient collés devant un dessin animé.

On se gave de mangues 

+550 km et stop au site archéologique de Chanchan à Trujillo. On a prit un guide pour essayer de donner du sens à cette visite qui pour nous n'a que peu d'intérêt. Chacun son truc!! Une ville du peuple Chimu (du IXème au XV -ème siècle après JC) au temps des Incas, sorte de château de sable découvert vers 1902 et accessible au public que depuis 58 ans. Vous imaginez deux enfants qui courent partout et qui s'assoient sur les murettes préservées et des parents qui gèrent ca tant bien que mal en tentant de s'intéresser à l'interprétation des archéologues sur ce palais royale sortie du désert. Heureusement que la visite n'a durée qu'une heure, que la guide était adorable et qu'il n'y avait personne d'autre que nous. Ca c'est fait!

Mais par contre, on a adoré la ville voisine: Huanchaco. Un ville où les surfeurs et les pêcheurs aux bateaux spécifiques (los caballitos de totora: deux flotteurs en polystyrène recouvert de roseaux) se partagent l'océan. Super spot sur le front de mer, au première loge pour observer les surfeurs le soir et la remonté des filets le matin.

+ 200km et stop à la plage de Tortugas. Minuscule ville "fantôme" dans une crique entourée de désert montagneux. Une après-midi reposante au milieu des locaux qui profitent de leur dimanche sur la plage. Avec Lila on se baignent "à la local" c'est à dire toute habillé et on ramasse des trésors (coquillages et jolis cailloux). Soan et Ludo sont captivés par la sortie de l'eau d'un petit chalutier. Les pêcheurs accrochent, au large, une remorque flottante sous le bateau, puis, la remorque est tractée jusqu'à la plage par un camion. Un camion ne suffira pas à hisser le bateau jusqu'à la route, mais deux non plus... le bateau est toujours à l'eau…

+100km et stop à la plage de Tuquillo. Après la plage de cailloux de Tortugas, nous voici sur une plage de sable fin blanc. L'eau se refroidi plus on descend vers le Sud. Encore un spot où nous sommes gratuit face à la mer et où nous sommes les seules touristes. J'entame mon 5ème livre...

+330km aujourd'hui et on approche de notre but: profiter pleinement et tranquillement du sud du Pérou dés demain!!!

Premières impressions: la bouffe à l'air plus variés et plus savoureuse. La population ressemble aux Equatoriens, peu souriant mais curieux, gentils et aidant. C'est fréquent que des personnes demandent à visiter "la casa roulante" et nous questionnent sur notre projet. Et puis, l'essence est cher (13 soles le galon=1E/L=le double de l'Equateur et malheureusement Happy dans le désert en permanence face au vent consomme 25L/100km...ca pique!). Par contre les restau sont vraiment bon marché, 8E pour 3 menus. Et comme je vous le disait ca fait plusieurs nuits qu'on dort gratos. On demande à des gens qui nous inspirent si cet endroit est sécu selon eux et on suit leurs conseils. Du coup, jusqu'à maintenant on ne s'est jamais senti en insécurité même dans une rue en pleine ville. Un fois c'est même des personnes qui ont frappés à notre porte pour nous conseiller de dormir plutôt devant le gardien du musée (à 3m de là où on c'était mit mais quand même c'est pour dire qu'ils sont bienveillant). Par contre il y a un gros problème de gestion des déchets. Quel horreur de voir des kilomètres d'ordure à la sortie des villes, étalés sur des hectares de désert!!!

une triste réalité (désolé tonton)

Côté Happy, ca va il a bien tenu le coup mais il grince à cause du sable du désert qui s'est infiltré partout et qui a tout asséché. Il va avoir le droit a un bon nettoyage + huilage bientôt.Enfin, nous avons fait notre premier plein de gaz. 3 heures de galères car malgré le plein, le gaz ne parvenait pas à alimenter Happy. 1er problème: l'air pressurisée était en quantité énorme dans le réservoir ne laissant plus de place pour le propane liquide= il a fallut faire échapper l'air comprimée durant 1h ce qui a permit de rajouter 15l de propane. 2ème problème: le fil électrique qui permettait d'actionner la soupape faisant pénétrer le gaz dans le camping car était débranché au niveau de la batterie. Les types de la station de gaz ont étaient plus que serviable puisqu'ils ont prit le temps de trouver d'où venait le problème sans demander quoique ce soit en échange. Franchement sympas!!!

Et bien voilà, sacré article, je crois qu'on a fait le tour.

On vous embrasse bien fort. A Bientôt.

PS: Pratiquement pas de poste dans les endroit que nous traversons. Du coup pas de carte postale envoyé pour le moment.

16
16
Publié le 10 novembre 2018

Bonjour à tous!!!

Nous sommes toujours à Loja!!

C'est tout une histoire...comment faire court pour raconter tout ca?

Dés la ré-ouverture du garage lundi, nous étions là pour que l'on nous explique comment réparer Happy. Ils commencent par nous annoncer qu'il ne faudra que quelques heures et que l'on peut revenir en début d'après-midi. A 13h nous revenons mais rien à bougé. Nous comprenons qu'ils doivent commander une pièce. La rotule dans laquelle le bras de suspension est maintenu, s'est cassé à cause de l'usure, c'est ce qui a provoqué l'accident. Mais cette pièce est précise et il faut exactement la même donc il faut la commander dans une plus grande ville, à Guayaquil (à 400km d'ici). Ils doivent nous tenir au courant, le mardi, du temps que ca prendra… Mardi, au lieu d'attendre le texto sans rien faire, on va se promener dans la petite ville de Vilcabamba à 1h15 de bus de Loja. Mais en rentrant le soir à Loja, nous n'avons pas reçu de message comme convenu. Grrr ils ne sont pas fiables … Le mercredi matin c'est nous qui les appelons pour en savoir plus. La barrière de la langue est infernale dans ces situations et nous ne sommes pas sûr de tout comprendre. Il n'y a pas de pièce d'origine à Guayaquil? Il faut la commander aux Etats-Unis? Il faut compter minimum15 jours? Le mieux est d'amener le véhicule à Guayaquil pour qu'il n'y ai pas d'erreur dans la commande de la pièce? Bref on y comprend rien, mais ce que l'on devine n'a pas l'air très positif…

On décide de se faire aider par l'Alliance Française de la ville. On tombe sur Julie, une jeune femme d'une trentaine d'années qui vit en Equateur depuis 4 ans, elle est prof de Français. Super sympa, elle rappelle le type du garage. Effectivement la situation semble compliquée et à priori ils n'ont pas fait grand chose parce qu'ils lui sortent le même manège… "on vous rappelle en fin d'après-midi" Ah non ca suffit!!! On part chercher la pièce au garage et on va se débrouiller tout seul. Direction la concession Chevrolet de la ville pour voir s'ils peuvent faire quelque chose pour nous. Là, c'est la douche froide, l'annonce choc, c'est la m....! En faite, ils n'ont pas la référence de la pièce dans leur catalogue (qui ne contient que les modèles fabriqués dans le pays). Il faut demander la référence au près de Chevrolet Américain puis commander la pièce. 1 semaine pour recevoir la référence, puis entre 45 jours et 3 mois pour recevoir la pièce d'origine, si elle est encore fabriquée. Mais notre véhicule est de 1993 et il faudra probablement re-créer la pièce qui n'est plus produite et là ca prendrai plus de 3 mois. Oh mazette!! Mais c'est quoi ces connerie… ??? On est dépité, tout le voyage tombe à l'eau. On doit réfléchir à un autre plan. Il est hors de question de se bloquer 3 mois ou de se contrainte a revenir chercher le camping-car. Il faut vendre Happy en l'état? Continuer en sac à dos? ou faire le voyage en vélo? tout se bouscule dans nos têtes. C'est vraiment nul de s'arrêter pour une pièce qui fait la taille d'une main. On est assommé. On regrette de ne pas avoir acheté un camping-car plus sûr même si ca aurait coûté plus cher. Bon évidemment, crises de larmes et tout le bazar… c'est quand même un grand projet qui nous échappe. On y avait mit beaucoup d'énergie, c'est trop bête.

Dans un dernier espoir, sans grande conviction et pour suivre le conseil des locaux (de toute façon on a plus rien a perdre) on va dans la rue des pièces détachées. On rentre dans la 1ère boutique qui nous conseille une 2ème, qui nous envoie dans une 3ème, juste avant de rentrer dans la 4ème, un type qu'on a encore jamais vu nous siffle et nous fait signe d'approcher. Et bien, allons-y...le gas nous attend avec une pièce, LA pièce sur le comptoir. Mouai c'est ca mon œil!!! On la mesure avec son pied a coulisse, on la re-mesure.. on se regarde, on le regarde.. Mais Putain c'est la bonne, c'est la pièce!!!

On s'emballe pas, on achète la pièce (35$), on retourne au garage pour la tester… et là c'est youuuuuuuuuuhouuuuuuuuuuuu!!!!! Yiiiihaaaaaaa!!!!!! Bingo!!! Ils sont sur le c..

On retourne illico dans la boutique chercher une 2ème pièce identique parce que si celle de gauche a cédé à cause de l'usure, il n'y a pas de raison que celle de droite soit en parfait état, alors on veut la changer aussi.

Bon voila il faut 2 jours pour changer les 2 rotules, resouder le pot d'échappement, changer les 2 pneus avant et réparer le Neiman qui c'était bloqué en position de sécurité dans le choc.

On récupère enfin Happy a 13h aujourd'hui!!! Quel soulagement!! On croise les doigts pour la suite.

Au final ca nous aura coûté 545$ de réparation et une grande frayeur!!

Sinon, le reste en image!!!

On a retrouvé Ophélie et Charles  

Gros bisous à tous

voila c'est repartiiii


15
15
Publié le 5 novembre 2018

Salut a tous!

J'écris (Ludo) de Loja, ville qui était censée nous servir de tremplin pour visiter le parc naturel Podocarpus, dernière étape pour nous avant le passage de la frontière pour le Pérou. Mais voila, les choses ne se sont pas passées comme prévues…

Jeudi dernier vers 17h, toujours au volant de Happy après 5h de route de montagne soit environs 200 km entre Cuenca et Loja, nous étions sur les derniers kilomètres, et là, un énorme fracas nous fait sursauter. Je crois d'abord que nous avons perdu une roue, j' ai le temps de me garer sur le bas coté pour constater les dégâts.

Nous avons bien nos 4 roues mais le bras de suspension de la roue avant gauche vient de céder. Le camping car se retrouve donc affalé directement sur le pneu. Nous sommes immobilisés d' une seconde à l' autre et nous réalisons peu à peu que nous avons eu beaucoup de chance que l'accident se soit produit dans cette côte à 40km/h, en ligne droite et sur une route en parfait état. La chance continue, nous arrêtons la 1ère voiture qui passe et c'est une famille hyper gentille qui appelle pour nous une dépanneuse (Patricio, le papa nous aidera jusqu'à la fin). Ca nous fend le cœur de voir Happy remorqué dans la nuit avec tout les gyrophares oranges… Patricio nous prend dans sa voiture pour nous amener jusqu'au garage où sera entreposé le camping-car en attendant les réparations puis il nous trouve même une chambre d'hôtel pas chère dans le centre de Loja chez une de ses connaissances! Après avoir parcouru en long et en large la ville durant 3 jours en attendant la réouverture du garage fermé depuis vendredi pour le Week end prolongé, rendez vous demain matin pour mettre les choses au clair avec le garagiste. Les réparations a effectuer plus révision complète de tout les éléments de sécurités nécessaires pour continuer le voyage. Nous espérons ne pas en avoir pour trois jours de plus.

Ils ont dû aller chercher un autre camion pour nous remorquer à cause du porte à faux

Forcés et contraints de rester sur Loja, heureusement ville plutôt mignonnes avec des habitants agréables et on risque pas d'être gêné par le tourisme. Il y a un super parc avec pleins de jeux pour les enfants, on y est allé 2 fois pour tuer le temps, ils mettent le paquet, petites voitures à pétales, châteaux colorés avec toboggans incorporés, tourniquets, balançoires, jeux gonflable, pédalos,...le tout dans un parc public gratuit. On a profité d'avoir du temps pour amener les p'tits chez le coiffeur, très compétant!! C'est la ville de l'Art et du 10 au 18 novembre il y aura un festival international de l'art de rue, dommage que ca ne tombe pas en ce moment...

colada morada sur la première photo (explication après) 
parc Jipiro

(Lorrie) Bon vous l'aurez compris c'est un peu un bas dans le voyage. D'autant plus que "El dia del muertos" n'a pas du tout était fêté comme on nous l'avait décrit. Finalement ce n'est pas comme au Mexique, les familles sont discrètes et on a rien remarqué de spécial mise à part "la colada morada y el pan guagua" qui sont la spécialité culinaire du jour des défunts (un pain en forme d'enfant et une soupe de fraise), j'étais très déçue. Par contre nous étions encore à Cuenca pour le début de la fête de l'indépendance de la ville et nous avons assisté à un jolie défilé populaire. Nous avons fait le musée del Sombrero et je me suis trouvée un beau Panama. Et rencontre improbable d'Olivier Monmarcher et Camille.

Objectif= rejoindre en toute sécurité le Pérou et le plus rapidement possible. Happy commence sérieusement a nous manquer et toutes nos provisions doivent être pourries 😦

Gros bisous

14
14
Publié le 31 octobre 2018

Holà tout le monde!

Bon, pour en finir avec la coupe de Ludo, je regrette beaucoup mais Ludo était tellement énervé que je n'ai pas osé sortir l'appareil photo, même si j'avoue que ca me démangeait. Il était prêt à prendre la tondeuse et tout raser donc il fallait que j'intervienne vite pour limiter les dégâts. Vraiment dommage, vous auriez bien rigolé.

Avec les conseils de Charles et Ophélie (que nous avions rencontré à Mindo) nous sommes restés une journée de plus à Banos et nous avons bien fait...super journée:

Casa del Arbol sur le flanc du volcan Tungurahua. Parc agréable et rigolo avec ses balançoires suspendues au dessus du vide et ses tyroliennes pour le plus grand plaisir des mignons et en prime très belle vue sur toute la vallée.

Ca fait très peur de les voir là haut, ca fait gerber d'être là haut..

Ballade de 2h sur le "Sentero de los Contrabandistas" jolie panorama sur les gorges et cascades. Trop facile pour les mignons!!

Et le soir, les thermes de "El Salado" à l'entrée de la ville, un peu plus isolé au bout d'un cul de sac contre la roche, 7 bassins de 18°C à 42°C, le rêve!! Nous y sommes restés 2 bonnes heures en alternant le chaud , le froid, le brulant… moi qui raffole des bains, j'étais aux anges! On est sorti tout fripé et ramolo… le bonheur!!! (pas de photo désolé).

Direction le plus haut volcan du pays= Le Chimborazo

Il culmine à 6310 m, sa dernière éruption remonte à 1500 ans et son sommet est enneigé toute l'année. Pour ne pas refaire la même erreur qu'a Cotopaxi, nous avons passé une nuit à 3200m pour s'acclimater. Arrêt dans une Finca que l'on a adoré (Finca Castillo de Altura pour les routards). Le courant est très vite passé avec Maria Dolorés, la fermière employée et sa fille de 9 ans. Elle a accepté qu'on la suive chez elle pour faire boire ses vaches à la rivière et les déplacer. Ballade au milieu des plantations et des fermes, c'était génial d'avoir un aperçu de son quotidien. Lila est devenue amie avec un veau, Soan s'est fait courser par une oie (Quelle sale bête!!), on a assisté à la traite des vaches et les enfants ont donnés le bibi au petit veau de 48h de vie. Bel arrêt.

Le lendemain, nuit à 3800m, sans problème 😉 sur un parking au bord d'un canyon face au Chimborazo. Superbe vue dégagée à partir de 17h. Ballade topissime au dessus, puis dans, le canyon avec rencontre d'une quinzaine d'alpagas pas farouches du tout qui sont venus à notre rencontre très prêt, trop prêt à mon goût.

Nous avons décidé de ne pas s'approcher davantage du volcan parce que nous avions déjà bien profité de la vue la veille, que tout était bouché par la brume le matin et que nous étions très impatient de passer au Sud du pays.

Nous voici à Cuenca:

Cuenca 2500m d'altitude, troisième ville la plus peuplée d'Equateur (après Guayaquil et Quito), 500 000 hab, centre historique classé au patrimoine mondial de l'humanité et pour nous la première grande ville du pays que l'on visite. On commence a être bien rodé et on trouve rapidement une Guest en plein cœur du vieux centre où Happy rentre (et ca c’était pas gagné en pleine ville). Donc nous nous apprêtons à passer la deuxième nuit à Cuenca est nous sommes déjà sous le charme. La ville est propre, calme, il y a des monuments magnifiques partout, les maisons sont bases ce qui permet de voir le ciel et de ne pas se sentir écraser. On ne se lasse pas de se perdre dans les rues du centre historique. Avec chance nous tombons sur une fête importante ici et importante pour nous aussi: la fête des morts. Les cimetières s'illuminent de bougies et nous serons de la fête le 1er novembre à 19h, dans l'esprit du dessin animé Coco qui nous a touché.

Petite info culinaire dédicacée à "Xavier Copain". Nous avons enfin gouté le "CUY" (le cochon d'Inde) dans un boui-boui en bord de la route. Les deux premières bouchées surprennent un peu, c'est plutôt fort mais on s'y fait vite et ca ressemble à du lapin, viande tendre.

Gros bisous et Hasta luego!!

13
13
Publié le 26 octobre 2018

Après une nuit au pied du volcan de Cotopaxi et une boucle de 4 jours autour du lac de cratère de Quilotoa, nous voilà dans la région de Banos connue pour ses thermes chauffés par le volcan Tungurahua encore en activité.

COTOPAXI:

Nous en avions déjà touché un mot dans le précèdent article mais nous sommes obligées d'en reparler...enfin plutôt de vous montrer… pas besoin de long discours ...les photos parlent d'elles-mêmes.

Soirée, couché de soleil, levé du jour
Happy face au spectacle de la nature

Quand-même pour répondre à Sandrinette, effectivement dur dur les 3800m de dénivelé d'une traite. Ludo, déjà bien congestionné par un gros rhume s'est senti très mal dans la nuit: vertiges, nausées, "l'impression que les yeux vont sortir des orbites", lèvres bleus, "souffle court", "mal aux sinus" ... bref petit mal des montagnes lié au manque d'oxygène, pas très agréable en pleine nuit. Descente précipitée dés le lendemain matin. Heureusement qu'il avait sa petite infirmière favorite.

Direction la boucle de QUILOTOA:

Toujours dans la province de Cotopaxi ce lac de cratère, de 3km de diamètre, se situe dans une belle région montagneuse de la cordillère des Andes, découpée par des canyons vertigineux et parsemé de villages reculés où vivent des indiens encore en habits traditionnels.

Au fait, on prend parfois des personnes sur notre passage

Cette étape du voyage a été marquée par un exploit de la part des enfants qui ont fait une rando de 7h (départ 10h/retour 17h juste avant la nuit) ultra physique et légèrement stressante. En fait, nous pensions partir pour une ballade de 2/3h sur la crête du cratère. Nous avions seulement prévu un petit en-cas: une petite bouteille d'eau, un paquet d'Oreos et 4 clémentines. Après avoir franchi des obstacles difficiles et dangereux, car raides et proches du précipice, nous avons opté pour l'option "tour du cratère en entier" plutôt que de rebrousser chemin. A vu d'œil nous pensions que le reste serait bien plus facile puisque nous venions de passer le point culminant à 3930m. Finalement, certes plus facile mais toujours quelques pics a franchir et surtout une distance que nous avions très mal évaluée. Donc, c'est en rationnant les enfants (parce que nous avons tout laissé pour eux) et en les motivants que nous avons réussi a boucler la boucle. C'est avec des épisodes comme celui-ci que l'on découvre encore plus nos enfants et qu'ils nous étonnent par leur force et leur courage. Il y a eu des moments très dur de découragement puis de regain d'énergie et de nouveau démotivé puis reboosté … un grand moment pour la famille poussée dans nos limites (pas pour Ludo mais pour nous 3 si)… en faite on imagine pas se qu'on est capable de faire. Je ne pensais pas arriver a porter ma fille après 6h30 de marche éprouvante. Heureusement que Ludo nous a tous motivé, encouragé et qu'il a tiré les mignons sur la fin. "Je ne veux plus jamais aller dans cette montagne" Lila.


fière de nous quand-même

BANOS:

Nous sommes à Banos depuis 3 nuits. Ville très touristique mais ce n'est pas désagréable de se faire quelques bons burgers,bières artisanales et pizzas après 1mois et demi de riz tout les jours et de bières insipides. Donc, Banos c'est encore un changement de climat, 1800m d'altitude, 20/25°C, situé entre la cordillère et le début de l'Amazonie, on retrouve la végétation avec plaisir après tout ces paysages rudes et arides. Banos est en contre bas du volcan Tungurahua qui culmine a 5023m. Il est toujours en activité mais, dommage pour nous, il est actuellement calme et nous ne pourrons pas admirer les coulées de laves qui illuminent le volcan, la nuit ,en périodes de fortes activités. Découverte de la belle campagne, de la fameuse "ruta de las cascadas" et on a bien apprécié les thermes à la tombé de la nuit, eaux à 38°C au pied d'une cascade en pleine ville. Petite singularité, nous sommes en pleine période de célébrations religieuses. Il y a des défilés, des fanfares et les pétards resonnent dans la ville du matin au soir...on sursaute a plusieurs reprises… "ils sont fous ces équatoriens!!!"


Ah si, j'oubliais, Ludo en a profité pour aller chez le coiffeur… la cata de chez cata, complètement raté, effilé de partout, il est sorti dépité et moi morte de rire. J'ai passé 1h à rattraper le coup pour que ca soit correct. Trop drôle.

Gros bisous à tous et à bientôt.

12

Bonjour à tous! Quel plaisir de découvrir tout vos messages. Merci beaucoup.

Les dernières réparations de Happy se sont plutôt bien passées = problème de batterie réglé, problème du frigo non réglé pour le fonctionnement au gaz mais il fonctionne bien lorsque nous sommes raccordé à un reseau éléctrique ou lorsque nous roulons et qu'il est sur batterie, donc on peut faire sans.

Dimanche dernier (14 oct) nous avons ENFIN quitté Canoa pour aller à seulement 90 km au nord dans un petit village de pêcheur de 300 habitants, Canaveral. Nous y avons retrouvé nos copains canadiens (Thomas, Barbara, Eliot et Emile) que nous avions quittés en Colombie. C'est eux qui ont eu le "tuyau" pour le village car c'est un endroit que l'on ne se trouve pas dans les guides et nous sommes les rares touristes qu'ils croisent.David, le chef de la communauté nous a accueilli sans hésiter et sans rien nous demander en échange. Happy, posté face à la mer, était au première loge pour les couchés de soleil "j'adore les couchés de soleil" 😉

Dès notre arrivé, une ribanbelle de gamins est sortie de nulle part. Trés curieux, ils avaient envie de visiter Happy. En moins de deux nous avions 10 enfants qui nous envahissaient. Nous avons du mettre le holà dès le début pour ne pas se laisser dépasser. Soan et Lila ont retrouvés "leur meilleur copain de voyage" (Eliot) et sont partis jouer immediatemment comme s'ils étaient cousins. Ils n'ont pas arrêtés durant les 3 jours passés là-bas. C'est fou comme ils se sont trouvés ces 3 là! Ambiance familiale entre nous. Repas ensemble/chaises, tables et auvent mis en commun/cuisine à tour de rôle…

Mais surtout ambiance familiale dans le village. Ils sont plus ou moins tous cousins/fréres/oncles.. et vivent les uns avec les autres. Ils ont créés une communauté (une sorte d'association) pour améliorer les parties communes (exemple=école) et vivre ensemble le mieux possible. Les enfants semblent libres comme le vent ou c'est plutôt que les limites et les restrictions ne sont pas les mêmes. Ils restaient tout les après-midi et parfois jusqu'à 19h autour de nous. Les plus grands gardaient un oeil sur les plus petits (2 ans 1/2). Au début c'était un peu oppressant mais ils sont attachant et après leur avoir fixé nos propres limites nous avons pu profiter d'eux. Nous nous sentons chanceux d'avoir pu vivre aussi prêt d'eux.

Le 2 -ème soir nous avons fait un barbecue avec David et sa compagne et quelques autres adultes: langoustes et poissons de la pêche du matin. Le lendemain matin à 6h du mat' Ludo et Thomas sont allés avec David à la pêche. Ce n'est pas facile de repérer les filets posés la veille dans cette immensité bleu, surtout quand il y a plusieurs autres filets qui ne sont pas à eux...Il faut des yeux de lynx. Alors, la plus grande partie de la pêche consiste a retrouver les filets, les remonter, prendre ce qui est bon, jeter les poissons déjà morts aux pelicans et enfin reposer les filets. Au final, en 3h de pêche, ils sont revenus avec 2 langoustes et une vingtaine de poissons. La mer est agitée actuellement et d'après eux ils prennent moins de poissons dans ces cas là. Ce que Ludo a préféré "c'était d'être dans une grosse houle avec une petite ambarcation et de voir les pelicans se poser à 2m du bateau pour récupérer les pertes".

Quant à moi je suis allée assister et participer à une présentation faite par un membre du ministère de l'agriculture et de la pêche, pour apprendre aux habitants une autre manière de cuisiner le poisson et les crevettes afin d'optimiser la rentabilité de leur pêche. Donc, théorie sur les recettes du hamburger et des croquettas aux crevettes et/ou poissons. Puis, mise en pratique super sympa pour moi qui me retrouve a cuisiner avec les locaux. Ensuite, dernière parenthèse théorique avec calcul du coût de production d'un hamburger, soit 0,17$. Je me suis permise de leur dire qu'a Canoa j'avais payé mon hamburger 4$, vers chez eux ce serait plutôt a 2$, mais quand même, sacrée rentabilité. Toute cette intervention du ministère pour leur expliquer qu'ils peuvent ramener de l'argent à la communauté en proposant leurs hamburgers à des snacks de la ville d'à côté ou en faisant des hamburgers lors d'événements ... j'ai trouvé ca super de porter tant d'attention et d'accorder autant de temps à une communauté de 300 habitants. Derniere étape ... hi hi hi la dégustation!!! Vraiment, je pense avoir été privilégié d'avoir pu vivre ca avec eux. Je sentais bien que c'était un moment important pour eux. Je suis ravie d'y avoir été invitée.

Enfin, avec Barbara, nous avons imprimé quelques photos pour les enfants et la communauté et fait un goûter d'aurevoir avec tout les enfants...gâteaux au chocolat, pastèque. Une femme du village nous a offert 1 kg de crevettes pour que je fasse des hamburgers.. bon j'avais pas les ingrediens mais on s'est quand même régalé avec la recette de Barbara. Avant de partir nous avons fait une donation au village pour les remercier.

Voilà, nous sommes maintenant devant le volcan Cotopaxi au centre de l'Equateur. Deuxième plus haut sommet d'Equateur à 5890m. Rien que sur le plateau nous sommes à 3800. Il est toujours en activité et on aperçoit des petits fumerolles quand le sommet est dégagé. C'est un volcan assez dangereux avec la dernière éruption en 2015. Donc changement radicale de décor et de climat. 11°C le jour et 2°C la nuit. Paysage de steppe, "paysage lunaire" comme dit Ludo, glaciers, chevaux sauvages, lapins, une biche et un renard (ou chacal?), tout ca aperçu en quelques heures. Et surprenant, de la grêle était tombée juste avant notre passage ce qui rendait le paysage encore plus étonnant. Il nous reste a voir des lamas (on en a vu dans l'hostal d'hier soir), fréquent ici, et avec beaucoup de chance un puma ...qui sait?

Bise a tous.

11
11
Publié le 12 octobre 2018

Après 8 jours à Canoa, nous venons de passer 2 nuits dans la Finca Rio Muchacho et revenons de nouveau à Canoa pour 2 nuits de plus dans notre Guest House (réparation Happy oblige).

En 8 jours nous nous sommes bien imprégné de l'ambiance du coin. La ville que l'on trouvait quelconque à notre arrivé est aujourd'hui plus familière. Nous savons que le Week-end elle est prise d'assaut par les travailleurs équatoriens au repos, que les rues et la plage se remplissent et que ca danse la salsa le samedi soir puis, tout s'accalmi de nouveau dés le lundi. Nous avons bien profité de la famille Autrichienne avec soirées confidences et discussions très intéressantes. Nous nous sommes habitués à leur présence et nous avons plaisir a les retrouver aujourd'hui. Nous commençons aussi a bien connaitre Roberto et Tony les responsables de la Guest house qui nous aident et nous font des fleurs (une nuit offerte/conseils d'un copain mécano/gardiennage de Happy durant notre virée a Rio Muchacho).

En fait, nous avions prévu de partir le Week end dernier à Rio Muchacho mais en voyant arriver du monde à Canoa nous avons décidé de repousser notre départ à lundi. Puis, c'est les problèmes d'Happy qui sont devenus notre priorité. Nous avions un souci avec la pompe à eau, élément indispensable pour nous car elle alimente la douche, les éviers et les toilettes. Donc David (de la famille autrichienne) et Ludo on travaillé dessus plusieurs jours mais elle finissait toujours par déconner. C'est Roberto (de la Guest house) qui nous a conseillé un ami a lui mécano. Roberto et David ont accompagnés Ludo chez le mécanicien a 20 bornes de Canoa Lundi. Ils y ont passé la journée entière parce qu'ils en n'ont profité pour tout montrer: le problème de frein, le frigo et la batterie secondaire faiblarde. Ludo les a invité a manger le midi pour les remercier et s'en trop savoir pourquoi Roberto nous a offert la nuit suivante. Bon on a bien fait parce que la pompe est réparée et le problème de frein été vraiment sérieux et dangereux. Il fallait changer la pièce hydraulique qui produit le pression nécessaire a un bon freinage. Donc Ludo est rentré doucement jusqu'à la Guest House et le mécano est venu prendre la pièce pour trouver exactement la même dans une grande ville. Pour le frigo RDV vendredi au garage car il y a aussi une pièce défectueuse qu'ils sont sensés s'être procuré. Donc Happy étant immobilisé jusqu'à ce qu'ils trouvent la pièce de freinage, on n'en a profité pour aller à Rio Muchacho en laissant Happy à la Guest House (avec l'appréhension qu'on se retrouve bloqué 1 mois sans pièce adapté). Super surprise en rentrant tout à l'heure, le mécano était là , avec la pièce et "succès total" les freins marchent très bien. Ca nous a coûté 180$. Mécano super sympa qui a prit notre problème au sérieux et l'a fait passer en priorité à un bon prix en plus. En espérant que ca roule aussi bien demain pour frigo et batterie. Bon ouf voilà pour le chapitre Mécanique.

Chapitre école: Le temps passé ici nous a permis de mettre en place une nouvelle méthode de travail basée sur le jeu qui semble beaucoup mieux fonctionner. Alors, nous jouons aux cartes de l'alphabets (memory et mistigri), aux dés, à la pêche aux lettres, au soleil chiffre ou soleil lettre, on cherche des chiffres dans un bac à sable, on range des haricots dans une boite à œuf décorée par Lila et numérotée, on fait des ateliers créatifs...on essai de travailler une trentaine de minutes le matin mais c'est pas toujours possible. Par contre l'école du voyage c'est tout les jours 😀 : ils s'autonomisent, se sentent plus à l'aise avec les animaux, ils goûtent à tout et apprennent des choses en même temps que nous…

PS:merci à mes petites collègues pour les opercules des injectables j’en ai fait bon usage😘

Et enfin chapitre Finca Rio Muchacho. C'est une ferme qui a 25 ans et qui est très tendance actuellement puisqu'elle combine l'écologie, la permaculture, la reforestation, l'agriculture bio, l'autosuffisance...elle fonctionne grâce aux volontaires qui viennent apprendre ces méthodes d'agriculture et grâce aux touristes pour lesquels tout une panoplie d'ateliers est proposé (yoga, recyclage papier, travail du maté, balade à cheval, cour d'espagnol, cours de permaculture…) plutôt onéreux… On avait peur d'arriver dans un endroit surfait mais le charme est intact et c'est authentique. Le séjour pour nous a été bref car trop cher par rapport a notre budget fixé. C'est un peu dommage. Donc 2 nuits en chambre en bois perchée, très sommaire: un lit double et un lit simple basta!! Evidemment toilettes sèches communes et douches froides. Repas commun végétariens "du jardin". Nous nous sommes levé les 2 matins à 6h pour aider a donner a manger aux animaux (cochons, cheval, veaux, chiots, poules et le cochons d'inde). On a trait les vaches avec Darwin un fermier salarier adorable… pas si facile. Les enfants ont fait un tour de cheval (la seul activité qu'on ai prise) et visite de la ferme. Hyper intéressant de comprendre leur fonctionnement. Rien ne se perd/tout se recycle. Les restes de nos repas sont donnés aux animaux. Les excréments des animaux sont utilisés pour les composts mais aussi pour la production de gaz (une partie des excréments sont mit dans un cylindre fermé/la 💩 reste en bas et le méthane qui s'en dégage est récupéré par un tuyau situé en haut qui alimente la gazinière de la cuisine). Ils ont plusieurs sortes de composts jusqu'à la création de l'humus qui est le plus fertile (j'ai pensait à François 😉). Ils plantent prés de 300 arbres par an. Pendant ces 2 jours nous étions les seules touristes et il y avait 4 volontaire, le reste sont des salaries permanents. Le couple de gérant est très gentil et Dario nous a expliqué plein de chose. Les enfants ont adorés. Ils étaient libres dans la ferme et se régalé avec les petits chiots. Ils auraient bien aimé rester davantage. Ce qu'ils ont préféré: "le cheval, traire les vaches, les chiots et la balançoire".